S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


L'écrivain égoïste par Jeanneuuh

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour bonjour! J'ai prit goût aux concours, alors après Citafics, voici ma participation au concours "Entre frères et soeurs" de Ielenna ! Le principe est assez simple: décrire une relation entre deux frères et/ou soeurs.

Alors voilà, je propose cette petite lettre, qui n'est pas très joyeuse. J'aurai aimé faire mieux, mais apparemment, ce n'est pas pour tout de suite! Alors voilà, je poste quand même et j'espère que ça vous plaira...

Et une dernière chose : allez lire les autres participations! Il y a des textes magnifiques.

 

Cher Fred,

Je sais que je n'ai pas toujours été tendre avec toi, ni avec George. Vous n'avez jamais été très agréables avec moi non plus. Nous avons des caractères bien différents...

Rassure-toi, je ne suis pas là, à écrire cette stupide lettre, pour te faire des reproches. Je suis là pour t'expliquer. Je veux tout dire et pouvoir mettre les choses au clair. Je veux classer mes sentiments, les ranger et enfin, avancer. Ça peut paraître étrange, mais j'en ai besoin. Si tu étais encore vivant, je prendrais mon courage à deux mains pour te le dire de vive voix. Je crois que toi aussi, tu en aurais eu besoin.

Cette lettre, donc, est pour toi comme pour moi.

Je suppose qu'il vaut mieux commencer par le début. Le ventre de Maman était tellement énorme que les parents ont vite comprit qu'il n'y aurait pas un enfant, mais deux. Explosion de joie à la maison ! Papa a dédoublé le lit d'occasion qu'il avait acheté, Maman a tricoté avec deux fois plus d'ardeur. Moi, je trouvais cela incroyable que deux bébés puissent grandir dans le ventre de Maman et en sortir par le même endroit. Déjà que un, c'était difficile à croire ! Heureusement, il y avait les livres pour les enfants, ils m'ont aidés à comprendre. J'étais heureux de devenir grand frère.

Finalement, vous êtes arrivés, et la maison est passée de joyeuse à stressée. Deux fois plus de lait à donner, deux fois plus de couches à changer, deux fois plus de pleurs ! Vous n'étiez pas très discrets (vous ne l'avez jamais été) et j'en ai vite eu assez. Quand ça criait trop en bas, je montais lire en haut. Parfois, j'aidais Maman, mais surtout quand vous étiez couchés.

À cette époque, j'étais déjà solitaire, et cela me convenait très bien. J'aimais être tranquille pour lire, j'aimais avoir mes secrets. Pour rien au monde je n'aurais voulu un jumeau. La famille était déjà grande, si bien que dès que la solitude pointait le bout de son nez, je n'avais qu'à descendre quelques marches pour être de nouveau entouré.

Vous avez vite grandi, d'autres enfants sont nés. Vous n'étiez plus l'attraction familiale. J'ignore si c'est pour cela que vous êtes devenus encore plus turbulents ou si cette « qualité » a toujours été dans vos gènes. Un peu des deux, je suppose.

En tous les cas, vous avez bien embêté les parents. C'est vrai, j'ai quelque fois été moralisateur et je comprends, maintenant, que cela devait être plutôt agaçant. Mais vous l'étiez aussi ! De toute façon, même si vous faisiez des bêtises, tout le monde vous adorait. Sauf Tante Murielle, mais elle n'a jamais aimé personne.

Je suis parti à Poudlard, enfin. J'étais si heureux ! Un peu anxieux, bien évidemment, mais surtout heureux. Ne plus entendre Ron et Ginny brailler, ne plus vous avoir sur le dos ! J'avoue que j'avais un peu l'impression d'étouffer à la maison. Tout était pour vous. Je savais bien que les parents m'aimaient, mais je me sentais incompris.

À mon arrivé à Poudlard, je voulais faire mes preuves et enfin ramener un peu d'attention sur moi. J'étais déjà bien égoïste, je le sais.

Ma Répartition a fait la fierté des parents et de nos frères. Le Choixpeau à beaucoup hésité, pourtant. Il disait que je serais sans doute bien à Serpentard.

Les cours ont commencé très vite, et j'ai adoré. Chaque jour, j'en apprenais un peu plus. Chaque jour, je passais devant les grands sabliers et je comptais consciencieusement tous les points que j'avais rapporté à Gryffondor. Chaque jour, mon égo gonflait un peu plus...

A Noël, j'étais presque déçu de devoir rentrer à la maison. Je n'avais que très peu d'amis à Poudlard, mais j'y étais si bien...

Mes deux premières années à l'école sont, je crois, les deux plus belles années de ma vie. Je me sentais à l'aise. Je me sentais intelligent. Je me sentais protégé. J'étais souvent seul, mais j'étais bien.

Et puis vous êtes arrivés, George et toi. Le Choixpeau n'a fait qu'effleurer vos crânes avant de crier : «  Gryffondor ! » . J'étais très fier de vous accueillir à la table de notre maison. Je me disais : « Ils suivent le bon chemin. Comme moi. »

Mais j'ai vite déchanté. Vous étiez si turbulents ! En une semaine, vous avez réussi à faire perdre la moitié des points que je m'étais tant appliqué à faire gagner à notre maison. Malgré tout, vous étiez aimés et admirés. Vous ne faisiez que des bêtises, vous n'aviez aucun respect du règlement, mais on vous appréciait ! Je ne comprenais pas. C'était rare, d'ailleurs, que je ne comprenne pas. J'étais vexé et jaloux. Je n'avais aucun ami pour étancher mes pleurs, alors j'ai ravalé mon amertume. Pour la première fois, ma solitude me gênait.

Je vous détestais et pourtant, je rêvais aussi d'être comme vous : deux. Rien ne m'aurait fait plus plaisir que d'avoir un jumeau ! Le soir, pour m'endormir, j'imaginais ce qu'aurait pu être ma vie si c'était moi qui était né avec un double. Les discussions que nous aurions pu avoir ! Les jeux que nous aurions pu faire ! Les points que nous aurions rapportés... À deux cerveaux, nous aurions pu faire de grandes choses. J'en étais convaincu : si j'avais eu un jumeau, j'aurais été la fierté de la famille et la star de Poudlard. Nous, pardon.

Mais j'étais seul. Bel et bien seul. J'ai travaillé encore plus. Je suis devenu Préfet, puis Préfet-en-Chef. J'ai lu la fierté dans les yeux de Maman, mon cœur a failli exploser de joie et d'orgeuil. Vous vous moquiez de moi mais j'étais persuadé que vous le faisiez par jalousie. En vérité, c'est moi qui était jaloux. En vérité, plus que les yeux de Maman, c'était vous dépasser qui me faisait plaisir.

Le reste, je ne suis pas sûr d'avoir à l'expliquer. Tu es intelligent, Fred, tu as compris. Vous avez tous compris, d'ailleurs. J'étais aveuglé par ma profonde envie de faire mes preuves. Je savais que j'étais doué, je me sentais incompris, alors je ne vous ai pas écouté. Je reconnais que j'ai été vraiment crétin. Je ne veux pas trouver d'excuses à mon comportement car je sais bien que je n'en ai pas. C'est juste que la solitude commençait à sérieusement me peser, tu vois. Quand j'étais au Ministère, je me sentais bien. J'étais entouré et utile. Du moins, c'est l'impression que j'avais.

Le ministère est devenu le jumeau que je n'ai jamais eu. Je le suivais aveuglément, j'avais une totale confiance en lui. J'avais l'impression qu'à nous deux, nous étions invincibles. Je sais que George et toi, vous aviez cette impression aussi. C'est normal.

Et puis voilà, il y a eu la guerre. Tout le monde c'est engagé. Moi, je me suis perdu. Je suivais le Ministère, mais avec le temps qui passaient et les morts qui augmentaient, je ne lui faisais plus autant confiance qu'auparavant. C'était comme si j'avais dormi longtemps, que j'avais fait un rêve merveilleux, et qu'au matin il n'en restait plus que des vagues souvenirs. Je m'y suis accroché, à ces souvenirs. J'ai continué à faire ce qu'on me demandait. Je ne maîtrisais plus grand-chose. C'est d'ailleurs cela qui m'a fait réagir. Moi, Percy Weasley, je ne contrôlais plus mon existence ! Quand j'ai eu vent d'une dernière bataille à Poudlard, j'ai enfin pris ma décision. Mieux vaut tard que jamais.

J'ai mis toute ma hargne dans ce qui est devenu la Grande Bataille. Je m'en voulais tellement ! J'avais l'impression d'avoir été trahi, mais je savais que je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même.

Tu es mort sous mes yeux. Je n'ai rien pu faire pour te sauver, Fred. Je te jure que j'ai voulu bouger, pourtant ! Mais il était déjà trop tard.

Je m'en suis beaucoup voulu. Je m'en veux toujours d'ailleurs. C'est pour cela, je pense, que j'écris cette lettre. Je voudrais m'excuser. Je n'ai jamais été un bon grand frère. C'est pourtant une tâche de la plus grande importance.

Je t'aime, Fred. Je n'y peux rien, tu es mon frère.

Je te déteste aussi. Beaucoup. Je suis plus âgé que toi, mais tu es toujours plus intelligent, plus drôle, plus sympathique ou plus fort. Ta présence mange la mienne, même maintenant que tu es mort.

Regarde, à cause de toi, j'écris une lettre à un homme mort ! C'est une chose stupide, et je n'aime pas faire des choses stupide. Pour toi, je me force. Je sais bien, pourtant, que cette lettre ne sera jamais lue par d'autres personnes que moi. Je sais bien que tu es parti, je sais bien que je n'aurai jamais une véritable occasion de me faire pardonner. J'espère juste.

J'ai songé à donner cette lettre à George, tu sais. Mais ce n'est pas une bonne idée. Je pense qu'il ne comprendrait pas. Ta perte est trop récente, la plaie est trop vive.

C'est aussi à cause de lui que j'ai pris ma plume, ce soir. Ses yeux vides me brisent le cœur, si j'en ai encore un. Je crois que j'aurai préféré qu'ils soient emplis de colère. Mais non. Ils ne sont que ternes, vides. Aucune trace de vie.

Je suppose qu'avec le temps, il ira mieux. George est un Gryffondor, il ne se laissera pas abattre. De toute façon, dès qu'il flanchera, il y aura quelqu'un pour le relever. Je serais là. J'espère juste qu'il voudra bien de moi...

Au final, je ne sais même plus pourquoi j'écris. Je suis vidé de tout énergie. Je suis perdu. Je crois qu'il y avait beaucoup trop de choses à ranger, je ne réussirai pas en une seule fois. Ce n'est pas grave, j'ai tout mon temps, moi. Cette lettre est un premier pas. N'est-ce pas ce que je voulais initialement ? Et enfin, avancer.

Il est temps de conclure. Je ne sais pas comment faire. J'aimerai être sincère, pour une fois, car je ne l'ai pas beaucoup été avec toi. Je voudrais te dire adieu convenablement. Mais je crois que j'en ai assez dit, déjà. Cette lettre première lettre est bien longue.

 

Avec tout mon amour,

Ton frère,

Percy

 

PS : Quand j'étais petit, je vous trouvais égoïstes, George et toi. Maintenant, je sais que c'est moi qui l'ai été. Je viens de finir cette lettre. Je m'étais convaincu que je l'écrivais pour toi comme pour moi. Mais au fond, je sais bien que je le fais surtout pour moi. Ne devrais-je pas tout simplement te pleurer ? Je me sens soulagé et pourtant, j'ai peur que cette lettre ne fasse que me conforter dans ma conviction de ne pas être totalement coupable. J'ai peur de me mentir à moi-même, encore une fois. Suis-je un égoïste fini ?

 

 

Note de fin de chapitre :

Si vous avez aimé (ou pas, d'ailleurs!), n'hésitez pas à laisser un mot! Un grand merci à Llial pour sa super correction!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.