S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!

 

Me revoici, plus tôt que prévu! Avec un nouveau chapitre. Les fêtes de fin d'année arrivant à grands pas, j'ai un peu plus de temps pour moi et j'ai de l'inspiration :)

Ces temps, mes chapitres seront un peu plus "légers", j'ai voulu m'imprégner de la vie quotidienne à Poudlard, et rendre compte de la magie de la fin d'année!

 

Malgré tout, notre bande réserve encore plein de belles surprises!

 

Je vous souhaite dès lors une belle lecture :)

 

La semaine avait passé à une vitesse affolante. Lily pensait qu'une fois les fêtes passées, l'année recommencerait doucement. Mais il avait semblé que les professeurs redoublaient d'effort pour leur transmettre le plus de matière possible, ainsi que les devoirs les plus longs. Entre ses révisions, les rondes et les rapports à rendre au professeur Mcgonagall, la jeune femme ne savait plus où donner de la tête. Elle avait l'impression que ses obligations de Préfète-en-Cheffe prenaient le pas sur sa concentration en classe. En effet, les élèves de Poudlard semblaient s'être donnés le mot afin de la rendre la plus hystérique possible. Elle avait surpris Hanna Jensen, une Poufsouffle de deuxième année, entrain de coller du chewing-gum sur toutes les chaises de la salle de classe du Professeur Flitwick. Justin Mcgowan, de quatrième année et de la maison Serdaigle, avait quant à lui trouvé un moyen de rendre Peeves encore plus fou qu'à l'ordinaire. L'esprit malicieux de Poudlard prenait un malin plaisir à faire tourner la rousse en bourrique, ce qui la mettait hors d'elle-même. Enfin, les Serpentards étaient plus vicieux que jamais, lui lançant des sorts dans les couloirs, et les plus grands terrorisant les plus petits des autres maisons. Les Gryffondors étaient leur première cible. Lily avait dû s'occuper de ces incivilités seule, Remus ayant bien d'autres choses à faire cette semaine-ci. Il était absolument évident qu'elle n'aurait jamais demandé de l'aide à son congénère Préfet-en-Chef. C'était le souffle court et le cœur battant qu'elle se dirigeait vers le bureau du professeur Mcgonagall - non pas pour lui faire un rapport - mais pour discuter de son avenir cette fois-ci. Elle toqua, et sa directrice de maison lui assigna d'entrer.

-Prenez place.

Encore essoufflée d'avoir dû confisquer des boules puantes à deux élèves de Gryffondor, Lily s'assit en face de son enseignante. Le bureau était à l'image de la vieille dame : bien rangé, froid, aux couleurs écossaises presque étouffantes. Mais Lily s'y sentait bien.

-Prenez donc un biscuit, dit le professeur Mcgonagall, qui montrait des petits fours apparemment faits maison.

Ils avaient l'air délicieux, mais Lily avait le ventre si noué qu'elle préféra refuser.

-Très bien. Miss Evans comme vous le savez, vous êtes aujourd'hui dans mon bureau pour parler de votre avenir et de vos notes. Je n'ai aucun doute que la conversation sera rapidement terminée.

Lily se força à sourire. Elle avait craint ce rendez-vous depuis plusieurs jours, parce qu'elle savait très bien ce qu'il en était. Elle avait de très bonnes notes, et il était évident qu'elle était faite pour la vie d'école. Elle deviendrait donc enseignante. C'était ce que ses parents pensaient, du moins. Eux ne voyaient que cette issue et ne comprenaient pas que le monde des sorciers regorgeait de professions diverses. Lily savait que c'était là aussi la voie que le professeure Mcgonagall choisirait pour elle. Et elle ne savait pas si elle se sentait à la contredire.

-Comment se passe cette année à Poudlard ? demanda sa professeure, en voyant que la rousse gardait le silence.

Lily hésita : Mcgonagall semblait lui avoir pardonné son incartade avec Malefoy. Elle avait depuis tout fait pour se montrer digne de son poste de préfète-en-cheffe. Cependant, c'était bien la première fois qu'elle se posait réellement la question : comment se passait son année à Poudlard ? Ça avait sans aucun doute été la plus riche en rebondissements. Entre les histoires d'amitié, d'amour, les fêtes, le non-respect des règles établies, la matière des cours et sa rencontre impromptue avec une bande de Mangemorts assoiffés de sang, elle ne s'était décidément pas ennuyée.

-Bien, choisit-elle de répondre, maîtresse de ses émotions.

-Vous pouvez sans autre me parler de ce qu'il ne va pas, Miss Evans. J'ai moi-même été élève ici, et je sais ô combien il est difficile de devoir planifier sa vie d'adulte alors que l'on est encore réellement que des enfants. Sans offense aucune.

Lily acquiesça. Le monde des sorciers paraissait plus effrayant que jamais, et il lui faudrait bientôt l'affronter.

-Eh bien. Parlons donc de votre avenir. Est-ce que vous seriez toujours intéressée à devenir professeure ? Croyez bien qu'après votre formation d'enseignante, le professeur Dumbledore serait plus que ravi de vous compter dans son effectif. Le professeur Slughorn m'a parlée de votre amour des potions : il dit avoir rarement vu un élève aussi doué que vous. Vous auriez la discipline, je ne me fais aucun doute. Et les notes ne sont plus un problème pour vous ma chère. Voulez-vous que je vous donne les brochures sur l'enseignement ?

Ce pourquoi elle s'était inquiétée se produisait devant ses yeux : le professeur Mcgonagall sortait déjà les brochures, sûre que son élève favorite prendrait la voie qui serait la plus logique pour une personne comme elle. Cependant, ce n'était plus du tout là que Lily souhaitait se diriger. Elle l'avait compris en allant se battre contre les Mangemorts. Elle le comprenait tous les jours, quand elle empêchait les Serpentards de terroriser les plus jeunes, ou quand elle ouvrait la Gazette du Sorcier pour découvrir d'autres disparations mystérieuses et des morts toujours plus tragiques à déplorer. Les enseignants de Poudlard pouvaient faire comme s'il ne se passait rien. Mais lorsqu'ils seraient hors de l'école, les élèves le découvriraient bien assez vite : il se passait des choses. Des choses contre lesquelles elle allait se battre. Car elle faisait partie du monde des sorciers, peu importe ce que sa sœur ou ses parents ou Malefoy pouvaient bien en dire.

-Eh bien, pour être très honnête... Je ne veux pas devenir enseignante.

Mcgonagall, qui s'apprêtait à lui tendre une brochure, s'arrêta dans son geste. Elle ne dit rien, et Lily comprit que c'était une invitation à poursuivre :

-Je sais bien que ce serait la voie la plus respectable pour moi : j'ai des bonnes notes, j'ai été préfète-en-cheffe, j'aurais presque... un dossier irréprochable. Et j'aime les potions, le professeur Slughorn dit vrai. Et j'aime aussi enseigner, je le remarque lorsque j'aide mes amis pour leurs cours. Mais... Ce n'est pas ce que je veux faire.

-Eh bien ? Que voulez-vous faire ?

-Je veux devenir Auror.

Elle s'attendait à ce que sa professeure fronce des sourcils, lui explique avec malaise à quel point la profession d'Auror était difficile, qu'il n'y avait encore que peu de femmes qui la pratiquaient, et que de plus, celles-ci étaient toutes des sangs purs. Cependant, sa directrice de maison eut un sourire sincère sur le visage. Elle reposa les brochures d'enseignement, prit une autre brochure plus conséquente et la lui tendit :
-La profession d'Auror exige les meilleurs résultats. Vous les avez pour l'instant tous, il suffira de continuer sur cette voie. L'Effort exceptionnel en Défenses contre les Forces du Mal passera de justesse pour la formation, mais je ne me fais aucun doute qu'il va rapidement se transformer en Optimal d'ici les Aspics. Vous avez prouvé votre gestion du stress, des responsabilités, et votre envie d'aider les autres à maintes reprises au cours de votre parcours, Miss Evans. La profession d'Auror vous ira comme un gant.

Lily fut soulagée comme jamais. Elle savait que c'était là l'unique voie qui lui conviendrait. Elle n'en avait jamais parlé à personne réellement. Le professeur Mcgonagall lui demanda si elle avait besoin de plus de renseignements, mais Lily secoua la tête et sortit du bureau, un grand sourire aux lèvres. Sourire qui s'évanouit bien vite lorsqu'elle se rendit compte de qui était le suivant. James la regardait, un sourcil haussé, et semblait plus à l'aise que jamais d'aller parler de son avenir.

-Ça s'est bien passé ? demanda-t-il.

Elle se contenta de hocher la tête.

-Il semblerait qu'on doive la partager, dit-il en lançant un coup de tête vers la brochure.

Lily rougit. Il était évident que le grand James Potter allait suivre les traces de son père et devenir lui aussi un Auror réputé. Elle paniqua lorsqu'elle prit conscience de ce que cela voudrait dire : plus d'années d'études en sa compagnie. Il semblait s'en être rendu compte aussi, puisqu'il lui dit avec un sourire goguenard :

-Il semblerait que l'on soit coincé ensemble pour quelques années encore. Aufaite, n'hésite pas à me dire si tu as besoin d'aide pour les rondes. Je sais que tu préfères les faire avec Remus, mais je te rappelle que je suis ton coéquipier.

Il avait dit le tout d'un ton moqueur. Mcgonagall coupa l'élan qu'elle avait pris pour lui répondre, et fit sèchement signe à James d'entrer.

-A bientôt, Miss Evans, lança-t-il dans son oreille avant de rejoindre sa professeure.

Avec des sentiments mitigés, Lily serra fort sa brochure contre elle, et se demanda comment elle allait expliquer son revirement à ses amies.

 

 

 

-Bien. Monsieur Potter, comment se passe votre année à Poudlard ?

La soudaine entrevue avec Lily l'avait rendu guilleret. James savait que son rendez-vous allait bien se passer. Bien mieux que celui de Peter, qui était revenu dans la salle commune les larmes aux yeux. Le professeur Mcgonagall lui avait fait comprendre que s'il voulait se trouver un emploi digne de ce nom, il serait obligé d'augmenter considérablement ses notes. James et Sirius avaient promis de mieux l'aider pour les prochains examens. Quant à Remus, il était revenu lui avec un faible sourire, sa tentative de faire croire que tout allait bien échouée. Il avait vaguement parlé du métier de journaliste, mais ne semblait absolument pas convaincu. Après la pleine lune qu'ils avaient passée, James comprenait pourquoi Remus avait de la peine à se plonger dans son avenir. Il s'était promis de mieux soutenir son ami, et de se renseigner sur les conditions pour être un journaliste depuis la maison. Sirius passerait après lui. Mais James ne se faisait aucun souci non plus pour son meilleur ami. Leurs voies étaient toutes tracées : ils seraient des Aurors. Non seulement James provenait d'une lignée d'Auror, mais il avait de plus la conviction que le métier serait fait pour lui : du danger, des sorts, et se défendre contre les forces du Mal. Une chose que sans doute tout le monde devrait faire d'ici peu de temps.

-Vous devez le savoir mieux que moi, répondit-il avec un sourire provocateur.

Il s'était rarement retrouvé seul à seul avec le professeur Mcgonagall depuis l'incident de Malefoy. Lily était souvent celle qui faisait les rapports. Et il fallait l'avouer, celle qui faisait les rondes aussi. Il s'en voulait de lui laisser tout le travail, mais il était tellement pris par ses amis et le Quidditch qu'il en avait quelque peu laissé de côté son rôle de Préfet-en-chef. De plus, la jeune femme avait été claire qu'elle ne souhaitait en aucun cas faire les rondes avec lui. Sa professeure le regarda d'un air sévère et pincé par-dessus ses lunettes :

-J'en ai fait les frais à plusieurs reprises, en effet. Et votre rôle de préfet-en-chef ?

James se sentit un peu plus mal à l'aise.

-Eh bien... On essaye de se répartir les rondes. Mais c'est un peu compliqué.

-Compliqué, bien sûr... Je m'étais pourtant montrée clair que vous deviez les faire à deux. Que ce soit le cas à partir de maintenant.

A son air, James comprit que le professeur Mcgonagall n'accepterait aucune obtempération. C'est pourquoi il choisit d'acquiescer en silence.

-Parfait. Mise à part les blagues à répétition, les plaintes de Monsieur Rusard, le mépris du règlement et cette abominable manie de vous mettre vous et vos amis dans des situations rocambolesques, il faut avouer que vous avez un très bon niveau en sorcellerie, Monsieur Potter.

James sentait que sa directrice de maison devait faire un effort considérable pour prononcer ces mots. Il sourit d'autant plus.

-Mettons-le sur vos gènes dotés d'une lignée de sorciers puissants. J'imagine que vous voulez devenir Auror, comme votre père ?

James acquiesça et tendit la main, prêt à prendre la brochure et se lever.

-Un instant.

Le garçons haussa un sourcil.
-Il est vrai que vos résultats exceptionnels vous donneront un accès tout droit aux études d'Auror, Monsieur Potter. Et j'ai cru comprendre que la peur n'était pas quelque chose qui vous faisait reculer.

-Jamais, dit-il avec un air suffisant.

-Cependant, permettez-moi d'éclaircir quelque chose. Être Auror, c'est bien plus que lancer des sorts aux méchants. Ce n'est ni une mauvaise blague, ni un jeu. Il ne suffit pas de posséder des compétences en magie. Des sorciers bien plus expérimentés que vous sont morts, par ce métier. Il n'est pas à prendre à la légère. Il faut une rigueur, un sérieux. Pour mener les enquêtes à terme, pour interroger les suspects, pour travailler en équipe. Vos notes laissent à penser que vous ferez un Auror d'exception, comme votre père. Mais votre comportement me laisse parfois un petit doute sur votre capacité à être sérieux. Etudiez la brochure, et soyez conscient des conséquences que cela aurait si vous preniez ce métier à la légère.

James était bredouille. Il avait pensé que le professeur Mcgonagall lui tendrait la brochure sans un mot et qu'il pourrait ressortir de son bureau comme il en était entré. Pourtant, son enseignante semblait des plus sérieuses. Et James se sentit soudain coupable. D'avoir peut-être trop poussé les limites, d'avoir enfreint des règles importantes de Poudlard sans penser aux conséquences, et de laisser Lily assumer toute seule le rôle de Préfet-en-chef. Il hocha de la tête, signe qu'il avait compris, prit la brochure et sortit du bureau, embrouillé.

-Ça va vieux ? T'en fais une tête. Alors, si elle t'a gardé plus longtemps que prévu, c'est parce que... ? lança Sirius avec un air entendu.

James lui balança son poing dans l'épaule :
-T'es bête. Vas-y toi, je t'attends.

-Ce sera pas long, lança Sirius avec nonchalance. Bien le bonjour, Madame. A toute, vieux.

James était content de voir que sa relation avec Sirius était à nouveau au beau fixe. Après tout ce qu'ils avaient traversé cette année, ils en étaient revenus à une amitié basée sur les blagues et sur le Quidditch. C'était là leur force : peu importait les histoires, lorsqu'ils se retrouvaient, c'était comme au premier jour. Les Maraudeurs étaient à nouveau unis. Même Remus semblait plus serein en leur compagnie. James n'avait pas cherché à savoir ce qu'il s'était passé entre lui et Sirius. Peu lui importait, du moment que tout était comme avant. En se rendant compte que son ami faisait effectivement plus long que prévu, James fit un tour des environs : les couloirs étaient calmes. La neige, au-dehors, martelait les vitres. Il adorait Poudlard. Ça avait été sa maison. Il en avait été le roi, et l'était toujours. Au loin, il distinguait le terrain de Quidditch, envahi par la poudreuse. James aimait cet endroit, et il se rendait compte qu'il allait bientôt devoir lui dire aurevoir à tout jamais. Une pointe au cœur, il secoua la tête et feuilleta sa brochure en attendant Sirius. Lequel sortit quelques minutes plus tard, le même air bredouille sur le visage :

-Elle t'a aussi rappelé l'importance d'être sérieux ? Et que les blagues ne sont en aucun cas admises dans l'école des Aurors ?

James pouffa :

-Et oui.

-Comment on va faire ?!

-M'en parle pas.

-Dans tous les cas, il ne nous reste que quelques mois à Poudlard. Alors autant prévoir toutes les blagues que l'on a en stock dans ce temps-là.

James hésita. Il ne voulait pas décevoir son professeur. En même temps, c'était ça qui avait fait de son temps à Poudlard les plus belles années de sa vie.

-Compte sur moi.

Sirius lui tapa dans le dos, et tous deux regagnèrent la salle commune afin d'aider Remus et Peter dans leurs devoirs de sortilèges.

 

Le rendez-vous avec Slughorn avait été l'un des plus longs de sa vie. Son professeur ne semblait pas plus à l'aise que quiconque en sa présence. Il l'avait pourtant félicité à plusieurs reprises de son incroyable talent pour les potions. Rogue savait pertinemment que personne, ou du moins peu de monde, ne pouvait le rattraper en potions. Il avait accepté le compliment, mais n'avait parlé de son immense frustration à devoir suivre le cours avec le plus grand imbécile que la terre ait connue. Slughorn avait repris ses vieilles habitudes : des sourires trop appuyés pour cacher le malaise, des blagues qui n'en étaient pas, et une propension à faire comme si tout allait parfaitement bien. Ils avaient parlé de son avenir : Rogue avait émis l'idée de continuer dans la voie des potions, et Slughorn lui avait tendu une brochure d'apothicaire, que le garçon avait immédiatement jeté dans la cheminée de la salle commune de Serpentard. Il ne serait pas apothicaire. Il ne savait pas exactement ce qu'il serait à la sortie de Poudlard, ou si ce serait toujours le cas, désormais que Malefoy ne lui adressait plus la parole, mais il savait que son avenir n'était pas entre ses mains. Il ne l'avait jamais été. Il déambulait dans les couloirs de Poudlard, pour aller remettre une lettre à la volière : la seule fois où sa mère prenait de ses nouvelles, c'était pour lui demander s'il allait rentrer pour les vacances d'été, maintenant qu'il serait adulte. Rogue avait répondu qu'il aurait besoin de temps pour se trouver un autre endroit où dormir, et s'apprêtait à remettre la lettre à une chouette hulot lorsqu'il entendit du bruit derrière lui. Son cœur manqua quelques battements. Puis il reprit une course effrénée, forçant Rogue à respirer bruyamment. Il ne s'était pas retrouvé en tête-à-tête avec elle depuis une éternité. La dernière fois devait remonter en cinquième année, avant qu'il ne l'insulte devant toute l'école. Il voulut disparaître à ce souvenir douloureux.

-Salut, lui dit-il d'une petite voix.

Lily se contenta de lui lancer un vague signe de tête. Puis elle se dirigea vers un hibou majestueux et y attacha une lettre ainsi que quelques noises. Il se demandait à qui elle écrivait. Il distingua dans la poche de sa robe le début d'une brochure, avec le « A » emblématique des Aurors. Puis il comprit que Lily avait aussi eu son rendez-vous. Sa gorge se serra : il était évident que la jeune femme allait devenir Auror, et combattre les forces du mal. Le combattre. Le hibou et la chouette s'envolèrent à l'unisson, et Lily et Rogue restèrent plantés, lui se sentant pantelant. Il avait honte, comme jamais dans sa vie.

-Ecoute, dit-elle soudain d'une voix distincte mais froide. Je voulais te remercier. Pour m'avoir défendue, devant Malefoy. Je sais que ça t'a coûté.

Rogue sentit son cœur battre contre ses tempes. Ses mains devinrent chaudes, et ses joues étaient probablement hâlées de rose, ce qui ne lui arrivait que très rarement. Il n'arrivait pas la regarder dans ses yeux, ses magnifiques yeux en forme d'amande, d'un vert d'émeraude si puissant qu'il se perdrait dedans. A la place, il regardait le mur juste derrière sa tignasse rousse, parfaitement bouclée jusqu'au milieu de sa taille. Il ravala sa salive :

-Eh bien... Tu n'avais pas besoin d'aide.

Lily acquiesça :

-Je le sais.

 

La jeune femme ne partait toujours pas et Rogue comprit qu'elle s'attendait à quelque chose d'autre.

-Tu as eu le rendez-vous pour ton avenir ? demanda-t-il sur un faux ton de conversation raté.

Lily hocha la tête.

-Et ?

-Je vais devenir Auror, dit-elle simplement, comme avec un air de défi.

-Tu seras parfaite, dit-il avec un faible sourire.

Elle acquiesça à nouveau, froide.

-Eh bien voilà. Je tenais juste à ce que tu saches que je te remerciais. Belle journée, lui dit-elle en mettant fin à leur conversation.

Puis elle s'en alla, en laissant dans l'air un doux parfum de fleur dont Rogue s'imprégna le plus longtemps possible. Lorsqu'il regagna la salle commune des Serpentards, son cœur était pour la première fois depuis bien longtemps, plus léger. Il se regarda dans la glace, et jurait que ses joues étaient encore rosées.

 

 

 

 

Son entrain naturel avait repris le dessus depuis quelques jours : il avait pu avoir une discussion avec Alice, qui avait été concluante. Les récents moments qu'ils avaient passé entre Maraudeurs, dont la pleine lune, avait rendu sa relation avec Remus presque comme auparavant. Lui et James étaient plus proches que jamais, et ils étaient prêts à tester de nouvelles blagues, ainsi qu'à gagner la coupe de Quidditch coûte que coûte. L'entrainement était devenu difficile au vu de la météo, mais Sirius ne se faisait aucun doute que Gryffondor l'emporterait cette fois-ci. Sa vie à Poudlard reprenait son cours normal, si ce n'était un domaine : les filles. Sirius Black avait toujours été le tombeur de sa maison, si ce n'était de Poudlard. Il plaisait aux filles, et il le leur rendait bien. Cependant, depuis les événements récents - et le fait que Franck ne lui adressait toujours pas la parole - Sirius avait de la peine à redevenir comme il était auparavant. Il ne voulait pas faire de mal à ses amis, de ça il en était sûr. De plus, la fille qu'il convoitait en voulait un autre... Il secoua sa tête pour chasser ses pensées : il ne l'avouerait jamais, mais Sirius avait ressenti de la jalousie en voyant Cassidy parler avec ce Fenwick. De plus, la jeune femme ne lui adressait presque plus la parole, si ce n'était pour parler de pure stratégie de Quidditch. Sirius en voulait plus. Il savait pertinemment que dans le fond, cette situation était mieux comme cela : il n'avait plus à mentir à James, et il ne pouvait pas demander à Cassidy de l'attendre alors que lui-même ne le faisait pas. Mais ce n'était pas dans la nature de Sirius d'abandonner. Et pourtant, il le devait. Il avait aussi parlé à Marlene, avec laquelle il avait convenu de rester amis. Il sentait que la jeune femme s'attachait d'une autre manière que lui, et ne voulait pas être la cause d'un deuxième débordement affectif. Mais le fait était que Sirius était seul, et que ça ne lui était jamais arrivé. Il était dans la salle commune de Gryffondor, pensif, au bord du feu de cheminée. Ses amis étaient déjà montés dans le dortoir pour une partie de Bavboule, mais Sirius avait besoin de se retrouver seul avec lui-même. Comme souvent lorsqu'il réfléchissait, il avait ouvert la carte du Maraudeur, avait juré solennellement que ses intentions étaient mauvaises, puis observait les mêmes petits points qu'à l'habitude. Il fut soulagé de voir que Cassidy n'était pas en compagnie de ce Fenwick de malheur, puis eut le ventre retourné en imaginant son petit frère dans son dortoir, en train de lire un livre de magie noire. « Ou de regretter ce qu'il a fait », lui murmura une petite voix. Sirius soupira. Il se mit à arpenter d'autres petits points : il vit que Marlene était en compagnie d'Emmeline, et cette fois-ci de Fenwick, comme toujours, dans la salle commune de Serdaigle. Il fut presque tenté de s'y rendre, mais savait que ça ne présagerait rien de bon. Il vit le nom de Léane, puis de Roseline, avec qui il avait toutes deux eu des aventures. Si ces souvenirs étaient bons, Léane était désormais en couple. Mais peut-être que Roseline... « Elle s'attacherait », lui infligea la même petite voix. Sirius soupira : c'était le problème. Elles s'attachaient toutes. Chose qu'il avait du mal à comprendre : il serait le pire petit-ami de l'univers. Même James semblait bien plus avancé sur ce terrain. Il pensa ensuite à Emmeline : elle lui avait toujours plu, avec ses grandes jambes élancées et ses longs cheveux bruns. Mais elle était l'ex petite-amie de James. Ça ne se faisait pas. Même si James était actuellement épris de quelqu'un d'autre... Si une chose était sûre aux yeux de Sirius, c'était que jamais il ne s'attaquerait à Lily. Elle était chasse gardée de James depuis bien trop d'années pour que ce ne soit qu'un béguin passager. Il avait un pressentiment pour ces deux, que c'était bien plus que ce qu'ils n'essayaient de faire paraître. Alice était uniquement son amie, et le resterait. Dorcas n'avait jamais montré grand intérêt pour sa personne, et sa proximité avec Cassidy rendait l'éventualité impossible. Il tomba sur le point de Nelly, dans son dortoir aussi. Il leva machinalement la tête vers l'escalier des filles. Il s'en voulait de s'être comporté de telle manière avec Nelly. Car, désormais qu'il était seul avec lui-même, il ne pouvait plus se mentir : il avait voulu la draguer. Sans doute n'y aurait-il jamais rien eu de plus, mais il ne pouvait s'empêcher de charmer, et de se rendre compte que son charme opérait. Il se promit de ne plus jamais le faire. Ses amis passaient avant tout. Ses yeux dérivèrent à nouveau vers Cassidy, et il se rendit compte que le petit point était en mouvement, et s'apprêtait à entrer dans la salle commune des Gryffondors. Pris de panique, il pointa sa baguette sur la carte et dit :

-Méfaits accomplis.

En effet, il avait accompli bien plus de méfaits qu'il n'osait en citer. Et le simple fait qu'il observait ses points, à la recherche d'une nouvelle proie, voulait à son sens tout dire sur sa capacité à faire souffrir les autres.

-Salut, dit-il un peu trop rapidement à son goût lorsque la jeune femme passa le portrait de la Grosse Dame.

-Salut, répondit-elle froidement. Qu'est-ce que tu fais là tout seul ?

Elle fronçait un sourcil. Sirius se mit à se tortiller les mains :

-Oh, j'allais monter, choisit-il de dire en restant évasif.

Elle hocha la tête et s'apprêtait à monter les marches de l'escalier des filles. Sirius se dépêcha de se lever pour se retrouver à ses côtés :

-Ça se passe, ces temps, les cours ?

Il avait voulu le dire sur un ton détaché, mais remarqua que sa tactique ne prenait pas. Cassidy semblait plus méfiante que jamais.

-Oui, très bien. Pourquoi tu ne me laisses pas monter ?

Le jeune homme se tenait en effet devant Cassidy, et la jeune femme ne semblait pas dupe. Les épaules de Sirius s'affaissèrent de quelques centimètres :

-Je voulais te parler. Je te sens distante depuis un certain temps.

Cassidy croisa ses bras et regarda à gauche, en faisant mine d'être désintéressée.

-Il me semble qu'on avait convenu que nous étions amis comme avant, non ?

-Oui et bien, avant, tu ne t'intéressais pas du tout à moi, et j'étais uniquement la petite sœur de James. Donc, en quelque sorte, c'est redevenu comme avant.

Cassidy n'avait pas tort, mais Sirius ne le lui accorderait jamais.

-Tu as fini ? dit-elle en essayant de passer.

Il sentit une vague électrique lui passer dans le corps lorsqu'il posa sa main sur son avant-bras pour la retenir :

-C'est quand même pas à cause de ce Fenwick, que tu m'évites ?

-Comment ça ?

-Depuis que tu le fréquentes, tu ne nous dis même plus bonjour, à moi et à ton frère. Heureusement que nous avons le Quidditch, sinon on ne te verrait plus.

-Ne mêle pas mon frère à ça.

Sirius sentait que la jeune femme perdait patience.

-Oui et bien, il est d'accord avec moi.

Il savait que c'était vrai. James n'était pas plus emballé par le rapprochement de Cassidy et Benjamin que lui-même.

-Et bien tu lui répondras ce que je m'apprête à te dire : qui je fréquente ne vous regarde en rien. Je suis une grande fille, et je n'ai pas besoin de votre autorisation pour sortir avec qui que ce soit.

-Tu sors avec ?!

Il aurait voulu que sa voix ne parte moins dans les aigus.

-Qu'est-ce que ça peut te faire ?! Je t'ai bien vu avec Marlene l'autre jour.

Sirius enleva son bras. Cassidy l'avait remarqué, et l'aigreur dans sa voix laissa percevoir qu'elle était encore jalouse. Il sourit :

-Je ne savais pas que tu l'avais remarqué, dit-il, soucieux de brouiller les pistes.

Cassidy semblait avoir remarqué qu'elle perdait du terrain, puisqu'elle se posta devant lui et dit distinctement :
-Ecoute-moi bien. Toi et moi, c'est terminé et pour de bon. Je ne pense pas que nous pourrions être amis. Nous ne l'avons jamais été. Je vais sortir avec Benjamin. Et je pense que ce qui te fait peur, c'est que toi, maintenant, tu te retrouves tout seul.

Sirius se sentit bouillonné de l'intérieur :

-Seul, moi ? Je crois que tu oublies à qui tu parles.

-Je ne crois pas, dit la jeune femme avec un petit rire sarcastique.

Sirius sentit que Cassidy venait de toucher une corde particulièrement sensible :

-Parfait. Alors on a cas dire que l'on peut faire chacun ce que l'on souhaite. Et on verra lequel de nous deux arrive le plus rapidement à ses fins. Toi avec Fenwick et moi... Avec Marlene, ou tiens Emmeline. Ou peut-être Roseline. Ou qui c'est, les trois.

-Parfait, s'écria Cassidy, sa voix toute aussi aigue désormais.

Elle monta les marches, furieuse. Et Sirius, tout aussi remonté, regagna son dortoir.

-Qu'est-ce qu'il se passe ? lui demandèrent ses amis à l'unisson lorsqu'il les coupa dans leur partie de Bavboules.

-Il me faut une copine. Et rapidement.

 

Note de fin de chapitre :

Merci beaucoup de votre lecture et vos éventuelles reviews, ça me donne la motivation pour continuer!

 

A bientôt pour un nouveau chapitre! :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.