S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


I'm broken, but I'm yours. par MA-lice

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Hello, hello !

Me revoici avec un court texte sur la next-gen, mais aussi avec certains personnages fictifs, que vous ne connaissez pas encore... Mais qui se trouvent dans ma fanfiction que j'écris en ce moment et qui se trouve... dans mes dossiers...

Mais cela n'est pas important !

Bonne lecture !

 

Je rêvais souvent de toi. Ou plutôt, tu apparaissais souvent dans mes rêves. Et à chaque fois, mon rêve se transformait en cauchemar.

 

Ça t’amusait. N’est-ce pas, Hugo ?

 

Le fait de me voir te regarder, avec des yeux énamourés, alors que toi, de ton côté, tes yeux énamourés étaient destinés à une autre femme.

 

J’avais souvent l’impression d’être sur un échiquier géant. Comme si c’était toi, qui commandait mes actes.

 

Je t’ai longtemps détesté. Et aimé, aussi. Ces deux sentiments, la haine, et l’amour, se fondaient en moi, se rencontraient, brûlant ma peau, brisant mon coeur, torturant mon esprit. Parfois, je n’en pouvais plus. Je voulais en finir, de tout ça. Retrouver mon âme, qui semblait ne plus m’appartenir. Pourtant, c’était comme si ton nom était inscrit au fer rouge dans mon coeur. Je regardais à peine un autre garçon, que ton visage surgissait devant mes yeux, et qu’ils me brûlaient.

 

Et ça te faisait rire, bien sûr.

 

Mais tu vois, Hugo. Mon problème, c’est que je t’haïssais autant qu’il était possible d’haïr quelqu’un.

 

C’est pour cela que je me suis tout de suite bien entendue avec Amélia quand elle a débarqué dans nos vies. Oh, oui… Elle était belle, n’est-ce pas ? Avec ses longues boucles brunes, son visage d’ange… Elle t’a immédiatement détesté, et je me suis rapidement liée d’amitié avec elle, au même titre que Lily. Lily, c’était un peu notre pont. Celle qui nous reliait malgré tout, en étant proche de toi autant que de nous.

 

Et puis, alors que mes sentiments envers toi grandissaient, et que j’essayais de les étouffer, j’ai vu ton regard changer. Pourquoi l’as-tu regardée ainsi, Hugo ? Alors même que nous commencions à être de bons amis ? Alors même que nous étions devenus meilleurs amis ?

 

Mais il n’y avait pas que toi, Hugo. Elle aussi, m’a planté un poignard dans le dos. Elle était au courant. Elle n’a rien fait. Elle t’a laissé tomber amoureux d’elle. Et s’est laissée tomber amoureuse de toi.

 

Ça m’a fait mal, Hugo. Tellement mal. Surtout que tu savais ce que tu faisais. Je le voyais dans ton regard. Tu n’étais pas aveugle à mes sentiments. Mais lorsque nous avons appris qu’après la guerre, Amélia était malade… Oui, c’était cruel, je sais. Mais je m’en suis réjouie. Ton bonheur, face à mon malheur. Et puis les rôles inversés. Apprendre qu’elle n’était pas stable psychologiquement m’a pourtant été assez douloureux. Sûrement parce qu’à un moment donné, elle avait été mon amie.

 

Mais par ce fait, qu’elle m’ait trahie, m’a rendue plus forte. Et pour ça, je l’en remercie. Mais au final, nous avions beau prétendre être forts, aller mieux, il n’en était rien. Parce qu’au fond, nous n’étions plus vivants. Nous survivions, et c’était cela, l’horreur.

 

Et puis, il restait mes sentiments envers toi, toujours.

 

Mais qu’avais-tu fait de moi, Hugo ? Qui étais-je, désormais ? Je ne me reconnaissais plus. J’étais devenue un monstre sans coeur. À tel point, que voir Lily mourir dans sa chambre d’hôpital ne m’a fait ni chaud, ni froid. Mais te rends-tu compte de la cruauté de la chose ? Avoir des sentiments trop forts, et ne pas pouvoir les exprimer avait changé mon coeur en morceau de glace.

 

Mais dis-moi, Hugo. Pourquoi n’ai-je rien ressenti après avoir vu ma sœur décéder devans mes yeux ? Pourquoi les tortures que l’on m’infligeait ne m’atteignaient plus ? Pourquoi ne ressentais-je… plus rien ?

 

Et puis toi, qui t’amusais, au loin, à voir la dernière flamme d’amour, de sentiment que je portais se raviver dès que tu entrais dans la même pièce. Pourtant, Hugo. Le jour où tu as arrêté de faire le malin, c’est lorsque tu as appris qu’Amélia ne serait plus jamais la même. Le jour, où finalement, tout s’est terminé. Elle avait fini par se briser, la petite. Trop faible, sûrement.

 

Mais tu sais… Tu m’as laissé un arrière goût amer. Car lorsqu’ils l’ont enfermée, tu t’es consolé. Et bien sûr, ce fut dans mes bras.

 

Je repense à tout, ça, tu sais. À la façon dont tu riais. À la façon dont tu me souriais, avant. Lorsque nous étions encore amis.

 

Et puis maintenant, Hugo. Nous là, l’un en face de l’autre. Toi, assis dans le canapé en cuir beige, de ta charmante petite maison. Celle, où tu rêvais d’un avenir avec Amélia. Moi, je suis debout. Je te regarde, guettant ta réaction. Un enfant déboule dans la pièce. Ton fils. Il est mignon. Sa petite frimousse est joyeuse. Il a tes yeux, Hugo. Ces deux morceaux de ciel bleu, pur, ensoleillé. Mais le reste est d’Amélia. Il a même ses traits fins. Plus tard, il sera beau.

 

Alors même qu’il te tend les bras, tu ne le calcules pas. Tu me fixe, l’air horrifié.

 

Ça y est, Hugo. On y est. J’ai enfin fait naître en toi un sentiment. Même si ce n’est pas celui que j’espérais. Le petit se tourne vers moi. Et il hurle, avant de se mettre à sangloter.

 

Hugo, au fond, je sais que tu m’aimais. Peut-être pas de la même façon que je t’aimais, mais tu me portais de l’affection. J’étais ta meilleure amie.

 

Le petit hurle de nouveau. Qu’y a-t-il ? Je fais aussi peur que ça ?

 

Et puis ton murmure, qui résonne dans la pièce. Comme un souffle, un brise de douceur, mélangée à de l’horreur.

 

« Maëlys... »

 

Je sais, Hugo. Je sais. Je baisse le yeux, et ma main caresse mon ventre rond. Dans ma petite robe d’été blanche, le tissus se tend. Il met bien en évidence ce que j’ai tant désiré te cacher.

 

Mais autrefois, ma robe, qui était immaculé, était tellement jolie. Tu l’aimais bien, et elle m’allait tout aussi bien. Tu me l’avais précisé, un jour. Je n’avais rien ressenti.

 

Hugo, tu me regardes, l’air épouvanté. Pourtant, tu sais aussi bien que moi, que ce qui est en train de se dérouler, c’est toi qui l’a créé.

 

C’est drôle, comme je n’ai pas mal. Comme le tissu auparavant immaculé se tâche. C’est drôle…

 

Finalement Hugo, m’enfoncer ce poingnard dans le coeur fut la chose la plus satisfaisante que je ne fis jamais. Car voir de la peine dans tes yeux, le fait que je disparaisse t’atteigne, m’a emplie d’une satisfaction que je ne devrais pas ressentir.

 

Oui, Hugo. Je t’aimais. Et le fait, qu’un jour, tu aies engendré en moi ce que j’avais toujours rêvé d’avoir avec toi, m’avait fait mal. Car je savais que tu ne ressentirais jamais la même chose que moi, je ressentais pour toi.

 

Il est temps, maintenant, je crois. Car mes sentiments reviennent, enfin. Je me sens d’un coup beaucoup mieux. Et j’ai soudain envie de pleurer.

 

Mais pourquoi je suffoque ? Pourquoi, dans un gargouillement immonde, je glisse le long du mur blanc de ton salon ? Pourquoi ai-je l’envie de crier mon pardon ? Tant de questions qui resteront sans réponse…

 

On m’a souvent répété que lorsque quelqu’un malade atteignait sa phase terminale, celle où il allait partir, il se sentait soudainement beaucoup mieux. C’est ce qui est en train de m’arriver Hugo.

 

Je sais que tu l’as senti. Je sais que tu t’es rendu compte que la glace qui m’habitait s’était enfin brisée. Je le sais car tu as accouru auprès de moi. Mais que comptais-tu faire ? Il était trop tard. Je sentais déjà le liquide écarlate qui coulait en moi emplir mes poumons, et sortir par petits jets de ma bouche.

 

Mes yeux t’implorent, de me pardonner. Je t’ai fait du mal, même si en comparaison, ce n’est qu’un pouillème de ce que tu m’as fait. Ma tête se met à tourner. Et là, je respire mieux. Des larmes brouillent ma vue.

 

Pourquoi ne ris-tu plus, Hugo ? Tu aurais dû être heureux, désormais. Sans la charge d’un enfant dont tu ne voulais pas avec moi. Nous mourrons tous les deux. Mais en partant, j’aurais la satisfaction de t’avoir brisé le coeur.

 

C’est étrange comment deux sentiments s’emmêlent en moi encore une fois. Je suis heureuse de te faire mal, autant que je voudrais te crier mon pardon.

Pourtant, c'est dur, de voir la réalité en face. Car je me rends compte que même brisée, je t'appartiens, encore.

 

Mais Hugo… Au final. N’avais-je pas été un pion de plus, sur ton échiquier ?

 

Note de fin de chapitre :

Et voilà !

Si jamais vous avez des questions, que ce soit concernant ce texte ou les personnages, n'hésitez pas à me les poser, je réponds toujours !

Merci d'avoir lu !

MA-lice.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.