S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Les silences de James par Bevy

[9 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Encore une fois, j'écris sur les frères Potter. Pourtant, je n'aime pas des masses la new générations, mais il y a quelques mois, j'avais eu un déclic sur James, voulant en faire autre chose que le sale gosse capricieux de beaucoup de fic, que même l'épilogue ne justifie pas. Encore une fois, je ne les épargne pas, mais j'ai l'impression que la famille Potter m'inspire des petits drames^^.

Pour ceux et celles qui n'ont pas lu "Parka Rouge" qui traite aussi de James et Albus, je vous conseille quand même de la lire. Elle aide à comprendre la réaction d'Albus et certains éléments qui sont très sous entendus...

Un grand merci à Lalaulau pour sa correction !!
Note de chapitre:

Joyeux Noel Lily! cette fic est pour toi, le temps que tu consacres à me corriger et parce que c'est toujours chouette de discuter avec toi, coupine !
"C’est pas vrai ! James, il ne peut pas ne pas aller à Poudlard !
-Albus, mon chéri. Ce sont des choses qui arrivent, explique son père. James ne peut pas faire de magie comme ta mère ou moi. Mais pour toi comme pour nous, ça ne doit rien changer !
- C’est pas juste, s’entête Albus. Pourquoi James, il serait différent des autres sorciers ? Pourquoi il ne peut pas étudier à Poudlard ?
-Albus, ne rends pas les choses plus compliquées. Tous les petits sorciers de l’âge de James ont déjà fait de la magie, sauf lui. Il faut que tu sois fort pour lui et que tu acceptes cette idée, insiste Harry.
- James peut pas ne pas être un sorcier ! Pourquoi il ne pourrait pas ? Puis tu m’as déjà dit que Rusard, c’était un Cracmol et qu’il vivait à Poudlard. Pourquoi James il ne ferait pas pareil ? »


Albus ne veut rien entendre. Albus ne veut pas y croire, que James est un Cracmol. C’est une idée inconcevable pour lui. James ne peut pas être dénué de sang magique. Son frère a à peine dix ans, il peut encore faire ses preuves. Les poings crispés, Albus martèle le sofa sur lequel ses parents lui ont demandé de s’assoir. Peut-être que s’il continue à crier et à taper le canapé, ses parents abdiqueront, comme lorsque que lui, Lily ou James font de très gros caprices.


« Albus ! Écoute-moi ! lui ordonne plus durement sa mère. Tu es un petit garçon intelligent, alors ne fait pas l’ignare ! James est un Cracmol. Mais il pourra quand même vivre et travailler dans le monde magique. Et nous, on l’aimera pareil ! »


La voix de Ginny s’est un peu étranglée sur le terme « Cracmol ». Mais Albus continue sa crise, comme si son caprice pouvait changer quelque chose. Harry lui, lance un regard courroucé à sa femme.

« Ginny, vas-y mollo ! C’est déjà suffisamment dur sans que tu brusques Albus !
- Harry, il faut bien qu’il comprenne ! Tu crois que ça aidera James si son frère s’acharne à croire le contraire ?
- Et Lily, tu comptes le lui dire comme ça aussi ? Ce ne sont que des enfants, Ginny ! Nos enfants !
-Vous êtes des menteurs ! crie Albus pour couvrir la dispute naissante de ses parents. Vous êtes des menteurs et je vous déteste ! Vous n’avez pas le droit d’interdire à James d’aller à Poudlard !
-Albus ! Calme-toi s’il te plait ! On ne veut pas punir ton frère… reprend Ginny.
-Au contraire, il faut qu’on soit unis et forts pour James. Pour qu’il ne se sente pas exclu ou différent, commence Harry.
-Et bien, si James ne va pas à Poudlard, moi non plus ! lance Albus. J’irais pas ! J’veux plus être sorcier ! »


C’est sa dernière carte. Son dernier argument pour retourner la situation et donner le droit à James de partir à Poudlard. La colère et son sentiment d’injustice ne retombent pas et maintenant, Albus a envie de pleurer. Parce que Poudlard sans James, ce ne sera pas drôle, qu’ils se sont promis d’explorer le château ensemble, de dresser des hypogryphes, de trouver les passages secrets et de vivre des aventures aussi palpitantes que leurs parents à leur âge. Lui et James ont fait un pacte, comme les frères indiens. L’été dernier, alors qu’ils jouaient aux indiens, James, très sérieusement, lui a fait une entaille dans sa paume puis dans la sienne. Ils se sont serrés très fort la main et son grand frère, d’un ton très solennel, a décrété qu’ils étaient unis par le pacte secret des Powhatans. Qu’ils resteraient ensemble pour la vie et qu’ils seraient toujours amis. Qu’il ne laisserait personne lui faire de mal.


Alors, personne, même leurs parents, n’a le droit de les séparer.


« Albus, va dans ta chambre maintenant ! Ton père et moi devons discuter.
- S’il te plait, obéis à ta mère. On en reparlera plus tard. »


Albus ne discute pas. Le garçon est trop en colère contre ses parents pour regretter ses paroles, les yeux brillants de sa mère ou la manie de son père de jouer avec les branches de ses lunettes. En cet instant, Albus déteste ses parents, parce qu’ils veulent priver James de son droit d’apprendre la magie. Il claque fort la porte du salon, pour provoquer la colère de sa mère. Peut-être que si elle est fâchée contre lui, on ne lui parlera plus de l’anormalité de James avec autant de sérieux.
Sa mère ne crie pas après lui.


Pas de «  Claque la porte plus fort, Al’, la prochaine fois tu arriveras peut être à briser une vitre ! » couroucé. Sa colère ne retombe pas et Albus voudrait que son frère soit là pour démentir les propos de ses parents.

Mais le garçon sait que c’est vrai. James n’a jamais fait de vraie magie, même si la sienne, celle des mots et des histoires fabuleuses est bien plus belle.
***************************

«  Papa, je peux quitter la table ? Je suis fatigué, demande James.
- Tu ne veux pas regarder Jumanji avec ton frère, mon chéri ? Il n’y a pas école demain et c’est votre film préféré.
- Vraiment, je suis fatigué, Papa, insiste James.


Le dîner a été très silencieux. Lily fête l’anniversaire d’une de ses camarades de classe et dort chez elle. Ses parents n’ont pas reparlé de l’absence de magie chez son frère. Comme convenu, James doit rester un petit garçon ordinaire, qui ira dans un collège Moldu. Il n’y a rien d’anormal, alors en reparler ne sert à rien.

Pourtant, Albus aimerait en discuter lui. Pas avec ses parents. Ni avec Lily, qui a pleuré quand on le lui a appris. Mais Lily a vite fini par accepter cette idée, contente de savoir qu’elle pourra voir tous les jours son grand frère et qu’en plus, il pourra remettre à leur place les plus grands qui se moquent d’elle à l’école. Mais Lily est trop naïve, elle ne réalise pas que tout le monde va regarder James de travers. Louis ne va pas rater l’occasion pour se moquer de James et Rose va le dédaigner encore plus qu’avant. Albus n’a jamais trop compris pourquoi Louis et James se détestent. Mais il sait que Rose est jalouse. Jalouse parce qu’Hugo répète souvent, qu’il aurait bien aimé avoir James comme grand frère. Même sa tante Hermione a reconnu, une fois, qu’elle aurait souhaité que Rose lise autant que James.


Albus lève la tête pour essayer de croiser le regard de James, mais son frère détourne la tête. Alors, Albus continue de faire des pâtés avec son hachis. Avant, pendant les repas, lui et James faisaient des concours entre eux. Qui fait les bruits les plus insolites avec sa paille. Qui ramasse le plus de mousse dans sa cuillère sans en faire tomber. Qui réussit à faire la mélodie la plus originale avec ses couverts, sur le rebord de l’assiette ou sur le verre. Avant, James et lui se disputaient toujours le dernier fondant au chocolat ou la dernière meringue citronnée. Avant, lui et son frère complotaient entre eux pour amadouer leurs parents et obtenir la permission de regarder la télé le soir. Les deux dernières semaines paraissent interminables à Albus.

De nouveau, Albus constate que son père interrompt un geste qu’il sait être de la nervosité : celui d’ôter ses lunettes et de jouer avec leurs branches. Le blanc installé par James, qui n’en n’a cure et continue de manger en silence, est interrompue par l’entrée de sa mère, dont la voix leur parvient de l’entrée.


«  Vous êtes là les garçons ?
-Maman est rentrée ! Maman est rentrée ! Dis Papa, tu crois qu’elle aura eu l’autographe de Johan Beckett, la nouvelle gardienne des Frelons ?
- Laisse-lui le temps de s’installer avant de lui demander, Albus. Votre mère doit être lessivée avec ses entrainements ! Nous sommes dans la cuisine, chérie ! », crie Harry à l’intention de sa femme.


Echevelée, sa tenue de Quidditch tachée de boue, Ginny rentre dans la cuisine.


« Désolée pour le retard, les garçons, l’entraineur nous a retenu ! Ça sent bon dis donc !
- Hachis Parmentier maison, Ginny ! Je t’en ai gardé une part au chaud.
- Je me douche et je goûte ça ! Mais avant, j’ai une surprise pour vous mes chéris. J’ai obtenue l’autorisation de vous prendre avec moi demain après-midi, pour l’entrainement. Ça vous intéresse ?
- Ça veut dire qu’on va voir de vrais joueurs voler sur des balais. C’est cool ça ! T’en es, James ?! s’enthousiasme Albus.
-J’sais pas. J’ai pris du retard sur mes devoirs de maths.
- Comment t’as pu faire, tu t’enfermes tous les soirs pour faire tes devoirs ? s’étonne Albus.
- Je te dis que j’ai du travail, le nain. Alors lâche-moi !
- T’es pas marrant, James ! Bientôt, tu vas parler comme Louis-le-Frimeur.
- Je ne serais jamais comme Louis. Jamais. T’as pas le droit de me comparer à lui !
- Ça suffit les garçons !  Il y a intérêt que vous soyez calmes quand je reviens !» ordonne Ginny.


Albus se rend compte de l’injustice de ses propos au moment même où ils sortent de sa bouche. James est bien moins prétentieux que Louis. Et surtout, James n’ira pas à Poudlard, comme Louis. Ça aurait dû être Louis, le Cracmol. Juste pour lui faire les pieds, mais Albus est trop en colère pour regretter ses paroles. En colère contre ses parents, qui taisent la différence de James, comme si c’était une gêne. En colère contre Lily et sa crédulité de petite fille. Et surtout, en colère contre James, qui s’éloigne de lui. Qui met des distances entre eux. Qui ne se confie pas à lui, alors qu’ils sont sensés tout partager. Albus est le seul à savoir que James est amoureux de Marjolaine, une des filles de l’école. James le lui avait dit mais lui avait demandé de ne pas le répéter. Alors Albus a enfermé le secret de James et il ne peut s’empêcher d’être fier d’être le seul au courant. Il trouve juste dommage que James-au-cœur-de-lion n’ose pas en parler à la jolie Marjolaine.


Et surtout, James est son seul véritable ami. Albus n’a pas de réels copains dans sa classe. Ce n’est pas qu’Albus ne les aiment pas. Juste qu’il ne sait pas comment se comporter envers eux pour être accepter. Doit-il être lui-même ? Ou mentir juste un peu, pour paraitre comme un Moldu ordinaire ? Jusqu’ou peut-il leur accorder sa confiance ? Albus qui pensait qu’être sorcier rendait invulnérable à trop tôt compris que ce n’était pas le cas. Et la magie est égoïste, parce qu’elle refuse ses faveurs à James. S’il le pouvait, Albus la donnerait à James, sa magie. Parce que James aurait fait un fier et combattant Gryffondor.


«  Si tu es fatigué, tu peux aller te coucher, James, annonce Harry. Ton frère m’aidera à débarrasser et à faire la vaisselle avant de regarder le film…
- D’accord. Bonne nuit Papa. Cafte pas les réponses des énigmes, Albus, c’est pas du jeu sinon !



Le coude sur ses genoux, blotti dans le canapé, Albus suit sans intérêt le film. A la télé, les deux enfants fuient le grenier où une chauve-souris a essayé de s’accrocher dans les cheveux de Peter. D’ordinaire, le garçon attend avec impatience les fameux tambours en bruit de fond, signe que l’aventure commence vraiment pour Judith et son frère. Sa mère a posé sa tête sur l’épaule de son père et enlacés, ils suivent le film avec lui.


Albus, quand à lui, n’aime pas le vide dans le canapé. Sans sa petite sœur pour se plaindre qu’ils sont serrés, tous les quatre, et sans James pour lui disputer la télécommande ou un coussin supplémentaire, Albus s’ennuie. Les friandises de Berthie Crochues sur la table lui paraissent inintéressantes. James fonce toujours quand il le met au défi d’en prendre une. Et Albus, lui, ne résiste jamais aux bravades de son frère.


« Tu as froid, Al’ ? finit par lui demander sa mère.
- Non, ça va, Maman. »


Néanmoins soucieuse, Ginny pose sa main sur le front de son fils. Il n’est pas improbable qu’Albus refuse de lui avouer se sentir mal, pour l’accompagner malgré tout à son prochain entrainement. .


« Ça va, tu n’as pas de fièvre.
-M’man, je peux aller me coucher ? Le film, je le connais déjà…
-C’est toi qui voit, Al’. Dors bien. »


Le garçon se lève et quitte la pièce, en silence. Ginny attend encore un peu que les pas d’Albus s’éloignent.


« Harry, tu sais, je crois qu’on devrait reparler aux garçons. James est de plus en plus taciturne et Albus est très pessimiste sur l’avenir de son frère. Hier, quand je lui ai assuré que James ne souffrirait pas de ne pas aller à Poudlard, il m’a répondu que les autres ne cesseraient de le lui rappeler.
- Albus est parfois trop mature. Il ne devrait pas avoir ce genre d’inquiétudes à son âge.
-Oui et non, Harry. James est quasiment son seul ami, alors il s’inquiète pour lui outre mesure.
- Aussi. On confiera Lily à tes parents dimanche, elle sera contente de les voir. Et on reparlera aux garçons. Moi aussi, ça me soulagera de crever l'abcès. J'ai horreur des non- dits.

Ginny soupire et repose sa tête sur l’épaule de Harry. Elle aurait voulu une enfance ordinaire pour ses deux garçons. Qu’Albus ait d’autres copains que son frère et ses cousins, comme avant son enlèvement. Que James ne soit pas l’exception à la règle, dans une trop grande famille de sorciers connus.


Faire comme si c’était normal, ce n’est peut-être pas la solution. Peut-être que leurs enfants sont assez forts pour ne pas être épargné par la réalité.

*******************************


James sursaute quand la porte de sa chambre s’ouvre sur Albus. Il n’a pas entendu les pas de son frère sur le pallier, alors que le silence règne dans sa chambre. Ses devoirs de maths sont rangés dans son sac, prêt pour le lundi. Le garçon, assidu dans son travail, aurait dû être heureux de ce week end de liberté et de la perspective de passer une après-midi entière à encourager sa mère.


Mais James n’a envie de rien, ces temps-ci. Rien qui ne lui rappelle la magie qui n’est pas en lui, et toutes les privations qui s’en suivent. Et aussi, il ne peut s’empêcher de se demander ce qu’il a pu faire pour être un Cracmol. Le docteur qui lui a fait passer les tests lui a pourtant bien expliqué que ça n’avait rien à voir avec lui, que c’était purement génétique. Comme sa mauvaise vue, héritée de son père, ou ses cheveux roux, de sa mère.


La plupart du temps, James se sent apathique, même si à l’école, avec les autres enfants Moldus, qui ne savent pas, il se sent presque bien.


« Tu dors pas ? 
- Fiche moi la paix, Albus, je veux être tout seul ! 
- T’es toujours tout seul ! T’en as pas marre ? »


Son frère ne décolle pas, malgré son ordre. Les yeux verts d’Albus le fixe et James n’aime pas ça. Il y a de la rancœur, dans la bouche plissée de son frère, de la tristesse dans ses yeux.


«  Je t’ai dit de me lâcher la grappe, le gnome ! Je ne veux pas te voir dans ma chambre !
- Et moi, j’en aie assez que tu me parles plus ! Lily aussi, tu lui manques ! Ce n’est pas notre faute, si les autres ne veulent pas que tu ailles à Poudlard ! »



Les autres, ce sont ses parents, les médecins qui lui ont fait passer des tests. Des gens qui se disent savants ou qui prétendent comprendre ce qu’il ressent. James ne leur en veut pas, au fond de lui, il l’a toujours su, un peu, qu’il était différent. Mais son frère l’énerve, à crier à l’injustice, à être en colère pour lui. Ou contre lui. Albus devrait arrêter de prétendre qu’il ne mettra jamais les pieds à Poudlard juste pour lui.


Qui ne voudrait pas aller à Poudlard ?


« Lâche l’affaire, Al’ ! C’est comme ça et pas autrement. Je veux juste être un peu seul… »


Pourtant, ça le touche, qu’Albus crie vendetta pour lui. Et c’est surtout pour ça qu’il évite son frère, ses revendications, son soutien à toute épreuve. La colère d’Albus est contagieuse, elle lui donne envie de se battre, même si c’est vain. Elle lui rappelle qu’il est James-au-cœur-de-lion quand ils jouent au chevalier.

La colère d’Albus, c’est son amour de frère à peine voilé, inaltérable. James n’est pas sentimental. Peu démonstratif. Alors Albus à fleur de peau, sur qui on lit comme un dans livre ouvert, ça le touche et ça l’effraie un peu.


Albus s’avance jusqu’ à son lit et James fait comme s’il ne le voyait pas. Peut-être que ça lassera son frère, s’il l’ignore.


«  Moi, je dis que tu t’ennuis, tout seul. Que t’as personne à qui raconter des histoires ou pour jouer avec toi. Et que t’es triste même si t’en as pas l’air ! »

James préfère ne pas répondre. Ignorer cet Albus trop perspicace.

«  Tu sais, les autres, ils ont beau dire, ils ne savent pas. Que ta magie, c’est tes histoires. Et qu’avec elles, rien qu’en fermant les yeux, on se sent plus fort qu’avec dix baguettes. Juste que je trouve injuste que t’aies pas le droit d’apprendre la vraie magie.
- Mes histoires ne sont pas réelles, Al’. Pas comme la magie.
- Mais elles sont à toi, James. Et elles me manquent ! »


Albus ne sait pas raconter les histoires, il s’embrouille et révèle souvent la fin accidentellement. Mais Albus a les mots, comme un baume. Albus lui donne envie, un peu, de redevenir James-au-cœur- de-lion.
Note de fin de chapitre :

L'idée d'un James Cracmol est assez personnel et me tennait à cœur, même si c'est une entorse au canon. Voilà, j'espère que vous aimerez!!
J'ai une nouvelle fois éclipsé Lily mais elle ne m'inspire pas. Je préfère de loin la relation entre James et Albus, que je vois assez proche même si James, à mes yeux, reste un gamin un peu perturbateur et pas toujours cool avec ses cadets!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.