S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Invisibles par Elenore

[8 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà, le chapitre 2 revu et corrigé est arrivé ! Dites moi ce que vous en avez pensé en review !

 

Assis dans un compartiment du Poudlard Express, Lorcan Scamander surveillait de ses yeux écarquillés la porte de son compartiment, raide comme un bâton et les sens en alertes. Il avait tiré les petits rideaux gris à la seconde où il était entré, priant pour que personne ne vienne le rejoindre.

Il avait beau être plutôt sûr de son plan, mieux valait ne pas prendre plus de risque que nécessaire.

 

Ils avaient quitté King's Cross depuis près de quinze minutes lorsque quelqu'un frappa doucement à la porte. Lorcan se leva d'un bond et se précipita pour ouvrir lui-même, passant la tête dans l’entrebâillement.

C'était son amie Roxanne.

 

— C'est moi idiot, laisse-moi entrer ! chuchota-t-elle en se frayant un passage dans le compartiment.

 

Lorcan claqua la porte sans attendre, et ajusta les rideaux avec une minutie exemplaire.

 

— Salut Lysander, lança la jeune fille à la cantonade en s'asseyant sur le banc.

 

Le compartiment semblait totalement vide excepté Lorcan et elle, mais une voix tirant sur les aigus s'éleva cependant de nulle part.

 

— Salut, lui répondit-on dans un souffle quasiment imperceptible.

 

La voix semblait émaner de quelque part entre Lorcan et la fenêtre. Seulement, cette place était vide. Si l'on regardait cependant de plus près, on pouvait distinguer dans l'atmosphère une sorte d'ondulation, un peu comme une distorsion de l'air entourant les voitures durant les chaudes journées d'été.

 

— Mouais, marmonna pensivement Roxanne, ça pourrait peut-être bien marcher.

— Tu crois ? demanda Lorcan, la voie encore plus aiguë que celle de son frère, le ton presque suppliant.

— Oui, je crois. Votre Papy Lovegood a beau être complètement taré, il faut avouer qu'il s’est pas mal débrouillé. Mais il ne risque pas de se rendre compte que vous l’avez piqué ?

— Non, on ne pense pas, on l'a trouvé au fond de son grenier, dit Lorcan.

— Et puis je crois qu'il en a plusieurs, ajouta Lysander sous sa cape.

— De toute façon, il n’a pas toute sa tête, continua Lorcan

— Il pensera sûrement qu'une demiguise rancunière la lui a raflé, termina son frère.

 

Roxanne n'avait pas besoin de bien plus d'argument pour les croire, tant elle était déjà convaincue de la folie du vieil homme.

 

Xénophilius Lovegood ne venait que rarement aux grandes réunions que les anciens membres de l'Armée de Dumbledore et de l'Ordre du Phénix organisaient chaque été. A vrais dire, il ne sortait quasiment jamais de chez lui. Et Roxanne ne l'avait vu que deux fois : à une réunion au Terrier, où il avait passé la journée à ramasser des cailloux dans le jardin, et une autre fois au mariage de ses parents.

 

Xenophilius était obsédé par toutes sortes de choses qui n'existaient pas toujours, mais sa grande obsession concernait un vieux conte de Beedle le Barde, les trois frères. Il s’était donné comme mission folle de recréer les trois objets de l’histoire: les Reliques de la mort.

Il avait commencé par la cape d'invisibilité, peut-être la moins insensée des trois, et passait donc ses journées à lancer des sorts de désillusion sur des bouts de chiffons, ou tresser des capes en poil de demiguise, une créature magique qui avait la faculté de se rendre invisible lorsqu'elle se sentait menacée. Mais Xénophilius n’était jamais satisfait de son résultat.

 

C’était l'une de ses capes que Lorcan et Lysander avaient subtilisé lors de leur dernière visite chez leur grand-père.

 

Lorsque la première semaine d’août, Lorcan avait reçu sa lettre d'admission à Poudlard mais pas son frère, ils avaient d'abord cru à une méprise de la part de l'école.

Cela devait être une erreur, il ne pouvait en être autrement !

Leurs parents avaient eu beau tenter de leur faire entendre raison, rien n'y faisait, pour les jumeaux ce ne pouvait être qu'un énorme malentendu.

 

Bien sûr, ils le savaient tous les deux. Lysander n'avait jamais manifesté de pouvoir, alors que dès six ans, Lorcan avait été capable de faire toutes sortes de choses magiques.

Mais Lysander le pouvait sûrement aussi, c'était juste qu'il était moins fort, ou qu'aucune occasion n'avait fait ressortir sa magie. Il y avait toujours une explication possible.

Ils étaient Lorcan et Lysander, Lysander et Lorcan, les deux jumeaux inséparables, avec des rêves plein la tête. Des rêves dans lesquels ils étaient ensemble, et des rêves dans lesquels ils étaient sorciers.

 

Mais ils avaient eu beau envoyer une lettre au directeur, supplier leurs parents de faire quelque chose, harceler leur parrain Neville, rien n'y faisait.

Lysander ne pouvait aller à Poudlard, car il était cracmol.

 

Il fut de toute évidence impensable pour eux de se laisser faire de la sorte. Lysander pourrait apprendre la magie, rien de très puissant bien entendu, mais beaucoup de cracmols étaient capables de réaliser des sorts de base.

 

D'abord il avait fallu s'occuper des parents. Inconcevable de les rendre complices, car impossible de les convaincre. Il avait donc fallu donc trouver un stratagème pour les garder dans l'ignorance.

 

En tant que parents d'un cracmol, plusieurs options s'étaient offertes à Luna et Rolf Scamander.

La première aurait été de permettre à Lysander de s’intégrer totalement au monde moldu en l'inscrivant dans un collège normal. L'école aurait remarqué son absence, et aurait envoyé des lettres pour la signaler. Il aurait fallu que les jumeaux interceptent chaque courrier, pour maintenir la supercherie.

Mais comment ?

Le courrier aurait été envoyé par la poste moldue, directement à l'adresse de leurs parents, ils n’auraient donc rien pu faire depuis Poudlard.

Ils auraient pu se débrouiller pour fournir une mauvaise adresse à l'école, mais elle se serait inquiétée de ne pas recevoir de réponse et aurait appelé leurs parents directement, et nul doute qu'ils se seraient procuré un téléphone moldu spécialement pour l'occasion.

 

Leurs parents auraient pu aussi décider de faire eux-mêmes l’éducation de Lysander, mais ils étaient constamment en voyage aux quatre coins du globe, ce qui aurait compliqué la tâche, si bien que cette option fut rapidement abandonnée.

 

Leur dernière solution fut de l'inscrire dans une école spécialisée. Il n'en existait que deux en Europe, étant donné le peu de cracmols existant. Les contacts se faisaient par hiboux avec l'école des Pays-Bas, la plus réputée, que Luna avait choisie avec son époux.

 

Le plan était alors de ne jamais être inscrit, tout en faisant croire aux parents que Lysander l'était. C'est à ce niveau que Roxanne était intervenue.

 

Elle était de deux ans leur aînée, et de tous leurs cousins de l'AD, car c'est ainsi qu'ils les considéraient, celle avec laquelle ils avaient tous deux le plus d'affinité. Elle avait hérité de son père George, un goût prononcé pour le non-respect des règles et un talent indéniable pour les contourner. Elle était aussi attrapeuse dans l'équipe de Gryffondor.

 

Le plan n'était pas si compliqué, et il s’était déroulé à merveille.

Feignant s'être résigné à passer ses jours entre deux mondes, jamais tout à fait moldu mais pas pour autant sorcier, et à être éduqué dans l’école d'un pays inconnu, Lysander avait mis tout l’enthousiasme dont il fut capable dans les démarches d'inscription. Et une fois le hibou lâché par la fenêtre, Roxanne, déjà postée sur son balai au-dessus de la maison, l’avait pris en chasse. Bien sûr il avait fallu que Rolf Scamander s'y connaisse en hiboux et choisisse un grand-duc, rapide et bien plus gros qu'un vif d'or. Mais Roxanne, malgré sa fine stature, n'était pas attrapeuse pour rien, et elle avait finalement eu raison de l'oiseau après une course effrénée. Enserrant la bête de ses deux bras pour ne pas la faire chuter, et surtout pour ne pas lui laisser une chance de se défendre, elle était retournée à terre où Lorcan l'avait attendu, caché dans un petit bosquet non loin de la maison.

 

Pendant dix jours, les frères s’étaient relayés pour s'occuper du hibou. Ils avaient estimé que c’était le temps nécessaire pour obtenir une réponse de l’école, si la demande avait seulement été reçue. Ils avaient rédigé une lettre d'admission de leurs mains, prenant bien soin de piquer la plume Belleletres de leur père (dont l'écriture était terrible et peu convaincante sur des papiers officiels) et rédigé eux même une lettre d'acceptation s’appliquant à de belles tournures de phrases, pour plus de vraisemblance.

 

Était-ce grâce à leur don de rédaction ou parce que leurs parents étaient trop occupés à préparer leur prochaine expédition sur les îles Fidji, ils ne le sauraient jamais, mais quoi qu'il en soit, ils n'y avaient vu que du feu.

Dans les jours qui avaient suivis, le billet d'avion de Lorcan pour les Pays-Bas fut réservé. L'école encourageait fortement à commencer au plus tôt l'immersion dans le monde moldu : les élèves étaient récupérés par un car moldu à leur arrivée sur place, du moins c'est ce que Rolf et Luna avaient lu. Eux-mêmes étaient partis deux jours plus tôt en expédition, et les jumeaux furent donc gardés par leur grand-père avant leur départ respectif à l'école.

 

Une fois à l'aéroport et les au-revoirs feints, il ne fut pas difficile à Lysander de se dérober dans un coin, enfiler la cape, rejoindre King's Cross par les transports en commun (se fut peut être l'étape la plus laborieuse), pour rejoindre son frère qui partait le même jour. Et le voilà qui était assis dans le Poudlard Express, invisible aux yeux de tous et pourtant scruté du regard par Roxanne, assise en face de lui.

 

— C'est peut-être le plus gros coup auquel je contribuerais jamais, et vous savez que je suis ambitieuse, alors vous avez intérêt à ne pas tout faire foirer !

— Oui Rox, t'inquiète pas, je serais discret, assura Lysander.

— Je dis ça pour vous les gars, vous le savez.

— Oui Rox, singea Lorcan, merci de nous aider.

— Oui, bon. Ce n'est pas tout, mais il y encore pas mal de chose à régler, lança-t-elle en sortant de sa poche un carnet de notes. Les dortoirs pour commencer. Ca me paraît difficilement imaginable qu'en sept ans, des gars puissent ne pas se rendre compte de l’affaire. Lysander, il te faudra un autre endroit où pioncer, j'ai plusieurs pistes...

 

Et c'est ainsi, avec la complicité de Roxanne Weasley, que la vie de clandestinité de Lysander Scamander avait débuté.

*****

 

— Lys, y'a une fille dans le jardin !

— Elle est jolie ?

 

Lorcan secoua la tête, exaspéré par la bêtise de son frère, et repoussa les feuilles de l'Alocacia pour scruter l'extérieur de la serre. Il ne pouvait la voir, mais entendait le souffle haletant de son chien peu discret, caché derrière le mur à sa droite. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire dans leur jardin ? Et qui pouvait-elle bien être ? Il ne l'avait jamais vu au village.

 

Il n’eut pas le temps de se poser plus de questions que la jeune femme sortit soudainement de sa cachette, lui provoquant un sursaut monumental. Elle-même ne semblait pas être dans le meilleur des états. Elle poussa un cri strident et s'enfuit en courant vers le fond du jardin, suivie pas son énorme molosse.

 

— Par Merlin Lorcan ! T'as failli me faire tomber de ma chaise ! s'exclama Lysander d'un ton outré.

— Tu ferais bien de descendre de ta chaise de toute façon, t'as pas bougé tes grosses fesses de toute cette fichue journée !

— Qu'est-ce que tu voudrais que je fasse, t'as passé ton temps à remuer ton bout de bois, grogna Lysander en agitant en l'air sa propre baguette. Au cas où tu n'aurais pas remarqué, je ne te suis pas d'une grande aide dans ce domaine.

— Oh, arrête de faire ton rabat-joie comme ça, t'arriveras à t'en servir un jour ! J'y travaille, au cas où tu n'aurais pas remarqué, assena Lorcan en reprenant ses mots.

— Travail donc, moi je vais commander à manger, répondit Lysander en se levant finalement.

 

Il commanda de la tourte chez Chaudron Express, un traiteur sorcier de livraison par cheminée, et s'installa à la table de la cuisine une fois le plat arrivé, bientôt rejoint par Lorcan.

 

— Tu ne m'as pas répondu, elle était jolie ?

— Qu'est-ce que tu peux être lourd parfois !

 

Lysander haussa un sourcil, engloutissant sa tourte, en l'attente d'une réponse.

 

— Elle avait l'air pas mal, j'ai pas vraiment vu, céda Lorcan.

— J'espère qu'elle reviendra, j'en peux plus de croupir ici avec toi.

— Tu es libre de partir quand tu veux mon gars, mais ne viens pas me supplier de te faire profiter de ma découverte après.

— Oh Lorcan, rigola Lysander. Quelle découverte ? D'ici quelques années, on pourra te confondre avec papy, avec sa pierre à réveiller les morts.

— Je fais des progrès, le sortilège combiné à la potion est prometteur. Et puis merde Lys, je fais ça pour toi !

— Ouais, bah peut-être que malgré tous tes efforts mon frère, c'est juste impossible. Peut-être que ça marchera jamais, et peut être que j'en ai plus envie.

— Ça marchera.

 

Sur ces mots, Lorcan retourna dans la serre. Il s'occupait des plantes lorsqu'il allait mal. Pas étonnant qu'elles soient toutes si belles — il allait souvent mal.

 

Cela faisait quatre ans qu'ils vivaient dans le château, une vieille bâtisse qui avait appartenu à un quelconque membre très éloigné de la famille. Quatre ans que Lorcan se consacrait à ses recherches, sans résultats. En tout cas rien de probant.

 

Il avait réussi à faire lancer quelques sorts basiques à Lysander, mais rien qu'un autre cracmol ne pouvait déjà faire muni d'une baguette.

 

Depuis peu, il avait une nouvelle piste, inspirée par sa chère mère dans toute son excentricité. Ils s’étaient vus en Angleterre pour le mariage de Lily Potter, et elle portait ses lunettes farfelues, les lorgnospectres — absolument pas assorties à la robe jaune canari dont elle s’était affublée pour l'occasion.

Lorcan s’était soudain rappelé du jour où, alors qu'il avait six ans tout au plus, il avait décidé de compter les joncheruines sur la tête de tous les gens qu'il allait croiser. Il était sorti dans la rue, et avait arpenté le village en courant après chaque passant, pour le fixer intensément avec ces lunettes ridicules. Après avoir sans nul doute marqué l'esprit de nombreux moldus ce jour-là, il était rentré chez lui, et avait refusé de quitter les lunettes jusqu'à l'heure du couché.

La chose dont il se rappela plus particulièrement le jour du mariage de Lily, et à laquelle il n'avait pas fait attention lorsqu’il avait essayé les lunettes à six ans, était que ses parents avaient bien moins de joncheruines dansant autour de leur tête que tous les moldus qu'il avait pu croiser dans la rue. Au contraire de Lysander, qui lui en avait presque autant que les moldus.

 

Mais après des mois de travail, cette piste ne semblait le mener nulle part.

 

 

Note de fin de chapitre :

 

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.