S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Au son des tambours par Maloux

[41 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

05/10/2017

Voici donc un premier vrai chapitre, qui, je l'espère, vous plaira.

Je tâtonne quant à l'univers, étant peu habituée et, ne nous mentons pas, une pas-si-adepte-que-ça de Harry Potter. Ca manque de détails à mon goût mais j'essayerais d'y remédier par la suite.

Bonne lecture !

 

On lui retire le chapeau de la tête et la lumière de la salle l’aveugle un instant. Papillonnant des yeux, Abigail Turner ne distingue que vaguement les silhouettes immobiles des autres élèves, ainsi que le silence de la salle qui lui semble assourdissant.

Son esprit demeure figé, pétrifié par la peur qui lui tord désormais les entrailles. Heureusement qu’elle est assise, sinon il y a fort à parier que ses jambes auraient flanché, tandis qu'elle demeure assise elle ne fait que devenir livide.

À ses oreilles, son sang tambourine, comme pour la sortir de sa torpeur, mais c’est peine perdue. Sur l’ordre discret de la maîtresse de cérémonie, la jeune Turner se lève et se dirige vers la table des verts et argents, comme un automate.

Le chemin lui semble terriblement long.

Ses yeux clairs glissent sur tous ces visages, cherchant un regard auquel se raccrocher. Peine perdue, tous lui semblent austères et malveillants. Elle se détourne des élèves afin de chercher du réconfort vers la table des professeurs, et plus particulièrement le professeur Brown, l’homme plutôt sympathique qui était venu lui annoncer chez elle qu’elle était une sorcière et qu’elle allait devoir aller dans une école de magie. Elle a besoin de la bienveillance qui caractérise cet homme svelte. Abigail repère rapidement la chevelure de feu du professeur, mais celui-ci au contact des yeux de sa protégée semble sortir de sa torpeur et évite son regard. Se reprenant rapidement, ses yeux auparavant doux deviennent froids et lointains. Ceux-ci se perdent dans la contemplation de la salle tandis qu’une moue que l’enfant ne parvient à identifier se peint sur son visage.

Le cœur de la jeune fille se fissure et la peur lui broie le cœur, l’abandonnant à son sort. L’abandonnant à la tourmente qui couvait dans la salle. À la haine et au mépris de chacun. À son avenir, soudainement sombre et terrifiant.

 

Finalement, les secondes cessent de s’étirer et le temps reprend son cours. L’esprit d’Abigail semble réintégrer son corps lorsqu’elle atteint la table des Serpentards. Elle s’assoit à côté des nouveaux et prend ensuite le temps de regarder les autres élèves de sa maison, notant leurs mines renfrognées et leurs sourires sincères bien que peu chaleureux. Regrettent-ils qu’elle soit à Serpentard ? Regrettent-ils le comportement de leurs camarades ? Des questions dont elle craint les réponses.

Reportant son attention sur la répartition qui suit son cours, elle sourit tristement lorsque tous sont finalement répartis et qu'aucun ne rejoint sa table. À croire qu'ils ne seront que quatre en fin de compte... Elle se demande alors, si le Choixpeau -puisque c’est ainsi que l’appellent les autres élèves assis à sa table- a également essayé de les convaincre de rejoindre la maison Serpentard. Elle s'interroge ensuite, lequel de ses trois camarades a une âme adaptée à cette maison ? Ou, comme elle, n’ont-ils pas eu la force de rejeter le choix du Choixpeau ?

Curieuse, la jeune fille dévisage les nouveaux. Ils sont regroupés en bout de table et s’observent en coin, n’ayant pas le courage de lancer la conversation. Le préfet en chef de leur maison met fin à cette situation désagréable et se présente de manière succincte, leur demandant immédiatement après avoir révélé son nom lesquels d’entre eux sont des sangs purs.

Le garçon qui a été le plus enthousiasme à rejoindre cette maison -son nom de famille commence par un B, mais Abigail n’a pu réussir à le retenir à cause du stress qui l’étreignait alors- hoche vivement du chef tandis que ses deux autres camarades baissent piteusement la tête. Les regards de toute la tablée se portent désormais sur elle, Abigail Turner, attendant avec curiosité mêlée d’impatience sa réponse.

La jeune fille prend son courage à deux mains avant de demander d’une voix faible mais intelligible :

- Ca veut dire quoi être un sang pur ?

Le silence qui s’abat à la fin de sa question sur la tablée Serpentard est encore plus terrible que celui qui a suivi son attribution.

Les regards de tous les membres de sa maison sont figés, certains semblent même laisser transparaître du dégoût. Mais l’enfant ne comprend pas. Même ses camarades de première année semblent réaliser la gravité de sa question, mais... pas elle. On lui a toujours dit qu’il n’y a aucun mal à poser une question, mais en cet instant, elle en doute.

-Une née-moldue chez les Serpentards… On aura tout vu.

Fronçant les sourcils, la nouvelle dite « née-moldue » tourne la tête vers le garçon qui vient de parler. Il secoue la tête en l’observant, toutefois bien que son ton soit mordant, ses yeux semblent pétiller, comme si cette situation était amusante.

Le silence est demandé par le directeur de Poudlard avant qu’Abigail ne puisse questionner qui que ce soit, puis, après quelques mots de bienvenue succincts, le repas se matérialise devant élèves et professeurs. L’enfant écarquille les yeux devant une telle effervescence de nourriture, et non leur apparition subite -après tout, il s’agit de Magie, faire apparaître/disparaître des objets doit probablement être courant. Il y a de quoi nourrir toute une armée, et peut-être même deux ou trois et les plats sont particulièrement variés. Il y en a pour tous les goûts. Elle se demande un instant comment pourront-ils tout manger… Que se passera-t-il avec les restes ? Tous les repas sont-ils identiques ?

Voyant le plat de purée de… potiron ? Carottes ? Se vider à vitesse grand V, l’Anglaise ne tarde pas un instant de plus et se sert une portion raisonnable, bien décidée à goûter à la majorité de ces mets, si son estomac le lui permet.

Avec l’arrivée des plats les discussions reprennent, et elle en profite pour demander discrètement à son voisin de droite ce qu’il s’est passé, pourquoi sa question a été si mal vue. Qu’est-ce un « né-moldu » ? Son voisin ne prend même pas la peine de finir sa bouchée -tirant une grimace de dégoût à la jeune Turner qui trouve ça absolument répugnant de pouvoir observer la mastication d’un humanoïde d’aussi près- et lui répond dans des termes approximatifs.

- Les ch-angs purs ch-ont les dé-ch-endants des ch-or-ch-iers, depuis des ch-énéra-ch-ions ils ch-ont tou-ch ch-or-ch-iers, tu vois.

L’enfant avale sa bouchée et se resserre en poulet, celui qui baigne dans une sauce jaune clair.

- La plupart des sangs-purs sont persuadés d’être meilleurs et plus purs que tous les autres : les sangs-mêlés qui ont un papa sorcier et un non-sorcier, et les né-moldus qui n’ont aucun de leurs parents sorciers. C’est devenu un tabou avec la guerre, et… les sangs-purs sont généralement envoyés chez Serpentards, jamais un né-moldu n’a été envoyé ici…

Le garçon enfourne une fourchetée impressionnante de poulet et de riz aux légumes dans sa bouche, recommençant à parler la bouche pleine et rendant la compréhension plus difficile.

- Enfin de ch-e que ch-ai compris, à la mai-ch-on on parle pas trop de ch-a, tu ch-ais. Ch-u-ch-te que les fidèles de tu-ch-ais-qui -Abigail ne sait pas qui, mais rest muette, les yeux sur le poisson qui git dans son assiette- étaient pratiquement tou-ch de Ch-erpentard, ch-est pour ch-a que les ch-ens ne nous ch-aiment pas.

Les sourcils froncés, la jeune fille essaye de comprendre ce que lui raconte son voisin, mais… c’est peine perdue. Sa mastication y est fortement pour quelque chose, mais elle n’ose pas lui en faire la remarque et se contente d’hocher la tête. Finalement celui qui s’est moqué d’elle un peu plus tôt vint à sa rescousse. Il se présente aux nouveaux, les informant qu’ils peuvent l’appeler Nail, et il explique à Abigail un peu plus clairement le concept de sang-pur et tout ce qu’a tenté de dire son camarade avant qu’il ne s’étouffe avec l’os de vœux. Il s'attarde un long moment sur une question primordiale, les raisons pour lesquelles les gens ont si peur de Serpentard.

C’est un mélange de peur et de haine. Le pire qui soit.

 

 

***

 

 

Le repas est gargantuesque. Les plats vides disparaissent afin de permettre à d’autres plats de les remplacer. Ignorant de quoi seront faits les prochains jours, Abigail imite ses camarades et mange au-delà du raisonnable, jusqu’à avoir l’impression d’être sur le point d’exploser.

 

Lorsque tous les élèves présents dans la grande salle sont rassasiés, sonne l’heure du départ. Les bancs raclent contre le sol dans un orchestre de crissements tandis que les capes bruissent dans l’air. 

Tous les élèves des différentes maisons sortent de la grande salle en discutant allègrement alors que les Serpentards restent assis, et Abigail en fait de même. Les sourcils froncés, elle observe ses camarades, essayant de comprendre pourquoi eux demeurent immobiles, mais échoue. Elle n’ose pas parler devant les visages fermés des plus âgés. Lorsque le préfet en chef annonce leur départ, tous se lèvent rapidement et les petits nouveaux le suivent avec obéissance.

Leur petit groupe se dirige rapidement vers les escaliers et descend vers ce qui ressemble à des sous-sols. Un chuchotement lui informe qu’il s’agit de cachots. Frissonnant, Abigail resserre les pans de sa cape autour d’elle et observe les lieux qui se dévoilent à elle.

- Voici la salle commune des Serpentards. N’oubliez pas le mot de passe pour y accéder, cette année il s’agit de…

Le préfet en chef fait une brève pause, puis crache le mot, avec un dédain évident.

- Traître.

La foule frémit et la nouvelle élève sent également que les choses ne sont pas vraiment en leur faveur. Ils sont détestés alors qu’ils sont innocents. Pourquoi Abigail serait-elle une traîtresse alors qu’un mois plus tôt elle ignorait encore l’existence de la magie ? Une pointe de frustration vient désormais amoindrir la peur qui l’enveloppe depuis qu’elle avance dans les couloirs humides et sombres des cachots avec ses camarades.

- Les chambres des garçons se trouvent par ici, le préfet désigne un couloir dans lequel se trouvent plusieurs portes, et celles des filles par là, il pointe rapidement du doigt l’autre couloir qui donne sur la salle commune. Pour continuer avec les informations de base, ne vous promenez jamais seul, et évitez d’être moins de trois. À la moindre parole de travers, exercice raté ou regard mal-interprété, cela signifiera des points en moins pour Serpentard. Personne ne nous fera de cadeau, pas même notre directeur de maison… Donc, tenez-vous à carreau. Ah ! Et gardez en tête que les sabliers peuvent être négatifs, autrement dit, il se peut qu’à la fin de l’année nous soyons en dessous de zéro. Sur ce : restez en vie, l’année va être longue.

Un discours terrifiant pour une gamine de onze ans qui se retrouve plongée dans un univers inconnu. Et pire encore : il s’agit d’un pensionnat, autrement dit, elle passera ses jours et ses nuits ici. L’idée a de quoi l’effrayer et maintenant que l’excitation de découvrir ses pouvoirs se dissipe, il ne lui reste que la pure réalité…

Tardant quelques secondes à quitter ses pensées, Abigail réalise que tous ses frères de maisons s’éparpillent, y compris Nail avec qui elle aurait aimé discuter plus, afin de mieux comprendre la situation. Se retrouvant seule au milieu de la pièce, elle se décide à aller voir sa chambre. Elle est la seule fille de son année, donc elle n’a pas à la partager avec qui que ce soit. Ce qui lui semblait être une bonne nouvelle s’avère bien moins enchanteur lorsqu’elle découvre la fameuse chambre. Elle n’a plus aucun doute qu’il s’agisse de cachots. La chambre est dotée deux petites fenêtres en hauteur, semblable à des soupiraux, et de murs en pierre. Une pierre qui lui semble humide. Et il n’y a pas la moindre ampoule, ni interrupteur. La jeune fille réalise un peu plus tard que l’éclairage se fait à l’aide de bougies, et qu’elle ne sait pas comment les allumer. Soupirant, elle sent que cette année ne sera vraiment pas de tout repos… Saisissant un bougeoir elle retourne dans la grande salle afin de demander de l’aide aux plus âgés et d’éventuellement réussir à discuter avec eux, parce qu’elle a beaucoup de questions.

 

 

***

 

Lorsqu’elle se glisse finalement sous ses draps, Abigail se sent seule. Terriblement seule.

La flamme vacillante de sa bougie peint des ombres mouvantes sur les murs, tamisant l’ambiance et la rendant propice aux mauvais rêves. Non, elle ne veut pas dormir, pas seule. Elle ne veut pas se retrouver dans le noir total, sans aucune présence rassurante à ses côtés. Elle se souvient du regard sarcastique que lui avait lancé Bowerst (quelle étrange idée que de s’appeler par son nom de famille) lorsqu’elle avait demandé l’autorisation de partager la chambre des garçons de son année, dont il faisait partie. Elle avait alors rougi et baissé le nez avant de tourner les talons. Après tout, ce ne doit pas être si terrible que de dormir seule dans un tel lieu. Elle y survivra.

Mais maintenant qu’elle y est, elle en doute. Le noir ne l’a jamais rassurée et elle aime que la lumière de la lune filtre à travers les volets de sa fenêtre. Mais la lune ce soir semble absente. C’est la bougie allumée qu’Abigail se prépare à dormir, se promettant que dès le lendemain elle s’installera dans la chambre des garçons, même sans leur accord.

 

Note de fin de chapitre :

Edit relecture 20/08/2019 : Calliopere <3

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.