S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Et si on faisait des bêtises ? par lilimordefaim

[23 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Joyeux Noël Bluelea !

Je suis contente d'être tombée sur toi, car nous partageons beaucoup de préférences sur le monde HP. Et je suis encore plus ravie que tu ais apprécié mes délires autour des jumeaux ;-)

Tout appartient à J.K.Rowling

Un grand merci à mes bêta: Bevy (je ne te remercierais jamais assez pour ton avis et tes suggestions ;D), mon amie Julie et Caléonora. Merci les filles d'avoir fait la chasse aux coquilles ! :D
Note de chapitre:

Cette fic portera sur quelques bêtises des jumeaux comme le titre l'indique, et comportera 6 chapitres. J'espère que la longueur de certains chapitre ne vous découragera pas ^^ Il y a pas mal de dialogue, du coup j'espère que ça allègera le tout :D

Voici le premier chapitre qui se déroule lors du Noël 1982.

Bonne lecture ! :D
Un Noël au Terrier


(loleia DA)


Fred et George Weasley, membres tapageurs de la grande famille Weasley, tenaient conseil dans leur chambre du quatrième étage. Ils avaient du mal à se décider sur la couleur de la potion de teinture éphémère qu’ils allaient offrir à leur mère. Lors de la sortie familiale sur le chemin de Traverse, quelques jours avant Noël, Bill, leur grand-frère respecté, les avait accompagnés discrètement dans la boutique de cosmétique : Belle d’un soir. Là-bas, tous les frères Weasley avaient parcouru ensemble les nombreuses étagères fournies du petit magasin parfumé à la rose. Lorsque Fred était tombé sur le flacon de teinture et que Percy lui avait expliqué pendant de longues minutes qu’il s’agissait d’une potion pour teinter les cheveux, il avait tout de suite pensé que c’était le cadeau idéal à offrir à sa mère. En effet, elle se plaignait souvent auprès des jumeaux, qu’elle se faisait tellement de soucis à leur sujet, qu’elle en avait des cheveux blancs. Le choix était tellement vaste qu’ils avaient eu du mal à se décider. Finalement, leurs minces économies avaient été réduites de moitié, après s’être décidé pour deux élixirs de couleurs différentes.

A présent, à genoux sur le tapis usé de leur chambre, ils avaient du mal à se partager les flacons.

« George, tu prends la couleur verte.
– Non je préfère le mauve. C’est la couleur préférée de maman, rétorqua George.
– Mais c’est moi qui l’ai vu en premier dans le magasin ! s’écria son frère.
– Pourquoi tu prends pas la potion verte toi-même ? Bill a dit que ça ferait ressortir la couleur de ses yeux.
– Tu me prends pour un gnome ?
– Bon d’accord, je lui offrirai la teinture verte, se résigna George. Mais c’est moi qui lui offre en premier, ok ? »

Fred n’y vit aucune objection. Ils emballèrent à la hâte leurs flacons avec les pages du dernier exemplaire de Sorcière Hebdo de leur mère, qu'ils avaient chipé le matin même. Puis, ils se décidèrent enfin à sortir de leur chambre pleine de bric à brac, pour rejoindre le reste de leur famille au rez-de-chaussée. C’était le réveillon de Noël, et cette année comme chaque année, les Weasley avaient invité quelques proches à se joindre aux festivités. Sur le pied de guerre depuis l'aube, Molly n'avait cessé de passer d'une activité à une autre en chemise de nuit et peignoir. Malgré les nombreuses tâches qu'elle avait déléguées aux aînés, elle était débordée. Surtout que ses meilleurs soutiens, Arthur et Bill, avaient dû aller faire des courses de dernière minute. Les jumeaux l’avaient observée courir dans tous les sens toute la journée. Tantôt s’affairant devant ses marmites bouillonnantes, pour ensuite repasser la chemise de Percy. Tantôt, bordant une Ginny fatiguée ou calmant un Ron pleurnichard. Parfois, au détour d’un couloir, elle sortait sa baguette et se débarrassait d’une poussière invisible. Se déplaçant telle une tornade organisée dans tous les recoins de la maison. Les deux frères ne l’avaient jamais connue autrement. Leur mère était une petite femme pleine d’énergie, qui pensait toujours au confort des autres avant le sien.

Tandis qu’ils atteignaient le premier étage, ils entendirent la grosse voix de Charlie, qui criait depuis l’étage du dessous :

« M’man ! Viens vite, je crois que la dinde est en train de cramer ! M’man ! »

La tête de leur mère apparut dans l’encadrement de la porte de sa chambre et huma l’air. Maintenant que Charlie le disait, Fred et George sentaient eux aussi l’odeur de brûlé qui s’intensifiait dangereusement.

« Oh ce n’est pas vrai ! Pas la dinde, pas la dinde ! Il ne manquait plus que ça. J’avais pourtant demandé à Arthur de ne pas toucher aux réglages. Nom d’un… »

Mais elle s’interrompit en s’apercevant de la présence des jumeaux.

« Tiens, vous tombez bien vous deux », dit-elle en les attirant à l’intérieur de la chambre.

Sur le lit, trônait leur petite sœur Ginny, qui s’amusait avec son collant. Et derrière elle, tranquillement assis dans son petit costume carmin, Ron jouait avec des cartes auto-battantes.

« Je vais vous confier une mission importante. Je peux vous faire confiance ?, demanda-t-elle, pas très rassurée.

Fred et George se jetèrent un coup d’œil en coin, puis hochèrent vigoureusement leur tête.

« Bon je n’ai pas le choix de toute façon. Percy est encore sous la douche, Bill est avec votre père, et Charlie surveille le four…
– M’man ! insista Charlie.
– J’arrive mon chéri, cria Molly à son tour. Bon, si vous pouviez terminer d’habiller Ginny, ce serait vraiment formidable. Toutes ses affaires sont sur le lit, juste là, expliqua-t-elle en désignant la petite robe verte en velours et les souliers vernis. Je vous fais confiance les garçons. Vous êtes des grands maintenant, alors pas de mauvaises blagues.
– Paroles de Weasley, m’man ! », s’exclamèrent-ils.

Molly n’était pas sereine, mais l’odeur de brûlé qui emplissait à présent la chambre, la força à déléguer la tâche. Pourtant, ce qu’elle ne voyait pas et qui aurait eu vite fait de la dissuader, c’était les quatre doigts croisés derrière le dos des jumeaux farceurs.

Elle descendit en hâte l’escalier tordu et lorsqu’elle ne fut plus dans leurs champs de vision, Fred et George refermèrent la porte et se tournèrent vers leurs cadets.

« ‘Ed, ‘Orge ! s’écria d’une voix joyeuse la petite Ginny.
– Quoi de neuf la Limace ? demanda Fred.
– C’est quoi une limace ? demanda Ron qui s’était désintéressé de son paquet de cartes.
– C’est un truc tout gluant et visqueux, qui mange les cerveaux des enfants trop curieux ! expliqua George.
– C’pas vrai ! s’écria Ron. T’es un menteur. Et Ginny, elle mange pas les cerveaux. »

Les jumeaux pouffèrent de rire, ils aimaient mener en bateaux leur petit frère. Il gobait la moitié de leurs histoires et quand ce n’était pas le cas, il prenait un air réprobateur qui leur faisait penser à leur mère. Les sourcils froncés et la bouche en cœur.

« T’as qu’à pas nous croire, la Brioche. C’est pas nous qui allons perdre notre cerveau ! », ajouta Fred en s’empara de la robe de Ginny. «Viens là, la Limace, on doit t’habiller. »

Ginny obtempéra et leva les bras au-dessus de sa tête. Fred passa la robe et George entreprit d’enfiler les bras de leur sœur dans les manches. Ils la soulevèrent comme une poupée et ajustèrent les plis de la petite robe. Ils trouvaient Ginny très mignonne dans ces habits. Au début, ils avaient été déçus d’apprendre que le nouveau venu dans la famille était une fille, mais finalement, Ginny était vraiment trop cool. Et puis les jumeaux avaient du mal à résister à ses petits sourires et ses yeux doux.

« Bon je crois que c’est bon comme ça, annonça George.
– Oui, maman va être contente.
– Mais, il…, commença George.
– Manque quelque chose. », compléta Fred.

Ils échangèrent un regard entendu, puis se tournèrent d’un même mouvement vers la commode usée de leurs parents. Tout près, il y avait un vieux tabouret au rembourrage qui s’échappait par plusieurs trous. Ils montèrent dessus et observèrent les rares flacons et tubes qui étaient posés sur la commode.

« Vous faites quoi ? demanda Ron avec curiosité.
– Fais attention Ron, la Limace est toute proche ! », lui lança George par-dessus son épaule.

Ils fouillèrent un peu dans le bazar qui recouvrait la commode. Derrière la photo de leurs oncles Fabian et Gidéon, ils firent la découverte de la boîte à bijoux de leur grand-mère Prewett. Dedans il y avait de grosses breloques en bronze et des colliers bon-marché. George se saisit de quelques bagues et bracelets. Il avait dans l'idée de décorer sa sœur comme le sapin de Noël.

« Regarde George ! s’exclama soudain Fred en s’empara d’un tube brillant. J’ai déjà vu maman en mettre sur ses lèvres. Et puis après elle deviennent toutes rouges. On peut faire la même chose avec la Limace.
– Oui, comme ça elle sera encore plus belle. Comme une grande. »

Ils sautèrent sur le tapis aux motifs presque effacés et rejoignirent leur sœur toujours assise sur le lit. Fred tourna le tube, comme il avait vu sa mère le faire et commença à tartiner le visage de sa sœur, sous le regard intéressé de Ron. Puis il passa le rouge à lèvre à son frère jumeau, qui en rajouta un peu plus. Une fois satisfaits, ils reculèrent pour observer le résultat. Ginny avait du rouge partout sur sa petite bouille de bébé. Sur les joues, le front, les sourcils, le menton et même un peu dans le cou et les oreilles.

« Je trouve ça joli.
– Oui Ginny la Jolie, dit George avec un sourire triomphant.
– J’li, J’li ! », gazouilla Ginny en frappant dans ses mains, toute joyeuse d’avoir joué à la grande.

Un bruit dans le couloir attira l’attention des quatre enfants. Les jumeaux méfiants se postèrent devant leur petite sœur, afin de dissimuler leur méfait avant que la porte ne s’ouvre brutalement. Un coup de vent fit voler les mèches des deux garçons, qui fermèrent fort les yeux sous la surprise. Lorsqu’ils se décidèrent à relever les paupières, ils s’aperçurent que ce n’était que Bill qui était entré. Les bras croisés sur sa poitrine et les yeux plissés, il les observait d’un air soupçonneux. Leur mère lui avait demandé d'aller voir ce que fabriquaient les jumeaux.

« Qu’est-ce que vous faites les Calamités ? demanda-t-il.
– Rien du tout, répondirent les jumeaux d’une seule voix.
– Vous cachez quoi dans votre dos ? dit Bill en avançant lentement vers eux.
– Rien du tout », répétèrent Fred et George, tout en tentant de cacher discrètement le tube de rouge à lèvres sous le couvre lit.

Mais leur manège n’échappa pas à leur frère aîné, qui connaissait bien leurs combines.

« Vous me prenez pour un Troll ou quoi ? Montre-moi ce que tu essayes de cacher Fred ! Tout de suite ! ordonna Bill avec autorité.
– Ils ont fait des bêtises, Bill ! s’écria Ron qui avait peur d’être associé à leurs manigances.
– Tais-toi la Brioche, ou on mettra une armée de limaces dans ton lit ! menacèrent les jumeaux en se tournant vers lui.
– Hé ! cria Bill, on se calme les Calamit… ».

Mais la fin de sa phrase resta coincée dans sa gorge. La bouche entrouverte par la stupeur, il observait sa sœur Ginny recouverte de lignes rouges maladroitement tracées le long de ses joues rebondies.

« Nom d’une Plume en sucre ! souffla-t-il en prenant sa sœur dans ses bras. Qu’est-ce que vous lui avez fait ?
– C’est juste du rouge, ça part tout seul, expliqua Fred en montrant le tube à Bill.
– Maman va se mettre dans une de ces colères, quand elle va voir ça. Il faut tout effacer avant que les invités arrivent. »

Bill s’empara de son mouchoir et frotta énergiquement les joues de Ginny. Mais il avait beau s’acharner, le rouge ne disparaissait pas.

« Non de non ! paniqua Bill. Ça m’a l’air d’être une sorte de maquillage permanent. Montre-moi le tube Fred. »

Alors qu’il examinait le rouge à lèvre, Percy passa dans le couloir. Il fut attiré pas l’attroupement et ne put retenir un petit cri de surprise quand il aperçut le visage zébré de rouge de sa petite sœur.

« Qu’est ce qui s’est passé ?
– Tu le vois bien Perce, dit Bill énervé. Les jumeaux ont encore frappé. Ils l’ont tartinée de rouge à lèvre.
– Elle est horrible comme ça ! Maman va pas aimer ça. Oh, ça non ! Elle va pas aimer ça du tout…
– Elle est pas horrible Ginny ! rétorqua George. Elle est super jolie d’abord !
– Non, elle est pas belle avec tous ces gribouillis sur la figure. Et toi t’es qu’un petit cafard puant qui va être puni quand je vais tout raconter à maman, s’écria Percy.
– T’as pas le droit ! T’es qu’un rapporteur !
– Oh ! s’exclama Bill. J’essaye de réfléchir les cloportes ! Alors, silence ! », intima-t-il à la petite assemblée.

La chambre commençait à devenir étroite, avec tout ce monde qui arrivait. Bill avait toujours Ginny dans les bras. Il était près de la fenêtre qui donnait sur l’entrée et leur sœur s’amusait avec les longues mèches rousses de ses cheveux, totalement inconsciente du drame qui se déroulait sous ses yeux. Soudain, des pas lourd dans l’escalier firent sursauter la compagnie déjà à bout de nerfs.

« Hé, vous faites quoi, les gars ? », demanda la voix de Charlie.

Lorsqu’il atteignit le pallier du premier étage, il vit tous ses frères et sœur réunis dans la petite chambre de ses parents. Son regard passa d’un Ron angoissé, aux jumeaux renfrognés, à un Percy indigné, puis à un Bill pensif, pour finir par une Ginny décorée.

« Nom d’un Magyar à pointes ! On dirait Tante Muriel dans ses mauvais jours ! » pouffa-t-il.

Tout le monde le regarda d’un air étonné, puis ils se joignirent à son hilarité. La chambre était remplie de leurs éclats de rire. Finalement, le petit incident n’était pas si dramatique que ça. Et puis, ils devaient bien reconnaitre que Ginny avait des airs de tante Muriel avec tout ce maquillage. Les jumeaux étaient encore plus fiers de leur petite idée. Soudain, un grincement de porte mit fin au fou rire général.

« Qui a fait ça ?! », gronda Molly d’une voix sourde.

Elle désignait d’un doigt tendu sa fille. Ses yeux envoyaient des éclairs sur chacun des enfants présents dans la pièce.

Les jumeaux téméraires s’avancèrent vers elle en affichant un air innocent et sortirent de leur poche les flacons mal emballés.

« Joyeux Noël, maman ! », dirent-t-ils en chœur.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu ^^
Une minus maïs costos review pour me dire ce que vous en avez pensé please ;))
A la prochaine pour le chapitre suivant !:D
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.