S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Patronus par Javalia

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour!

Je fais un comeback! J'ai retrouvé cet one-shot écrit il y a deux ans par hasard et je me suis dit que je pourrais vous en faire profiter!

Bonne lecture! :)
Il était plus de 21 heures quand Ginny réussit enfin à mettre Albus au lit. Lily était tombée endormie dès leur retour du Terrier tandis que James y était resté pour la nuit après avoir supplié sa mère pendant de longues minutes. Harry était partit au bureau en catastrophe après avoir reçu un patronus de l’Auror adjoint. Ce patronus avait tellement émerveillé les enfants que Ginny en avait fait un pour amuser ses enfants et ceux de George. Le cheval avait galopé un peu partout dans la cour et avait terrorisé les gnomes qui s’étaient enfuis, ce qui avait légèrement attristé Mr Weasley quand il s’en était aperçu.

- Maman? demanda Albus avec le ton qu’il prenait lorsqu’il avait une question à poser.
- Oui, Albus?
- Pourquoi oncle George n’a pas fait de cheval?
- C’était un patronus, corrigea Ginny en évitant la question. Le mien est un cheval, mais il change d’une personne à l’autre.
- Quel est celui de papa?
- Un cerf.
- Est-ce que je peux essayer d’en faire un?
- Il va falloir que tu attendes à Poudlard. Et un patronus, c’est très difficile à faire.
- Oncle George n’est pas assez bon, alors? supposa Albus en revenant au sujet de départ.
- Non, ce n’est pas cela, soupira Ginny.

Elle caressa les cheveux d’Albus, sachant qu’il faudrait un jour qu’elle leur parle de Fred. Personne ne l’évoquait jamais devant George et Ginny n’avait pas le cœur à rouvrir sa blessure et de parler du défunt. Et Albus n’avait que six ans. Était-ce un peu jeune?

- Maman?
- Nous en parlerons une autre fois, d’accord?
- Non, maintenant, gémit Albus. Je suis assez grand pour comprendre.
Ginny eut un sourire. Albus qui devinait ce que les autres pensaient.
- Tu devrais pouvoir devenir un très grand legilimens.
- Un quoi? s’intéressa le garçonnet.
- D’accord, je vais t’expliquer. Viens avec moi.

Sans poser de question, Albus bondit de son lit et accompagna sa mère jusqu’à la chambre de ses parents. Ginny sortit un album photo, l’ouvrit à une page et le montra à Albus.

- C’est qui?
- C’est moi, tes oncles et tes grands-parents, il y a quelques années, expliqua Ginny.
- Papi avait encore des cheveux, remarqua Albus. Et ça, c’est toi, ajouta-t-il en pointant la seule fille du groupe. Et mamie.
- Ici, c’est oncle Bill et ici, oncle Charlie.
- Oncle Bill? Mais il ne lui ressemble pas! Il n’a pas de marques dans le visage!
- Oui, il lui ait arrivé un accident.
- Je croyais qu’il était né comme ça. Qu’est-ce qui s’est passé?
- Je te le raconterai une autre fois, promit Ginny ne tenant pas à peupler ses rêves de loups garous. Alors, ici, c’est oncle Percy et là, oncle Ron. Et là, c’est oncle George.
- Pourquoi est-ce qu’il est deux fois sur la photo? Est-ce qu’il avait jeté un sort? Et pourquoi oncle George a deux oreilles?
- Non, non, rit Ginny. Ici, c’est oncle Fred, le jumeau d’oncle George. Et ça s’est passé avant qu’il ne perde son oreille.
- Mais… où est-ce qu’il vit? Est-ce qu’il vit avec oncle Charlie en Roumanie?
- Non, oncle Fred est mort il y a 14 ans.
- Mort? C’est triste, fit Albus.
- Tu ne peux pas imaginer à quel point, approuva Ginny en murmurant et serrant Albus contre elle.
- Qu’est-ce qui s’est passé, maman? Pourquoi il est mort?
- Parce qu’un méchant l’a tué, fit Ginny, résumant l’histoire de la façon la plus simple qu’elle le pouvait pour un enfant de six ans.
- Mais oncle Fred n’était pas méchant?
- Non, pas du tout. Il faisait des farces comme oncle George. Il était très gentil. Il y a plusieurs années, il y avait plusieurs sorciers méchants, mais plus maintenant. C’est des sorciers méchants qui ont coupé l’oreille d’oncle George et qui ont tué Fred.
Ginny lui laissa un moment pour absorber ces informations.
- Et oncle Bill, c’était un méchant qui lui a fait cela?
- On va dire ça comme cela, oui.

Albus resta en silence, regardant la photo, les sourcils froncés tandis que sa mère continuait de lui caresser les cheveux. Ginny n’avait jamais su expliquer ce qui s’était passé dans le monde des sorciers à ses enfants. Et elle savait que c’était la même chose pour ses frères. Hermione avait dit que lorsque Ron raconterait cette histoire, elle serait là, mais que Fred était son frère. Ce n’était pas son rôle d’en parler. Ginny trouvait que c’était vrai. Alors, Harry n’était pas obligé de raconter cette histoire en son nom. Mais elle aurait bien aimé qu’il soit là, ce soir.

- Oncle George ne peut pas faire de Patronus puisqu’il n’a plus d’oreille? supposa Albus ce qui déclencha un fou rire chez sa mère.
- Son oreille!? Où est-ce que tu as été cherché cela? Non, non, Al, je m’excuse d’avoir rit. C’est juste qu’oncle George trouverait cela très drôle.
- Donc, pourquoi est-ce qu’oncle George ne peut pas faire de Patronus? demanda Albus, impatient.
- Oncle George et oncle Fred étaient très très proche l’un de l’autre. Ils étaient toujours ensemble, ils dormaient dans la même chambre, ils étaient dans le même dortoir à Gryffondor, ils faisaient leurs devoirs ensemble et ils inventaient des farces ensembles. Ils ont aussi créé le magasin de farces et attrapes. Si oncle George était malade, Fred l’était aussi. Ils pensaient aux mêmes choses et si un commençait une phrase, l’autre la finissait. Et oncle Fred a été tué. Oncle George était très très triste. Il est encore triste, il n’arrive pas à arrêter d’être triste.
- Pourquoi?
- Il était très proche d’oncle Fred. Ils étaient un peu comme une seule personne. Alors, quand oncle Fred est mort, oncle George s’est trouvé seul pour la première fois de sa vie. C'est difficile à expliquer et à comprendre. Si James mourrait demain, tu serais triste?
- Oui, fit Albus.
- Et bien, pour oncle George, perdre Fred, c’était pire pour lui que pour n’importe lequel d’entre nous. C’était même pire pour lui que pour mamie ou papi.

Ginny était incapable d’imaginer à quel point elle aurait mal si un de ses enfants disparaissait. Sa douleur serait probablement indescriptible. Alors, la douleur de George allait même plus loin que celle de ses parents.

- Puisqu’oncle Fred est mort, oncle George ne peut plus faire de Patronus? devina Albus.
- C’est cela, mon chéri.
- Mais toi, pourquoi tu peux en faire?
- Créer un Patronus est quelque chose de difficile. Le Patronus nous sert de défense contre une créature qui nous rend malheureux. Alors, le Patronus est là pour nous rassurer. Pour faire un Patronus, cela prend un souvenir où nous étions très heureux. Pour George, tous ses souvenirs très heureux ont rapport à Fred. Et tout ce qui se rapporte à Fred le rend triste. C’est pour cela qu’il ne peut pas faire de Patronus.
- Alors, oncle George n’est pas heureux?
- Pas complètement. Quelque part, il cherche toujours oncle Fred. Des fois, il fait des phrases comme si oncle Fred allait les compléter à sa place.

Albus resta silencieux pendant de longues minutes et s’appuya contre sa mère sur le lit tout en regardant l’album photo.

- Moi qui croyait que vous dormiez!
Ginny et Albus sursautèrent.
- Papa! s’exclama Albus en sautant du lit.
- Qu’est-ce que tu fais encore debout à cette heure? le gronda-t-il. Il faut que tu dormes, Albus.
- C’est de ma faute, je lui ai raconté une histoire, expliqua Ginny.
- Papa, tu le connaissais oncle Fred.
Harry regarda Ginny, surpris.
- Oui, bien sûr.
- C’est un quoi ton Patronus, papa?
- Un cerf.
- Est-ce que le mien va être un cerf, aussi?
- Je n’en sais rien. Mais une chose est sûre, si tu ne dors pas maintenant, il est hors de question que tu viennes au chemin de Traverse demain.
- Mais papa, gémit Albus. J’ai encore des questions!
- Tu les demanderas demain, fit Harry en le conduisant à sa chambre.

Ginny continua d’entendre les protestations jusqu’à ce que le père et le fils montèrent un autre étage, tout en continuant de fixer la photo de sa famille.

- Ça va? demanda Harry.
- George n’est pas heureux… ça me fend le cœur.
- Ce n’est pas vrai, rétorqua-t-il avec conviction.
- Il ne fait plus de Patronus…
- L’a-t-il seulement essayé? C’était le cas il y a plusieurs années.
- Mais même après Fred…
- Ginny…

Il vint s’asseoir à côté d’elle et elle posa sa tête sur son épaule.

- Il a ses enfants. Il a Fred et Roxanne. C’est comme Fred, mais en double! Je peux t’assurer qu’il est heureux. Oui, il lui arrive de chercher Fred, mais c’est lorsqu’il est avec des gens d’avant, des gens que Fred connaissait. L’as-tu déjà vu laisser des phrases en suspens devant ses enfants?
- Non…
- Il n’en a pas besoin. Il est une personne entière devant eux. Comment pourrait-il ne pas être heureux?
- Comment tu le sais?
- Parce qu’il m’a envoyé un Patronus farceur l’autre jour.
- Quoi? fit Ginny en se redressant.
- Il explose dans ton visage… et il rit. Il m’a dit qu’il voulait le tester et que j’étais son cobaye.
- C’est à la base du sortilège?
- Oui, c’est un sortilège modifié, mais oui, fit Harry. C’est lui qui me l’a dit. Je suis parti pour l’Albanie cet après-midi-là et j’ai complètement oublié de t’en parler. Tu vois? Ne te tourmente pas en pensant qu’il n’est pas heureux. Il l’est, malgré tout.
- Merci…

Elle regarda l’album le cœur un peu plus léger. Il faudrait qu’elle dise à Albus que son oncle était heureux, finalement.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.