S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Défaut d'envois des mails


Les hiboux se sont perdus !

Vous avez dû remarquer que les notifications (de nouveaux chapitres, de nouvelles reviews et autres) n'arrivaient plus dans votre boite email ! Effectivement, les hiboux sont en grève pour quelques temps. Notre équipe technique est sur le coup pour corriger le problème aussi vite que possible. Merci de votre compréhension !


Jim Kay pour Bloomsbury Publishing


De Le CA et l'équipe technique le 26/09/2022 17:05


Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Non mais y'a des limites par Drachvador

[51 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bien le bonjour !

Je reviens pour ma deuxième fanfiction avec l'histoire de Félicité, une Poufsouffle de mon invention. Je m'amuse énormément à l'écrire et j'espère que cela vous plaira. Oui, je peux rêver ! N'empêche, si vous voulez lire une fic longue se déroulant sur une année, dans le Poudlard de Harry, qui se veut drôle mais pas que... Ne partez pas tout de suite !

Quelques infos (mises à jour le 11/11/19):

- Je posterai un chapitre toutes les deux semaine (le dimanche jusqu'à preuve du contraire) ;

- Cette histoire comportera 53 chapitres ;

- Je terminerai cette fic quoi qu'il arrive (je reviendrai même sous forme de fantôme s'il le faut !)

- je poste aussi cette fic sur AO3, sous le même pseudo

Et surtout : l'univers et l'immense majorité des personnages appartiennent à JK Rowling !

 

Note de chapitre:

J'avais préparé tout un speech, mais après  avoir lutté contre internet pendant deux heures, je préfère simplement vous souhaiter bonne lecture...

(Et je croise les pieds pour que ça vous plaise)

- Je vois tout flou ! je croasse entre deux quintes de toux.

Pas de réponse. C'est incroyable comme la poussière peut aimer cette pièce. Elle danse dans le soleil, chatouille tout exprès mon nez.

- Mel ? j'appelle. Ça va ?

Je tente de me redresser, m'apercevant par la même occasion que je suis allongée sur le dos. Quand nous avons prononcé la formule, l'explosion nous a toutes les deux projetées en arrière. Je ne sais pas si je me suis cassé quelque chose, ou si à l'heure qu'il est tout mon sang abreuve le sol, mais ma tête me semble peser une tonne. Tout ce que je parviens à faire, c'est lever très lentement mon petit doigt. Rien que ça me fatigue. Comment ils font, les pianistes ? Alors que je fais solennellement le vœu de ne jamais prendre de cours de musique si ça doit être une telle torture pour les muscles, une voix pâteuse et étouffée me parvient enfin aux oreilles :

- Les livres me sont tombés dessus.

Je laisse échapper un gloussement. Ce que les vacances chez Mémé Ness peuvent être riches en surprises, et mouvementées ! De la poussière plein le nez et des attaques de bouquins dirigées contre cette pauvre Mel. On ne peut plus être en sécurité de nos jours. Avec une lenteur délibérée et au prix d'efforts insoutenables (non, je n'exagère pas), je tourne la tête vers ma sœur. Au milieu des masses floues qui m'environnent, je distingue un tas de livres, et des jambes qui en sortent.

- Tu as du mal à bouger toi aussi ?

- Ouais, grogne-t-elle.

Si j'avais mon appareil, et, surtout, si j'avais l'usage de mes membres, je la prendrais en photo. Ensuite je l'afficherais dans tout Poudlard. Mélina Jones ensevelie sous les livres, ses nouveaux (et nombreux) soupirants, ça me rapporterait pas mal d'argent. Je pourrais même négocier la vente du cliché original à l'élève le plus offrant. Ce serait probablement aussi la dernière chose que je ferais. Tout excitée à l'idée de la rage de Mel et de mon propre triomphe imaginaire, je remue les doigts. Oui, c'est une habitude chez moi. Quand quelque chose m'enthousiasme, je remue les doigts. Ça pose problème à quelqu'un ? ... Attendez.

- Mel, le contrôle de mes mains commence à revenir !

Je soulève mon bras avec circonspection, amène ma main devant mes yeux. Voyons, sont-ils vraiment à moi, ces ongles d'un rose éclatant ? Je n'ai jamais eu la peau aussi pâle. Aurais-je des hallucinations ? Plus probable, Mel aurait-elle perdu un bras dans la bataille ? Objection : ce sont mes propres muscles qui agitent les doigts de ma sœur. Je peux aussi me pincer et ça fait bien mal. Mince alors. Je vais moins m'enrichir que prévu. Une photo de Félicité Jones ensevelie sous les bouquins, ça n'intéressera jamais personne. Or ce ne sont pas les pieds de Mel qui émergent de sous la montagne.

- Mel ?

- Quoi ?

- Je crois que le sort a marché.

 

 

* * *

 

 

La première chose que ma sœur me répond ?

- Oh Merlin Merlin Merlin !

La deuxième ?

- Un sort ne marche pas, sinon il serait loin avec ses petites papattes. Il fonctionne.

La troisième ?

- T'attends quoi pour m'aider à sortir de là ?!

Ah oui, c'est vrai. La vie sous un dictionnaire des plantes aquatiques les plus courantes ne doit pas être des plus... aérées. Me retournant lentement sur le ventre, je me mets à ramper dans sa direction – ou plutôt dans la direction de la pile de bouquins. On dirait qu'elle a été construite exprès pour un petit barbecue improvisé. Mais Mel m'arrête.

- Féli ! Traîne pas mes habits sur le sol, tu vas les abîmer. T'es à au moins cinq mètres de moi. Lève-toi et marche.

Elle perd jamais le nord, celle-là. Au moins, j'ai la confirmation que le choc des livres-titans ne lui a pas fait de mal au cerveau.

Après quelques efforts infructueux, je parviens à me tenir sur mes deux pieds puis à la dégager, livre par livre. Chacun pèse bien plus lourd qu'avant. C'est marrant, on dirait de l'archéologie. Quel fossile vais-je trouver là-dessous ? Ma sœur s'assoit en grimaçant.

Ah, d'accord. Découverte de moi-même.

En face de moi se trouve la Félicité que je vois dans la glace tous les matins (quand je pense à me regarder, s'entend). Douze ans trois quarts, deux nattes blondes, des yeux bleus... et les sourcils froncés d'une manière qui ne m'est pas familière.

Le sort a marché... euh, fonctionné. Nous avons échangé nos corps.

 

 

* * *

 

 

Nous passons un moment à nous émerveiller devant la parfaite transformation qui s'est opérée entre nous. Mel fixe mon visage (enfin, le sien) pendant au moins cinq minutes. Je finis par perdre patience :

- Alors ?! Je te ressemble vraiment ou pas ?

Mel, qui fait à présent vingt bons centimètres de moins que moi, secoue sa (ma) tête blonde.

- Ça ne fonctionne pas comme ça, ma pauvre Félicité. Tu n'as pas lu le livre jusqu'au bout ? Nos corps ne se sont pas transformés. Ce sont nos esprits qui ont fait le voyage. C'est pour ça que tu portes mes habits et moi les tiens. Tes souvenirs, tes habitudes, et même tes capacités mentales, tout ça a migré avec toi, au moment même où moi, j'ai pris possession de ton corps de maigrichonne.

- Et où moi je me suis installée dans ton corps de vieille femme sédentaire en surpoids.

Je peux vous assurer que c'est délectable, quoique un peu déconcertant, de voir son propre visage s'empourprer, ses sourcils se rejoindre et ses yeux lancer des éclairs pendant qu'on triomphe. Mélina, qui n'est pas grosse pour une noise, est un peu susceptible niveau poids. Et âge. Et sport tant qu'on y est. Pour le reste, elle est tolérante mais là, je l'ai lancée. Même pas besoin de l'écouter pour savoir qu'en substance, "elle n'est pas si vieille que ça, parce que même si on situe la limite de la décrépitude à trente ans, elle n'en a que seize donc elle a encore quelques années devant elle avant de rejoindre l'hospice. Si je veux tout savoir (pas du tout, mais elle n'en a cure), son poids est tout à fait dans la norme, elle s'est pesée le matin même (élégante manière d'omettre qu'elle le fait tous les matins). D'ailleurs, elle s'est mise au sport, elle a fait vingt-neuf secondes de gainage ce matin, après la pesée". À ce moment-là, elle doit reprendre son souffle et j'en profite pour la couper :

- Pourquoi vingt-neuf ?

- Parce que je me suis écroulée, tiens ! T'en as des questions !

Un jour, je la défierai pour lui montrer que mon record est de six minutes et trois secondes. Mais pas aujourd'hui, j'ai autre chose à faire.

- Si ce n'était pas pour vérifier notre ressemblance, alors pourquoi tu te fixais ?

- Oh, je me faisais seulement la remarque que je suis très belle.

- Pendant cinq minutes ?!

Ma sœur me sidère. Comment pouvons-nous avoir les mêmes parents, moins de quatre ans de différence, et être opposées à ce point ?

- Oh, non. À me voir comme ça de l'extérieur, j'ai aussi eu une nouvelle idée de coiffure. Je vais la tester sur toi cet après-midi !

Une annonce pas rassurante du tout. Je ne vais pas me laisser faire. Si elle croit que j'ai échangé mon corps avec elle pour avoir le privilège de faire la tête à coiffer !

- En tout cas, continue-t-elle, on va en profiter avant de ré-échanger. Je ne suis pas prête mentalement à prendre à nouveau tous ces livres dans la figure.

J'acquiesce. L'expérience n'était pas des plus plaisantes, autant récupérer un peu d'abord.

- Au fait, il est où le livre ?

Nos yeux se tournent vers les livres que nous avons éparpillés dans toute la pièce. Ceux qui ont voulu tuer Mel lorsqu'elle est tombée contre leur étagère se sont ajoutés à ceux que nous feuilletons puis abandonnons sur place, le plus souvent ouverts, depuis des jours et des jours.

- Je suppose qu'il est là-dedans, dis-je à l'instant même où Mélina soupire :

- Je suppose qu'on ferait bien de ranger.

Je m'apprête à riposter en lui claquant la porte de la bibliothèque au nez, puis, quand je manque de trébucher en glissant sur une feuille ayant coupé les ponts avec toutes ses attaches, je me ravise.

- Je suppose que tu as raison.

Nous remettons un à un les livres à leur place. Pas sûr que ce soit leur place originelle, mais quoi ? Mémé Ness ne les consulte presque jamais, et la méthode de classement de Pépé est plus qu'obscure pour des néophytes qui ne pourront jamais lui demander d'explications. Cependant, cela fait bien trente livres que je range et je n'ai toujours pas mis la main de Mel sur Enchantements pour enchanter l'esprit du Docteur Delagle. Je ne veux pas dire, mais je vais le dire : c'est inquiétant.

- Tu l'as retrouvé ? je demande à Mel.

- Négatif.

- Tu crois qu'il a pu exploser quand on a prononcé la formule ?

Le doute, non, pire, une peur panique s'insinue et croît dans nos esprits. Nous retournons frénétiquement les piles de livres qui gisent encore sur le parquet. C'est le moment d'adresser une prière silencieuse à Beedle le Barde, que je révère bien plus que Merlin ou Morgane.

Beedle, je t'en prie, je te promets l'option Runes anciennes à Poudlard pour pouvoir te lire en version originale, mais s'il te plaît, je ne peux pas rester bloquée dans le corps de Mel ! Tu ne peux pas me faire ça, Beedle, j'ai lu tes contes au moins quinze fois et j'en ai trois éditions différentes, dont une copiée à la plume !

Beedle est bon et puissant. Bientôt, et avant que j'aie pu le menacer d'une rupture éternelle, Mélina s'exclame :

- Je l'ai !

Je lâche aussitôt Guérir les contusions moldues (nous en avons eu besoin au début des vacances), qui me tombe sur le pied. Ignorant la douleur, je le repousse et rejoins Mélina qui feuillette le livre.

- Il n'est pas du tout abîmé, remarque-t-elle. L'éditeur devait se douter que ce genre de livre aurait une vie mouvementée et lui a appliqué un sort de protection indétectable.

Entendant cela, je lui arrache le livre des mains et déchire une page. Enfin, je tente d'en déchirer une. Effectivement, c'est impossible.

- Mais c'est trop bien ! Je ne savais même pas que ça existait !

Je vois ma tête se secouer devant tant d'ignorance.

- Et comment crois-tu, ma pauvre Félicité, que Papa a sauvé tes livres de la destruction quand tu étais petite ?! Tu faisais tellement tes dents dessus que sans le sort, ça aurait fait du papier mâché !

- Et tu ne m'as jamais dit que ça existait ! Alors que j'ai fait exploser trois fois mon manuel de potions l'année dernière !

- Ça n'est arrivé que deux fois, me corrige Mélina (mais c'est parce qu'elle ne sait pas tout).

Puis elle ajoute :

- Je te le ferai sur tes livres quand on sera à Poudlard. Mais seulement sur les manuels ! Pas sur tes collections de magazines.

J'affiche un air déçu alors que je triomphe intérieurement. Elle est quand même gentille ma sœur. Je peux me remettre à mes tâches ménagères maintenant.

Quand nous en avons enfin terminé, je contemple la bibliothèque d'un air appréciateur.

- C'est quand même mieux comme ça.

Mélina acquiesce :

- De toute façon, on rentre dans deux jours, alors c'était le moment de s'y mettre.

Tous les étés, nous partons pendant un mois chez Mémé Ness, notre grand-mère maternelle. Elle a un manoir invisible aux yeux des Moldus dans le Dartmoor. Ma sœur, mes parents et moi y avons chacun notre chambre qui nous y attend le reste de l'année. Avant que vous ne me posiez la question, Mémé Ness n'a aucun lien de parenté avec le monstre du Loch Ness (elle me l'a certifié elle-même) et ne lui ressemble pas le moins du monde. Elle s'appelle seulement Vanessa. C'est une vieille dame gentille et très énergique. Ma Mémé quoi. Elle dit souvent qu'elle nous comprend, Mel et moi, mieux que nos parents, parce qu'elle a plus de recul. C'est sûrement vrai. En tout cas, j'ai hâte de voir si elle va se rendre compte que nous avons échangé nos corps. De quoi nous amuser pendant ces deux prochains jours. Ce sortilège, c'est un peu une chance inespérée de nous divertir. Parce qu'on a beau aimer Mémé Ness, on arrivait un peu au bout du bout avec Mel. En raison de l'absence de population non sexagénaire dans cette partie de l'Angleterre, les options sont limitées. Une fois qu'on a fait trois fois le tour du parc, tenté sans succès d'approcher les poneys sauvages et cuvé plusieurs indigestions de sorbets (que Mémé Ness fait elle-même, sans baguette), il ne nous reste plus qu'à nous replier dans notre place forte, la bibliothèque du manoir. C'est une pièce magnifique, toute en longueur. D'un côté, le mur est entièrement tapissé d'étagères remplies de livres, avec une échelle qui monte jusqu'au plafond. Des vitres couvrent l'autre côté, ce qui rend la pièce très lumineuse. Au fond de la galerie, il y a des fauteuils et des tables, mais avec Mel, nous préférons nous mettre par terre. En août, la bibliothèque est notre domaine.

- On devrait peut-être recopier la formule qui permet de réintégrer nos corps, dis-je. Au cas où.

- T’inquiète, répond ma sœur. Je garde le livre avec moi.

- On y va alors ?

Mel inspecte nos tenues, remet les cheveux en place.

- Ça peut le faire.

Mais, au moment où nous nous apprêtons à sortir, la porte s'ouvre à la volée, révélant notre persécutrice, une expression terrifiante sur le visage.

 

 

* * *

 

 

Mel dit souvent que j'exagère. Donc, je l'avoue, ce n'est que notre mère qui toque à la porte, attend que nous lui répondions puis ouvre doucement la porte en souriant.

- Vous venez mettre la table, les filles ? Votre père a fait une salade de pâtes sans baguette, sous la houlette de Mémé. Ça a été assez laborieux, j'espère que le résultat sera à la hauteur de ses attentes !

Je grimace.

- J'espère que ce sera mangeable, pas comme la dernière fois.

Ma mère me lance un regard outré.

- Oh, Mélina ! Moi qui pensais que tu avais aimé ce gratin !

Ah oui, c'est vrai. Ma sœur, cette hypocrite, avait besoin d'argent ce jour-là. Et il en fallait, de la motivation, pour terminer son assiette, parce que Papa et Mémé Ness s'y étaient mis à deux pour confondre la sauce tomate et la sauce piquante. Rien que d'y penser, j'ai des envies de mie de pain. À moins que le corps de Mélina ne s'en soit toujours pas remis ?

La vraie Mélina me donne un coup de coude. Apparemment, j'ai compromis son augmentation d''argent de poche durement négociée.

- Tu es magnifique Maman, avec cette robe. J'aimerais bien apprendre à coudre comme toi.

- Oh, merci ma Puce ! C'est un peu trop tard à présent, mais je serai ravie de t'apprendre les bases aux prochaines vacances !

- Merci !

- Merci bien, me chuchote Mel, mécontente. Cette perspective ne semble pas l'enchanter, mais on ne peut pas tout avoir. Argent de poche ou temps libre, il faut choisir !

Je souris à ma mère. Je n'ai pas menti. Elle est très belle. Bien plus que moi, qui ai pourtant ses cheveux blonds et ses yeux bleus. À l'inverse, Mélina, quand elle est dans son propre corps, est le portrait craché de notre père. Ses cheveux sont naturellement roux, mais elle les teint pour qu'ils soient d'un rouge foncé qui rappelle le vin. C'est d'elle qu'on dit qu'elle est belle dans la famille. Plus que belle d'ailleurs. Magnifique, renversante. Je ne sais pas, mais tout le monde en fait des masses. À Poudlard aussi. Ça ne la dérange pas et ça ne me dérange pas non plus. Ça m'arrange, plutôt. Avec Mélina qui répond à toutes les attentes de la famille question beauté, on me laisse libre de ressembler à ce que je veux. On peut parler autant qu'on le souhaite de maquillage, de vêtements et de coiffure avec Mel, et on me laisse disposer des autres sujets. Surtout le sport. Surtout les sports qui se font sur balai. Et comme Papa adore le quidditch, il est ravi d'avoir une fille qui partage son enthousiasme, même si on n'est pas tout à fait d'accord sur les équipes. Justement, il apparaît dans l'encadrement de la porte, un tablier qui a l'air d'avoir souffert autour de la taille.

- Alors les filles, vous ne voulez pas goûter à mon chef-d’œuvre de hors d'œuvre ?

- Mais si Papa, je réponds, coupant la parole à Mel. On venait, justement.

- Oh, mais vous avez tout rangé ! La dernière fois que je suis venu, on pouvait à peine mettre un pied devant l'autre. Alors, bonnes lectures ?

- Pas mal.

- Remarquez, reprend mon père, ça tombe bien que vous ayez tout remis en place. On va devoir partir un jour plus tôt. Muriel a des essayages de prévus demain après-midi avec Mrs Silver.

- Oh, fais-je pour toute réponse.

J'échange un regard avec Mel. Nous allons avoir moins de temps que prévu pour nous amuser.

- Et on ne peut pas rester sans vous ? vois-je demander ma tête blonde.

- Je suis désolée, les filles, mais Léonie est toujours en congé et j'aurai besoin de vous à la boutique. Sauf si c'est vraiment important pour vous, et à ce moment-là je pense que...

- C'est pas grave, Maman, je l'empêche de terminer. Un jour ne change pas beaucoup de choses.

- Bon, vous venez la voir, ma salade ? demande Papa. Sinon, Vanessa va tout manger.

Il sort en sifflotant, nous invitant ainsi à la suivre.

Seulement, quand Mélina franchit le seuil de la bibliothèque, un violent sifflement se fait entendre? Nous plaquons tous nos mains sur nos oreilles.

- Qu'est-ce que c'est que ça ?! hurle Papa.

Maman tente de répondre, mais sa voix est couverte par le bruit. Quelques secondes plus tard, celle-ci disparaît aussi vite qu'elle s'était déclenchée. Elle est remplacée par le bruit d'une cavalcade : celle de Mémé Ness. Nous l'entendons avant même de la voir :

- Des voleurs, il y a des voleurs dans la bibliothèque ! hurle-t-elle avant de nous voir et de s'arrêter, abaissant sa baguette, l'air presque déçue. Ah, c'est vous.

- Je suis désolée Mémé Ness, je voulais emmener un des livres dans ma chambre pour le lire ce soir. Je ne savais pas qu'on ne pouvait pas le sortir de la bibliothèque. Je vais le ranger, dit Mel.

- Un instant, Félicité ! l'arrête ma mère. Puis-je savoir de quel livre il s'agit ?

- Oh, un livre de sortilèges qui avait l'air marrant. Rien d'important, répond Mel qui perd ses moyens à vue d'œil.

À noter : mes oreilles s'agitent quand je mens. Toujours lâcher mes cheveux avant de le faire.

- Justement, ma Félicité, il s'agit d'un livre important, si le sortilège de votre grand-père s'est déclenché, intervient Mémé Ness. Il ne l'avait appliqué, je m'en souviens très bien, qu'aux livres anciens, rares et de grande valeur... ou dangereux. Ainsi, mon Encyclopédie des plantes moldues en trois volumes, une merveille ! Qui n'est plus éditée depuis 1957. Elle vaut une fortune ! J'espère que vous en avez pris soin, dit-elle en nous faisant les gros yeux.

Parfois, je me demande si ma grand-mère n'a pas des liens de parenté avec Madame Pince.

- On ne l'a pas vue, dis-je.

Ce ne serait pas le livre qui m'a servi d'oreiller la semaine dernière ?

- Donne-moi ce livre, Félicité, m'ordonne ma mère.

Je m'apprête à protester que je ne l'ai pas lorsque Mel le sort de derrière son dos. Ma mère le tend à Mémé Ness.

Celle-ci a soudain l'air très embêtée.

- Je pensais avoir égaré celui-là, grommelle-t-elle.

- On l'a trouvé pas hasard. Il était tombé derrière les autres, dis-je en sentant la désapprobation de Mélina au moment même où je parle. Certains enchantements avaient l'air drôles.

- Amusants ! s'exclame mon père qui s'est emparé du livre et se met à le feuilleter d'un air alarmé. La majorité des sorts contenus dans ce sinistre bouquin sont interdits depuis la Confédération magique internationale de 1957 ! Et j'en sais quelque chose, c'est mon travail de les confisquer ! Vanessa, comment avez-vous pu conserver un tel livre après son interdiction ?!

- Mon cher gendre, comme je vous l'ai dit, je pensais l'avoir perdu.

- Maman ! fait ma mère. Perdu pendant trente ans !

Mémé Ness a de nouveau l'air embarrassé.

- Disons qu'il y avait un attachement sentimental. Mais je te promets, Muriel, que j'ai pensé l'avoir perdu pendant au moins dix ans ! Je n'aurais jamais voulu courir le risque que mes petites-filles tombent sur un livre aussi noir.

Je jette un coup d'œil au livre dont les élégantes arabesques des Enchantements pour enchanter l'esprit se déploient sur fond rose.

- Vous êtes sûrs qu'on parle bien du même livre ? Il n'a pas l'air très dangereux. J'ai vu un sort pour transformer la parole en musique de flûte à bec...

- C'est là qu'est l'entourloupe, ma chouette des neiges. Beaucoup des sorts contenus dans ce livre sont désormais considérés comme appartenant à la magie noire. À l'époque où il a été publié, on ne leur trouvait rien de particulier. Mais c'était avant que l'usage qui en soit fait ne dépasse toute mesure. Prend ce sort par exemple, dit mon père en ouvrant le livre au hasard. Celui-ci... ah, bien sûr. Celui-ci permet d'échanger son corps avec la personne de son choix.

Je lutte pour ne pas rougir, triomphe. Je lance un regard à Mélina et vois son visage sans réaction qui me fixe.

- Eh bien ?

- Eh bien, au tout début de la Guerre froide, il a été largement utilisé, tant par le côté soviétique qu'américain. Une façon passe-partout d'aller espionner chez le voisin, une fois qu'on avait pu mettre la main sur un ennemi et le contraindre à participer au sort. Seulement, imaginez qu'un espion russe ainsi déguisé en G. I. tombe accidentellement entre les mains de son propre camp, et que celui-ci refuse de croire à son innocence ? Outre la peine de mort pure et simple, on pouvait lui imposer une nouvelle fois l'échange des corps. Mais, lorsque l'esprit est arraché à une enveloppe corporelle qui n'est pas la sienne, pour être envoyé dans un autre corps étranger, l'esprit est perdu. Il n'a plus de repères et se perd lui-même. Certains esprits ont subi des dommages irréparables. Sans compter que, pour ceux qui avaient accompli leur mission, ils se rendaient souvent compte qu'il leur était impossible de réintégrer leur corps. Non seulement l'autre pouvait être mort, et son corps avec, mais en plus le sort d'annulation était bien plus complexe à maîtriser. En comparaison, celui de départ était enfantin. Quitter son corps est aisé. Y retourner, le refaire sien, rétablir les frontières de son être, est bien moins simple. Et je ne vous parle pas des effets à long terme que la sortie du corps a pu avoir sur les esprits. Ce sort a réellement accompli des ravages. La communauté magique a fait un grand pas en avant le jour où elle a voté son interdiction – à l'unanimité, en pleine Guerre froide.

- C'est vraiment horrible, fait Mel d'une voix faible.

Je ne l'avais jamais vue aussi pâle.

- Féli ! fait Maman en passant son bras autour de la taille de Mel. Elle jette un regard à mon père qui signifie : "Pourquoi es-tu obligé de faire peur aux enfants ?"

Celui-ci comprend et répond à haute voix :

- Il faut qu'elles sachent pourquoi ce livre est interdit, Muriel. Sinon, en quoi le fait que j'aie dit qu'il est illégal les arrêterait ? Illégal n'est qu'un mot stupide qui cache la vérité !

Il se tourne vers nous.

- Vous n'avez pratiqué aucun des sortilèges de ce livre, n'est-ce pas, les filles ?

- Non ! Nous protestons en même temps.

- Tant mieux. Parce que, si ç'avait été le cas, et même si ordinairement je ferme les yeux sur les sorts que vous lancez au manoir, cette fois j'aurais été contraint de vous dénoncer, et tout le monde aurait eu des ennuis.

Il y a un instant d'horreur silencieuse où nous le fixons toutes.

- Pas parce que je suis un délateur qui vendrait sa famille pour l'amour de la loi, explique-t-il pour couper court aux protestations de ma mère. Mais parce que vous auriez certainement eu besoin des contre-sorts de Sainte Mangouste. Et à ce moment-là, il aurait fallu dire vous avez eu ce livre (il se tourne vers Mémé Ness) et pourquoi vous avez pu vous en servir. Or je vous rappelle que vous n'êtes que des sorcières de premier cycle. Ce n'est pas parce que le manoir de votre grand-mère brouille les traces de magie qu'il vous faut en profiter pour emmener dans vos lits des livres de magie noire !

Nous baissons toutes les deux la tête. La voix de Papa se radoucit.

- Cela étant, vous ne pouviez pas savoir. Vous n'avez rien fait de mal. Même si j'aimerais que ce sacré professeur Binns mette ses cours à jour pour que les étudiants soient un peu plus informés. Maintenant, venez manger cette salade de pâtes, qui heureusement ne refroidit pas, car je me sens incapable d'affronter à nouveau le micro-monde !

Il s'efface pour nous laisser passer devant lui. Une fois qu'il croit que nous sommes trop loin pour l'entendre, il glisse à Mémé Ness :

- Nous allons devoir détruire ce livre dans le plus grand secret, ma chère belle-mère.

- C'est aussi mon avis, mon cher gendre, soupire ladite belle-mère. Retrouvez-moi dans mon bureau à vingt heures.

Mel et moi ne pouvons rien faire d'autre que partager un regard paniqué, et c'est comme si nous regardions à l'intérieur de nous-mêmes.

 

 

Note de fin de chapitre :

Voilà pour le chapitre 1. Rendez-vous sur le quai de King's Cross dimanche prochain !! (m'enfin je force personne, c'est comme pour les reviews ^^)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.