S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Dis, Teddy... par ExtraaTerrestre

[10 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Petit texte écrit pendant une heure mais je sais pas, le mot gaufre m'a inspiré. Les personnages sont Teddy et Victoire, j'ai déjà écrit un texte sur eux qui reprend un peu tout ça et qui explique la musique dans la tête de Victoire XD C'est la boite à contretemps si ça vous intéresse ! Bref, bonne lecture ;)
Victoire, il y avait des chansons dans sa tête. Elle n’était pas comme les autres, toujours à sourire, toujours à rire sans se soucier du moment. Parfois, elle riait en classe. Parfois, toute seule. Et souvent, on la pointait du doigt, s’était à notre tour de rire. Mais on riait d’elle. Victoire, elle était cette joie de vivre et cette insouciance que tout le monde jalousait. Elle était cette force de s’affirmer, de ne pas faire attention aux regards des autres qu’on désirait tous tant. Et c’est pour ça qu’on rigolait, qu’on se moquait. Parce qu’on était jaloux.

Victoire, elle a toujours été dans mon cœur. J’aimais la regarder, écouter ses chansons et les voir illuminer ses yeux. Souvent, quand on fêtait tous ensemble Noël au Terrier, elle venait s’asseoir à côté de moi et elle me prenait la main.

« Pourquoi tu restes tout seul ? demandait-elle. Viens, Teddy ! Viens sinon Fred va manger tous les gaufres et j’ai peur de lui dire de m’en laisser. »

A chaque fois, je souriais et je me laissais tirer. Elle m’emmenait jusqu’au salon où Fred se goinfrait de biscuits dans le dos des adultes et je faisais ma grosse voix pour lui faire peur. Ça ne marchait pas toujours alors, parfois et seulement parfois, on se battait tous les deux. Evidemment, je finissais toujours par être puni. J’étais le plus grand, c’était ma faute. Mais dès que je voyais le sourire satisfait et heureux de Victoire, son assiette de gaufres dans les mains, je me disais que ça en valait la peine.

Victoire, j’étais amoureux d’elle. Chaque matin, je descendais dans la Grande Salle juste pour pouvoir l’apercevoir, à la table des Poufsouffle. Elle mangeait toujours calmement, entourée de ses amies qui bavardaient avec frénésie. Mais elles, je ne les voyais pas. Mon regard était inévitablement attiré par Victoire, par ses cheveux qui tombaient sur ses épaules comme une cascade de feu, par son sourire immense et les mouvements imperceptibles de sa tête qui battait la mesure d’une des chansons qu’elle avait dans la tête. Je la regardais boire son chocolat chaud et s’en mettre un peu partout. C’était encore une enfant, une cinquième année. Et moi, j’étais ce Gryffondor de septième année dont les amis se moquaient d’elle et qui n’avait jamais eu le courage de leur dire : « C’est la fille que j’aime, arrêter de rire. Vous n’êtes que des idiots. »

Mais Victoire, je l’aimais. Et je ne sais pas si elle m’aimait en retour. Mais elle était là pour me prendre la main, là pour répondre à mes baisers. Et ça me suffisait. Victoire, je n’avais jamais réussi à comprendre cette musique dans sa tête, cette valse entraînante et lascive à la fois, cette douce mélodie qui faisait d’elle cette fille si différente. Mais je savais qu’elle avait besoin de moi. Toujours. Et jamais, je ne l’aurais laissée tomber.



Ce matin-là, quand j’étais descendu dans la Grande Salle, il n’y avait presque personne. Les vacances d’hiver avaient commencé et le château s’était vidé considérablement. Cette année-là, je n’étais pas rentré à la maison pour Noël. Je me souviens, Meda m’avait envoyé une lettre comme quoi elle partait quelque part, je ne me souviens plus où exactement. Et puis, on avait tous prévu de rester à Poudlard pour notre dernière année, on avait décidé de se faire un Noël à nous, un tout dernier.

Pour je ne sais quelle raison, Victoire était restée aussi. J’aimais me dire que c’était pour rester avec moi, pour ne pas me laisser tout seul alors que tout la famille Potter-Weasley se réunirait au Terrier. En y repensant, j’aimais souvent me dire ce genre de choses, penser que Victoire faisait des choses pour moi, parce qu’elle m’aimait, parce que j’étais important pour elle, parce qu’elle avait vraiment besoin de moi. C’était idiot, je le savais. Mais c’était ainsi que j’étais heureux.

« Eh oh ! Teddy, t’as du jus de potiron sur le menton. »

Edith me regardait avec ses yeux pétillant, comme à chaque fois qu’elle posait son regard sur moi. Elle se pencha au-dessus de la table et essuya d’un revers de pouce la tache sur ma peau. Elle eut un sourire goguenard et je me sentis mal à l’aise. Je n’aimais pas quand elle agissait de la sorte. Je ne voulais pas que tout le monde s’imagine des choses, qu’elle pense elle-même avoir une chance. Je ne voulais pas le faire mal et pourtant, c’était inévitablement ce qu’il devait arriver.

Je l’oubliai et posai mon regard sur la table des Poufsouffle. J’avais envie de la voir elle, de la regarder sourire et de me sentir vivre à nouveau. Mais elle n’était pas là. Il y avait Ervan et McKinnston qui mangeaient tranquillement. Mais elle, je ne la trouvais pas. Sans un mot, je me levai et quittai la table pour sortir de la salle. Elle était forcément quelque part et j’eus peur, un instant, qu’elle se soit perdue ou blessée. A cette pensée, je secouai la tête et essayai de ne pas être si protecteur avec elle.

Ce fut au détour d’un couloir que je la vis, assise sur la pierre froide et adossée contre un mur. Elle tenait dans ses mains une gaufre dont des nuées de vapeur s’en échappaient. Elle avait le regard perdu et semblait partie dans un autre monde. Je levai les yeux au ciel, quelques secondes à peine, et soupirai. Une fois de plus, j’avais eu peur pour rien.

« Tu sais, si tu ne croques pas dedans tout de suite, je vais devoir le faire, » fis-je en m’asseyant à ses côtés.

Je rejetai la tête en arrière, essayant de ne pas croiser son regard. Victoire sembla revenir dans le monde réel et s’apprêta à croquer dans sa gaufre mais se ravisa et tourna son visage vers moi. Ses grands yeux me transpercèrent et je frissonnai malgré moi.

« Qu’est-ce que tu fais ici, demanda-t-elle. Depuis quand tu t’assois comme ça, dans les couloirs.
- Pardon mais, depuis quand TU t’assois comme ça dans les couloirs ? »

Elle ne parla pas et réfléchis un instant.

« J’avais envie d’être seule.
- Il s’est passé quelque chose ? » demandai-je.

Elle fit non de la tête et fixa sa gaufre quelques secondes encore. Elle était si jolie, avec ses cheveux roux mal coiffés et ses joues parsemées de taches de rousseur. Elle rougit légèrement et se mordilla la lèvre, une mimique que j’adorais chez elle.

« J’avais envie d’être seule parce que j’avais envie de manger une gaufre. Mais maintenant que je suis seule, je ne sais pas si je dois le faire.
- Pourquoi ?
- Parce que les gaufres, c’est bon seulement quand tu te bats pour que je les mange. »

Elle rougit encore plus et baissa la tête pour cacher son visage derrière ses cheveux. Bien malgré moi, j’explosai de rire. Mon corps semblait ne pas vouloir s’arrêter de sursauter et je mis longtemps à reprendre mon souffle.

« C’est Noël qui te rend comme ça ? demandai-je en souriant.
- Je ne sais pas, dit-elle en haussant les épaules. Peut-être.
- Tu aurais dû rentrer à la maison, Victoire. Je sais à quel point tu aimes passer les fêtes en famille. »

Une fois encore, elle secoua vivement la tête dans un signe de négation.

« Pas sans toi. »

Mon cœur s’accéléra et à mon tour, je rougis. Mes cheveux, traîtres et perfides, prirent une teinte pourpre. Victoire ne semblait pas le remarquer, elle ne semblait jamais rien remarquer. Mais elle l’avait dit, chacun de ses mots avaient eu sur moi un effet fantastique et rassurant. Je me sentais comme un surhomme, prêts à accomplir n’importe quel miracle.

« Tu es restée à cause de moi.
- Oui, répondit-elle. Parce que sinon, je n’aurais pas pu te prendre la main le jour de Noël. Et ç’aurait été comme un rythme à contretemps, un rythme qui me retourne le cœur et qui me donne envie de fermer les yeux et de disparaître. »

Je ne tins plus et la pris dans mes bras. Elle était si petite, si fragile que je n’osai pas la serrer plus fort encore. Tendrement, j’embrassai son front, puis ses yeux qui papillonnaient de bonheur. Elle leva la tête et je l’embrassai alors sur le nez. Je ne l’embrassai pas sur la bouche ce jour-là. J’ignore encore pourquoi, mais j’avais voulu attendre Noël, peut-être un peu après. Pourtant, Victoire, je l’avais déjà embrassée. Bien plus d’une fois. Mais cette fois-ci, mon cœur battait trop fort, mes joues étaient trop rouges et je n’avais rien pu faire.

Je m’étais baissé et avais croqué dans sa gaufre.

« Je te l’avais dit, si tu ne croques pas dedans, c’est moi qui le fais ! » avais-je claironné en me levant et en me mettant à courir, poursuivis de près par Victoire qui voulait que je lui rendre la moitié de sa gaufre que je venais d’engloutir en une bouchée.

C’était ces moments-là qui me rendaient heureux avec Victoire. Ces moments où je ne savais pas qui j’étais. Le frère ? L’amoureux ? L’ami ? Tout ce qui m’importait, c’était que j’étais celui qu’elle aimait, celui dont elle avait besoin. J’étais celui qui était là pour elle.

Oui, Victoire, je l’aimais. Et je n’arrivais pas à imaginer ma vie sans elle.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu et n'hésitez pas à laisser des reviews ! Cet OS s'inscrit dans ma fic "La boîte à contretemps" avec les mêmes personnages :) Voilà, bonne journée/soirée et bon Noël o/
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.