S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


La Voie Oubliée - Partie I par HisalysRose

[9 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bienvenus chers/chères Machicoulis dans l’antre de la très vénérable Andouille et de sa non moins talentueuse acolyte, Sushi…

 

Merci Andouille pour la flatterie. Tu n’auras pas de Chocogrenouilles supplémentaires pour autant ! (Mais, mais… Snif *retourne grignoter ses bonbons dans son coin.*)

 

En attendant, vous voici embarqués dans la vie et les aventures de quatre enfants hauts en couleurs. Cracmols oui, quatre molles non ! (aheum)

On espère que vous allez aimer passer du temps avec nous et ces quatre énergumènes qui ne sont pas prêts de s’ennuyer. En tous cas, on est très contentes de partager ces aventures avec vous.

Ah, j’ai failli oublier… Andouille aime autant les reviews que les Chocogrenouilles, si ce n’est plus ;) Ouiiiiii c’est vrai ça mon ptit Sushi à la crème fraîche ! Et pis les reviews en plus, ça fait pas grossir hein Sushi-chantilly ? Au contraire, il paraît que ça fait perdre du gras et que ça dessine les abdos. Ouaaaah… ça doit être tellement beau une review….Tous les auteurs de FF en rêvent la nuit. Mais elles sont rares et précieuses ! Mon préciiiieuuuuux (*oui je sors*)

Bon ça y est, j’ai donné son calmant à Andouille, on va pouvoir y aller. Que le spectacle commence !

Disclaimer : Le Monde d’Harry Potter ne nous appartient pas.

Bonne lecture !

La Voie Oubliée


Partie I - A ‘tabhann do draoidh et hosgail an doras


Prologue


Maison des Upwood, St Edward’s Road, Birmingham, Angleterre

23 novembre 2018

- Alors, c’est un herbivore ayant vécu en Amérique du Nord. Il a un très long cou et a été découvert par Othniel Marsh. Il est de la famille des…

- Oh, je sais ! L’Apatosaurus !

- Mais non, tu sais bien, on en a déjà parlé. Faut pas confondre l’Apatosaurus avec le Brontosaurus, bon sang Hadrian. Au départ, Marsh avait donné le nom d’Apatosaurus mais finalement le genre qu’il a découvert c’est le Brontosaurus. C’est un basique à connaître si on veut gagner le concours le week-end prochain. Ils en parlent dans tous les magazines de sciences et maman nous a prêté au moins deux livres qui en parlent.

- Ah oui, c’est vrai ! Je vais jamais y arriver Eric ! Je confonds toujours les deux...

- Pas grave, faut qu’on fasse une pause. Je me mets la pression avec la rencontre annuelle depuis plusieurs semaines. On devrait aller jouer un peu dans l’atelier. Papa a probablement une ou deux poteries à nous montrer et on pourra aller se faire quelques passes dehors !

- Oh oui ! Tu vas voir, je me suis entraîné comme un fou au drop, je mets le ballon entre les poteaux à tous les coups quand je vais sur le stade à côté de chez grand-mère le dimanche.

Les deux garçons rangèrent les livres étalés sur le sol. Certains étaient pleins d’illustrations montrant des dinosaures, du squelette à la reconstitution. D’autres semblaient beaucoup plus austères de prime abord. La plupart de ceux-là étaient signés Perry Yardley-Upwood, la mère d’Eric. Elle était paléontologue pour l’Université de Birmingham et avait aidé son fils à monter un petit club pour partager cette passion commune et en faire profiter d’autres élèves de l’école primaire : “Le Club des Grands Lézards”.

La semaine suivante aurait lieu les Rencontres Annuelles des Sciences, compétition lors de laquelle tous les clubs de la région présenteraient leur hobby, maquettes à l’appui, et des quiz thématiques départageraient les équipes qui se présenteraient dans chaque catégorie. Il y en avait tout un tas : biologie, géologie, paléontologie, chimie… Eric et Hadrian avaient terminé avec l’aide de Tara, également membre de leur club, une splendide maquette représentant un paysage jurassique avec un lac et de nombreuses espèces de dinosaures, dont le Brontosaurus qui, il faut l’avouer, n’avait aucune différence avec l’Apatosaurus pour un néophyte. Quant au quiz, les deux passionnés savaient déjà tout mais craignaient d’oublier quelque chose le jour J, étant perfectionnistes et manquant de confiance en eux.

Une fois les livres à leurs places sur les étagères, ils sortirent en trombes de la bibliothèque, dévalant les marches quatre à quatre et Eric ouvrit la porte donnant sur le garage à la volée, talonné par Hadrian. Le père d’Eric, assis devant son établi, sursauta.

- Oh, c’est vous ! Vous m’avez fait peur les garçons. Si vous venez voir votre maquette, elle est toujours là. Venez plutôt jeter un œil à ce fragment de poterie… J’ai ramené ça du bureau pour mieux l’examiner ce week-end et…

- Papa, c’est vraiment très intéressant, mais on voulait profiter qu’il fasse encore jour pour se faire quelques passes avant le goûter. Ça te va si tu nous expliques après ?

- Pas de problème les jeunes ! C’est ton anniversaire Eric, profites-en. Ta mère est en train de préparer un gâteau. Ne lui dis pas que je t’en ai parlé, mais il a l’air absolument délicieux.

Il lui lança un clin d’œil et se retourna, l’attention à nouveau absorbée par sa tâche d’archéologue. Hadrian, qui était un peu plus grand qu’Eric, attrapa le ballon ovale perché en haut d’une armoire. Ils enfilèrent leurs baskets et leurs manteaux, sortirent et commencèrent à faire quelques passes. Hadrian montra à son meilleur ami ses nouveaux talents en drop, visant entre les deux grands arbres au bout de l’allée. Eric fut impressionné, mais il n’était pas en reste, maîtrisant quant à lui parfaitement les transformations. Peu importe la distance à laquelle il plaçait le ballon, il passait systématiquement entre les deux troncs également. Le jour déclinait peu à peu. Ils venaient d’entamer un petit “un contre un”, un garçon avec le ballon tentait de marquer un essai derrière une ligne délimitée par des pots de fleurs, tandis que l’autre devait l’en empêcher en essayant de le plaquer, quand une voix s’éleva :

- Ranald ! Tu as vu Eric et Hadrian ?

- Oui, ils sont sortis jouer au rugby dehors.

- Mais ils sont fous, c’est trempé par terre, ils vont être malades ! Tu peux les faire rentrer et leur dire que le gâteau est prêt ?

- Oui ma chérie !

Ranald sortit la tête par la porte du garage et héla les garçons :

- Vous avez entendu Perry, c’est l’heure du goûter ! Pensez à enlever vos chaussures en rentrant, sinon elle va vous tuer. Et elle ne m’épargnera pas non plus.

Les garçons se précipitèrent à l’intérieur, sans oublier de retirer leurs souliers boueux avant de détaler vers la cuisine. Ils s’installèrent à la petite table dressée pour quatre et décorée de confettis. Un gâteau recouvert de glaçage trônait en son centre. La mère d’Eric s’était surpassée en ornant le tout d’un magnifique hibou grand-duc en pâte d’amande. Elle savait que son fils était captivé par les rapaces nocturnes depuis quelques semaines. Eric souffla avec enthousiasme ses onze bougies, dans un concert de voix cacophoniques lui souhaitant un joyeux anniversaire. Il ouvrit son cadeau, un magnifique livre sur les hiboux et chouettes d’Europe. Ils venaient juste de terminer leurs parts de gâteau quand la sonnette retentit. Ranald alla ouvrir.

- Bonjour Mr Upwood ! Hadrian a été sage ?

- Bonjour Mrs Butler ! Oui, il a été très sage comme d’habitude. Je vais l’appeler. Hadrian ! Ta grand-mère est là !

Le temps qu’Hadrian aille chercher son manteau et ses chaussures, Mrs Butler eut le temps d’inviter Eric à venir jouer le lendemain, le samedi après-midi, et ses parents à dîner le soir. Les parents d’Hadrian étaient en déplacement et ne rentreraient que le dimanche matin. Sa grand-mère s’occupait de lui en leur absence. C’était une dame vraiment adorable et très attentionnée, qui passait beaucoup de temps avec son petit-fils.

Eric, qui ne connaissait pas ses grands-parents et n’en avait pas non plus entendu parler, aimait beaucoup Mrs Butler. Il ne savait pas pourquoi ses parents ne lui avaient jamais parlé de leurs enfances respectives. De son point de vue, c’est comme s’ils étaient nés à l’âge de dix-huit ans, à leur entrée à l’université. Il n’avait pas non plus d’oncle ou de tante. Ni de frère ou sœur. Il aimait ses parents plus que tout et ces derniers l’aimaient au moins autant. Ils faisaient tout pour que leur fils soit heureux et ne manque de rien et lui consacraient tout leur temps libre.

Eric était heureux mais cet isolement à trois l’étonnait quand il entendait ses amis parler de leurs fêtes de famille, qui manquaient rarement d’animation.

En attendant l’heure du dîner, il s’installa avec ses parents au salon et se mit à lire distraitement son nouveau livre, sur un fond de jazz. Perry était happée dans un roman d’Edgar Allan Poe et son mari lisait attentivement le journal du jour. Du coin de l’œil, Eric remarqua une chouette chevêche approcher de leur maison. Il fut étonné car il lui semblait que ces oiseaux s’éloignaient rarement de la forêt, encore moins lorsqu’il ne faisait pas encore tout à fait nuit. Mais la chouette continuait à avancer et finit par atteindre le rebord de la fenêtre. Vraiment bizarre, pourquoi un rapace se comporterait-il de cette façon ?

- Maman, regarde la chouette à la fenêtre. C’est pas normal non ?

Sa mère se tourna doucement. La chouette toqua à la vitre avec son bec. Ranald suivit le mouvement. Ils fixèrent la chouette un moment, puis se regardèrent dans les yeux. Ils avaient l’air surpris. Mais ce n’était pas une surprise étonnée. C’était plutôt le visage de deux personnes qui avaient longtemps redouté ce qui était en train de se passer. Eric le remarqua et paniqua, tétanisé dans son fauteuil. Perry se leva, ouvrit la fenêtre et détacha la lettre que la chouette portait d’un geste qui dénotait une certaine habitude. Eric était perdu, il ne comprenait plus rien. Sa mère tenta d’esquisser un sourire et lui demanda :

- Tu peux aller dans ta chambre deux minutes mon chéri ? Je dois juste parler avec papa et on t’appelle pour le dîner, d’accord ?

Eric s’exécuta. En montant l’escalier, il entendit tout de même :

- Ranald, ça vient de Poudlard.

- Non, ce n’est pas possible !...


Manoir des Rosier, Little Hangleton, Yorkshire, Angleterre

27 janvier 2019

- Rappelle-moi ce que tu es ?

- Un meuble, Madame.

- Et que fait un meuble ?

- …

- Exactement ! Un meuble ne parle pas !

Ispahan Rosier baissa la tête, les larmes au bord des yeux.

Il connaissait déjà la punition qui allait suivre.

- Puisque tu ne sembles pas intelligent au point de comprendre ce que nous attendons de toi, tu passeras les deux prochains jours dans la Chambre Noire.

Le garçon hocha la tête, le regard toujours rivé sur le sol. Ses petits poings se serraient convulsivement alors qu’il tentait de réfréner ses sanglots face à sa mère, la grande et  austère Esther Selwyn. Il détourna lentement les talons et se dirigea vers les étages, traversant sans même le regarder le grand salon au parquet brillant et aux arcades lumineuses. Il monta ensuite l’escalier vernis et décoré de centaines de gargouilles aux têtes plus affreuses les unes que les autres - du moins pour celles qui en possédaient toujours une, les autres ayant généralement été décapitées par sa terrible grand-mère bien avant la naissance de son père. Il finit par arriver devant une porte d’un noir d’ébène et en tourna la poignée. La pièce était vide. Et noire. Il s’enferma de lui-même dans la Chambre, sachant que seul un membre de sa famille était capable de l’ouvrir de l’extérieur.

Il s’assit dans un coin opposé à l’entrée et posa sa tête sur ses genoux tout en poussant un long soupir. Il avait encore fait une bêtise. Mais c’était la faute de Phyllis cette fois. Sa sœur avait fait exprès de l’énerver pour qu’il soit puni. Il en était certain. Bien sûr, c’était aussi de sa faute à lui. Il savait très bien que quand sa famille mangeait, il n’avait pas le droit de dire un mot. Et pourtant il avait répondu à l’héritière des Rosier. Oui, il méritait d’être puni.

Au moins pouvait-il s’estimer heureux. Ses parents ne l’avaient jamais frappé. En fait, depuis ses sept ans, il ne se souvenait pas d’avoir eu ne serait-ce qu’un contact avec eux. Depuis qu’il avait atteint l’âge où il aurait dû être capable de faire de la magie accidentelle mais qu’il n’en avait pas produit. Sa mère avait attendu ses dix ans pour l’ignorer réellement. Avant, elle avait juste été froide et sèche.

Mais il ne pouvait pas leur en vouloir. C’était de sa faute après tout. A cause de lui, la honte était sur sa famille. C’était déjà d’une grande bonté de leur part de ne pas l’avoir abandonné à la rue comme le leur avait conseillé son grand-père, Janus Rosier.

Ispahan ferma les yeux et laissa reposer sa tête contre la pierre froide du Manoir. Il s’imagina dans le doux jardin d’hiver de sa mère. Endroit où, lorsqu’il était petit et unique héritier mâle des Rosier, il avait eu le droit d’entrer.

Il avait aidé à tailler les roses et à soigner les bourgeons pour qu’un jour ils puissent donner de magnifiques fleurs qui embaumeraient l’air.

Il y avait des roses de toutes les couleurs dans ce jardin. Elles avaient toutes cette noblesse inhérente à leur espèce. Un trait qu’il avait tenté de copier sans grand succès.

Il se souvenait de l’allée circulaire au centre de laquelle était érigée une fontaine de marbre représentant une grande rose dont chacune des pétales déversait un fin filet d’eau.

- Joyeux anniversaire Ispahan, murmura-t-il en soufflant sur des bougies imaginaires.

Aujourd’hui aurait dû être le plus beau jour de sa vie. Aujourd’hui il aurait dû recevoir la lettre de Poudlard. Mais aujourd’hui il était tout seul. Et l’unique cadeau qu’il recevrait serait celui que son imagination créerait pour lui. Alors il commença à réfléchir, un petit sourire se dessinant sur son visage à mesure qu’il avait une idée, se voyant déjà galoper sur le dos d’un Ethonan ou s’envoler à dos d'hippogriffe. Il adorait les animaux. Tous. Sauf les serpents. Ça, il en avait une peur panique depuis le jour où Phyllis avait caché une vipère dans son lit et qu’il s’était fait mordre la jambe. Il avait toujours la marque de ses crocs.

Un long moment passa avant que la porte ne s’ouvre. Bien trop court pour que cela ne fasse deux jours.

- Mère et Père sont dans le salon. Descends.

Sa sœur disparut de l’embrasure de la porte et redescendit les escaliers sans lui jeter un regard. Ispahan savait que ses parents ne l’aimaient plus. Ils le lui avaient parfaitement bien fait comprendre, et à maintes reprises. Mais il était sûr que sa soeur le haïssait. Et il n’avait aucune idée du pourquoi. Elle faisait tout pour qu’il soit puni. Elle l’insultait, elle le tourmentait, elle le provoquait, elle jouait avec lui telle un fléreur avec un doxy. Parfois même il avait l’impression qu’elle voulait le tuer. Comme cette nuit-là où elle avait caché un serpent dans ses draps. Ou la fois où elle lui avait proposé de monter son Gronian, trop rapide et qui n’obéissait qu’à elle. Ce qu’elle avait bien sûr omis de préciser. Et il en était tombé alors que le cheval était déjà à 3 mètres du sol. Phyllis avait essayé de l’attaquer à de multiples reprises ces dernières années et il s’en était toujours sorti, très souvent de manière tout à fait miraculeuse. Comme le fait qu’il termine sa chute vertigineuse dans le marécage au bout du champ de course de l’autre côté du Manoir.

Il finit par atteindre le salon alors que sa soeur s’était déjà installée à la droite de son père. Sa mère tenait une lettre décachetée à la main et son regard incertain se portait tour à tour sur son mari et son fils, qu’elle avait presque renié. Que se passait-il ?

- Les choses ont changé. Tu vas pouvoir nous être utile.


Appartement des Kestrel, Chemin de Traverse, Londres, Angleterre

20 avril 2019

Quand le soleil pointa le bout de son nez à travers les rideaux de la chambre de Daralis, la jeune fille était déjà réveillée depuis plus d’une heure. Elle était surexcitée et elle avait de quoi l’être : elle fêtait ses onze ans ! Bon, elle savait très bien qu’elle ne recevrait pas sa lettre de Poudlard. Elle s’était fait une raison depuis toutes ces années et ce matin-là, d’autres évènements à venir étaient responsables de son euphorie.

Premièrement, son petit frère et elle n’auraient exceptionnellement pas de cours particulier comme tous les samedis matins. Leurs parents avaient décidé d’un jour chômé pour l’occasion, ce qui profiterait également à leur précepteur. Dorcas Perks leur enseignait six jours sur sept tout ce qu’il fallait savoir : lire, écrire, compter, des notions d’histoire et de géographie, ainsi que de bonnes bases de culture générale. Tout pour faire d’eux de parfaits petits sorciers ! Leur mère n’avait pas le temps de s’occuper elle-même de ces apprentissages, comme c’était la coutume dans les autres familles. Étant guérisseuse à Sainte Mangouste, elle préférait profiter de son maigre temps libre pour passer des moments agréables avec ses enfants.

Deuxièmement, son grand frère allait rentrer de Poudlard pour les vacances de Pâques le soir-même et la famille pourrait se retrouver au grand complet autour du gâteau d’anniversaire de la petite fille. Warley pourrait leur raconter tout un tas d’histoires sur ses aventures dans une école qui resterait un rêve pour Daralis. En attendant, elle comptait bien rendre ce retour mémorable et prévoyait une petite sortie sur le Chemin de Traverse avec Seabert dans la matinée, histoire de montrer à leur aîné qu’il avait beau être le plus vieux, il n’avait pas le monopole des mauvaises blagues. Après tout, le talent en mauvais tours n’attendait pas le nombre des années mais en plus de ça, onze ans plus huit ans et demi, c’était toujours plus que quatorze.

Malgré ces réjouissances, le clou du spectacle aurait lieu le lendemain après-midi, jour de Pâques. Elle retrouverait enfin sa meilleure amie qu’elle n’avait pas vue depuis son anniversaire au mois d’août ! Margaret Holcomb était américaine et vivait à Salem, dans un appartement qui n’avait rien à envier à celui des Kestrel à Londres. Le père de Margaret avait au MACUSA un poste équivalent à celui du père de Daralis au Ministère de la Magie, chef du Département de la Coopération Magique Internationale. Les deux amies s’étaient rencontrées lors d’un dîner organisé par leurs parents, à l’époque où les Kestrel vivaient à Salem également. Elles s’étaient tout de suite entendues et avaient passé quatre belles années à faire les quatre cents coups ensemble. Depuis le retour à Londres presque trois ans auparavant, elles avaient beaucoup correspondu mais leurs jeux leur manquaient. Cette petite semaine en compagnie l’une de l’autre serait vraiment une parenthèse magique pour elles.

Tout cela faisait beaucoup pour qu’une petite fille de onze ans continue à dormir tranquillement dans son lit après sept heures du matin. Daralis n’en pouvait plus de se tourner et se retourner. Tous ces mouvements ne faisaient que l’empêtrer dans sa couette. Quand la petite blonde ne fut plus capable de savoir dans quel sens tourner les draps pour les remettre en ordre, elle décida qu’il était temps de se lever. Après une extraction réussie de son lit, elle s’habilla et se dirigea vers la cuisine, de laquelle émanait une odeur alléchante. Wimly avait commencé à préparer le petit déjeuner en l’entendant s’agiter dans sa chambre. L’elfe de maison faisait cuire les œufs brouillés comme personne et ses pancakes étaient un régal.

- Bonjour maîtresse Daralis. Je vous prépare des crêpes à la confiture de groseille. Votre petit déjeuner préféré pour votre anniversaire.

- Bonjour Wimly, c’est super, merci ! Tu sais si papa et maman sont déjà partis ?

- Oui maîtresse Daralis. Ils sont partis il y a un peu moins d’une heure. Le maître vous a laissé ce message, lui dit l’elfe en lui tendant un magnifique papier à lettre décoré du blason de leur famille.

Daralis saisit la missive et la lut.

Les enfants,

Nous sommes partis travailler mais nous rentrerons pour le déjeuner, aux alentours de midi et demi. Vous pouvez sortir vous promener tant que vous restez bien sur le Chemin de Traverse. Faites simplement en sorte d’être à l’heure pour le repas, votre mère devra retourner à l’hôpital cette après-midi.

Soyez bien sages avec Wimly.

Papa

Calder Kestrel

Daralis se réjouit à l’idée d’avoir l’autorisation de sortie sans même la demander et dégusta son petit déjeuner dans la bonne humeur. Elle entendit du bruit au loin, provenant de la chambre de son frère. Une si belle journée ne pouvant pas commencer sans une petite plaisanterie, elle se leva et se dissimula juste derrière la porte de la cuisine, prête à bondir lorsque le nouveau venu ferait son apparition. Les pas de Seabert se rapprochaient…

- BOUUUUH ! hurla-t-elle en sautant devant le petit garçon.

- AAAAAH ! brailla-t-il.

Il eut si peur qu’il recula brusquement. Emporté par la vitesse, il rebondit un peu trop sur le mur pour que ce soit naturel. Puis sur l’autre mur. Il fit plusieurs rebonds le long du couloir avant de tomber tout doucement, comme sur un coussin. C’était hilarant.

- C’est pas drôle Dara ! T’es pas sympa.

- Oh allez, fais pas le bébé ! C’est mon anniversaire aujourd’hui et tu me l’as même pas souhaité. Si t’es pas plus gentil que ça avec moi, je t’emmène pas te promener ce matin.

- Oh, trop cool, on a le droit de sortir tout seuls !

Seabert se releva dans un saut et galopa jusqu’à la cuisine, pressé de déjeuner pour pouvoir partir le plus vite possible.

- T’énerve pas trop, crevette. Les magasins sont pas encore ouverts, on a un peu de temps.

Daralis adorait son petit frère. Elle aimait lui jouer des tours, mais elle préférait s’allier avec lui pour en jouer aux autres. Avec le sourire d’ange de Seabert et les plans machiavéliques de sa grande sœur, nombreux étaient ceux qui tombaient dans leurs pièges. Malgré cet amour et cette complicité, Daralis se sentait toujours triste quand elle voyait son frère produire de la magie accidentelle, comme il venait de le faire dans le couloir. Elle n’avait jamais produit la moindre étincelle de magie. Ses parents ne semblaient pas s’en inquiéter. Elle ne savait pas s’ils n’avaient pas remarqué cette anomalie ou s’ils s’en fichaient. Ils aimaient beaucoup leurs enfants mais n’avaient que peu de temps à leur accorder, ce qui rendait ce genre de conversation difficile à mettre sur le tapis. Daralis se reprit, elle ne laisserait pas ces pensées gâcher une si belle journée !

A neuf heures, les deux enfants sortirent de l’appartement et commencèrent à flâner dans les boutiques. Seabert voulait absolument passer chez Fleury et Bott acheter un nouveau livre sur les personnages historiques connus par les Moldus mais qui étaient en réalité sorciers, telle Cléopâtre. Il était passionné par ce sujet et avait toute une bibliothèque remplie d’ouvrages à ce propos. Daralis tenait quant à elle à faire l’acquisition d’une nouvelle robe verte, assortie à ses yeux. Une fois ces achats effectués, ils se dirigèrent vers la boutique des Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux.

Cet endroit était le temple de Daralis. Ici, elle pouvait laisser libre cours à son imagination débordante. Après avoir testé tous les nouveaux produits, ils se décidèrent pour de la poudre d’obscurité instantanée du Pérou, un boursouflet vert nommé Grouf, quelques baguettes farceuses et une boîte à flemme. Le plan était le suivant : au retour de son frère, ils lui offriraient une boîte de bonbons tout à fait normaux. Ensuite, lorsqu’il irait les manger dans sa chambre, Daralis pourrait aller jeter de la poudre d’obscurité dans la pièce. Elle profiterait alors de la diversion de Seabert, qui se mettrait à chanter à tue-tête “Oh mon chaudron !”, pour pouvoir échanger quelques friandises par des Nougats Néansang et la baguette de Warley par une baguette farceuse. Daralis savait déjà qu’après avoir mangé des Nougats, son grand frère saurait immédiatement qui était coupable de ses malheurs et viendrait la menacer de sa baguette, qui se transformerait alors en canard en plastique. Ce serait le coup de grâce ! La petite fille s’en frottait déjà les mains.

Après leurs courses, les deux jeunes Kestrel dégustèrent des glaces de chez Florian Fortarôme, profitant du beau temps qui revenait, avant de rentrer chez eux. Ils furent pile à l’heure pour le déjeuner et leurs parents étaient déjà là. Le repas fut expédié en vitesse, Braeden devait retourner à Sainte Mangouste et Calder, qui avait encore des dossiers à traiter, s’isola dans son bureau. Ils fêteraient l’anniversaire de Daralis le soir. Seabert et elle sortirent sur la terrasse et s’assirent sur un banc ensoleillé pour finaliser les détails de leur plan d’attaque, sous le regard amusé de Wimly qui arrosait les plantes.

- Ouhouh !

Les enfants sursautèrent et firent volteface. Une petite chouette venait de se poser juste derrière eux, sur le dossier du banc.

- Oh, ça doit être une lettre pour papa, remarqua Daralis. Je vais lui apporter.

Elle détacha la lettre de la patte de la chouette et se dirigea vers le bureau. En marchant, elle baissa les yeux sur l’enveloppe et vit le cachet de Poudlard. Et son nom. Elle s’arrêta net, ouvrit l’enveloppe et…

- Papa ! Tu devineras jamais !


Samlesbury Hall, Samlesbury, Lancashire, Angleterre

4 juillet 2019

- Fais gaffe ou je t’attrape et je te transforme en vieux gnome tout fripé !!

- Naaaaaan !!!! Mamaaaaaan !!!

La petite fille se mit à courir en riant aux éclats, zigzaguant entre son lit et les différents meubles de sa chambre, poursuivie par un jeune garçon qui agitait un bout de bois en tous sens.

- Scott, laisse ta soeur tranquille juste cinq minutes veux-tu ? Le temps que je termine de la coiffer pour ton anniversaire. Et pose ce bâton, tu vas finir par éborgner quelqu’un.

- Mais maman… C’est elle qu’a commencé d’abord, regarde !

Et il brandit sous son nez sa carte Chocogrenouille de Merlin toute déchirée.

- Reparo, murmura Amelia d’un rapide mouvement de baguette, avant de réussir à rattraper sa fille d’un geste expert alors qu’elle tentait de déguerpir, de peur de subir son courroux. Élever deux petits monstres l’avait obligée à développer des trésors de patience et des réflexes dignes d’une championne de Quidditch. Ça l’avait aussi rendue imperméable à toute tentative d’attendrissement, méthode que la demoiselle maîtrisait pourtant parfaitement. Elle soupira en sentant le trop-plein d’énergie de sa fille qui se tortillait sous son bras pour se défaire de l’étreinte maternelle.

- Veux-tu bien rester tranquille un instant s’il te plaît ? Après tu pourras aller jouer dans le jardin avec Jasper, d’accord ?

Un aboiement retentit en bas des escaliers, signe que le chien avait bien entendu son nom et était tout à fait prêt à aller chasser la balle avec sa petite maîtresse.

Erin Shields, dix ans de son état, étudia sérieusement la question avant d’acquiescer et de s’asseoir face à sa coiffeuse en silence. Sa mère poussa un soupir. Elle n’avait pas manqué son regard brillant d’envie quand elle avait jeté le sort. Elle savait qu’elle allait de nouveau devoir avoir une discussion avec sa fille. Car Erin était une Cracmolle. Sans aucun doute possible.

- Allez, c’est parti ! reprit-elle pourtant d’une voix joyeuse, s’interdisant de penser à tout ce que cela pouvait impliquer aujourd’hui. C’était l’anniversaire de son aîné, Scott Angus Shields et rien ne pourrait les empêcher de passer une journée parfaite.

Elle finit par libérer sa fille qui dévala les marches de l’escalier avant de se prendre les pieds dans le tapis du salon et de s’écraser face contre terre.

Soupirant, Amelia ne put s’empêcher de crier une dernière fois.

- On ne court pas dans les escaliers !! Par Merlin Erin, combien de fois te l’ai-je répété !?

La petite fille ne l’écouta même pas et sortit de la maison, Jasper sur les talons jappant comme un fou. Golden retriever de quatre ans, le chien avait gardé son âme de chiot et aimait par-dessus tout jouer à la balle. Mais la récupérer était une autre paire de manches pour Erin qui se mit à lui courir après dans tout le jardin, détruisant ainsi la belle tresse que sa maman lui avait faite.

La journée passa extrêmement vite à partir du moment où la famille et les invités de son frère arrivèrent. D’abord une petite brune qui répondait au nom de Leah Carrington, Serdaigle, que Scott avait rencontrée dans le Poudlard Express lors de sa première rentrée. Puis ses deux meilleurs amis, répartis comme lui à Poufsouffle l’année précédente, Andrew Walker (petit blond à lunettes) et William Nott (grand brun aux yeux noisettes). Scott intégra tout de suite Erin à sa bande d’amis et ils passèrent l’après-midi à jouer à 1-2-3-veau-d’lune, à la bataille explosive et à manger des bonbons. Parce que bon. Un anniversaire sans tarte à la citrouille et sans quelques blagues de chez Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux bah c’était pas un vrai anniversaire. Dixit William et Leah.

Enfin la soirée se termina et Scott et ses amis partirent se coucher. Ou plus vraisemblablement, poursuivirent avec acharnement leur bataille pour déterminer quelle équipe de Quidditch était la meilleure entre les Catapultes de Caerphilly et les Vagabonds de Wigtown. Avant de monter elle aussi, Erin se tourna vers ses parents.

- Et moi maman, je pourrai y aller quand à Poudlard ?

Amelia s’agenouilla près de sa fille et posa les mains sur ses épaules.

- Chérie... Je sais que tu meurs d’envie de retrouver ton grand frère l’année prochaine à l’école… Mais on en a déjà discuté tu te rappelles ? Tu n’as jamais fait de magie accidentelle auparavant… Il y a donc peu de chances que tu y ailles. Mais ce n’est pas si grave que ça tu sais. Il y a plein d’autres écoles qui te plairont, j’en suis sûre, tu verras !

Les yeux brillants de larmes, la petite fille acquiesça gravement. Son père se pencha alors vers elle, lui ébouriffant tendrement les cheveux.

- Et puis, tu sais très bien que pour nous ça ne change absolument rien pas vrai ? On t’aime telle que tu es !

Mais tout au fond d’elle-même, Erin le savait. Aucune école ne valait celle de Poudlard. Tout simplement parce que les autres ne permettaient pas d’apprendre la magie.

Erin avait tout essayé. Elle avait froncé les sourcils pour essayer de faire clignoter les lumières du salon comme son frère, elle avait sauté du premier étage de sa maison (et s’était cassée une jambe par la même occasion), elle s’était aussi cassée le nez en tentant de traverser le mur du salon pour rentrer chez elle (après tout, si ça marchait pour le quai 9 ¾, pourquoi pas ici ?). Ses parents avaient fini par réellement s’inquiéter et l’avaient emmenée chez un psychomage pour qu’elle arrête de provoquer des accidents, de peur qu’elle finisse par se tuer. Elle avait même créé une potion avec son grand frère, à base de terre, de sable, de ver de terre et de pétales de rose pour essayer de faire de la magie. Ç’avait été infect. Elle se souvenait encore du goût horrible dans sa gorge. Mais pour le moment rien n’y faisait. Erin avait dix ans, bientôt onze, et elle n’avait jamais réalisé le moindre acte de magie.

Son grand frère était tout ce qui la reliait à cette école magique. Poudlard. Rien que ce nom lui faisait voir mille étoiles. Scott avait toujours été très gentil avec elle. Peut-être trop. Il la protégeait tout le temps. Lui envoyait des lettres presque tous les jours pour lui raconter ce qu’il y faisait. Mais au lieu de s’en contenter, cela n’avait fait que raviver son désir d’y aller. D’enfin faire partie de ce monde dont elle se sentait rejetée. Erin avait dix ans et tout ce qu’elle voulait, c’était une place dans cet univers qui ne lui appartenait pas.


21 juillet 2019

- Maman, maman !!! Il y a un hibou qui tape à la fenêtre… Il… Il a une lettre accrochée à la patte…

- Et bien ouvre-lui, c’est sûrement Tatie Karen qui doit te souhaiter ton anniversaire.

- Mais… C’est pas son hibou tout moche maman. C’est pas un hibou qu’on connaît. Tu crois que… ?

Les yeux pleins d’espoir de sa fille comprimèrent le coeur d’Amelia. Elle se dirigea à pas lents vers la fenêtre pour laisser entrer la chouette chevêche, s’interdisant d’espérer. Lorsqu’elle vit le cachet de cire, ses yeux s’écarquillèrent.

- ANGUS !!!


Collège Poudlard, école de sorcellerie
Directeur : Aldridge Chetwin Mervyn Fawley
Docteur ès Sorcellerie, Alchimiste-en-chef,
Commandeur du Grand-Ordre de Merlin,
Vice-Manitou Suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers


Chère Erin Shields,

Nous avons le plaisir de vous informer que, dans le cadre d’un nouveau programme pédagogique, vous bénéficiez d’une inscription au collège Poudlard. Cette bourse d’études, ouverte cette année, est proposée à quatre enfants issus de lignées sorcières mais ne possédant pas de pouvoirs magiques. Le programme a été adapté pour vous permettre de suivre les enseignements théoriques et pratiques s’ils ne demandent pas l’usage d’une baguette, ainsi que certains cours spécifiques.
Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.
La rentrée étant fixée au 1er septembre, nous attendons votre hibou le 31 juillet au plus tard.
Veuillez croire, chère Erin Shields, en l’expression de nos sentiments distingués.

Neville Londubat,

Directeur adjoint



Collège Poudlard, école de sorcellerie


Uniforme
Liste des vêtements dont les élèves de première année devront obligatoirement être équipés :
1) Trois robes de travail (noires), modèle normal
2) Un chapeau pointu (noir)
3) Une paire de gants protecteurs (en cuir de dragon ou assimilé)
4) Une cape d’hiver (noire avec attaches d’argent)
Chaque vêtement devra porter une étiquette indiquant le nom de l’élève.

Livres et manuels
Chaque élève devra se procurer un exemplaire des ouvrages suivants :
Enchantements et sortilèges, la théorie, de Eathelin Blurstreet
Histoire de la Magie, 10ème édition, de Bathilda Tourdesac
Connaître la magie, de Thormund Sherwood
Vie et mœurs des Moldus, de Everild Landon
Transmutation, transformation, théorie de la métamorphose, de Minerva McGonagall
L’art des potions, de Soranos Ephese
Flore magique, de Whitby Mellington
Vie et habitat des animaux fantastiques, de Norbert Dragonneau
Planètes et constellations, le ballet des astres, de Opeline Starling
Se défendre contre la Magie Noire, de Zale Thistle

Fournitures
1 chaudron (modèle standard en étain, taille 2)
1 boîte de fioles en verre ou cristal
1 télescope
1 balance en cuivre
Les élèves peuvent également emporter un hibou OU un chat OU un crapaud.

Il est rappelé aux parents que les élèves de première année ne sont pas autorisés à posséder leur propre balai.


Neville Londubat,
Directeur adjoint

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.