S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Zacharias Smith et les lunettes de vue noires par Vialane

[9 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour ! :)
Ouh, ça fait longtemps que je n'ai plus fait ça moi. Quand je pense que ma dernière fanfiction remonte à un an et demi... Autant dire que ce texte-là a eu du mal à sortir ! J'espère que malgré tout, vous aurez du plaisir à le lire, et n'hésitez pas à me donner votre avis en review !

Ce texte est ma participation au concours Votre titre de film HP personnel

Il faisait froid, froid et humide. Un mauvais temps, qui n'avait cependant rien d'extraordinaire. En d'autres circonstances, il serait resté chez lui ; mais lorsqu'il avait appris la nouvelle, quelque chose s'était animé en lui. Il s'était retrouvé à l'arrêt de bus presque malgré lui. Traverser Londres en transports en commun lui prit une bonne demi-heure, mais après tout, il n'était pas pressé. Les habitudes ont la peau dure, et s'il gardait toujours sa baguette sur lui, voilà des années que Zacharias n'en avait plus l'usage.

Parvenu à Leicester Square, il descendit du métro pour se rendre sur Charing Cross Road. Ses pas le conduisirent mécaniquement jusqu'au Chaudron Baveur. Là, il s'arrêta quelques instants pour reprendre son souffle. Une fois le seuil du pub franchi, il ne pourrait plus faire marche arrière. Il retrouverait le monde sorcier, ce monde qu'il avait cherché à fuir sans succès. Seulement, Zacharias Smith n'était pas le genre à perdre son temps en appréhensions inutiles. Sa décision était prise. Une seconde plus tard, il poussait la porte de l'établissement.
Il s'apprêtait à traverser la salle d'un pas vif, ne croiser le regard de personne, avant de se rendre sur le Chemin de Traverse où il n'aurait vraisemblablement aucun mal à se fondre dans la foule. C'était sans compter sur un léger imprévu...

"Zach, c'est bien toi ?" s'exclama quelqu'un de l'autre côté du bar, d'une voix incrédule mais dont les accents lui étaient familiers.

Il se retourna alors, et se retrouva face à une Hannah Abbot en train de le dévisager.

"Je n'arrive pas à y croire." dit-elle, une main sur la bouche. Contournant le bar, elle vint à sa rencontre. "Mais dis quelque chose, enfin !

– Hannah..., fut la seule chose qu'il parvint à articuler. Qu'est-ce que... tu fais là ?"

C'était à son tour de la dévisager. Hannah, sa camarade, son amie. Il ne l'avait pas vue depuis... Il ne savait même plus. Sans doute depuis leur dernière année à Poudlard, juste avant la Bataille. Mais désirant repousser les douloureux souvenirs liés à l'évènement, il préféra se concentrer sur le présent.

"Ce serait plutôt à moi de te poser cette question, tu ne crois pas ?"

Sa réaction le fit sourire, et il ouvrit la bouche pour répondre.

"Je... je voulais me rendre au cimetière."

Il ne souriait plus, et Hannah non plus. Elle se contenta de hocher la tête sans rien dire, compréhensive. Entre eux il n'y avait pas besoin de mots. Elle ne commettrait pas l'affront de lui demander s'il y allait pour une personne en particulier. Non pas qu'elle connaisse la réponse, mais chaque personne qui avait connu la guerre avait perdu quelqu'un. Le deuil avait marqué toute leur génération. Elle ne ferait rien qui puisse le blesser. Le silence était dès lors la plus haute marque de respect.

"D'ailleurs, je...

– Oui, va, je ne voulais pas te retenir ! le coupa-t-elle, avant de reculer d'un pas. A plus tard, alors, peut-être ?

– A plus tard, Hannah." répondit-il sans réfléchir.

Il la regarda s'éloigner pour prendre la commande d'un client, puis se retira à son tour.






Le vent balayait l'herbe du cimetière de Pré-au-Lard. Il marchait paisiblement, le nez en l'air, humant les senteurs qui lui parvenaient. Les lieux n'avaient que très peu changé depuis sa dernière visite du village, quand il n'était encore qu'un élève. Il était venu par ici, quelques fois, embrasser un moment de solitude bienvenu. A vrai dire, une seule chose avait réellement changé : le nombre de tombes. Celui-ci avait doublé, il lui semblait. Et les noms devant lesquels il passait n'étaient pas toujours ceux d'inconnus.

Dans cet environnement entièrement sorcier, il savait qu'il faisait tâche. Hannah ne lui avait rien dit, mais il avait lu l'incompréhension dans ses yeux. Comment peux-tu t'habiller comme un moldu ? Les commerçants avaient échangé des regards en le voyant arriver, avec son jean, et sa veste marron trop grande pour lui. Il ne s'était pas arrêté et avait traversé la rue avec l'air de celui qui sait où il va. Rapidement, on l'avait oublié.

Zacharias s'arrêta enfin. A l'extrémité sud du cimetière, il l'avait enfin trouvée. Une pierre solitaire, atrocement ordinaire. Nulle fleur pour l'égayer ; nulle plaque, nulle gravure pour rendre hommage à celle qui était enterrée là.

Pansy Parkinson
1980-2009


Evidemment, quel hommage y aurait-il à rendre ? Il s'assit par terre, le dos appuyé contre la tombe. Ses parents avaient été jugés et envoyés à Azkaban. Elle y avait échappé, mais son front était marqué à tout jamais. Pansy Parkinson, celle qui avait voulu livrer Harry Potter. Tombée malade, elle était morte deux mois auparavant. C'était ce que Zacharias avait appris en tombant par hasard sur un vieil exemplaire de la Gazette.

"Ils t'ont tuée." Les mots s'échappèrent de sa bouche, acides.

Il la revoyait au bras de Drago Malefoy, s'efforcer de s'intégrer à une société qui ne voulait pas d'elle. A cette époque, une dizaine d'années auparavant, quelque chose chez elle l'avait marqué. Ils avaient discuté, soirée après soirée. Ils avaient dansé. Ces moments étaient comme une ancre dans le flux confus de ses souvenirs. A chaque fois qu'ils se voyaient, le moindre détail semblait receler une vérité libératrice. Le thé sur la table. Sa tête sur son épaule. Ses larmes silencieuses. Ils vivaient fort, intensément. Et pourtant, ils ne vivaient rien. Leur histoire n'était qu'une suite d'instants volés, de minutes pitoyables. Parce que le monde avait fait d'eux des intrus, des anomalies.

Il ne pouvait plus y vivre, plus le voir. Derrière ses vêtements et lunettes de moldus, il avait coupé tout ce qui le rattachait au monde sorcier. Il était devenu ordinaire, une silhouette dans la masse moldue de Londres. Là, au moins, la guerre n'avait pas frappé. On ne débattait pas entre oubli et mémoire, entre pardon et justice. On ne divisait pas le monde entre traîtres, lâches et héros. Dans les journaux qu'il lisait, aucune mention n'était faite du glorieux Harry Potter, le Sauveur, et de ses innombrables qualités. Ici, on avait fait de lui une figure mythique, lui, ce garçon que Zacharias n'avait considéré à l'époque que comme un pauvre type égocentrique.

Rien ne le retenait dans ce monde. Il avait pourtant essayé de se construire un avenir, une vie. Rédacteur à la Gazette, qu'il était devenu. Mais il était trop pragmatique pour faire abstraction des mensonges quotidiens, ces mensonges qui ne faisaient que le repousser à la marge.

"Je ne veux plus voir ce monde."

Il ôta ses lunettes, les déposa sur la terre à côté de lui. La monture était des plus classiques, en plastique noir, et tranchait avec toutes celles qu'il avait pu croiser dans sa vie de jeune sorcier. C'est pour cela qu'il l'avait choisie : des lunettes moldues, pour une existence moldue.

"Je ne veux plus... Je ne peux plus..."

Il se demanda ce que Hannah aurait pensé, s'il lui avait dit qui il était venu voir. Elle n'aurait sans doute jamais pensé qu'il puisse connaître Pansy. Peut-être aurait-elle exprimé sa surprise, avec éventuellement une pointe de déception. Peut-être n'aurait-elle rien dit, car après tout, elle n'était pas le genre de personne à juger sans connaître.

En vérité, ce n'était là que de piètres tentatives pour s'occuper l'esprit. Maintenant qu'il avait sauté le pas, qu'il était revenu dans ces lieux empreints de magie, et que lui même s'en était servi pour transplaner jusqu'ici... Il se sentait plus seul que jamais. Un déraciné de retour dans sa terre natale, mais tout autant coupé de celle-ci que s'il n'était pas revenu.

Penchant la tête en arrière, Zacharias ferma les yeux.
A son réveil, il replongerait dans l'oubli.
Note de fin de chapitre :

PS (oui, ceci est mon moment d'auto-promotion) : J'ai une série qui répertorie mes travaux (...deux pauvres OS) sur le couple Zacharias/Pansy, si jamais cela vous intéresse : http://www.hpfanfiction.org/fr/viewseries.php?seriesid=1131

(oui j'ai honte)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.