S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Nos jours heureux par Bevy

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Coucou Lyssa ! J’espère que cette fic te plaira ! J’ai pris de personnages que tu aimes bien, je ne sais pas si tu t’attendais à ça, j’ai essayé de ne pas te vendre la mèche ( mais j’ai du mal à garder une surprise secrète, j’aime bien laisser des indices !). Les enjeux présentés sont modestes mais je pense que le contexte te fera plaisir ! Et du dépaysement fait toujours du bien !
https://www.youtube.com/watch?v=KzY8rtFeIJw&list=RDKzY8rtFeIJw#t=38
Et un peu de musique !
D’ailleurs, je t’invite aussi à écouter la playslist de Soha, tu aimeras je pense. Les trois connues et sur youtube sont « Tourbillon ( serre moi fort, si tu m’aimes) », « Le café bleu » et « Miles pasos ».

Fais-moi penser à te donner les liens ^^.
Note de chapitre:

Coucou Lyssa ! J’espère que cette fic te plaira ! J’ai pris de personnages que tu aimes bien, je ne sais pas si tu t’attendais à ça, j’ai essayé de ne pas te vendre la mèche ( mais j’ai du mal à garder une surprise secrète, j’aime bien laisser des indices !). Les enjeux présentés sont modestes mais je pense que le contexte te fera plaisir ! Et du dépaysement fait toujours du bien !

https://www.youtube.com/watch?v=KzY8rtFeIJw&list=RDKzY8rtFeIJw#t=38

Et un peu de musique !

D’ailleurs, je t’invite aussi à écouter la playslist de Soha, tu aimeras je pense. Les trois connues et sur youtube sont « Tourbillon ( serre moi fort, si tu m’aimes) », « Le café bleu » et « Miles pasos ».

Fais-moi penser à te donner les liens ^^.
« Sérieux Juliet, un plaid ! Il a fait pas moins de 25° toute la semaine !
-Quoi, ils avaient prévu de la fraicheur. Puis ça ne prend pas de place, une couverture.
-Pas de place, c’est vite dit. T’as dévalisée les boutiques, bougonne Lee.
-Plains toi, il y en a au moins la moitié pour toi… »


Enveloppée d’une serviette Juliet sort de salle de bain. Ses pieds humides laissent des empreintes sur le parquet de la chambre. Une fois à sa hauteur, elle l’embrasse à la commissure des lèvres.


« Vas te doucher avant qu’on sorte. Je termine nos valises.
-Le temps que je me lave, tu auras tout juste fini de t’habiller, rappelle Lee. Mais une douche n’est pas de refus. Tu m’as laissé des serviettes propres ?
-Oh, je ne sais pas ! Par contre, il n’y a plus d’eau chaude si tu voulais te laver les cheveux…Hey, je plaisante ! Vas-y, file. Je termine tout ça ! »


D’une main, elle désigne leurs différents sacs de voyage à moitié fait. Un amoncellement de vêtements, babioles et souvenirs sont posés sur le lit. Sur le bureau, posés près de la fenêtre ouverte sont entreposés des sacs d’épices et de nourriture traditionnelle enfermées dans des bocaux magiques. Les poches des contrôleurs, au centre de transplanage internationale de Bâton Rouge vont s’alourdir d’une bonne poignée de mornilles.


Lee espère que leurs notions de sortilèges suffiront à conserver toute leurs saveurs aux délicieux beignets et pralines. Véritable estomac sur pattes, Juliet avait aussi craqué sur le Gombo. Seules les lèvres de cochons marinés n’avaient pas eu son approbation et Lee lui-même devait admettre que l’aspect peu ragoutant de ce plat l’emportait sur le goût acceptable de cette spécialité.

Cela dit, en manger après une tournée de cocktails n’était peut-être pas l’idée du siècle !


« Tu veux te poser où après ? demande-t-il enfin. Au bar de l’hôtel ?
-Pitié, non. Je ne comprends pas ces personnes qui voyagent à l’étranger et qui passent leurs soirées cloitrées dans leurs hôtels ! Autant rester chez soi !
-Si j’avais su ton goût de l’aventure, je t’aurais emmené camper dans le bayou!
- Je tiens à un minimum de confort, on repassera pour la maison paumée au milieu des marécages et des crocodiles. Tu veux allez où toi ? J’avais pensé au club de jazz, tu sais, celui où le mec qui fêtait son diplôme nous a offert une tournée. Mais ça fait loin si on veut être frais et dispo demain matin pour le portoloin…
-J’ai peut-être repéré quelque chose l’autre jour. Comme tu as été sage, je t’y emmène si tu ne traines pas ! la taquine Lee.
-Pour l’instant, c’est toi qui traine, très cher, plaisante Juliet. Et comment ça, « comme j’ai été sage », je suis toujours gentille et attentionnée. Enfin, presque toujours ! »


Une main maintenant son drap de bain, Juliet commence à regrouper leurs vêtements propres parmi les tissus encore posés sur le lit. Un sourire aux lèvres, Lee la regarde se débattre pour attraper une robe à motifs florales. Elle réussit l’exploit de la plaquer contre elle pour s’admirer dans le miroir de l’armoire.


« Tu as besoin d’aide pour t’habiller ? demande-il, taquin.
-Si tu te mets en tête de m’aider, c’est plus un verre qu’on ira prendre mais le petit déjeuner demain matin, souligne Juliet, mutine.
-Il y a des chances. Je préfère la bleue nuit. Elle est disons… plus de circonstances !
-Tu m’emmènes danser, c’est ça ? Allez dis-moi où ? Je connais ? On y est déjà allé ?
-Oh comme le temps file ! J’ai une douche à prendre !
-Lee, tu n’as pas le droit ! Tu pourrais me dire quoi ! »

-------------------------------

La nuit tombe à peine quand ils sortent de l’hôtel. Le ciel est encore embrasé de la chaleur de la journée et de l’inévitable pollution des grandes villes. Les gens y sont aussi pressés qu’à Londres ou Cardiff mais semblent plus heureux, plus sereins.
Plus vivants et libres. C’est la première chose qui a frappé Lee Jordan le premier soir où ils se sont posés à une terrasse, l’esprit et le corps encore embrumés par le décalage horaire. Londres, sa ville d’adoption, lui parait presque terne à côté de la Nouvelle Orléans.


Lee doit l’avouer, même les quartiers moldus anglais n’échappent pas à cette grisaille, comme si l’ombre de la guerre planait encore après toutes ses années. Figé à un passage piéton à attendre que le feu passe au vert, une étrange mélancolie s’empare de lui et il attrape machinalement la main de Juliet.


Qu’elle y voit un geste d’affection ou qu’elle partage ses pensées, Juliet répond à son geste et ses doigts fins enserrent à son tour son poignet. Elle profite qu’un joggeur traverse la route pour suivre le mouvement.
Un chauffeur du taxi, prêt à redémarrer, ouvre sa vitre et vocifère dans leur direction, dans un mélange d’anglais et de créole, jurant sur l’insouciance des piétons. Lee lui adresse un signe de la main pacifique mais le vieux métis, au volant de son taxi, ne lui répond pas et démarre en trombe dès qu’ils ont tous les deux posés les pieds sur le trottoir.


« C’est un truc de dingue, on dirait que les gens perdent leur calme dès qu’ils sont au volant d’une voiture, soupire sa petite-amie.
-C’est pas plutôt toi qui est un danger publique à traverser n’importe où et n’importe quand ?
-Bha quoi, les passages piétons sont faits pour ça, non ? »

La morosité de Lee s’envole aussi vite qu’elle est venue. L’affirmation de Juliet est si sérieuse qu’il ne peut s’empêcher d’en rire.

« Dis, tu sais au moins que les bonhommes verts et rouges, ce n’est pas juste pour faire jolis ?
-Moque-toi de moi, c’est ça ! s’offusque la Serpentard. J’y peux rien, moi, si vous êtes tous mégalo derrière un volant ou sur un balai !
-Le commentateur de Quiddicth que je suis devrais s’offusquer de tes propos, mais je t’aime trop pour ça. Allez, on n’a pas toute la nuit. »


------------------------------------

Après avoir longés l’avenue commerciale, Lee bifurque dans une petite rue. Etroite et entourée bas immeubles, aucunes voitures ne peut y accéder. I l n’y a qu’un restaurant et une librairie exposant des attrapes-rêves, poupées vaudou et livre dédiés à la magie. Et au fond, clignote le néon du bar- cabaret que Lee a repéré en milieu de semaine.


« J’imagine que c’est là que tu as acheté le livre sur le vaudou à George ?
-Oui, la vendeuse est un peu décalée, je pense que c’est une sorcière elle aussi, j’ai comparé sa librairie à « Fleury et Botts », mais elle n’a pas réagi. Elle ne doit pas connaitre.
-Tu aurais pu juste dire le nom de Poudlard, elle aurait dit quelque chose qui sait ? En plus, le secret magique est moins contraignant ici que chez nous. Vu l’histoire de la Louisiane et son rapport aux rites africains, c’est quasiment impossible de rationaliser le moindre débordement de magie.
-D’un autre côté, tu te souviens de ce que nous disais le mec de l’agence de voyage, c’est comme ça depuis vingt ou trente ans. Avant ils étaient super sévères et il te valait plus qu’un portoloin et un passeport pour venir ici, rappelle Lee. Allons-y, tu vas adorer ce bar, j’en suis sûr. »

L’intérieur du Café Bleu est tamisé, bien loin du bar de leur hôtel, éclairé de mille feux. Derrière le comptoir, une femme à la peau brunie leur adresse un geste de bienvenue. Dans un angle, sur une estrade, sont posés un piano, un saxophone et un micro. En l’absence d’artistes, une musique de variétés anime le bar.

Ici et là, les quelques clients présents boivent leurs boissons ou discutent entre eux. Deux enfants d’une dizaine d’années dansent au centre sous l’œil indulgent des clients et de la barman. Les yeux de Juliet pétillent dès qu’elle s’installe à une table.

« Tu crois qu’on aura le droit à un petit spectacle ce soir ?
-Normalement, oui. Je me suis dit que ça valait la peine de se coucher tard pour vor ça ! On dirait que tu aimes en tout cas.
-Tu sais quoi, je crois que je vais vraiment avoir du mal à retrouver un rythme normal après ça, soupire Juliet. Tu veux boire quoi ? »

La serveuse vient à leur rencontre et prend leurs commandes. Elle leur annonce aussi que d’ici une demi-heure, une chanteuse va arriver et les invite à attendre de voir son show. Une fois la barman partie, Juliet pause une main sur son bras.

« Ça va Lee, tu as l’air … ailleurs ?
-Ce n’est quasiment rien, profite plutôt de ta soirée
-Tu sais, j’aurais du mal si tu fais une tête de six pieds de long. »

Lee réfléchit et hésite un instant. Juliet lui reprochera de ne pas se confier à elle. Elle l’a déjà fait. Mais le Gryffondor ne sait pas comment exprimer son coup de blues. Comment justifier qu’alors que tout va pour le meilleur des mondes, il ne peut s’empêcher de penser au Chemin de Traverse les jours suivants la victoire, ni aux décombres de Poudlard. A Fred qui aurait adoré cette ville et dévaliser les échoppes de souvenirs et de gris-gris, l’esprit débordant de nouvelles idées pour sa boutique de farce et attrape. Au professeur Lupin et à Tonk qui se seraient sentis plus libres ici qu’au Royaume-Unis, moins jugés.


« Je te le redis, moi aussi, je serais bien resté quelques jours de plus ici, tente Juliet. Ce n’est pas seulement parce qu’on est en vacances et que ça me barbe devoir servir des frites ou de récurer la cuisine du resto.
-Ce n’est pas ça. Pas vraiment. »


Sa main est toujours posée sur son bras et ses doigts caressent son avant-bras. Malgré ça, Lee sent que la patience de sa petite-amie diminue.


« C’est juste que… tout est beau ici. Tout est plus lumineux et vivant ! On dirait que rien ne peut atteindre les habitants, résume Lee. Pas comme chez nous. »


Juliet ne lui répond pas immédiatement. La serveuse leur apporte leurs boissons et elle la remercie machinalement.

« Tu sais pourquoi je n’ai jamais voulu vivre à Londres ? Ou à Prè-au-Lard ?
-Parce que tu as Cardiff dans la peau ?
-Non, Près-au-Lard et Londres sont des cocons. Et je pense qu’on a besoin de vivre mélanger aux moldus, aux autres gens pour avancer. Tu vois, j’ai besoin d’oublier qu’on a eu une guerre et des morts. Et ça, c’est impensable aux Trois Balais ou au Chaudron Baveur. C’est égoïste, mais je veux être heureuse et laisser les victimes de la guerre derrière moi. Ça ne les fera pas revenir.
-C’est un peu ça. Beaucoup même. Je n’aime pas y penser, mais je ne peux pas m’en empêcher.
-On ne te le demande pas, Lee. Moi, je veux juste que tu me parles quand ça ne va pas. J’avais vu juste, tu vois. A notre dernière soirée ici, déclare-telle en levant son verre.
-A la Nouvelle-Orléans, trinque Lee. »
Note de fin de chapitre :

Je t’avouerai que je me suis retenue d’en mettre plus. Après, ça se barrait en steak, avec Lee dépressif, les aspirations professionnelles de Juliet, les envies d’ailleurs des deux. Et Juliet qui ne se sent pas assez mature pour être maman ^^. Ça sera pour une prochaine fois ! Et je pense que le texte en aurait perdu ^^. Voilà, j’espère que tu aimeras ce premier voyage en Louisiane. Pour moi, ils y retournent plus tard, après la naissance de leurs filles et y restent presque dix ans !
En espérant que ce petit voyage outre-mer t’aura plu !

Le Gombo est un plat local de la Louisiane. Une soupe je crois^^.
Les lèvres de cochon aussi, il est recommandé pour colmater ton estomac quand tu veux boire (ce n’est pas moi qui dit, c’est Topito. Bon, rien que le nom me soulève s’estomac ^^)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.