S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


La courtoisie des alligators par Hugo

[88 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à tous !

Comme certains le savent déjà, je ne vis que pour la Next-Gen (si, si) et après avoir écrit différentes ficlettes sur la plupart des personnages de cette période, j'ai décidé de me lancer dans une fic longue. Très longue. Je ne sais pas combien de chapitres elle va compter parce que je n'ai pas encore écrit la fin (je sais, je suis un voyou) mais bon...

Cette fic longue relatera donc les aventures des persos de la Next-Gen, durant leur dernière année à Poudlard.
A chaque chapitre, ce sera un point de vue différent. J'aurais donc quatre personnages principaux, Roxanne, Albus, Louis et Dominique, aux caractères très distincts qui vous feront part de leurs impressions sur ce qui se déroule à Poudlard.

Pour placer correctement l'histoire :
Roxanne et Dominique entrent dans leur septième et ultime année (vous remarquez la présence incongrue de Fred en septième année, c'est parce qu'il a redoublé). Juste après, en sixième année, se trouveront Louis et Albus. Quelques personnages de la cinquième année interviendront aussi dans l'histoire mais sinon, je ne m'intéresse pas de trop près aux autres années.

L'histoire en elle-même est une large cacophonie de voix : alors que les personnages vivent leur vie trépidante et pleine de rebondissements, arrive à Poudlard Victoire Weasley de trois ans leur aînée en tant qu'assistante de Métamorphose.
Ma Victoire n'étant pas une saine d'esprit et suite aux différents drames qui se produiront au sein de l'école, sa présence va entraîner des événements pas très jolis qui pourraient bien transformer la vie dite trépidante et pleine de rebondissements de mes personnages en bouse totale.

Il y a en tout et pour tout une centaine de personnages, que j'ai plus au moins créés. Le monde, l'histoire, la Next-Gen appartiennent à JKR, bien évidement.

Mes personnages principaux ont été bien plus creusés dans mes ficlettes, donc si vous êtes intéressés par leur vie antérieure/future, n'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil (l'auto-pub, c'est le bien).

Avant de démarrer cette histoire bien trop longue, je tiens à remercier Fleur d'épine. Sans aucune connaissance du monde chelou que j'ai inventé et avec le courage d'un Gryffondor, elle me corrige, me relit et me donne des tapes sur le bout des doigts parce que je suis incapable de gérer mes virgules. Je lui suis très reconnaissant d'avoir accepté de me servir de bêta parce que sans elle, j'aurais publié un véritable brouillon d'horreur. Alors merci à toi, Fleur d'épine, vraiment. Sinon, j'aurais été largué.

Je dédie à Luciana cette "apogée de la Next-Gen" pour toute l'inspiration qu'elle m'a donné, pour les personnages qu'elle m'a fait créer et parce que cette histoire pourrait bien être la sienne. Et aussi parce que je tiens à elle, comme je tiens à mon chat (je ne crois pas que vous pourriez mesurer l'amour que je porte à mon chat).

Alors merci à vous d'être ici et d'avoir lu ce premier pavé de mots, merci à Fleur d'Epine, merci à ma Luciana, merci à tous ceux qui m'ont inspiré les différents OCs et qui ne le savent pas.

Bonne lecture ! PS : A tout ceux qui se lancent pour la première fois dans la lecture de mes histoires, sachez que toutes mes ficlettes suivent un ordre chronologique. On peut les lire séparement, bien sûr, mais on peut également se faire un combo en se rendant sur la page Next Gen de Papier, dans mes séries. Bon, celle-ci, c'est différent, puisque c'est THE combo. Bref bonne lecture !
Note de chapitre:

Les premiers chapitres serviront bien sûr à placer l'histoire.
Entrée en jeu avec Dominique, bonne lecture !
Dominique Weasley observait Gregory Callan avec ses habituels yeux pâles.
De grands yeux pâles plein de tristesse qu'on lui reprochait souvent d'avoir volé à l'oncle George. Gregory Callan avait hissé son énorme valise sur son épaule, comme si elle ne pesait rien du tout, et il parlait avec Bill Weasley de Quidditch - ou bien de dragons, ceux que l'oncle Charlie élevait, très loin d'ici.

Dominique ne voyait que la chute du nez de Gregory, comme un tremplin idéal pour se jeter dans le vide. Elle s'imaginait se métamorphoser en coccinelle pour venir se poser sur son front. Elle dévalerait ensuite la pente avec une peur panique à l'idée de mourir écrasée comme un crumble à la framboise et le vide l'engloutirait. Au dernier moment, elle redresserait ses petites ailes fragiles, bien évidement, parce qu'elle n'était pas assez courageuse pour faire face au sol qui aplatirait avec bonheur son front aux mèches blanches voltigeuses.

« Dominique, chaton, monte dans le Poudlard Express.»

Dominique avait perdu l'habitude de dire « oui maman » quand Fleur lui ordonnait quelque chose avec la voix des infirmières - celle qu'elles prennent pour parler aux enfants malades. Elle la haïssait, cette voix qui la cataloguait comme telle. Comment s'appelait-elle, déjà ? Bethany ? La psychomage qui avait conseillé à Bill et Fleur de faire la classe à Dominique au lieu de l'inscrire à Poudlard. Comme si elle était fragile, comme si elle n'était faite que de bois.

«Au revoir fifille. Travaille-bien. »

Baiser sur le haut du crâne. Papa, l'odeur de son après-rasage, la main fouineuse de maman dans les poches de ses vestes. Elle en retira Trevis le boursouflet violet qu'elle posa sur l'épaule de sa fille.

« Et prends soin de ce bidule, d'accord ? »

Dominique ne répondit pas et se contenta de disparaître dans le train qui semblait pressé de démarrer. Une fois à l'intérieur, elle ne se retourna pas pour contempler le charmant tableau que ses parents formaient désormais en compagnie de Louis. Ce dernier devait avoir déjà mis sa cravate de Serdaigle, et il devait se tenir bien droit, à avaler les compliments divers qu'on lui faisait dans la précipitation.

Mais Dominique avait appris à vivre avec. A ignorer la cruauté de Victoire pour les plus jeunes qu'elle et à délaisser ce petit frère qu'elle n'aimait pas. Elle se contentait juste d'être à leurs côtés sur les photos de famille, de faire le thé quand on le lui demandait et de finir son assiette à table. Elle s'éloigna dans les couloirs emplis d'étudiants chahuteurs et redescendit beaucoup plus loin sur le quai.

Là, sous la grande horloge austère, l'attendait un tout autre portrait de famille. Angelina riait avec Ginny, se remémorant sans doute leurs matches de Quidditch à Poudlard. Roxanne échangeait déjà des messes basses avec James et Gregory Callan qui les avaient rejoint.

Dominique aperçut Fred, assis sur sa valise, menton dans les mains, qui semblait attendre avec fureur que les témoignages de tendresse cessent enfin et que tout le monde puisse embarquer sans qu'il paraisse impoli. Il la vit, d'ailleurs, la môme Dominique perchée en haut des marches du wagon mais il ne lui adressa pas même un signe.

Dominique descendit la dernière marche et une vague de chaleur la réanima soudain. Elle sentit les poils de Trevis contre sa joue maigre quand l'oncle George vint lui toucher le coude de sa main aux doigts tremblants.

« Tu n'es pas venue cet été, petite ! »

George l'embrassa et Dominique rit un peu – la barbe qu'il s'était laissée pousser lui allait bien mais piquait avec une certaine insistance.

« Je sais. Je n'aime pas beaucoup le Chemin de Traverse.
- Peut-être mais ça ne t'empêche pas de transplaner directement dans l'arrière-boutique !
- Je n'avais pas envie de voir James. Excuse-moi. »

George lui fit un pauvre sourire et lui donna une caresse sur la joue. Il savait bien qu'en prenant James comme stagiaire durant les deux derniers mois, il ne verrait pas Dominique. Parce que rien que l'idée de se retrouver avec un membre de sa famille l'enfermait dans son mutisme et tous se murmuraient alors entre eux combien elle était bizarre, cette blondasse au teint pâle.

« Ça va être bien, cette année, rajouta George parce qu'il ne savait pas quoi dire d'autre.
- C'est la dernière.
- Tu sais ce que tu vas faire après ?
- Non. Je ne sais pas. Je n'ai pas envie d'y réfléchir. »

Dominique, il aurait fallu qu'elle se transformât en lierre pour pouvoir envahir le toit de la Chaumière. Elle y brûlerait tout l'été et y mourait chaque hiver pour renaître ensuite.

« Tu pourrais aller voir chez Fleury&Bott.
- Pourquoi ?
- Tu aimes tant les livres, ils t'accepteraient peut-être en sta... »

Le train siffla. James, Roxanne et Greg étaient déjà montés dans le Poudlard Express, pressés de retrouver leurs autres amis de Gryffondor. George prit une dernière fois sa nièce préférée dans ses bras, se souvenant de l'enfant difficile qu'elle avait été et de sa fugue lors de sa première rentrée à Poudlard.

Dominique sourit vaguement et monta de nouveau dans le train. Puis, ce dernier s'éloigna, effaçant peu à peu la famille Weasley de son champ de vision.
Elle aurait pu penser qu'elle allait beaucoup mieux respirer ; les savoir loin d'elle, les géants de son monde de papier, mais il y avait leurs petits soldats pour veiller à ce que les murailles fragiles explosent. Les James, les Louis, les Lily, tous à rire pour rien et tout le temps, tous à se faire aimer, par tout le monde, et puis Fred aussi, qui ne l'aimerait jamais comme elle le voudrait. Elle avait dépassé l'âge de brandir bien haut son pouce et son index et penser pouvoir les écraser en plissant un œil.

Elle prit place dans le wagon qui réunissait les Serdaigle de septième année. Lucy Weasley, la préfète-en-chef, y parlait de leur futur scolaire et Peter Poulx la réprimait sévèrement, en total désaccord avec ses projets. Cela ne l'étonna pas vraiment. Peter Poulx était un adepte des échecs et des mots croisés, de l'arithmancie et des sortilèges, il buvait du thé à la camomille chaque fois qu'il le pouvait et méprisait souvent les moldus et les élèves de la maison Poufsouffle. A l'inverse de Lucy qui ne jurait que par les rêves, la littérature et la divination et qui était engagée dans la guerre pour l'égalité des maisons et des différentes classes sociales.

Après la guerre, la maison Serdaigle était sans conteste devenue la plus importante, malgré l'engouement que pouvait provoquer Gryffondor – grâce à Harry Potter. Tous les petits sorciers rêvaient de devenir le prochain héros de guerre, le prochain Harry, prêts à attraper le Vif d'Or alors que certains n'étaient pas capables d'enfourcher correctement un balai. Le Choixpeau avait sélectionné avec encore plus d'attention les différents visages qui se retrouveraient à Gryffondor et bientôt, ce fut Serdaigle avec ses élèves aux brillants cerveaux qui fut dans la ligne de mire des parents inquiets.

Serdaigle avait la réputation d'être une maison calme, aux grands atouts intellectuels et leurs enfants n'y risquaient pas d'être influencés par quelque casse-cou ou tête brûlée caractéristique des autres maisons.

Les Serdaigle, et notamment les septième années, s'étaient enorgueillis d'un mépris visible pour les autres maisons – sauf peut-être Lucy Weasley - et leur égo avait augmenté au fur et à mesure que Serdaigle se hissait à la deuxième place, détrônant Serpentard dans la course à la Coupe des Quatre Maisons. Lucy espérait d'ailleurs décrocher la première place cette année et déjà, elle ordonnait à ses camarades de classe de cesser leurs fréquentes sorties nocturnes.

Et tandis que le brouhaha se faisait plus compact, Dominique regarda le siège vide qui lui faisait face. Comme à chaque rentrée, elle pensait à Maxime Callan, le petit frère cracmol de Gregory.

Trois jours avant sa première rentrée à Poudlard, Dominique s'était enfuie de chez elle sur le balai de son père. Déterminée à aller voir les pyramides d'Egypte, elle avait volé jusqu'à une petite forêt de pins où elle s'était arrêté. Là, elle avait rencontré le garçon au cerf-volant cassé, venu l'agresser pour avoir osé poser ses fesses sur son territoire. Dominique avait demandé à voir le cerf-volant, l'avait réparé. Elle avait rebaptisé Maxime Maurice et ils étaient devenus amis. Si Maurice avait été un sorcier, il aurait sûrement été avec elle, dans ce wagon. Elle ne l'avait jamais revu depuis que son père l'avait arraché à son étreinte lorsqu'il l'avait retrouvée, et chaque fois qu'elle observait Gregory parler avec ses parents par pure politesse, elle avait envie de vomir. Vomir les insanités de sa vie de misère, quand la seule personne qui aurait pu la comprendre était reléguée dans le fin fond une armoire étroite, condamnée à éternellement osciller entre deux classes sociales.

Dominique vouait une haine sans merci à Gregory Callan et à sa mère-sans-nom qui buvait beaucoup trop et qui n'aimait que deux de ses trois fils. Elle lui avait interdit de revoir Maurice, et Dominique avait eu l'impression d'avoir été enchaînée et traînée vers Poudlard, d'avoir été forcée à poser ses fesses sur le tabouret de bois dans la Grande Salle. Elle avait alors écouté ce que le Choixpeau avait à dire, elle l'avait laissé choisir ce qu'allaient être ses conditions de vie durant sept ans, alors que tout en elle hurlait qu'elle n'en voulait pas. Qu'on la fasse Cracmole, orpheline, peu importe, tant qu'on la jetait hors de ce château humide.

Dominique, au fond de son siège branlant, derrière ses silences neutres et calmes, implosait comme une bouilloire.

Les conversations se turent au fur et à mesure et presque aussitôt, comme il le faisait à chaque fois qu'il prenait le train, Peter Poulx s'endormit contre la vitre qui devait lui vibrer dans l'oreille. Lucy lui jeta alors un regard empli de tendresse bienveillante – preuve de son amour secret pour son rival.

Dominique les ignorait avec superbe malgré les reniflements incessants de Ken Gascoigne, juste à côté d'elle. Petit, chétif, il avait l'allure d'un première année mal à l'aise dans sa nouvelle robe de sorcier. Jetant un coup d'oeil aux mains tremblantes, Dominique les compara à deux araignées maigrelettes tissant leur toile.

« Qu'est-ce qu'elle fait là, elle ? »

Dominique releva la tête. C'était Samuel John Simons qui avait levé son menton vers le couloir. Il désigna une silhouette qui discutait avec la sorcière aux bonbons et tous se collèrent à la vitre, sauf Dominique qui reprit sa contemplation du paysage, et Peter Poulx qui continuait à dormir comme s'il avait été dans son berceau.

« Qu'est-ce qu'elle fait là ? » répéta Lucy Weasley.

Dominique leur accorda alors son regard, car dans la voix de sa cousine Lucy, la rage tonnait comme des grêlons, voire même la haine, la malsaine, celle qui avait le pouvoir de vous ronger des années durant. Ses épaules tendues, sa cheville tremblante d'être en équilibre, Lucy crachait par la vitre vers la silhouette qui désormais, s'éloignait des bonbons.

« Dominique, qu'est-ce qu'elle fait là ?! »

Lucy ne lui adressait jamais la parole sauf pour des cas d'extrême urgence. Dominique mit un certain temps avant de répondre – parce que les yeux de Lucy dans les siens, c'était comme une éclipse sur le soleil, aussi rare, aussi frappant.

« Je...
- Tu aurais pu nous prévenir ! Je suis sûre qu'elle va assister La Duras !
- C'était son domaine de prédilection ? demanda Ken Gascoigne.
- J'en sais rien, t'as qu'à demander à Dominique ! »

Lucy se rassit sur son siège, furieuse, comme si Dominique était coupable d'un crime des plus odieux. Tous se tournèrent alors vers elle.

« Qui est dans le couloir ? » demanda-t-elle de sa voix aux sonorités irrégulières.

Quand Dominique parlait, tous se taisaient. Personne ne prenait le risque de répondre non plus car ainsi, personne ne faisait la gaffe de mal se conduire. Ils pensaient Dominique fragile, faite de bois, et puis, elle était un peu folle, un peu bizarre. Pourtant, ce fut Samuel Simons qui se pencha vers Dominique et, comme si elle était encore enchaînée à un lit d'hôpital, prit la voix que l'infirmière réserve aux enfants malades, celle-là même que sa mère utilisait si souvent.

« Ta grande sœur, Victoire. Est-ce que tu sais pourquoi elle est revenue ? Tu peux nous le dire, tu sais, on s'en fiche nous. C'est juste pour savoir. »

Dominique eut envie d'attraper Samuel Simons par les petits cheveux derrière les oreilles et de les lui arracher, jusqu'à en décoller la peau.

« Je ne sais pas pourquoi elle est là. Je ne l'ai pas vue cet été, répondit Dominique avec calme.
- Bah, elle ment, ronchonna Lucy. Je suis sûre que tu l'as vue ! Victoire a fini Poudlard depuis trois ans, et c'était pas joyeux quand elle était là !
- Je le sais, répondit de nouveau Dominique.
- Non, visiblement, tu ne sais pas !
- J'étais là moi aussi.
- Vraiment ? Alors dis-nous pourquoi elle est là ! »

Les cris enragés de Lucy réveillèrent Peter Poulx qui demanda ce qui se passait.

« Lucy, arrête, c'est pas de sa faute, à Dominique, grogna Samuel Simons. Peut-être que La Duras nous le dira.
- Tu crois que je vais attendre le prochain cours de Métamorphose pour le savoir ?!
- Pourquoi tu t'énerves ? Elle ne va pas te manger. »

Lucy se tourna vers Ken Gascoigne qui, comme d'habitude, passa pour l'idiot du wagon. Lucy poussa un cri de rage et sortit pleine de colère dans le couloir – sûrement à la recherche de ses cousins afin d'en savoir plus sur la présence de Victoire Weasley dans le Poudlard Express.

« Et toi, pourquoi tu parles, Gascoigne ? lança méchamment Peter Poulx. Tu sers vraiment à rien, pauvre type. »

Personne ne dit rien et Ken Gascoigne se serra sur sa banquette comme il le put. C'était courant que Peter Poulx s'en prenne à son camarade de classe. Dominique avait vite deviné qu'il faisait partie des gens qui avaient toujours besoin d'un souffre-douleur pour se sentir bien dans leur peau. Pour se prouver à eux-même qu'ils en étaient capables et qu'ils avaient la situation sous contrôle.

Samuel John Simons contempla longuement Dominique qui ne daigna pas le remercier pour son intervention. Cette dernière se contenta d'ouvrir le Chicaneur à l'envers et se plongea dans sa lecture.
Peter Poulx se rendormit comme si rien ne s'était passé, les jeux reprirent et bientôt, tout le monde oublia la furie Lucy. Ils se laissèrent bercer par le roulement du train et la joie de retrouver Poudlard, reléguant la terrible Victoire Weasley au fond de leur cerveau, derrière leur oreille gauche.
Dominique sentit Trevis autour de son cou et se dit que Lucy Weasley était bien stupide de penser que Serdaigle allait remporter la Coupe des Quatre Maisons cette année.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu, j'espère que vous avez apprécié Dominique !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.