S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!!

Ca fait maintenant un bon bout de temps que je n'ai pas posté de chapitre, comme vous avez dû sans doute vous rendre compte. Je ne sais pas si vous allez continuer à lire cette fanfiction, car je comprends qu'après un certain temps peut-être que l'engouement se perd.

 

Quoi qu'il en soit, j'ai eu beaucoup de peine à avoir de l'inspiration et à écrire ces derniers mois, dûs à des événements de vie personnels. Cependant, comme je l'ai toujours dit, je sais que je terminerai cette Fanfiction, car cela me tient beaucoup trop à coeur et c'est un défi personnel que je me met ici. Ce que je ne souhaitais pas était de bâcler l'écriture simplement pour avoir quelque chose à poster. J'ai envie de faire selon mes envies, selon mon inspiration et j'ai envie de "rendre justice" à toutes ces idées que j'ai eu, car je sais exactement comment je veux que cette Fanfiction se termine.

 

Voilà donc la suite du chapitre, que j'ai écrit en plusieurs fois car l'inspiration ne me revient pas d'un coup. Je vais toujous garder le même ton pour cette Fanfiction, mais je pense que certains personnages vont se développer différemment de ce que l'on a vu depuis le début, car cela fait maintenant 2 ans que j'ai commencé à publier, et j'ai moi-même changé entre deux.

 

Je souhaite remercier les personnes qui continueraient à lire cette Fanfiction, et vous souhaite dès lors une très très belle lecture! :D

 

La salle retentissait d'un silence assourdissant, tellement prenant qu'un cri aurait probablement été d'un réconfort apprécié. Lily fulminait. Elle ne savait plus très bien si elle était encore maîtresse de ce qu'elle ressentait à présent. Quiconque lui aurait adressé la parole à l'instant même en aurait payé les conséquences. Elle détestait tous ceux qui l'entouraient. Mais pire, elle se détestait elle-même. Elle sentait l'entièreté de ses muscles contractés de telle sorte qu'elle ne pouvait plus bouger. Désormais, c'était son cerveau le seul et l'unique maître de ses sensations. D'où la désagréable impression de bourdonnement qui la suivait depuis plusieurs minutes. Mais si Lily était hors d'elle-même, ce n'était rien face au professeur Mcgonagall :

-Non seulement je me demande COMMENT deux élèves de Gryffondor peuvent à ce point-là répandre l'opprobre sur ma maison, mais je suis outrée de me rendre compte que ces deux élèves en particulier sont préfets-en-chef !

Lily n'osait regarder sa directrice de maison que par intermittence. Lorsque c'était le cas, elle pouvait voir les veines de son professeur palpiter et ses joues se teindre d'une couleur qui n'augurait rien de bon pour les deux élèves présents dans le bureau. Immédiatement après l'incident, Slughorn - lui aussi d'une fureur rarement témoignée - avait trainé les coupables devant le directeur qui, d'une voix calme et sereine, avait annoncé que c'était aux directeurs de maison de régler ce genre de situations. Ainsi, Lily et James s'étaient rendus en silence et fulminants dans le bureau du professeur Mcgonagall, qui n'en avait pas cru ses oreilles lorsque le directeur lui avait calmement expliqué la situation. Lily forçait les muscles qui l'écoutaient encore à ne pas se tourner vers sa droite. Cependant, elle pouvait sentir la présence de James, et devinait qu'il n'allait pas sortir le jeu de l'arrogance cette fois-ci. Elle pouvait deviner qu'il devait avoir au moins autant honte qu'elle face à la colère du professeur Mcgonagall :

-Alors ?! Des explications ? Miss Evans, je vous rappelle que vous êtes la meilleure élève de votre année, si ce n'est de Poudlard. Vous voulez sérieusement compromettre votre avenir avec un comportement aussi bas ?

Lily sentit ses yeux se remplir dangereusement. Elle savait pertinemment que Mcgonagall avait raison, et n'avait pas besoin de son enseignante pour se sentir honteuse. Cependant, elle trouvait toujours compliquée de devoir constamment jouer le rôle de l'élève modèle, sous prétexte qu'elle avait un meilleur niveau que les autres. Incapable de parler, elle se contenta de hocher la tête.

-Et vous, Potter ? J'ai l'habitude de vos frasques mais je dois avouer que je suis AU BOUT, vous m'entendez, AU BOUT de ce que je peux supporter venant de vous !

Lily fut surprise de voir que le garçon choisit lui aussi la voie du silence.

-Vous pensez bien qu'il va me falloir des explications, et meilleures que ça ! Je suis hors de moi vous m'entendez, HORS DE MOI !

Lily l'entendait parfaitement, comme sans doute tous les Gryffondors présents dans la salle commune à ce moment-là. En effet, le bureau du professeur Mcgonagall devait porter jusqu'aux oreilles des plus indiscrets, et la rousse rougit rien qu'à y penser. Cependant, il lui était impossible de prendre la parole sans, elle le savait, déverser un torrent de larmes. Chose qu'elle s'interdisait formellement en présence de James Potter.

-Donc on nous apprend à défendre les plus démunis, à se défendre, mais quand on le fait on est puni, c'est ça ?

Cette fois-ci, Lily n'y tint pas. Elle se tourna vers son congénère. James semblait moins mal en point qu'elle : il n'avait qu'une égratignure sur la joue, mais un vilain bleu commençait à s'étendre sur son poignet gauche. Elle devait à sa posture qu'il devait avoir quelques douleurs aux côtes. Mais le garçon ne se démontait pas pour autant : il avait parlé avec sûreté, et défiait le regard de son professeur. A cet instant, elle le haït encore plus que précédemment : non seulement il était prêt à compromettre son intégrité, il fallait aussi qu'il mette son avenir en péril. Le professeur Mcgonagall semblait sur le point de tourner de l'œil tant elle était rouge et pincée :

-Potter, votre arrogance légendaire n'a pas sa place dans ce bureau. Vos frasques avec Black, vos soi-disant « blagues » que j'ai dû supporter toutes ces années. J'ai passé sept années à rattraper vos sornettes ! Je dois avouer que vous y avez mis du cœur, et vous vous êtes surpassés cette année, puisque désormais vous mettez toute votre énergie à mettre votre vie ainsi que celle de vos camarades en danger. Vous et vos amis avez enfreint toutes les règles possibles de Poudlard, et pourtant vous y régnez en maîtres. Soit. J'ai été élève ici, je comprends comment ça marche. Mais ça, voyez-vous, je vous l'interdis. Je vous interdis de mettre en péril la réputation d'une maison qui a mis des années à se bâtir. Sur le courage, certes. Pas la bêtise !

Un silence pesant alourdit encore, si c'était possible, l'atmosphère du bureau. Lily n'osait plus bouger. Elle n'avait jamais vu sa professeur, d'ordinaire tant maîtresse de ses émotions, perdre complètement le contrôle. Elle lança un regard en biais à James, et se rendit compte qu'il était loin du regard de honte qu'elle avait pensé deviner en début de rabrouage :

-Le courage ?! Donc, à votre sens, le courage serait de ne rien faire quand mon père est attaqué par des Mangemorts ? De laisser « les adultes » s'en occuper ? Vous n'auriez absolument rien fait, et il serait mort ! Si c'est ce que vous appelez de la bêtise, alors je préfère être bête que courageux. En ce qui concerne Malefoy, il était prêt à attaquer Lily. Et quand je dis attaquer, vous savez pertinemment ce que ça veut dire. Je suis donc censé voir mon amie se faire agresser sans lever le petit doigt ? Parce que ça n'arrivera jamais.

La rousse ravala la bile qu'elle avait dans la gorge et, l'envie de pleurer lui étant passé du tout au tout, se tourna avec virulence vers le jeune homme :

-Comment oses-tu te servir de moi pour justifier tout ce que tu fais ?! Je m'en serais sortie contre Malefoy, et je n'aurais pas eu besoin de l'agresser physiquement ! Je n'ai pas besoin de toi Potter, et nous ne sommes sûrement pas amis.

A nouveau, un silence pesant. Cette fois-ci, le professeur Mcgonagall s'était assise, et semblait sur le point de craquer. Elle avait la tête entre ses mains, et il était difficile de détecter ce qu'elle pensait. Lily fulminait, et la rage avait tellement pris possession d'elle-même que ses mains tremblaient. Elle sentait le regard de James poser sur elle, mais était incapable de le défier.

-Bien, reprit la voix - beaucoup moins forte - du professeur Mcgonagall. Je crois un peu mieux comprendre la situation. Potter, je suis peinée de savoir que vous pensez que je n'aurais rien fait pour défendre votre père. J'y aurais mis ma vie en péril, s'il avait fallu. Je ne voulais pas mettre la vôtre. Je vois que nous avons un grand désaccord sur ce que ce doit d'être le courage. Mais je me souviens avoir eu dix-sept ans. Et je comprends. C'est pourtant exclu que deux de mes meilleurs élèves se compromettent de telle sorte au sein de ma maison. Je pensais vous retirer vos privilèges de préfets-en-chef...

Lily sentit à nouveau les larmes lui monter, et implora sa professeure du regard.

-Cependant, j'ai l'impression qu'une autre sentence serait plus adaptée.

Reconnaissante, le cœur de Lily se mit tout de même à battre plus fort :

-Vous ferez toute vos rondes à deux. Vous me ferez des rapports après chaque ronde. Le local des préfets-en-chef ne sera PAS une excuse pour y inviter des élèves. Il ne sera utilisé uniquement pour vous deux. Après chaque ronde, vous vous y rendrez pour écrire un rapport de vingt centimètres de parchemin, que vous viendrez me remettre immédiatement après écriture de celui-ci. S'il ne s'est rien passé, vous me ferez des dissertations sur ce qu'est le courage pour vous. S'il s'est passé quelque chose, vous me rendrez les faits avec exactitude et essayerez de trouver des façons non-violentes de régler les conflits. C'est votre dernière chance, et c'est non-négociable. A la moindre incartade, la moindre tentative d'enfreindre ce serait-ce qu'une règle de Poudlard, je vous retire vos privilèges.

Elle avait parlé comme à son habitude, d'un ton qui n'acceptait ni refus ni remarque de toute sorte. La colère de Lily s'était évaporée pour laisser place à un sentiment encore moins noble : le dépit. Elle se sentait salie, comme si tout ce qu'elle avait mis si longtemps à construire s'effondrait devant elle, et qu'elle était incapable d'y remédier d'aucune façon. Elle voulait pleurer toutes les larmes de son corps, mais se força - avec le peu de force qu'il lui restait- à attendre encore quelques minutes.

-Vous pouvez sortir de mon bureau.

Lily ne dit rien, et passa devant, pressée de courir à son dortoir pour laisser exploser le flot de larmes qu'elle retenait depuis trop longtemps. Une fois dehors du bureau, elle pressa le pas, mais un bras l'arrêta dans sa course :

-Attends.

C'était James. La pression sur son épaule la força à se tourner, mais elle ne consentit à le regarder dans les yeux. Elle garda un silence têtu, la tête vers la gauche.

-Ecoute... Je t'ai défendu, et je ne vais pas m'en excuser. Je ne comprends pas pourquoi tu t'acharnes contre moi à la moindre occasion. Enfin c'est vrai, Malefoy était en train de t'agresser ! Que ce soit toi ou une autre, j'aurais fait la même chose : je ne peux pas voir une fille se faire agresser, encore moins par quelqu'un comme Malefoy. Lily garda encore quelque peu le silence, car elle ne voulait en aucun cas donner le moindre signe de vulnérabilité à Potter. Elle espérait que l'échange allait s'arrêter ainsi, mais le garçon continua sur sa lancée :

-Et je pensais sincèrement qu'on était devenus amis.

Lily n'y tint plus :

-Amis ?! J'ose espérer que tu te fiches de moi ! Mcgonagall a raison, tu dois être vraiment stupide pour faire ce que tu fais ! Non seulement tu me mêles à tes histoires et me fait presque perdre mon poste de Préfète-en-cheffe, mais en plus de ça tu me traites comme une moins que rien. J'ai bien compris que tu t'en fichais de tout, que tu avais l'habitude de tout avoir et que tu ne te demandais pas si tu faisais du mal ou non. Mais il y a des choses qui comptent pour moi ! Des choses que tu m'as... Prise ! Et tu oses venir me dire que l'on est amis ?! Je ne serai jamais ton amie. Je ne serai jamais rien pour toi.

Lily pleurait, mais peu lui importait. Elle était dans un état si second que le regard des autres ne comptait désormais plus. Elle avait beau prétendre ne rien ressentir, essayer de garder la face, mais elle avait espéré plus. Elle avait espéré plus de James, de leur relation, de ce qui allait ressortir de cette fameuse soirée du Nouvel An. Elle s'en rendait compte à présent. L'indifférence de James à son égard venait lui briser tous ses espoirs, ainsi qu'il lui semblait chaque parcelle de son corps. Elle ne savait pas que ça pouvait faire aussi mal. C'était pour cela, qu'elle se fichait des regards affolés sur son passage, des élèves de Gryffondor qui lui demandaient si ça allait, et même de regagner son dortoir en pleine journée pour ne plus en sortir.

 

 

 

Cela faisait quelques minutes que le cours avait repris, et personne n'osait piper mot. Même les Serpentards, qui d'ordinaire étaient si bravaches, ne bougeaient pas de leur chaise. Il était vrai que la présence momentanée du directeur avait considérablement alourdi l'atmosphère. Albus Dumbledore n'avait pas besoin d'être en colère pour imposer du respect. Le simple fait de son regard inquisiteur et perçant suffisait à faire changer d'avis les plus téméraires. Evan Rosier à ses côtés, Nelly tentait de s'appliquer tant bien que mal à ce qu'elle devait faire. Cependant, elle ne réussissait à se concentrer : en effet, les événements s'étaient enchainés avec tant de vigueur qu'elle ne savait plus quoi penser. Une demi-journée ne s'était même pas écoulée qu'elle détestait déjà la rentrée à Poudlard. Depuis son réveil, elle n'avait ressenti que frustration après avoir vu Remus et Lily se parler, énervement lorsque sa meilleure amie ne l'avait pas attendu pour aller en cours et peur en voyant l'ampleur de ce qui aurait pu se passer si Slughorn n'était pas intervenu. Elle s'en voulait aussi, notamment après avoir reparlé à Sirius. Nelly était à l'instant même bouleversée, et ne savait pas bien si elle se devait d'aller voir Lily ou non. Sa raison lui dictait d'être présente pour son amie, mais la désagréable sensation dans son ventre l'en dissuadait. La tête perdue dans ses pensées, la jeune femme ne remarqua pas qu'elle venait de faire tomber un ingrédient sur le pupitre :

-Fais attention !

Rosier avait parlé. Nelly l'avait presque oublié. Elle se souvint d'avoir appris qu'elle allait être à ses côtés, et de la peur qu'elle avait ressentie. Elle aurait aimé que ce soit à nouveau le cas, car cela aurait voulu dire qu'Evan Rosier était le pire souci duquel elle devait s'occuper. A présent, elle ne remarquait même plus sa présence. Il fallait avouer qu'il était moins intimidant que ce qu'elle n'aurait pensé. Elle ne répondit pas, s'interdisant de s'excuser devant un Serpentard.

-Tu fais n'importe quoi, laisse-moi faire, lui dit-il sèchement.

-Comme si tu savais faire quoi que ce soit en potions, répondit-elle sur le même ton.

Il la regarda d'un regard noir, mais Nelly ne baissa pas les yeux.

-Tu crois peut-être que je vais tout te passer sous prétexte que tu es jolie ?
La brune fut complètement déboussolée. Elle ne s'attendait pas à ce qu'un Serpentard lui fasse un tel compliment, bien qu'il ne l'eût pas dit sur ce ton. Désemparée, elle prit au bon le fait que Slughorn - les oreilles encore rouge de fureur - les congédia. Elle prit son sac à la volée et sortit rapidement de la salle des potions, d'où elle avait l'impression d'étouffer. Une fois dehors, elle se rendit compte qu'elle avait une heure à tuer sur son planning. La bienséance eût voulu qu'elle la passe à la bibliothèque, mais Nelly se rendit compte qu'elle ne s'y était jamais rendu sans Lily. Puis elle pensa à son amie, et au fait d'aller la trouver. Mais la boule dans son ventre l'en empêchait toujours. Elle voulut alors trouver Alice, mais s'arrêta dans sa marche : Nelly se rendit compte qu'elle n'avait pas aperçu son amie. Puis elle eut soudain honte : les événements de la matinée l'avait fait complètement oublier Alice, qui devait elle-même avoir son lot de déboires. Pour elle ne sut quelles raisons, la brune n'en fut que plus irritée envers Lily. Alors qu'elle entendait la voix de Remus, en grande conversation avec Sirius, s'approcher dangereusement, Nelly décida qu'il était temps qu'elle sorte du château : elle n'avait plus envie de les voir, ou de parler à quelconque élève. Elle sut alors qui aller voir, et prit le chemin des portes de Poudlard.

 

 

-Qu'est-ce que tu penses qu'il s'est passé ?

-J'en sais rien mec, mais il faut qu'on le retrouve. Je pense que ça a à voir avec Malefoy, il n'était pas en classe.

-Comme d'habitude...

-On ira lui faire la peau.

-J'imagine que James est dans de sales draps parce qu'il a voulu lui faire la peau. Peut-être qu'il faudrait la jouer profil bas dès maintenant.

Sirius fut surpris du ton sec et piquant de Remus. Lorsqu'ils avaient regagné la salle de classe, deux chaises étaient à terre et Narcissa se tenait le poignet, désemparée. Bien entendu, il n'avait pu se résigner à lui demander ce qu'il s'était passé. Lorsque Slughorn était revenu, il était plus énervé que jamais, et avait intimé aux élèves de ne poser aucune question sous peine de se voir renvoyés temporairement de l'école. Sirius savait pertinemment qu'il n'avait aucun droit de faire cela mais, pour une raison qui lui échappait, n'avait pas voulu défier son professeur. Il avait donc mis en application le philtre de mort que Slughorn leur apprenait, seul - ce qui faisait dire à Sirius que Rogue n'y était pas pour rien dans l'absence de son meilleur ami.

-Certes. Bon, on le trouve ou bien ?

Sirius se sentait lui-même de plus en plus agacé par le comportement de Remus : en effet, celui-ci pouvait se montrer aussi avenant qu'il pouvait être lancinant. Et, bien que s'il s'écoutât de plus près il comprenait son ami, il ne pouvait se résoudre à lui demander ce qui n'allait pas. « Tu as sans doute peur de la réponse », lui intima une voix qu'il préféra taire momentanément. Les deux amis partirent en direction de la salle commune, où ils pensaient trouver James, étant donné l'heure de libre que les septièmes années de Gryffondor avaient. En chemin, ils croisèrent les Serdaigles, qui eux se dirigeaient vers leur prochain cours de sortilèges. Sirius sentit son ventre se contracter à la vue d'un élève particulier : Benjamin Fenwick, en grande conversation avec Cassidy, abordait son air parfaitement sûr de lui et hautain qui avait bâti sa réputation au sein du collège. Derrière, Ilona McDonald's et Sarah Baker les fusillaient du regard. Sirius sentit soudain une montée de colère se propager dans son être, et arrêta Cassidy d'un coup de bras sec :

-Est-ce que tu sais où est passé ton frère ?

Surprise du ton cinglant du garçon, la jeune Potter libéra son bras au moins aussi sèchement et répondit avec fermeté :

-Je ne suis pas les moindres faits et gestes de James. Tu m'excuseras, mais je vais à la bibliothèque travailler. Ça m'évitera de faire perdre tous les points à ma maison. A bientôt, lança-t-elle en se tournant vers Benjamin qui adressa un sourire victorieux à Sirius.

Le jeune homme se sentit fulminer, mais n'eut pas le temps de répondre qu'une autre tignasse châtain se posta devant lui :

-J'imagine que tu n'as pas beaucoup de respect pour qui que ce soit, mais j'espérais un peu plus de considération de ta part que le fait de devoir partir en trombe de ta maison. Tu es vraiment le pire des garçons de cette école, Sirius Black.

Abasourdi par les paroles de Marlene - qu'il n'avait jamais connu aussi lancinante - Sirius ouvrit grands les yeux, mais ne sut que répondre. La jeune fille s'en alla elle aussi en trombe, le laissant pantelant au milieu du couloir. Un peu plus loin, Remus l'attendait, faisant mine de n'avoir pas entendu les échanges.

-Qu'est-ce qu'elles ont toute aujourd'hui ? tenta Sirius, en prenant un faux ton détaché.

Il vit son ami le regarder droit dans les yeux sans rien répondre :

-Quoi ? demanda le garçon aux cheveux d'ébène en haussant les épaules.

Il vit Remus prendre une grande inspiration et, le regard toujours aussi perçant, dire :

-Ce qu'elles ont, c'est qu'elles en ont peut-être marre d'être considérées comme des objets. Peut-être qu'elles commencent à prendre conscience que le monde n'appartient pas à Sirius Black, et que Sirius Black ne peut pas se permettre de faire ce qu'il veut de qui il veut.

Sirius sentit l'entièreté de son corps se tendre. Il avait l'impression que Remus retenait ses paroles trop longtemps, et avait enfin trouvé le courage de les lui balancer à la figure. Cependant, ce qui l'inquiétait le plus n'était pas la colère qu'il pouvait ressentir dans le regard du lycanthrope, mais la manière dont il avait parlé au pluriel. Sirius sentit son cœur s'emballer en se rendant compte qu'il parlait aussi de Cassidy.

-Je ne comprends pas ce que tu veux dire, lança-t-il en tentant de garder la face.

-Ce que je veux dire, c'est que tu joues avec les filles. Un coup tu prends Marlene, puis tu l'embrasses, puis tu couches avec elle, puis tu la jettes, puis tu la reprends pour recoucher avec elle dans la maison de ton propre meilleur ami. Pas étonnant qu'elle réagisse comme ça. Un coup tu embrasses la petite-amie de Franck, un coup tu dragues Nelly. Et même Cassidy...

Sirius se sentit sur le point de s'évanouir tant son cœur menaçait de sortir de sa poitrine.

-Regarde comme tu lui parles : tu n'as peut-être aucune considération pour elle, mais elle est autre chose que la petite sœur de James.

Malgré la tension environnante, Sirius ressentit son pouls reprendre un rythme qui ne lui donnait pas l'impression qu'il était sur le point de mourir. Cependant, sa stupéfaction et sa colère n'en démordirent pas.

-Tu en mourrais d'envie pas vrai ? De me balancer ces choses à la figure ?

Sirius vit Remus s'avancer de quelques centimètres :
-Peut-être qu'il est temps que quelqu'un le fasse. J'en ai marre de devoir tout te passer sous prétexte que tu es un Black. Ça a l'air de t'arranger parfois, pas vrai ?

Menaçant, Sirius s'approcha à quelques centimètres du visage de son ami- dont il n'était plus très sûr qu'il l'était :

-Tu es quelqu'un que j'apprécie et que je respecte, mais dis encore quelque chose comme ça et il n'y aura plus aucune amitié lieu d'être.

Les pulsations lui tamponnant désormais la gorge, Sirius quitta le couloir à grandes enjambées et, sans même s'en rendre compte, quitta l'enceinte du château, en quête d'un moyen rapide de se défouler.

 

 

 

Elle avait passé la journée à ressasser, seule. Nelly n'avait pas trouvé le réconfort qu'elle aurait souhaité auprès de Hagrid, puisque celui-ci donnait des cours aux deuxièmes années à l'orée de la Forêt interdite. Elle avait donc traîné dans l'enceinte du château, le vent glacial et la neige environnante lui piquant les yeux. Puis elle avait tenté de travailler à la bibliothèque mais, perdue dans ses pensées, n'avait même pas réussi à finir son dessin. Finalement chassée par Madame Pince lorsqu'elle avait voulu manger un morceau de chocolat, Nelly avait fini par rejoindre ses classes, dépitée. Elle n'avait pas croisé beaucoup de personne, et se rendait compte que sans Lily et Alice, elle se sentait très seule, même au sein de sa maison. Elle avait bien fini par manger avec Hannah Davis et Justin Pyle, deux Gryffondor de son année, mais une fois le sujet des cours épuisé, s'était rendue compte qu'elle n'était pas très douée pour se faire de nouveaux amis. En effet, Nelly était une personne renfermée, qui préférait les personnes connues depuis longtemps aux nouvelles rencontres. Une fois les cours terminés, la jeune femme décida une nouvelle fois de tenter sa chance auprès de Hagrid. Elle passa ses gants, son écharpe et son bonnet et respira un bon coup avant d'aller braver le froid de janvier. Nelly eut envie d'utiliser sa baguette afin de créer un chemin dans la neige, mais n'eut pas le courage de la sortir de son sac. Elle pria donc pour que ses bottes ne prennent pas l'eau et, la tête dans son écharpe, se fraya un chemin à travers l'enceinte de Poudlard. Quelques téméraires élèves- surtout des plus jeunes - avaient bravé le froid et le vent de l'hiver afin de se laisser aller à une bataille de boules de neige. En les regardant, Nelly sentit son ventre se tordre. Elle se souvenait parfaitement l'avoir fait, de même, des heures durant, avec sa meilleure amie. Elle savait pertinemment que grandir impliquait de ne plus faire de batailles de boule de neige, mais Nelly était nostalgique du temps où les garçons, la guerre environnante et les notes n'étaient que des soucis lointains, inconscients et incongrus. Perdue dans ses pensées, elle heurta soudain quelque chose de dur et faillit tomber à la renverse. En relevant les yeux pour se rendre compte qu'elle se tenait à non moins que Sirius Black, elle ôta son bras et rougit.

-Salut. Je suis désolée, je ne t'avais pas vu.

-Pas grave.

A son ton, Nelly comprit qu'il ne fallait pas insister. Il resta cependant postiché devant elle, son balai à la main. A bien y penser, la jeune femme se rendit compte qu'elle ne se souvenait pas avoir vu le Gryffondor en classe, pas plus qu'aucun Maraudeur, si ce n'était Peter. Elle fut tentée de demander pourquoi, mais se souvint qu'encore une fois, elle n'était pas l'amie de Sirius Black.

-Eh bien, bonne soirée, lança-t-elle avec un faible sourire.

-C'est ça. Toi aussi.

Nelly eut l'impression que Sirius avait l'envie de lui dire quelque chose, mais le vit se raviser et partir dans la direction de Poudlard, lui aussi sans s'aider de sa baguette. Encore plus perturbée qu'auparavant, elle marcha machinalement devant la cabane du garde-chasse de Poudlard. Une fois devant, Nelly se rendit compte qu'elle se sentait bête. Hagrid avait bien entendu toujours été là pour tout élève qui en avait besoin, mais elle ne lui avait jamais rendu de visite seule, et c'était la première fois de l'année qu'elle allait réellement lui adresser la parole. Prête à rebrousser chemin, elle sursauta lorsqu'elle entendit toussoter derrière elle :

-Nelly ! Quel plaisir de te voir là, comment tu vas ?

-Bien, merci, et vous Hagrid ?

La vue embuée par le froid et son bonnet tombant, Nelly aperçût tout de même le garde-chasse - mi-homme, mi- géant - les cheveux encore plus hirsutes qu'à l'ordinaire, la barbe gelée par endroits et portant sur l'épaule ce qui semblait à l'adolescente des fouines mortes.

-Oh tu sais, l'hiver n'est jamais la saison préférée d'un garde-chasse. C'est pour les snargaloufs, tu comprends, expliqua-t-il en tapotant les supposées fouines.

Nelly fit mine qu'elle comprenait, et sourit, gênée.

-Eh bien, ne reste pas là, entre donc, l'invita-t-il en ouvrant la porte de sa petite cabane.

Un feu crépitait dans le coin et Crockdur, l'énorme molosse, leva la tête en voyant les nouveaux arrivés entrer. Il fit brièvement la fête à Nelly, mais préféra regagner le coin de la Cabane, là où son gigantesque panier trônait près du feu. Ravie de la chaleur bienvenue que lui procurait la cabane, Nelly ôta sa veste et ses gants. Hagrid ne mit pas long à lui servir le fameux thé trop sucré et les biscuits beaucoup trop durs. Nelly trouva la chaleur du thé tout de même réconfortante.

-Tu as passé de belles vacances ? lui demanda-t-il sur le même ton enjoué qu'elle lui avait toujours connu.

Nelly regarda le garde-chasse de plus près et se rappela sa première entrevue avec lui, à son arrivée même à Poudlard lors de la traversée du ruisseau pour rejoindre le château. Elle se souvint avoir été apeurée par la grandeur du géant, pour finir par être rassurée par sa gentillesse. Très vite, l'ampleur de la beauté et de la magnificence du château avait effacé les craintes qu'elle pouvait avoir au sujet de Hagrid. Ça, et sa rencontre avec Lily, qui s'était faite immédiatement dans la barque qui les menaient vers les plus belles années de leur vie. Nelly sentit encore une fois son ventre se tordre de nostalgie à ce souvenir.

-Chouettes, mais trop courtes !

Hagrid rigola et fit trembler toute la table, ce qui força Nelly à tenir sa tasse de thé au plus près.

-C'est chaque année la même chose ! Ça file à une vitesse ! Et dire que vous avez bientôt fini.

Nelly sentit sa gorge se nouer, préférant ne pas penser à la fin de Poudlard.

-Ah... Je dois avouer que j'aime chaque année, mais j'ai une petite préférence pour la vôtre.

-Ah oui ? demanda Nelly, curieuse.

-Ne le dis pas trop autour de toi, mais je dois avouer que vous étiez une année mémorable. Oh bien sûr, Potter, Black et leur bande n'y sont pas pour rien ! De vrais petits margoulins ceux-là. Mais ça met du baume au cœur, surtout quand les blagues ne nous sont pas destinées, pas vrai ?  Ça m'a rappelé mes débuts à moi, à Poudlard. On n'oublie jamais ces années-là, pas vrai ?

Nelly acquiesça, le cœur au bord des lèvres.

-Mais dis-moi, comment ça se fait que tu sois ici sans Lily ?

La tête à nouveau dans ses pensées, la jeune femme avait presque oublié le pourquoi de sa présence. En ravalant sa salive, elle but une gorgée de thé et regarda le feu crépiter :

-Eh bien, quelque chose s'est mal passé en cours. Je crois qu'elle a eu une altercation avec Malefoy, et elle n'est pas revenue en classe de toute la journée.

Nelly préférait rester factuelle. Hagrid parut outré de la nouvelle :

-Ah ça, Malefoy... Des margoulins comme Potter ça va, mais des Malefoy, on s'en passerait bien. J'espère qu'elle va bien ?

Nelly ne sut que répondre.

-Eh bien... Je ne l'ai pas encore vu.

Hagrid marqua une courte pause. Bien que le garde-chasse ne fût pas un modèle d'intelligence pure, Nelly savait qu'il était bien plus avancé que certaines personnes lorsqu'il était question de relations humaines.

-Tu sais Nelly... Nous vivons de drôles de temps. De très drôles de temps. L'amitié, c'est la seule valeur sûre qu'il reste. Et puis, je me souviens encore vous voir, les deux petites dans vos barques. Lily ne connaissait rien, et tu lui as appris tout ce qu'il y avait à savoir du monde des sorciers. Je vous revois entrer dans ce château. Ça compte ça, pas vrai ?

Nelly acquiesça, incapable de parler. Elle savait qu'elle avait pris la bonne décision en venant voir Hagrid. Il ne lui suffisait que de peu de mots pour redonner le baume au cœur. Après avoir fait mine de s'intéresser aux biscuits trop cuits mais décliner l'offre, avoir fait une dernière caresse à Crockdur et avoir salué Hagrid, Nelly sortit de la cabane et, cette fois-ci munie de sa baguette, se fraya un chemin à travers la neige, exempt d'humidité. Elle entra dans les couloirs et, bien que les bruits portant de la Grand Salle lui indiquassent qu'il était temps de manger le dîner, elle fila tout droit vers le dortoir des filles. Elle y trouva ce qu'elle savait y trouver : Lily et Alice, toutes deux dans leur lit, l'une faisant mine de lire un livre et l'autre roulée en boules dans ses draps. Nelly se posta au milieu de la chambre, soudain très gênée et mal à l'aise. Lily l'avait vue, mais n'avait pas décroché son regard de son livre.

-Vous n'avez pas faim ? demanda-t-elle finalement.

La rousse fit signe de tête que non, et seul un grognement parvint de la boule de draps qu'était Alice. Nelly soupira et ses épaules s'affaissèrent de quelques centimètres :

-C'est vraiment nul, ce qui est en train de se passer. J'aurais dû venir voir comment vous alliez. Je n'ai vraiment aucune excuse. Je suis désolée.

Lily consentit à baisser son livre, et Nelly vit Alice remuer de quelques centimètres pour laisser entrapercevoir sa tête et ses yeux bouffis. Elle semblait malade.

-Mais depuis quand on se terre dans son dortoir à cause de garçons ?

-Ce n'est pas à cause d'un garçon, répondit sèchement Lily.

-Eh bien, tu t'es tapée dessus avec Malefoy, non ?

La rousse haussa les épaules :

-Je n'ai en tout cas pas peur de lui.

-Je le sais bien. Mais tu te terres dans ton dortoir. Tu es préfète-en-cheffe, tu ne peux pas louper la première journée de cours !

-Oui et bien, j'ai failli perdre ce poste.

-Comment ça ? demanda Alice, dont la voix enrouée laissa présupposer qu'elle ne faisait pas que se terrer, mais qu'elle était bel et bien malade.

Lily leur raconta exactement le déroulement des événements de la journée, et Nelly sentit une rage monter en elle envers Malefoy. La réaction de sa professeure lui semblait injuste. Cependant, elle remarqua que Lily faisait tous les efforts possibles pour ne pas aborder le nom de James, ce que Nelly respecta.

-C'est n'importe quoi ! Enlever TOUS les points à Gryffondor ? Et te menacer d'enlever ton poste ?! Tu t'es défendue bon sang. Ne culpabilise pas, personne ne t'en tiendra rigueur.

Nelly le pensait, et elle vit le regard reconnaissant de son amie. Alice les avait rejointes sur le lit de Lily, et semblait enfiévrée.

-Et toi, comment tu te portes ?

La jeune femme haussa les épaules :

-Mes vacances furent les pires de ma vie. J'ai été malade presque toute la deuxième semaine, et je n'arrive pas à donner le tour. Mcgonagall est au courant.

-Est-ce que tu as... Reparlé... Tu sais ? tenta Lily.

Nelly vit Alice se renfrogner et des larmes lui monter aux yeux :

-Je préfère ne pas en parler pour l'instant.

Un silence pesant suivit ses paroles. Nelly soupira à nouveau, et déclara :

-J'ai besoin que l'on fasse un nouveau pacte. Peu importe les garçons, peu importe les Serpentards, peu importe les disputes ou quoi que ce soit. On finira cette année ensemble, on finira Poudlard main dans la main, comme on l'a commencé.

Elle tendit ses deux mains, que Lily et Alice vinrent prendre avec un sourire. Nelly se sentait beaucoup plus légère, comme si les événements de la journée n'avaient été qu'un mauvais rêve brumeux. Alors qu'elles se demandaient s'il n'était pas temps de refaire surface pour aller manger, quelqu'un toqua à la porte. Curieuse, Nelly alla ouvrir. C'était Sarah Davis, la fille qui occupait le dortoir d'à côté :

-On m'a mandatée pour venir te chercher, Lily. Remus t'attend pour votre promenade.

Nelly se tourna comme un éclair vers son amie, qu'elle vit rougir jusqu'aux oreilles. La nouvelle année promettait des défis que Nelly n'était pas sûre de pouvoir surmonter.

 

Note de fin de chapitre :

Merci à tous ceux qui ont lu ce chapitre, et je vous dis à bientôt je l'espère, pour de nouvelles aventures!!!

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.