S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Runcorn par Chiron

[4 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour, chère lectrice, cher lecteur !

Si tu as cliqué sur cette histoire, c'est que tu aimes les personnages moralement repoussants, les salopards assumés, les loups humains convaincus que seule la loi du plus fort régit le monde.

Personnelement, Runcorn me fait peur. J'écris sur lui, et j'espère de jamais le rencontrer.

 

Mais peut-être que son histoire te fascinera autant qu'elle me hante.

 

Bonne lecture !

 

Je mange toujours seul. Je passe mes journées à remuer les emmerdes des gens, alors à midi, je fais une pause. Quand ils sont assez nombreux, le brouhaha m'épargne leurs conversations. J'ai pris une table à l'écart et j'ai rempli mon assiette d'un coup de baguette. Le repas a failli bien se passer, jusqu'à ce que Jeffrey Quirke commence à partager ses problèmes avec toute la cantine. Je le voyais gesticuler à deux tables de moi. Son ami Stimpson tentait de le calmer, et il n'arrivait qu'à se rendre ridicule. Quirke finit par gueuler, assez fort pour que tout le monde l'entende :

– Mais ce qui m'énerve le plus, c'est pas qu'il a menti ! C'est que personne ne dit rien ! Ils laissent faire !

Tout le monde se retourna vers lui. La vieille Wakanda, à la table de derrière, ne faisait aucun effort pour cacher son mépris. Elle l'aurait tué du regard si elle l'avait pu. L'imbécile avait fini par comprendre qu'il se faisait remarquer, et baissa d'un ton. Son problème, je le connaissais. Ce crétin avait demandé à Dolores Ombrage de vérifier le statut de sang de son chef, Dirk Cresswell. Cresswell, c'est un sorcier puissant, le genre qui peut faire du dégât si on le chatouille de trop près. Je ne sais pas ce qu'il a répondu au questionnaire que lui avait envoyé Dolores, mais elle a décidé de ne pas le chatouiller. Il n'y avait que ce con de Quirke pour croire qu'elle allait prendre des risques là-dessus. Elle est vicieuse, Dolores, mais il ne faut pas lui demander d'être brave.

Je regardais Quirke s'énerver en chuchotant pendant encore quelques minutes avant de prendre ma décision. Prouver un mensonge de Cresswell, c'était dans mes cordes. D'un coup de baguette, j'envoyais mon plateau à la desserte. Il fallait que je trouve un prétexte pour passer au bureau des affaires gobeline dans l'après-midi.

 

Finalement, je n'ai même pas eu besoin de prétexte. J'ai croisé Quirke dans un couloir. Il continuait à faire la gueule, mais ça ne l'a pas empêché de s'écarter en me voyant. Ou d'essayer, parce que je l'ai pris par le coude, et je l'ai plaqué contre un mur et j'ai vérifié que personne ne pouvait nous voir.

– Runcorn ? Qu'est-ce que vous faites ? Lâchez-moi !

– Silence, imbécile. Il paraît que Cresswell a menti sur son statut de sang. Comment vous le savez ?

– Pourquoi ça vous intéresse ?

– Dolores ne fera rien pour vous. Moi, je peux. Alors ?

– Vous allez relancer l'enquête ?

– S'il y a plus que des rumeurs. Cresswell vous a dit lui-même qu'il est né-moldu ?

– Il l'a dit à Faussecreth, à la coupe du monde. J'étais avec eux.

– Dolores lui a envoyé un questionnaire ?

– Oui, mais c'est ridicule ! Il a pu raconter ce qu'il voulait, là-dessus !

Cresswell était plus intelligent que Quirke, et je me doutais qu'il avait dit la vérité à chaque fois qu'elle pouvait être vérifiée.

– Tu t'occupes de la récupération de l'artisanat gobelin, pas vrai ?

– Oui, mais quel rapport avec Cresswell ?

Ce type était décidément le dernier des débiles. Je lui parlais lentement, pour qu'il comprenne bien.

– Vous avez acquis un poignard gobelin du XVè siècle il y a trois mois. Je le veux.

– Quoi ? Mais je n'ai pas le droit !

– Et moi, je n'ai pas le droit de rouvrir un dossier classé par Dolores. Alors ?

Il était tout pâle. Je m'écartai de lui. Il était du genre à se pisser dessus de trouille et je n'avais pas envie de me salir.

– Tout est consigné. Comment je vais expliquer sa disparition ?

– Tu diras que Cresswell l'a volé. Il paraît qu'il a déjà volé sa magie, alors pourquoi pas un poignard ? Pendant que tu y seras, je veux aussi le bracelet que vous avez confisqué la semaine dernière.

C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que je n'aurais pas dû passer au tutoiement. Les gens comme Quirke sont vaniteux, ils ont besoin qu'on fasse semblant de les respecter.

– C'est de la folie ! Je devrai vous faire arrêter !

– Vous devriez. Mais à la place, vous allez me donner ce que je veux pour faire arrêter Cresswell.

Je relâchai mon étreinte, et l'abandonnai à son sort sans me retourner. Je l'imaginais en train de me fusiller du regard. Cela me fit hausser les épaules.

 

Je suis monté immédiatement au bureau de Dolores. Depuis une semaine, elle obligeait toute son équipe à fabriquer des prospectus contre les nés-moldus. J'en attrapai un au vol pour y jeter un coup d’œil. Ils étaient tout à fait dans son style, et j'étais presque sûr qu'elle les avait rédigés elle-même. J'ai remis le parchemin sur sa pile avec un sourire satisfait. Cette nouvelle lubie allait certainement me faire gagner un gros paquet de gallions. Je me suis mis devant sa porte, face à cet œil bleu électrique qu'elle avait collé à la place du judas. Dolores n'était pas Quirke, et l'intimidation était à exclure, à moins d'être très subtile. La meilleure façon de la prendre, c'était de se montrer très poli, et doucement l'exciter contre sa cible, et lui faisant miroiter des rivalités imaginaires.

– Entrez !

Je pénétrai dans cette espèce de temple des chatons roses qu'elle appelait son bureau. Elle était toute souriante. Le mois passé l'avait mise de très bonne humeur.

– Bonjour Albert, minauda-t-elle.

– Bonjour Dolores. Je ne devrais peut-être pas vous déranger avec ça, mais Jeffrey Quirke s'est plaint à moi du classement de l'enquête sur le statut de sang de Cresswell.

Toujours commencer par lui désigner une victime, au cas où elle soit de mauvaise humeur. Ça ne fonctionnait pas toujours, mais ça limitait les dégâts.

– La commission n'a pas à se justifier du traitement de ses dossiers. Elle avait perdu d'un coup son masque de poupée grassouillette.

– C'est ce que je lui ai répondu. Mais il paraît que Cresswell se vante publiquement de vous avoir trompée sur son questionnaire, et cela crée du trouble...

J'ai vu l'éclair de haine dans son regard. Ma tactique était la bonne. Elle n'était pas idiote et savait parfaitement que Cresswell lui avait menti. Maintenant, il fallait la convaincre de me laisser agir. J'ai ajouté :

– J'ai dit à Quirke que vous examiniez tous les dossiers à fond, et je suis monté ici tout de suite pour vous proposer d'y jeter un coup d’œil.

– C'est un dossier classé, Albert, dit-elle avec une voix faussement douce.

– Personne n'a besoin de savoir que j'y ai touché. Je vérifie que ses réponses correspondent aux dossiers de la police magique, et je vous dis ce qu'il en est. Vous saurez s'il vous a dit la vérité et personne ne saura que je me suis mêlé de ça.

Elle caressait ses papiers roses de ses gros doigts boudinés. J'avais horreur d'attendre son bon plaisir, et cette garce le savait. Elle en profitait à fond. Et finalement, elle alla chercher le dossier pour me le donner

– Je ne pense pas. Je crois au contraire que si vous vous faites prendre, je dirai à tout le monde que je ne vous ai jamais autorisé à y accéder. Le ministre m'a dit ce matin qu'il était très satisfait de la façon dont Cresswell avait calmé les inquiétudes des gobelins.

Je n'attendais pas autre chose d'elle. Mais je m'en foutais. J'avais gagné. J'allais le faire tomber de son piédestal si vite qu'il n'aurait même pas le temps de dire elfe, et ce serait si spectaculaire que même la révolte de Gringott ne convaincra pas Thickness de le protéger.

 

Je me suis enfermé dans mon bureau pour parcourir les parchemins. Il n'y avait pas grand-chose. Cresswell avait simplement répondu à un questionnaire, et les choses en étaient restées là. Il reconnaissait que son père était un moldu, appelé Jim Cresswell, et déclarait que sa mère serait une sorcière, Cassiopeia Black, de sang pur. Cresswell précisait qu'après avoir « fauté » avec un moldu, Cassiopeia avait été condamnée à rester célibataire par son frère Pollux, et était finalement décédée cinq ans plus tôt. Je n'ai pas perdu mon temps à vérifier les noms et les dates. J'étais sûr qu'ils étaient justes. Cresswell avait même cité Horace Slughorn, professeur de potions à Poudlard, comme témoin de moralité. Le petit enfoiré avait parfaitement ficelé son mensonge.

– Dorothy, je ne serai pas là de la journée, dis-je à ma partenaire. Tu veux que je te ramène quelque chose ?

– La tête de Mondigus Fletcher, c'est possible ?

– Maintenant que Dumbledore n'est plus là pour lui sauver le cul, ça peut s'envisager. Il a fait quoi ?

– En ce moment, il vend de l'argenterie. J'aimerai bien savoir où il a volé ça, mais le petit fumier a gratté toutes les armoiries.

– C'est de l'argenterie gobeline ?

– Ça y ressemble.

Il avait probablement pillé une famille sans descendance connue. Celle que je venais d'étudier me vint à l'esprit.

– Regarde si ça ne pourrai pas appartenir aux Black. Leur dernier rejeton est mort il y a un an, Fletcher a peut-être réussi à trouver sa maison.

– Bonne idée. J'avais demandé l'inventaire des Croupton, mais ça ne correspondait pas. Si tu as d'autres idées, n'hésite pas !

 

Cresswell avait sûrement blindé son dossier pour qu'aucun sorcier ne puisse le démentir. Mais il n'avait pensé qu'aux sorciers jouant franc-jeu, et je ne perds jamais de temps avec ça. Quelques minutes plus tard, j'étais devant le City Counsil de sa ville de naissance. Je prenais toujours mon pied à balancer des sorts aux moldus pour les motiver à m'aider. Ce jour-là, je les avais convaincus que j'étais le frère du Premier Ministre, et c'est tout juste s'ils ne me déroulaient pas le tapis rouge. Ils étaient trois à s'être mis en rang devant leurs écrans pour me trouver le papier. La numérisation leur faisait gagner un temps considérable, et j'avais l'acte de naissance de Cresswell dans les mains moins d'un quart d'heure plus tard. C'était un classique. Même les sorciers nés chez les moldus ne pensaient jamais à couvrir leurs traces dans les administrations. J'étais presque sûr que la moitié d'entre eux ne savaient même pas qu'ils étaient fichés et seraient infoutus de retrouver ces papiers si leur vie en dépendait. Quand Cresswell était entré à Poudlard trente ans plus tôt, il avait onze ans, et tout ce qu'il connaissait du monde, c'était deux chaînes de télé en noir et blanc, les livres dont on coupait les pages et les Beatles à la radio, et pour lui, les choses en étaient sûrement restées là.

Il avait eu tort, car j'avais sous les yeux la preuve vivante de son mensonge. L'état-civil m'indiquait que je venais de laver l'honorable Cassiopeia Black des soupçons licencieux que Cresswell faisait peser sur elle. Sa chère maman -la vrai- répondait au doux nom d'Emily et finissait ses jours dans une maison de retraite de Birmingham.

 

C'était la meilleure fin possible de cette affaire. S'il y avait une chose pour laquelle Dolores était prête à risquer sa vie et sa carrière, c'était bien le spectacle d'une moldue octogénaire traînée de force et brutalement interrogée au milieu de détraqueurs qu'elle ne pouvait pas voir. Cresswell était foutu, Quirke allait avoir son poste, et je venais de gagner deux objets gobelins d'une valeur inestimable. Une journée parfaite dans un monde parfait.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.