S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Trêve par Lucette

[16 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ce qui est en italique appartient à JKR, extrait du 7ème tome d'Harry Potter.
Encore une fois merci à Labige sans qui mes écrits seraient beaucoup plus brouillon ♥

J'ai beaucoup aimé l'écrire parce que Remus est un peu un personnage que j'aime. J'espère que vous retrouverez dans mon OS une vision partagée de Tonks/Remus
- Je n’aurais jamais cru cela, reprit Harry. L’homme qui m’a appris à combattre les Détraqueurs… un lâche.

Lupin sortit sa baguette si vite que Harry eut à peine le temps de faire un geste pour saisir la sienne. Une forte détonation retentit et il se sentit projeté en arrière, comme si on lui avait donné un coup de poing. Tandis qu’il s’écrasait contre le mur de la cuisine et glissait sur le sol, il aperçut un pan de la cape de Lupin qui disparaissait dans l’embrasure de la porte.




Furieux, Lupin claqua la porte en sortant du Square Grimmaurd. C'était une réaction puérile mais une partie de sa colère s'évacua dans son geste. Il entendit avec satisfaction la porte se fracasser contre l'encadrement.
Toujours en colère, il transplana un peu plus loin. Il avait besoin de s'éloigner. Harry l'avait peut-être traité de lâche, mais c'était loin d'être une raison pour fragiliser sa sécurité.


Remus se retrouva donc dans ce parc. Leur parc. Il avait été un point de rendez-vous pour les Maraudeurs, une fois sortis de Poudlard. C'était la première fois qu'il y remettait les pieds depuis cette fameuse nuit où il avait cru perdre tous ses amis. Dix-sept ans auparavant.
Il s'était promis d'y revenir avec Sirius une fois que les choses iraient mieux. Il ne put s'empêcher de rire devant l'ironie du destin. Quelqu'un s'acharnait contre lui...

Incapable de rester en place, Remus se promena dans les allées. Elles étaient plutôt désertes et personne ne faisait attention à lui, ce qui lui importait peu.
Dans ses oreilles résonnaient les mots de Harry. Un lâche. Son cœur battait encore trop rapidement à cause de la colère. Comment ce gamin d'à peine dix-sept ans osait-il lui parler de la sorte ? Remus aurait voulu lui balancer toutes ses sensations à la figure : son statut de rebut de la société, sa solitude intenable, son sentiment de culpabilité exacerbé...

Il voulait bien l'y voir dans sa situation ! Il pensait mieux savoir faire la part des choses... Remus lui laissait volontiers sa place !

Rageusement, il shoota dans un caillou.

Et en même temps... le doute s'infiltrait, brisait ses convictions.
Pourquoi avait-il tant tenu à accompagner Harry ? Il était l'enfant de James et le filleul de Sirius. Le seul survivant, ce qui lui restait de ses amis... Lupin devait au moins essayer de l'aider ! Le conseiller. Et puis, il s'était attaché à lui. A sa maladresse et son impulsivité.

Et pourtant, il ne pouvait empêcher cette petite voix de lui dire qu'Harry s'était toujours très bien débrouillé sans lui. Leur rencontre à ses treize ans n'avait pas été si déterminante pour le Monde Magique. C'était peut-être l'année où il avait couru le moins de danger...

Evidemment, sauver Sirius et Buck et se battre contre une horde de Détraqueurs étaient des exploits pour n'importe qui. Encore plus pour un gamin d'à peine treize ans ! Mais à onze, Harry avait une nouvelle fois combattu Voldemort. A douze, quatorze et quinze aussi...

Avait-il vraiment besoin de lui ? Du pauvre Remus Lupin ?


Accablé, le sorcier s'effondra sur un banc.
Il se prit la tête dans les mains, coudes appuyés sur les cuisses. Un lâche.
Les souvenirs remontaient à la surface. Le sourire joyeux de Tonks qui lui annonçait la nouvelle. Son air effaré devant la réaction de son mari et sa colère devant le discours qu'il avait tenu. Puis il s’était enfui.

Remus avait erré dans Londres avant de se décider à retrouver Harry. Le rejoindre précisément maintenant n'était-ce pas un signe ? Revenir maintenant n'était pas un signe ? Sa décision de les aider découlait de l'annonce de sa femme.
Une nouvelle fois, il avait juste réussi à faire souffrir les gens qu'il aimait le plus...

Il ne souhaitait à personne de vivre sa vie. Personne ne méritait de se sentir rejeté comme lui. Son enfant ne comprendrait pas la réaction des autres. Pourquoi les autres le fuiraient ? Pourquoi tous les regards en coin ? Même avec des explications son enfant ne comprendrait pas... Comment un enfant pouvait-il être dangereux ? C'était insensé !

Il se mettrait ensuite à haïr la personne responsable de son état, comme lui avait haï Greyback. Et Remus n'avait plus assez de courage pour supporter ça. Pour supporter d'être rejeté par son propre enfant ! Il pouvait endurer beaucoup, mais pas ça.
Et comment vivre en se sachant fautif du malheur de sa femme et de son enfant ? Il reverrait en Tonks la situation horrible de sa propre mère : être impuissante face aux douleurs et aux réactions d'autrui.

Rien ne promettait à son enfant de rencontrer des personnes aussi compréhensives que celles que Remus a croisées. Il avait eu de la chance dans son malheur. Dumbledore l'avait accepté à Poudlard et il avait trouvé des amis à l'école qui n'avaient pas bronché quand ils avaient appris.
Son fils n'aurait peut-être pas autant de chance... Etre la source de l'enfer de sa famille était trop dur. Impossible !

Et en même temps, revoir Harry le mettait dans une toute autre position...
Il n'avait pas réussi à convaincre Tonks de mettre un terme cette grossesse. Méritait-elle pour autant qu'il s'en aille ? Elle serait morte d'inquiétude avant de le poursuivre pour le tuer.

Remus eut un sourire attendri en pensant à elle. Il ne la méritait tellement pas !

Un passant Moldu jeta une pièce dans sa direction. Dans son accoutrement et dans cette posture, il l'avait sûrement pris pour un sans-abri.
Remus ne s'en offusqua pas. Il avait fini par ignorer ces gestes d'une maladresse folle et involontaire. Et puis, s'il démentait, cette personne ne le croirait pas. Il fallait dire qu'il était parti de chez lui depuis trois jours.
Ses vêtements rapiécés étaient sales et une barbe de plusieurs jours mangeaient ses joues. Des cernes plus importants que d'habitude s'étendaient sous ses yeux. Il faisait peine à voir... Remus avait clairement besoin de rentrer chez lui.

En se rendant compte de ça, il se redressa d'un bond. Trois jours !
Tonks serait furieuse. Et elle aurait raison !
Il se dirigea derrière les toilettes publiques pour transplaner et rentrer chez lui.


Devant la porte de sa propre maison, il ne sut pas quoi faire. Il se retrouva comme un imbécile. Devait-il entrer sans s'annoncer ? Ou demander la permission ?
Il se décida pour un compromis et frappa contre le bois avant de passer dans l'entrée.

Remus n'eut que le temps de se baisser pour éviter de se prendre quelque chose en pleine figure. Au bruit que l'objet fit contre la porte et les débris qui arrivèrent à ses pieds, il comprit qu'il s'agissait d'une assiette désormais en morceaux.
Il se redressa pour se trouver face à sa femme, furieuse.


« Trois jours ! » cria-t-elle en lançant une nouvelle assiette dans sa direction.


Remus sortit sa baguette et se protégea. La vaisselle se fracassa contre le sortilège de bouclier et tomba sur le sol.


« Trois putain de jours, Remus ! » répéta Tonks, debout dans la cuisine.


Il ne trouva rien à dire. Il n'avait aucune excuse et en même temps, rien ne pouvait excuser un silence si long. Comment lui dire qu'il n'avait pas eu conscience du temps ? Que les trois jours avaient été des heures ?
Il s'approcha juste un peu plus de Nymphadora. Ses cheveux avaient viré au cramoisi, signe qu'elle était tellement en colère qu'elle n'arrivait pas à maîtriser son don.


« Tu reviens ici après trois jours alors que tu t'es tiré quand je t'ai annoncée que j'étais enceinte, dit-elle plus calmement, comme si la colère exprimée dans ses gestes lui permettaient de se contrôler.

- Je suis désolé.

- Je m'en tape de tes excuses ! »


Cette retenue inquiétait beaucoup plus Remus que les débris de vaisselle. Il aurait largement préféré que sa femme se transforme en furie avant d'en discuter. Ce calme n'annonçait rien de bon.
Malgré tout, Remus rejoignit Tonks dans la cuisine. Ils devaient parler.

Il vit son visage maltraité par la fatigue. Elle avait dû aussi bien dormir que lui ces deux derniers jours. Des cernes monstrueux mangeaient une partie de sa figure, mais il put voir également ses yeux rougis par les larmes.
Il eut un pincement au cœur. N'était-il capable que de faire du mal aux personnes autour de lui ?


« Tu es parti au milieu d'une conversation. Après m'avoir dit qu'il fallait interrompre cette grossesse !

- Tonks, je...

- Si c'est pour me dire que tu es désolé, c'est pas la peine, l'interrompit-elle. »


Alors Remus se tut. Il vit les poings serrés de celle qu'il aimait et les tremblements de ses bras tant elle essayait de contenir sa colère. Il imaginait les ongles s'enfoncer dans les paumes de ses mains pour que la douleur prédomine sur sa fureur.
Il ne l'avait jamais vue dans un tel état.


« Je t'ai laissé partir en pensant que tu avais besoin de réfléchir, finit-elle par dire. Que tu reviendrais dans la soirée plus calme, près à reparler de ça. Mais toi, tu es sorti de la maison et, alors que la guerre vient de reprendre, tu ne donnes aucun signe de vie et tu te pointes ici comme une fleur au bout de TROIS JOURS ?! »


Et c'est quand elle lui hurla pour la troisième fois ce chiffre, qu'il comprit pourquoi elle était réellement en colère.
Qu'il soit parti après avoir parlé d'intervention médicale n'était pas le point noir de l'histoire ; même si ça ne plaidait pas en sa faveur. Elle avait cru qu'il lui était arrivé quelque chose !


« J'attendais le Patronus de Kingsley. Je m'attendais au pire ! Tu comprends ça, Remus ?! Ca fait deux jours que je me demande quand est-ce qu'on m'annoncera que je suis veuve, lâcha-t-elle dans un sanglot.

- Je suis désolé... »


La main de Tonks claqua. Elle venait de le gifler. Il se tint la joue. La surprise et la douleur se mêlèrent dans son esprit.
Devant les larmes de Nymphadora, Remus s'était approché et se retenait de la prendre dans ses bras. Ses excuses plus sa soudaine proximité avaient anéanti tous les efforts pour contenir la colère.

La surprise devait encore se lire sur le visage de Lupin, car Tonks eut un petit rire.


« Tu aurais mérité un sort en pleine figure. Tu t'en es bien sorti.

- Je sais, lui répondit-il simplement. »


Malgré une joue cuisante, Remus était soulagé. La colère de sa femme s'était exprimée à travers ce geste, comme le sien plus tôt avec la porte du Square Grimmaurd. Les assiettes, les cris et la gifle lui avaient permis d'évacuer sa hargne. Les poings s'étaient desserrés et ses bras ne tremblaient plus. Ils allaient pouvoir parler franchement.

Tonks s'installa sur une chaise, parvenue à la même conclusion. Lupin en fit de même. Il mourrait d'envie de caresser sa joue, de passer rapidement sa main sur l'épaule. Mais il était trop tôt, il le savait.
D'autant qu'elle avait toujours les cheveux rouges. Ils n'avaient pas retrouvé leur couleur rose bonbon. Tonks était peut-être encline à l'écouter mais pas à se laisser approcher.

Il s'assit donc à côté d'elle. Il ne savait tellement pas par où commencer... Reprendre simplement la discussion avortée ?


« Tu n'as pas changé d'avis ? Tu veux toujours avoir cet enfant ?

- Mais je ne comprends même pas pourquoi tu poses cette question, réagit Tonks au quart de tour. Pourquoi ? Tu ne veux pas d'enfant avec moi ?

- Non ! Non... Ce n'est pas le problème, démentit-il rapidement.

- Alors qu'est-ce qui ne va pas avec ça ? »


Remus passa une main sur ses joues mangées par une barbe de trois jours. Il ne voulait pas mettre des mots sur ce qu'il pensait. Ca revenait à rendre la chose réelle. Mais il lui devait ça ; il lui devait la vérité...


« Le problème n'est pas toi. Le problème c'est moi !

- Attends, t'es pas en train de me ressortir ce cliché ? l'interrompit-elle, prête à en revenir aux mains.

- Laisse-moi finir ! s'exclama Remus. Le problème n'est pas que l'enfant soit de toi, mais de moi. Je ne veux pas qu'il soit loup-garou par ma faute...

- Mais qu'est-ce qui te dit que ça en sera un ?

- Rien... C'est plutôt rare que quelqu'un comme moi trouve une personne pour avoir un enfant. Et même s'il ne l'est pas, comment supporter le poids d'avoir un père loup-garou ?

- Et ça n’aurait pas été plus simple de me le dire directement il y a trois jours ? » s'agaça Tonks.


Il ne dit rien. Si, ça aurait évité pas mal de maux. Notamment les deux disputes du jour, entre Harry et sa femme... Mais Remus n'aurait pas pu exprimer les choses aussi facilement à ce moment-là. Y réfléchir et se faire reprendre vertement par Harry lui avait permis de tout mettre au clair et d'énoncer le problème le plus posément possible.
Il se sentait d'ailleurs honteux de sa réaction envers les trois amis. Il avait agi comme un fou et avait lancé le fils de son ami contre un mur avant de s'enfuir. Ce n'était pas une conduite glorieuse...
Certes, Harry aurait pu énoncer les choses avec moins de colère. Mais comment lui en vouloir ? Il avait dix-sept ans. Lui en avait trente-sept. Ne pas contrôler sa fureur était beaucoup moins excusable à son âge...


« Je comprends, finit par dire Tonks. Je comprends ta peur qu'il soit peut-être un loup-garou. Mais tu es un abruti de penser que ton enfant aurait honte de toi ! Quand est-ce que tu comprendras que tu n'as pas être honteux de ce que tu es ?!

- Que veux-tu faire alors ? demanda-t-il sans se préoccuper de sa dernière phrase.

- Hors de question de penser à avorter. Si les Médicomages nous disent clairement que c'est la seule issue, on y réfléchira. Ensemble, ajouta-t-elle comme un rappel nécessaire. »


Devant la force de l'affirmation, Remus ne protesta pas. Nymphadora avait fait son choix, en prenant en compte son avis. Elle avait beaucoup mieux réagi que lui...
Un silence s'installa dans la cuisine. Il y avait encore tellement de choses à dire, à reprocher et à expliquer... Aucun des deux ne voulait s'y lancer pour l'instant. Cette première confrontation leur semblait suffisante dans un premier temps.

Finalement, la Métamorphomage prit la parole :


« Remus Lupin, tu vas devoir te faire pardonner.

- Je sais bien...

- Trêve ? demanda-t-elle avec un petit sourire.

- Trêve. »


Elle se leva de sa chaise en tendant la main vers lui. Trop heureux de pouvoir la toucher, Lupin se leva pour glisser la sienne à l'intérieur.
Tonks se laissa faire et en demanda plus. Elle se colla contre lui dans une étreinte. Il sentit dans ces bras qui enserraient ses épaules la frayeur qu'il avait causé à celle qu l'aimait. Remus lui rendit cette accolade.

Ils restèrent quelques instants l'un contre l'autre, à s'assurer que leur amour ne s'enfuirait pas.
Puis lentement, le temps reprit son cours. Tonks sortit de ce câlin protecteur pour laisser son mari prendre une douche rapide.
La Métamorphomage n'était plus dans ses bras. Elle était de dos, et ses cheveux avaient repris cette couleur qu'elle aimait tellement. Le regard de Lupin se perdit un peu dans la contemplation de cette femme. Dieu, qu'il l'aimait !

Ils ne prononcèrent aucune parole. Tout avait été dit pour l'instant. Il s'éloigna pour aller jouir d'un passage sous l'eau brûlante.

Lorsque Remus revint dans la cuisine, les débris devant la porte d'entrée avaient disparus.
Il trouva Tonks debout, appuyée sur la table, un livre dans une main, une tasse de thé fumant à côté d'elle. Silencieusement, sans lever les yeux du texte, elle désigna une deuxième tasse pour lui.

Il se glissa derrière elle et enserra sa taille. Il ne la laisserait jamais partir ! Elle se laissa faire, complètement hypnotisée par sa lecture. Intrigué devant une telle concentration, Remus lui demanda :


« Qu'est-ce que c'est ?

- Un livre de prénoms. Je n'arrivais pas à dormir alors je suis allée le chercher chez ma mère. »


Remus ne répondit rien. Il ne pouvait pas l'empêcher de se projeter. Alors il posa la tête dans son cou et embrassa la peau nue avant de lire par-dessus son épaule.
Note de fin de chapitre :

J'espère que ça vous a plu ! Des remarques ?

Vous pourrez lire les autres participations en jetant un coup d'oeil dans la série (même si je suis la première pour l'instant ^^) et si le concours vous intéresse, direction le forum :D
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.