S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Ad Vitam Aeternam par Smittina

[478 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ad Vitam Aeternam (ou "A tout jamais")

[Ici, tous les personnages (sauf quelques OC), et certains faits appartiennent exclusivement à la brillantissime JK Rowling]

Cette fanfiction est un Univers Alternatif dans lequel j'ai choisi délibéremment d'occulter la Prophétie de Trelawney. Ainsi, Voldemort n'a pas ressenti le "besoin" d'éliminer la menace : Harry Potter. Et par conséquent, ses parents ne sont pas morts le soir d'Halloween comme c'est le cas dans les livres.

L'histoire se déroule en 1995, soit lors de la Quatrième Année d'Harry à Poudlard et elle s'étalera sur l'intégralité de cette année scolaire.

C'est donc une fanfiction longue qui comportera en tout entre 55  chapitres. Sa rédaction est terminée.

Certains chapitres comportent quelques scènes de violence d'où le rating -16. Il n'est donc pas là pour faire jolie. Mais en général, j'essaie de signaler ces scènes, en note de début de chapitre, histoire de vous prévenir. 

Certaines fautes d'orthographes/conjugaisons se dissimulent sûrement dans mon texte, n'hésitez pas à me le dire que je m'empresse de les corriger!

N'hésitez pas non plus à me faire part de vos impressions, de vos critiques! Elles sont bien évidemment les bienvenues et ne peuvent que me permettre de progresser!

La question est souvent revenue dans les reviews alors je vous l'indique ici : ma fréquence de publication est bi-mensuel et en général, je poste mes chapitres le weekend, quand le temps me le permet! Voila !

Sur ce, Bonne Lecture à tous et à toutes !

(mise à jour le 16/04/2015)

Note de chapitre:

Bien le bonjour à vous, chers lecteurs !

Ce prologue se marie très bien avec :
"Snape's demise" d'Alexandre Desplat :
https://www.youtube.com/watch?v=6LLMI3qYvGg

 

PROLOGUE - TREIZE ANS.

 

"Un amour qui n'a pas le sentiment d'être éternel,
n'a jamais commencé."

André Frossard

 

***

 

Un homme progresse lentement sur ce petit sentier en plein cœur de la forêt de Dean. Ses jambes tremblent et son cerveau le supplie de faire demi-tour. Mais il veut en avoir le cœur net. Il doit savoir. Alors, il continue d’avancer, les bras le long du corps et les poings serrés. Les battements de son cœur s’accélèrent à mesure qu’il approche de l’agitation. De nombreuses autres personnes sont présentes. Parmi elle, un jeune homme aux cheveux et yeux gris s’avance vers lui. Il pleure. Cela ne lui ressemble peu. Il lui pose une main sur le torse, le suppliant de ne pas y aller.  Cependant, l’homme le repousse et continue sa progression vers l’agitation. Il doit savoir, et il ne repartira pas sans l’avoir vue de ses propres yeux. Lorsqu’elles s’aperçoivent de sa présence, toutes les personnes se trouvant sur les lieux, s’écartent pour le laisser passer. Voyant leurs mines attristées, et cet air désolé sur leurs visages d’une pâleur cadavérique, il comprend qu’il n’y a pratiquement plus d’espoir. Cependant, il insiste pour aller jusqu’au bout, et de ce fait, il avance la tête haute vers ce qui s’apparente à la tragédie de sa vie.

                Il baisse les yeux, et il la voit, étendue sur le sol, inerte, sans vie. Mise à part sa chevelure rousse caractéristique, elle n’est même pas reconnaissable tellement son visage est défiguré par les sévices qu’elle a dû subir durant les deux derniers mois qui suivirent sa disparition. A vrai dire, son corps entier est mutilé, lacéré, écorché par les nombreux sortilèges et coup de lames qu’elle a endurés. Tout ce qui reste d’elle, c'est sa baguette – saule, 25.6 cm, souple et rapide – ainsi que son alliance ensanglantée. L’homme tombe à genoux et ne peut s’empêcher de pousser un cri de douleur déchirant car celle qu’il avait tant aimée, n’était plus à présent.

 

***

 

                Ce fut un horrible cauchemar qui réveilla en sursaut James Potter. Ce dernier était dégoulinant de sueur, et son corps était parcouru de spasmes incontrôlés. Le temps d’une infime fraction de seconde, il crut qu’il était encore agenouillé dans ces bois ; mais un rapide coup d’œil dans la pièce où il se trouvait lui fit comprendre qu’il avait encore fait cet odieux cauchemar. Il porta ses mains à son visage, et tenta de reprendre par-dessus tout, ses esprits. Il inspira profondément à plusieurs reprises, essayant d’effacer ces horribles images de sa mémoire, mais rien n’y faisait. Aujourd’hui, il savait qu’elle serait partout, à ses côtés.

                James resta longtemps assis sur ce lit qui n’était pas le sien, et se rappela qu’il n’était pas seul lorsqu’il sentit le corps d’une personne bouger à ses côtés. Il porta enfin le regard vers la propriétaire des lieux où il se trouvait. Comment elle s’appelait ? Où était-il ? Il n’en avait aucune idée. Il avait trop bu la veille pour s’en rappeler. Et puis, de toute façon, il s’en moquait comme de son premier balai. Tout ce qu’il savait sur elle, c’était qu’elle était rousse. C’était son seul et unique critère de choix depuis des années. Et après la nuit agitée qu’ils avaient passée, elle était profondément endormie, et seul un drap fin permettait de cacher l’intégralité de son corps pourtant si bien dénudée. James sortit du lit qui l’avait hébergé le temps d’une nuit. Il trouva rapidement ses affaires, jetées au sol la veille au soir, et se rhabilla le plus rapidement et le plus discrètement possible. Puis, il sortit de la chambre, et de la demeure de l’inconnue.

                Une fois à l’extérieur, il ne put que constater qu’il faisait encore nuit. Il n’avait aucune idée de l’heure qu’il était. Sa tête lui faisait un mal de chien – sûrement à cause de l’alcool -  et les images du corps en lambeaux de sa femme n’arrêtaient pas de venir le hanter. Il erra sans but et sans destination précise pendant un long moment. Lorsqu’il s’arrêta, il ne savait vraiment pas où il était, mais à présent, des rayons de soleil commençaient à inonder les rues londoniennes qu’il arpentait depuis au moins une heure. Aussitôt, ces rues jusqu’à présent désertes, se remplirent progressivement de moldus qui partaient pour leur travail. James les observa, et son regard resta figer quelques longues secondes sur l’image d’une femme embrassant tendrement son mari sur le pas de la porte. Cette vision si banale et si routinière ne put qu’accentuer la profonde mélancolie qu’il ressentait en cette dernière matinée du mois de Juin. 

                James soupira et vit soudain une station de métro. Il plongea une main dans sa poche et en sortit quelques pièces moldues. Il descendit dans la rame, et rejoint le centre de Londres. Là-bas, il y avait le Ministère de la Magie, point de rendez-vous qu’il avait fixé avec son meilleur ami, des heures auparavant. Il sortit de la rame et commença à rejoindre tranquillement son lieu de rendez-vous. Il savait qu’il était en avance, mais peu l’importait. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui. Cependant, il fut assez surpris de constater que son meilleur ami était lui aussi en avance, et en train de parler à une charmante demoiselle. Blonde, un mètre soixante dix, de longues jambes : tout à fait le style de Sirius Black, même si James trouvait qu’elle était peut-être un peu trop jeune pour lui. Ce dernier le vit baiser la main de la jeune femme, qui rougit, avant de prendre la direction du Ministère.

- Tu les prends à la sortie de Poudlard maintenant, Patmol ? Demanda James, en achevant les derniers pas qui le séparaient de son ami.

Sirius se retourna et ne fut pas surpris de voir son meilleur ami en avance, tout comme lui. Aujourd’hui était un jour spécial pour eux, et particulièrement pour James.

- Je constate que tu portes les mêmes affaires qu’hier… Se contenta de répondre Sirius.

- Harry est chez les Weasley pour le week-end, expliqua James.

- Je vois… S’amusa Sirius. Encore une rousse…

James se contenta d’hausser les épaules, les mains dans les poches, se retenant de passer négligemment une main dans ses cheveux. Elle avait horreur de ça.

- On va le chercher ce balai ? Finit par dire James.

- D’accord.

Les deux hommes transplanèrent alors, chacun de leur côté et ils se retrouvèrent rapidement dans la rue de Londres qui abritait la plus fameuse rue commerçante pour sorcier : le Chemin de Traverse. Ils passèrent par le Chaudron Baveur où ils saluèrent Tom l’Aubergiste, et se rendirent à l’arrière du pub pour accéder à la rue sorcière.

                James et Sirius se déplacèrent dans le silence, et n’arrêtèrent pas d’attirer sur eux tous les regards des jeunes sorcières qu’ils croisaient sur leur passage. Ce phénomène c’était toujours produit durant leur scolarité à Poudlard, et cela avait continué, même en étant adulte. Il faut dire que ces deux hommes étaient particulièrement attirants.

Sirius Black était grand, musclé, et ses cheveux étaient noirs, longs et légèrement bouclés. Les traits de son visage étaient fins, ses yeux étaient gris, mais ce qui faisait son charme irrésistible depuis toutes ces années, c’était son magnifique sourire.

James Potter quant à lui, était grand, et plus mince que Sirius. Ses yeux étaient de couleur noisette et ses cheveux étaient noir de jais, tout le temps ébouriffés. Il portait des lunettes rondes, avait beaucoup de charisme, et une assurance folle. Ces deux là pouvaient avoir exactement toutes les femmes qu’ils voulaient. Sirius ne s’en privait jamais, alors que James, se contentait de quelques rousses à l’occasion, mais jamais rien de sérieux, car la seule femme qu’il n’avait jamais voulu dans sa vie, il l’avait eue, et elle lui avait été brutalement arrachée.

                Les personnes qui avaient connues James à Poudlard, auraient pu témoigner du fait qu’il avait énormément changé depuis cette époque. Il semblait avoir perdu de sa gaité et de sa joie de vivre. Il ne souriait plus énormément, et cette lueur particulière qu’il avait eue dans ses yeux, exprimant son gout pour la vie, semblait l’avoir définitivement quitté. A présent, le regard de James était triste et mélancolique, et il ne fallait pas s’appeler Merlin pour comprendre que James avait perdu de son éclat, le jour où le rayon de soleil qui illuminait sa vie -  Lily Potter, née Evans - s’était éteint.

 

***

 

                C’était une douce nuit du mois d’Avril. James était rentré tranquillement chez lui après avoir passé deux jours en mission secrète pour l’Ordre du Phénix. Ils avaient perdus deux hommes quelques heures plus tôt et n’avait eu qu’une envie : serrer dans ses bras les deux amours de sa vie. Il se rappela avoir été surpris de ne recevoir aucun Patronus de la part de Lily pour prendre de ses nouvelles, mais il ne s’en était pas inquiété plus que ça. Il se rappela  ensuite avoir franchi le pas de sa porte et constaté que leur maison était sans dessus dessous. Toutes leurs affaires étaient renversées sur le sol, comme si une bataille avait eu lieu. Des traces de sang étaient également présentes dans le salon, mais James n’avait retrouvé aucun corps.

                 Il se souvint alors avoir cherché frénétiquement sa femme et son enfant, dans toutes les pièces de leur cottage à Godric’s Hollow. Il n’y avait personne. Il avait alors entendu des pleurs d’enfants, provenant d’un placard. James avait couru jusqu’à lui, et avait fini par retrouver son fils âgé d’à peine un an, dans ses couvertures, à même le sol. Lily avait dû voir la menace, et l’avait enfermé dans ce placard pour le protéger. James avait pris son fils dans ses bras, et l’avait bercé pour tenter de le rassurer, lui murmurant, en pleurs que sa maman allait bientôt rentrer.

                Mais Lily semblait avoir disparu, et James la chercha sans relâche pendant deux mois, jusqu’à ce qu’il ne retrouve son corps mutilé dans la forêt de Dean. A ce moment là, sa vie prit un bien triste tournant. Il sombra quelques temps dans la dépression, pendant laquelle il se laissa mourir à petit feu, refusant de s’alimenter, et n’arrivant pas à dormir. Il se contentait de rester assis sur son lit, les yeux vidés de toute expression. Il agissait comme s’il avait subi le baiser du Détraqueur, et que son âme lui avait été arrachée.

                Cependant, il réussit à en sortir le soir de l’anniversaire d’Harry, son fils. Ce dernier était dans la chambre d’à côté et pleurait. Au bout d’une heure, Sirius rentra dans la chambre de James et Lily, et il lui apporta son fils. Bien que James n’eût aucune réaction de premier abord, il finit par lui prêter attention au bout de quelques longues minutes. Le regard du père et de l’enfant se croisèrent, et c’est là que James comprit. En voyant cette paire d’yeux vert émeraude en amande, il comprit que Lily ne serait jamais morte car une part d’elle vivrait éternellement dans son fils… Leur fils. Il réalisa ainsi qu’il fallait qu’il se batte, et qu’il essaye de s’en sortir, pour Harry… Mais aussi pour elle. A partir de ce jour là, James fut un père extrêmement présent et attentionné envers son fils. Il n’avait raté aucun de ses anniversaires, faisait attention à ses fréquentations et s’imposait d’être tous les soirs présent pour passer le plus de temps possible avec lui. Et c’est parce que James était un père attentionné qu’il se trouvait à présent sur le Chemin de Traverse.

 

***

 

                James et Sirius finirent par trouver le magasin d’accessoires de Quidditch. Ils y pénétrèrent et James acheta le balai dernier cri qui venait de sortir : un Eclair de Feu. Ce serait le cadeau d’anniversaire d’Harry, qui aurait quatorze ans dans un mois. Ce dernier jouait au poste d’Attrapeur dans l’équipe de Gryffondor, à Poudlard, et James savait pertinemment que son fils rêvait de ce balai depuis qu’il était sorti en avril dernier.

                Les deux hommes sortirent alors, et Sirius proposa à James de lui payer un coup à boire. Ce dernier accepta malgré son mal de tête et ils se remirent à arpenter la rue sorcière. C’est alors qu’ils furent abordés par Arthur Weasley, le père de Ron, meilleur ami d’Harry à Poudlard. Les trois hommes échangèrent quelques banalités, et Sirius commença à raconter les dernières nouvelles au sujet des Mangemorts, lorsque James la vit. Elle était là, immobile au milieu de la foule qui allait et venait. James secoua fermement sa tête pour tenter de la faire partir. Mais lorsqu’il rouvrit les yeux, il ne put constater qu’elle était toujours là, en train de le fixer.

                Sans dire le moindre mot, et sans réfléchir, il s’élança dans sa direction. La foule était nombreuse ce matin-là et il avait peine à se mouvoir à travers elle. Il la vit alors tourner les talons, et partir dans une allée secondaire. James réussit à s’extirper de la foule, et se lança à sa poursuite, dans une course frénétique. Lorsqu’il atteint la rue qu’elle avait empruntée, elle ne semblait plus y être. James tourna alors sur lui-même pour voir s’il n’avait pas raté quelque chose, mais il dut se rendre à l’évidence que son esprit lui avait encore joué des tours.

                C’est alors, qu’il aperçut une chevelure rousse, qui semblait payer des Fleurs de Lys à une commerçante. C’était sa fleur préférée. Vue de dos, elle lui ressemblait énormément. Il courut alors sans réfléchir dans sa direction, tandis qu’un immense espoir avait commencé à s’insinuer en lui. Lorsqu’il l’eut atteinte, il posa précipitamment une main sur son épaule, de peur qu’elle ne lui échappe, et la força à se retourner. Cependant, tous ses espoirs s’évanouirent au moment même où il vit son visage. Il dut alors admettre amèrement que son esprit lui avait bien joué des tours.

                Il regarda la femme rousse s’en allait tandis que son cœur sembla se déchirer, une nouvelle fois, si cela était possible. Soudain, il sentit une main lourde s’abattre sur son épaule, et il ferma les yeux, reconnaissant cette patte là, parmi des milliers. Sirius l’avait rejoint, et il se plaça face à lui, les sourcils froncés.

- Ca va, vieux ?

- J’ai cru qu’elle était là, expliqua James.

- Ah… Répondit tristement Sirius.

- Ca fait treize ans aujourd’hui.

- Je sais, soupira Sirius, en baissant la tête.

-  Elle me manque.

 

Sirius savait que James n’avait jamais aimé parler de ses sentiments, et encore plus depuis que Lily était morte. Il savait aussi que ces mots avaient été difficiles à avouer pour son meilleur ami, et en guise de réponse, il se contenta de resserrer son emprise sur son épaule, et l’incita à le suivre pour prendre cette bièraubeurre au Chaudron Baveur. En cette triste matinée, cela faisait treize ans que Lily Potter était morte.

 


Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.