S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


On est seul aussi chez les hommes par Bloo

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling.

Merci à Ielenna pour la très jolie bannière dans le cadre du projet "Take a picture" !
Note de chapitre:

Il y a plus d'un an, j'ai écrit un OS sur Lily devant s'inscrire dans une série intitulée "Les Petits Princes". Douze petits-enfants, douze phrases extraites du petit Prince, douze OS. J'ai délaissé ce projet mais je le reprends finalement à aujourd'hui avec le moment sur James et la phrase On est seul aussi chez les hommes.

Cet OS est du point de vue de James, c'est donc son ressenti qui s'exprime sans qu'il ne corresponde forcément à la réalité.

Bonne lecture !

À peine eût-il posé le pied dans les herbes folles et parsemées de fleurs des champs du jardin des Finnigan-Brown qu'un nuage d'oiseaux s'envola bien haut dans le ciel, le faisant légèrement tressaillir. James était à fleur de peau depuis qu'il s'était réveillé ce matin, depuis que quelques heures seulement le séparaient du moment où, enfin, il rentrerait à Poudlard.

Seamus avait proposé une semaine auparavant aux Potter de venir passer la dernière soirée avant la rentrée scolaire chez Lavande et lui, dans leur maison de pierres qui surplombait la lande irlandaise et ses massifs de bruyère. Brooke, leur fille aînée, faisait sa rentrée en même temps que James et ils avaient passé presque toute la nuit à en discuter, sous les regards envieux d'Albus, Lily, Connor et Ciara, leurs petits frères et sœurs – seule Oonagh, âgée d'à peine trois ans, s'était montrée plus excitée à la vue du dessert qu'à la perspective lointaine d'un vieux château écossais. Lorsque toute la maisonnée s'était finalement endormie, et que James et Brooke eux-mêmes avaient réussi à mimer à la perfection le sommeil, ils s'étaient dirigés à pas de loup vers le grenier d'où Brooke aimait contempler le ciel lorsqu'elle était anxieuse. Elle disait que la simple vue des étoiles suffisait à l'apaiser, et ce soir-là, puisque le ciel était si clair, si coloré d'astres lumineux, ça ne pouvait être, pour elle, qu'un signe que tout allait bien se passer.

Mais rien n'était moins certain pour James. Lui, qui avait toujours été si confiant, qui n'avançait qu'à de rares occasions autrement qu'en riant dans la vie, il ne s'était jamais senti si effrayé à la perspective d'une nouvelle aventure qui aurait pourtant dû le réjouir au plus haut point. Enfin il allait gagner Poudlard, Poudlard ! Et voir de ses propres yeux les paysages splendides que lui avaient d'abord narrés Teddy, puis ses cousines plus âgées qui avaient eu la chance, déjà, de fouler ce sol enchanté aux allures de terre promise ! Victoire et Dominique étaient chacune revenues avec des étoiles dans les yeux, elles qui avaient pourtant toujours été difficiles à impressionner au cours de leur enfance – un voyage à Florence les avait laissées dubitatives alors que Louis s'en épanchait encore avec émerveillement des mois après.

Seulement Victoire était allée à Gryffondor et Dominique, elle, à Serdaigle comme elle l'avait toujours souhaité. Toutes les deux, elles avaient obtenu exactement ce qu'elles voulaient, elles semblaient toujours obtenir ce qu'elles voulaient.

Mais si lui ne l'obtenait pas ?

Si lui n'était pas réparti là où il le désirait le plus au monde, c'est-à-dire dans la maison où avaient grandi ceux dont ils portaient aujourd'hui le nom, dans la maison qui avait épanoui sa mère, son père, et toute leur famille avant eux, dont les illustres aînés qui lui avaient laissé leur prénom ?

Et s'il n'était pas digne de s'appeler James Sirius ?

— Moi, je veux juste que tout se passe bien, avait chuchoté Brooke, le visage à demi couvert par l'obscurité du grenier, ses yeux à peine éclairés par un éclat de lune qui transperçait les carreaux. Je m'en moque de la maison. Mes parents, ils ont des amis qui viennent de toutes les maisons, et moi je les trouve tous très gentils.

— Mais ils ont tous les deux été à Gryffondor, non ?

— C'est vrai. Je pense qu'ils seraient fiers que j'y aille, mais... ils ne seraient pas mécontents non plus que j'ai une scolarité moins agitée que la leur. Maman ne dit rien, mais elle est un peu stressée en ce moment. Et Papa, il ne dit rien non plus, mais Dean est déjà venu trois soirs cette semaine pour le dîner et ils ne sont couchés qu'à l'aube, tous les trois. Poudlard ne leur rappelle pas que de bons souvenirs.

James était resté songeur un moment, se demandant si ses parents caressaient la même inquiétude que les Finnigan et si, dans ce cas précis, ils ne seraient pas plus heureux encore s'il était réparti ailleurs qu'à Gryffondor. Puis il avait secoué la tête. Sa raison lui soufflait qu'il se préparait des excuses par avance et que ça n'était pas une attitude très digne d'un Gryffondor.

Non, décidément, il ne serait jamais réparti dans la même maison que James et Sirius.

— Il faut que j'aille à Gryffondor, avait-il alors prononcé à voix haute, sans paraître s'en rendre compte, le regard rivé derrière les collines obscurcies.

Brooke avait haussé un sourcil.

— Pourquoi il le faudrait ? Je pense que tes parents aussi ne souhaitent que ton bonheur. Si tu dois le trouver dans une autre maison que Gryffondor, alors c'est tant mieux. Ce n'est pas vraiment la répartition le plus important.

Pour toute réponse, James s'était enfin tourné vers elle et lui avait souri, et les ombres étaient si grandes dans le grenier, dévoraient si bien le visage du jeune garçon que Brooke n'avait pu deviner comme ce sourire était contrit.

Elle ne pouvait pas comprendre. Elle ne portait pas le nom des êtres les plus chers – les plus morts – de ses parents, elle. Elle n'était pas une occasion de faire revivre des personnes assassinées que ses parents auraient voulu garder toujours à leurs côtés. Elle n'était pas un rattrapage comme il l'était.

Depuis sa plus tendre enfance, ou au moins aussi loin qu'il s'en souvenait, James nourrissait une rancœur à l'égard de ses parents qui n'avait de cesse de croître au fil des ans. Albus était régulièrement félicité pour sa patience, son intelligence et son calme qui rappelaient, à leurs parents émus, l'extraordinaire présence d'Albus Dumbledore en personne. Quant à Lily, ils ne cessaient de la comparer à sa grand-mère maternelle, dont les rares photographies qu'ils avaient héritées montraient un joli visage effectivement très similaire à celui de sa petite-fille. Comme Lily Evans avant elle, Lily Potter-Weasley ne se laissait pas marcher sur les pieds. Son impulsivité lui jouait parfois des tours, mais cela faisait toujours sourire Harry d'un air attendri tandis Ginny prenait la défense de sa fille face à ses frères plus âgés lorsque celle-ci était en mauvaise posture, se rappelant certainement sa propre enfance, les efforts qu'il lui avait fallu déployer pour s'imposer derrière six grands garçons. Mais avec lui, avec James, tout était différent. Ses parents ne s'étaient jamais beaucoup étendus sur les circonstances de la mort de ces personnes dont ils portaient les noms, et encore moins sur la raison de tous ces regards, de tous ces chuchotements qui les accompagnaient lorsqu'il leur arrivait de se promener dans les endroits fréquentés des sorciers. James savait que son père était le commandant des Aurors, sa mère une ancienne joueuse très célèbre de Quidditch et qu'ils avaient joué un rôle important dans la dernière guerre des sorciers. Il se satisfaisait de ces explications, mais devinait déjà qu'il ne savait pas tout de leur passé, et le regard suffisant que lui avait jeté Victoire son premier été après Poudlard n'avait cessé de le tourmenter.

En revanche, et ce depuis qu'il était en âge de parler et de comprendre ce qu'on lui disait, James avait été biberonné aux anecdotes sur cet autre James et son meilleur ami Sirius. Leurs farces légendaires avaient bercé son enfance. Pourtant, quand il faisait lui-même une bêtise en croyant s'inspirer de ses deux modèles, on le réprimandait sans cesse. Une fois, il avait coloré les cheveux d'une Lily en larmes parce que la teinture avait déteint sur son visage – mais il ne l'avait vraiment pas fait exprès, la lotion volée dans la boutique de ses oncles n'était pas supposée avoir ce genre d'effet secondaire – et sa mère l'avait privé de dessert et envoyé se coucher en hurlant que cela aurait pu être dangereux. Dans le regard de son père, il n'avait alors vu nulle trace de l'attendrissement que suscitaient toujours Albus et Lily, et certainement nulle trace de complaisance.

Ses parents lui préféraient Albus et Lily. Il le savait, il le ressentait. Mais, si tel était le cas, il n'y voyait qu'une seule explication, simple, rationnelle : il n'était pas digne d'être James Sirius, malgré ses innombrables efforts allant dans ce sens, comme son frère et sa soeur étaient dignes de leurs aïeux.

Alors, au matin pâle et humide, en admirant les oiseaux prendre leur envol comme lui s'apprêtait à prendre le sien, James espéra très fort faire, au moins une fois dans sa vie, la fierté de ses parents en étant réparti à Gryffondor, en étant le digne représentant de James et de Sirius que son père souhaitait qu'il soit, en étant le digne hériter de Harry et Ginny qui aimaient Albus et Lily plus fort que lui. Absorbé par le ballet des martinets, des hirondelles et des pouillots, James ne remarqua pas que son père était arrivé derrière lui, le pas feutré, faisant à peine crisser les cailloux sous son poids qu'il avait gardé léger sa vie entière depuis son enfance de misère. Il parvint à la hauteur de son fils, posa une main sur son épaule, le fit sursauter et les ailes des passereaux s'entrechoquèrent dans le ciel.

— Tu es tout seul, mon grand ? demanda Harry avec un sourire hésitant.

On est seul aussi chez les hommes eût envie de lui répondre James en empruntant ses mots au petit prince qui avait bercé leur enfance. Il ne le fit pas, parce qu'il savait qu'il serait encore disputé et il avait rêvé de marcher sur Poudlard le cœur léger, au moins la première fois. Mais à son père qui répétait sans cesse qu'il n'y avait rien de pire que de vivre sans amour, qu'il n'y avait rien de pire que d'être seul sur cette terre et qu'il fallait toujours se montrer le soutien des personnes qui en avaient besoin, à ce père, James aurait tant voulu opposer la solitude dans laquelle il était plongé depuis des années déjà au sein de la famille Potter-Weasley qu'il se mordit très fort la lèvre pour ne pas parler – et pour un peu, il en aurait pleuré de frustration, s'il n'avait pas appris à retenir ce genre de larmes depuis le temps qu'il voyait ses parents lui privilégier Albus et Lily.

— Je réfléchissais, dit simplement James en évitant de croiser le regard de son père.

Un silence s'installa entre eux, troublé par le murmure des oiseaux qui s'éloignaient à l'horizon et par la brise qui soufflait sur les dernières bruyères d'été.

— James, avant que tu partes aujourd'hui, il faut peut-être que je te dise...

— Je sais, je dois aller à Gryffondor, répondit James sans parvenir cette fois à retenir ses mots.

Harry accusa le coup. Ils avaient longuement discuté avec Ginny quant à savoir ce qu'il convenait de dire à James avant qu'il ne parte pour Poudlard. Il ne voulait pas que son fils soit confronté aux murmures, comme lui l'avait été, sans en comprendre ni la cause, ni les raisons de son ignorance. Pourtant, après avoir caché son passé à ses enfants depuis toutes ces années, il lui paraissait bien plus difficile de le dévoiler finalement que de se battre contre un Mangemort – presque aussi difficile en tout cas.

Ayant vu James seul devant la maison où le lierre courrait les murs, et après une nuit sans sommeil à écouter souffler le vent du nord, il lui avait semblé que c'était enfin le moment qu'il attendait depuis plus d'une semaine, l'occasion de révéler à son fils l'histoire qu'il avait dissimulée par souci sincère de lui offrir l'enfance insouciante dont on l'avait lui-même privé.

Mais le moment était passé.

— Tu peux aller partout où tu veux, mon bonhomme, dit-il alors à James en lui ébouriffant les cheveux, sans imaginer une seconde que, dans son léger soupir, dans ses lèvres pincées de n'avoir su livrer à son fils la vérité qu'il méritait, celui-ci ne lirait que la preuve ultime qu'Harry désirait le voir réparti à Gryffondor.

Les oiseaux avaient complètement disparu de leur champ de vision. Il ne restait que des fauvettes et des mésanges qui pépiaient dans les haies cerclant le père et le fils. Il ne restait plus que James pour s'envoler à son tour, son père à ses côtés et en retrait, dans l'attente et le regret. Il ne restaient plus que James et Harry, ensemble face à l'horizon inconnu, ensemble et pourtant seuls, seuls face à l'incompréhension, au fossé béhant qui menaçait de les engloutir tous les deux.

Parce que James se demandait pourquoi ses parents ne l'aimaient pas comme ils aimaient Albus et Lily alors qu'il faisait tout pour les satisfaire.

Et parce qu'Harry se demandait pourquoi son fils aîné se comportait à ce point autrement de ses autres enfants alors qu'il s'efforçait de les élever James, Albus, Lily, tous les trois de la même façon, tous les trois pareillement, ses enfants si différents.

On est seul aussi chez les hommes.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu ! :)

J'espère que vous avez aimé, n'oubliez pas la review pour me laisser vos impressions, c'est la seule récompense de l'auteur ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.