S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Les célébrations par Bloo

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling.

Ce texte a été écrit pour lilimordefaim dans le cadre de l'Echange de Noël 2015. Lili voulait du Olivier Dubois, je me suis donc essayée à ce personnage pour la première fois -en espérant que ça vous plaira !
Note de chapitre:

Quatre mois après écrit ce texte, je profite d'avoir accès depuis plusieurs semaines sans la moindre interruption au site pour vous le poster ! Comme il semblerait que je ne sois plus concernée par le bug, j'espère que ce texte n'est que le premier d'une loooongue série que je vais revenir publier par ici. Je continue à me pencher sur mes Petits Princes et j'entame la rédaction du 16ème chapitre du mystère d'Effy... bref, d'ici à la mi-mai, quand mes examens seront terminés, vous allez sans doute me revoir plus souvent !

Encore un joyeux Noël à lili, à tout le monde aussi, et une très bonne lecture !

La première fois que je suis sorti sans prévenir Victoire au préalable, celle-ci dormait si profondément que j’ai cru pouvoir m’absenter la nuit durant. La vérité était pourtant toute autre. Peu importe son degré de fatigue, Victoire reste curieuse avant d’être éreintée et j’aurais d’ailleurs dû me rappeler que son sommeil avait toujours été léger. Lorsque nous n’étions encore que deux enfants, il m’était impossible de m’éveiller la nuit pour mettre à exécution l’une de mes farces sans que la petite blonde ne me suive elle aussi. Cela m’agaçait, au début. Elle était la plus proche de moi en âge et nous nous entendions bien, mais je ne pouvais simplement pas faire un pas sans l’avoir sur les talons dès que nous nous retrouvions ensemble.

Et dans une famille qui porte le nom de Weasley, les retrouvailles sont suffisamment fréquentes pour qu’aucun moment de ma vie n’ait échappé à Victoire –ou quasiment

Toujours était-il que cette fameuse première fois, alors que je m’en allais tel un bienheureux ou presque, Victoire n’était absolument pas endormie. Me sentant remuer contre elle, elle avait gardé les yeux obstinément clos et ainsi feint le sommeil à la perfection. Mais à peine m’étais-je esquivé de la chambre que nous partagions depuis une semaine à peine qu’elle s’était empressée de me suivre. Trop confiant, j’avais de plus utilisé la poudre de Cheminette et Victoire avait donc entendu distinctement le nom de l’endroit où je me rendais. C’était d’ailleurs sans doute pour cela qu’elle n’avait pas cherché à me suivre cette nuit-là. M’entendre partir pour un magasin de Quidditch en pleine nuit lui avait sans doute paru parfaitement stupide mais du moins rassurant. En plus d’être aussi commère que toutes les femmes de la famille réunies, Victoire a également une certaine tendance à la jalousie.

Quant Lily avait reçu sa lettre pour Poudlard, nous déjeunions dans le jardin ensoleillé du Terrier et je m’étais empressée de prendre dans mes bras celle dont Harry avait fait ma filleule. C’était sans doute déjà trop pour Victoire, qui non contente de m’ignorer pendant des semaines avait en plus offert à Roxane le cadeau initialement prévu pour Lily, dont l’anniversaire devait être célébré peu de temps après, et s’était fait une joie de clamer devant les deux petites filles réunies qu’elle avait beaucoup hésité entre elles deux pour leur offrir cette robe que quémandait Lily depuis bien deux ou trois mois –une éternité pour la gamine qu’elle était alors.

La jalousie de Victoire n’est pas seulement une tendance. Elle est en fait carrément flippante et c’est la raison pour laquelle j’ai longtemps cherché à m’éloigner de celle qui avait été ma meilleure camarade de jeux. A Poudlard, je m’arrangeais toujours pour passer le moins de temps possible avec elle sans réaliser qu’en plus de lui faire du mal, je m’en infligeais à moi-même. Harry ne m’avait pas été d’un très grand secours mais Ginny, elle, n’avait eu aucun scrupule à m’affirmer que mon comportement était « idiot » et que je partageais cette caractéristique avec l’ensemble de la population masculine âgée de moins de vingt ans. James, qui s’apprêtait à entrer à Poudlard et avait une amoureuse dans l’école primaire qu’il fréquentait, avait bien tenté de protester pour la forme. Ginny avait rétorqué que nous étions bien trop jeunes pour envisager les choses ainsi et que le temps lui donnerait forcément raison. J’aurais bien protesté à mon tour, mais elle s’apprêtait à cuisiner notre gâteau préféré et aurait bien abandonné l’idée si nous avions continué à la chercher.

Nous nous l’étions donc tenu pour dit.

A mon grand désarroi, le temps avait effectivement donné raison à Ginny. Son regard malicieux lorsque Victoire et moi leur avions annoncé mes fiançailles m’avait d’ailleurs fait comprendre qu’elle n’avait pas oublié notre petite conversation. Victoire avait peut-être un certain nombre de défauts, mais elle était également la seule fille capable de m’écouter vider mon sac des nuits entières et de supporter mes humeurs plus que maussades dans les semaines précédant et suivants les commémorations de la bataille et donc l’anniversaire de la mort de mes parents.

La seule fille capable de ne pas s’offusquer que je ne célèbre jamais son anniversaire.

Elle-même avait arrêté d’en faire une fête, lorsqu’elle était tombée en dépression.

Cela fait près de dix mois qu’elle est officiellement guérie mais pourtant, aujourd’hui que je m’éclipse d’une façon que je crois être discrète pour la sixième fois, elle ne peut pas l’être totalement. Et je le sais, c’est bien pour cela que je m’en vais, d’ailleurs. Victoire a peut-être un certain nombre de défauts, mais les siens au moins n’incluent pas la lâcheté qui me caractérise.

- Teddy ? Je ne pensais pas te voir ici ce soir.

Olivier Dubois n’aura pas eu besoin de plus de quelques secondes pour me projeter face à ma lâcheté. Il a l’air sincèrement étonné de me voir, ce qui est compréhensible au regard du peu de choses que je lui ai confiées jusqu’à présent. Il est encore dans le minuscule bureau attenant à l’atelier, les yeux penchés sur des liasses de parchemins qui regorgent de chiffres. Les bougies n’éclairent que faiblement la pièce et il porte une paire de lunettes qui lui laisse des marques quand il les retire. Quand je suis venu pour la première fois, il ne portait pas encore de lunettes. Une certaine Katie Bell, qui se trouve être sa femme, a fini par l’emmener de force à Sainte-Mangouste lorsqu’il l’a confondue avec Mrs Livingston, une cliente régulière de son entreprise qui a la particularité d’être très laide –en toute honnêteté, je comprends que Katie n’ait pas apprécié la comparaison.

- Je n’ai rien prévu, ajoute Olivier face à mon manque de réaction. Les balais sont rangés et j’ai de la comptabilité à terminer.

Une fois que les balais ont été rangés, il n’est plus question de les sortir avant le lendemain. Tous sont protégés par une innumérable panoplie de sortilèges particulièrement compliqués et Olivier vérifie au moins deux fois chaque soir que tous sont à leur emplacement défini. Quand ce travail est achevé, il est absolument hors de question pour lui de le recommencer même pour deux balais. La fois où j’ai essayé de le soudoyer a été la seule puisqu’il m’a promis que le moindre balai déjà rangé que j’aurais le malheur de toucher finirait coincé dans une partie de mon anatomie guère prévue à cet effet –et Olivier connaît suffisamment de sortilèges spécifiques pour que je le crois.

- Tu le savais d’ailleurs, complète Olivier. Pourquoi es-tu venu alors ? Tu ne devrais pas être avec Victoire aujourd’hui ?

- Pas envie, je finis par grogner.

- Si jamais je manquais l’anniversaire de Katie, je crois que tu retrouverais mon cadavre découpé en un millier de petits morceaux éparpillés aux quatre coins du pays.

- Ça ne dérange pas Victoire qu’on ne célèbre pas son anniversaire.

- Tu es sûr de ça ?

- Oui. Enfin je crois.

Je devine à son regard que les mots qui viennent de m’échapper ne forment pas une réponse convenable.

En vérité, j’étais sûr de ce que je viens d’affirmer jusqu’à l’année passée. C’était vrai, Victoire n’aimait pas que l’on lui rappelle son anniversaire. Cela remonte même à assez loin. Dès qu’elle a été en âge de comprendre la portée symbolique du 2 mai, elle a peu à peu refusé de célébrer cette date dusse-t-elle être celle de sa naissance. J’imagine que les années passées à voir son oncle George malade à chaque 2 mai, ses grands-parents peiner à dissimuler leur chagrin malgré de grands efforts et l’ensemble du monde sorcier se recueillir dans les larmes l’ont rapidement confortée dans cette idée.

Mais le coup de grâce a été le diagnostic de sa dépression.

- Je vois Charlie de temps en temps, dit Olivier. J’admirais son jeu lorsque je suis entré à Poudlard et on a gardé le contact par la suite. Il me donne toujours des nouvelles de la famille et je sais que ces dernières années n’ont pas été faciles pour Victoire.

- Ça ne l’a jamais été. Victoire a toujours porté le poids du monde sur ses épaules et aussi forte puisse-t-elle être, c’est un poids qui est devenu bien trop lourd avec le temps.

- Quand je vois Bill, j’ai du mal à l’imaginer mettre la moindre pression sur les épaules de sa fille.

- Il n’en a pas eu besoin, Fleur non plus. Victoire l’a très bien fait toute seule. Sa date de naissance et son prénom appartiennent à l’Histoire avec un grand « H » et non à la sienne. Ses parents sont des héros de guerre, sa mère a participé au Tournoi des trois sorciers et dès son plus jeune âge, Victoire a entendu la terre entière lui dire qu’elle deviendrait sans doute « aussi splendide que sa mère ». Elle s’est fixé des objectifs inatteignables. Et comme si ses propres soucis ne l’accaparaient pas assez, elle a aussi absorbé ceux des autres.

Le drôle de regard d’Olivier me fait comprendre que je dois aller au bout alors je lâche les quelques phrases qui me font me sentir l’homme le plus coupable de cette planète :

- Elle a absorbé les miens. Elle m’a proposé d’elle-même de ne rien célébrer le 2 mai parce qu’elle savait que je n’arrivais pas à être joyeux ce jour-là. Elle a supporté mes terribles sautes d’humeur liées à cette date. Elle a mis tous ses problèmes de côté pour gérer les miens du mieux qu’elle le pouvait.

- Et toi tu la laisses ce soir.

J’ai bien envie de lancer un regard noir à Olivier et de lui dire qu’il n’a qu’à se mêler de ce qui le regarde, mais je sais très bien qu’il a parfaitement raison. D’ailleurs, il ne m’a jamais forcé à venir. Nos rencontres sont mon initiative. Nous avons été présentés lors d’un match des Harpies pour lequel Ginny parvient toujours à obtenir des places pour toute la famille et il m’a dit qu’il volait toujours, depuis sa retraite. C’est comme ça qu’un soir, j’ai débarqué dans son magasin et lui ai demandé d’aller voler avec moi. Je savais qu’il restait très tard le lundi soir parce qu’il gérait tous les courriers reçus le week-end. Nous nous étions envolés vers un endroit isolé qu’il connaissait bien et pour la première fois depuis longtemps, je m’étais senti parfaitement apaisé.

- Tu sais, poursuis Olivier, je n’ai pas de leçon à te donner comme pourrait le faire Harry, mais tu es fiancé avec elle Teddy. Ce n’est plus une simple amourette d’adolescent. Tu dois être là pour elle maintenant, en tout cas c’est sans doute ce à quoi elle s’attendait en se fiançant avec toi.

- Je sais. Mais…

Je n’ai encore jamais confié ce sentiment à personne et je regrette alors plus que jamais qu’Andromeda ne soit plus là. Elle aurait su quoi me dire, même si je ne doute pas que ses mots à mon encontre auraient sans aucun doute été très sévères –mais parfaitement mérités.

Mais je crois qu’il faut que ça sorte ce soir avant que ça ne reste définitivement enfoui et me pèse pour le reste de ma vie.

- J’ai peur de me marier avec elle, j’avoue finalement en évitant le regard d’Olivier.

Je ne peux cependant m’empêcher de guetter la moindre expression de son visage et étonnement, je constate qu’il ne paraît pas outré.

J’imagine que c’est un bon point pour moi.

- Tu as peur ou tu ne veux pas ?

- Si, je veux ! je m’exclame avec force. Je ne lui aurai jamais demandé sinon, je suis un lâche mais tout de même pas à ce point. C’est juste que je ne suis pas certain de pouvoir être un bon mari pour elle.

- C’est assez normal de se poser ce genre de questions.

- Non, c’est… Victoire a tout donné pour moi. Elle a tout sacrifié, même son bonheur et sa propre santé. Alors que moi, je n’ai rien fait d’autre que de toujours lui donner plus de problèmes.

- Si tu vas la retrouver ce soir et l’aider à se réapproprier le jour de son anniversaire, tu n’auras plus à te torturer ainsi.

- Si, parce que je ne serai jamais aussi bien qu’elle. Victoire, je sais que beaucoup de gens la trouve agaçante, méprisante même, ou bien trop jalouse. J’ai déjà des copains qui m’ont demandé pourquoi je ne choisirais pas une fille plus heureuse et plus douce. Je sais tout ça. Mais Victoire, c’est la personne qui m’aime le plus au monde. C’est celle qui me fait me sentir aimé, me sentir utile, me sentir à ma place. J’ai eu beau essayé, chercher aux quatre coins du monde un endroit où je me sentirais chez moi, il n’y a aucun qui vaille l’étreinte de Victoire, le lit que nous partageons, la maison que nous bâtissons ensemble. Les sourires qu’elle me destine sont les plus beaux de tous et je ne peux pas passer une minute de la journée sans penser à elle et finalement à nous. Je ne retrouverai jamais ça avec qui que ce soit d’autre. Mais elle… elle, elle pourrait sans doute avoir mieux, bien mieux, si elle ne restait pas avec quelqu’un comme moi.

- Et tu ne peux pas lui dire à elle, tout ça ? Parce que tu sais, si j’étais capable de tenir d’aussi beaux discours à Katie, je suis certain qu’elle me suivrait jusqu’au bout du monde !

- Jusqu’au bout du monde je ne sais pas, mais jusqu’à chez nous ce serait déjà bien, oui.

Les premiers mots ont à peine été lancés que je sais qu’elle se tient derrière moi. Quelque chose d’un peu étrange se passe alors. Je me remémore toutes les fois où je suis parti en me croyant discret depuis notre premier vol avec Olivier. Et tout à coup, un tas de petits éléments m’apparaissent sous un autre angle. Le fait que Victoire dorme si profondément à chaque fois que je m’en vais, elle qui d’ordinaire se réveille en sursaut au moindre bruit. Le fait qu’elle me demande sans cesse depuis des semaines si j’ai quelque chose de nouveau à lui raconter.

Le fait qu’elle soit Victoire, tout simplement, et que je n’aurais jamais dû me croire capable de lui cacher quoi que ce soit.

- Merci de m’avoir prévenue, Olivier, lance alors Victoire. Je crois que j’aurais encore pu attendre plusieurs années sans cela.

C’est alors seulement que je note qu’Olivier a donné un courrier à sa chouette à peine quelques minutes auparavant, lui qui d’ordinaire n’en envoie jamais à cette heure-ci mais en reçoit plutôt.

- Désolé Teddy, dit celui-ci en levant les mains. Mais tu verras, le temps me donnera raison, ajoute-t-il d’une façon désagréablement ressemblante à Ginny.

- Et puis tu n’as qu’à être plus perspicace d’abord, complète Victoire sur un ton sans appel.

Vaincu, j’adresse un sourire revanchard à Olivier en réfléchissant à la manière dont je pourrais me venger avant de me détourner et de suivre Victoire. Lorsque celle-ci attrape ma main et nous ramène à la maison, j’éprouve une fois encore ce puissant sentiment qui ne peut s’imposer à moi qu’en ce lieu. Mais surtout à ses côtés.

- Rassure-moi, je lui demande alors, tu n’as pas entendu tout ce que j’ai dit ?

- Sur le fait qu’aucun endroit au monde ne nous vaut, moi ou la maison ? Si, j’ai tout entendu. Et heureusement pour toi, parce que je t’avoue qu’avant ça, je m’apprêtais à te faire une scène.

Je ris malgré moi, parce que je vois qu’elle elle semble heureuse, mais mes entrailles se tortillent tout de même nerveusement. Je n’ai pas l’habitude d’être dans le rôle du romantique et j’ai tout de même très peur que ce discours ne soit retranscrit à un quelconque membre de la famille. Tous les Weasley ont en commun d’avoir un humour qui me semble parfois lourd et surtout terriblement répétitif et je crains d’entendre parler de cette histoire jusqu’à la fin de mes jours.

- Ne crois pas que tu y échapperas, dit Victoire en devinant comme à son habitude mes pensées. Tu t’en sortirais trop bien sinon, il faut bien que tu aies une punition quand même.

- Même si je te dis à nouveau quelque chose d’aussi beau ?

- Laisse tomber Teddy, je suis bien plus têtue que toi.

Résigné, je me penche vers elle et la serre fort contre moi. A défaut d’avoir une réputation il faut au moins que je l’ai contre moi, cette fille pour laquelle je sais maintenant que je serai prêt à faire tout et n’importe quoi –et surtout n’importe quoi, apparemment.

Et si je le sais, c’est parce que lorsque ses lèvres se posent sur les miennes et que je suis pour une fois le premier à mettre fin au baiser à peine quelques instants plus tard, c’est pour lui murmurer :

- Joyeux anniversaire Victoire.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

C'est la première fois que j'écris sur Teddy et Victoire "adultes", et même si je ne me suis pas beaucoup penchée sur eux jusqu'à présent, j'ai une vision très arrêtée de ce que sera leur vie... mais je n'en dis pas plus pour l'instant ;)

N'oubliez pas la petite review pour me dire ce que vous en avez pensé ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.