S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Le bonheur à portée de mains par Alena Aeterna

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Consignes générales

. Chaque membre écrit un texte et reprend le personnage principal de son premier texte
. Le texte devra faire au maximum 3 000 mots
. L’action devra se dérouler entièrement sur une journée en mai
. Vous devez écrire du point de vue interne du personnage principal
. Vous devrez mentionner la commémoration ou la bataille de Poudlard à un moment du texte.
. Le moment heureux doit être un événement marquant (demande en mariage, premier baiser, première rencontre (amicale ou amoureuse), cadeau d’anniversaire spécial…)

Contraintes d’équipe

. Placer un acrostiche formant votre nom d’équipe dans le texte. Par exemple pour Trembles : La première phrase commence par un T, la deuxième par un R et ainsi de suite jusqu’à la dernière lettre. Pensez à mettre la première lettre de chaque phrase en gras à l’aide du code html.
. Vos personnages doivent tous les deux interagir avec un Poufsouffle de votre choix (5 lignes). Attention ! N'oubliez pas que les deux textes se passent dans le même univers !

Contraintes individuelles

Vous devrez intégrer à votre texte le mot cagot

Penchée au-dessus d’un berceau, Millicent est radieuse. Je crois bien que c’est la première fois que je la vois aussi souriante et heureuse. La fille de Serpentard qui n’adressait que des impolitesses à ses pairs a disparu au profit d’une mère de famille comblée, si éloignée de la fidèle de Voldemort que j’ai vue pour la dernière fois l’an passé, lors de la commémoration annuelle du deux mai. Ses cernes sont celles d’une femme fatiguée par sa grossesse, elles ne représentent plus les longues nuits de cauchemars où les corps des torturés viennent tous nous hanter. Elle a changé, c’est un fait, et son regard m’apparaît vraiment différent lorsqu’elle m’aperçoit enfin.

— Tu peux approcher, tu sais, dit-elle avec amusement.

Je libère le passage de la porte en m’avançant, les mains dans les poches. Je ne suis pas très à l’aise avec les enfants et j’ignore ce que je peux lui dire en détaillant le nourrisson qui dort profondément. Il semble si innocent que je suis surpris qu’il puisse être le fils de Millicent. Après tous les actes que nous avons commis, j’ai la sensation que chaque geste violent s’est gravé au plus profond de nos veines, dans chacune de nos cellules. Comme si nos gènes eux-mêmes portaient la trace sanglante de nos méfaits. Mais il n’est rien de tout cela, l’enfant est si paisible, ce n’est qu’un petit être inconscient des événements du passé.

Je songe à tous ces nouveau-nés d’après-guerre, tous ces enfants qui symbolisent l’espoir aux yeux des sorciers. Un des Weasley a même nommé sa fille Victoire, dans un pur excès d’hypocrisie. Je ne comprends pas ce choix qui pousse tous les rescapés à fonder des familles, à noyer les deuils dans les vies nouvelles. Pendant que le camp de la lumière profite de leurs petits bonheurs, ils en oublient les autres. De l’autre côté du miroir, il y a tous ceux qui ont combattu pour une lutte qu’ils jugeaient grande et invincible, pour un homme plus mort que vif, pour l’ombre d’un avenir meilleur où la magie triompherait.

— Tu ne cesses jamais, n’est-ce pas ?

Je croise le regard intrigué de Millicent. Elle me connaît mieux que personne, sans aucun doute, mais elle ne m’encourage pas pour autant à poursuivre mes travers. Depuis notre sortie de Poudlard, je passe mon temps à réfléchir à ce passé désespéré qui n’a rien apporté de bon à personne. Je ne regrette pas mon allégeance, je ne suis pas de ceux qui retournent leur veste à chaque fois qu’ils le peuvent, comme les Malefoy. J’assume ma curiosité pour la magie noire, mon amitié avec des fils et filles de Mangemorts, mes commémorations dans une vieille bâtisse poussiéreuse autour d’un corps falsifié. Et quand j’essaye de raisonner comme Potter et ses amis, je n’y parviens pas.

— Comment l’as-tu appelé ? demandé-je en changeant de sujet.
— Harry, au nom du Survivant et du grand vainqueur.

Mon expression doit être très explicite car Millicent se met à rire, sans pouvoir se retenir. J’esquisse à mon tour une grimace amusée, devinant qu’il s’agit d’un mauvais tour de sa part. Elle aurait pu faire ce geste de repentance, sans être la première à se rabaisser ainsi. Nott a eu une fille à qui il a donné le prénom de Ginevra. Si ses parents vivaient toujours, ils feraient une crise cardiaque d’avoir une descendance portant l’horrible prénom d’une Weasley, et pas n’importe laquelle. Comme si la nommer telle la femme de l’Élu pourrait entraîner sa rédemption.

— Il s’appelle Spencer, répond finalement mon amie avec douceur.

C’était le prénom de son frère aîné, tombé lors de la bataille de Poudlard. Je l’ai vu recevoir un sortilège de mort pendant les combats alors qu’il luttait contre un membre de l’Ordre. Je ne l’ai pas connu mais il était un excellent duelliste et, comme tant d’autres en ce jour maudit, il a péri. Millicent a toujours été proche de lui et je comprends que c’est sa façon à elle de lui rendre hommage, comme si une partie de lui l’accompagnait en permanence.

Je ne prends pas le risque de poser la question qui me trotte dans la tête depuis que j’ai appris sa grossesse. Elle ne m’a pas révélé le nom du père, soit parce qu’elle l’ignore elle-même, soit parce qu’elle a décidé de le taire pour éviter les réflexions de tout son entourage. Peut-être est-il même un moldu, ce qui ternirait encore plus l’image de la famille Bulstrode. Je ne suis pas avide de potins et si elle est heureuse ainsi, sans le père de son enfant, alors je respecte ses choix.

— Accepterais-tu de devenir son parrain ?

L’espace de quelques secondes, je crois avoir rêvé. Être parrain n’est pas un acte anodin, il faut pouvoir subvenir aux besoins de l’enfant si ses parents disparaissent, pouvoir l’élever avec l’amour nécessaire à son bon développement. Je suis sur le point de refuser lorsque Spencer ouvre les yeux. Le bleu de ses iris me rappelle celui qui brille dans le regard de Luna, ce bleu Serdaigle qui est un lointain souvenir de notre salle commune. Je déglutis difficilement et me tourne vers Millicent qui me sourit tranquillement, sans savoir quel maelström est en train de ravager mon esprit.

Luna. La salle commune. Les rires en observant les étoiles. Son expression volontaire sous le pouvoir d’Ombrage. Ce baiser furtif, volatil, après la mort de Dumbledore. Ses grands yeux remplis d’un mélange de déception et d’incompréhension en me voyant aux côtés de la brigade inquisitoriale nouvellement reformée par les Carrow. Cette même Luna qui déclame année après année les noms des morts de la bataille, sans flancher. Une Luna qui n’est avec moi que dans mes songes les plus fous, dans une utopie blessante où le monde n’est pas tel qu’il l’est.

Je me racle la gorge, sans donner mon assentiment. Je ne veux pas décevoir une personne de plus, pas encore. Mon amitié avec Millicent a mis tant d’années à se construire et je refuse d’être responsable de la destruction de notre relation. Les saphirs de Spencer me transpercent, comme un écho du passé, comme une accusation soudaine et puissante. Je me souviens de tout ce bonheur à Poudlard, à travers deux petites billes brillantes d’un nouveau-né. Étrangement, je me sens presque heureux.

— Liam ?
— Oui, je … Enfin, non … balbutié-je. Hum, j’accepte d’être le parrain de Spencer. Tu me fais un cadeau formidable, Millicent.

Son sourire s’agrandit, encore plus que possible. Sans signe avant-coureur, elle me serre dans ses bras en me remerciant avec chaleur. C’est étonnant comme un petit être peut faire tout basculer. Ère nouvelle ou non, je ne m’attendais pas à être si chamboulé. D’un seul coup, je ne suis plus le Liam qui a suivi les idéaux des ténèbres, mais je deviens le Serdaigle de première année, émerveillé par la magie de Poudlard. Rien n’est habituel, aujourd’hui, c’est un fait. En temps normal, je serais déjà parti après avoir sorti une phrase ironique et tranchante. Sauf que la bonne humeur de mon amie a un effet apaisant sur moi, sur mon caractère si cynique.

Spencer se met à pleurer, obligeant Millicent à briser notre étreinte amicale pour le prendre dans ses bras. Elle le berce doucement, avec tant d’amour dans son regard que je me sens de trop dans la pièce. Je marmonne une vague excuse, la saluant si rapidement qu’elle n’a pas le temps de me dire au revoir. Je claque la porte derrière moi et dévale les escaliers qui mènent à son appartement, quittant l’immeuble avec une boule au ventre. Je n’ai pas oublié les discours de Dumbledore sur le pouvoir de l’amour, mais encore à cet instant, je ne les trouve pas adéquats. L’amour n’est pas l’apanage du bien, de la lumière et de la justice. L’amour est là, en chacun de nous, et il n’y avait que Voldemort pour ignorer ce sentiment.

Je prends le chemin qui conduit au Chaudron Baveur, vers ma propre demeure provisoire. Je change d’appartement régulièrement et, actuellement, j’ai une chambre sur le chemin de traverse. Le passage dans le pub n’est pas obligatoire mais boire un coup me fera le plus grand bien. Je pousse la porte en adressant un signe de tête à Hannah Londubat qui se tient derrière le comptoir, une lettre dans la main. Son sourire est aussi éclatant que celui de Millicent et elle m’accueille avec une joie qui me désarçonne. Les quelques habitués en train de vider leurs verres ne parlent pas et semblent attendre une parole de la part de la gérante. L’un d’eux me lance un regard irrité, comme si je dérangeais, et je m’empresse de commander un hydromel aux épices avant d’aller m’installer.

— Luna et Rolf sont parents ! s’exclame alors Hannah. Elle vient de donner naissance à des jumeaux.

Je manque de m’étouffer à cette nouvelle. Luna ? La Luna Lovegood ? Je sais qu’elle s’est mariée l’an dernier avec le petit-fils du célèbre Norbert Dragonneau mais je ne pensais pas qu’elle fonderait une famille aussi vite. Je la vois encore, jeune fille de onze ans, rêveuse, arpentant les couloirs de Poudlard pour chasser des créatures imaginaires. Cela ne colle pas du tout avec cette information, je ne parviens pas à superposer ces deux Luna.

— Tu as été son ami, me déclare sérieusement Hannah.

Je ne l’ai pas vue s’installer en face de moi, à table. Les autres clients sont retournés à leur occupation, même si certains nous observent sans discrétion. Je ne suis pas l’élève le plus connu de Poudlard mais il faut croire que Luna n’a pas hésité à parler de moi à ses amis, y compris à la gérante du Chaudron Baveur.

— Je l’ai connue, oui, rétorqué-je évasivement. Nous étions dans la même maison.
— Ce n’est pas une réponse, réplique l’ancienne Poufsouffle. Je ne suis pas amie avec tous mes anciens camarades de maison.
— Alors oui, j’ai été l’ami de Luna, soufflé-je avec agacement. Où est le problème ?
— Il n’y en a pas, Gates, répond Hannah en croisant les bras. Je te vois assez régulièrement pour savoir que tu te caches derrière de grands airs. Certaines rumeurs à ton sujet ne sont pas très glorieuses.
— J’en ai conscience. Pour quelques-uns, je ne suis qu’un cagot et je ne vaux pas mieux que Malefoy ou d’autres Sang-Pur.

Je suis même considéré par certains comme étant pire que Malefoy. Lui et sa famille ont eu des privilèges parce qu’ils ont donné un coup de main à Potter, le sauvant plus ou moins de la mort. Je n’ai pas revu le fils de Lucius depuis huit ans, lors d’une commémoration à Poudlard, mais j’ai lu quelques articles de la Gazette sur sa manière de bien se faire voir par la communauté magique.

— Mais pas aux yeux de Luna, me murmure Hannah. Elle m’a raconté certaines choses, sur ton implication pendant l’avènement de Tu-Sais-Qui. Et malgré tout, elle a gardé confiance en toi, parce qu’elle croyait en ton amitié.

L’amitié. C’est justement ce sentiment qui me tue à petit feu. Pour Luna, je n’étais qu’un ami, un soutien attentif, une épaule sur laquelle s’épancher. Ce baiser si bref n’a été qu’un geste désespéré après le décès d’un directeur bien-aimé de tous, rien de plus. J’ai si longtemps pensé qu’il serait facile de se rapprocher l’un de l’autre mais j’ai fait une grosse erreur depuis le début.

Je bois une longue gorgée d’hydromel avant de plonger mon regard dans celui d’Hannah. Le sien reflète un peu de curiosité, mêlé à une hésitation si compréhensible. Si Luna lui a dit de quoi j’étais capable lors du règne de Voldemort, elle a raison de ne pas être tout à fait à l’aise avec moi. J’ai testé les sortilèges impardonnables sur des Poufsouffle dont les noms me sont déjà étrangers. J’aurais dû les retenir, mais je fais preuve d’un égoïsme sans borne en considérant qu’ils ne valaient rien. Ma vie et mon intégrité avant la leur, rien de plus, rien de moins.

— Tu sais Hannah, c’est là l’ennui de Luna. Elle croit en tout et n’importe quoi. Je ne suis pas l’ami dont elle a besoin, j’ai d’autres connaissances qui me sont plus proches.

Je repose mon verre sur la table, paye ma boisson et me lève de table. J’ignore les commentaires de certains sur mon comportement, je me glisse simplement vers l’arrière-cour. Je suis sur le point de sortir ma baguette pour ouvrir le passage vers le chemin de traverse lorsqu’une certitude surgit au fond de mon esprit. J’ai joué à l’autruche depuis trop longtemps, je ne peux pas continuer à me plonger la tête dans le sable, comme si tout était tranquille autour de moi, comme si ma vie actuelle me convenait.

Je fais demi-tour et retraverse le pub en sens inverse, bousculant un client. J’entends le grognement étouffé et l’insulte qui fuse mais je n’y prête pas réellement attention. Mes jambes effectuent d’elles-mêmes le trajet jusqu’à l’appartement que j’ai quitté un peu plus tôt. Je grimpe les escaliers deux par deux et toque brusquement à la porte de mon amie. Des pleurs retentissent de l’autre côté alors que Millicent vient m’ouvrir. Son expression se durcit légèrement à ma vue mais je ne lui laisse pas le temps de prononcer le moindre mot. Dans la seconde, mes lèvres sont sur les siennes et je savoure cette sensation nouvelle.

Je recule presque aussitôt, guettant sa réaction. La gifle ne vient pas, c’est un nouveau sourire qui s’épanouit sur son visage, l’illuminant plus encore. Me surprenant, elle m’attire à elle pour un autre baiser et nous ne nous séparons qu’en entendant les pleurs plus intenses de Spencer. Millicent va le bercer et elle revient vers moi avec son fils dans les bras. Comme si un voile venait de se lever, je remarque que les iris du petit n’ont pas le même bleu que ceux de Luna, qu’ils ont plutôt la teinte si belle des yeux de sa mère.

Sans doute ne suis-je pas le meilleur sorcier, pas après tout ce que j’ai fait au nom de la facilité. Mais en ce trois mai deux mille dix, je sais désormais que je peux connaître le bonheur.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.