S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Automne au loin par Llial

[10 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Je m'essaye à la Next-Gen! Un petit OS pensif, mettant à l'honneur le jeune Hugo, pour le concours Entre frères et soeurs d'Ielenna.

Un grand merci à Jeanneuuh pour sa relecture et ses conseils!

Bonne lecture! Et n'hésitez pas à commenter si le coeur vous en dit, toute remarque est bonne à prendre et lire vos commentaires ou vos réactions fait vraiment plaisir!

Hugo hoche la tête. Elle est formidable, sa sœur. Il sait qu’il a de la chance.

-J’aimerai tellement lui ressembler, poursuit joyeusement sa cousine Lily. Elle est douée au Quidditch, et elle est si intelligente ! Et elle est à Gryffondor, en plus !

Hugo acquiesce. Oui, Rose est très forte. Mais Lily aussi, et il le lui dit. Personne ne s’envole plus haut que Lily, alors que c’est elle la plus petite et qu’elle n’a pas vraiment le droit. Mais en balai, ses frères James et Albus ne la rattrapent pas.

Lily sourit, Lily remercie. Elle est toujours charmante, Lily. Et Hugo l’interroge, pour parler d’autre chose.

-Et Albus, il n’est pas trop déçu d’être à Poufsouffle ?

Lily s’énerve, immédiatement.

-Est-ce que c’est une honte d’être à Poufsouffle ? Pourquoi il devrait être déçu ? Tu y seras peut-être, toi, je te signale !

Même en colère, Lily reste sa cousine préférée. Et Hugo la taquine, parce qu’il la connaît trop bien.

-Toi aussi, tu pourrais être à Poufsouffle, lui répond-il gentiment. Ca me ferait plaisir qu’on y soit ensemble.

-Moi ? Jamais de la vie ! s’écrie Lily. Je suis courageuse, moi !  Je veux être dans la maison de mes parents, de toute la famille, comme James et comme ta sœur.

On en revient à sa sœur. Hugo ne sait plus de quoi parler, à présent. Il explique à Lily qu’il va être l’heure pour lui de partir, il la quitte et rentre chez lui. Chez lui, ce n’est pas loin, leurs maisons sont voisines. Il traverse le jardin, grimpe les marches et pousse la porte. Il sait qu’il est seul et qu’il est trop tôt, ni son père ni sa mère ne sont encore rentrés du travail.

Il s’assoit sur un canapé et il  n’allume pas la lumière. Il ne comprend pas pourquoi il se sent si triste, mais il a une boule au ventre et il n’est pas bien.

Il réfléchit. Il réfléchit souvent, Hugo, quant il y a quelque chose qu’il ne comprend pas, même si c’est à l’intérieur de lui que ça se passe.

Il se remémore la lettre de Rose. Elle y raconte sa rentrée, ses amies, sa maison. Poudlard est magnifique. Hugo et ses parents lui manquent. Les cours sont très intéressants. Rien d’exceptionnel, en fait. Rose a toujours brillé, partout. En sports, en cours, en amitié. De ses parents, elle est même la préférée. De Ron, parce qu’elle ressemble tellement à sa mère. D’Hermione, parce qu’elle est à la fois tout ce qu’elle a été, et ce qu’elle n’a pas réussi à être.

Hugo se pelotonne d’avantage dans son fauteuil, réfléchit. Il a mis les pieds sur le coussin, ce qui est interdit. Il s’est roulé en boule. Il se demande pourquoi c’est seulement maintenant qu’il prend conscience de son immense jalousie.

Il essaye de se souvenir, Hugo. Il n’a jamais été aussi bon que Rose. Son père disait en plaisantant qu’ils avaient partagé, que Rose avait hérité de l’intelligence d’Hermione et Hugo de la sienne. Mais Hugo ne sait pas bien jouer aux échecs, pourtant. C’est peut-être parce qu’il n’est pas si grand que ça, mais il reste persuadé au fond de lui que les choses ne vont pas vraiment changer, même dans quelques années.

Et puis, il y a le Quiddich. Tout le monde est meilleur que lui au Quiddich, sauf Albus, mais Albus est vraiment mauvais. Et Hermione, mais elle ne compte pas. Sinon, parmi les cousins, tout le monde est meilleur que lui, tout le monde. Bon, pas Molly et Lucy, mais c’est simplement qu’elles sont trop petites, d’ici quelques années elles le rattraperont. Victoire, Dominique, Fred, Louis, Roxanne, James et Lily sont meilleurs que lui. Et Rose.

Rose n’a pas hérité uniquement de l’intelligence de sa mère, elle a aussi obtenu l’habilité de son père. Et il suppose qu’elle a également droit au courage de ses deux parents. Hugo se sent tellement petit et minable, que si le courage aussi doit être partagé, il a le sentiment qu’il n’en a pas hérité.

La porte claque, ses parents rentrent. Il enlève ses pieds du canapé.

Sa mère arrive dans le salon, le voit et lui sourit, son père la suit.

-Hugo, s’étonne-t-elle, tu n’allume pas la lumière ?

-Je viens d’arriver, répond Hugo. Je me reposais.

Il a l’impression que sa mère ne l’écoute pas vraiment, parce qu’elle reprend la parole d’un ton joyeux, sans faire attention à ce qu’il vient de lui dire.

-Tu as reçu la lettre de Rose ? Elle est à Gryffondor !

-C’est génial, répond Hugo avec peu d’enthousiasme.

Tout sourire, son père ne le remarque pas.

-Ce n’est pas vraiment une surprise, poursuit-il gaiement, elle en est vraiment digne.

Hugo hoche la tête. Quelque chose dans son attitude, dans son regard, ou peut-être qu’elle est plus attentive que ce que Hugo croyait… En tout cas, tout à coup, Hermione vient s’asseoir à côté de lui.

-Hugo, lui demande t elle en posant sa main sur son genou, qu’est-ce qu’il y a ?

Hugo hausse les épaules. Son père aussi s’approche, remarque sa tristesse.

-Tu as envie d’être à Poudlard, toi aussi ? lui demande t il gentiment. Je me souviens comme j’étais impatient et envieux chaque fois que l’un de mes grands frères partait ! Mais ne t’inquiètes pas, pour que le temps passe plus vite, on va faire plein de choses, tous les trois.

Hugo se force à sourire. Peut-être que c’est ça, songe-t-il. Peut-être que je suis envieux, parce que Rose a deux ans à passer à Poudlard alors que moi je suis coincé ici. Peut-être que c’est seulement cela. Il essaye de se dire que c’est normal, qu’il n’est pas un petit frère indigne, mais la boule au ventre ne part pas.

                                   *                                             *                                             *

Hugo est heureux, noël approche. Il aime cette période de l’année, le froid qui s’intensifie et la nuit qui tombe tôt. Il pense à sa sœur, là-bas, plus au nord, qui doit voir les premières étoiles dès qu’elle termine ses derniers cours. Enfin, pour les étoiles, il n’est pas sûr. Mais en tout cas, elle doit profiter de la neige et de l’ambiance toute spéciale de l’hiver, Rose, et ça lui fait vraiment plaisir de penser qu’elle sera bientôt de retour à la maison.

Il se demande si pour elle, sa maison sera devenue Poudlard, un peu comme leur mère avant elle. Papi David et mamie Jane racontent que plus les années passaient, moins ils ne voyaient leur fille pendant les vacances scolaires. Ils ont toujours l’air un peu triste quand ils expliquent cela, ils savent bien que malgré la guerre et son travail scolaire, c’est le fait d’appartenir à un monde duquel ils sont exclus qui a éloigné Hermione d’eux. Mais pour cette première année, Rose revient, et Hugo est vraiment impatient de la retrouver.

Il a plein de choses à lui raconter. D’abord, ils ont été au musée de l’histoire naturelle, juste ses parents et lui, et il a adoré. L’escalator qui l’emmène directement à l’étage des séismes et des volcans, avec l’impression de remonter le temps et l’histoire de la terre, les planètes, les animaux, les insectes et les squelettes de géants… Il a encore un sourire immense quand il y repense, et il est certain que sa sœur aurait tout aimé aussi, si elle avait pu venir avec eux. Et puis, ils sont allés pique-niquer à Hyde Park, en face. Il faisait très beau et ils se sont reposés au soleil, anonymes parmi les moldus, jusqu’à ce que le froid les chasse. Hugo a beaucoup aimé cette journée dans Londres, et comme promis, il y en a eu d’autres.

Un jour, avec tante Ginny et Lily, son père et lui sont allés voir un match de Quidditch, et la journée s’est terminée en repas crêpes chez papi Arthur et mamie Molly. Une autre fois, c’est sa mère qui l’a emmené visiter la National Gallery, et même s’il y avait énormément de belles peintures et de magnifiques objets, Hugo s’est un peu ennuyé. Mais après la visite, ils sont allés regarder des artistes sur Trafalgar Square, où ils ont passé un très bon moment.

Les autres week-ends, Hugo est resté à la maison ou il est allé chez Lily. Il a vu ses autres cousins et cousines aussi, et finalement, ces quatre mois qui le séparent de la dernière fois où il a vu Rose sont passés assez vite. Mais il est vraiment très heureux de savoir qu’il va la retrouver.

Elle lui a terriblement manqué, Rose. Elle lui a manqué pour toutes les choses qu’ils n’ont pas faites ensemble, et aujourd’hui, alors qu’il accompagne ses parents au marché de noël du bout de la rue, Hugo décide de lui faire un cadeau. C’est noël, c’est une bonne occasion, non ? Elle ne sera pas étonnée.

Il s’éloigne un peu, aperçoit une paire de gants. Rouge, comme Gryffondor. Avec des pompons au bout des doigts, comme noël. Ca va lui plaire, à Rose. Il l’achète.

Il cache la paire de gants au fond de son sac de courses. Il ne sait pas pourquoi. Il a un peu peur que ses parents la voient, peut-être, et qu’ils lui disent que ce n’est pas une bonne idée de cadeau. Que Rose est trop grande, à présent, pour porter des habits d’enfants. Que les pompons, c’est mignon, mais c’est bébé, c’est bien pour Lily et lui, et pour les autres cousins qui ne sont pas encore à Poudlard, mais pas pour Rose. Parce qu’elle a grandi, Rose, elle a changé.

Hugo glisse sa main dans son sac, effleure les gants rouges et décide qu’ils sont doux et beaux, et que s’ils ne lui plaisent pas, lui les mettra. Il verra bien. Peut-être qu’il s’inquiète pour rien. Peut-être qu’elle n’a pas changé tant que ça, Rose. Peut-être qu’il lui a un peu manqué aussi, et qu’elle sera heureuse de le revoir. Il l’espère. Elle l’agace terriblement, des fois, mais quand même, ses rires et ses câlins lui manquent. Les disputes aussi lui manquent presque. Pas trop quand même, parce que ce n’était jamais drôle, mais au moins, quand ils se criaient dessus ou se poursuivaient, furieux, à travers la maison, sa sœur était là. Maintenant il ne peut plus poursuivre personne, et il a de plus en plus hâte que les vacances de noël commencent.

                                    *                                              *                                              *

-Rose !

Ils sont sur le quai du Poudlard Express.

Leur mère se précipite, serre sa fille dans ses bras. Hugo et Ron, derrière, attendent leur tour. C’est ensuite leur père qui souhaite la bienvenue à Rose, et Hugo regarde, juste à côté, la famille Potter qui fait passer Albus et James de bras en bras. Lily sautille sans se fatiguer. Tous les parents sourient, et les héros du jour ont les yeux qui brillent et plein de choses à raconter.

-Comment ça va, Hugo ? lui demande Rose en le saluant à son tour. L’automne n’a pas été trop long ? Poudlard, c’était génial. Le château est fantastique, les cours sont passionnant, la salle commune de Gryffondor est vraiment merveilleuse, chaleureuse et colorée, je me suis fait plein d’amis, on a une vue superbe sur le parc et le lac, le matin les hiboux…

Hugo sent son esprit dériver et il ne l’écoute plus. Ils ont entendu ces histoires trop souvent, par les cousins plus âgés et leurs parents, et il pense qu’elles n’ont plus d’intérêt à être imaginées, à présent qu’il les connaît tellement. A présent, il veut les vivre, même s’il lui faudra attendre plus d’un an.

Pendant le retour en voiture, Rose papote et sourit, agite joyeusement ses grandes mains, et Ron et Hermione agrémentent la conversation. Hugo, lui, ne dit rien. Il se sent triste. Il se sent seul. Il réalise qu’elle n’a plus besoin de lui, sa sœur, et c’est douloureux. A présent, un monde les sépare. Hugo aura toujours deux ans de moins que sa sœur. Et il aura toujours plein d’autres choses en moins, aussi, même si lui aussi, on l’aime. Il a envie de pleurer. Il pensait qu’il serait très heureux de la retrouver, sa sœur, mais ce n’est pas le cas. Comme d’habitude, il est envieux. Et il s’en veut.

La conversation dérive sur noël, et Hugo participe. Le matin, pour ouvrir les cadeaux, ils seront chez leurs grands-parents maternels, avec lesquels ils mangeront le midi, et ils rejoindront la grande famille Weasley après le repas. Rose est un peu déçue, Hugo la comprend, l’ambiance est bien plus festive avec tous leurs cousins, mais il sait aussi qu’ils doivent passer du temps avec leurs autres grands-parents, même s’ils ne sont que tous les deux. C’est normal, non ? La famille, c’est important. Et puis ils sont gentils, mamie Jane et papi David. Rose fait contre mauvaise fortune bon cœur, après tout, le soir de noël, ils retrouveront les autres. Elle se remet à parler de Poudlard, et Hugo concentre son esprit sur autre chose, il regarde le paysage par la vitre de leur voiture. Il n’y a pas de neige. C’est un peu triste, l’hiver, sans neige, mais c’est quand même beau. Et il sent son cœur se serrer un lorsqu’il songe qu’il y a certainement eu énormément de neige à Poudlard.

                                   *                                             *                                             *

-Oh !

C’est le matin de noël, et Rose ouvre son cadeau. Hugo, malgré lui, sent sa tête rétrécir un peu, ses épaules se vouter. Il se sent ridicule. Il n’ose même pas dire que c’est lui qui a choisi et acheté ce cadeau, et jusqu’à ce matin il n’était pas certain qu’il le déposerait aux pieds du sapin. Il a peur qu’elle se moque, Rose, et ce serait terrible. Il ne veut pas qu’elle les jette d’un air dégouté, les gants rouges à pompons, ou qu’elle s’énerve en disant qu’elle a grandit, que le temps a passé. Qu’elle aurait préféré des livres, ou des gants de Quidditch, par exemple, s’il tenait vraiment à s’occuper des mains. Voire un bracelet.

Hugo se détourne. Rose essaye les gants, sourit, les montre à leurs parents.

-C’est mamie Molly qui m’a tricoté ça ?

-Ah, je ne sais pas, lui répond Hermione en s’approchant pour les regarder, je ne crois pas, je ne l’avais pas vu, ce paquet. Il n’y a pas de nom ?

Rose agite ses doigts, les gants lui vont parfaitement, et elle se tourne vers mamie Jane, assise entre papi David et Ron, qui attendent que les enfants leur amènent des paquets.

-C’est toi, mamie Jane, qui les a tricoté ?

Mamie Jane sourit, tourne la tête en signe de dénégation.

-Tu sais que je ne tricote pas, ma chérie. Peut-être ton papi ?

-C’est plutôt une fabrication industrielle, à mon avis, répond papi David qui s’est approché pour observer les doigts de sa petite-fille.

Hugo regarde ses pieds. Les gants sont de fabrication industrielle, en plus. Il aurait mieux fait de ne rien offrir à sa sœur. D’habitude, à noël, Rose et lui ne s’offrent rien, et c’est très bien. Il se lève, s’approche de la table pour grignoter une friandise.

-T’as vu comme ils sont jolis, les gants, Hugo ? s’écrit soudain Rose qui s’est approché. Il y a des pompons, c’est sympa, non ?

-T’aimes bien ? hésite Hugo, tu les trouves jolis ?

-Oui, confirme Rose, pourquoi ?

Elle regarde son frère qui rougit. Elle le connaît très bien, elle aussi.

-Oh, Hugo, c’est toi qui me les a offert ?

Il hoche la tête. Elle l’attrape brusquement, le serre dans ses bras.

-Oh, Hugo, merci ! Tu aurais du me dire que tu me ferais un cadeau, je n’ai rien pour toi, moi ! Merci, vraiment, t’es le meilleur des petits frères !

Hugo sent une drôle de chaleur lui envahir tout le corps et le cœur. Il voudrait bafouiller qu’elle n’a qu’un frère, de toute façon, que ce n’était pas grand-chose, que les gants n’ont pas coutés trop cher, qu’il voulait juste lui montrer qu’il tient à elle et qu’elle lui a manqué, mais tous ces mots ses bousculent dans sa gorge et rien ne sort. Il se tait. Il hoche la tête.

Inconsciente des émotions intenses qu’elle vient de provoquer chez son petit frère, Rose virevolte, s’éloigne, s’approche du sapin pour sélectionner un nouveau cadeau.

Hugo s’accoude à la fenêtre et regarde le jardin, dehors, avec les arbres nus et la lumière si particulière de l’hiver. Il se répète les mots de Rose et ça lui fait tout drôle, tout chaud à l’intérieur, parce que même si elle l’énerve et qu’il la jalouse, elle est sa sœur. On est forcé d’aimer sa sœur, non ? Pas toujours, il le sait. Ca dépend des familles. Ca dépend des moments. Ca dépend de chacun, et lui, comme d’habitude, il a du mal à comprendre ce qu’il ressent. Mais en tout cas, pour le moment, il est heureux. Super heureux, même. Son cadeau lui a fait plaisir, à Rose. Il est tout ému des remerciements qu’il a reçus.

Hugo sourit, sans rien dire, et il continue d’observer l’horizon, pensif, pendant un petit moment.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.