S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Mon beau sapin par lalaulau38

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Premier texte sur Minerva McGonagall qui me tenait à coeur et m'a donné envie d'en savoir plus sur cette professeure.

TOUS les personnages appartiennent à JKR. Pour plus d'infos, http://fr.harrypotter.wikia.com/wiki/Minerva_McGonagall

J'espère que vous apprécierez

Note de chapitre:

Merci à Bevy pour sa bêta !

 

 

C’était son premier Noël à Poudlard en tant qu’enseignante, et Minerva McGonagall devait bien l’admettre, malgré les beaux sapins dans la Grande Salle, le somptueux festin et la neige qui ne cessait de tomber depuis deux jours, elle se sentait désespérément seule en cette fin de soirée. Elle avait quitté ses collègues et les élèves présents un peu plus tôt, prétextant une fatigue soudaine. Mais il n’en n’était rien. Minerva avait simplement eut envie de se retrouver seule, et de relire les longues lettres passionnées que lui avait envoyé Dougal McGregor quelques années auparavant. La professeure de Métamorphose avait toujours su qu’elle avait fait le bon choix en annulant ses fiançailles avec le jeune Moldu qu’elle fréquentait alors : elle n’aurait pas pu faire une croix sur sa magie, ni vivre dans le secret pendant des années comme sa mère. Mais depuis que sa mère lui avait appris par hibou que son premier amour s’était marié, juste après sa prise de poste à Poudlard, Minerva était restée choquée, tous les souvenirs remontant à la surface. Depuis, elle n’avait pu se résoudre à bruler la longue correspondance qu’ils avaient entretenue durant de longs mois et ressortait régulièrement de dessous son lit la vieille boite contenant les missives.

Elle lisait sa préférée. Dougal avait cette façon de raconter des choses simples en apparence en les rendant poétiques. Il lui racontait longuement comment le soir, assis sur le rebord de sa fenêtre, il contemplait les étoiles en imaginant son futur avec elle, et comment chaque détail anodin de ses journées le ramenait à elle.

 

Perdue dans sa lecture, elle n’entendit qu’à peine la porte s’ouvrir doucement.

 - Minerva ? Tout va bien ?

Albus Dumbledore l’a trouva assise sur son lit, les yeux humides. Il avait toujours un pincement au cœur à la voir triste, elle, son ancienne élève et toute nouvelle collègue. Il s’approcha d’elle et s’assit à ses cotés.

- Allons, fit-il d’une voix douce en lui prenant la lettre des mains. Pas le soir de Noël, Minerva.

Leur amitié était née sur ce déballage de secrets. Lorsqu’elle avait appris le mariage de Dougal, Dumbledore l’avait trouvée en larmes dans sa salle de classe, inconsolable. Ils étaient restés une grande partie de la nuit à se raconter leurs secrets familiaux, et leur complicité s’était renforcée.

- Je sais ce qu’il nous faut, reprit le directeur.

En un claquement de doigt, il fit apparaitre une boite de chocolats et deux Biereaubeurre. Il se leva et regarda à travers la fenêtre.

- C’est un temps splendide pour une nuit de Noël, fit-il remarquer. Lorsque j’étais tout petit, je restais des heures à regarder les flocons tomber. Je les comptais un par un, mais je n’ai jamais réussi à finir mon calcul…. Et vous, Minerva, plutôt que d’entretenir les souvenirs douloureux de votre vie, racontez moi votre plus beau Noël ?

La jeune femme releva la tête et après quelques instants, fit un sourire discret à son directeur.

- J’avais six ans, commença-t-elle en le rejoignant près de la fenêtre. Maman nous avait missionnés, papa et moi, de trouver le plus beau sapin dans une forêt pas très loin de chez nous. Papa a toujours été quelqu’un d’enjoué, et rien que de voir une étincelle de bonheur dans mes yeux le couvrait de joie. J’ai toujours été proche de mon père, tout ceux qui le connaissent diront que je lui ressemble, que j’ai son caractère et ses traits, et pour moi, de partir « à l’aventure » avec mon papa, c’était déjà un beau cadeau de Noël en avance. Il est venu me réveiller tôt le matin du vingt  décembre. Le jour se levait à peine et il avait neigé toute la nuit. Lorsque nous sommes descendus à la cuisine, je me suis assise sur un vieux fauteuil près de la cheminée. J’ai regardé à travers la fenêtre embuée le spectacle magique qui se déroulait dehors. Il ne neigeait plus, mais le sol était recouvert d’un épais manteau blanc, et le soleil qui commençait à percer petit à petit au dessus de la forêt donnait au ciel une couleur rouge magnifique. L’odeur du pain grillé et la voix de papa m’appelant pour le petit déjeuner m’avaient sorti de mes pensés. Il avait préparé des œufs brouillés et du bacon grillé, et m’avait fait chauffer un cacao à la cannelle dont j’ai encore le goût dans la bouche rien que d’y penser. J’avalais goulument mon festin du matin pendant que papa mettait le pic-nic préparé par maman la veille dans un panier en osier. Je revois encore le regard bienveillant de papa posé sur moi… Maman s’était levée à son tour et nous observait tendrement, appuyée contre l’encadrement de la porte. Elle tenait dans ses bras mon jeune frère Malcom. Robert Junior dormait encore à l’étage. J’ai chaussé mes bottes et ai revêtu mon manteau rouge. Papa m’a aidé à le boutonner et a ajusté son écharpe en laine autour de mon cou. Après un rapide baiser à maman, nous sommes partis à l’aventure.

 

Minerva regarda Dumbledore qui l’écoutait attentivement.

 

- Le paysage était magnifique, reprit-elle. La neige immaculée s’étendait à perte de vue et les premières lueurs du soleil rendaient le spectacle magique. La chasse à l’arbre parfait, comme nous l’appelions, allait commencer dans l’après midi, mais cette journée allait être de loin la plus mémorable de mon enfance. Nous habitions un petit cottage à quelques miles du village. Papa est allé ouvrir le garage et m’a dit de l’attendre quelques minutes. Lorsqu’il est ressorti, il tenait à la main une magnifique luge en bois qu’il avait construit de ses propres mains ! Il m’a expliqué que même si je devenais une grande fille, la journée serait longue et qu’il avait fabriqué cette luge pour que je profite au maximum. Je me suis donc assise dessus et papa l’a tirée jusqu’au bourg, où il a fait quelques courses. Mon père est un homme droit et à la fois très humain, toujours à l’écoute. Nous avons parlé avec quelques connaissances, puis nous avons repris notre chemin. Le cottage où nous vivions était entouré de forêts de sapins, mais papa avait décrété qu’aucun de ces arbres ne serait assez beau pour que nous le décorions. C’est donc après une heure de marche que nous sommes arrivés en bordure du bois où se trouvait notre futur arbre de Noël. Je suis descendue de ma luge et nous avons pris quelques minutes pour pique-niquer. Le repas, malgré le froid, était encore tiède. Maman avait, d’après papa, un « secret de préparation » qui empêchait la nourriture de refroidir rapidement. J’ignorais à l’époque qu’il s’agissait de magie, mais je comprends mieux aujourd’hui. Je me souviens de ces mets succulents. Il y avait du roastbeef et des pommes de terre, un morceau de cheddar et des oranges. Après avoir mangé, papa m’a regardé avec un air malicieux.

« Allez Minie, allons chercher le plus beau sapin de Noël. », m’a-t-il dit.

Il m’a tendu la main, et nous sommes partis tous les deux dans les profondeurs de la forêt. C’était la première année où je suivais mon père. Chaque saison avait apporté sa ballade. Au printemps, nous étions partis chasser les papillons. En été, papa allait couper le bois qui servirait à nous chauffer quelques mois plus tard, et j’avais eu l’autorisation de l’accompagner. Nous étions allés ramasser des champignons en automne, et cet hiver là, pour la première fois, nous étions chargés de ramener le sapin tous les deux.

A mesure où nous nous enfoncions dans les bois, je sentis mon cœur se réchauffer. Papa regardait, à droite à gauche les arbres susceptibles d’être assez beaux et robustes pour trôner dans notre salle à manger pendant la période des fêtes, mais j’ai soudain eu l’intime conviction qu’aucun de ces arbres que mon père regardait n’était pour nous. Je me suis sentie comme appelée par une voix, qui me disait d’avancer encore un peu. Alors j’ai écouté la voix. Nous avons marché encore quelques minutes au milieu de résineux tous plus beaux les uns que les autres, et après quelques pas de plus dans la neige, j’ai regardé mon père, et je lui ai dit :

« Celui-là. ».

Devant moi se trouvait un petit sapin dont le tronc était tout tordu. Je me suis approché de lui et ai effleuré une branche. Toute la neige qui était dessus est alors tombée complètement. A première vue l’arbre était le moins beau de tous les autres présents aux alentours, mais je me sentais attirée par lui. Il fallait que ce soit lui.

Mon père a sorti sa hache et a coupé le sapin. Il l’a ensuite chargé sur ma luge, et je me suis assise sur le tronc. Le froid se fît plus présent lorsque nous avons rejoint la route, et malgré cela je n’en ressenti rien. Notre sapin de Noël, par un moyen dont mon père et moi ignorions à l’époque le procédé, nous tenait au chaud.

La nuit tombait lorsque nous sommes arrivés chez nous. Maman guettait notre arrivée par la fenêtre et s’est empressée de nous accueillir. Lorsqu’elle a vu le sapin au tronc tordu et qu’elle m’a demandé pourquoi nous avions choisi celui là, je me souviens lui avoir répondu que c’était comme ça, que c’était celui là qu’il nous fallait.

Le choix de cet arbre en particulier n’a pas été la seule chose bizarre ce soir là.

Maman avait sorti les décorations de Noël, et papa était parti à la cuisine pour lire le journal. Elle me donnait une à une, des boules vertes et rouges que j’accrochais sur les branches de mon sapin au tronc tordu.

Lorsqu’elle me tendit l’étoile à accrocher tout en haut de l’arbre, elle me donna l’ordre de l’attendre, le temps qu’elle aille chercher un escabeau pour l’accrocher elle-même. Je me souviens être restée fixant tour à tour la branche supérieure du sapin et l’étoile dans ma main, déçue de ne pas pouvoir l’accrocher moi-même. Et c’est arrivé comme par magie… j’ignorais alors que c’en était vraiment.

L’étoile s’est doucement envolée de mes mains alors que je fixais la pointe de l’arbre. Maman est entrée dans la pièce, l’escabeau sous le bras, au moment où l’étoile s’emboitait doucement à la cime du sapin. Je me suis retournée, lui demandant avec un grand sourire si elle avait vu ce qui venait de se passer.

Bien sûr qu’elle avait vu ! Elle en avait fait tomber l’escabeau. Elle avait un mélange de sourire et d’appréhension sur son visage. Elle s’est approchée de moi et m’a déposé un baiser sur le front, puis m’a demandé de ne rien dire à papa pour le moment.

Ma première démonstration de magie. Mon plus merveilleux souvenir de Noël. Le sapin tordu dont le tronc avait été coupé à la hache a par la suite refait des racines sans que mon père ne comprenne pourquoi. Nous avons pu le replanter dans le jardin et il est devenu mon confident lorsque j’ai grandi. Je m’asseyais à ses pieds l’été et lui racontais mes états d’âme. Papa s’est demandé pendant quelques années comment cela avait été possible avant qu’il apprenne que nous étions des sorcières.

 

Minerva leva à nouveau les yeux vers Dumbledore. Celui-ci la regardait avec un fin sourire.

- Ceci explique que votre baguette soit en bois de sapin, avança-t-il.

- Lorsqu’Ollivender me l’a tendu, il a précisé qu’elle était relativement récente, et qu’elle avait été taillée trois ans auparavant sur une branche de sapin dans la même forêt que celle où nous avions été cherché notre arbre de Noël. J’ai su immédiatement que ce serait celle-ci. Et ça n’a pas manqué.

 

- Voilà un souvenir particulièrement marquant, dit Dumbledore.

La jeune femme le regarda avec un sourire franc.

- Particulièrement marquant et heureux. Merci de m’avoir fait replonger dans ces bons moments, Albus. Merci d’être là pour moi lorsque j’en ai besoin.

Dumbledore s’approcha de la porte et leva légèrement les mains.

- Les amis, Minerva. Le monde serait bien triste sans amis.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.