S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


On ne sait jamais ! par Bloo

[11 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling.
Note de chapitre:

Un nouvel OS pour la série Les Petits Princes... et mon tout premier OS écrit à Prague !! J'ai la chance d'être en Erasmus à Prague pour un an et je compte bien profiter de la magie de cette ville pour écrire pleeeeein d'histoires dans des jolis recoins de Prague.

Bonne lecture !

Les bougies sur lesquelles elle avait soufflé à l’occasion de son septième anniversaire avaient été, de l’avis de Lucy, les plus importantes de toute sa vie. Parce qu'elle n’était plus vraiment une enfant, désormais qu’elle avait atteint l’âge de raison. Et elle devenait par là même la digne fille de ses parents – et surtout celle de son père.

Depuis qu'elle était en âge de se souvenir de ses journées ensoleillées, Lucy jalousait la relation qu’entretenait sa mère avec sa sœur aînée. Timide, anxieuse et introvertie, Molly semblait toujours s'inquiéter de quelque chose et pleurait presque tous les jours. Audrey la couvait donc particulièrement, laissant son exubérante cadette plus libre de ses mouvements. Ainsi, lors des repas de famille, c’était le plus souvent Molly qui avait le droit aux bras de sa mère, c'était Molly encore qui accaparait leurs parents le soir pour leur raconter ses histoires, ses contrariétés de la journée, Molly, toujours, qu'il fallait consoler, qu'il fallait rassurer, Molly qui requérait tant de patience. Et à vrai dire, Lucy n'aurait pas aimé souffrir des mêmes angoisses, elle n'aurait pas aimé que les larmes lui viennent si facilement aux yeux, parfois contre sa propre volonté, et elle n'aurait même pas aimé que ses parents ne s'inquiètent autant à son sujet. Parce qu'elle, elle n'en avait pas besoin, elle n'avait pas besoin de ses parents lors des weekends familiaux durant lesquels elle préférait de très loin arpenter la lande autour du Terrier en compagnie de ses cousins, ou s'aventurer dans le quartier animé de Londres où résidaient ses grands-parents maternels. Elle n’avait pas besoin d’être bordée le soir puisqu’elle savait lire enfin les jolis ouvrages multicolores qui habillaient la grande bibliothèque du salon que leurs parents réservaient à Molly et elle. Elle n’avait pas besoin d’être rassurée avant l’école puisqu’elle adorait cet endroit, qu'elle y aurait bien passé plus de temps encore si elle l'avait pu. Lucy n'avait pas besoin qu'on la console, encore moins qu'on la sauve, et le jour où des filles de la classe de Molly avaient entrepris de s'en prendre à sa petite sœur, Lucy avait ramené sa chevelure fauve en une queue-de-cheval très lâche et s'était jetée sur elles la première, sous les sifflets admirateurs des autres élèves de l'école.

Lucy n'était pas Molly, mais à cette sœur qui était si fragile, si ennuyante et surtout si collée à leurs parents, Lucy aurait voulu crier parfois, souvent, de cesser d'accaparer à ce point leur attention. Certes, Molly était elle aussi une brillante élève, peut-être plus appliquée même que Lucy, et elle semblait être une excellente confidente puisque la plupart des filles de l'école, celles qui ne moquaient pas sa susceptibilité en tout cas, venaient sans cesse à elle pour s'enquérir de ses conseils. Lucy n'y comprenait rien, parce qu'elle se sentait plus intelligente, plus intéressante surtout, et d'une certaine façon beaucoup plus capable de faire honneur à ses parents que sa sœur aînée. Elle aurait voulu ne les avoir que pour elle, ses parents, et ne surtout pas les partager avec Molly la pleurnicheuse. Seulement, elle avait très vite compris que sa mère réprouverait chacune de ses réflexions à ce sujet, elle qui louait souvent la sensibilité de son aînée comme si elle avait été une qualité, et Lucy avait donc décidé, en réaction à cette relation qu’elle exécrait tant, de capter absolument toute l’attention de son père. Après tout, il était leur héros à toutes les deux, ce père à la tête d’un Département, ce père qui avait si brillamment réussi sa scolarité à Poudlard que leur grand-mère Molly le citait encore comme un exemple lors des réunions dominicales, leur formidable père, son père qui avait toujours la réponse à leurs questions, même les plus farfelues.

Lucy l’admirait, elle savait que Molly en faisait autant et c’était au moins une chose qu’elle lui reconnaissait – elle avait compris que leur père était le meilleur d'entre tous. Depuis son plus jeune âge, elle ne rêvait que d'une chose à c'était de lui ressembler, de devenir aussi brillante que ce dernier, d'être la digne fille de Percy Weasley.

Et pourtant, ce soir-là, le soir de ses sept ans, celui où pour la première fois elle était du même âge adulte que son père et en bonne voie pour le rendre fier, c’était une toute autre facette de Percy Weasley que Lucy avait découverte.

La tradition voulait, dans le clan Weasley, que l’on lise à chaque enfant Le Petit Prince le jour de son septième anniversaire. Hermione, dont l’enfance avait été marquée par ce petit personnage et ses amis dans le désert et l'univers, l’avait instaurée en offrant le livret illustré à Teddy, le 15 avril 2005. Percy n’avait pas dérogé à la règle des sept ans, et c’était presque religieusement que Lucy l’avait écouté lui lire ce conte dont ses cousins lui avaient déjà tant de fois parlé. Du moins, presque religieusement. Parce qu’une phrase parmi les centaines d'autres avait attiré son attention au point de lui faire couper son père dans son récit.

Moi, dit-il encore, je possède une fleur que j’arrose tous les jours. Je possède trois volcans que je ramone toutes les semaines. Car je ramone aussi celui qui est éteint. On ne sait jamais. C’est utile à mes volcans, et c’est utile à ma fleur, que je les possède. Mais…

— Mais Papa, moi je ne suis pas d’accord.

— Avec quoi est-ce que tu n'es pas d'accord, mon trésor ?

— Je ne suis pas d’accord quand il dit qu’on ne sait jamais. Ce n’est pas vrai, hein Papa ? On peut toujours tout savoir si on le veut. Toi par exemple, toi tu sais tout. Ça veut dire que c’est toi le vrai héros.

Alors, Percy avait délicatement refermé le livre peint pour plonger son regard dans celui de sa fille, et il avait remis en place les mèches indisciplinées de ses épais cheveux roux du bout des doigts, avec la même délicatesse. Lucy s'était sentie transpercée par son regard. Elle y avait lu, pour ce qui était peut-être la première fois de sa vie, quelque chose qui ressemblait presque à de la tristesse, et elle n'avait pas compris tout de suite qu'il puisse la contempler ainsi, son père qui était si extraordinaire qu'elle le croyait parfois le héros d'un grand roman d'aventure.

— Tu sais Lucy, ta mère et moi nous sommes très fiers de toi et de tes bonnes notes à l’école. Nous aimerions que tu continues sur cette voie. Mais je dois aussi te dire que, dans la vie, il y a des choses qui plus importantes que la connaissance, que le savoir à tout prix. C’est très bien de ta part de vouloir apprendre, et je t'encouragerai toute ta vie à te montrer curieuse et travailleuse comme tu l'es maintenant. Seulement, parfois, c'est en croyant tout savoir que l'on se fourvoie le plus gravement. Il faut aussi reconnaître que l'on ne peut pas tout connaître, et même aussi que l'on peut se tromper. Parce que c'est ça qui fait la différence entre la vraie intelligence et la pure arrogance.

— Mais… mais toi Papa, toi tu es quelqu'un de vraiment intelligent, pas vrai ! s’écria Lucy.

— Je ne crois pas que ce soit vraiment à moi de le décider, répondit Percy en lui souriant. Mais, ce qui est vrai, ce que je suis fier de l'homme que je suis aujourd'hui. Et c'est parce qu'un jour, j'ai dû faire un choix, et je crois avoir su privilégier les valeurs qui étaient vraiment les plus importantes.

— Mais qu'est-ce qui est vraiment le plus important ?

— L’amitié, le courage…

Le regard de Percy se perdit dans le vide un instant, un très bref instant, que Lucy nota néanmoins comme hypnotisée par ce nouvel aspect de son père, qu'elle n'avait jamais deviné encore derrière ses mots si passionnés.

— La loyauté, lâcha-t-il finalement.

La loyauté était une qualité, le caractère de quelqu'un ou quelque chose d'honnête, quelqu'un ou quelque chose de fidèle. Lucy savait ça, elle l'avait même écrit dans un contrôle de définitions quelques semaines auparavant, et avait décidé de l'accoler au nom de Molly lorsque la maîtresse lui avait demandé de lister les qualités de sa famille – parce qu'elle pouvait bien lui reconnaître celle-là au moins. Lucy savait mais dans les yeux de son père elle lut et déclara :

— Et c’est quoi la loyauté, Papa ?

Le ton était des plus innocents, et pourtant la question était très loin d’être anodine. Lucy était enfantine dans son égocentrisme, dans son exubérance, mais elle n'était certainement pas candide. Cela faisait des mois déjà qu'elle ne posait plus la moindre question à ses parents et encore moins à son père, préférant faire ses propres recherches de son côté pour ensuite leur montrer comme elle était cultivée, comme ils pouvaient être fiers de leur fille si brillante.

Papa, tu savais que les manchots ils peuvent boire l'eau de la mer, même si elle est salée et que pour nous c'est pas bon ? Maman, tu savais qu’un cygne peut mourir de chagrin si son ami cygne disparaît, et qu'il y a très peu d'espèces d'animaux chez qui les couples se forment à vie ? Papa, tu savais que « école » ça vient du grec et même que ça veut dire « arrêt de travail », c’est drôle non ? Maman, tu savais que dans un pays tout loin qui s’appelle le Swaziland, il y a un roi qui a été roi plus de 82 ans, comme c’est fou !

Mais l’intelligence de Lucy ne s’était jamais limitée aux savoirs qu’elle engloutissait à l’école ou dans les livres. Lucy ne comprenait pas seulement les règles de mathématiques et le rythme de ses poésies scolaires, elle comprenait les gens, les adultes surtout, elle comprenait leurs attentes, se targuait de saisir leurs sous-entendus – et, dans le fond, elle le faisait effectivement bien mieux que les autres enfants de son âge. Son père avait parlé, et Lucy n'en avait pas saisi qu'une leçon de vie, elle en avait surtout déduit qu’il serait plus fier d’elle encore si elle le laissait entrevoir les limites de son savoir.

Et elle n’était pas très loin d’avoir raison. Percy Weasley poserait effectivement sur sa fille un regard attendri à chaque question saugrenue qu’elle lui poserait, voyant en elle une enfant bien plus heureuse et épanouie qu’il ne l’avait jamais été.

— La loyauté… la loyauté, ma chérie, c'est d'écouter les gens qu'on aime même lorsque ce qu'ils nous disent ne nous fait pas plaisir.

Lucy rirait pendant longtemps de cette drôle de conclusion qu’elle avait tirée de cette conversation – cette idée que, à chaque nouvelle question qu'elle poserait, l'amour qu'éprouvait son père à son égard grandirait encore un peu plus. Un jour, pourtant, elle se souviendrait des mots exacts de son père et regretterait alors de n'avoir pas mieux compris les choses, d'avoir laissé son désir de plaire prendre le pas sur sa loyauté, qualité pourtant louée par Percy Weasley. Ce serait bien des années plus tard, des années après avoir formulé des interrogations plus ou moins excentriques faisant rire tous les adultes qui composaient sa vie et au premier rang desquels ses parents, au premier rang desquels son père dont les yeux brillaient de tout l'amour qu'il lui portait.

Pourquoi les violettes peuvent être bleues ?

Pourquoi les sorcières et les sorciers n'ont rien inventé de plus ingénieux que le métro ?

Pourquoi Tonton Ron et Tonton George ils survivent à toutes les explosions dans l'arrière-boutique ?

Et est-ce que celui qui a inventé le Quidditch a eu l’idée en faisant le ménage alors qu'il n'était pas encore majeur ?

Pourquoi les banabes sont jaunes à l'intérieur mais les aubergines vertes ?

Est-ce que si j'arrache cette fleur les autres autour d'elle vont être tristes ?

Mais comment, comment ils font les pigeons pour toujours s’envoler avant que j’arrive vers eux ? Est-ce qu’ils n’auraient pas des yeux dans le dos ? On dirait qu’ils n’ont pas d’oreilles, alors pourquoi ils m'entendent ?

Et si d’aventure l’un de ses cousins lui demandait pourquoi donc elle posait de telles questions, Lucy répondait toujours avec le plus malicieux des sourires :

— Parce qu'on ne sait jamais !

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

Certains lecteurs m'avaient fait remarqué que je voyais les enfants de la Next-Gen comme assez perturbés... comme vous avez pu le voir ici, c'est à la fois vrai et faux. Certains le sont, selon moi, mais d'autres sont aussi tout à fait heureux. Ici, Lucy a bien sûr quelques doutes et une pression sur les épaules du fait de l'intelligence de son père, mais pas plus ni moins que n'importe quel autre enfant et cela ne l'empêche pas d'être une Princesse très heureuse !

J'attends vos impressions en tout cas, je n'ai encore que très peu voire quasiment pas écrit sur Lucy et Molly, bien qu'ayant une vision très arrêtée de leurs vies. Je suis curieuse de savoir ce que vous en avez pensé !

Le 04/05/18 : j'ai légèrement modifié cet OS suite à des retours très intéressants en reviews, en espérant que le résultat soit satisfaisant :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.