S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!

 

Me revoilà avec un nouveau chapitre: la leçon de transplanage, et tout ce qui s'en suit ;-)

J'ai enfin plus de temps pour moi,  maintenant que mon travail de bachelor est rendu! C'est pourquoi je compte reprendre cette Fanfiction depuis le début, la relire afin de savoir exactement ce que je veux pour la suite. Ce qui est sûr, c'est que je vais la finir, et je pense qu'à partir de maintenant, les choses vont s'accélérer pour nos amis les Maraudeurs ;-)

 

Je vous souhaite dès lors une belle lecture!

 

C'était l'effervescence. Toutes les septièmes années se tenaient prêts à l'affût dans la Salle Commune, se poussant pour avoir une meilleure vue du professeur Mcgonagall :

-Du calme, mes chers, du calme. Comme vous le savez, aujourd'hui, vous allez avoir votre première leçon de transplanage. Vous serez répartis en petit groupe, et il est impératif que vous preniez en compte toutes les remarques du professeur Tycross, qui viendra vous apprendre l'art de transplaner. Nous ne voudrions pas d'accident inutile. Bien, la répartition des groupes est affichée sur le tableau. On ne se pousse pas ! Doucement, Monsieur Black.

Elle se retrouvait malgré elle dans une foule d'élèves en folie, qui s'agglutinaient devant le tableau d'affichage. Le professeur Mcgonagall, bien que sévère, avait un petit sourire satisfait de l'effet escompté. Cassidy essaya tant bien que mal de se frayer un chemin parmi ses congénères, pour la plupart bien plus grands qu'elle. En réussissant à s'agripper au bras de Remus, elle réussit à se propulser vers l'avant :

-Eh bien, quelle folie ! rigola-t-elle.

Remus la tenait toujours par le bras et sourit :

-Ce n'est pas tous les jours que nous pouvons apprendre la raison pour laquelle c'est vraiment cool d'être un sorcier.

Cassidy acquiesça. Elle avait toujours voulu apprendre à transplaner, pouvoir être autonome et indépendante. C'était un des plus grands actes de magie, et ça marquait son entrée dans le monde des adultes. Chose qui lui faisait autant peur qu'elle l'attendait avec impatience. Elle avait toujours voulu mener sa propre vie, loin des attentes des autres. Et le rendez-vous avec le professeur Mcgonagall lui avait redonné l'envie de se battre pour ce en quoi elle croyait vraiment. Et pour ce faire, le transplanage serait obligatoire. Remus la laissa passer devant, avec un air qui ne présageait rien de bon à Cassidy :

-Qu'est-ce qu'il se passe ? Tu es avec quelqu'un que tu n'aimes pas ?

-Eh bien enfaite...

Puis, Cassidy comprit : Remus était avec les Maraudeurs. Cependant, elle ne faisait pas partie du groupe. Pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait pas l'âge requis. Sur le tableau d'affichage, en grandes lettres noires, étaient écrits : les élèves qui n'auront pas atteint la majorité dès la fin de cette année ne peuvent apprendre à transplaner. Ils devront suivre des cours en-dehors de Poudlard.

-Comment est-ce que c'est possible ?!

Elle en avait vaguement entendu parler. Et Mcgonagall avait émis l'idée la première fois qu'elle avait parlé de ce cours. Cependant, Cassidy avait cru que ce ne serait que formel : après tout, elle sortirait de Poudlard à la fin du semestre, comme tout le monde. Elle n'y pouvait rien si ces parents avaient décidé de la faire venir à Poudlard en même temps que son grand frère. De plus, elle aurait dix-sept ans à peine un mois après la fin de l'année. Elle tremblait de toute part. Qui plus est, elle semblait être la seule élève qui se trouvait dans cette situation.

-Je suis désolé Cass, lui dit Remus, sincèrement embêté. Va voir Mcgonagall, peut-être qu'elle peut faire quelque chose pour toi.

La jeune femme acquiesça, se refraya un passage parmi les élèves - ce que son énervement facilitait - et trouva sa directrice de maison :

-Professeur, je ne suis pas sur la liste, et je sais bien que...

-Miss Potter, je pensais bien que vous viendrez me voir. Cependant, je suis désolée : les règles sont les règles. Monsieur Tycross a été intransigeant.

-Mais, je suis la seule qui n'aurai pas le droit de participer à ces cours ! Comment je vais faire si je ne sais pas transplaner en sortant de Poudlard ? Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen de... ?

-Vous prendrez d'autres cours, en dehors de l'école. Tout le monde peut apprendre à transplaner, à n'importe quel âge. Et je n'ai aucun doute que vous le ferez rapidement une fois que vous aurez l'âge requis. Vous êtes la seule Gryffondor à qui ça arrive, mais pas la seule élève. Ainsi, je ne peux pas faire d'exception pour vous, Miss Potter. Vous m'en voyez sincèrement navrée, mais c'est mon dernier mot.

Elle lui avait posé la main sur l'épaule, pour signifier qu'elle compatissait, mais qu'elle ne changerait pas d'avis. Cassidy était décomposée : elle s'était réjouie depuis des jours des leçons de transplanage. Il lui faudrait écouter les récits de tous les élèves, pour encore une fois se sentir comme la petite sœur à qui rien n'était permis.

-T'inquiète pas Cass', de toute façon, on ne peut pas transplaner dans l'enceinte de Poudlard. Alors, ça ne te servirait pas à grand-chose.

Son grand frère voulait sans doute la réconforter, mais ça n'avait rendu son humeur que plus maussade. D'autant plus que Sirius se tenait à ses côtés, et que les deux jeunes gens ne s'étaient pas adressé un seul mot depuis leur entrevue dans la salle commune.

-Allais, petite sœur ! Ça a aussi des avantages d'être plus jeune que tout le monde ! Et puis, profite de ce temps pour t'entrainer au Quidditch ! On se retrouve plus tard.

Lui aussi lui tapa sur l'épaule, et rejoignit le reste des Gryffondors qui, soit excités soit lui lançant des regards de pitié, suivaient le professeur Mcgonagall vers la Grande Salle pour leur cours de transplanage. Remus lui adressa encore ses excuses avant de passer, auxquelles elle répondit par un vague signe de tête. Elle fusilla Sirius du regard lorsqu'il la dépassa avec un air plus arrogant et ravi que jamais. Dorcas lui intima qu'elle lui raconterait tout - ce dont Cassidy n'avait pas la moindre envie - puis s'en alla avec les autres. Et elle se retrouva seule : les autres élèves avaient cours. Ainsi, elle était seule dans la salle commune. Au-dehors la neige tombait plus drue que jamais. Elle réfléchit quelques instants, la colère lui brouillant le cerveau : les cours de transplanage duraient toute la matinée. Elle avait sans aucun doute bien des devoirs en retard, mais ne se sentait absolument pas décidée à les faire. Le temps du dehors la décourageait d'enfiler ses affaires de Quidditch. Elle vit Hagrid, au loin, qui semblait en proie à des difficultés avec les gnomes des neiges. Elle pourrait lui rendre une visite, pour se réconforter. Cependant, le chemin jusqu'à sa cabane semblait impraticable tant il était encombré de neige et de glace. Et puis, Hagrid n'avait pas l'air prompt à réconforter qui que ce soit. Elle l'entendait presque jurer jusqu'au château. En soupirant, elle décida de s'asseoir quelques minutes auprès du feu. En regardant les flammes danser devant elle, Cassidy prit conscience qu'elle détestait être seule, et que pourtant elle était amenée à l'être bien trop souvent. Depuis qu'elle était toute jeune, sa principale personne de référence avait toujours été James. Ainsi, c'était les amis de son grand frère qu'elle avait connu depuis toujours. Elle n'avait que rarement eu de vrais amis à elle. Souvent, les filles l'approchaient pour lui demander des nouvelles de son frère, lequel faisait fuir les garçons qui voulaient l'approcher. Dorcas avait été la seule qui avait échappé à la règle. Cassidy savait que le fait que son amie ne semblait pas s'intéresser aux garçons ou aux relations amoureuses y était pour beaucoup. Elle n'aurait pu la partager. Dorcas s'était montrée compréhensive, douce, et avait toujours pris son parti dans ses querelles avec James. Seulement, depuis un certain temps, Cassidy la sentait plus distante. Elle se disait que c'était sa faute : peut-être avait-elle trop besoin d'être entourée, et en demandait-elle trop à son amie. Elle essayait parfois d'amener Dorcas à se confier, mais la jeune femme était la plus hermétique que Cassidy n'ait connu. Elle-même n'était pourtant pas la plus grande bavarde de ses congénères, mais son amie la surpassait sur ce point. Ainsi, leur amitié virevoltait principalement autour des cours, et Cassidy sentait que ce n'était plus assez pour elle. Seulement, sans Dorcas, qui lui restait-il ? Elle ne voulait plus être dépendante de son frère, et, surtout, voulait avoir le moins affaire possible avec Sirius. Cassidy soupira. Non seulement elle se sentait seule, mais elle l'était. Alors que les larmes menaçaient de couler, une petite voix vint lui intimer que les Gryffondors étaient les seuls à avoir le cours de transplanage ce matin-là. Et que, bientôt, la pause allait avoir lieu. Puis, Cassidy se souvint qu'elle n'était plus si seule que ça : elle ne savait où ça allait la mener mais, depuis un certain temps, elle se sentait proche de Benjamin Fenwick. Pas pour rendre jaloux Sirius, ou pour énerver James - au contraire, elle aurait aimé que les deux garçons disparaissent le temps qu'elle sache ce qu'elle ressente - mais car, pour une fois, elle avait l'impression que quelqu'un s'intéressait à elle, uniquement pour elle. En ayant pris la décision qu'elle ne passerait pas la matinée à pleurer devant la cheminée, Cassidy se leva et passa le portrait de la Grosse Dame.

 

 

-Il n'y a qu'une seule règle qui soit réellement important dans le transplanage : celle des trois D. Destination, Détermination, Décision ! Premièrement, fixez résolument votre esprit sur la destination souhaitée. Ensuite, concentrez votre détermination sur l'espace à occuper. Enfin, vous tournerez sur place en prenant la décision de trouver votre chemin dans le néant. Vous ne risquez rien dans l'enceinte de Poudlard, le ministère de la magie, qui m'envoie, s'assure que les élèves apprennent dans des conditions les plus sécurisées qu'il soit. Ainsi, le plus loin que vous pourrez aller sera tout bonnement le fond de cette salle. Cependant, je ne peux rien garantir contre le désartibulement. Il se produit lorsque l'esprit n'est pas assez déterminé. Mais, ne vous inquiétez pas, aucun sorcier à ce jour n'en est mort ! Et puis, Madame Pomfresh ici présente s'assurera de vous remettre en un rien de temps si l'un de vos membres n'aura pas suivi vos mouvements !

Le professeur Wilkie Tycross, qui allait passer la matinée à enseigner le transplanage dans la Grande Salle de Poudlard - où l'interdiction de transplaner avait été levée - se mit à rire par secousses, et Sirius eut de la peine à le croire lorsqu'il disait que le transplanage n'allait rien leur faire. Lui-même semblait bien amoché.

-Bien. Vous allez prendre la place nécessaire, et ne pas vous occuper de ce que votre voisin fait ou ne fait pas. Vous avez à votre disposition deux cerceaux : prenez place dans l'un, et visualisez le second comme votre destination. Soyez déterminés à l'atteindre, et tournez sur vous-même en prenant la décision de changer d'endroit. La peur ne fera que vous freiner, et c'est là que les risques d'être désartibulés sont les plus grands.

Sirius eut encore une fois de la peine à écouter les paroles du professeur : il ne faisait que l'inquiéter un peu plus. La Grande Salle, d'ordinaire bruyante, était complètement silencieuse. Madame Pomfresh, ainsi que le professeur Mcgonagall se tenaient aux côtés du professeur Tycross, sans un mot et solennelles. Sirius comprenait que c'était l'une des étapes les plus importantes dans sa vie de sorcier : ça signifiait la liberté, l'accomplissement de soi-même. Il était hors de question qu'il ne sorte de Poudlard sans savoir transplaner. Il pensa à Cassidy, et eut de la peine pour elle. Idée qu'il chassa bien vite en se souvenant que son esprit devait être complètement concentré pour réussir à transplaner.

-Eh bien qu'attendez-vous ?! Allez-y !

Les élèves restèrent silencieux, puis quelques téméraires se mirent à tourner dans leur cerceau, sans grande conviction. Sirius en voyait certains qui fermaient les yeux très forts, d'autres qui sautaient sur place. Il aperçut même Cédric Declerc simuler d'avoir réussi en sautant dans le deuxième cerceau. Mcgonagall lui enleva cinq points, et Sirius eut envie d'aller lui taper le crâne. Ils ne pouvaient se permettre de perdre des points. Il regarda James, qui semblait maussade et pas particulièrement désireux de réussir son exercice. Puis il décida de se concentrer. Il ferma les yeux, prit une grande inspiration, les rouvrit, et regarda avec insistance le cerceau rouge qui était quelques mètres devant ses yeux. Il tenta de faire le vide, puis, à l'instant où il allait prendre la décision de tourner, un pop se fit entendre. Il tourna la tête vers la cause du bruit, et découvrit Lily Evans, pantelante dans son deuxième cerceau. Encore une fois, la Grande Salle retint son souffle.

-Merveilleux ! Réussir à transplaner du premier coup, vous êtes une vraie génie Miss ?

-Evans, dit la jeune femme, les joues rouges.

-Eh bien eh bien, un grand bravo Miss Evans. C'est là la preuve de toute votre détermination. Prenez exemple sur votre camarade, et allez-y !

Le professeur Mcgonagall attribua dix points à Lily - ce dont Sirius lui fut reconnaissant - et le cours prit un autre tournant. Les élèves essayaient tous tant bien que mal de transplaner. Certains y arrivaient presque, puis tombaient au dernier moment. D'autres n'osaient pas se lancer. La première désartibulée fut Alice. Sirius eut de la peine pour elle, et eut envie d'aller l'aider. Le fait de perdre son petit doigt avait l'air extrêmement douloureux. Fort heureusement, Madame Pomfresh la remit d'aplomb rapidement, et Sirius vit Franck fusiller les quelques personnes qui s'étaient moquées d'elle. Il fut content de voir que son ami était toujours touché par le sort d'Alice. Puis le jeune homme se mit à distinguer le cerceau, jusqu'à ce qu'il ne voit et n'entende que ça. La peur l'avait quitté. Il savait ce qu'il voulait : entrer dans ce cerceau. Déterminé, il prit la décision de tourner et, avec la plus désagréable sensation d'étouffement et d'écrasement qu'il n'ait jamais ressenti, il rouvrit les yeux quelques mètres plus loin, en se demandant s'il n'allait pas ressortir tout son petit-déjeuner.

-Très bien mon garçon, très bien. Reprenez votre souffle, vous êtes tout pâle.

Sirius eut envie de taper sur la figure de son professeur. Ils n'étaient pas prévenus que le fait de transplaner était la pire sensation qu'il existe au monde. Il mit quelques minutes à se remettre du choc, puis n'osa pas réellement réitérer l'expérience avant la fin du cours. Finalement, Lily et lui avaient été les seuls qui aient réussi à se transplaner jusqu'au bout. Certains y étaient presque, d'autres avaient abandonné. Les quelques désartibulés s'étaient remis rapidement. Alors qu'il venait de ranger son cerceau et de remercier froidement le professeur Tycross, Sirius rejoignit James :

-Crois-moi, tu n'as rien perdu. Mis à part avoir envie de vomir, transplaner n'a rien de bien intéressant.

James haussa les épaules :

-J'y arriverai la prochaine fois.

-T'es pas dans ton assiette ?

Sirius savait pertinemment que son ami n'était pas comme à l'ordinaire.

-Salut les garçons ! Bravo Sirius, c'était fort de transplaner le premier jour. Pour ma part, j'ai bien trop peur du désartibulement pour le faire !

Dorcas venait de les rejoindre. Sirius lui sourit. Il n'était que rarement en contact avec la jeune femme lorsqu'elle n'était pas collée à Cassidy. En pensant à cette dernière, Sirius secoua la tête et se tourna à nouveau vers James :

-Alors ?

-Venez, je ne peux pas vous en parler ici.

James les entraina lui et Dorcas dans un coin de la Salle, et s'assura que le vacarme couvrait sa voix.

-On a été agressé, Lily et moi.

Il était toujours étrange à Sirius d'entendre James appeler Lily par son prénom. Cependant, au vu des intonations de son meilleur ami, il préféra passer outre ce détail.

-Comment ça ?! s'écria Dorcas.

-Quand on a fait notre ronde. Il n'y avait personne dans les couloirs. Puis, Mulciber est arrivé. Il n'a suffi que d'une minute d'inattention. Mais je t'assure que si on n'avait pas réussi à récupérer notre baguette, je ne sais pas ce qu'il aurait fait de nous.

Sirius comprit au ton de James que c'était une affaire des plus sérieuses : il avait l'habitude de beaucoup de choses venant de son meilleur ami, mais sûrement pas qu'il n'ait peur.

-Il a réussi à vous prendre vos baguettes ? Comment ?

James eut un mouvement imperceptible vers Dorcas, et, lorsqu'il vit ses joues rougir, Sirius comprit qu'il lui expliquerait plus tard.

-Je te l'ai dit : une minute d'inattention. On parlait, il est arrivé, nous a désarmé. Il a parlé à Lily comme...

James eut un frisson, et Sirius aussi. Il regarda Dorcas, et la vit devenir plus pâle que jamais. Elle ne les regardait plus. Son regard semblait perdu vers le mur derrière James. Elle qui semblait si fragile et peureuse, Sirius en déduisait qu'elle ne se sentait plus en sécurité à Poudlard.

-Il a avoué, pour Mary. Il a avoué que c'était lui qui l'avait agressée ! Ensuite, il a dit un truc bizarre à Lily. Comme si elle était censée comprendre quelque chose. Comme quoi d'autres de ses copines allaient finir comme Mary, et qu'elle devait savoir que ce n'était pas juste parce qu'elle l'avait battu en duel qu'il l'a agressée.

Sirius se sentit devenir haineux. Mary McDonald, il l'avait bien connu. Et, bien qu'elle n'ait jamais été sa petite-amie officielle, le fait de savoir que Mulciber lui avait fait du mal suffisait à le faire sortir de ses gonds.

-Dorcas, ça va ? demanda James les sourcils froncés.

Sirius se retourna et vit la jeune femme plus moribonde que jamais : elle était devenue livide, et semblait avoir de la peine à respirer. En se rendant compte qu'on lui parlait, elle secoua la tête et reprit ses esprits :

-Oui c'est juste que... Je connaissais Mary. Et c'est ce transplanage, ça m'a remuée. J'y vais, il faut que je me repose. A bientôt.

Puis elle partit sans rien ajouter. Sirius se tourna vers James, lequel haussa les épaules.

-Vieux, c'est la première fois que tu vas m'entendre dire ça, mais Mulciber, il m'a foutu les jetons. Il ne rigolait pas. Il n'est pas comme Malefoy, à vouloir faire le beau mais à se rétracter lorsqu'il est seul. Lui, il est dangereux. J'ai peur de ce qu'il pourrait faire à...A Lily.

Sirius acquiesça :

-On ne le laissera pas. Tu peux me croire. Il faut qu'on agisse. Il est hors de question que Mulciber ne fasse du mal à qui que ce soit dans cette école. Tu crois qu'il est où, maintenant ?

 

 

 

Il sursauta lorsqu'on lui fit tomber le livre de ses yeux. Yeux qu'il releva pour découvrir Mulciber devant lui. Le garçon le regardait comme à son habitude : avec mépris, dédain, et cruauté.

-Hier soir, j'étais avec toi.

Rogue ne comprit pas tout de suite s'il était sérieux ou si c'était une question.

-Comment ça ?

Mulciber soupira, démontrant qu'il n'avait que très peu de patience.

-Hier soir, si qui que ce soit te demande, j'étais avec toi. On faisait nos devoirs de potions ici. Pigé ?

Rogue eut un frisson tout bonnement désagréable qui lui parcourut l'échine. Qu'avait encore fait Mulciber ? Le regard du garçon voulait bien dire qu'il n'accepterait aucun refus, ni aucune remarque. Pourtant, Rogue avait besoin de savoir. Et un mauvais pressentiment lui indiquait qu'il n'allait réellement pas aimer la réponse.

-Pourquoi ?

Mulciber parut outré. Il s'approcha encore plus de Rogue, et le domina de toute sa hauteur, le regard plus dangereux que jamais :

-Ecoute-moi bien. Je ne te dois aucune explication. Si je te dis que hier j'étais avec toi, c'est que hier j'étais avec toi.

Rogue ne sut l'expliquer, mais une once de courage le parcourut : malgré la peur, ses tremblements, les frissons qui menaçaient de le faire vomir à nouveau, il se leva et - bien que toujours plus petit que Mulciber - lui fit face :

-Et je te dis que j'aimerais savoir pourquoi.

Il ne voulut rompre le regard et ne regarda pas autour, mais le soudain silence de la salle commune lui indiqua qu'ils avaient des spectateurs. Pendant plusieurs secondes, où Rogue pouvait sentir son cœur tamponner dans sa poitrine et une douleur lancinante dans son ventre, personne ne dit rien. Le regard de Mulciber était impénétrable, et pourtant Rogue y lisait une haine sans vergogne. Il prit soudain une grande respiration, recula de quelques pas et dit en s'adressant à l'assemblée :

-Parce que hier soir, figurez-vous que je suis tombé sur Potter et sa petite-amie, la sang-de-bourbe.

Le sang de Rogue ne fit qu'un tour. Ce qu'il avait redouté, la raison pour laquelle il avait trouvé le courage d'aller à l'encontre de Mulciber s'avérait être vraie. Le garçon l'avait attaquée, il en était certain. Il eut envie de tomber dans les pommes. « Petite-amie ? »

-Tu aurais adoré le spectacle, continua Mulciber avec un cruel rire dédaigneux, j'avoue que si je n'avais pas eu autant envie de leur faire peur, j'aurais adoré regarder la sang-de-bourbe se fait prendre contre un mur par Potter.

Rogue eut envie de hurler et de lui foncer dessus. De lui faire mal, comme il avait mal à l'instant même. De défendre l'honneur de Lily. Mais c'était Mulciber. Et Lucius, qui l'avait tout juste accepté à nouveau dans la bande, le regardait sans le lâcher un instant. C'est ce qui fit que Rogue ne dit rien, et ne fit rien. Mulciber le regarda, en sachant parfaitement qu'il avait gagné. Le reste ne serait que de l'amusement :

-Quoi qu'il en soit, j'ai réussi à leur piquer leur baguette. Tu aurais dû voir Potter, s'il avait pu se cacher derrière sa garce, il l'aurait fait. Et on dit qu'ils sont courageux.

Les autres Serpentards présents eurent un petit rire, mais Rogue ne voulait pas rire. A présent, il devait contrôler toutes ses émotions pour empêcher les larmes de couler.

-Même si ça fait mal, il faut avouer qu'elle se débrouille, en sorcellerie. J'imagine qu'on doit te remercier pour ça.

Rogue sentit les regards emplis de mépris de ces congénères. Mais de ça, il s'en contrefichait.

-Le problème tu vois, c'est qu'ils sont préfets-en-chefs. Et, bien que je déteste ce ramassis de chiffe molles que l'on appelle sorciers de cette école, je dois avoir mon diplôme, sinon mon père me tue. Alors je te le répète : si qui que ce soit vient te demander quoi que ce soit, hier soir, je faisais des potions avec toi. Pigé ?

Rogue se sentait abattu. Même la haine qu'il avait ressentie s'était évaporée. Il n'y avait plus qu'un vide abyssal, que la douleur lancinante de son ventre venait rompre.

-Pigé, fut la seule chose qu'il put dire avant de s'éclipser des regards inquisiteurs et méprisants afin de laisser enfin les larmes couler.

 

 

La scène ne lui avait pas particulièrement plu. Elle détestait tout ce qui venait de Mulciber, en général. Le fait de savoir qu'il avait attaqué Lily Evans dans les couloirs ne lui faisait pas du bien. Elle n'irait pas jusqu'à compatir, mais elle ne pouvait se résoudre à se mettre du côté de Mulciber. Car une petite voix lui disait que si les Malefoy n'étaient pas autant puissants dans le monde des sorciers, et qu'elle n'était pas la petite-amie de Lucius, Mulciber n'hésiterait pas à s'en prendre à elle. Mais l'était-elle encore ? Narcissa soupira et, incapable de se concentrer une seconde de plus sur ces devoirs, tourna la tête : il était entouré de sa bande, comme à son habitude. Seul manquait Rogue, et la blonde comprenait parfaitement pourquoi il avait voulu partir précipitamment. Elle non plus n'apprécierait pas d'être humilié continuellement. Pourtant, parfois, c'était ainsi qu'elle se sentait. Elle savait pertinemment que les sous-fifres de Lucius, Mulciber, Avery, Wilkes, Crabbe et Goyle, ne la portaient pas à haute estime. Elle n'osait même pas imaginer ce qu'ils se disaient entre eux à propos d'elle. La jeune femme espérait que Lucius ne participait pas aux conversations dégradantes à son sujet. Toutefois, c'était avec eux qu'il se trouvait, et non pas avec elle. Ça avait été ainsi depuis qu'elle avait osé s'opposer à lui. Elle n'existait plus. Elle ne savait même plus s'ils étaient encore réellement fiancés. Et ça lui faisait peur. Car non seulement elle n'avait pas envie de le perdre, mais de plus, son père la tuerait. Lucius dut sentir à quel point elle pensait à lui, puisqu'il se retourna imperceptiblement. Pendant un quart de seconde, leurs regards se croisèrent. De la même manière qu'elle l'avait ressenti dans la Grande Salle, elle pouvait percevoir à quel point le sien était brûlant. Elle frissonna, sentit ses joues rougir et tenta de se concentrer à nouveau sur son devoir de métamorphose.

-Tu es trop prévisible, ma chère.

Narcissa releva la tête. Erin se tenait en face d'elle, une jambe négligemment remontée sur sa chaise, un stylo à la bouche pendant qu'elle faisait défiler sans les regarder les pages d'un livre.

-Je ne vois pas de quoi tu parles, répondit Narcissa, sur la défensive.

-Je parle de toi qui regarde ton Lucius en te demandant à quel moment tu vas aller t'excuser.

-Je ne comptais pas du tout aller m'excuser.

-A d'autres. Si je n'étais pas là, tu serais déjà en train de ramper devant lui. Crois-moi, ça lui fait du bien de mariner un peu.

Narcissa ravala la bile qu'elle avait au fond de la gorge. Erin avait toujours la fâcheuse manie de savoir exactement ce qu'elle pensait. Cependant, elle s'étonnait à apprécier de plus en plus la compagnie de la jeune femme. C'était rafraichissant, de ne pas être constamment entourée de garçons qui la méprisaient, ou de ne pas suivre Lucius partout où il allait. Elle ne savait pas réellement si elle pouvait appeler Erin une « amie », toutefois, elle appréciait sa compagnie. Et puis, la jeune femme était son antithèse en termes de relations : elle préférait utiliser les garçons à sa convenance et les jeter lorsqu'ils ne remplissaient plus les critères. Actuellement, Erin avait jeté son dévolu sur Evan Rosier, lequel n'était étonnamment pas présent avec Lucius.

-Pense ce que tu veux.

-Narcissa, tu vas être la femme de ce type pour le restant de tes jours. S'il fait déjà ce qu'il veut de toi maintenant, imagine ce que ça va être ensuite ? Vous aurez des enfants ensemble. Tu veux être à la botte de Lucius Malefoy toute ta vie et que tes chérubins deviennent des répliques de Mulciber, ou tu préfères avoir ton mot à dire dans les prises de décision ?

La blonde fut prise de court : il lui semblait parfois qu'Erin et elle ne vivaient pas dans le même monde. Que la jeune femme aux cheveux rouges se contrefichaient de ce qu'il se passait à l'extérieur, se contrefichait de la réputation des sorciers, se contrefichait de se trouver un mari convenable. Il était vrai qu'Erin connaissait tout de sa situation, mais Narcissa n'avait jamais trouvé le courage de demander à la jeune femme ce qu'il en était d'elle. Cependant, parfois, comme à l'instant même, elle la surprenait.

-Je veux avoir mon mot à dire, répondit-elle d'une petite voix coupable. Mais je ne suis même pas sûre que l'on soit encore fiancé.

-Quoi, tu veux dire que Lucius Malefoy perdrait son meilleur parti parce qu'elle a osé lui tenir tête ? J'imagine que son père le tuerait s'il apprenait ça. Désolée de te l'apprendre ma vieille, mais vos destins sont liés quoi qu'il arrive.

Narcissa eut la désagréable sensation que ce qu'elle avait toujours redouté était parfaitement vrai : Lucius n'était avec elle que pour le nom, et pas par choix. Erin disait vrai : elle comme lui n'avaient pas leur mot à dire là-dessus. Ils pourraient se détester jusqu'à la fin de leur jour, et quand même finir mariés.

-Bon, continua Erin en voyant que la jeune femme peinait à répondre. Alors fais-moi confiance : ce n'est pas à toi de retourner vers lui. Autrement, ta vie va devenir une réplique de tout ce que tu ne veux pas. Les hommes, et particulièrement ton Lucius et sa bande, ils se croient plus forts que tout le monde. Ils pensent qu'ils peuvent nous manipuler à leur guise. Notre force à nous, c'est de les laisser croire ça. Car, malheureusement pour eux, s'ils ont peut-être plus de pouvoir, ils sont aussi plus stupides que ce qu'ils veuillent bien croire. Et nous, bien plus intelligentes que ce qu'on leur laisse penser. Et ça, Narcissa, tu dois t'en souvenir pour la suite.

La blonde avait l'impression d'écouter une réplique beaucoup plus sympathique et moins effrayante de sa grande sœur. Un instant, elle aurait voulu que tout redevienne comme avant : qu'elle redevienne la naïve et docile petite-amie de Lucius Malefoy. Au moins, à cette époque, elle n'avait pas une boule qui venait lui tirailler les entrailles lorsqu'elle pensait à l'avenir.

-Tu dis ça comme si c'était facile. Mais toi, tu peux avoir qui tu veux quand tu veux, tu es libre.

-Personne n'est libre.

Erin avait dit cela sur un ton qui n'acceptait aucune réponse, et, l'espace d'un instant, Narcissa crut receler de la tristesse dans son regard. Elle comprit bien vite que pour les femmes de leur position et de leur maison, les règles n'étaient pas les mêmes. Erin pouvait se donner le genre de la croqueuse d'homme complètement libérée, mais, une fois au-dehors de Poudlard, ses obligations seraient les mêmes que pour Narcissa. La blonde fut contente d'avoir le nom de Black, future Malefoy, qui lui assurait une position de choix dans la société.

-Et donc, qu'est-ce que tu proposes ? demanda-t-elle afin de changer de sujet.

-Ne rien faire. Le trente-et-un, les Serpentards ont leur match contre Poufsouffle. Il est évident qu'ils vont gagner. Rosier m'a dit qu'ils prévoyaient une grande fête pour marquer le coup dans la Salle commune. On agira à ce moment-là.

 

 

 

-Le trente-et-un, c'est son vrai jour. Il est évident que l'on doit le faire à ce moment-là ! Est-ce que l'équipe de Gryffondor joue, à cette période ?

Alice s'afférait avec tout un tas de parchemins et de plumes entachés d'encre. Nelly sourit en reconnaissant le désordre de son amie. Elles étaient toutes deux dans la salle commune, prétendant faire leur devoir. Dès le moment où Lily s'était éclipsée afin de rendre son rapport au professeur Mcgonagall, les deux filles s'étaient mises à l'organisation de sa fête d'anniversaire. Nelly avait prétendu que c'était une merveilleuse idée, cependant, elle ne pouvait nier le froid qui persistait entre elle et Lily. Elles avaient beau essayé de faire comme si tout était redevenu comme avant, ce n'était pas le cas. De plus, elles n'avaient plus eu de réelle conversation depuis longtemps. Nelly n'avait pu s'empêcher de remarquer que Lily ne semblait pas dans son assiette la journée durant, mais n'avait pas trouvé le courage ni l'envie réelle de lui poser la question. Elle ne savait même pas si leur amitié était encore telle qu'elles pouvaient se confier l'une à l'autre. Cependant, Alice semblait plus motivée que jamais à organiser une fête, et la jeune femme n'avait pas à cœur de refuser cela, sans motif réel.

-Je ne crois pas. Il me semble que c'est Poufsouffle contre Serpentard, ce jour-là.

-Parfait, on pourra demander de l'aide aux garçons. Ce qu'il faut, c'est que ce soit une surprise. Je pensais lui faire croire que nous avions prévu une soirée tranquille entre filles dans le local. Ce serait bien si c'était toi qui t'en chargeais, tu ne crois pas ? Vu que vous êtes toujours ensemble.

Nelly ravala sa salive. Alice avait été tellement préoccupée par les cours et par son histoire personnelle qu'elle n'avait pas remarqué la prise de distance considérable entre elle et Lily. Pourtant, elle ne pouvait s'y résoudre à l'expliquer, car elle-même ne comprenait pas bien l'hostilité naissante qu'elle ressentait envers son amie. Elle acquiesça donc en silence.

-Super. Pendant ce temps-là, je préparerai tout ce qu'il faut. Il faut réellement qu'elle n'ait aucune idée jusqu'à la toute fin. Tu crois pouvoir l'occuper pendant la journée ?

La boule au ventre, Nelly acquiesça à nouveau. Fort heureusement, il y aurait assez de devoirs pour les tenir occupées une bonne partie de l'après-midi.

-Et pour les invités ? demanda-t-elle.

-J'ai tout prévu : j'imagine que les septièmes années de Gryffondor seront tous présents. Après tout, Lily est aimée de tous, tu la connais.

Encore une fois, un sentiment qu'elle préférait écraser au fond de son estomac vint titiller les nerfs à Nelly. Elle ne répondit pas. Alice, perdue dans sa litanie, ne semblait pas l'avoir remarqué.

-Il me semble qu'elle est assez proche d'Amos Diggory, tu crois qu'on devrait l'inviter ?

Nelly haussa les épaules. Aux dernières nouvelles, Amos était fou amoureux de Lily. Il faisait partie des nombreux prétendants de sa meilleure amie. Cependant, la rousse ne semblait pas plus emballée que cela par sa présence.

-On peut lui dire de passer, murmura-t-elle sans grande conviction.

-Est-ce que tu vois d'autres personnes ?

-Eh bien, tu l'as dit, Lily s'entend bien avec tout le monde.

-Oui, en effet. J'ai pensé à Benjamin Fenwick et à Marlene McKinnon, il me semble les avoir vu s'entretenir avec Lily l'autre jour. Et puis, je crois bien que Cassidy en pince pour Benjamin, alors ce ne serait pas plus mal...

Un silence s'appesantit, que Nelly cette fois-ci ne comprit pas. Alice semblait perdue dans ses pensées, puis elle secoua la tête et se reprit :

-J'irai chercher de la nourriture chez les elfes. Ils adorent Lily, tu penses bien.

« Bien sûr, qui n'aime pas Lily ». Nelly se sentait devenir âpre. Elle se mit à s'imaginer que ce soit ses dix-sept ans, et se mit à penser que personne n'aurait voulu lui organiser une fête aussi démente qu'elles s'apprêtaient à mettre en place.

-Pour les boissons, je peux demander à James et Sirius, ils ont toujours des bons plans. Et pour la musique...

Alice s'arrêta. C'était d'ordinaire Franck qui s'occupait de la musique dans les soirées.

-On peut demander à Benjamin, je crois qu'il s'y connait d'après ce qu'il disait l'autre jour, dit Nelly afin d'éviter le malaise de son amie, qui lui lança un regard reconnaissant.

-Il ne reste plus que le cadeau !

A nouveau, Nelly se sentit se tendre. Elle n'avait pas pensé au cadeau qu'elle voulait offrir à son amie, tout simplement car l'envie n'y était pas totalement. Ses tempes se mirent à battre, et elle se sentit rougir. Elle n'avait rien à proposer. Pour elle ne savait quelle raison, Alice semblait tout autant gênée :

-Je comprendrais entièrement que ça te gêne, Nel's mais... Enfin, il est possible que j'ai parlé de l'anniversaire à Lily l'autre jour, et Remus m'a entendue. Il a proposé que l'on fasse un cadeau groupé, et j'ai accepté... Je suis vraiment désolée, j'imagine que tu avais une meilleure idée ! J'ai été bête. Je n'ai pas pensé à toi. Si tu as envie que nous lui fassions un cadeau les deux, ou de le faire toute seule, n'hésite pas et j'irai le dire à Remus !

Nelly ne le montra pas tout de suite, mais elle était soulagée. D'une part car ses relations avec Remus s'étaient améliorées, et d'autres parts car elle n'avait aucune envie d'offrir un cadeau seule à Lily. Cependant, elle ne le montra pas tout de suite :

-Qu'est-ce que c'est, son idée ?
-Elle lui parle toujours d'un assortiment de bouquins sur les runes anciennes, qu'apparemment seul un libraire d'Albanie possède. Remus a été en contact avec lui, et ce serait possible d'avoir les recueils, à un prix exorbitant tu penses bien. C'est pourquoi il a pensé au cadeau groupé.

-Eh bien, figure-toi que j'avais eu la même idée ! Elle m'en parle toujours aussi. Va pour le cadeau groupé !

-Super ! Alors, on en était aux boissons...

Nelly n'écoutait déjà plus. Une désagréable sensation ne la quittait pas, et elle n'était pas là uniquement car elle avait menti. C'était officiel : tout le monde sauf elle avait prévu d'offrir à Lily Evans les dix-sept ans qu'elle méritait.

 

Note de fin de chapitre :

Et voilà! Qu'avez-vous pensé de ce chapitre?

Les deux suivants risquent d'être à propos de la fête de Lily, mais aussi de la fête des Serpentards. Vous savez que c'est généralement dans ces moments que les couples se font, se défont, et que des révélations ont lieu ;-) J'ai déjà hâte de les écrire, et je risque de me tester à un voir deux nouveau POV...

 

Sans vous dire plus, je vous à bientôt pour un nouveau chapitre!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.