S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Les amours enflammées par Bloo

[14 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling.
Note de chapitre:

Cette fic a été écrite à destination de Bevy dans le cadre de l'Echange de Noël 2016.

Bonne lecture !

- Je maintiens que c’était le vent.

- Et moi je te répète qu’il a très bon dos, le vent.

- Franchement Albus, tu veux qu’on en parle du fond du problème ? Le vrai, hein, pas le problème courant d’air.

- Excuse-moi, j’oubliais que pour Scorpius il n’y a jamais le moindre souci, non, tout va si bien et c’est si beau la vie.

- Tu voudrais pas te calmer rien qu’une seconde et juste m’embrasser ?

La demande était si soudainement formulée que le visage d’Albus reprit enfin quelques couleurs. Scorpius avait une voix nonchalante qui, selon ses propres dires, n’était pas sans rappeler l’accent traînant de son propre père. Mais Albus, lui, n’était pas vraiment d’accord avec cette affirmation depuis qu’il avait effectivement rencontré Drago Malefoy – depuis qu’il avait rencontré cet homme dont le passé pesait si lourdement sur les épaules de son fils et dont la simple évocation faisait encore naître des ombres dans les yeux de ses parents.

Pour Albus, Scorpius n’avait de hautaine que l’apparence lointaine. Il suffisait de voir cette étincelle dans son regard lorsqu’on lui adressait la parole et ces deux fossettes qui creusaient son visage chaque fois qu’il souriait soit à peu près chaque fois qu’il le croisait – et il le croisait beaucoup - pour comprendre qu’il n’avait rien de la froideur qu’on lui prêtait volontiers.

Il suffisait de le voir là, négligemment adossé au mur d’un des couloirs les moins fréquentés de Poudlard, à feindre l’indifférence quand tout son corps criait son impatience et son désir, de ses joues enflammées à ses mains un peu moites, en passant par son regard trop admiratif pour ne pas être amoureux.

Alors Albus laissa les ennuis s’envoler un court, un très court instant, le temps de plaquer ses lèvres contre celles de Scorpius et de vivre l’instant comme l’éternité avant que la réalité ne le ramène au temps présent.

- Tu vois, il y déjà un problème de moins, maintenant, lâcha Scorpius quand son regard croisa à nouveau celui d’Albus.

- Tu parles, j’aurais plutôt dit qu’il y en a un nouveau. J’ai vraiment pas envie que tu ailles à ton cours de Défense.

- Tu changeras d’avis quand tu pourras rattraper ta nuit pendant que moi je m’écharperai à lancer des formules que je n’ai pas apprises, rétorqua Scorpius.

- Dans tout ça, je ne vois pas en quoi il y a un problème de moins.

- C’est simple, non ? Au moins, on sait ce qu’on veut.

- Tu réalises seulement maintenant que je veux vraiment être avec toi ? Je t’ai connu plus perspicace.

- Je t’ai connu plus empreint à assumer tes relations avec les gens que t’aimes, répliqua Scorpius du tac au tac.

- Attends, c’est ça que tu voulais dire ? Le vrai problème, mais Scorpius le vrai problème c’est pas de savoir si j’ai des sentiments. Franchement, je ne risquerais pas tout ce qu’on risque si c’était sans vrai fondement. C’est juste… Deux garçons ensemble, ça ferait déjà jaser tout Poudlard, mais enfin t’imagines, nous deux ? Si ça ne fait pas la une des journaux, on aura bien de la chance.

- Sauf que tu sais très bien que ça finira par arriver, que tu le veuilles ou non. Alors autant le faire à notre manière et profiter des avantages que ça nous confèrerait.

- Des avantages ? s’étrangla Albus.

- Oui, les avantages. Comme celui de pouvoir profiter de Pré-au-Lard comme le font tous les autres couples, et de pouvoir s’embrasser en guise de bonjour ailleurs que dans les recoins secrets du château. Ou encore, celui de pouvoir s’enlacer tranquillement sans devoir brusquement se séparer parce qu’une porte a claqué.

- Je…

- Ecoute, on a eu cette discussion un million de fois. Et moi, je dois vraiment y aller si je veux pas être en retard. Alors on reprendra ça plus tard si tu le veux bien mais en attendant, essaye au moins de ne pas trop t’inquiéter. Si quelqu’un nous avait vus, toute l’école serait déjà au courant tu sais bien.

Le propos avait beau être censé, Albus ne l’assimila qu’à moitié. Son cœur battait si violemment contre sa poitrine qu’il se demanda s’il ne devrait pas s’asseoir quelques minutes et il réagit à peine quand Scorpius remit distraitement une mèche de ses cheveux en place avant de s’éloigner vers les étages, son sac à dos lâchement jeté sur une épaule.

Il le regarda toutefois jusqu’à ce qu’il ne disparaisse à l’angle du couloir. Au fond, il savait pertinemment que Scorpius avait raison. Les relations ne restaient jamais secrètes bien longtemps, à Poudlard, et encore moins lorsqu’elles impliquaient des noms aussi célèbres que ne l’étaient ceux de Potter et Malefoy. Et si le monde entier devait apprendre leur histoire, il savait que la meilleure des choses à faire était de prévenir ses proches avant que la vérité ne leur soit jetée à la figure. Ça ne serait même pas si difficile, il le savait – il y croyait, en tout cas. Les visages se tendraient un peu, les sourires seraient plus crispés qu’à l’accoutumée le temps d’un ou deux repas de famille mais après tout, les Weasley ne cultivaient-ils pas la tolérance ? Ses parents l’aimeraient quoi qu’il ne fasse, ses grands-parents s’empresseraient de faire de même quitte à changer radicalement certains de leurs propos du jour au lendemain parce que leur amour passerait toujours avant tout le reste, et le reste de la famille suivrait bien ne serait-ce que pour faire plaisir aux quatre premiers.

Non, ce qui inquiétait Albus, c’était le reste. C’étaient les regards qu’il lui faudrait supporter, les chuchotements qu’il lui faudrait endurer, la surexposition à laquelle il savait bien qu’il ne pourrait échapper. Il l’avait connu une fois, à son arrivée à Poudlard, et si cela avait déjà été particulièrement pénible pour le petit garçon taciturne qu’il était alors, au moins cette exposition-là était-elle teintée d’admiration. Ce ne serait même pas le cas des rumeurs qui alimenteraient bientôt les couloirs du château et Albus n’était pas vraiment certain d’avoir les épaules pour le supporter.

Ce n’était pas lui, après tout, le courageux de la famille, l’héritier de ses parents, le héros de Gryffondor.

Ce n’était pas lui qui pouvait se permettre de régler ses problèmes en un duel de sorciers qu’il était certain d’emporter, et certainement pas lui qui ne s’était jamais fait battre une seule fois dans des cours de Défense où excellaient pourtant de nombreux Serpentard – non, lui, c’était avec les Serdaigle qu’il partageait ses leçons, de toute façon.

Avec les Serdaigle.

Et donc avec Scorpius, en fait.

Scorpius qui ne pouvait pas avoir cours de Défense à cette heure.

- Quand même, t’as finalement compris, lança alors une voix qu’il aurait reconnue entre mille.

Personne d’autre que James ne parlait si joyeusement et d’une certaine façon presque si gentiment quand il s’agissait de verser dans la taquinerie. Aussi ne fut-il pas surpris de voir le visage de son frère apparaître au beau milieu du couloir sans que le reste de son corps ne l’accompagne. James avait toujours adoré revêtir la cape familiale de la sorte, mais ne pouvant se le permettre devant personne d’autre que Lily et Albus à Poudlard, ces derniers avaient dû se résoudre depuis longtemps à ne parfois s’adresser qu’à la figure de leur aîné.

- Où est Scorpius ? demanda Albus.

- Pas en Défense en tout cas, vu que vous avez déjà eu votre cours de la semaine.

- Pourquoi j’ai l’impression que ça sent le coup fourré ?

- Parce que t’es pas toujours aussi long à la détente, quand tu veux, répliqua James d’une voix mielleuse.

Albus fut d’abord tenté de répliquer, même s’il savait pertinemment que son frère finirait par avoir le dernier mot parce qu’il y avait bien longtemps que plus personne ne lui arrivait à la cheville en matière de vannes, mais le visage de James le glaça presque littéralement d’effroi – il eut le sentiment, en quelques instants à peine, de perdre toute sa chaleur corporelle et d’être plongé la terre la première dans une bassine d’eau glacée. Seules ses joues se distinguaient du reste de son corps : elles étaient si rouges qu’il pouvait presque les sentir brûler, et le contraste entre celles-ci et le reste de son corps le rendit légèrement nauséeux.

James savait.

Scorpius le lui avait dit, et ils avaient organisé cette petite scène sans lui en toucher un mot.

James savait et Scorpius l’avait trahi.

James savait.

Sinon, il n’aurait pas affiché cette mine si sérieuse qu’il ne réservait d’ordinaire qu’aux sermons de leurs parents quant à son nombre un peu trop élevé de retenues.

- Je vais préciser d’emblée que tu ne dois pas en vouloir à Scorpius, c’est moi qui l’ai tanné jusqu’à ce qu’il m’explique ce qui se passe entre vous parce que j’avais bien remarqué que quelque chose avait changé. Tu sais comme je peux être persuasif.

Ça, il le savait mieux que quiconque. C’était James qui lui avait valu sa première et unique retenue de toute sa scolarité. Pour une raison qui lui échappait encore, il s’était laissé convaincre de se promener en caleçon dans les couloirs de Poudlard avec en guise de récompense la simple « éternelle admiration » de son aîné.

James avait un don pour amener les gens à faire des choses dont ils ne se seraient jamais cru capables.

- Bref, je crois qu’il avait un peu besoin de parler parce que non seulement, il m’a dit pour vous deux, mais en plus il s’est mis à parler et à parler, parler, parler pour m’expliquer que la situation vous pesait à tous les deux et qu’il n’était pas sûr de pouvoir l’assumer encore longtemps.

Ça aussi, Albus le savait bien. Scorpius le lui avait encore rappelé quelques minutes auparavant, même s’il n’aurait jamais cru son impatience suffisamment forte pour qu’il ne s’en ouvre à James.

- Mais avant de faire quoi que ce soit, je crois qu’il est de mon devoir de frère aîné de m’assurer d’une chose.

Au fur et à mesure que s’exprimait son frère, Albus réalisait comme il avait de la chance de l’avoir à ses côtés. Certes, James n’était pas le stéréotype du grand frère idéal. Il était agaçant, parfois, avec sa manie de vanner à tour de bras sans toujours bien comprendre quand il était temps de s’arrêter. Il volait souvent son chocolat à la maison et forçait son cadet à enfermer celui-ci à double tour dans sa chambre pour être sûr qu’il ne soit pas entamé et il avait un peu trop tendance à se mêler de tout ce qui ne le regardait pas – surtout de tout ce qui ne le regardait pas. Et puis, James réussissait tout, aussi. Ses pitreries ne l’empêchaient pas de décrocher les meilleures notes possibles, il n’était pas un élève dans ce château qui ne l’admirait pas au moins un peu et il excellait au Quidditch depuis sa deuxième année. Passer derrière lui, ce n’était pas toujours évident – parfois, c’était même terrifiant.

Mais Albus n’était pas comme les autres élèves de Poudlard qui ne voyaient en James qu’un bon camarade, qu’un fils de héros et qu’un garçon très populaire. Lui, il avait la chance de voir au-delà de cette apparence. Il avait la chance de voir ce qui faisait la vraie beauté de son frère. D’être celui pour qui James aurait déplacé des montagnes ou en tout cas, déplacé tous les meubles de la grande salle rien que pour lui aménager une immense table de cadeaux à l’occasion de son anniversaire. D’être celui que James aurait rejoint pendant sa retenue, pour l’aider à finir au plus vite et à regagner son dortoir avant que la nuit ne tombe. D’être celui dont James aurait essuyé les larmes, dans les coins reculés de Poudlard où il s’isolait souvent lors de sa première année, avant d’enchanter ses propres notes de cours juste pour l’amuser.

Lui, il savait que James ne provoquait pas des élèves en duel pour simplement s’amuser ou entretenir sa cote de popularité, mais parce que l’attention qu’il captait alors était toujours ça de moins à supporter pour Albus.

Lui, il savait que ça n’était pas un hasard si James avait réalisé ses pires bêtises l’année où il était entré à Poudlard, ainsi que la fois où une folle rumeur s’était répandue quant à sa relation supposée avec sa cousine Rose.

Lui, il savait que James n’aspirait dans le fond qu’à une vie tranquille et discrète, après Poudlard, mais qu’il s’en passait joyeusement tant qu’Albus étudiait avec lui parce qu’il savait pouvoir faire ce sacrifice plus aisément que son cadet.

Lui, il aimait le vrai James quand les autres n’adulaient qu’une image et il savait que même s’il essayait, il ne pourrait pas en vouloir à Scorpius d’être allé chercher l’aide de ce dernier – il pourrait seulement s’en vouloir à lui-même de ne pas y avoir pensé plus tôt.

- Scorpius, tu l’aimes vrai de vrai ? reprit James d’un ton toujours très sérieux, quoi que son sourire en coin ne détendît légèrement l’atmosphère solennelle qui s’était installée entre les deux frères.

Il la détendit même si bien que pour la première fois, Albus n’éprouva ni gêne ni anxiété à énoncer ce qui était désormais une vérité :

- Oui.

Un instant, mais un court instant seulement, il s’autorisa même à croiser le regard de James et fut rassuré de ne pas le trouver différent de d’habitude.

- Alors écoute-moi. T’aimes lire, et partager tes dernières lectures avec Louis. T’aimes le bruit des feuilles dans lesquelles on marche à l’automne. T’aimes aussi le son de la pluie qui tape contre les carreaux. T’aimes les bons desserts de notre grand-mère et tu aimes l’odeur de ces fleurs qui poussent dans le pré du Terrier. T’aimes la métamorphose et tu es fasciné par l’histoire au point d’aimer le cours du professeur Binns. T’aimes jouer au poste de gardien quand on fait des grandes parties de Quidditch familiale même si dans le fond, ce que t’aimes vraiment, c’est nager indéfiniment dans le Méditerranée quand on visite la famille de Fleur. T’aimes le chocolat, mais pas autant que moi, dommage pour toi. Et t’aimes Scorpius, aussi. Mais là encore, pas autant que tu m’aimes moi, j’espère !

- Comment je pourrais aimer quelqu’un comme toi, hein ? interrogea doucement Albus en se risquant à nouveau à croiser le regard de James.

Il ne craignait plus d’y lire le moindre rejet, au contraire. Mais il y trouva bien ce dont il se méfiait : cette lueur taquine qui annonçait les railleries.

- T’es bien capable d’aimer Scorpius alors je me fais pas trop de souci.

- T’es bête, James !

- Et toi t’aimes Scorpius. Albus aime Scorpius, Albus aime Scorpius ! C’est fou, ça sonne vraiment bien vos deux noms ensemble tiens, minauda James la bouche en cœur.

- Tu es vraiment très bête.

- Et tu m’en remercieras !

Ça oui, il le remercierait. Il le remercierait quand demain, il franchirait les portes de la grande salle la main dans celle de Scorpius. Il le remercierait quand les journaux s’affoleraient au moins autant qu’ils ne le faisaient de l’époque de son père, mais qu’ils disparaîtraient tous mystérieusement des mains des élèves de Poudlard après avoir été livrés lors du petit-déjeuner. Il le remercierait lorsqu’une fête si monstrueuse serait organisée dans la salle commune des Gryffondor que tout le château s’en trouverait réveillé et il le remercierait plus encore quand il demanderait en mariage l’une de ses professeures au beau milieu de la grande salle et deviendrait ainsi le troisième élève seulement de l’histoire de Poudlard à écoper d’une année de retenue.

Il le remercierait et même, il savait qu’il l’aimerait toujours, mais avant cela, il lui faudrait arpenter tout un étage aux cris de « Albus aime Scorpius et Scorpius aime Albus » en empêchant ses joues de s’enflammer, tout en songeant que Scorpius avait bien raison d’affirmer qu’il était des épreuves autrement plus délicates, dans la vie, que d’assumer leur amour au grand jour.

Assumer celui de James en faisait parfois partie.

Heureusement, c’était plus souvent une chance qu’une épreuve.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

J'ai vraiment apprécié écrire cette histoire, avec des personnages qui à la fois me sont familiers et auxquels, en même temps, j'ai dû modifier grandement le caractère et l'histoire habituels que je leur confère. Bevy voulait notamment d'un James et d'un Albus complices, j'espère avoir réussi ce pari !

N'oubliez pas la review, le seul salaire de l'autrice :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.