S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

123ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 123e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/05/2022 17:22


Journées Reviews


Lire, écrire…

Tu as envie de lire ? De découvrir un ou une auteure ? D'échanger sur ses écrits et sur les tiens à travers quelques reviews sympathiques ?

La Journée Reviews est là pour ça, et elle aura lieu cette fois-ci du 13 au 16 mai !

Viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.

 


De le 04/05/2022 19:14


29ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 29e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 6 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De Équipe des Nuits le 04/05/2022 13:35


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, AliceJeanne, ECM et Sifoell, qui remportent la Sélection Univers Alternatif !

Changement chez les Podiums : désormais, vous pourrez proposer deux fictions de moins de 5000 mots ou une fiction de plus de 5000 mots. À vos propositions pour le thème Fondateurs ! Ça se passe ici ou bien en répondant à cette news.

Il vous reste encore un mois pour proposer votre fiction longue favorite par ici ou sous cette autre news.

Et en mai, les Sélections vont 100 aucun doute faire 100sation. Les textes de 100 mots sont à l'honneur ! Onze Drabbles et recueils de drabbles vous attendent. Vous avez jusqu'au 31 mai pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 03/05/2022 07:11


122ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 122e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 23 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 06/04/2022 21:40


Sélections du mois


Une grande nouveauté fait son arrivée aux Sélections des ASPICS ! En plus des sélections mensuelles, découvrez désormais la sélection annuelle "Fictions longues".

Vous adorez une fiction, vous avez envie de partager votre coup de cœur, mais vous n'avez jamais osé ou eu l'occasion de la proposer ? C'est le moment ou jamais ! Le thème est totalement libre, la seule contrainte sera de proposer une fanfiction de minimum 50 000 mots.

Une seule proposition par personne... alors réfléchissez bien ! Vous avez jusqu'au 31 mai pour proposer votre fanfiction longue favorite en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

À très vite dans cette nouvelle aventure,

L'équipe des Podiums


De Equipe des Podiums le 02/04/2022 17:50


Trucs et machins des quatre saisons par Violety

[55 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

« Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. »

-Walt Disney

Thème 4 de « A vos claviers », le concours de Saam et Extraa sur une belle phrase de Walt Disney. Tout ce que vous reconnaissez appartient à JKRowling, Jill Dawson est mon OC, fille de sorciers ayant été à l’école primaire et montré des signes de magie tardif, amie de Dennis Crivey, dont vous pouvez lire les aventures dans Une famille convenable quand j’aurai publié la suite :mg:.
Bateau, sur l’eau.
Quand elle était petite, Jill avait peur. Elle faisait partie de ces enfants qu’on appelle « poule mouillée » parce qu’ils n’osent pas grimper aux arbres, sauter au-dessus du trou ou monter sur un muret. Les araignées l’effrayaient, les serpents la terrorisaient, et elle évitait la plupart des animaux carnivores quand son père l’emmenait au zoo.

Le plus difficile pour elle, c’était les vacances avec ses cousins américains. Non contents de se moquer de sa timidité, de ses manières bien différentes de celles de la bourgeoisie bostonienne, ils prenaient plaisir à se jouer d’elle de toutes les façons possibles, la semant lors des balades en forêt ou lui faisant croire qu’un vampire avait élu résidence dans la forêt du coin.

Cela s’était aggravé en grandissant, quand Jill tardait à montrer des signes de magie alors que tous avaient déjà prouvé qu’ils étaient bel et bien des sorciers.




Jill avait peur de beaucoup de choses, mais l’eau restait son plus grand problème. Plus précisément, les bateaux. Elle aimait se baigner dans les lacs, plonger du haut des rochers à la plage ou faire des batailles d’eau avec ses camarades moldus, mais elle n’avait jamais réussi à monter dans un bateau, de quelque sorte que ce soit, depuis un accident à la kermesse de son école primaire. Ses parents avaient depuis longtemps renoncé à la faire utiliser des bateaux, et elle s’en sortait relativement bien sans ça, mais cette peur restait un de ses plus grands complexes.




Jill avait peur, et Jill rêvait de ne plus avoir peur. Jill rêvait de faire de la magie comme tous les autres, Jill rêvait de se faire des amis sorciers, Jill rêvait d’aller à Gryffondor.

Le premier rêve avait été réalisé à l’âge de huit ans, lorsqu’elle s’était élevée de quelques mètres au-dessus du sol alors qu’on la poussait à monter sur un muret. Longtemps, elle considérerait ce jour comme l’un des plus extraordinaires et importants de sa petite vie. Elle était une sorcière, n’était pas une « cracmole demeurée » comme disaient ses cousines Adèle et Isabelle, elle pourrait apprendre à métamorphoser des allumettes, réaliser des filtres de Paix, conjurer des sortilèges. Elle n’irait sans doute pas à Gryffondor, mais peut-être qu’elle pourrait rejoindre Serdaigle, elle avait de bonnes notes en classe –elle en rêvait tout de même dans ses moments les plus légers. Elle rencontrerait surement des enfants sympas, elle éviterait ceux qui ressemblaient trop à ses cousins. Peut-être même qu’elle vaincrait sa peur du vide et parviendrait à monter sur un balai. Elle irait, définitivement, réellement, vraiment, à Poudlard.

Son rêve s’écroula deux semaines avant sa rentrée, lorsque lisant des informations sur l’école, elle apprit que les premières années s’y rendaient en traversant le lac en barque. Lorsque sa mère rentra le soir, elle trouva Jill prostrée sur son lit, pleurant toutes les larmes de son corps, contemplant d’un air absent sa nouvelle baguette magique, son chaudron et ses livres joliment empilés dans sa bibliothèque.
Pendant plus de deux heures, après le dîner, elle discuta avec ses parents de toutes ses peurs, de l’eau, de ses rêves, de son envie d’aller à Gryffondor –« Je veux faire comme vous… -Mais, ma chérie, tu n’as pas besoin de faire comme nous. Quelle que soit la maison où tu seras, ce sont les gens que tu rencontreras et les choix que tu feras qui rendront tes années à Poudlard belles et heureuses. »- de toutes les crasses de ses cousins dont elle n’avait jamais parlé qu’à sa grand-mère, de son envie de vaincre sa timidité. Cette discussion à cœur ouvert lui avait fait beaucoup de bien, et l’avait rassurée pour le reste des vacances. Elle avait continué à regarder ses fournitures, préparer sa rentrée, dire au revoir à ses amies du quartier, vaquer à ses occupations estivales, tout en évitant soigneusement toute sortie navale et la page du grimoire qui évoquait les barques.


La veille du départ elle reçut une lettre de sa grand-mère qui lui souhaitait bonne chance. Ses parents l’emmenèrent déjeuner à la pizzeria du coin. Le lendemain, elle monta dans le train et s’assit dans un compartiment déjà occupé par deux garçons blonds, des frères, du nom de Dennis et Colin. Dennis entrait comme elle en première année. Ils furent bientôt rejoints par plusieurs autres enfants de première année, et Colin les laissa pour rejoindre les jeunes de son âge. Jill ne parla pas beaucoup durant le trajet. Elle rit aux blagues, répondit aux questions qu’on lui posait, mais elle n’avait jamais été une meneuse de discussion, elle préférait écouter les autres. Elle passait relativement inaperçue au milieu de tous ses camarades. Dennis, cependant, lui posa de nombreuses questions sur elle, et la fit beaucoup rire. Elle se sentait bien, heureuse, son deuxième rêve était en< train de se réaliser.

Elle ne pensa pas aux barques du trajet, jusqu’à ce que Janet, une fillette très expansive, n’en parle, ainsi que du calmar géant dont lui avaient parlé ses sœurs. Jill serrait sa baguette de toutes ses forces dans la poche de sa robe, essayant de calmer sa respiration et de retenir les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle y parvint et ne dit plus un mot jusqu’à la fin du voyage.
Malgré l’importance de ce jour dans sa vie, le moment entre la sortie du train et l’arrivée jusqu’aux barques resterait toujours un flou de couleurs et de paroles. Elle reprit ses esprits une fois devant l’embarcadère, réalisant que la plupart des bateaux étaient déjà remplis et qu’il ne restait qu’elle et trois autres enfants sur le bord du lac. Malgré les lanternes on n’y voyait pas grand-chose, et le lac ne lui semblait être qu’une vaste étendue noire, sans fond. Incapable de bouger, les yeux rivés sur l’eau, Jill sentait doucement ses rêves s’écrouler, fondre comme de la glace au soleil : elle ne pouvait pas monter sur les embarcations, elle était déjà la risée de tout le monde, elle ne pourrait pas aller à Poudlard et devenir une vraie sorcière.
« Ça ne va pas, Jill ? »
Elle sursauta de frayeur et se retourna vers Dennis qui s’adressait à elle. Elle baissa les yeux, elle ne savait pas quoi faire. Il avait l’air gentil, et peut-être pourrait-il l’aider ; mais peut-être aussi se moquerait-il d’elle une fois qu’il aurait compris qu’elle avait peur de l’eau.
« Tu as peur de monter sur les barques ? »
Jill le regarda, effrayée, mais réalisa que Dennis était loin de se moquer d’elle et ce qu’elle voyait dans ses yeux ressemblait plutôt à de l’inquiétude et de la compassion. Elle hocha de la tête doucement et il lui prit la main.
« Viens avec moi, on va monter ensemble et tout se passera bien, d’accord ? Regarde, il reste une barque là, il n’y a plus que Janet et Callie, on va monter avec elles doucement et ensuite on pourra partir. En plus, Hagrid n’est pas loin donc il ne peut pas arriver de problème. »
< Le petit excité du train était soudain devenu un garçon attentif, sérieux, et rassurant. Beaucoup plus rassurant que les deux filles de la barque qui chuchotaient déjà en la regardant ou que les murmures des autres autour d’eux. Beaucoup plus rassurant, surtout, que l’étendue noire sur laquelle tombait la pluie.
Serrant la main du garçon fort, très fort, beaucoup trop fort, la fillette le suivit jusqu’à la barque. Elle monta au milieu, serrant les dents et fermant à moitié les yeux. Elle essayait d’oublier qu’elle allait sur un bateau sur l’eau agitait, elle rêvait à ce qui l’attendait de l’autre côté de la rive une fois qu’elle aurait accompli cet exploit, elle rêvait à la Répartition, au festin, aux amis, au dortoir, à sa nouvelle maison. Elle rêvait et le temps qu’elle sorte de sa rêverie, elle était dans le bateau, sa main toujours dans celle du garçon, et les barques voguaient à la suite de celle d’Hagrid vers le château illuminé.
Le voyage se passa sans incident pour Jill, ou presque. Lors d’une vague un peu plus grosse que les autres, elle sentit la main de Dennis glisser de la sienne, entendit un gros « plouf » et cria, cria jusqu’à ce qu’elle voie une touffe de cheveux blonds ressortir de l’eau. Elle cria à nouveau quand elle réalisa que le garçon était tenu par un tentacule noir de l’épaisseur de son corps –mais à ce moment-là, elle n’était plus la seule à crier.
Le moment où elle posa le pied sur la rive serait sans aucun doute un autre grand moment de sa vie. Le jour où elle avait vaincu sa peur et obtenu une chance de poursuivre ses rêves –elle ne demandait pas grand-chose, finalement. Elle était à Poudlard, enfin, elle était une sorcière.
Lorsque Dennis la rattrapa en trottinant, se prenant les pieds dans le grand manteau du garde-chasse et lui fit un grand sourire –« Alors, c’était extraordinaire, hein ?! –Oui, extraordinaire, répondit-elle avec un sourire doux. »- elle se dit que son deuxième rêve aussi, rencontrer des amis, il était bien parti pour se réaliser.
Et puis vint le moment où, assise sur le tabouret de Répartition, elle entendit dans un état second le Choixpeau crier « Gryffondor ! » et où elle put courir rejoindre son nouvel ami à côté de son frère.


Le matin même, jamais Jill n’aurait cru pouvoir parvenir à monter sur les barques. Mais elle l’avait fait. Et ses rêves semblaient bien partis pour se réaliser. Extraordinaire, oui, c’était une journée extraordinaire.



Note de fin de chapitre :

Voilà, j’espère que ça vous a plu ! N’oubliez pas d’aller lire les autres textes du concours et de voter ;) Jill reviendra bientôt, promis, j’ai d’ailleurs le récit du jour suivant qui traîne dans mon ordi, que je dois juste faire bêtater ^^ (juste).
Celui-ci ne l’est pas, et je le publie un peu au dernier moment, je l’ai terminé en colo où je suis anim donc il est fort possible que l’inattention soit de mise… :mg: Je corrigerai tout correctement pendant mes congés, ou une fois le concours fini !
J’ai pris pas mal de retard dans mes ràr, mais promis je vous réponds dès que je suis en congé ! o/
Voilà voilà !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.