S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


IRL Officielle


Bonjour à toutes et tous !


A l'occasion des 25 ans de la saga Harry Potter, l'association a décidé de marquer le coup en organisant une IRL officielle ! o/
Elle se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre 2022, au sud de Tours. Cette IRL est ouverte à toustes, lecteurs, auteurs, et membres de l'association. Vous trouverez plus de renseignements ici.
Nous avons hâte de vous rencontrer !

De Le Conseil d'Administration le 01/09/2022 18:12


Le Paradis de mon Enfer par Cassy

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!!

Je suis sincèrement désolée de n'avoir pas posté ce chapitre plus tôt, mais pendant presque une semaine je n'ai plus du tout pu aller sur le site Hpfanfiction. Est-ce que c'était pareil pour vous? Est-ce que c'est par rapport au Grand Ménage peut-être?

Mais me revoilà avec un nouveau chapitre: les forces du Mal qui fera partie d'une "trilogie" de chapitres un peu plus sombres, ou tout du moins qui changeront un peu le ton de la Fanfiction. Le prochain chapitre - qui arrivera rapidement - s'intitulera: Descente en Enfer. Et je vous laisserai faire le prognostic sur le troisième chapitre de cette "série"... Ils sont de ce fait un peu plus court: j'ai préféré faire 3 chapitres plus courts qu'un énorme ! :)

 

Sur ce, je vous souhaite une belle lecture!

 

C'était à la fois enivrant et dangereux. Peut-être même savait-elle au fond d'elle-même que ce qu'elle faisait était mal, très mal. Mais alors elle se demandait : comment est-ce que quelque chose d'aussi mal pouvait-il lui faire autant de bien ? Parce que lorsqu'elle était avec lui, c'était tout son corps qui était sous tension, qui exultait. Il ne suffisait qu'à sentir son odeur lorsqu'elle approchait du rendez-vous secret qu'ils se donnaient régulièrement, et déjà ses sens la tourmentaient. Plus Dorcas se laissait aller à sa part sombre, plus celle-ci prenait contrôle d'elle-même. Mais ce qui commençait à faire peur à la jeune femme, c'était à quel point elle aimait ça. La toute petite partie rationnelle qui culpabilisait la sommait de reprendre ses esprits, mais c'était largement compensé par le fait qu'elle ne se sentait presque pas coupable de faire ce qu'elle faisait. Cela faisait désormais plusieurs semaines que ça durait. Au départ, Dorcas avait naïvement pensé que son histoire avec Mulciber n'était qu'une manière de tester ses limites, et qu'elle s'en sortirait indemne. Mais c'était devenu bien plus que cela : elle ne pouvait plus se passer du jeune homme. Elle le voyait désormais plusieurs jours par semaine, se rendait à ses rendez-vous avec toujours la même fièvre, la même ferveur dans les veines. Souvent, c'était elle qui était l'initiatrice du lieu et de l'heure du rendez-vous. D'une certaine manière, elle avait désormais l'impression d'être dans une relation secrète avec Mulciber. Ils leur arrivaient de parler d'éléments banales comme les cours, les parchemins à rendre ou la coupe des maisons - que le garçon était certain de remporter face aux Gryffondors. Mais le plus souvent, ce qu'elle préférait, c'était se perdre dans ses cheveux noir de jais, dans ses muscles parfaitement dessinés, dans son odeur si masculine et puissante. Ce que Dorcas préférait, c'était de lui appartenir, de se sentir protégée, en sécurité. Elle savait pourtant que tout n'était qu'illusion. C'était impossible autrement. Mais, depuis plusieurs jours, une petite voix en elle grandissait à mesure qu'elle passait du temps avec lui : et si les autres s'étaient-ils trompés à son sujet ? Et si ce n'était pas elle qui s'était laissée aller à son côté sombre, mais lui qui avait développé sa lumière ? Dorcas ne pouvait désormais plus le cacher : le garçon était le seul qui comptait pour elle. Et peut-être... Peut-être qu'il en était de même pour lui. Elle avait besoin d'en avoir le cœur net. Car, si c'était le cas, alors tout ce qu'elle subissait jour après jour n'avait aucune importance. Si réellement sa romance avec Mulciber en était une, alors ça valait la peine d'affronter la solitude, d'affronter les regards glaciaux et déçus de Cassidy, d'affronter le fait qu'elle n'avait personne à qui se confier, à qui parler, qui ne s'intéresse à elle. Ça vaudrait la peine, parce que lui serait là pour elle. A mesure qu'elle marchait et que ce genre de pensées s'insinuaient dans son esprit, elle sentit une détermination nouvelle prendre naissance dans son bas-ventre, puis venir lui chatouiller la poitrine et envelopper ses épaules. Son cœur se mit à battre plus fort. Elle avait besoin d'en avoir le cœur net. Alors qu'elle marchait en regardant à intervalles réguliers dans son dos pour être sûre de ne pas être suivie, sa baguette bien en main, elle sentit cette odeur si particulière. Et alors, pendant quelques secondes, son esprit s'arrêta. Elle ne fut plus que consumée par l'envie qu'elle avait de le voir, de sentir ses bras fermes l'entourer, ses lèvres goûter à chaque parcelle de sa peau. Dorcas secoua la tête et reprit ses esprit. Elle tapota trois fois à la porte de la salle de classe vide aux heures tardives d'un mardi soir à Poudlard, et cette dernière s'ouvrit. Pourtant, il ne se trouvait pas derrière, mais était nonchalamment appuyé sur le bureau et la regardait avec son air qui lui était si propre. Dorcas n'avait jamais connu de son vivant personne n'exprimer autant de confiance et de sûreté dans son regard que Mulciber. Ses yeux d'un noir pénétrant lui donnèrent un frisson. Sans un mot, elle referma la porte à double tour puis s'approcha de lui. Comme d'ordinaire, il la prit par le creux des reins, l'attira à lui et l'embrassa. Elle adorait le contraste entre la puissance de ses mains et la douceur de ses lèvres. A mesure qu'ils s'embrassaient, Mulciber la tourna gentiment de sorte à ce qu'elle se retrouve contre le bureau. Elle savait que s'ils continuaient ainsi, elle perdrait toute détermination à lui dire ce qu'elle avait sur le cœur. Elle profita du fait qu'il venait de délaisser sa bouche pour se concentrer sur son cou pour prendre une grande respiration et le pousser gentiment. Il lui lança un regard interrogateur et, alors qu'il tentait de se rapprocher d'elle, Dorcas le repoussa encore avec un petit sourire gêné. Mulciber semblait désormais avoir perdu patience. Il lui lâcha la taille, soupira et dit :

-Je peux savoir ce qu'il y a ? Si tu n'avais pas envie, pas la peine de me faire perdre mon temps.

Dorcas sentit son cœur battre : elle se sentait soudain stupide. Peut-être avait-elle mal interprété la situation ? Mais pouvait-elle réellement reculer ? Il fallait qu'elle en soit certaine. Alors, la voix tremblante et en se sentant devenir rouge, elle dit :

-Non ce n'est pas ça. C'est juste que... Je me posais des questions.

Elle aurait espéré qu'il en soit de même pour le garçon, et qu'ensemble ils déterminent ce qu'ils étaient réellement l'un pour l'autre. Mais Mulciber continuait à la jauger du regard, de ce regard méprisant qu'elle n'aimait pas. En ravalant sa salive, elle dit péniblement :

-Je veux dire... On se voit beaucoup, non ? Tes amis doivent se poser des questions.

Il fallait qu'elle trouve une porte de sortie. Elle se rendait compte à la posture du garçon - les bras croisés, l'air blasé et presque énervé - qu'elle avait eu tort d'aborder la discussion. Elle se rendait compte à la différence d'attitude qu'il avait adopté qu'il savait pertinemment où elle voulait en venir.

-Et les tiens ? demanda-t-il avec le même air dédaigneux qu'elle lui connaissait d'ordinaire lorsqu'ils étaient en compagnie des autres Serpentards.

Dorcas aurait eu envie de lui dire combien elle était seule, et que personne ne se doutait de rien, mais une petite voix dans sa tête lui dictait de ne pas se montrer aussi vulnérable.

-Peut-être qu'ils se doutent de quelque chose, dit-elle faiblement en haussant des épaules.

Elle baissait le regard, persuadée que cette conversation allait se terminer et qu'elle venait peut-être de gâcher ce qu'elle avait avec Mulciber. En se tannant mentalement d'avoir abordé le sujet, elle fut surprise, lorsqu'elle releva la tête, de le retrouver à quelques centimètres d'elle. Il avait toujours les bras croisés, la sondait avec un sourire naissant, un air difficile à cerner, puis, après quelques secondes où Dorcas se sentit de plus en plus stupide, il finit par dire :
-Je te l'ai déjà dit. Mes amis, je m'en contrefiche de ce qu'ils pensent. Si j'ai envie de venir te voir, je viens te voir. Personne ne me dit quoi faire.

Elle n'avait aucune peine à se l'imaginer. Elle sentit son cœur battre, mais cette fois-ci d'espoir. Et si finalement elle avait bien compris les signaux qu'il lui envoyait ?

-Et ce soir, j'avais vraiment très... très... très envie de venir te voir.

A mesure qu'il le disait, il s'était rapproché d'elle, et avait posé sa main sur sa hanche. Ses pupilles s'étaient dilatés et Dorcas fut presque surprise de se rendre compte à quel point son œil avait l'air noir ainsi. Il la regardait comme s'il savait pertinemment qu'il obtiendrait ce qu'il voulait. La jeune femme était sur le point de craquer, mais, avant qu'il ne puisse l'embrasser à nouveau, elle trouva un courage insondable en elle et dit d'une traite :

-Donc il n'y a personne d'autre ?

Elle sut au petit sourire ironique de Mulciber qu'elle venait de se vendre, et de lui avouer indirectement qu'elle avait des sentiments pour lui. Mais peu lui importait. Elle devait savoir. Il s'approcha de son oreille et, en la mordillant, lui susurra :

-Personne. Que toi.

Alors, Dorcas s'abandonna complètement au moment, et se sentit plus vivante que jamais alors qu'il lui enleva pressement son haut, la plaqua avec moins de ménagement qu'auparavant contre le bureau et prit possession de chaque parcelle de peau qu'il pouvait atteindre. En ce moment même, la jeune femme avait l'impression qu'elle serait prête à tout abandonner pour lui.

 

 

Il s'était réjoui pour ce moment la journée durant. Encore une fois, il serait la personne dont ils auraient tous besoin. Il avait l'impression que ce genre de petit rituel les rendait encore plus proches les uns des autres. Depuis plusieurs semaines, Severus avait l'impression que les Serpentards avaient une réelle cohésion. Il n'y avait plus d'animosité, beaucoup moins de mépris, et lui-même se sentait enfin appartenir à la bande. Il avait l'impression d'avoir presque remplacé Crabbe et Goyle comme bras droit de Lucius, et ne se formalisait pas des regards noirs qu'il recevait de la part des deux garçons. Il avait développé un lien agréable avec Rosier, et Mulciber était de moins en moins présent avec les autres, ce qui déplaisait à Lucius, mais était loin d'embêter Severus. Ce soir-là, il savait que toute la bande serait présente. De la même manière que quand Regulus l'avait rejoint, ils avaient prévu de faire entrer un nouveau membre dans le groupe. Le garçon devait avouer qu'il ne comprenait absolument pas comment Lucius avait pu choisir Damon Hufley, un élève particulièrement discret de quatrième année, pour intégrer leur bande. Le blond était resté évasif, et avait expliqué que leurs pères étaient amis au ministère et qu'il s'était trouvé obligé d'intégrer le garçon. Mais Severus trouvait qu'il y avait une différence entre parler de temps en temps au fils d'un ami à son père et le faire intégrer une bande à l'aide d'une potion et d'un rituel dans la Forêt Interdite. Il pouvait sentir que les autres se posaient aussi des questions, mais, comme souvent, personne n'osait contredire Lucius. C'était ainsi que Severus s'exécutait dans les cachots, mélangeant avidement et avec précision les ingrédients, qu'il connaissait désormais par cœur. Il était sur le point de finir lorsque quelqu'un toqua à la porte. Le cœur de Severus s'arrêta sur place : il était censé être seul, surtout à des heures pareilles. Il s'était assuré que le professeur Slughorn était au repas de la Grande Salle, et savait pertinemment que ce dernier ne le quitterait pas avant d'avoir fini tous les plats. Une goutte de sueur apparut sur son front. Il s'efforça de faire le moins de bruit possible : peut-être que la personne allait abandonner. Après quelques secondes, son cœur reprit un rythme normal, mais fut à nouveau affoler lorsqu'on toqua à nouveau.

-C'est moi, finit par dire une voix que Severus eut d'abord de la peine à reconnaître. Ouvre !

Il finit par reconnaître la voix de Regulus et, soulagé, se leva et alla ouvrir. Regulus était seul. Les deux garçons se regardèrent, Severus toujours dans l'intermédiaire de la porte. Il fut soudain extrêmement gêné : il n'avait jamais été proche de Regulus. Il avait l'impression que personne n'était réellement proche de Regulus. Le garçon était très mystérieux, presque sauvage, et - Severus ne l'avouerait jamais à voix haute - il se sentait extrêmement intimidé par sa prestance et son charisme.

-Qu'est-ce que tu veux ? finit-il tout de même par dire.

-Je peux entrer ? demanda Regulus.

Severus se sentit immédiatement stupide, et le laissa passer, en sentant ses joues chauffer. Regulus n'était pas aussi méprisant que pouvait l'être Mulciber, mais ses traits de Black le rendaient tout de même d'une froideur qui glaçait le sang. Severus retourna immédiatement à sa place et brassa la potion, comme s'il avait peur que Regulus n'en fasse tout d'un coup quelque chose. Le garçon tourna sur lui-même pour observer la pièce, puis il regarda Severus. Le Serpentard avait l'impression qu'on le passait au rayon x. Il avait l'impression que Regulus jugeait s'il pouvait ou non lui faire confiance. Après de pénibles minutes de silence, le jeune Black finit par dire :

-Tu ne trouves pas étrange que ce Hufley rejoigne la bande ?

Severus jaugea Regulus : il n'avait pas l'air d'être en mission quelconque, ou de se moquer de lui. Il avait l'air de se questionner réellement.

-Peut-être, marmonna le garçon.

-C'est vrai, j'ai voulu rejoindre le clan depuis que je suis en quatrième année. Et Lucius m'avait dit que j'étais trop jeune. Alors que je n'ai qu'un an de moins que vous. Ce garçon, il a quatorze ans ! Et il n'a pas l'air très enjoué à l'idée d'intégrer notre clan. Qu'est-ce qu'on va lui dire ?

Severus remarqua que cette question taraudait réellement Regulus, ce qui ne le rendait que moins compréhensible.

-Il y a quelque chose là-dessous. Lucius ne nous dit pas tout, finit par dire le plus jeune des Blacks.

Severus s'arrêta quelques instants de remuer et le sonda : il était sérieux, ne le testait pas. Lui-même n'aurait jamais osé critiquer Lucius devant les autres, il se contentait de repousser ce qu'il pouvait parfois penser de lui. Mais Regulus avait osé : il n'y avait pas de mépris dans sa voix, il était juste sûr de lui lorsqu'il affirmait cela.

-Je n'en sais trop rien, finit-il par dire, la gorge sèche. Mais il a sûrement ses raisons. Tu sais, les autres n'ont pas trop compris quand tu as intégré la bande non plus.

Regulus arrêta de regarder autour de lui pour plonger son regard dans celui de Severus, qui se sentit immédiatement rougir et pris en faute. Qu'est-ce qu'il lui avait pris de dire cela ?

-Comment ça ? dit Regulus d'une voix beaucoup plus tranchante et froide, qui glaça jusqu'au sang de Severus.

-Ben... Disons que tu étais moins... Intégré.

-Je suis un Black, coupa Regulus, comme si ça détruisait tous les arguments. J'ai ma place ici plus que quiconque d'autre.

Severus s'empêcha de lui lancer la remarque qui lui brûlait la langue sur la fâcheuse tendance des Blacks à avoir des mauvaises branches dans leur famille, mais se ravisa en se souvenant de qui était son père. A la place, il haussa les épaules et continua sa potion. Regulus ne partait toujours pas, et le regardait. Severus avait l'impression qu'il essayait de savoir s'il pouvait lui faire confiance ou non.

-Bon... On verra bien si ce que je dis est vrai ou pas. Mais si nous faisons partis de cette bande, il faut qu'ils comprennent qu'ils nous doivent la vérité.

Puis il s'en alla sans se retourner. C'était la première fois que Severus le voyait aussi déterminé. En mettant machinalement les derniers ingrédients dans le chaudron, il sentit son esprit bouillonné : et si quelque chose de plus grave que ce qu'il ne pensait était réellement en train de se tramer ?

 

 

 

-Est-ce que tu crois que Slughorn va accepter que je ne fasse que vingt-huit centimètres au lieu de trente ? Je ne sais vraiment plus quoi mettre, et c'est la troisième phrase de conclusion que j'écris.

Narcissa se trouvait à la table de la Salle commune des Serpentards avec Erin, et les deux jeunes femmes étaient en train de terminer l'un des nombreux devoirs que le professeur Slughorn leur avait donné pour la semaine d'après. La blonde avait l'impression qu'elle n'y arriverait jamais, que la matière à intégrer était bien trop imposante, importante, pour qu'elle ne réussisse ses ASPICS. Il lui arrivait parfois de faire des cauchemars sur ce que diraient ses parents, ou même Bellatrix, si jamais elle échouait sa dernière année à Poudlard. Elle serait l'opprobre de la famille. Elle ne pouvait s'y résoudre. C'était pourquoi elle s'était préparé un plan de révisions drastique qu'elle suivait à la lettre. Elle avait l'impression que ça portait ces fruits, si ce n'étaient les nombreuses distractions que lui procurait Erin.

-Oui sans doute, répondit-elle distraitement en faisant attention à ce qu'elle-même ait bien trente centimètres.

Elle mit le point final à sa dissertation, et leva la tête pour la première fois depuis plusieurs heures pour se rendre compte que la salle commune s'était remplie. Elle chercha du regard Severus, qui avait pris l'habitude de corriger ses devoirs de potions. Mais elle fut surprise de ne pas le trouver. En réalité, ni lui ni aucun membre de la bande à Lucius n'était présent.

-Où sont-ils ? demanda-t-elle plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu.

Erin leva la tête et parcourut du regard la salle, les sourcils froncés :

-Tu veux dire les élèves qui ne sont pas présents ici ?

-Tu sais très bien de qui je veux parler.

Erin haussa des épaules.

-Mulciber ne te l'a pas dit ? lança Narcissa, incapable de cacher son ton à la fois ironique et désabusé.

-Non, Madame, lui répondit plus sèchement qu'elle ne l'aurait pensé une Erin devenue rouge. A vrai dire, on ne parle pas beaucoup quand on est ensemble...

Narcissa fut tentée de lancer une remarque cinglante, mais fut complètement déstabilisée par l'air soudain gêné d'Erin. A la place, elle marmonna :

-Ah oui je vois...

Un silence ainsi qu'un malaise s'installèrent entre les deux jeunes femmes, qu'Erin vint finalement briser en lançant d'une voix beaucoup plus tranchante :

-Voilà ton prince charmant.

Narcissa tourna la tête et vit Lucius descendre les marches du dortoir des garçons, accompagné de Rosier et, quelques mètres derrière, Crabbe et Goyle. Elle serait tentée de rire à l'image que les deux garçons - tout juste bon à jouer les gardes du corps - lui renvoyaient, mais à la place se leva et alla se planter devant Lucius.

-Salut, tu sais où est Severus ? demanda-t-elle rapidement.

Elle vit son petit-ami faire un bref signe de tête à Rosier et suivit des yeux le garçon qui alla s'asseoir nonchalamment sur le canapé.

-Pourquoi Severus ? demanda le blond les sourcils froncés.

Depuis plusieurs jours, voir même semaines, elle et Lucius formaient un couple uni, elle aurait été tentée de dire heureux. Cependant, depuis la veille, elle trouvait à nouveau que son petit-ami avait un comportement étrange, mystérieux, et elle n'avait plus envie de le laisser s'en tirer comme cela.

-Il doit corriger mon devoir de potions pour demain. C'est notre arrangement.

-Tu as un arrangement avec Severus ? Et qu'est-ce que tu fais en échange ?

Narcissa se sentit rougir. Lucius avait l'air d'une humeur massacrante.

-Je relis certains de ses devoirs aussi, répondit-elle simplement.

-Bon eh bien je lui dirai quand je le verrai. Mais on a quelque chose ce soir, alors ça devra attendre demain, lui dit-il en faisant un geste pour s'en aller.

Mais Narcissa le retint d'une petite pression sur le bras et dit :

-Comment ça ? Il fait nuit et il est tard. Vous n'avez pas le droit de sortir du château.

-Je n'ai pas dit qu'on allait sortir du château, répondit Lucius d'un ton qui n'acceptait aucune réponse.

Narcissa sentait ses entrailles lui brûler. Elle avait espéré que la période où il lui faisait des cachotteries était révolue, mais il n'en était rien.

-Et qu'est-ce que vous allez faire ? demanda-t-elle en sentant ses joues devenir fumantes.

Lucius soupira et regarda au plafond - Narcissa détestait lorsqu'il prenait cet air condescendant avec elle :

-Je croyais qu'on en était arrivé à un stade où on pouvait se faire confiance toi et moi. C'est des trucs de mecs, vraiment rien d'intéressant. Alors passe ta soirée avec Erin, et moi je suis avec mes copains. D'accord ? demanda-t-il d'une voix un peu plus douce.

Narcissa se sentait prise au piège : il était vrai que Lucius avait cessé de lui dire avec qui ou non elle pouvait être amie. Mais ce n'était pas elle qui quittait la salle commune en pleine soirée sans explication. Peut-être le devrait-elle...

-Tu as raison, finit-elle par dire en forçant son pouls à se calmer. C'est vrai qu'elle et moi on a aussi quelque chose de prévu ce soir. Dis à Severus que je le verrai demain matin !

Elle vit parfaitement que Lucius avait tiqué, et qu'il lui brûlait de savoir ce qu'il se tramait, mais c'était désormais le garçon qui était pris au piège.

-Bonne soirée, marmonna-t-il en s'en allant sans l'embrasser.

Narcissa se sentit momentanément gagnante, mais se demandait toujours qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire. Elle fut tentée d'aller demander à Rosier, mais le garçon ne tarda pas à suivre Lucius hors de la salle commune. Dépitée, elle rejoignit Erin et dit :

-Si Lucius demande, toi et moi on s'est éclaté ce soir, mais on ne lui dit pas comment, compris ?

Son amie haussa les épaules et hocha la tête, puis toutes les deux reprirent leurs révisions, Narcissa sachant parfaitement que c'était l'unique chose qu'elles allaient faire ce soir-là.

 

 

Il n'aimait pas spécialement lui mentir. Mais il aimait encore moins la nouvelle liberté que sa petite-amie avait acquis à son égard. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien fabriquer avec Erin ? Il se promit de lui demander des explications le lendemain à la première heure. Le problème était que lui aussi devrait se justifier... Mais la situation était différente. Il n'agissait pas de son propre gré. Avec un soupir, il relut la lettre pour se convaincre qu'il faisait le bon choix :

Mon très cher futur beau-frère,

Quel plaisir de savoir que tu as presque ruiné les chances de Serpentard de gagner la coupe des maisons. J'ose au moins espérer que tu remporteras la coupe de Quidditch. Il en va après tout de ton honneur...

Banalités à part, j'ai une mission pour toi. Une mission que nos deux familles m'ont demandée de te faire part avec la plus haute importance. Tu dois peut-être connaître un certain Damon Hufley ? Si ce n'est pas le cas, c'est un quatrième année à Serpentard. Son père entretient des relations importantes et nécessaires avec ton père au ministère, ainsi qu'avec le mien d'ailleurs. C'est pourquoi ils te demandent de faire... un effort pour intégrer au mieux Damon à ta bande. Tu dois savoir de quoi je parle. C'est très important que ce soit fait avant la fin de la semaine.

Petite précision : pas la peine que ma chère sœur soit au courant. Tu la connais... Elle est trop sensible pour ce genre d'affaires.

Je compte sur toi. Ne déçois pas nos familles.

Amicalement,

Bellatrix.

Si Narcissa apprenait que sa sœur lui écrivait sans qu'elle n'en sache rien, elle deviendrait folle. Il avait reçu la lettre deux jours auparavant. De prime abord consterné, il avait écrit un parchemin furieux à sa future belle-sœur pour demander des explications. Puis il s'était ravisé : jamais Bellatrix ne prendrait une minute précieuse de son temps pour lui écrire si elle n'avait pas reçu des ordres. Quels ordres, Lucius n'en avait pas la moindre idée. Était-ce là réellement les conspirations de deux pères soucieux de voir leurs fils bien s'entendre ? Il en doutait. Très fortement. De qui les ordres venaient, Lucius n'en avait qu'une faible idée, mais n'osait pas encore laisser ses pensées aller jusque-là. Alors, il avait été interrogé le garçon de quatrième année, timide, discret, qui apparemment avait reçu une lettre du même type de son père. Il avait plus ou moins expliqué la situation à ses amis, et avait sommé Severus de préparer la potion qui les liait symboliquement les uns aux autres. C'était ainsi qu'il s'apprêtait, avec le reste de la bande, à rejoindre la Forêt Interdite pour compléter le rituel. Accompagné de Rosier, qui était comme à son habitude relativement silencieux, et de Crabbe et Goyle - qui eux n'avaient que peu de sujets de conversation, il traversa le château, passa les portes d'entrée, contourna la cabane à Hagrid en faisant bien attention à ce que son maudit chien ne les voit pas puis atteignit la lisière de la forêt. Avec une grande respiration, il pénétra dans les bois sombres qui - il ne l'avouerait jamais devant ses amis - lui donnaient des frissons. Il retrouva dès lors Severus, avec sa potion verte entre les mains, à ses côtés Regulus, qui semblait n'avoir aucune envie d'être là, Wilkes et Avery qui le regardaient arriver et, au milieu Damon Hufley, qui dépareillait complètement auprès des Serpentards de septième année. Lucius s'éclaircit la voix et, en tentant de la faire paraître assurée, dit :

-Bienvenue à tous. Avant de commencer, j'aimerais savoir une chose : est-ce que quelqu'un sait où est Mulciber ?

Lucius regarda les visages alentours : beaucoup baissaient la tête, d'autres la bougeaient de gauche à droit frénétiquement. Le blond sentit la colère lui monter : il devenait de plus en plus flagrant que Mulciber n'obéissait pas aux règles, et que ça se voyait. Les dents serrées, il cracha :

-Eh bien il est exclu qu'on l'attende. J'aurai une discussion avec lui demain. Bien, comme je vous l'ai expliqué, Damon ici présent est le fils d'un ami de mon père. Ils ont envie que les liens entre nos deux familles soient plus explicites. C'est pourquoi il va faire parti de la bande, du moins jusqu'à ce que nous quittions Poudlard. Compris ?

Les autres hochèrent faiblement la tête, et Lucius eut l'impression d'être une vaste imposture. Il regardait Damon qui, sans comprendre ce qu'il se passait, restait les bras ballants au milieu.

-Severus s'il te plaît, dit Lucius, soucieux de terminer le plus rapidement la cérémonie.

Il chercha le regard de Regulus qui, les bras croisés, gardait le sien résolument planté à l'opposé de la scène. Lucius se dit qu'il était temps que ses camarades comprennent qui était le chef. Déterminé à régler cette affaire dès le lendemain, il détourna le regard vers Severus, qui versa la potion sur les mains de Damon, d'où s'échappèrent de grands jets de fumée verte. Puis Avery sortit son petit poignard et, lorsque Damon le vit, Lucius remarqua son mouvement de peur. Peut-être avait-il oublié de préciser ce passage.

-Ne t'inquiète pas, lui dit-il sèchement, ça ne durera qu'une seconde. Tu dois faire couler quelques gouttes de sang sur la potion et prononcer les mots : les liens du sang, et après c'est fini.

Lucius aurait juré que des larmes étaient apparues dans les yeux de Damon, et c'est pourquoi il détourna les siens. Il vit le garçon, les bras tremblants de peur, appuyer la lame du couteau sur une de ses paumes, trois gouttes de sang s'y échapper, puis la potion faire des gerbes d'étincelles vertes. Alors, Damon dit d'une petite voix :

-Les liens du sang.

-Les liens du sang, répétèrent les autres à l'unisson.

Lucius regarda un par un les membres de sa bande : comme lui, aucun d'entre eux ne savait pourquoi ils venaient de faire ce qu'ils venaient de faire. Mais, Lucius pouvait le sentir, tout comme lui, chacun pensait la même chose : ça ne présageait rien de bon.

 

Note de fin de chapitre :

Merci à tous pour vos views et reviews!
A très bientôt pour un nouveau chapitre :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.