S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


C'est Salézard ! par Chiron

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Participation au concours "Lézarts et vous" de Fleur d'épine

Chansons aléatoires :
- 7 years and fifty days de Groove Coverage (1)
- Beauty Queen de James Blunt (2)
- Les Croquants de Georges Brassens (3) Citations tirées de "La Foire d'Empoigne" de Jean Anouilh :
- Tout ça, c'est la faute de Louis XIV (4)
- Cela repousse, les têtes ! (5) Peinture :
- Vairumati de Paul Gauguin (6) Emotion : - Le désespoir !

Rien n'est plus déprimant que la compagnie des adolescents. Leur nouvelle marotte, c'est "comprendre les filles". Le niveau de leurs réflexions sur la question me donne des envies de me jeter du plafond. Pour tout vous dire, j'ai essayé, mais comme je pèse moins de dix grammes, la chute ne m'a absolument rien fait sinon ajouter la gravité universelle à la longue liste des "valeurs sûres" à la réputation finalement surfaite. Ca aussi c'est déprimant. Bref. L'intello brun expliquait que les filles sont le plus grand mystère de l'humanité, mais il a toujours été du genre à faire des phrases. Les deux gros machins qui suivent le blond ont fait semblant d'avoir compris. Ils sont très doués pour faire semblant de comprendre, il faut dire qu'ils ont de l'entrainement, et c'est un lézard qui vous l'affirme.

Là, je vous vois venir. Vous vous dites : il prend les jeunes de haut, il fait le savant, mais il va nous servir les poncifs du genre, et nous expliquer que les filles passent leur temps à glousser en rêvant de devenir la « Beauty Queen » d’un quelconque James Blunt (2). Je vous arrête immédiatement. Déjà, revoyez votre chronologie, parce que moi, j'écris dans les années quatre-vingt dix, et James Blunt a quinze ans, des boutons plein la gueule et sa voix saute d’un octave à chaque fois qu’il veut lancer la « digue du cul » pour épater les copains, donc pour le séducteur mystérieux, vous repasserez. Ensuite, je suis un lézard expérimenté et je me base sur du factuel et de la logique.

Factuellement, une fille, c'est quelqu'un qui te court après en te lançant des pantoufles dessus quand tu as eu le malheur de trainer sur sa table de nuit au moment de son réveil. La conclusion logique s'impose donc d'elle même. Une fille, c'est une version plus petite de Rusard le Concierge. Et plus adroite avec des pantoufles, aussi.

Et voilà un mystère promptement résolu par les pouvoirs de l'observation et de la logique. On ne me donne clairement pas assez de mouches pour récompenser la vrai valeur de mon génie.

 

Bon, je me les gèle ici. Je vais bouger vers le feu, moi. On n'a pas idée de venir me faire vivre en Ecosse, nom d'une mouche ! Il fait si froid que je passe la moitié de l'année à somnoler devant la cheminée. Et puis ces cheminées de sorciers ! L'année dernière, un fils de crapaud accoucheur a eu l'idée de génie de lancer un genre de poudre dedans. Il a crié quelque chose, et je me suis retrouvé dans le Leicestershire. Vous savez où c'est ça ? Et bien moi non plus. Ca m'a pris trois mois pour rentrer. Quand je suis enfin revenu, j'ai bouffé tout le stock de parchemins de ce malappris pour me venger. J'ai eu une indigestion carabinée, mais ça lui a fait les pieds. Après, ils m'ont changé de dortoir, et j'ai eu droit au blond constipé, ses deux malabars, le riquiqui qui se prend pour un philosophe maudit et l'autre narcissique.

 

De toute façon, tout ça, c'est de la faute de Louis XIV (4). Quoi, vous ne savez pas qui est Louis XIV ? Il faut vraiment refaire toutes votre culture. Louis XIV, c'était la mascotte des Serpentard avant moi, et comme ils sont très portés sur les reptiles, ils avaient choisi une hydre naine. Louis, c'était son prénom, et XIV, son nombre de têtes à la fin de son séjour ici. Vous trouvez que quatorze têtes, c'est trop, même pour une hydre ? Je pense que tout le monde sera d'accord avec, sauf les mômes prépubères que je me farci à longueur de journée. Je m'explique.

Une hydre, ça nait avec deux têtes, d'accord ? Et en théorie, ça peut vivre comme ça, tranquillement, toute sa vie. Il y a toujours un des deux chefs plus fréquentable que l'autre, mais dans l'ensemble, on s'arrange. Le problème, c'est que cela repousse, les têtes (5) d'hydres ! Et à raison de deux par tête coupée. Vous commencez à comprendre pourquoi c'est très con de mettre cet animal dans un dortoir de collège, pas vrai ? Aujourd'hui, le pauvre Louis est en soin intensif pour créatures magiques. Il passe son temps à s'emmêler ses quatorze têtes et s'étouffer lui-même.

Et c'est comme ça que je me suis retrouvé dans un château écossais au lieu de bronzer sur une plage à Tahiti façon Vairumati de Gauguin (6). Enfin, sans le piaf en train de me bouffer, bien sûr.

 

Passons aux choses sérieuses. Si vous êtes ici, c'est pour entendre parler de moi, alors parlons de moi. C'est mon sujet préféré, en plus. Le début, j'aurai du mal à l'évoquer, parce que c'est un peu flou. Je suppose que je sors d'un oeuf, comme tout le monde. Je n'ai jamais connu mes parents, mais je suis sûr qu'ils étaient deux sauriens de très bonnes familles. Si je suis devenu la mascotte des serpentards, c'est bien que je suis un lézard de sang pur, pas vrai ?

Donc, j'ai grandi dans la salle commune des serpentards. La première chose dont je me rappelle, c'est de première années qui parlaient de leur répartition. Ca m'a travaillé, ça, pourquoi je n'avais pas eu de répartition, moi ? Parce que je suis un lézard, c'est ça ? Je ne suis pas d'accord. Je suis allé chercher ce Choixpeau magique. C'était avant avant que j'apprenne à utiliser mon imparable raisonnement logique.

Si je l'avais utilisé, j'aurai su que Poudlard est plus grand qu'un première année (ils le disent tout le temps), et qu'un première année est plus grand qu'un jeune lézard. Donc, fatalement, Poudlard est beaucoup plus grand qu'un jeune lézard. Vous devinez la suite : je me suis perdu. Je vous passe les détails peu glorieux de l'expédition, rappelons simplement les principales péripéties : j'ai été poursuivi par Miss Teigne, la chatte de Rusard, j'ai été transformé en cuillère par un élève myope qui m'avait pris pour une souris en cours de métamorphose, et j'ai failli mourir noyé parce qu'un fantôme de fillette binoclarde trouvait que je la regardais bizarrement dans les toilettes des filles. Il y avait aussi des bons cotés, comme les cuisines où j'ai fait une petite pause de deux ou trois semaines, le temps de me remettre.

Finalement, j'ai trouvé ce Choixpeau sur une étagère dans un bureau bizarre. J'ai grimpé, et je me suis glissé sous lui pour lui demander dans quelle maison je devais être réparti. Au début, il m'a dit de dégager, et qu'il n'était pas sensé répartir des lézards. Il a fallu que je le menace de grignoter tous ses fils pour qu'il accepte de me répartir. Il a dit que j'étais un vrai Serpentard, ce qui était la moindre des choses.

 

Fier et content, je suis retourné dans mes pénates avec un peu plus d'expérience et encore plein de projets en tête. J'ai repris mes explorations de Poudlard, et puis vinrent mes premières expériences de jeune lézard. J’ai rencontré mon premier grand amour, un charmant jeune crapaud au caractère sauvage, qui souhaitait s’émanciper de la tutelle affectueuse, mais néanmoins oppressante de son jeune maître. Il s’appelait Trevor. Je me suis découvert une âme de séducteur, et j’ai offert à Trevor ma connaissance étendue du château et de ses habitants.

Par un beau soir de mai, après une romantique balade en calamar géant sur le lac, j’ai emmené Trevor à une soirée branchée dans la salle de divination. Les boules de cristal éclairaient le dancefloor de mille feux, et nous avons passé toute la nuit à nous trémousser, enivrés par l’amour et par les bouteilles de Xérès en open-bar. Je l’ai fougueusement embrassé au son d’un morceau de Groove Coverage (1). Ce fut une soirée magique, et le premier mauvais esprit qui voudra me gâcher ce souvenir en relevant qu'Axel Conrad était encore plus môme que James Blunt à l'époque, d'une part, je lui dirai que si le dancefloor était en salle de divination, ce n'était pas que pour les effets de fumées d'encens, et d'autre part qu'il peut aller se faire voir chez les salamandres. Nanmého.

 

L'année suivante, il m'est arrivé un truc pas croyable. Trevor m'avait dit que le job de mascotte des serpentard a une réputation détestable, mais comme je ne savais pas pourquoi, j'avais décidé de ne pas faire attention aux rumeurs. Et puis le premier titulaire a tenté un come-back. Sur le moment, j'ai cru qu'il ne faisait que passer dire bonjour, alors je suis allé le voir pour sympathiser. Vous me croirez si vous voulez, mais ce basilic était un muffle. Il était persuadé qu'il suffisait d'avoir de grosses dents et des yeux magiques pour assurer l'ambiance.

Donc, le sans-patte avait décidé de s'installer, et quand j'ai protesté, il a voulu me bouffer pour faire bonne mesure. Non, mais entre la teigne du concierge, lui, et une horreur orange qu'ils m'ont apporté l'année suivante, je crois que cette école voulait ma peau. La chair fraiche de Salézard, c'est pour la bouche du premier venu (3), qu'a le palais tendre et la griffe nue, servez-vous !

Evidemment, ils ont fini par virer ce nullos pour laisser la place au vrai pro : moi, mais je n'ai pas oublié qu'ils avaient failli me remplacer par un vieux beau sur le retour. C'est à ce moment que j'ai décidé de devenir casanier et de ne plus sortir du dortoir. Des ingrats pareils, ça ne sert vraiment à rien que je me casse la tête pour eux, pas vrai ?

Note de fin de chapitre :

Merci de m'avoir lu !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.