S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!

J'ai enfin pu faire ce que je souhaitais faire depuis longtemps: relire ma Fanfiction depuis le début, la corriger, changer les incohérences, et surtout, prévoir la suite.

J'ai désormais la fin de ma Fanfiction bien en tête. Les chapitres risques d'être un peu plus longs à partir de maintenant, mais aussi de s'accélérer!

J'espère pouvoir poster plus régulièrement, et je m'y emploie du mieux que je peux!

 

En attendant, je vous laisse avec ce chapitre, qui annonce des événements et rebondissements plus qu'intéressants pour la suite ;-)

 

Je vous souhaite une bonne lecture!

 

Elle ne savait pas réellement comment elle se sentait. Le mois avait semblé interminable, et à la fois tant de choses s'étaient produites. La vie à Poudlard ne lui laissait pas une minute de répit : entre les devoirs, les rondes régulières, les attaques dans les couloirs, les crises sentimentales et les amitiés déchues, Lily n'était pas certaine d'avoir envie d'entrer dans l'âge adulte. Pourtant, c'était bien son jour d'anniversaire. Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir cette petite excitation, de se demander qui allait le lui souhaiter, de quelle manière, ce que ses amies lui avaient prévu. Elle était persuadée que quelque chose se tramait. Elle avait rendu la tâche à ses amies facile, étant donné qu'elle passait la plupart de son temps à la bibliothèque. Le jour même n'allait pas déroger à la règle, puisqu'ils devaient s'entrainer au sortilège informulé pour le lundi suivant, et elle se doutait que le professeur Flitwick ne valide l'excuse de la majorité pour n'avoir pas fait ses devoirs. Lily prit une grande inspiration et, fébrile, se leva. Pendant quelques instants, elle se demanda si ses amies ne lui avaient pas fait une blague. Il n'y avait personne dans le dortoir. En ayant peur de sursauter lorsqu'Alice ou Nelly débarquerait de derrière un rideau, elle avança sur la pointe des pieds, gelée :

-Il y a quelqu'un ?

Personne ne répondit. Puis, après quelques minutes, elle se rendit compte qu'aucune surprise ne l'attendait. Juste de la solitude. Ses épaules retombèrent. Elle n'allait tout de même pas passer la journée de ses dix-sept ans seule ? Elle se demanda soudainement si elles n'avaient pas oublié. « Elles ne feraient pas ça », lui intima une petite voix. Seulement, Lily n'en était plus très sûre. Son amitié avec Nelly s'était largement tarie depuis quelques temps. La rousse ne comprenait pas bien pourquoi, mais elle se doutait que ça avait un rapport avec Remus. Cependant, elle ne pouvait se résoudre à aller s'excuser. Après tout, Nelly ignorait certaines choses dont elle-même était au courant... En secouant la tête pour éviter de tourner en boucle les doutes qui flottaient autour d'elle depuis plusieurs jours, la jeune femme se décida à aller se préparer. Elle enfila une tenue un peu plus sophistiquée qu'à l'ordinaire, coiffa ses cheveux vers l'arrière puis se passa une fine couche de mascara et de rouge à lèvre foncé. Ses amies avaient peut-être décidé de la laisser tomber le jour de sa majorité, mais elle comptait bien en profiter. Alors qu'elle s'apprêtait à sortir du dortoir, elle sursauta lorsque la porte s'ouvrit d'elle-même :

-JOYEUX ANNIVERSAIRE !

Alice et Nelly lui sautèrent dans les bras. Le cœur palpitant, Lily éclata de rire et mit quelques secondes à reprendre ses esprits. Bien entendu que ses amies n'avaient pas oublié. Elles étaient probablement descendues plus tôt pour mettre au point leur surprise. La rousse se sentait désormais curieuse de descendre dans la salle commune.

-Alors, comment c'est, d'être une adulte ? Tu te rends compte que tu pourras te servir de ta baguette quand tu veux ?

Lily y avait à peine pensé. Mais Alice disait vraie, désormais, elle était considérée comme une sorcière à part entière. Etant donné que dans le monde moldu la majorité se faisait plus tard, la rousse avait de la peine à réellement se sentir adulte. A vrai dire, elle se sentait plus enfant et terrorisée que jamais à l'idée de devoir mener une vie autonome. Elle choisit tout de même de sourire :

-C'est incroyable ! Mais je me sens considérablement plus vieille, rigola-t-elle.

-Oui, d'ailleurs, j'ai cru voir un cheveu blanc ! s'écria Alice, que Lily poussa de l'épaule.

Elle ne pouvait s'empêcher de s'apercevoir que Nelly, bien que souriante, gardait le silence.

-On descend ? finit-elle par dire tout de même.

-Je vois que tu t'es faite toute jolie ! sourit Alice avec un clin d'œil. On peut savoir pour qui ?

Lily rougit. Elle avait essayé de se garder tellement occupée que les événements récents ne puissent pas pénétrer son esprit. Seulement, elle ne pouvait pas contrôler ses rêves. Elle avait brièvement expliqué l'entrevue d'avec Mulciber lorsqu'Alice lui avait dit qu'elle avait crié durant la nuit, un matin. Elle s'était bien tarie de parler de Dorcas. Elle avait décidé que ce n'était pas son problème, et peut-être que Mulciber disait vrai... Peut-être ne devrait-elle pas se mêler des histoires de tout le monde. Elle avait bien fait d'autres rêves aussi, mais ceux-ci, elle se gardait de les partager à ses amies.

-Pour moi, figure-toi !

-Et c'est une bonne chose ! sourit Nelly. On y va !

Lily descendit les escaliers, le cœur battant. Elle s'attendait à être surprise à nouveau. Cependant, lorsqu'elle traversa la Salle commune, aucune banderole ou foule en délire n'était là pour l'accueillir. Uniquement quelques élèves, dont un de quatrième année qui lui souhaita un joyeux anniversaire en souriant. Quelque peu déçue, la rousse se força à participer à la conversation, en faisant comme si de rien n'était. Puis les trois filles allèrent prendre place à la Grande Salle, où un délicieux buffet de petit-déjeuner l'attendait. Affamée, elle se servit de tout ce qui lui faisait plaisir, et prit même deux parts de gâteau marbré.

-Eh bien, c'est d'être vieille qui donne cet effet ?! rigola Nelly.

Lily haussa des épaules :

-Il paraîtrait que l'on grandit jusqu'à vingt-cinq ans, je profite !

En essayant encore une fois de paraître nonchalante, ses yeux ne pouvaient s'empêcher de faire des allers-retours vers la porte de la Grande Salle. Etant donné l'heure relativement matinale pour un samedi, peu de gens n'étaient encore présents. Personne qui ne lui ait souhaité son anniversaire. Cependant, elle savait parfaitement qui c'est qu'elle guettait mais, encore une fois, n'en aurait parlé pour rien au monde à ses amies. Alors que la conversation tournait dangereusement autour des projets de Lily pour son avenir amoureux, quelqu'un lui tapota l'épaule. Encore une fois surprise, elle se tourna légèrement, et découvrit un Amos Diggory rouge pivoine :

-Salut Lily. Je voulais te dire... Je te souhaite un très bon anniversaire ! J'espère que tu profiteras bien de ta journée. Et puis, à...

Le temps qu'il marqua fut assez long pour que Lily ne remarque le regard assassin d'Alice dans son dos. Elle sourit et fit mine de rien :

-A bientôt !

-C'est gentil Amos. J'essayerai de profiter autant que je le peux ! A bientôt, passe une belle journée.

Une fois le garçon parti, Alice regarda Nelly d'un air entendu :

-Il me semble que nous étions en train de te demander où tu en étais dans ta vie amoureuse. Il semble en tout cas que tu aies du choix dans tes prétendants.

Les joues chaudes, Lily lança un bout de pomme à la figure d'Alice, qui semblait plus guillerette qu'elle ne l'avait été depuis longtemps. Seule Nelly semblait en retrait. Lorsque Lily s'était imaginée sa journée de dix-sept ans, elle avait pensé que sa meilleure amie lui aurait prévu diverses surprises à travers la journée et, qu'une fois la soirée arrivée, elles la passeraient à boire des Bieraubeurres et à se raconter des secrets inavouables. Cependant, il semblait à la rousse que son imagination l'avait amenée bien loin de la réalité. Cela faisait un certain temps que les deux jeunes femmes n'avaient pas été autant proches. Le silence retombé, le ventre de Lily se tordit, et un vilain sentiment de déception commença à s'installer en elle. Sentiment qui ne fut qu'amplifié lorsqu'arrivèrent les chouettes et hiboux à travers la Grande Salle. Une magnifique chouette se posta devant elle, avec deux grosses cartes accompagnées de deux paquets au moins autant gros.

-Les premiers cadeaux ! s'excita Alice.

Bien plus réservée, Lily ouvrit la première carte.

-C'est ma grand-mère, sourit-elle.

Sa grand-mère Nana, la seule qui lui restait, était le seul membre de sa famille autre que ses parents et sa sœur qui savait qui elle était réellement. C'était toujours un plaisir d'aller à sa rencontre, et de recevoir des lettres de sa part. La vieille dame semblait comprendre parfaitement la situation, et offrait toujours à Lily un réconfort apprécié. Sa gentille carte ainsi que les chocolats et le gros pull en laine tricoté maison qui l'accompagnaient lui firent chaud au cœur. Alors que Nelly avait pris la carte et Alice regardait les boîtes de chocolat, étonnée que les bonhommes dessus ne bougent pas, Lily lut la deuxième carte, la boule au ventre :

Ma chère Lily,

Quelle fierté de te voir atteindre tes dix-sept ans ! Tu fêteras ta majorité dans notre monde l'année prochaine mais, chez les sorciers, nous comprenons que cette année est des plus importantes. Nous sommes fiers de ton chemin parcouru, de la jeune femme mûre, réfléchie et autonome que tu deviens, de tous tes accomplissements.

Profite de tes derniers mois à Poudlard, trouve ta voie, nous avons confiance en tes capacités.

Nous sommes persuadés que tu fêteras tes dix-sept ans dignement, et que tes amis t'auront préparée de belles surprises. Avec modération toutefois !

Ce petit cadeau pour te rappeler que nous sommes avec toi tous les jours, que nous t'aimons très fort, que nous pensons à toi en ce jour si important et que nous attendons avec impatience de pouvoir fêter ton anniversaire à ton retour à la maison !

Des gros bisous,

On t'aime fort,

Maman, Papa, Pétunia.

 

Emue devant la lettre de ses parents, Lily sentit tous les sentiments et ressentiments qu'elle avait pu contenir durant les jours précédents éclater en elle. Pétunia n'avait pas signé la carte. Elle reconnaissait parfaitement l'écriture de sa mère derrière, et la tentative échouée de faire croire que sa sœur avait participé au cadeau. Les larmes aux yeux, elle ouvrit le paquet : il contenait une magnifique plume en argent plaqué, des boucles d'oreille au moins aussi ravissantes, et une photo - moldue - avec un cadre orné de pierres précieuses. Elle fut encore plus touchée en sachant combien ce cadeau avait dû leur couter. Sur la photo, se tenaient ses parents, dans les bras l'un de l'autre, souriant fièrement à l'objectif. Puis Pétunia, en retrait, qui avait l'air d'avoir été traînée de force. Sa tentative de sourire ressemblait plutôt à une photo que les informations montraient à la télévision lorsqu'ils mettaient en garde contre un prisonnier fugitif. Puis, Lily sentit les larmes couler. Elle aurait voulu que, pour ses dix-sept ans, les gens qui comptaient à ses yeux soient présents pour elle. Non pas de force, ou avec un sentiment de gêne environnant, mais réellement là. Et ce n'était pas le cas. Alice et Nelly semblaient impuissantes face à la situation.

-Je suis désolée, finit par dire Lily lorsqu'elle réussit à éponger ses larmes sans faire couler son mascara.

-Est-ce qu'on peut faire quelque chose ? demanda doucement Alice.

Lily fit non de la tête. Nelly semblait encore plus gênée qu'auparavant, mais n'avait toujours pipé mot. La rousse décida de se concentrer sur ses cadeaux. Elle passa ses sublimes boucles d'oreille, expliqua à Alice le fonctionnement d'une plume version moldue, rangea le cadre, les lettres et le pullover dans le sac à dos, et proposa des chocolats londoniens à ses deux amies, qui acceptèrent volontiers. Alors qu'elles testaient à tour de rôle toutes les saveurs et qu'elles les commentaient, Lily ressentit l'atmosphère devenir plus légère. Cela faisait une heure qu'elle avait dix-sept ans, et elle était déjà passée par un nombre incalculable de montées émotionnelles. Alors qu'elle se disait qu'elle n'était pas au bout de ses peines, des bruits tonitruants se firent entendre derrière les portes de la Grande Salle, qui s'ouvrirent à la volée. Puis, le cœur battant et rouge de honte, Lily se rendit compte que les Maraudeurs se dirigeaient droit sur elle, en chantant - ou plutôt hurlant - de tous leurs poumons : « JOYEUX ANNIVERSAIRE LILY EVANS ». La jeune femme ne savait réellement pas quoi ressentir à l'instant présent. C'était presque de l'horreur qui la prenait au ventre. Puis, en se tournant vers ses amies et en se rendant compte que celles-ci se tenaient les côtes tellement elles riaient, elle se décida à prendre part à la rigolade, et se mit aussi à éclater de rire. Sirius et Remus vinrent prendre place à ses côtés. Peter prit place vers Nelly, et James à côté d'Alice. Lily avait de la peine à le regarder dans les yeux, et préférait attendre que ses joues aient repris une couleur normale avant de le faire.

-Eh bien, je ne m'y attendais pas !

-On s'est dit que le plus voyant c'était, le mieux ça serait ! On a voulu attendre qu'il y ait plus de monde dans la Grande Salle, mais il semblerait qu'ils se soient tous donné le mot pour dormir, expliqua Sirius en haussant des épaules, joviale.

-Oui, mais ne t'inquiète pas, on compte le faire dès qu'on le pourra ! Tu as dix-sept ans pendant vingt-quatre heures, après tout ! rigola Remus.

Lily secoua la tête, puis proposa aux Maraudeurs de goûter au chocolat, chose qu'ils firent sans se faire prier. Elle n'avait toujours pas regardé James, qui semblait murmurer quelque chose à l'oreille d'Alice, qui se mit à parler à voix basse avec Nelly. Elle fit mine de les ignorer, et rigola au récit de Sirius qui expliqua que le professeur Mcgonagall les avait entendus, et, qu'après les avoir réprimandés pour le bruit, s'était mise à entonner elle-même la chanson. Heureusement pour elle, seuls les professeurs Binns et Chourave se trouvaient dans la Grande Salle à ce moment-là. Le premier ne semblait même pas avoir entendu le grabuge, et la deuxième avait lancé un « joyeux anniversaire » timide à travers la salle. D'autres élèves, présents, s'étaient levés pour lui faire la bise. Lily avait l'impression que le monde tournait autour d'elle et, pour une fois, ne trouvait pas cela désagréable.

-Joyeux anniversaire Lily !

Cassidy venait de l'interpeller. La rousse la remercia vivement, puis se tendit lorsqu'elle se rendit compte que Dorcas se tenait derrière, gênée. Elle lui murmura un faible souhait, et Lily la remercia froidement. Les autres personnes présentes, trop absorbées par la dégustation de chocolats et les conversations, ne semblait pas l'avoir remarqué. Lily comprenait son attitude envers Dorcas, elle ne comprenait cependant pas pourquoi la jeune fille semblait au moins autant froide à son égard. En secouant la tête pour éviter d'y penser, elle proposa tout de même aux filles les chocolats. Après quelques minutes de joyeux échanges, Sirius se leva d'un coup :

-Ce n'est pas tout Miss Evans, mais nous avons un match de Quidditch à aller regarder ! Bien que je n'ai aucun espoir, ce serait probablement le plus beau jour de ma vie si Poufsouffle battait Serpentard aujourd'hui. Profite de ta journée ! Je ne suis pas fan des anniversaires, comme vous vous étiez sans doute rendu compte, mais avoir dix-sept ans et pouvoir lancer des sorts à tout va, c'est super cool !

Avec une tape dans le dos, il s'éloigna de la Grande Salle, Peter à ses trousses.

-On essaye de se voir tout à l'heure ? J'aimerais bien te donner ton cadeau, sourit Remus avant de partir lui aussi.

Lily acquiesça, déboussolée. Puis James se leva, et elle consentit enfin à le regarder dans les yeux. Elle aurait juré qu'il y avait plus que l'air nonchalant qu'il essayait de se composer sur le visage :

-Encore un joyeux anniversaire ! A bientôt, lança-t-il avant de s'éclipser lui aussi.

La sensation de déception intense menaçant d'exploser à nouveau, Lily enfourna dans sa bouche deux gros carrés de chocolat, complètement dépassée par les événements.      

Elle avait essayé de l'éviter le plus longtemps possible, mais elle ne pouvait décemment pas retarder le moment de descendre de son dortoir. De plus, son ventre se mettait à gronder dangereusement tant elle avait faim. Elle décida donc de prendre son courage, poussa la porte du dortoir et descendit dans la Salle commune. Les conversations allaient bon train et les élèves semblaient surexcités. Elle avait espéré éviter cela, mais apparemment il allait falloir l'affronter. L'équipe de Quidditch de Serpentard se tenait au milieu de la salle, au complet. Lucius avait pris la parole :

-Vous pensez bien que ce match n'est qu'une vague plaisanterie pour nous. Comme si Poufsouffle pouvait nous battre dans quoi que ce soit !

La salle au complet éclata de rire.

-Mais enfin, on compte sur vous pour nous encourager le mieux que vous pouvez !

Alors que les élèves de Serpentard huaient et tapaient dans leur main, le regard de Narcissa croisa celui de Lucius, implacable :

-On compte sur chacun d'entre vous, dit-il d'un ton qui n'acceptait aucun refus.

La jeune femme se sentit déglutir péniblement. Elle n'avait pas prévu cela. Elle ne voulait pas aller voir le match, c'était certain. Elle avait prévu d'aller prendre son petit-déjeuner, et de travailler sur le devoir de potions, dont elle ne comprenait pas un traître mot. Elle savait pertinemment que si ces notes se révélaient décevantes, ses parents allaient le lui faire payer. Une Black se devait de faire honneur à sa famille. Cependant, les événements récents l'avaient quelque peu éloignée de ses études, et elle comptait bien rectifier le tir. C'était sans compter Lucius, qui, avant qu'elle ne put faire quoi que ce soit, se posta devant elle, son balai à la main :

-Tu seras là ?

-Quand ? dit-elle comme si elle ne comprenait pas la question.

Lucius souffla bruyamment, signe qu'il perdait patience. Il s'approcha encore un peu plus :

-Ne joue pas à ça avec moi, lui murmura-t-il dangereusement.

Bien que son corps tremblait et que sa morale lui dictait de faire ce qu'il lui disait, son courage, lui, lui intimait bien d'autres choses. Elle le regarda dans les yeux et dit :

-Sinon quoi ?

Elle fit un pas en avant pour s'en aller, mais Lucius lui agrippa le bras, et serra plus que ce qu'il n'en fallait :

-Ecoute-moi bien. Je ne sais pas ce qui t'arrives ces temps, ou ce que cette Erin t'a mis dans la tête. Je t'ai laissé faire ton petit manège, mais c'est terminé. Tu vas venir voir ce match, Narcissa.

C'était un enjeu de pouvoir, elle le savait. Mais elle ne pouvait décemment pas le laisser gagner. Peut-être ne contrôlait-elle pas son futur, peut-être que ses parents régiraient toujours sa vie, que son nom lui donnerait toujours la marche à suivre, et qu'elle serait à jamais la femme de Lucius Malefoy. Mais ce qu'elle contrôlait, c'était ce qu'elle ressentait à l'instant même, et ce que cette petite voix - plus rebelle que le reste de sa personnalité - lui dictait :

-Eh bien regarde-moi bien. Car je vais me rendre dans la Grande Salle, prendre mon petit-déjeuner, et à aucun moment me diriger vers le terrain de Quidditch. Bonne chance à Serpentard.

Elle se défit de l'emprise du garçon, et sortit en trombe de la salle commune de sa maison, les joues encore brûlantes.

 

Ça n'était décidemment pas la journée parfaite et emplie de joie qu'elle s'était imaginée. Ça n'était que la fin de matinée, mais elle était déjà passée par tous les états d'âme qu'elle connaissait. Elle revenait de la bibliothèque. Lily avait cru à une blague lorsque Nelly lui avait proposé de passer leur matinée là-bas, afin d'avancer leur devoir. Cependant, ça avait été bien réel. C'était la première fois que la rousse voyait sa meilleure amie aussi concernée par les études. Le point positif était qu'elles avaient toutes deux considérablement avancé dans leurs devoirs, et qu'elles allaient pouvoir les laisser de côté pour le reste du weekend. Cependant, Lily aurait voulu passer la journée de ses dix-sept ans à faire autre chose que ce qu'elle faisait déjà quotidiennement. De plus, les deux filles n'avaient pratiquement pas échangé un seul mot. Cependant, Remus venait de la sortir de ces questionnements et de l'emmener prendre le grand air, dans le parc. Ce dernier était bondé des élèves qui revenaient du match de Quidditch entre Serpentard et Poufsouffle. Le garçon lui avait demandé de le rejoindre une fois le match terminé, afin de profiter ensemble de sa journée des dix-sept ans. Lily doutait de plus en plus qu'une surprise arriverait. Si c'était le cas, pourquoi Remus voudrait-il le voir à l'instant présent ? En décidant de remettre ces questionnements à plus tard, la jeune femme avança vers le garçon qui, elle était soulagée, était seul.

-Alors ce match ? Qui a gagné ?

Remus soupira :

-Malheureusement, pas l'équipe que l'on aurait souhaité. Mais c'était un match serré. Gryffondor aura du souci à se faire contre Poufsouffle.

Lily acquiesça. Elle n'y connaissait pas grand-chose en Quidditch, mais savait pertinemment que la dernière coupe serait la plus cruciale pour l'équipe de sa maison.

-Et toi, comment s'est passée ta matinée ?

La rousse hésita : elle aurait eu envie de tout lui raconter, du fait qu'elle aurait égoïstement souhaité une surprise de la part de ses amies, que son anniversaire ne se résume pas à quelques personnes le lui souhaitant lors de son petit-déjeuner, d'une lettre que sa sœur n'avait pas signée, et d'une matinée à la bibliothèque avec la fille dont elle ne savait plus si elle était la meilleure amie. A la place, elle ravala sa salive et dit :

-C'est loin d'être terminé !

Et c'était la vérité : la journée ne faisait que commencer. Peut-être que son temps avec Remus allait remonter son moral. Elle s'était d'abord sentie coupable de son amitié avec le garçon, puis, à voir la manière dont Nelly réagissait, se disait qu'elle ne trahissait finalement aucunement leur amitié.

-On va se balader ?

Lily acquiesça. Remus l'emmena vers un coin un peu plus reculé du parc. Elle le vit hésiter à prendre un petit chemin plus broussailleux et sauvage, puis finalement opta pour aller s'assoir sur un gros caillou, à l'abri de la neige. Il faisait grand soleil ce jour-là, mais la poudreuse n'était pas prête à faire ses aurevoirs au château. Ce qui n'était pas pour déplaire à Lily. Les températures étaient cependant remontées, et il était agréable d'être assise dans l'air frais mais sec de la fin du mois de janvier.

-Eh bien, j'ai quelque chose à te donner, lui dit soudainement Remus.

Elle vit les joues du garçon devenir roses, et fut touchée. Il lui tendit un petit paquet. Ce dernier était d'un bleu roi. Il y avait un ruban argenté sur le dessus. En prenant soin de ne pas le déchirer, Lily tira dessus et ouvrit la petite boîte : elle contenait un splendide collier, en argent apparemment aussi. Le pendentif représentait un arbre de vie. Il était tout en délicatesse et élégance. Ce fut au tour de la rousse de rougir. Elle savait pertinemment le prix que ça avait dû coûter au garçon, et était aussi au courant de ses moyens actuels limités.

-Remus... Tu es fou ! Tu n'aurais pas dû c'est...

-Ne t'en fais pas. Ça me fait réellement plaisir, Lily. Tu sais... Je sais bien que notre amitié n'est plus ce qu'elle était lorsque l'on s'est connu. Il y a eu... D'autres personnes, entre temps, qui ont faussé le jeu. Mais tu restes quelqu'un de très important pour moi. Poudlard n'aurait jamais été aussi agréable sans des personnes comme toi, qui m'ont aidées, qui m'ont... Comprises. Alors, ce cadeau, c'est à la fois pour te souhaiter les meilleures dix-sept ans possibles, mais aussi pour te dire merci de tout ce que tu m'as apporté.

Lily en resta bouche-bée. Remus n'avait jamais été de ceux qui faisaient de longues déclarations. C'était pourquoi elle était aussi touchée. Les larmes aux yeux, elle prit le garçon dans les bras :

-Ton amitié compte énormément pour moi. Je te remercie, Remus.

Elle lui sourit, ce qu'il lui retourna. Pendant un instant, le temps parut s'arrêter, et Lily se revit, jeune et plus insouciante, parler à ce jeune garçon très timide qui passait son temps le nez dans ses livres. Elle se souvenait de sa gentillesse, sa timidité touchante, et du fait, qu'avec lui, elle ne se sentait pas comme à part. Elle ne savait exactement pourquoi, mais Remus semblait parfaitement comprendre ce qu'elle vivait, en tant que jeune fille née-moldue dans une école de sorciers. Pourtant, le garçon provenait d'une famille tout ce qu'il y avait de plus sorcière. Leur amitié s'était scellée ainsi, simplement, ponctuellement. Ils parlaient de cours, de livres, rigolaient ensemble. Puis, un jour, lorsque Lily était en troisième année, elle comprit pourquoi Remus était aussi avenant, et semblait parfois plus triste que ce qu'il ne devrait. Elle l'avait deviné seule, après que le garçon ne se trompe dans le nom de la maladie qu'il attribuait à sa mère pour cacher ses absences répétées après les soirs de Pleine Lune. Elle était allée lui en parler. Remus s'était excusé, puis avait promis qu'il ne s'approcherait plus d'elle. Mais Lily n'avait rien voulu entendre : elle savait ce que c'était que d'être différente. Et était bien placée pour comprendre que les gens ne peuvent être définis que par un seul aspect de leur personnalité. Depuis, l'amitié entre Remus et Lily semblait scellée à tout jamais. La rousse secoua la tête. Elle regarda de plus près son ami : ses traits étaient tirés, ses habits un peu plus rapiécés que la moyenne. Cependant, il possédait une beauté qui lui était propre. C'était sa gentillesse qui se lisait sur ses traits, sa force qui transparaissait de son visage. Elle comprenait ce que Nelly lui trouvait. Puis elle se rendit compte que Remus était le rare garçon qu'elle ait côtoyé pour qui elle n'avait jamais eu aucune ambiguïté. Elle était presque certaine qu'il en allait de même pour lui. Car les liens qui les unissaient ne pourraient résister aux drames amoureux qu'ils devaient tous deux subir.

-Tu vas bien ? lui demanda soudainement le garçon.

-Oui, je me disais juste que j'avais de la chance de t'avoir.

Il lui sourit simplement :

-Alors Miss Evans, tu es la reine de la journée ! Dis-moi, qu'est-ce qu'il te ferait plaisir ?

 

 

Ça avait été un défi, mais un succès que de faire croire à Lily qu'il n'y avait rien de plus de prévu pour son anniversaire. Alice soupçonnait son amie d'être secrètement déçue, mais elle était persuadée que ça allait vite passer lorsqu'elle se rendrait compte de l'immensité de la fête que tous lui avaient concocté. Lily était une personne appréciée par beaucoup. Elle était leader, intelligente, ne rechignait jamais à apporter son aide, et était d'une grande gentillesse. Bien qu'Alice savait que beaucoup la craignait aussi pour son caractère, ça avait été facile de convaincre les personnes d'assister à la fête. La jeune femme se mordit la lèvre, en se disant qu'elle avait peut-être forcé sur la quantité de personnes invitées. En se disant qu'ils trouveraient bien une solution afin de faire entrer tout le monde dans la salle commune de Gryffondor, Alice prit une grande respiration : Nelly avait pris la relève et avait emmené Lily chez Hagrid. Quant à elle, il lui restait quelques derniers détails à préparer mais, surtout, deux grandes conversations à avoir. Le cœur battant et les paumes moites, la jeune femme se dirigea vers sa première source d'inquiétude :

-Salut Cassidy, tu aurais une minute ?

Alice vit la jeune femme lever les yeux de son livre puis ceux-ci s'assombrirent.

-J'aimerais bien que l'on discute, insista Alice.

Cassidy soupira, puis finit par abdiquer. Les deux jeunes femmes trouvèrent un coin tranquille dans la salle commune, qui n'était pas encore occupé par des banderoles et des piles de verres et d'assiettes en plastique.

-Je suis désolée de ne pas être venue plus tôt. J'avais peur de ta réaction. Et je m'en suis énormément voulu. Je n'ai pas réellement d'excuse. Je suis juste sincèrement désolée de ce que j'ai fait. C'était stupide, immature et je n'ai pas pensé aux conséquences. La seule chose que je peux t'assurer, c'est que je ne ressens absolument rien d'autre que de l'amitié pour Sirius. Et c'est pareil pour lui. Bien sûr, je le trouve beau. Je pense que même le professeur Mcgonagall le trouve à son goût. Mais, à cette soirée, j'étais tellement mal dans ma peau que j'ai bu, et que rendre jaloux Franck est devenu ma première priorité. Je l'ai fait à tes dépens, et pour cela, je n'ai aucune excuse. Je suis désolée. Tu comptes pour moi.

Pendant quelques instants, Cassidy ne dit rien. Alice se sentait à la fois soulagée, car elle n'aurait pu être plus sincère. Mais elle redoutait réellement la rancœur de Cassidy, car la jeune femme faisait partie de ses plus proches amies.

-Merci de venir t'excuser. Je t'en ai voulu, c'est vrai. Mais ça m'a aussi permis de me rendre compte que je méritais mieux que ça. Je te crois quand tu dis que tu n'as rien pour lui, et que ce n'était pas prévu.

Alice fut instantanément soulagée. Elle comprenait parfaitement que Cassidy ait besoin de temps, mais c'était déjà tellement de lui accorder son pardon. Soudain, elle sentit des larmes menacer de couler :

-Je sais bien que je suis une réelle catastrophe. Dans tous les sens du terme. Et je ne sais absolument pas pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. Mais je t'assure que ça ne se reproduira plus jamais, car tu comptes bien trop pour moi.

-J'imagine que l'on doit tous apprendre quelque chose, dit Cassidy en haussant des épaules. Fais juste attention que ça ne soit pas aux dépens des autres.

Alice acquiesça, sourit puis les deux filles se prirent dans les bras. La jeune Potter lui lança un signe de la main et repartit à la lecture de son livre. Alice se sentait à la fois soulagée d'avoir retrouvé une amie, puis plus anxieuse que jamais, en sachant pertinemment quelle était l'autre personne vers laquelle elle devait s'excuser. Elle lui avait demandé de la rejoindre dehors, près du saule cogneur afin qu'ils soient les plus seuls possibles. La jeune femme se sentait tremblotante et sur le point de tomber à la renverse lorsqu'elle se dirigeait vers l'arbre, qui semblait faussement calme ce jour-là. Il était venu. Il avait cette veste qu'elle aimait tant. Ses cheveux étaient plus courts. Ça lui allait bien. Il ne la regardait pas. Son attitude était impénétrable. Il avait les mains dans les poches, mais semblait plus sûr de lui que jamais. Il ne la regarda que lorsqu'elle s'arrêta devant lui.

-Salut, dit-elle d'une petite voix.

-Salut.

Son ton était dur, rauque. Il ne semblait pas avoir envie d'être ici. Alice déglutit. Elle avait pensé que si Franck était venu, c'était qu'elle lui manquait, qu'il voulait arranger les choses. Mais il semblait qu'elle allait devoir donner plus que ça pour que ça se fasse. Elle s'éclaircit la gorge :

-Eh bien, merci d'être venu.

Sa voix tremblait, et elle ne savait pas comment elle allait faire pour poursuivre. Elle prit une grande inspiration :

-C'est difficile pour moi de te parler. Mais j'en avais besoin. Ce soir, c'est l'anniversaire de Lily, et j'aimerais qu'il n'y ait... Aucun débordement...

Franck ne disait toujours rien. Il la regardait dans les yeux, et Alice était incapable de dire ce qu'il pensait à l'instant présent. Mais il semblait beaucoup moins dans l'émotion qu'elle.

-Je sais que j'ai fait n'importe quoi. Et je m'en excuse. Sirius c'était... C'était pour te faire réagir. J'en avais marre d'avoir l'impression que tu te fichais de moi, de ne jamais être assez bien pour toi. Et... J'ai voulu me venger.

Sans qu'elle ne le comprenne, Franck se mit à rire. D'un rire sans joie, presque cruel :

-Eh bien, je vois que les excuses selon Alice Fortescue sont très particulières : « excuse-moi, mais c'est ta faute ». Tu as fini ?

-Ce n'est pas ce que j'ai dit ! J'essaye de t'expliquer pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. Et que ça n'a rien avoir avec le fait que Sirius me plait. Ça a avoir avec toi, moi, notre relation.

Alice sentait la situation lui échapper complètement. Ça n'était pas l'issue qu'elle s'était imaginée. Franck avait sorti ses mains des poches, et semblait à nouveau en proie à une grande fureur.

-Je m'en contrefiche de savoir pourquoi tu as fait ce que tu as fait. Tu m'as humilié. Tu as embrassé Sirius Black devant mes yeux. Arrête de jouer à la victime Alice. Tu n'es pas une victime. Tu aimes ça. L'attention que les garçons te portent. Être le boute-en-train. Ne viens pas me mettre ça sur le dos !

Alice commençait elle-même à sentir la colère monter. Elle était d'accord pour reconnaître ses torts, mais ne voulait pas endosser la responsabilité pour la dérive qu'était leur relation - si relation il y avait encore - à l'heure actuelle.

-Je te trouve totalement injuste ! Il n'y a que tes copains, ton Quidditch et ta famille qui compte ! Tu n'as jamais aimé venir chez moi, faire des choses avec moi, ou pour moi.

A nouveau, Franck éclata d'un rire ironique :

-Et tu te demandes pourquoi ? Ta famille me déteste ! Ils passent leur temps à me lancer des piques, auxquelles tu rigoles.

-Ce n'est pas ma faute si tu n'as aucun humour ! Apprends à rigoler de toi bon sang, tu ne peux pas toujours être parfait comme ta mère voudrait que tu le sois !

Alice savait qu'elle était allée trop loin. Elle le comprenait à la posture de Franck, qui avait remis ses mains dans ses poches et qui s'avançait vers elle :

-C'était tout ce que tu avais envie de me dire ? Parce que pour ma part, j'en ai fini avec toi.

Puis il s'en alla. Ce fut à ce moment que le saule cogneur choisit pour se secouer et, ensevelie sous la neige, Alice se mit à pleurer un torrent de larmes.

 

 

-On ne va tout de même pas rester enfermées ici à tout jamais ! La fête ne fait que commencer si tu veux mon avis.

Narcissa soupira. Ça durait depuis plusieurs heures. L'équipe de Serpentard était revenue victorieuse - bien que Narcissa eut des échos que la victoire avait été plus difficile que prévue. Ils étaient allés manger, se changer, puis avaient réquisitionné la salle commune de Serpentard afin de fêter l'événement. Le match qu'il venait de disputer contre Poufsouffle les plaçait en tête dans la coupe de Quidditch. La blonde se fichait pas bien mal que son équipe ait gagné. Elle souhaitait à tout prix éviter Lucius. C'était la première fois qu'elle osait se rebeller face à lui, et n'était pas encore tout à fait à l'aise avec le concept. C'était pourquoi elle était montée dans sa chambre, et tentait tant bien que mal de lire malgré les remontrances d'Erin et les échos de la fête, qui semblait déjà bien plus qu'entamée.

-Ecoute. Je ne devrais pas te le dire. Mais j'ai vu quelque chose. Quelque chose qui ne va pas te plaire.

Narcissa eut la boule au ventre et la gorge soudainement sèche. Son amie semblait sincère et réellement embêtée.

-Ton Lucius, il ne se fait pas prier pour t'attendre. Toutes les filles de la maison ont compris qu'il y avait de l'eau dans le gaz entre vous. Tu penses bien qu'elles ont toutes envie de devenir la future Madame Lucius Malefoy.

Narcissa se renfrogna : ça ne l'étonnait pas. Les filles de sa maison le faisaient même lorsqu'elle était présente.

-Rien de nouveau, grogna-t-elle.

-Rien de nouveau, sauf qu'il y a un rapace plus insistant que les autres là en-bas. Et crois-moi, je connais Elia Parkinson, et à côté, je suis un petit oiseau docile.

Narcissa laissa tomber son livre puis le ramassa, troublée. Elle connaissait Elia Parkinson. En effet, Erin paraissait relativement sage et adorable à côté. Parkinson était la fille d'une lignée de sorciers très puissants, qui lui provenaient de sa mère. C'était la seule famille qu'elle connaissait où le nom de famille se transmettait de mères en filles.

-Oui, il me semblait aussi que tu n'allais pas jouer celle qui s'en fiche très longtemps. Ecoute, je ne suis pas du tout pour que tu lui cours après. Mais te terrer dans ton dortoir en le laissant se faire aguicher par des Parkinson, ça n'est pas réellement s'affirmer non plus.

-Et alors ? C'est quoi ton plan ?

Erin eut soudainement un sourire qui en disait long sur ses intentions.

-Il est temps que nous fassions un petit tour dans ma garde-robe.

 

 

-Tu perds ton temps, je n'irai pas.

-Et je peux savoir pourquoi ? C'est samedi soir. C'est enfin l'occasion de décompresser un peu depuis ce début d'année complètement... fou ! Allais, on va s'amuser ! Il y aura plein de beaux garçons...

-Cassidy, ce n'est pas la peine d'insister. Je n'ai pas ma place là-bas.

La jeune femme haussa des sourcils. Cette journée avait été au-delà de ses espérances : bien que Serpentard ait gagné le match, Poufsouffle s'en était remarquablement bien tiré - ce qui l'avait inquiétée pour les matchs à venir, mais ça avait été bon de voir Mulciber se prendre un cognard en plein visage -, elle avait pu avoir une conversation avec Alice, qui l'avait aidée à pardonner à son amie. Enfin, elle se réjouissait comme une enfant du fait de revoir Benjamin. La dernière entrevue qu'elle avait eue avec lui s'était montrée très convaincante : elle l'avait rejoint lorsqu'elle n'avait pas pu aller au cours de transplanage. Les deux jeunes gens avaient écumé le parc de Poudlard, en parlant de tout et de rien, en se lançant des boules de neige et en faisant une course sur le terrain de Quidditch, qu'elle avait gagné. Lors des aurevoirs, il lui avait semblé que Benjamin avait fait un pas dans sa direction et, pour elle ne savait quelle raison, elle avait tourné la tête. Elle savait qu'il serait présent ce soir, puisque c'était lui qui mettrait la musique, et elle comptait bien rectifier ce dernier geste. Elle avait voulu en parler à Dorcas mais, lorsqu'elle avait retrouvé son amie après le cours de transplanage, celle-ci était plus livide que jamais. Elle avait prétendu que les cours l'avaient laissée pantoise, mais cela durait depuis désormais plusieurs jours. Cassidy se faisait du souci, mais était aussi en colère contre son amie : elle se sentait de moins en moins apte à lui confier quoi que ce soit.

-Comment ça pas ta place ? C'est l'anniversaire de Lily, une Gryffondor ! Bien sûr que tu as ta place.

Elle vit son amie se renfrogner, et haussa des sourcils :

-Qu'est-ce qu'il y a ? Tu ne l'aimes pas ? demanda Cassidy, pour qui cela semblait difficile.

Dorcas haussa des épaules :

-Je ne vois pas ce que tout le monde lui trouve.

Cassidy leva les yeux au ciel et soupira :

-Peu importe, il y aura plein de monde, tu n'es même pas obligée de lui parler.

-Cass ! Je t'ai dit que je ne voulais pas y aller ! Tu es sourde ou tu fais exprès ?!

C'était la première fois que Cassidy voyait son amie aussi hors d'elle-même. Elle avait considérablement haussé le ton, et la jeune femme avait sursauté. Une boule vicieuse vint se planter dans son ventre : elle comprenait que Dorcas avait en réalité quelque chose contre elle.

-Parfait, dit-elle froidement. Eh bien moi, je vais aller m'amuser. Car, pour ta gouverne, il y aura un garçon que j'aime beaucoup ce soir : Benjamin Fenwick. Tu l'aurais su si tu m'avais ne serait-ce demandé qu'une seule fois comment j'allais ces derniers temps. Mais tu sembles bien trop préoccupée à détester Lily Evans pour le faire, pas vrai ? Et bien, bonne soirée, toute seule.

 

 

 

Elle s'était sentie seule durant cette journée, et plus mal à l'aise que jamais. Cependant, elle pensait avoir pu brouiller les pistes autant que faire ce peu. La matinée à la bibliothèque n'avait pas été une bonne idée. Elle et Lily ne s'étaient pas échangé un mot, et elle avait sentie la déception dans le regard de son amie, puis la délivrance lorsque Remus était venu la chercher afin de faire une promenade. La culpabilité que Nelly avait ressentie avait vite fait place à de la rancœur. Remus et Lily avaient passé la fin de matinée ensemble, et la jeune femme était revenue manger son dîner avec un magnifique collier autour de son cou. Puis ils avaient mangé tous ensemble, et les Maraudeurs avaient encore une fois changer joyeux anniversaire, plus bruyant que jamais, à travers la Grande Salle cette fois-ci remplie. Lily était devenue aussi rouge que son pull, et encore plus lorsque le professeur Dumbledore lui-même était venu le lui souhaiter. Nelly avait trouvé le moment appréciable et rigolo, et, malgré tout, était contente que son amie reçoive de l'attention. Pendant qu'elle s'occupait d'aller chercher la nourriture chez les elfes de maison, Alice avait pris le relai. Lily était revenue cette fois-ci avec deux merveilleuses boucles d'oreille qui s'accordaient avec son collier. Nelly se sentait de plus en plus mal à l'aise. Le cadeau en commun était le seul qu'elle n'ait prévue. Elle avait bien pensé à quelque chose, mais ne pouvait se résoudre à l'offrir à son amie. Pour la dernière partie de la journée, les deux filles s'étaient rendues chez Hagrid qui, fort heureusement, avait réussi à complètement détendre l'atmosphère avec son fameux thé trop sucré et ses biscuits trop cuits. Elles l'avaient aidé à nourrir les snargaloufs, avaient fait de gros câlins à Crockdur, puis Hagrid - sous condition qu'elles ne le disent à personne - avait ouvert une vieille bouteille d'hydromel. Le liquide avait été d'un réconfort apprécié auprès de Nelly et, elle le voyait à sa mine, auprès de Lily aussi. C'était un goût unique et délicieux. Après cela, ils avaient chanté à tue-tête. La nuit venait de tomber, et les deux filles rentraient au château, plus guillerettes qu'auparavant.

-On va manger ? demanda Lily.

Le cœur de Nelly se mit à battre contre ses tempes. Elle regarda discrètement sa montre : tout devait être prêt. Ils les attendaient depuis sans doute cinq bonnes minutes. Elle n'avait pas envie que Lily se doute de quoi que ce soit. Soudain, la décision qui la tourmentait depuis le début de journée s'imposa à elle :

-Je voulait que ce soit une surprise. Je suis vraiment nulle... J'ai complètement oublié mon cadeau dans notre dortoir, dit Nelly, feignant la déception.

Lily se mit à rire : son amie se rendit compte qu'elle semblait soulagée.

-Tu veux bien m'accompagner ? demanda Nelly.

La rousse acquiesça. Les deux jeunes filles marchèrent vers la salle commune. Nelly sentait son cœur battre contre ses tempes. Malgré les événements récents, à l'instant même, elle ne souhaitait qu'une seule chose : que la surprise soit réelle, et appréciée. Elle voyait à la tête de Lily que celle-ci ne se doutait de rien. Elle parlait comme si de rien n'était de ses rondes et des premiers sorts qu'elle allait lancer une fois au-dehors de Poudlard. Puis, alors que Nelly n'écoutait son amie qu'à moitié, elle dit le mot de passe, pria fort pour que tout se soit passé comme prévu, passa le portrait de la Grosse Dame et :

-SURPRISE ! JOYEUX ANNIVERSAIRE LILY !

 

Note de fin de chapitre :

N'hésitez pas à laisser vos commentaires et reviews! Est-ce que les différents POV sont toujours relativement faciles à suivre? J'avoue qu'avec les idées que j'ai et le fait que je commence à développer de plus en plus de personnages, c'est impossible pour moi de toujours rester sur le même POV.

 

D'ailleurs, je risque d'en tester de nouveau d'ici le prochain chapitre...

 

Je vous donne donc RDV au prochain chapitre :) !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.