S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous,

 

Voici la deuxième partie de ce chapitre ;-) J'espère que vous aurez autant de plaisir à le lire que j'ai eu à l'écrire!

 

A bientôt :D Bonne lecture!

 

C'était un sentiment qui lui tiraillait le corps, et qu'elle n'avait jamais ressenti aussi vivement. Peut-être parce qu'elle avait toujours réussi à se mentir à elle-même, à mentir aux autres avec brio. Peut-être aussi car elle n'avait jamais eu l'occasion de réellement le ressentir : après tout, James Potter la courtisait depuis des années, et elle n'avait jamais eu à être jalouse de quoi que ce soit, étant donné que jamais Lily Evans ne serait intéressée par James Potter. Cependant, bien que ce fût la fête d'anniversaire la plus démente que quiconque lui eut jamais organisé, Lily était complètement obscurcie par cette sensation qui venait s'insinuer dans chaque parcelle de son être. C'était piquant, impulsif, incontrôlable. Elle avait bien tenté de sauver la face, afin que ce soit lui qui fasse le premier pas. Cependant, désormais, en plus du sentiment insoutenable de jalousie, Lily devait faire face à l'agacement que lui procurait Amos Diggory depuis plusieurs heures. Jason avait abdiqué, et avait semblé comprendre que ce petit jeu ne le mènerait à rien : il était désormais en train de fricoter avec Irina Patil au fond de la salle. La rousse s'en fichait pas bien mal, et était au contraire contente de voir l'issue de la situation. Cela faisait quelques minutes qu'elle essayait de trouver un moyen, n'importe lequel, pour faire fuir Amos sans le faire souffrir. Le garçon était certes collant, mais il n'en était pas pour autant méchant. Au contraire, Lily sentait que c'était un réel attachement qu'il ressentait pour elle. Elle n'avait jamais eu à faire face à cela : bien que plusieurs personnes insistaient à dire qu'il en était de même pour James, au vu de ses agissements le soir-même, la rousse était persuadée qu'elle avait eu raison de penser que le garçon ne faisait que jouer avec elle, mais qu'il n'était en aucun cas sincère. C'était différent avec Amos : elle lui plaisait réellement, elle le savait. Cependant, ce n'était en aucun cas réciproque. A la jalousie et l'agacement s'ajouta la culpabilité : elle n'aurait jamais dû se servir de lui pour arriver à ses fins, qui de plus, s'envolaient en fumée devant ses yeux. Elle ne pouvait désormais plus s'en cacher : toutes les minutes, elle tournait la tête pour apercevoir James toujours plus proche d'Emmeline. Les deux semblaient commenter les agissements de Sirius et de Marlene qui, quelques mètres plus loin, semblaient ne plus pouvoir se décoller. Lily était ravie de voir qu'au moins quelques personnes s'amusaient bien plus à sa fête qu'elle-même. Encore une fois en écoutant d'une oreille distraite les histoires d'Amos, la fille crut percevoir une porte de sortie.

-Alice ! cria-t-elle à la jeune femme qui sautait en l'air au milieu de la pièce, menaçant de tomber sur les personnes alentours.

Elle se disait que c'était son amie qui l'avait mis dans ce pétrin, c'était donc à elle de l'en sortir. Elle aurait bien voulu que Nelly soit là aussi, mais la jeune femme semblait avoir complètement disparu de la circulation, ainsi que Remus. Bien que Lily était contente pour eux deux, elle aurait apprécié que sa meilleure amie soit plus présente le soir de ses dix-sept ans, qu'elle avait passé pour la plupart du temps à se coltiner Amos Diggory.

-Comment se porte la reine de la soirée ? hurla Alice en arrivant vers eux.

Elle semblait ébréchée, mais mieux dans ses baskets que lors de la soirée du Nouvel An. C'est pourquoi Lily ne trouva rien à redire.

-Très bien ! C'est vraiment super. Encore merci pour le cadeau, j'ai tellement adoré ces livres !

-C'est Remus qui a eu l'idée ! Aufaite, tu sais où il est parti ?

Lily eut soudain quelque chose qui lui traversa l'esprit :

-Amos, tu nous excuses quelques petites minutes ? Il faut que nous allions commérer sur nos amis.

Le garçon sembla le comprendre, et essaya de s'introduire dans une bande qu'apparemment il ne connaissait qu'à peine. Bien qu'elle se sentit mal de laisser le garçon à lui-même, Lily se devait de se détacher de cette emprise :

-Tu crois qu'ils se sont remis ensemble ? Je ne les ai pas vu depuis...

-Alice ! siffla Lily, qui devait parler les lèvres pincées tant son énervement menaçait d'exploser. Je vais mourir si tu me laisses dans cette situation. Ça fait des heures tu m'entends ?! Des heures qu'il me tient la jambe !

Alice fronça les sourcils et jeta un coup d'œil vers Amos qui, les mains dans les poches, regardait le fond de sa bière :

-Pauvre garçon. Il ne semble pas avoir beaucoup d'amis.

Lily lâcha un soupir bruyant :

-Merci, je me sens beaucoup mieux comme ça.

Alice sembla comprendre la situation et dit solennellement :

-Mais ! Ce n'est pas ton problème, je te l'accorde. Sans compter que tu as dix-sept ans et que c'est ta soirée ! Mais pourquoi tu es restée aussi longtemps avec lui si tu ne voulais pas ?

Lily se mit à rougir. Il lui fallait une excuse. Soudain, Alice pouffa :

-J'avais envie d'entendre les histoires farfelues que tu me dirais pour te sortir de ça, mais je crois que tu me fais trop de peine. Un conseil : c'est ta soirée, alors si tu veux quelque chose, va le chercher. Quant à moi, je m'occupe d'Amos. D'ailleurs, il semblerait que ce garçon ne rechigne pas à être quelque peu utilisé...

Sans chercher à comprendre plus qu'outre mesure le sens des paroles d'Alice, Lily vit, horrifiée, son amie s'éloigner d'elle pour aller parler à Amos. Le garçon parut surpris, et la chercha du regard, qu'elle fuya. Cependant, elle n'avait pas prévu cela : elle se retrouvait désormais seule au milieu d'une foule qui n'était là qu'enfaite que pour les boissons gratuites et la musique sympathique. Tous ses amis étaient pris : Nelly était introuvable, probablement avec Remus qui lui aussi était porté disparu, Cassidy parlait avec Benjamin, qui désormais la tenait par la taille et lui murmurait des choses à l'oreille, Sirius et Marlene - qu'elle pouvait apprécier modérément - faisaient une soupe de langues, Franck parlait désormais avec Melinda Howl et Peter les regardait avec ses petits mouillés et Alice venait de partir avec Amos. Prise de panique, Lily dut sortir quelques instants de la foule, et simula de se resservir un verre. Il lui fallait un plan : elle ne pouvait décemment pas quitter sa fête avant tous les autres, et ça n'était de toute manière pas dans ses plans. Elle fut presque tentée de rejoindre Alice et Amos mais, en les voyant ainsi, Lily crut comprendre ce que son amie sous-entendait dans ses dernières paroles. Elle lui avait posé un bras sur l'épaule et, du coin de l'œil, fusillait du regard Franck et Melinda. La rousse n'eut pas à cœur de s'interposer, et Amos semblait enfin avoir lâcher le morceau. Il était hors de question qu'elle ne retourne vers Jason, qui désormais embrassait à pleine bouche Irina Patil. Horrifiée, elle prit conscience de la situation : elle n'avait pas le choix. Elle n'avait pas le choix que de s'avouer vaincue. Que de s'avouer à elle-même ce qu'elle voulait depuis le début de cette journée-là, de cette année-là, même. Alice avait raison : personne n'allait lui donner si facilement ce qu'elle souhaitait. Lily se demandait si c'était le prix à payer, pour avoir rompu avec Jason, pour avoir repoussé tant de fois James, et pour avoir joué avec Amos. Elle secoua la tête, en quête d'un soutien qui apparemment ne viendrait pas. Personne ne semblait prendre conscience de sa présence, dans le coin de la salle commune, cherchant à tout prix à regagner le souffle qui commençait à lui manquer. Elle prit une gorgée, et se rendit compte qu'elle venait de se servir un Whiskey Pur Feu. Boisson qu'elle n'appréciait pas forcément, et qui lui arracha une grimace, mais qui était peut-être le seul réconfort qu'elle aurait. Car, ce qu'elle s'apprêtait à faire aller à l'encontre de toutes ses valeurs, de tous ses mécanismes, de tout ce qu'elle avait entrepris ces dernières années pour éviter d'avoir à regarder la vérité en face. Il pouvait y avoir tellement d'issues et, elle le savait, après cela, rien ne serait pareil. En essayant de se souvenir pourquoi elle avait été attribuée à la maison Gryffondor et de rassembler le peu de courage qu'il lui restait maintenant qu'elle tremblait comme une feuille, Lily reprit une gorgée du liquide sec et piquant et, en prenant une grande respiration, avança vers la foule, et, surtout, vers James Potter.

-Vous vous amusez bien à ma fête ?

Elle était dictée par autre chose que la raison, c'était certain, car la petit voix rationnelle et posée de Lily Evans était en train de la flageller pour être entrée en matière de manière si stupide. La rousse eut de la peine à regarder vers sa gauche, et James ne faisait décidemment aucun effort pour cacher l'air victorieux qu'il avait sur le visage. Emmeline la détailla de haut en bas, et la jeune femme se força à ne pas rougir. La Serdaigle était plus grande, mince, élancée et élégante qu'elle ne le serait jamais. Elle provenait d'une bonne famille de sorciers. Mais Lily ne s'avouerait pas vaincue devant elle. Elle se rendit compte, qu'à l'heure actuelle, c'était Emmeline qu'elle avait envie de combattre, pas James. Car, si elle était honnête avec elle-même, elle savait pertinemment que le garçon avait déjà gagné. C'était elle qui était venue la première, qui avait abandonné les hostilités la première, qui avait été jalouse en premier. Mais, à l'instant même, peu lui importait. Elle devait reprendre son avantage sur Emmeline, car, au fond d'elle, elle le sentait, c'était elle que James voulait.

-Plutôt sympathique oui. Je suis ravie qu'Alice et Nelly m'aient invitée. Au faite, bon anniversaire.

Emmeline lui fit la bise, et Lily se sentit électrisée. Ça pouvait sembler anodin, mais Lily comprenait que ça ne l'était pas. Elle ne savait pas combien de temps elle allait pouvoir jouer ainsi. Elle n'était pas d'une nature fausse, et c'était tout ce qu'Emmeline semblait maîtriser à la perfection.

-Merci, répondit-elle tout de même en sentant le malaise la gagner.

Malaise qui ne fit qu'amplifier lorsqu'Emmeline la détailla de haut en bas. Cette fois-ci, Lily se sentit rougir : sa rivale était plus déshabillée qu'elle n'était couverte, et la rousse se sentait stupide dans son pull bordeaux.

-J'imagine que c'était une vraie surprise, commenta la brune avec un petit sourire.

Lily bouillonnait : son envie première aurait été de lui balancer ses quatre vérités à la figure mais, si elle le faisait, elle savait qu'elle perdrait. C'était ce qu'Emmeline attendait, qu'elle ne perde pied. James sembla tiquer lors du commentaire de son ex petite-amie, mais Lily remarqua que lui aussi attendait une réponse.

-Une réelle ! C'est fou ce que les vraies amies peuvent mettre en place pour nous faire plaisir. Aufaite, où est Marlene ?

Lily sentit James sourire à ses côtés, et elle-même se sentit mieux lorsqu'elle vit le rictus d'Emmeline, incapable de cacher son amertume.

-Eh bien, il semblerait que Sirius Black puisse encore une fois faire ce qu'il veut d'elle !

« Quelle sacré amie », pensa Lily.

-Tu y vas un peu fort, dit James légèrement, qui semblait se délecter de la situation.

-Il me semble que c'est ce que tu aimes, non ? dit Emmeline d'une voix doucereuse en battant des cils.

James faillit s'étrangler dans son verre et la rousse eut envie de sauter à la gorge de la Serdaigle. Ses mains se mirent à trembler. Elle n'était pas faite pour jouer. Et Emmeline la battrait toujours, car elle n'avait tout simplement pas les mêmes règles.

-Eh bien, dans ce cas-là, je vais peut-être vous laisser y aller fort tous les deux, dit-elle avec plus d'amertume qu'elle ne l'aurait souhaité.

La jalousie la brûlait de l'intérieur, mais c'était plus que cela qu'elle ne ressentait. Ce qu'elle avait redouté, les questions qu'elle s'était posée inlassablement, elle avait enfin les réponses : ce n'était pas la première fois que James couchait avec une fille, le soir de Nouvel An. Lily l'avait toujours su, dans le fond. A la manière dont il avait confiance en lui. Il semblait savoir ce qu'il faisait. Mais ça lui faisait mal, et les larmes menacèrent soudain de couler.

-Quel dommage ! J'avais bien envie de me faire voir avec la reine de la soirée, dit Emmeline, non déçue d'avoir provoqué cet effet. Mais je comprends que ce sujet te mette mal à l'aise.

-Emmeline, c'est bon, on a compris, lança James plus fermement.

-Comment ça ? dit la jeune femme en faussant l'indignation. Je ne fais que rire ! Je ne savais pas que c'était un sujet sensible. Je veux dire... Entre vous deux...

Emmeline jouait l'innocente, comme si elle ne savait pas parfaitement ce qu'il en était.

-En effet, c'est un sujet sensible, Emmeline. Car James et moi, nous avons couché ensemble, dans sa maison, à Nouvel An. Apparemment, c'est une chose à laquelle tu peux t'identifier, n'est-ce ? C'était ma première fois. Je ne savais pas que ce n'était pas pareil pour lui. Mais ça, tu le savais, sinon tu ne serais pas venue ici habillée de la sorte, tu ne me provoquerais pas de la sorte, et tu n'aurais pas eu ce petit sourire vicieux qui s'est étiré sur tes lèvres lorsque tu as vu que ça me touchait. Oh, excuse-moi, je vois que je te mets mal  à l'aise. Est-ce que c'est le fait d'être démasquée, ou le fait que quelqu'un soit authentique avec toi qui te mette dans cet état ? Si tu penses pouvoir venir à ma fête, dans ma maison, à mon anniversaire et draguer mon... peu importe, tu te trompes, Emmeline. Je ne suis pas Marlene, et tu ne feras pas ce que tu veux de moi. Est-ce qu'on s'est bien comprise toutes les deux ?

Lily se sentit déchargée. Elle savait qu'elle s'était laissé aller à ses sentiments, et qu'elle se montrait plus vulnérable que jamais en disant ces mots. Pourtant, c'était des mots qu'elle mourrait d'envie de prononcer depuis des semaines. Des mots qui l'empêchaient de dormir la nuit, qui la faisaient pleurer lorsqu'elle était sûre que personne ne l'entendait, qui la torturaient de l'intérieur. Et, en les prononçant, elle ne s'était pas sentie faible. Elle s'était sentie vraie, et forte d'avouer ce qu'elle avait mis tant d'énergie à masquer. Emmeline devait le ressentir, car Lily ne l'avait jamais vu aussi désemparée, aussi rouge de honte et aussi mal à l'aise :

-Je suis vraiment désolée, murmura-t-elle d'une petite voix. Je ne voulais pas te piquer avec ça, c'était pour... Bref. Je te souhaite un bon anniversaire, et une bonne fin de soirée.

Puis elle s'éclipsa. Lily se sentit instantanément mieux, comme si elle avait fait un grand pas. Cependant, son cœur n'avait cessé de battre contre ses tempes, et ne se calmait toujours pas. Avec une grande respiration, la jeune femme daigna enfin plonger son regard dans celui de James.

 

 

 

Elle avait beau essayé de garder la face, et peut-être y arrivait-elle mieux que ce qu'elle ne pensait, mais tout dans son être faisait mal actuellement. Elle se sentait trahie, incomprise, et plus seule que jamais. Même la présence de Benjamin n'atténuait cela. Pourtant, le garçon était désormais plus proche d'elle qu'il ne l'avait été. Il avait passé un bras autour de sa taille, et avait commencé à lui parler à l'oreille. Lorsqu'elle était revenue vers lui de son entrevue avec son grand frère, Benjamin lui avait lancé un sourire entendu, et Irina était partie d'elle-même vers sa nouvelle proie. Dès lors, les deux jeunes gens étaient particulièrement proches, mais Cassidy ne semblait pas réussir à écarter ce sentiment de mal-être. Il l'avait refait. Il avait à nouveau embrassé Marlene, devant ses yeux, comme si c'était la chose la plus naturelle qu'il ne puisse faire. Il avait gagné, comme il l'avait dit. Parce que Sirius gagnerait toujours à ce jeu-là : elle n'arrivait pas à se donner à n'importe qui, et ne prenait pas un malin plaisir à faire du mal aux gens. Elle lui en voulait tellement, et ça la faisait tellement souffrir qu'elle eut envie de pleurer. Puis il y avait James, qui était venue la déstabiliser et lui faire encore plus de mal, uniquement dans le but de lui-même sauver la face à l'encontre de Benjamin. Personne d'autre que ces deux ne lui avaient adressé la parole de la soirée. Alice semblait complètement ailleurs aux prises avec ses tentatives de rendre Franck jaloux. Nelly avait disparu depuis longtemps avec Remus, et elle n'avait pas adressé la parole à Lily de la soirée. Il était hors de question qu'elle ne retourne dans son dortoir tout expliquer à Dorcas, bien que c'était l'unique chose qu'elle eut envie de faire. Elle se sentait incroyablement seule, peut-être encore plus désormais que Benjamin la tenait fermement par la taille, et que tout son être lui criait de partir en courant.

-J'apprécie ta compagnie, tu sais, lui dit-il.

Momentanément, Cassidy revint sur terre : devait-elle le croire lui, ou son frère, qui avait insisté pour dire que Benjamin n'était pas un garçon bien ? Dans le même temps, ce n'était pas lui qui lui donnait la sensation d'avoir été poignardée dans le ventre. Elle lui sourit :

-Moi aussi.

Elle savait ce qui était sur le point de se passer. Elle ne savait pas réellement si elle en avait envie. Elle en avait rêvé, depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Mais, désormais que la vue de Sirius et de Marlene l'embuait, elle ne savait plus ce qu'elle ressentait réellement. Elle se força à garder son regard plongé dans celui de Benjamin. Il était beau, c'était indéniable. Et elle avait passé une soirée agréable, à parler de tout et de rien. Elle se disait que s'il ne faisait ça que pour embêter James, il n'aurait pas attendu si longtemps pour passer le cap. Puis, Cassidy ne voyait même plus son grand frère, et Sirius était bien trop occupé pour savoir ce qu'il se passait. C'était entre elle et Benjamin. Elle pouvait lui faire confiance. Elle ferma les yeux, et sentit les mains du garçon la rapprocher de lui. Puis ils s'embrassèrent. C'était... Différent. Elle n'aurait su dire si ça l'était en bien ou pas, car l'image de Sirius venait brouiller son cerveau. Elle ne voulait pas comparer et, pourtant, alors que Benjamin se faisait plus insistant et avait pressé une main dans ses cheveux, c'était tout ce à quoi Cassidy pensait : la manière dont embrassait Sirius. Elle fit taire momentanément cette voix qui lui torturait l'esprit, et essaya de se laisser aller au moment. Elle sentit quelques frissons lorsqu'il appuya l'une de ses mains dans son dos. Elle-même agrippa ses bras, musclés, et en apprécia la chaleur qui s'en dégageait. Ils restèrent ainsi plusieurs secondes, avant qu'elle ne décide de stopper le baiser, quelque peu décontenancée. Elle lui fit un sourire timide, auquel il répondit par un deuxième baiser. Elle aurait voulu qu'il arrête. La jeune femme sentait que Benjamin se fichait que tout le monde les voit, et qu'il se fichait aussi de déplacer sa main sur ses fesses, ce qui la fit se tendre. Encore une fois, elle stoppa le baiser. Le garçon sembla comprendre, et se détacha d'un coup d'elle. Incapable de faire quoi que ce soit d'autre, elle tourna la tête de quelques millimètres. Il l'avait vu. C'était certain. Il avait retourné le visage juste à temps, mais Cassidy savait que Sirius avait assisté à la scène. Son frère semblait en prise à une conversation avec Lily, et, fort heureusement, n'avait rien vu. Elle retourna son regard vers Sirius, mais fut surprise de le retrouver, avec Marlene, passer le portrait de la Grosse Dame. Elle savait ce qu'il s'apprêtait à faire, et la souffrance réapparut.

-Tu dirais quoi de partir d'ici ? Je crois que les gens peuvent passer eux-mêmes le disque des Bizarr 'Sisters.

Cassidy sentit son cœur s'affoler. Elle trouvait cela beaucoup trop précipité. Elle n'était même pas sûre d'avoir apprécié le baiser de Benjamin, et ne voulait en aucun cas aller plus loin. En ravalant sa bile, elle dit avec un petit sourire :

-Ah oui tu crois ça ? J'ai l'impression qu'ils ont encore besoin de toi, la fête est loin d'être terminée.

Elle espérait que Benjamin comprendrait, et qu'il n'insisterait pas. Elle voyait que le garçon se renfrognait, mais il la reprit par le bas du dos et l'embrassa à nouveau, plus brutalement et de manière plus pressante.

-Allais, viens avec moi, lui murmura-t-il.

Elle respirait fort et, les joues brûlantes, répondit :
-Je... Pas ce soir.

Benjamin la lâcha d'un coup, et retourna vers le tourne-disque. Sans trop savoir quoi faire, elle le suivit. Puis il la regarda et dit :

-Je n'ai pas besoin d'aide. Profite de la soirée.

Cassidy se sentit plus honteuse que jamais, ravala sa bile et, précipitamment, quitta la fête. Elle ne regarda pas si elle voyait Sirius, où était son frère ou si Benjamin la suivait du regard. Elle monta les marches quatre à quatre, fit très attention à ne pas réveiller Dorcas dans le dortoir et, une fois dans son lit, éclata en sanglots sans ne plus pouvoir s'arrêter.

 

 

 

La scène l'avait au premier abord délecté. Pour la première fois, c'était Lily Evans qui venait à lui, et non le contraire. Il n'aurait jamais cédé du terrain, pas ce soir-là, pas en étant aussi près du but. Lorsqu'il avait vu la rousse, les cheveux flamboyants et l'œil déstabilisé venir vers lui, il s'était senti plus excité que jamais. La situation était parfaite : elle avait lâché Jason et Amos, elle renonçait à sa fierté pour venir le trouver la première et, surtout, elle le trouvait avec Emmeline. Cependant, cette dernière avait fait en sorte que la conversation devienne aussi désagréable à James qu'elle l'était à Lily. La jeune femme l'impressionnerait toujours autant : l'aplomb et l'authenticité avec laquelle elle avait fait face à Emmeline, qui s'était pour la première fois - autant que James ne le sache - avoué vaincue, l'avait laissé sur place. Puis son ex petite-amie était partie, déboussolée. Et, pour la première fois depuis des semaines, Lily le regardait dans les yeux.

-Eh bien, j'ai l'impression que ça devait sortir depuis un moment, dit-il, oscillant entre le respect que lui avait provoqué la scène et l'arrogance de savoir ce que la jeune femme ressentait.

Cette dernière ne semblait pas énervée, mais déterminée d'une force nouvelle.

-Tu t'attendais à quoi ? Je devrais peut-être faire semblant que ça ne me fait rien, de te voir à ma fête, parler à ton ex dont tu as oublié de me dire qu'elle était ta première fois ?

James respira : ça n'était pas quelque chose qu'il avait pensé utile d'aborder, mais, au vu de l'effet que ça produisait à Lily, il se sentait coupable et ne prenait aucun plaisir à ce que la jeune femme se sente aussi trahie.

-Je suis désolé si ça t'a fait de la peine que je te le cache, mais ce n'est pas comme si tu m'as laissé le temps d'aborder le sujet, dit-il, sincère.

Les épaules de Lily s'affaissèrent quelque peu :

-Tu sais, pour moi...Ça ne veut pas rien dire. C'est important.

-Pour moi aussi. Emmeline était ma petite-amie et oui, c'est vrai, nous sommes allés plus loin quelques fois. C'était nouveau, et elle était venue passer quelques jours dans ma maison. Ensuite, je me suis rendu compte de la personne qu'elle était, et je l'ai quitté. Depuis, tu es la seule que j'ai eu.

Il n'avait pas honte de le dire. Au contraire, il était plutôt fier d'être un garçon sur qui les filles pouvaient compter, et il n'avait pas à s'en cacher. Lily sembla soudain se trouver stupide, puisqu'elle baissa la tête et dit :

-Oui eh bien... Je ne pouvais pas deviner.

Il lui sourit.

-Tu n'es jamais venue demander. Tu sais Lily, tu ne peux pas toujours attendre des autres qu'il fasse le premier pas.

Elle leva la tête. Il semblait à James que c'était la première vraie conversation qu'ils aient eue. Bien entendu, tous les moments qu'ils avaient passé ensemble étaient basés sur une attirance réelle et, James s'en rendait compte à présent, plus que réciproque. Mais les deux semblaient avoir souvent été en proie à des incompréhensions, des malentendus, et deux fiertés trop disproportionnées pour aborder les vrais sujets. James sentait que c'était le moment que ça ne change. Car leur année à Poudlard était bientôt terminée et, bien qu'il n'avait aucune idée de ce que l'avenir lui réservait, une chose était certaine à ses yeux à présent : il ne laisserait plus Lily Evans lui filer d'entre les doigts.

-Tu ne me facilites pas la tâche. Tu es toujours là, à te moquer de moi, à te sentir supérieur. J'ai l'impression que ça te plait, de savoir que cette situation m'a touchée.

-Oui, tu as raison. Mais pas pour les raisons que tu crois ! Lily, je ne suis pas le monstre que tu penses que je suis.

La jeune femme semblait à moitié convaincue. Il la regarda un instant : elle ne soutenait plus son regard, ses joues étaient rosées, elle agrippait les manches de son pull et elle se mordillait la lèvre. Soudain, il prit conscience d'une réalité qui lui paraitrait risible si elle n'était pas aussi importante : lui aussi s'était trompé. Lily ne l'avait jamais détesté. Elle ne l'avait pas fui car elle ne voulait pas de lui, mais bien pour la raison inverse. Amos, Jason, ce n'était que pour faire diversion, pour éviter de voir ce qui lui faisait le plus peur : l'attirance, peut-être même les sentiments, qu'elle avait pour lui. James prit conscience que Lily avait peur. Et, s'il était honnête, lui-même ressentait une certaine excitation dans cette situation : c'était la première fois que des émotions aussi fortes venaient le tourmenter, sur lesquelles il n'avait que peu de contrôle. En se rendant compte que c'était à lui de prendre les choses en main, il dit :

-Je vais t'expliquer comment je fonctionne : si je veux quelque chose, je le prends. Je fais tout pour l'avoir, jusqu'à ce que l'on me dise clairement « non ». Si je me rends compte que quelque chose n'est pas fait pour moi ou ne veut pas de moi, je m'en vais et je passe à autre chose. Alors non, je ne prends pas de plaisir à t'humilier ou me moquer de toi, et ça n'a jamais été mes intentions. Mais pour ma part, je sais ce que je veux. Si tu préfères prendre à nouveau la fuite et te chercher mille excuses pour lesquelles je pourrais être si terrible, fais-le. Mais ce sera sans moi, cette fois.

Il était sûr de lui. Plus qu'il ne l'avait jamais été. Depuis des mois, il n'y avait plus qu'elle. Emmeline ne comptait plus, les filles qui gloussaient sur son passage ne comptaient plus. C'était Lily. Peut-être même que ça avait toujours été Lily. La jeune femme le regardait avec des yeux de biches effarouchées, et James fut pendant quelques secondes inquiet de ce qui allait se produire. Puis, en lâchant définitivement prise, Lily enroula ses bras autour de son cou et l'embrassa. Devant la foule, devant leurs amis, devant Amos et Jason, devant Emmeline. Peu importait qu'ils les voient tous, ou que personne ne les regarde. Il avait attendu ce moment depuis tellement longtemps qu'il comptait bien en savourer chaque instant. Il l'attira à lui et la força à poser son verre qu'elle tenait dans les mains. Ça avait duré une seconde, ou peut-être des centaines mais, lorsqu'ils se décollèrent l'un de l'autre, lui comme elle étaient essoufflés. Sans jeter un autre regard dans la salle, il lui prit la main et lui dit :

-Suis-moi.

Il passa à travers le portrait de la Grosse Dame, prit le virage qui les emmenait vers le local des préfets-en-chefs, dit le mot de passe et ferma le local à double tour. Il alluma la lumière, qu'il tamisa à l'aide de sa baguette. Puis il regarda Lily : elle lui faisait entièrement confiance, il le voyait. Il lui prit le visage dans les mains et l'embrassa. Peut-être de manière moins contrôlée que la première fois, ou parce qu'il avait attendu ce moment depuis toute sa vie, James pressa la jeune fille de s'allonger sur le canapé et d'enlever son pull. Il pouvait sentir à sa manière de l'embrasser qu'elle ressentait le même empressement, la même fièvre. Il pouvait sentir qu'il lui avait manqué. James se détacha des lèvres de Lily, et goûta à son cou, qu'il mordilla légèrement. Ses mains redécouvrait son corps, qu'il trouvait parfait : de la naissance de ses seins rebondis, à ses cuisses qui étaient enroulées dans son dos. Il aurait eu envie d'embrasser chaque tâche de rousseur, chaque parcelle de son corps laiteux. Ses mains remontèrent et vinrent lui déboutonner son pantalon, qu'il lui pressa d'enlever. Il en fit de même pour sa chemise et son jean. Soucieux de ne pas perdre une seule seconde à l'embrasser, James s'accapara à nouveau de ses lèvres. Il sentit des courants électriques lui parcourir le ventre lorsqu'il sentit les ongles de la jeune femme titiller son dos. Les mains sur son ventre à elle, il lui attrapa la lèvre inférieure et vint la pincer entre ses dents. Il sentit l'estomac de Lily se tendre.

-Désolé, dit-il dans un souffle.

Elle lui sourit. Ses yeux reluisaient de désir. Elle semblait beaucoup moins inquiète que la première fois, et lui aussi se sentait bien plus relâché. Il lui semblait qu'ils étaient en train de passer un stade. Il ne savait lequel, mais une chose était sûre, c'était qu'il aimait cela. Plus gentiment afin de faire redescendre la pression qu'ils avaient accumulé dans leurs gestes, James laissa courir sa main sur le bas-ventre de la jeune femme, qu'il sentit se tendre sous lui.

-On évitera de faire un rapport à Mcgonagall sur toutes les activités qui se passent dans ce local, dit-il pour détendre l'atmosphère.

Lily éclata de rire.

-Je pense en effet qu'elle n'a pas besoin de tout savoir, lui répondit-elle d'un ton séducteur.

Ils se regardèrent dans les yeux puis James l'embrassa à nouveau. Il descendit sur l'orée de sa poitrine, sur son ventre chatouilleux, et souffla. Les mains qui l'agrippaient dans le dos lâchèrent gentiment leur pression. James sentit que Lily s'abandonnait complètement à lui.

 

 

 

La soirée n'avait pas été pire que celle du Nouvel An, c'était certain. Le fait de ne pas devoir s'occuper de la musique lui avait permis de faire d'autres connaissances, de parler librement. Il se rendait compte qu'il était en passe de devenir un maître en la matière en ce qui concernait le déni complet de ses émotions. Il avait trop souffert. Il ne voulait pas ressentir ce que ce fut, surtout pas pour elle. Il avait réussi, la soirée durant, à l'ignorer complètement. Et ce sans ressentir de haine tenace ou de désolément pour la situation. Du mépris, de l'ignorance. Alice avait beau avoir décuplé tous les moyens inimaginables pour attirer son attention, elle n'aurait pas réussi. Il se demandait même s'il ressentait réellement quelque chose pour elle. Ou s'il ressentait quelque chose tout court. Il était comme déconnecté et, à la fois, refusait de rester dans son coin. Il avait ignoré avec aplomb James et Sirius, n'ayant aucune envie de leur adresser la parole. Il n'avait pas tiqué lorsqu'Alice dansait avec un Poufsouffle, parlait à deux Gryffondors en riant à gorge déployée ou lorsque, à la fin de la soirée, elle n'embrasse Amos Diggory à pleine bouche. Il savait qu'elle ne faisait ça que dans le but d'avoir une réaction de sa part. Réaction qu'il n'allait pas lui donner. C'était ce que ses parents lui avaient toujours appris : un contrôle à tout épreuve. Et Franck Londubat serait le digne fils de son père. Il ne laisserait pas ses émotions prendre le dessus. Alice avait tenté de l'y pousser, mais elle n'avait pas réussi. La soirée s'était donc déroulée agréablement. Bien qu'il ne comprenait pas du tout le choix de musique de Benjamin Fenwick, ça lui avait permis d'avoir des conversations avec des personnes qui, bien qu'il partageait leur école depuis sept années, il ne connaissait qu'à peine. Franck se rendait compte, comme une prise de conscience soudaine et muette, qu'il plaisait à beaucoup de filles. Ainsi, Irina avait tenté sa chance, mais il n'aimait pas les marie-couche-toi-là. Puis il y avait eu Melinda Howl, mais la façon dont Peter le dévisageait lui faisait pitié. C'était donc accompagné d'une autre personne qu'il dévalait les couloirs de Poudlard, en silence. Il lui tenait la main, pour lui montrer le chemin. En s'étant assuré que Miss Teigne ne les avait pas suivis, Franck reprit sa main et ferma les yeux. Soudain, le mur en face de lui se transforma gentiment. Il ne regarda pas sa tête mais sourit : il savait qu'elle serait bouche-bée. Une fois le mur transformé en porte, il l'ouvrit et la laissa passer en première. Dedans, une simple salle, tamisée, aux draps rouges avec un grand lit. Elle était subjuguée. Il était ravi de l'effet escompté, mais ça n'était pas pour cela qu'il l'avait amenée ici. Elle. Qui était sans doute la plus belle fille de l'école, la plus convoitée. Et lui, Franck Londubat, avait emmené Emmeline Vance dans la Salle-sur-demande.

-Comment tu as fait ?

-Je peux te l'expliquer. Ou on peut profiter de cet endroit pendant que nous en avons le temps.

La jeune femme lui adressa un regard qui ne trompait pas. Puis elle ôta son haut. Elle ne portait pas de soutien-gorge. Sans penser une seule seconde aux conséquences que ces actes pourraient avoir, Franck agrippa la nuque de la jeune femme et l'embrassa à pleine bouche. C'était l'unique sensation qu'il pouvait ressentir à présent.

 

Note de fin de chapitre :

Eh voilà!! J'espère que ça vous aura plu :D Qu'est-ce que vous pensez qu'il va se passer pour nos couples pour la suite?

Ce qui est sûr, c'est que les choses vont grandement avancer et qu'à partir de cette soirée, plus rien ne sera pareil ;-)

 

A bientôt pour un nouveau chapitre!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.