S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Isen par berserkr

[12 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Hey,

Nouvelle fanfic, une préquelle au Foudremage, une nouvelle fois. Mais bon, j'ai tellement de choses à raconter sur les Alstrom. On va s'intéresser cette fois-ci, au père de Sven, Ranmir, à travers une enquête bien macabre. Mais vous ne devriez pas avoir de problèmes à comprendre l'histoire.

Si j'ai bien fait les choses, la fic devrait faire entre trois et quatres chapitres.

Note de chapitre:

Cette histoire débute tranquillement mais ça ne ne va pas durer : D

Un mot concernant la BO qui est un point important pour ce concours. J'ai mis un peu de tout, ça va du metal industriel comme Nine Inch Nails au folk traditionnel sacndinave, en passant par des trucs plus étranges. Enfin vous verrez bien. Les prochains morceaux seront ajoutés en même temps que les nouveaux chapitres.

 C'est ici que ça se passe : https://www.youtube.com/watch?v=4zLfCnGVeL4&list=PLRGrkb-i9y6za5ctZrhJkXlwSDitb_cEc

Et écoutez le morceau de Sunn o))) en lisant la dernière partie du chapitre, ça fout super mal : D Moi, j'aime bien toujours x)

Bonne lecture !

 

L'environnement autour de lui semblait glacé, comme figé dans le temps. Pourtant malgré l'habituelle neige de l'hiver suédois et le vent qui hurlait comme un dément, Ranmir Alstrom ne semblait pas atteint par le froid ambiant. Son corps était déjà de glace. Car il savait qu'il n'allait pas aimé la découverte. Jorgen et Rosa avançaient avec lui,ils redoutaient tous les trois la suite. Il y avait désormais tellement de petites victimes que ce n'était plus la peine de les compter. Disons plutôt que devoir les énumérer rendait l'affaire encore plus douloureuse.

Le brigadier les conduisait sur la scène de crime sans dire un mot, mais à voir sa face blafarde, il devait avoir renvoyé son petit déjeuner, quelques minutes plus tôt. Il s'agissait d'un lac gelé qui semblait étrangement très familier à Ranmir. La blancheur hivernale rendait l'endroit beau mais en même étrangement froid et vide de toute vie. Les agents de la Police magique avaient sécurisé la scène et ils pouvaient avancer sans craindre de traverser la fine glace. Le corps était déjà remonté. Un petit corps de fillette gelé. Elle était brune, à première vue et n'avait guère plus de neuf ou dix ans. Comme toutes les autres, jusqu'à maintenant, à vrai dire.

Le cœur de Ranmir manqua plusieurs battements quand il reconnut les yeux verts et brillants, qui n'avaient pas encore perdu leur éclat.

Le blond se réveilla, ses longs cheveux couleur paille dans les yeux, sans paniquer particulièrement. Ce n'était qu'un foutu cauchemar, pas de quoi péter un plomb. Anya était bien au chaud dans son lit. Il pouvait faiblement entendre sa respiration paisible dans la chambre d'à côté. Et de toutes manières, personne ne pouvait passer les sécurités qu'il avait installé autour de la maison. Mais quand même...

Il sentait la douce Helen blottie contre lui, plongée dans des songes que l'Einherjar espérait doux. Une longue mèche de cheveux tombait sur le visage blanc et lisse de la ravissante brune. La mèche virevoltait au gré de sa respiration. Quand elle dormait, Helen et son air de petite fille sage était la chose la plus ravissante qui soit, aux yeux de son époux. Les malheurs de la guerre contre Voldemort, qui avait eu lieu en Angleterre des années plus tôt, ne la tiraillait plus depuis longtemps. Tout ça semblait désormais loin. Elle qui avait vécu tant de choses difficiles pendant ces sombres années, était devenue une mère aimante et attentionnée. Quand on avait vécu une bonne partie de son enfance avec une mère odieuse, terrifiée par les pouvoirs de sa sorcière de fille ; il était difficile de ne pas reproduire les mêmes erreurs (Ranmir était d'ailleurs très content de ne pas connaître sa belle-mère). Or, son épouse s'en sortait divinement bien.

Sa belle avait tenu à lui changer les idées hier soir et si le moment avait été particulièrement bon et intense, ses soucis restaient ancrés bien profondément dans un coin de sa tête. Il jeta un coup d’œil à l'horloge. Il était huit heures trente et les petits devaient dormir profondément, surtout en ce début de week-end. Mais cela ne durerait plus très longtemps. Anya aimait bien faire la grasse matinée, mais Sven et Emily, plus turbulents et pleins d'énergie avaient l'habitude de péter le feu dès le début de la journée, en règle générale.

En attendant que les petits fauves s'éveillent, il se repositionna en douceur dans son lit pour ne pas déranger sa compagne et regarda le plafond, pensif. Helen émit un petit gémissement mais elle ne se réveilla pas.


Non, décidément cela ne lui ressemblait pas de faire un cauchemar à cause d'une affaire. Ranmir n'était pas spécialement le meilleur enquêteur de son unité. Si bien qu'il arrivait parfois qu'il ne trouve pas le sommeil, bien trop occupé à résoudre une enquête difficile. Mais celle sur laquelle il planchait actuellement, avait vraiment atteint le cran au-dessus. Il commençait à penser, et il n'était pas le seul, que la société magique suédoise faisait face au premier serial-killer sorcier de son histoire.

Et il n'avait franchement aucune idée de comment procéder par la suite. En deux mois, il y avait déjà trois petites victimes, Et il était improbable que cela s'arrête là. Il avait écrit à son ami Harry Potter quelques jours plus tôt, pour que celui-ci le conseille. Le Survivant, Auror de son état, faisait depuis longtemps face à des cas de meurtres violents commis par des dérangés. Ce qui n'était pas tellement le cas des Einherjars, plus habitués à l'action et aux combats qu'aux enquêtes. Quoi qu'il en soit, Potter lui avait adressé plusieurs conseils, comme établir une liste des endroits où les petites avaient été découvertes. Ils avaient ainsi découvert que le tueur choisissait ses proies toujours aux trois mêmes endroits, allant de Stockholm à Malmö, en passant par Göteborg. En somme, il s'agissait des trois villes les plus importantes du pays, tant pour les moldus que les sorciers. Ce qui ne les avançait pas plus car le tueur ne respectait aucun schéma précis.

Hormis pour les victimes et la façon qu'il avait de les tuer. Il s'agissait de meurtres rituels dans l'ensemble peu violents. Les fillettes décédaient suite à un sortilège de mort, puis cette enflure gravait des insanités sur leur front, du genre «  sale Sang de Bourbe » et autres joyeusetés. Puis l'assassin emportait les corps, et les plongeait dans l'eau glacée, en les faisant flotter à l'aide de la magie. Le résultat était clairement macabre, même si le légiste n'avait détecté aucune trace de torture ou d'autres obscénités sur les corps des malheureuses gamines.

L'affaire épuisait vraiment l'Einherjar. Si bien que son commandant lui avait ordonné de prendre son week-end, et le blond avait bien l'intention d'en profiter. Helen ne lui laisserait pas le choix de toutes façons, quitte à l'attacher au canapé pendant deux jours. Et les petits s'en rendraient volontiers complices.

En parlant d'eux, Ranmir entendit des chamailleries dans l'une des chambres du fond, celle de Sven plus vraisemblablement.

- Tu t'en charges ? demanda Helen, d'une voix légèrement pâteuse à côté de lui.

- Oui, chérie, reste coucher. Ça vaut mieux pour les oreilles des enfants.

C'était un de ces petits plaisirs quotidiens que d'embêter Helen dès le matin.

- Salaud, répliqua-t-elle amusée, en lui donnant une petite tape sur l'épaule.

Ranmir enfila un caleçon et un t-shirt propre. Puis il se leva, avant de livrer un baiser tendre à sa somptueuse femme. Celle-ci semblait déterminer à se prélasser encore un peu dans le lit conjugal.

Emily et Sven n'étaient pas difficiles à calmer et après une légère négociation à propos d'un jouet dérobé par la sournoise petite Emily, Ranmir descendit en cuisine avec la cadette âgée de quatre ans dans les bras et le vaillant Sven à ses basques ( qui n'avait encore rien du futur héros qu'il serait amené à devenir, par ailleurs.).

Ses deux cadets, au contraire de leur grande sœur brune comme leur mère, avaient hérité des cheveux paille de Ranmir. Sven était plutôt grand pour un garçon qui soufflait ses sept ans prochainement. Dernièrement, il avait pour objectif de ressembler complètement à son père, bien que pour le moment que ses cheveux poussaient de manière anarchique, et étaient une source de plaisanterie constante pour Emily et Anya.

- Bon les fauves, je vous prépare le petit déjeuner alors tachez de rester tranquille, un moment.

- Je préfère quand c'est M'man qui cuisine, lança Emily en toute innocence.

- Tu sais Millie, les œufs et le bacon, ce n'est pas bien difficile à préparer, fit remarquer son père. C'est ça que tu veux, j'imagine.

- Ouiii !

- Moi aussi, ajouta Sven.

Piètre cuisinier qu'il était, Ranmir était au final plutôt content du résultat quand il servit ses deux plus jeunes. De son coté, il se servit un simple café avec deux sucres. Les petits avaient presque terminé de manger quand Helen descendit en compagnie d'Anya, l'esprit embrumé. L’aînée attendit patiemment que Sven et Emily se jettent sur elle, pour leur faire un câlin. Elle leur demanda gentiment de se remettre à table avant de s'asseoir à son tour, en s'efforçant de ne pas s'endormir.

 

Les deux parents l'observèrent avec un sourire. Depuis quelques temps, ils constataient qu’Anya était devenue particulièrement mature du haut de ses dix ans. D'ici un an, elle allait devoir intégrer une des trois écoles de magie de Scandinavie. Helen et Ranmir n'étaient pas tout à fait d'accord sur le choix de l'école. L'école de Dimmuborgir, située en Islande, était gratuite et disposait d'un nombre d'élèves moins important que les deux autres du fait de la faible population magique islandaise. Mais elle restait évidemment, effroyablement loin du domicile des Alstrom. Et le couple savait avec certitude que leur grande fille ne supporterait pas de devoir passer une année loin de sa famille. Surtout sans possibilité de retourner chez elle durant les vacances.

Il y avait également Gjallar, bien plus accessible, Mais dans le passé, Ranmir avait eu plusieurs petits différends avec l'actuel directeur qui était un ancien camarade de classe et accessoirement un cousin éloigné, ce qui éliminait d'office l'école danoise. Le blond ne voulait surtout pas que ses enfants subissent la vengeance de l'homme, qui était depuis fort longtemps l'heureux propriétaire d'une réputation de sale type acariâtre, pour ne pas dire antipathique.


Restait alors Winterhall, située sur une île entre la frontière norvégienne et celle de la Suède. Winterhall était pour Ranmir, l'école idéale. Elle était chère mais ils avaient largement les moyens d'y inscrire toute leur progéniture. L'Einherjar y avait fait ses études et même si c'était parfois dur, ses sept années d'études étaient pleines de bons souvenirs et de blagues faites aux élèves comme aux professeurs ( et parfois même aux géants plus ou moins pacifiques, qui peuplaient les alentours de l'école, souvent aux risques et périls de Ranmir et son petit frère, Elrik.).

- Alors, les enfants, vous voulez faire quoi aujourd'hui ? demanda-t-il.

- Des batailles de boules de neiges ! s'écria Emily.

- Moi, ça me va, surtout parce que je vais encore gagner, ajouta Sven.

- Oui, enfin si tu continues à te vanter comme ça, tes chevilles ne rentreront même pas dans tes bottes, persifla Anya.

- Oui, c'est ça. En attendant, je reste pas enfermé toute la journée dans ma chambre à bouquiner, moi. J'ai des trucs plus marrants à faire.

- Si c'est pour devoir te surveiller sans cesse, je préfère lire oui. Ce sera toujours mieux que de supporter tes bêtises à répétition. Au moins, une chose est sûre, tu ne piqueras plus le balai de papa. Surtout vu que t'en as une peur bleue, depuis que tu t'es cassé le bras comme un idiot.

Sven se mit à rougir. Il détestait que l'on évoque ce moment. Surtout parce qu'il s'était aplati sur l'arbre du jardin comme une bouse de dragon.

- Tu sors pas parce que t'as pas d'amis, en fait, c'est tout, s'offusqua le petit sorcier.

- C'est fini, oui ? gronda Helen. Je crois que personne ne sortira aujourd'hui, si ça continue.

Elle adressa un regard noir à ses deux plus grands qui prirent la menace au sérieux. Leur mère se tourna vers Emily, l'air désolée.

- Mon cœur, je te rappelle que tu sors à peine d'une angine, donc tu devrais attendre encore un peu.

- Bon, très bien, bouda la petite.

- On aura qu'à faire une partie de Bavboule, ou le jeu du Kraken, tiens, la réconforta Sven.

- Mais je sais pas jouer !

- Justement, je t'apprendrais. Tu verras, c'est facile, dit Sven en lui faisant un bisou sur la joue.

Ranmir ne put s'empêcher de sourire. Sven aimait vraiment sa petite sœur et faisait tout pour la rendre heureuse. Par contre, quand il s'agissait d'Anya, c'était une autre histoire, même si dans le fond ils s'adoraient. Elever la voix, était quelque chose qu'il détestait faire quand cela concernait ses enfants, il était déjà suffisamment amené à crier au travail. Alors il n'était pas intervenu, ce coup-ci. Il n'aimait pas non plus crier contre Helen, quand leur désaccord était important. Puis bon, l'anglaise lui faisait un peu peur quand elle était en pétard...

 

C'était une journée tranquille jusque-là et Ranmir parvenait presque à laisser de côté cette sale affaire. Du moins, jusqu'à ce moment. Car leur voisin Jorgen, lui aussi Einherjar et équipier de Ranmir, débarqua en trombe dans la maison des Alstrom. Ce qui exaspéra Helen.

- Tu sais... frapper doucement à la porte te prendrait tout autant de temps, rouspéta la brune. Ce n'est pas la première fois que je t'en parle, en plus.

- Désolé la belle, mais c'est vraiment une urgence, là, se justifia Jorgen en montrant un journal.

- Un quotidien moldu ? questionna-t-elle, surprise.

- C'est la même façon de laisser le cadavre flotter sous la glace par magie, et la victime correspond aux préférences du tueur, dit-il à son équipier. Ça s'est passé près de Malmö. À ceci près cette fois que c'est une petite moldue. Elle s'appelait Merete Lindberg

- Pas devant les enfants, s'il vous plaît.

- T'as raison, ma chérie. Viens, Jorgen, on va voir ça dans mon bureau.

Les deux enquêteurs montrèrent au grenier, que Ranmir avait aménagé en bureau de travail. Bien que le fameux grenier servait souvent de salle de jeu pour les petits, ce qui avait le don d'exaspérer leur père.

- Des traces d'agression sexuelle ou autre chose ?

- Ce n'est pas indiqué dans l'article mais j'imagine que non, s'il a procédé comme pour les autres gamines, répondit Jorgen avec une mine lugubre. Je pense qu'ils ont fait des relevés d'empreintes et tous leurs trucs sempitiques compliqués.

- Le terme, c'est scientifique. Mais ça ne mènera à rien parce que l'auteur des meurtres est sorcier. À moins qu'il soit né-moldu. Ce dont je doute. Tu connais beaucoup de né-moldus qui graverait sur le front des victimes «  Mort aux Sang de Bourbe ».

- Il n'a rien gravé sur la gamine moldue, fit remarquer Jorgen.

- Il cherche à brouiller les pistes, supposa Ranmir. Ou il était pressé, voire indécis. Une moldue est pour lui une nouvelle étape, je pense. Nous ne sommes pas plus avancés. Tu penses qu'on a un moyen de s'immiscer coté moldu pour parler aux parents de la petite et voir son corps.

- Des collègues se sont infiltrés dans la morgue où repose le corps. Et justement, Hartenssen nous demande d'aller interroger la famille.

- Il est con ou quoi ? Les policiers moldus ont déjà dû le faire. On va passer pour des imposteurs.

- Oui, c'est pour ça qu'on va s'infiltrer directement chez la flicaille et faire une copie de leur rapport d'enquête, proposa Jorgen, avec son sourire malin habituel.

Ranmir soupira. Cette enquête devenait du grand n'importe quoi. Mais il fallait bien qu'ils avancent, et quand Jorgen proposait ses combines fumantes, c'était que la situation l'imposait.

- Bon bah, on y va alors, dit-il finalement.

- Tu comptes y aller en caleçon et en t-shirt ? fit remarquer son collègue

- Euh ouais, laisse-moi deux minutes.

------------

Une alerte incendie était si vite arrivée. Jorgen s'était chargé de la diversion, en pénétrant dans le commissariat, avec pour faux prétexte, une plainte pour un vol à l'arrachée. Un petit coup de baguette discret avait suffi pour déclencher l'alarme incendie. Ainsi, Ranmir n'eut qu'à attendre que le commissariat de Malmö se vide tranquillement. Le Foudremage utilisa un sort de Désillusion puis transplana directement dans les bureaux temporairement déserts. Ils avaient réussi à dégotter le nom de l'inspecteur chargé de la mort de la petite Merete, un peu avant que les compères n'arrivent au commissariat.

Il fouilla son bureau et tomba sur le dossier prêt à être sceller. Le moldu ne s'était clairement pas embêté et avait classé l'affaire comme un accident malheureux. Ce qu'il n'aurait pas fait si le tueur avait marqué le front de la victime, selon ses habitudes. Ranmir le lut en diagonale et ne repéra aucune trace écrite témoignant de la présence d'un abus sur la petite moldue. Il prit des feuilles de papier et lança un sort de copie sur le rapport, avant de pointer sa baguette sur les feuilles vierges, qui se remplit peu à peu. Il rangea ensuite le dossier exactement à sa place d'origine et transplana au moment même où les agents regagnaient leurs postes, visiblement furieux à cause de cette fausse alerte.

Les Einherjars retournèrent ensuite à leur bureau afin d'organiser une réunion sur l'affaire. Les meurtres mobilisaient une bonne vingtaine d'Einherjars des trois districts magiques de Suède. Et beaucoup de personnes à l'esprit étriqué, que Ranmir pouvait difficilement supporter. Les premiers commentaires odieux ne tardèrent pas à être lancer autour de la table.

- Honnêtement, s'il continue à tuer uniquement des moldus, pour moi, ce n'est pas un problème.

- Bravo, Ivar, très finement dit, intervint brusquement Ranmir avec une grosse pointe de sarcasme. Tu parles exactement comme les trois quarts des abrutis que l'on arrête.

- Tu prends cette affaire trop au sérieux, Alstrom. Ceci dit, c'est ce que je ferais aussi si ma fille aînée correspondait exactement aux goûts de l'assassin.

Ranmir se leva, baguette à la main. Rosa, la compagne de Jorgen lui prit le poignet en douceur, tandis que Jorgen le ceintura du mieux qu'il put. Le couple était habitué aux sautes d'humeur de leur ami et collègue. Pour Jorgen, c'était depuis qu'il l'avait rencontré la première fois, lors de leur entrée à Winterhall, bien des années auparavant.

- C'est bon, Ran, le rassura Rosa. Ne l'écoute pas, ce n'est qu'un crétin.

Le chef Hartenssen était très observateur, et il appréciait le blond pour ses talents de combattants et son expérience.

- Alstrom, sors t'aérer. Tu reviendras après. D'ailleurs, t'es sensé être en congé, je te rappelle. Alors tu vas me faire le plaisir de rentrer chez toi, et de profiter de ta vie avec madame et tes chiards. Rosa, tu peux l'accompagner, s'il te plaît.

- Oui, pas de soucis.

Sa collègue et voisine lui prit le bras, et le força à la suivre, alors que Ranmir accordait un dernier regard meurtrier à son collègue, qui n'en menait plus très large. Il faut dire que se confronter à Ranmir Alstrom était une chose qu'il était préférable d'éviter. En particulier, parce qu'il était un Foudremage.

Loin d'être une simple dénomination, le terme «  Foudremage » désignait des sorciers disposant d'un don particulier pour manier la foudre. Descendants directs du sorcier Thor du clan légendaire des Ases, les Foudremages étaient d'une nature impitoyable quand il s'agissait de se battre.


- Bon l'ami, on va se boire un café en ville ? proposa joyeusement Rosa.

- Si tu veux.

- Roh allez, ça te changera les idées.

- J'ai pas dit non, pour ton information.

- Quel caractère de cochon, celui-là, bouda la blonde.

Elle reprit soudain un ton bien plus sérieux.

- T'en profiteras pour me dire ce qui te tourmente.

Ranmir soupira. C'était toujours la même chose avec Rosalund Forkus, tu ne pouvais pas garder un secret très longtemps. La jeune femme était très douée pour comprendre les autres et les percer à jour, ce qui faisait d'elle, un pion de choix à placer lors des interrogatoires. Depuis qu'il l'avait rencontré à Winterhall, s'en était ainsi. Surtout que son air de gentille mère de famille était assez trompeur et c'était une redoutable combattante malgré sa petite taille et sa constitution à priori fragile.

Ils se rendirent dans le centre de Göteborg, dans un bar qui accueillait des moldus et dans le plus grand secret, des sorciers. Il n'y avait pas de quartier sorcier à proprement parler dans cette ville, mais plutôt des secteurs où ces derniers était plus présents et d'autres qu'ils avaient désertés. Le quartier sorcier le plus proche était celui de Stockholm. Ranmir pensait d'ailleurs que leurs derniers raids sur le secteur dont avait parlé Hartenssen, lors de la réunion, étaient complètement inutiles. Le tueur se cachait sans doute sous les traits d'un bon père de famille ou tout autre chose. Mais c'était une occasion à peine caché de faire le ménage dans le coin, il faut dire que certains endroits du quartier étaient plutôt malfamés.

Le salon au fond de l'établissement était la partie réservé aux sorciers, prenant la forme d'un club privé, pour ne pas dérangé les clients. Ainsi les deux Einherjars n'allaient pas être dérangé, pendant qu'ils discuteraient.

- Je vous sers quoi, les gars, demanda le barman, qui était un ancien camarade de classe des deux collègues.

- Un café, pour moi. Tu mets la dose de crème, par contre.

- Très bien. Et toi, Alstrom ?

- Ce que t'as de plus fort.

- Un hydromel vieilli en fût, qui date au moins d'un siècle et demi, ça t'irait ? Par contre, j'en viens à me demander s'il est vraiment pour le commun des mortels. La moitié des clients sont ivres morts dès le premier verre.

- Je devrais m'en sortir, je suis plus résistant que la moyenne, tu sais bien.

-Ouais, ça doit avoir des avantages, d'être Foudremage. Je vous apporte ça tout de suite.

L'employé leur apporta leur commande puis les laissa enfin tranquille. Pour le coup, l'hydromel de Ranmir était complètement imbuvable. Mais il agissait comme un très bon remontant.

- Alors, Ran. Quelle est le souci ? Tu t'inquiètes pour Anya, je me trompe ?

- Cette nuit, j'ai fait un cauchemar, où l'on retrouvait son corps.

- Je vois.

Elle aurait dû paraître inquiète. Pourtant, elle souriait

- J'espère que tu as pensé au fait, que l'on a sans doute les mômes les mieux protégés du monde, nous les Einherjars. Hormis, peut-être les gosses des Ministres et des Jarls de toute la Scandinavie Magique. Nos gamins ne risquent rien, Ranmir. Tu as juste fait un horrible cauchemar, rien d'autre.

- Oui, tu as raison.

- Je vois de temps à autres, Jorgen ou ma petite Gerdï mourir dans mes rêves aussi, tu sais. Ce n'est pas pour autant que ça me pèse sur l'esprit. L'affaire te touche de prêt parce que ta petite correspond aux préférences du tueur. Mais tu as une chance sur un million pour qu'il s'en prenne à elle. Puis vu qu'elle reste beaucoup à lire dans sa chambre, je vois difficilement cet enfoiré pénétrer dans la maison. Et tes sortilèges de protection sont sacrément efficace. Mon chat a une peur bleue de ta maison, depuis qu'il s'est fait surprendre par ton sortlège de Cridurut.

Le barman qui officiait du coté moldu vint soudain leur remettre un petit bout de papier, replié avec attention.

- C'est pour vous, monsieur Alstrom.

- Merci, répondit Ranmir, surpris.

Il déplia le papier soigneusement et le lut. Il ne reconnaissait pas l'écriture, mais elle appartenait clairement à une femme.

Vous vous trompez de cibles, en fait vous pataugez clairement dans la boue. Vous visez trop bas. Un drogué ou un scélérat dans le genre que l'on peut trouver à Stockholm n'aurait absolument pas les couilles de faire ça. Le responsable de tous ces meurtres occupe un bien plus haut rang dans la société, selon Elrik. Le maître t'attend là où tu sais, Alstrom. Il a des informations à te confier. Tu peux venir avec quelu'un si tu veux, mais pas de coups fourrés. Et évite d'inviter la grognasse à t'accompagner, je pourrais avoir envie de lui déchiqueter la gorge. Je n'ai pas oublié pour la balafre.

H.

- Qui vous a donné ce mot ? demanda Rosa, en voyant l'air grave qu'affichait Ranmir.

- Une jolie petite nana, sacrément bien proportionné et plutôt jeune. Elle a de longs cheveux châtains, qu'elle porte en natte. Mais ce qui m'a surpris, c'est la cicatrice qu'elle a sur la tempe et surtout ses yeux... Elle donnait l'impression qu'elle allait me bouffer tout cru.

- Merci. Vous pouvez disposer, dit Ranmir.

- C'est la description physique de Vargsten, ça, chuchota Rosa.

- Je pense que c'est elle, oui. La question, c'est : Qu'est-ce que Elrik cherche encore à faire...

- Dur à dire sans le voir. Je ne t'accompagne pas, vu que je suis la responsable de la cicatrice de cette chère Helvira.

- C'est ce que la gamine te conseille, oui.

Il faut dire que la dague montée sur une chaîne de la blonde avait fait des dégâts, la dernière fois que les Einherjars s'étaient confrontés, au groupe anarchiste de la Lune Ecarlate. Dont le chef était le frère de Ranmir, Elrik.

- Puis, je préfère les voir seul, par sécurité, dit-il en se levant. Je vous tiens au jus, Jorgen et toi.

- Fais quand même attention, à toi.

- J'en ai vu d'autres, sœurette.

---------------

Errer, c'est la seule chose que je fais depuis que je me suis échappé du manoir. Huginn m'a trahi, il m'a trahi pour père. Si je ne peux même plus faire confiance à mon frère, autant tourner en rond, sans but véritable.

Pourquoi elle revient tout le temps, cette foutue Agnieszka ? Ça fait pourtant des années qu'elle est morte. Des décennies que la petite polonaise s'est noyée. Mais depuis que j'ai quitté la maison, j'ai beau la tuer encore et encore, répéter le même procédé, elle revient sans cesse me hanter. Rien n'y fait. Pourquoi j'étais resté sans rien faire, déjà ? Ah oui.

J'aurais pu la sauver, mais elle aimait Huginn. Plus que moi. Quitte à me laisser souffrir, seul dans mon coin. Pourtant je vaux autant que mon cher frère jumeau, alors pourquoi tout le monde s'obstine à me déclarer inférieur à lui.

-
Monsieur, monsieur !

La voix appartenait à une gamine qui ne devait pas avoir plus de dix-huit ans. Tant mieux, ça ne pouvait donc pas être Agnieszka, pensa Muninn. Elle paraissait songeuse et inquiète en voyant l'état dans lequel il se trouvait. Il faut dire qu'il avait piqué tous les vêtements d'un vieux clochard moldu. Celui avait évidemment protesté maispas longtemps. Et surtout, Muninn devait être affreusement maigre. À voir ses vêtements, la fille devait être sorcière.

- Un problème ? Demanda-t-il agressivement.

- Je voulais simplement vous demander, si vous aviez besoin de manger un morceau ou de prendre un bain, se justifia la jeune fille, intimidée. Je vois que votre baguette dépasse un peu de votre pantalon, mais je crois que c'est la première fois que je vois un sorcier comme vous. Je me suis dit que vous avez besoin d'aide.

- Va voir ailleurs, si j'y suis. Je peux très bien me débrouiller seul, satanée sang-de-bourbe.

- Non mais … Goujat !

Muninn continua son chemin sans prêter attention aux insultes de cette petite effrontée. Il vit alors une petite silhouette aux longs cheveux noirs le dépasser en courant. Il se retourna et vit avec panique que son amour de jeunesse venait encore le hanter. La fillette venait de rejoindre la curieuse et discutait avec elle, avec animation. Elle était brune et avait le même visage, ça ne pouvait être qu'elle.

Il sortit sa baguette et rebroussa chemin, cachant sa précieuse arme derrière son dos.

Muninn perçut son reflet dans une plaque de verglas. La gosse avait raison, il devait manger un peu. Il ressemblait à un inferi. Ses joues étaient creusées, ses pommettes saillantes et son teint affichait la pâleur d'un vampire. Ses cheveux devenus trop longs dépassait de sa capuche. Il commençait à sentir que sa maigre barbe piquait, malgré la pilosité quasi inexistante chez les hommes de sa famille.

Mais manger était secondaire.

Pour l'instant, il devait de nouveau se débarrasser d'Agnieszka, c'était d'une nécessité absolue.

Note de fin de chapitre :

A la prochaine !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.