S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


La Course par Hortensea

[27 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous, je remercie par avance d'avoir jeté un petit coup d'oeil à ce qui est pour moi une première publication sur ce site .Il s'agit donc de ma modeste participation au concours "Entre Frères et Soeurs" de Ielenna

Merci à Smittina pour le Bêta-Reading!

Si jamais vous ne parvenez pas à situer quelques noms des aïeuls présents, n'hésitez pas à vous munir de l'arbre généalogique des Blacks puisque je l'ai suivi pour y piocher mes figurants.

Cette Mini-Fic sera constituée de trois chapitre uniquement, mais d'autres projets (OS, Drabbles, Fic, Mini-Fic) viendront s'imbriquer petit à petit. Le premier chapitre se penche sur le personnage de Cygnus, qui est le deuxième enfant du couple formé par Pollux et Irma (Crabbe) Black.

Bonne lecture à tous et à très vite!

Chapitre 1 : 1951 – L'Ascension.

 

Tous ces gens, tout ce bruit... Quel ennui.

Cygnus Black observait de l'attroupement d'intrus à travers le reflet de la vitre. Il n'avait jamais aimé la foule à l'époque où c'était un marmot cela impressionnait le frêle enfant qu'il était, puis à Poudlard il avait saisi qu'il serait toujours dans l'ombre que ce soit celle de sa sœur ou celle de sa famille. Qu'importait qui il pouvait être en tant qu'être humain, ce qu'il pouvait penser et qu'elles pouvaient être ses actions : il était avant tout un Black.

Se faisant, il fallait se complaire à toutes ces mondanités futiles dans lesquelles ses parents avaient toujours affectionnées se pavaner, et où on les y avait traînés Walburga, Alphard et lui. Il n'était même pas pensable de tenter de s'y soustraire, les Black étant presque de sang royal : ils se devaient de se dédier au public, comme le rabâchait si bien son vieillard de père.

Walburga s'y était toujours pliée de bonne grâce, une si jolie jeune fille puis jeune femme avait besoin de cette exposition, de cette attention pour flatter l'orgueil de sa nature et sa beauté... Elle avait toujours été une personne maligne -bien que l'on ne lui demandait pas en tant que fille- aussi brillait-elle en société tant par son éclat que par ses coups d'esprit. Mais elle dégageait néanmoins une telle froideur, héritée de la lignée, qu'elle semblait inaccessible à ses prétendants et qu'aucun n'avait osé se manifester. Elle en fit donc à sa tête et épousa leur cousin Orion... Cela avait grandement arrangé leur père Pollux qui aurait été horrifié à l'idée de voir la si mirobolante dot de sa fille sacrifiée à une quelconque famille qui n'en aurait pas été digne.

Alphard... C'était une autre histoire. Chaque sortie avait été l'occasion d'attirer l'attention sur ses comportements d'enfant gâté, attirant la fascination provoquée par ses nombreuses frasques. Il était joueur et avait toujours apprécié que le scandale plane sur lui, et les siens par extension. Combien de cœurs avait-il sciemment brisés et ce uniquement par divertissement ? Combien de jeunes pucelles avaient jeté leurs vertus aux orties pour ses beaux yeux, son sourire charmeur ? Le fait était que même en ayant conscience de sa réputation des plus douteuse, on lui donnait toujours le Vieux Merlin Sans Gorgée de Veritaserum.

Encore un cri assourdissant. Diable ce que cette femme pouvait être fatigante et ce même à l'autre bout du manoir...

« Le médicomage n'aurait-il pas pu lancer un sortilège d'insonorisation ? S'exclama excédée la tante Cassiopea à l'intention de son frère, Pollux, qui allait bientôt devenir grand-père.

- Je ne crois pas qu'il en ait eu le temps, Cassi. C'est Dorea qui aurait du se charger d'assister Druella pour sa délivrance mais cet idiot – Potter - qui lui sert de mari a eu un accident de balai. Elle est à Sainte Mangouste depuis ce matin sans que l'on daigne s'occuper d'eux... Il y a des priorités d'ordre sanitaire avec l'incident de la Potion de Réchauffement, paraît-il.

- J'en ai entendu parler... Quelle sotte idée ! La nouvelle génération de Black arrive et eux ne se concentrent que sur un tord-boyaux bas de gamme qui n'aurait jamais dû voir le jour ! Quand on pense qu'ils ont lancé la production puis commercialisation sans avoir obtenu l'agrément de la Confrérie des Maîtres des Potions. »

Elle allait encore s'égosiller longtemps, cette vieille pie...

 

 

Cygnus décida de changer de place et partit donc fureter vers les plus anciens du comité d'attente. Bien que le grand-oncle Arcturus et sa femme Lysandra étaient absents de cette réunion de famille, le grand-oncle Sirius et de la grand-tante Belvina n'avaient pas manqué à l'appel. Ils faisaient des paris concernant le prénom de l'enfant à venir, les réjouissances concernant la cohabitation de quatre générations passées. Cela semblait se jouer entre Leo et Pavo... Une chance qu'ils aient délaissé le Chamaeleon qui était grand favori à l'annonce de cette grossesse. Quelle tradition stupide que d'attribuer des noms d'étoiles à ceux de leur sang.

Il se détourna d'eux d'un pas leste pour passer devant le frère de son épouse qui semblait exulter avec ce fiel français qu'on lui connaissait si bien. Ce bellâtre d'Ethan Rosier, son beau-frère, faisait arborait un sourire satisfait à entendre sa soeur se gauser de souffrance. Etrangement, il demeurait bien plus discret sur la naissance de son son braillard de fils, Evan, venu au monde quelques mois plus tôt. Sans doute était-ce parce que cela avait failli entraîner son épouse dans le tombeau. Non loin de lui, des cousins s'accordaient à dire que le nourrisson à venir serait sans doute charmant grâce à l'héritage physique de la lignée, mais qu'il aurait le sang chaud si caractéristique de leurs familles.

« Il faudra à ce petit avoir du caractère, une poigne de fer en tant que futur chef de famille. Il en va plus qu'une tradition, c'est un fondement de nos lignées. » Disaient-ils.

Si Morgane avait pitié de son âme, ils ne seraient pas exaucés.

Les traditions... Une famille de Sang-Pur de si haute authenticité en était forgée. Il semblait que Druella ne respecterait pas celle de rendre une délivrance avec dignité, courage et silence. Elle pouvait se le permettre à présent : en donnant naissance à un héritier Black, elle serait enfin reconnue comme un membre de la famille à part entière et ne craindrait plus d'être répudiée pour avoir manqué à ses devoirs d'épouses. « Elle sera encore plus agaçante à vivre » Songea-t-il même s'il le savait depuis bien longtemps : la si forte dot qu'ils avaient touchée lors des noces avec la française n'avait d'égal que son odieux caractère.

Cygnus aurait mille fois préféré être lié à la fille Goyle, certes moins belle mais d'un tempérament affable et discret ; malheureusement un Black ne visait que le sommet de la compétition et l'une des plus belle jeune femme en société se trouvait être Druella à cette époque. Aussi sa famille avait-elle sauté sur l'occasion lorsque ses fiançailles avec Abraxas Malefoy furent annulées. Son esthétique n'équivalait qu'avec les sommes les plus affolantes qu'elle dépensait à droite et à gauche pour ses toilettes, ses bijoux, ses parfums. Une chance pour cette harpie, elle était à présent membre de la famille de sorcier la plus riche d'Europe. Cygnus n'aurait su estimer la fortune familiale ne serait-ce que sans les biens immobiliers, mais sa propre bourse -en tant que second né- lui aurait suffit à mener trois ou quatre vies en ayant un train de vie plus luxueux qu'un roi.

 

 

Une tape amicale lui frappa l'épaule, Cygnus se détourna du portrait devant lequel il était posté sans l'admirer pour faire face à son frère Alphard qui venait d'arriver puisqu'il portait encore sa cape sur son dos.

« Ne reste pas là à ne rien faire, allons boire. Tu vas être père, Cygnus ! Profitons ! Après ta triste existence ne sera plus que responsabilités, langes à changer, et discipline à donner ! »

Et sans demander son reste, son cadet d'une année, le tira vers un couloir en riant à gorge déployée.

Il faudrait lui rendre la pareille lorsque lui-même serait dans sa position, mais cet idiot semblait prompt à rester vieux garçon et à fréquenter les bordels les plus huppés de Londres.

Ils se dirigèrent vers une petite salle attenante où trônait une magnifique cheminée qui crépitait et dégageait une douce chaleur, réchauffant l'ambiance glacial de la demeure. Devant le foyer se trouvait deux fauteuils face à face prêts à s'affronter pour jouer avec l'échiquier sorcier qui était posé sur une petite table d'ébène. Alphard ne se préoccupa guère du jeu, comme l'aurait fait Walbugra en lui proposant une partie, pour aller se ruer vers le bar. Il jeta une œillade à son aîné :

« Wisky Pur Feu ?

- Plutôt de l'Hypocras, tu sais bien.

- Rabat-joie... Enfin, tu as besoin de te dérider mon bon vieux Cygnus où tu vas vieillir bien vite ! Déjà qu'à l'approche de la naissance providence tu te fais des cheveux blancs !

Il soupira. Alphard pouvait parfois être tellement exaspérant.

- Pour être honnête, c'est Wally qui me soucie, commença Cygnus. Ces dernières années n'ont pas été un long fleuve tranquille pour elle. Elle s'est forcée à venir car en tant qu'aînée, elle ne pouvait se permettre de louper cet événement... Qu'auraient-ils tous dit ? »

Alphard venait de s'installer dans son fauteuil la mine sombre, les verres et les spiritueux étaient toujours en lévitation et il n'avait pas l'air décidé à les faire se poser sur le meuble de fortune qui officierait en tant que comptoir de beuverie. Cygnus prit place de l'autre côté de l'échiquier et attrapa son verre en plein vol. Il se servit à boire et patienta que le plus jeune de la fratrie n'en fasse de même.

La vérité était que Walburga s'était mariée avec leur cousin Orion pour uniquement une chose : conserver le patronyme de Black et transmettre le nom comme elle l'aurait fait si elle avait été un héritier mâle. Mariée depuis cinq ans, elle n'avait cependant pas donné d'enfant viable à la famille... Beaucoup de grossesses et tout autant de fausses couches. Elle ne parvenait pas à arriver à terme, et plus le temps passait plus sa tristesse, son aigreur augmentait. Voir sa sœur dans un tel état, alors que la nature l'avait façonnée pour se tenir debout sous le soleil et être baignée de son éclat, rendait Cygnus étrangement las, en colère.

« Druella n'a pas manqué de se vanter de cette naissance. Et Ethan Rosier de son fils à venir. Chez les Rosier, seule la douce Eurydice avait eu la décence de se tenir, que ce soit par compassion ou amitié par Wally. » L'arracha son frère de ses pensées.

Plus que par plaisir de fanfaronner, tous ces louanges à propos de l'arrivée de cet enfant n'avaient surtout eu pour but que de blesser Wally encore plus qu'elle ne l'était. Sa femme n'avait jamais apprécié sa sœur et cette dernière le lui rendait bien. Wally avait été élevée à bonne école : placée chez les Serpentard à son entrée à Poudlard, elle fut vite reconnue comme une langue de vipère d'exception. Il fallait dire que leur tante Cassiopea avait toujours eu la critique facile et que la grand-tante Belvina brillait de par ses commérages acérés. Ses correspondances, satyres de la haute société sorcières, avaient même été publiées.

« Wally en a tout de même été très affectée. » Ajouta Alphard.

Sans nul doute...

Mais elle ne le leur avait pas montré à eux. A lui. Pourtant Wally et Cygnus étaient proches depuis leur plus tendre enfance bien que quatre ans les séparaient. Il avait été son mignon, son plus adorable et plus adoré admirateur, qui se plaisait à la servir en quelques plaisirs que cela pouvait être. Jouer à la poupée ? Bien sûr, votre majesté. Expliquer comment avait été perpétrée la première guerre des Goblins ? Nul problème, votre altesse.

Mais sa jolie princesse – à qui il allait porter une fleur dérobée dans la serre matriarcale chaque matin – était bien loin. Tel un phénix, elle s'était fanée pour laisser bourgeonner puis s'épanouir la magnifique souveraine qu'elle était devenue. Et lui ne pouvait plus prétendre à rien : ni lui baiser les mains, ni lui brosser les cheveux, ni la retrouver dans sa chambre à la tombée de la nuit pour lui faire la lecture. Tout ceci aurait pu être trop mal interprété par le reste du monde. Le reste du monde qui avilissait tout. Qui salissait tout. Qui diabolisait tout. A juste titre ?

Sans nul doute...

S'il n'avait pas été son frère... S'il avait été son cousin. S'il avait été Orion. Il l'aurait épousée.

Il détestait Orion. Il le haïssait.

Autant qu'il aurait aimé être lui.

Il y a pensé.

Une fois.

Obtenir du polynectar aurait été long, ou coûteux, mais à chaque problème sa solution : un peu de patience, ou une bourse grasse de gallions.

Cygnus avala le liquide ambré avec un manque de modération qui surprit son frère. Mais ce dernier ne releva pas davantage, se concentrant sur son propre verre.

 

 

Un autre cris surgit, perçant. Il se reversa un verre, son frère lui tendit le sien en guise de demande. Alphard lui-même se moquait bien de ce que pourrait engendrer Druella pourvu qu'elle cesse de hurler et les laisse tous en paix. La porte s'ouvrit puis se referma délicatement. Une œillade vers cette dernière et Cygnus lâcha son verre plein, comme un enfant pris en faute. L'alcool se répandit lentement sur le luxueux tapis qui ornait le sol de la pièce. Cela ne comptait pas, un elfe nettoierait. Lui se contenta de se ressaisir du récipient et de le replacer sur la table.

« Wally... » Souffla-t-il.

En tendant la main en sa direction tandis qu'Alphard lui offrit un sourire comme seul lui en avait le secret alors qu'elle s'approcha. Il voulut se lever pour lui céder sa place, mais comme si elle avait prédit son geste, elle réfuta d'un signe de tête. Gracile, et pleine de dignité, elle vint à leurs côtés et s'installa au sol, devant la cheminée.

Un autre cris.

« Cela n'en finit pas... Que de souffrances. Tant de talent in utero, avec une baguette ce gamin pourrait être un expert en Doloris.» Ironisa Alphard.

Cygnus ne répondit rien, il observait la douce Walburga. Sans qu'elle ne prononce rien, il pouvait l'entendre penser : « Je torturerais pour être à sa place. Je pourrais même tuer pour cela. ». Mais tant qu'il serait en vie, jamais Wally n'arracherait la vie de quoi que ce soit, cela la salirait à jamais. Hormis pour décapiter un elfe de maison. Vieille tradition familiale.

Le brasier du foyer s'amenuisait. Wally, en un geste délicat, prit le verre d'Alphard et le jeta dans la cheminée. La réaction se fit immédiate puisque les flammes repartaient de plus belle dans une valse brûlante.

Un énième hurlement se fit entendre. Plus criard, plus aigu, plus viscéral.

L'enfant était là.

 

 

De nombreux pas hâtifs se firent entendre et se mouvèrent vers l'autre partie du manoir. Alphard arqua un sourcil à cette débâcle tandis que Wally froissa le jupon de sa robe en serrant le tissus dans le creux de sa main autant qu'elle le pouvait. Mais ils ne bougèrent pas davantage, eux. Cela serait mal interprété mais il n'en avait strictement rien à faire pour tout avouer. La seule chose au monde qui comptait étaient les larmes silencieuses, élégantes, dignes qui coulaient lentement sur le visage de Walburga.

Alphard se leva et s'approcha d'elle à pas de loup pour passer sa main sur le haut de son crâne, en prenant soin de ne pas gâcher ses anglaises. Wally était soigneuse de son apparence, perfectionniste en tout point même. Elle inclina la tête vers lui et lui offrit un demi-sourire. Il s'agenouilla et l'enserra avec toute la délicatesse dont il était capable pour nicher son visage dans sa chevelure et en humer le parfum. Sans doute sentait-elle le muguet... Presque tous les baumes, crèmes et parfums qu'elle portait avait cette fragrance pour note principale. Son frère se déganta et d'un doux revers de doigt captura une larme et la porta d'un geste preste à ses propres lèvres, à la suite de quoi il murmura:

« Ivresse d'eau ne finit jamais... »

Sans plus de cérémonie, il se leva et quitta la pièce en prenant soin de refermer la porte derrière lui. Sans doute pour rejoindre l'assemblée et admirer le nouvel héritier des Black.

 

 

Comme si elle avait attendu que leur frère, intrus, s'en aille, Walburga entama:

« Père va être fier de toi, Cygnus. Bravo... Tu as gagné.» Il se crispa.

Gagner quoi ? L'approbation de leur père qui l'avait si souvent dédaigné sous prétexte qu'il semblait bien maigrichon ? Oh, Cygnus savait bien que si Alphard était né tout juste un an après lui ce n'était pas pour rien : le couple Black craignait que leur deuxième fils ne meure en bas-âge puisqu'il était de faible constitution. Cette tare l'avait en quelque sorte condamné aux yeux de son père et ce à jamais. Même s'il fut un élève excellent en Arithmancie, en Etude des Runes au point qu'il aurait pu y faire carrière si tant est qu'il aurait souhaité le faire – ne pas travailler était une oisiveté que les Black avait le luxe de pouvoir se payer à la vue de leur si haute fortune - mais cela n'avait jamais suffit pour qu'il ait le droit de la part de Pollux à un regard franc, qui consacrait sa réussite.

Gagner pour quoi ? Perpétuer leur lignée. Rendre sa femme encore plus exécrable qu'elle ne l'était déjà. Avoir l'assurance de ne plus jamais pouvoir s'en délester à son gré. Mettre sa chère et tendre Wally dans cet état de désespoir et alimenter sa peine uniquement par sa simple présence. Il avait tant honte de lui, d'être celui qui indirectement avait provoqué la chute de sa sœur qui se donnait tellement de mal pour contenter leur père, alors qu'elle ne le pourrait jamais totalement étant née fille. Elle, aussi, avait été condamnée dès son commencement.

« Contrairement à ce que tu pourrais penser, je ne t'en veux pas, ajouta-t-elle tremblante. Je suis sûre que tu seras un bien meilleur père pour cet enfant que n'a été le nôtre envers nous. »

Et elle fondit en larmes. Non plus silencieuses mais bruyantes, ardentes. Comme un enfant blessé qui souffre le martyre pour une peine insupportable. Ses pleurs déchiraient le silence, transcendaient l'atmosphère et son âme. Oui, cela causait à Cygnus bien plus de désarrois, d'inquiétudes que les précédents cris d'agonie de Druella. Jamais, au grand Merlin jamais, il ne se souvenait avoir entendu sa sœur pleurer. Elle avait toujours eu plus que quiconque cette notion de contrôle.

Que faire ? Que dire ?

Il ne savait pas.

Il pourrait pleurer avec elle, mais un homme ne pleurait pas. Un Black ne devrait pas pleurer, par nature. Mais ce serait leur secret à eux. Il voudrait la consoler, alléger son chagrin, lui promettre monts et merveilles pourvu que les rivières cessent de couler et qu'elle retrouve son sourire et ses joues rosées. Mais il ne ferait rien de tout cela. Il ne pouvait pas. Et quand bien même il tenterait : cela la mettrait mal à l'aise.

Parce qu'elle était très pudique.

Wally.

 

 

D'un geste de baguette, il usa d'un sort de métamorphose avant de transformer son verre d'Hypocras en un bocal rond dont le contenu n'était plus de l'alcool ambré mais bel et bien de l'eau limpide. Wally avait cessé de pleurer et même si elle reniflait un peu, son intérêt avait été piqué. Il se sépara d'un de ses boutons de manchette qui coula dans le récipient. D'un coup de baguette, ce dernier se transforma en un poisson couleur bleu nuit qui tournait dans son nouvel habitacle.

Alors qu'il observèrent ce petit être agiter ses nageoires pour se mouvoir, Cygnus récita :

«- Les poissons ne pleurent pas. Ou alors cela ne se voit pas... Peut-être nagent-ils dans leurs larmes?

Puis fixant sa sœur dans les yeux, il acheva :

- N'est-ce pas un chagrin qui a du charme, Ma Dame ?»

Le sourire que lui offrit Wally en cet instant en guise de réponse... Si pur, si sincère dans sa discrétion - en une si légère nuance que lui seul aurait pu le percevoir - était une bien plus savoureuse victoire que d'avoir engendré le nouvel héritier Black.

Merlin, était-ce si grave s'il aimait davantage sa sœur que sa femme et surtout cet enfant juste né?

 

Note de fin de chapitre :

C'en est fini du premier chapitre. Qu'en avez-vous pensé ? Que le commentaire soit positif ou négatif: je suis preneuse afin que cela puisse me permettre de progresser.


Quoi qu'il en soit, j'espère que cela vous a plu. Je tiens à préciser qu'à la fin du chapitre, Tant Walburga que Cygnus sont convaincus qu'un garçon est venu au monde, alors qu'il s'agit en fait d'une petite fille: Bellatrix.


Je vous dis à très vite :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.