S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Percy Weasley est tombé amoureux par Javalia

[15 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour! :)

Voici une fanfiction sur Percy, le mal aimé! Je trouve que ça manque pourtant!

Bonne lecture! :)
Audrey Andrews se réveilla très tôt le matin de sa première journée de travail. Elle tira les rideaux de sa chambre au Chaudron Baveur pour avoir une vue sur un Londres encore endormi. Le soleil se levait lentement et Audrey pris plaisir à observer le spectacle.

Londres était si différent de chez elle! Elle venait du Maine, cet état où les forêts régnaient en maître et où la densité de population était bien moindre qu’ici. Parfois, elle se sentait suffoquée parmi tout ce monde, si différent du grand manoir où vivait ses parents.

Quand elle avait quitté ses parents et son grand air de jeu pour l’école de magie, elle avait eu un choc en voyant tant de gens. Elle n’avait vu que des foules durant les matchs de Quidditch et encore, étant dans une loge, elle n’avait jamais eu réellement conscience du nombre de sorciers présents durant les matchs.
Il y avait énormément de gens à Boston et elle devait admettre qu’elle était restée sans voix devant tant d’immeubles bien plus hauts que le plus grand pin de chez elle. Elle se rappelait avoir pensé que cela devait être des maisons parfaites pour des géants. La ville était loin de lui avoir plu avec le sentiment d’aliénation qu’elle dégageait, propre à celui des communautés urbaines. Elle avait été soulagée de prendre le ferry pour Marmot et ainsi retrouver un peu de quiétude.

Tout ça était probablement la raison pour laquelle elle préférait le Londres endormi. Elle était presque seule avec ses pensées contrairement au reste de la journée. Elle se demandait comment irait sa première journée de travail.

Audrey avait été envoyée à Londres en tant que représentante des États-Unis pour le Projet international de réseau de cheminette. Son directeur de bureau l’y avait envoyée, alléguant le travail magnifique qu’elle avait fait lors de la Grande Crise. C’était ainsi que le bureau du réseau de cheminette avait surnommé cette évènement datant d’il y a 18 mois où, suite à une sorcière qui avait refusé de payer la cotisation nécessaire au branchement du réseau, la moitié de celui-ci avait explosé. Mrs. Bird avait décidé de connecter elle-même sa cheminette et lorsqu’elle avait essayé de s’y transporter, le réseau était devenu si instable qu’il avait explosé.

Audrey frissonna en repensant à cette histoire. Beaucoup de sorciers qui utilisaient le réseau à ce moment-là étaient décédés et une bonne partie des foyers de cheminés s’était détruit, blessant les sorciers avec des débris de briques ou de pierres.

Cette semaine-là, Audrey était persuadée de ne pas avoir dormit plus de trois heures par nuit. Elle entrait au bureau aux aurores et en ressortait seulement la nuit suivante. Elle avait dû se rendre dans toutes les maisons où des cheminés avaient explosé et avait dû brancher chacune d’elle au réseau. Elle avait dû se rendre dans des lieux publics également comme à Hippocrate ou au Congrès lui-même et ne comptait plus le nombre de Beuglantes qu’elle avait reçu de gens insatisfaits de son travail. Son patron devenait fou de rage à chaque fois qu’il en entendait une exploser. Il avait répliqué au Président du Congrès que ses employés étaient en train de se tuer à la tâche et que le rythme ne pouvait être plus vite, à moins qu’on ne lui consente d’autres effectifs ce qui lui avait été catégoriquement refusé.
Bref, elle avait fait ses preuves lors de la Grande Crise.

Essayant de chasser cette histoire de son esprit – elle en faisait souvent des cauchemars qui mettaient en vedette des corps déchiquetés et du sang sur les murs -, Audrey décida de s’habiller et de descendre sur le chemin de Traverse, voulant profiter des vitrines sans être dérangée.

En fait, elle voulait surtout observer la boutique de Quidditch. Elle adorait ce sport et jalousait l’expertise des autres pays dans la fabrication de balai. Sa patrie ne comportait pas de fabricants de balai, bien que certains Américains bien célèbres avaient participé à leur élaboration.

La dernière boutique devant laquelle Audrey s’arrêta fut celle de Fleury et Bott. Elle regarda, fascinée, le livre d’alchimie recouvert d’une feuille d’or. Elle se promit de venir un jeter un œil quand la boutique serait ouverte.

Lorsqu’elle rentra au Chaudron Baveur, Hannah Abbott, la jolie tenancière y préparait le petit déjeuner.

- Qu’est-ce qui te ferait plaisir ce matin, Audrey?
- Je n’ai pas très faim. Je crois que je vais attendre au déjeuner avant de manger.
- Hors de question!

Elle mit une assiette de toasts et d’œufs devant Audrey qui avait pris place au comptoir. Celle-ci regarda l’assiette, sans appétit.

- C’est ta première journée, tu dois te nourrir convenablement, la sermonna Hannah.
- J’imagine, fit Audrey, docile.

Hannah eut un sourire. Elle aimait bien cette Américaine. Elle était gentille et très polie. De plus, elles avaient presque le même âge et c’était plutôt rare d’avoir ce type de clientèle à ce moment de l’année. Puisque c’était une saison calme jusqu’à maintenant, Hannah avait eu le temps de faire connaissance avec sa cliente qui partirait à la fin de la semaine, ayant trouvé un petit appartement non loin d’ici.

- Tu vas avoir une dure journée, tu dois prendre des forces.
- J’imagine, répéta-t-elle.

Audrey prit donc quelques bouchés sous les encouragements de Hannah. Elle mangea même la moitié de son assiette avant de rendre les armes. Sa gorge était trop nouée pour continuer. Et puis, l’heure avançait.

Elle monta donc en haut chercher ses affaires. Elle avait revêtue sa plus belle robe pour aller travailler, une robe bleu marine qui complimentait son teint froid et ses cheveux blonds. Mais comme l’aurait dit sa mère, Audrey aurait pu être mal habillée et les gens continueraient d’observer sa beauté.

Cela faisait la fierté de sa mère.

Elle ajusta donc son chapeau de la même couleur et prit un sac de cuir contenant quelques parchemins et de l’encre avant de descendre de nouveau en bas et de se diriger vers la cheminée. Elle prit une poignée de poudre verte dans son sac.

- Ministère de la magie!

Elle fut aussitôt aspirée et en ressortit presqu’aussitôt en recrachant un peu de cendre. Le réseau anglais était définitivement moins propre!

Elle se nettoya d’un coup de baguette avant de se diriger au bout du couloir. Elle était dans l’atrium et les sorciers commençaient à arriver de tous les côtés. Elle suivit le mouvement et se dirigea vers les ascenseurs tout en observant le magnifique plafond.

- Damoclès! Comment avance tes travaux? demanda une sorcière à un homme à côté d’elle.
- Pas aussi vite que je ne l’aurai voulu. Je me rends au département des créatures magiques justement, je vais chercher les données de la dernière pleine lune. C’est bien parce que Shacklebolt les oblige. Les employés se plaignent tout le temps des poils de loup dans le département et ils n’accepteraient pas leur présence si le premier ministre ne me supportait pas dans mes recherches.

Audrey les suivit dans la cage d’ascenseur et observa les notes de services s’y engouffrer. Elle avait déjà travaillé avec ces notes et son bureau s’était tellement plain pendant la Grande Crise que le Congrès avait dû mettre au point une nouvelle méthode de communication. Les employés du bureau étaient poursuivis par ces notes du matin au soir et plusieurs les suivaient même à leur sortie du Congrès. Ça en devenait agressant et un collègue âgé d’Audrey en avait fait une dépression nerveuse. Depuis, les notes apparaissaient sur leur bureau via un système d’apparition. Les sorciers pouvaient même rester connectés au bureau s’ils amenaient le cendrier dans lequel apparaissaient les notes chez eux. Mais personne ne le faisait, évidemment.

Un sorcier avec un badge de visite qu’elle reconnut comme étant Jonathan Pinkerson, un ingénieur de vol, entra dans l’ascenseur, tenant un balai dans les mains. Audrey se mit sur la pointe des pieds pour pouvoir l’observer de plus près et essayer de distinguer le modèle. Elle fut déçue lorsqu’il sortit au niveau suivant, mais n’eut pas le temps de trop y réfléchir, car le prochain niveau fut le sien.

Elle suivit donc une sorcière de l’âge de sa mère et se retrouva dans un hall rond qui se divisait en plusieurs couloirs et qui menaient chacun à une division du département. Le bureau de poudre de cheminette était indiqué, dans une écriture argentée qui commençait à s’écailler. Audrey prit donc ce couloir qui ressemblait à s’y méprendre à un conduit de cheminée avec toutes ces briques, l’étroitesse de l’endroit et la hauteur des plafonds.

Le couloir laissa place à un endroit où plusieurs bureaux étaient installés. Il y avait des cheminés sur un mur et aucune fenêtre. Le mur de cheminé était couvert de brique grises alors que les trois autres murs étaient blancs, probablement pour chercher à cacher la petitesse de l’endroit. Elle s’avança vers une sorcière à peine plus vieille qu’elle qui ne paraissait pas avoir beaucoup de temps à consacrer à autre chose qu’aiguiser ses plumes.

- Bonjour, je…
- Son bureau est juste là, pointa-t-elle aussitôt en montrant l’une des trois seules portes de l’endroit.
- Mais vous ne savez pas qui…
- Bien sûr que je le sais, fit-elle, agacée. Vous êtes Audrey Andrews. Et le bureau de Mr. Weasley est par là.
- Comment est-ce que vous le savez?
- Votre accent.

Audrey rougit légèrement. Évidemment, elle aurait dû s’en douter.

- Merci, fit-elle avant de s’éloigner vers la porte.

Elle y cogna et la porte s’ouvrit aussitôt. L’homme derrière le bureau bondit aussitôt de sa chaise.

Audrey trouva qu’il avait l’air idiot. Il semblait totalement perdu. Il la regardait avec un tel regard de poisson mort qu’Audrey se demanda si les croisements entre les humains et les êtres de la mer existaient finalement.
L’homme devant elle était plutôt grand et d’une rousseur incomparable. Il portait des lunettes et sa robe de sorcier était élégante. Probablement pour compenser sa tête, pensa Audrey qui se sentit un peu injuste de le juger si vite.

- Mr. Weasley, Audrey Andrews.

Elle s’avança pour lui serrer la main qu’il prit mollement, toujours avec cet air de poisson mort.

- Bonjour, répondit-il. Eeeuh. Prenez un siège.
- Merci.

Audrey enleva son chapeau et adressa un sourire poli à son nouveau chef.

La sorcière ne le réalisait pas, mais Percy était subjugué. La beauté d’Audrey l’avait frappé et il n’arrivait pas à se défaire de son joli minois. Quand elle avait enlevé son chapeau, il en avait eu le souffle coupé. Elle avait les cheveux les plus magnifiques qu’il n’avait jamais vus. Sa tignasse était d’un blond argent qui semblait refléter toute lumière et dégageait une odeur de fleurs, constata-t-il une fois qu’il put respirer de nouveau.

Il n’avait jamais vu de femme aussi belle. Et c’était peu dire quand sa belle-sœur était une Vélane!

Il continua de regarder Audrey dont le sourire fada quelque peu devant ce regard. Elle attendit que Mr. Weasley parle, ce qu’il ne fit pas. Elle tomba dans un silence de malaise.

- Mr. Weasley?
- Oui?
- Vous... vous n’avez pas quelque chose à me dire?
- Ah. Votre bureau.

Il se leva et lui fit signe de la suivre. Il l’amena à l’extérieur de son bureau et lui indiqua un bureau vide sur lequel un petit drapeau américain avait été collé.

- Votre bureau. Vous… vous pouvez mettre vos affaires.

Et il repartit aussitôt, conscient d’avoir eu l’air idiot et mortifié face à cette constatation. Audrey prit donc place dans la chaise qui était bien rembourrée avant de se pencher vers son voisin d’en face.

- Bonjour, dit-elle.

Il lui répondit d’un sourire. C’était un homme de son âge, brun et avec un sourire enjoué.

- Je m’appelle Audrey.
- Et moi, c’est Timothée. Vous êtes l’Américaine?
- Et vous êtes le Français? répliqua Audrey avec un léger sourire.
- On ne peut rien vous cacher!

Ils se donnèrent une poignée de main.

- Alors, Mr. Weasley ne semble pas très bavard. Qu’est-ce qu’on doit faire?
- Il ne t’a rien dit? s’étonna Timothée. Il semble adorer parler et donner des ordres pourtant!
- Il ne devait pas être dans son assiette alors, fit Audrey.
- Et bien, je suis arrivé la semaine dernière alors je propose de lire ces documents qui contiennent l’essentiel du travail commencé…

***


Lorsque l’heure du déjeuner arriva, Audrey dut s’admettre reconnaissante et suivit les autres membres du bureau à l’air de repas qui servait aussi de salle de conférence au besoin. Mais selon Yolanda Brown, une sorcière âgée et employée permanante, il n’y avait jamais de conférence ici.

- Ton visage me fait penser à quelqu’un, remarqua Helena Shirley en la détaillant pensivement. Tu n’as pas de famille anglaise? Elle ne vous fait pas penser à quelqu’un?

Tous les autres se tournèrent vers elle alors que le rouge lui monta aux joues d’être ainsi le centre de l’attention.

- Non, elle ne me fait pas penser à personne, fit Mrs. Brown.
- Vraiment? À personne? insista Mrs. Shirley.
- Elle doit te faire penser à une sorcière de magasine. Après tout, elle pourrait être sur la couverture du Sorcière Hebdo! Elle ferait grimper les ventes, blagua son mari Mr. Brown qui travaillait au bureau des balais, mais qui venait souvent manger avec sa femme aux dires de Mrs. Shirley.
- C’est ça! s’exclama Mrs. Shirley. Elle me fait penser à… quel est son nom déjà? Ka.. Katherine Jacques! Oui, c’est elle!

Audrey s’étouffa sous le regard un peu inquiet de ses collègues. C’est Percy Weasley qui l’aida d’un coup de baguette magique.

- M-merci. Oui, c’est ma mère, c’est pour ça, avoua Audrey, embarrassée.
- C’est ta mère! C’est pour ça que tu es si belle!
- Qui est Katherine Jacques? demanda Timothée.
- C’est la gagnante de Miss Sorcière 1976! Elle a marié Jonathan Andrews qui est le capitaine de l’équipe de Quidditch des États-Unis.
- L’ancien batteur Andrews? Celui qui a continué de jouer contre le pays de Galles alors que son bras droit était cassé? demanda Percy Weasley, visiblement très intéressé par le sport, car Audrey ne voyait plus cet air de poisson mort dans son regard.
- Hum, je ne sais pas si ça lui est arrivé, mais oui, c’est un ancien batteur, avoua-t-elle.

Mrs Shiley voulait visiblement lui poser des centaines de questions, mais un hibou surgit à cet instant pour venir se poser devant Zachary Page qui avait pris place à côté d’Audrey.

- Un hibou ici? s’étonna Mr. Brown. C’est étrange… oh!

Et aussitôt, la lettre explosa laissant résonner une voix d’une femme.

- PRENDS TES AFFAIRES ET PARS ESPÈCE DE SALAUD! J’AI TOUT MIS TES COCHONNERIES SUR LE PAS DE LA PORTE ET NE T’AVISE SURTOUT PAS DE METTRE LES PIEDS DANS LA MAISON! TU N’AVAIS PAS À FRICOTTER AVEC MA MEILLEURE AMIE! TU ES LE PIRE ÊTRE DE TOUT L’UNIVERS ET J’ESPÈRE QU’UN JOUR UNE CHEMINÉE VA EXPLOSER DEVANT TOI ET TE DÉFIGURER. TU ES DÉGOÛTANT! JE TE HAIS!

La beuglante explosa dans une grande flamme et Audrey ne réalisa pas toute suite que l’odeur de brûlé n’était pas due à la lettre. Et les autres non plus, trop occupé à observer le tas de cendre et le visage blême de Page.

- Audrey! compris Timothée alors que celle-ci commençait à sentir une grande chaleur.
- Aquamenti! fit aussitôt Percy Weasley ce qui eut pour effet de faire prendre une douche froide à Audrey qui sursauta et tomba de sa chaise.
- Tu vas bien? s’inquiéta Mrs. Brown.
- Euh, oui! Je crois.
- Tes cheveux! fit Mrs Shirley, dépitée.

Audrey passa sa main dans ses cheveux roussis qui avaient maintenant une coupe très inégale. Et alors, sous les yeux stupéfaits de tous – excepté de ceux de Zachary Page qui était trop occupé à regarder ce qui restait de la Beuglante, toujours sous le choc – ses cheveux repoussèrent aussitôt.

- Oh… fit Audrey. Ce n’est pas grave. Ça arrive. C’est normal.
- Mes cheveux à moi ne repoussent pas comme ça, fit Mr Brown, visiblement taquin étant donné qu’il lui en manquait déjà plusieurs sur la tête.
- Comment est-ce que tu as fait? Tu n’as pas pris ta baguette!
- Oh… mon père… la grand-mère de mon père était une Vélane alors euh…

Audrey ne dit plus rien, trop embarrassée.

Et puis, Mr. Weasley avait recommencé à la regarder avec cet air de poisson mort.

Percy Weasley avait un faible pour les blondes.
Mais Audrey l’ignorait.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.