S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Renaissance d'un Clavier en herbe par Satchre

[153 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Deuxième volet d'A vos claviers, le merveilleux concours d'ExtraaTerrestre et de Saam. Deuxième rendez-vous contre le chrono. J'espère que vous aimerez mes participations toutes dédiées à la formidable Maison dont je défends les couleurs cet été, Gryffondor !
Note de chapitre:

Ma participation au premier thème:au bord de l'eau. - Le nombre 42 doit avoir une signification particulière - Vous devez faire apparaître les 5 sens - Vous devez faire apparaître les 4 éléments - Votre texte devra faire entre 1500 mots et 2300 mots J'ai choisi d'écrire sur Harry et Ginny.
Enjoy it ! ;)
Quarante-deux minutes. Quarante-deux minutes au bord de l'eau. Quarante-deux minutes passées sur les berges de Poudlard à rester simplement assis. Harry repensait aux longs mois de cavale, à la Bataille éprouvante, aux révélations fracassantes, aux larmes -celles du chagrin comme de la joie liée à la victoire- et au baldaquin rouge et or dont le confort rassurant lui avait tant manqué.

Quarante-deux minutes. Il restait là à regarder le lac, le parc, le ciel, laissant ses pensées errer sans but. Quarante-deux minutes qu'il se sentait nourrit par le silence matinal du parc. Ce n'était pas encore une renaissance car il restait encore beaucoup à faire, s'occuper des morts, reconstruire l'école... Mais il se sentait en paix. Comme si les ombres de ses parents, de Sirius et Remus étaient à nouveau à ses côtés.

Il repensa aux moments qu'il avait passé ici. Certains lui semblaient flous dans sa mémoire, comme ceux des première années à Poudlard, ou aussi simples que le quotidien. D'autres plus tristres, comme les heures qu'il avait passé à errer sur la rive à la mort de son parrain, comme l'enterrement de Dumbledore. Et puis les moments avec Ginny, sans aucun doute les plus beaux.

Ils s'étaient retrouvés ici tous les deux quand il s'étaient échappés de leur Salle Commune en fête il y avait environ un an, après leur premier baiser. Il est vrai que ça avait été une belle journée, riche en émotions surtout, avec le match d'abord, la fête dans la Salle Commune et puis lui qui était arrivé et l'avait embrassée de manière si spontanée devant tout le monde...

Il avait compris au regard de Ron qu'il n'aurait plus besoin de jouer les grands frères attentionnés et protecteurs. Son meilleur ami lui accordait sa confiance, et même si Harry ne pouvait s'empêcher de trouvé cela bête, il en avait été heureux. Il se remémorait avoir imaginer le sourire d'une créature ronronnant dans sa poitrine.

Un silhouette s'agenouilla derrière lui et des bras l'enserrèrent.

- Je pensais à toi, soupira-t-il d'un air heureux.

- De manière élogieuse j'espère, répondit Ginny d'un ton léger. Fais attention: je ne suis pas sure d'apprécier une réponse négative.

Tout en parlant, elle posa son menton sur l'épaule du jeune homme. Harry respira avec délice son parfum floral et se retourna pour mieux la serrer contre lui.

- Je repensait aux merveilleux moments que j'ai passé avec toi au bord de ce lac.

Ginny sourit doucement. L'oreille poser contre son torse, elle entendait battre son cœur, solide et régulier, rassurant. Hier elle aurait voulu le tuer si elle n'avait pas été si soulagée en découvrant sa fausse mort. Imaginer ce cœur arrêté avait été le pire moment de l'année. Imaginer ce corps sans vie... Elle frissonna.

Harry resserra encore la prise de ses bras autour d'une Ginny tremblante, qui faisait son possible pour ne pas retenir ses larmes.

- Ne meurs plus jamais Harry, ne meurs plus jamais, chuchota-t-elle, la voix tremblante.

- Je suis là Gin. Je suis là, près de toi, et je ne vais plus jamais partir. Je vais rester à tes côtés, essayer de me faire pardonner et t'aimer encore très très longtemps.

Sa voix n'était qu'un murmure, grave mais doux, léger, qui caressait le cœur de Ginny comme sa main d'Harry caressait ses cheveux, sa joue, ses épaules, son dos. Mais malgré ce doux moment, elle se redressa, s'écartant d'Harry et plantant son regard dans les deux yeux émeraude un peu surpris de ce brusque changement.

- Je te déteste de nous avoir fait croire que tu étais mort, Harry. Je te déteste à un point pas permis, tu n'imagines même pas.

- Je...

- Mais là je n'ai pas franchement envie de te crier dessus.

- Tu n'es pas assez en forme, sourit-il légèrement.

- Non, répondit-elle d'une mine boudeuse, j'ai envie d'un câlin, réclama-t-elle en le poussant pour qu'il s'allonge.

- Tes désirs sont des ordres.


¤ ¤ ¤


- Tu étais là depuis quand je suis arrivée ?

- Quarante-deux minutes d'après ma montre.

- Ah oui quand même...

- J'aime quand le jour se lève. Le parc est calme. De la fumée commence à sortir de la cheminée d'Hagrid. Tu sens ? Il prépare surement le thé. Le calamar fait parfois une petite apparition.

- Et tu as besoin de quarante-deux minutes pour voir tout cela, se moqua gentiment Ginny.

- Il se passe beaucoup de choses et en même temps très peu tu sais en si peu de temps.

- Parce que tu regardes souvent ce que tu fais en quarante-deux minutes ?

Elle contenait de plus en plus mal le fou rire qui la gagnait.

- On a passé à peu près le même temps au bord du lac après notre premier baiser, répondit-il très naturellement, s'attirant un regard estomaqué de la part de sa compagne. Après Ron est venu voir si je t'avais pas déshabillée.

Ce souvenir déclencha un éclat de rire commun.

Installés par terre, blottis l'un contre l'autre sur la rive, ils regardaient les premiers rayons du soleil percer le ciel. L'air matinal caressait leur peau. La journée s'annonçait très belle, comme si la nature tentait d'effacer le souvenir des combats. On entendait même le léger chant des oiseaux.

- Tu sais ce qu'il y a de plus merveilleux avec ce lac, la questionna-t-il.

- Dis-moi.

- Ce sont tous les moments que les élèves y passent. A leur sortie de Poudlard, tous se souviendront de leur Salle Commune, de la Grande Salle, des fantômes, du parc, du lac et du calamar géant.

- Et ça t'émerveille ?

Ginny riait, profitant de ce moment simple.

- Ne te moque pas ou bien je t'envoie rejoindre ton ami le mollusque.

- Tu n'oseras pas, répliqua-t-elle, moqueuse. Tu aurais trop peur que j'attrape froid en ressortant toute trempée d'eau.

- C'est sûr qu'avec ce seul début de soleil tu gagnerais un bon rhume.

- Je suis assez contente...

- Et pourquoi donc ?

- J'ai toujours su que tu étais comme Fred et George: tu parles sans avoir rien à dire et tu arrives même à te contredire.

- Eh ! s'exclama Harry.

Menant une attaque foudroyante, il la renversa sur le côté et entrepris de la torturer à grand renfort de chatouilles, la faisant rire et se tortiller dans tous les sens pour lui échapper.

- Harr... Harry... Arrête, rigola Ginny.

- Aucune chance !

- Pr..omis je ne dirais plus... rien sur ton badinage.

- Tu continues, répliqua-t-il d'une voix menaçante.

Mais il la relâcha tout de même. Et, pour être honnête avec lui-même, il devait admettre que la vue de son sourire, de ses yeux pétillants et de son petit nez froncé sous l'effet du rire n'étaient pas étrangers à sa clémence.

- En réalité, reprit-il en souriant, tu ne devrais pas te moquer, si tu ne veux pas que je cherche à me venger.

- Deviendrais-tu Serpentard ?

- Qui sait, répondit-il avec l'expression d'un conspirateur.

- Ne devrait-on pas rentrer avant que les autres ne se réveillent ?

- Sans doute.

- Il est temps que tu ailles supporter une étreinte étouffante de ma mère puis une bonne partie d'échecs avec mon frère, plaisanta-t-elle.

- Et que te prévois-tu ?

- Une longue discussion avec Hermione. Je l'emmènerai à la bibliothèque pour qu'elle me vénère.

- Ne viens pas te plaindre si elle ne te parle que de livres alors, sourit-il.

- Je vais lui raconter que j'ai fini les livres de Shakespeare qu'elle avait laissés au Terrier, ça l'impressionnera.

- Le dramaturge Moldu ?

- Exact. De très beaux vers.

- Vraiment ? Je ne me souviens pas d'en avoir beaucoup lu à l'école, j'étais trop petit.

- Alors j'aurais le privilège de te dire la première ces quatre vers, sourit-elle.

Et posant sa main contre sa joue, elle lui déclama:
Doute que les étoiles soient de feu
Doute que le Soleil se meut
Doute que la vérité mente elle-même
Mais ne doute pas que je t'aime

Harry la regardait, le cœur empli de joie. Il resta un moment silencieux avant de toucher du bout de ses doigts la main posée sur sa joue.

- Tu sais cette histoire de quarante-deux minutes.

- Oui ?

- J'aimerais la décliner de toutes les façons possibles et imaginables avec toi. Qarante-deux minutes de bonheur, puis quarante-deux mois, années. Et recommencer encore.

- Tu es loin du génie poétique de Shakespeare mais ton idée me plaît, sourit-elle.

- Alors commençons par le début.

- Oui ?

- J'ai bien envie de t'embrasser pendant quarante deux secondes. Puis recommencer. Quarante-deux fois et quarante-deux autres fois.

Ginny l'attrapa par la nuque et plaqua passionnément ses lèvres contre les siennes.

Peut-être n'était-ce qu'un avant-goût du bonheur.
Note de fin de chapitre :

Les vers de Shakespeare sont issus d'Hamlet (Shakespeare).

J'espère que ça vous a plu, n'hésitez pas à vous servir du petit carré blanc en dessous ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.