S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


La pierre et la baguette par berserkr

[50 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Défi 2 : Les plans secrets de Baudelaire

- Votre nouvelle devra avoir comme titre l'un des projets ci-dessus, et s'en inspirer.
- Vous devrez insérer dans votre texte une citation d'un auteur contemporain de Baudelaire
Merci de bien noter la référence (oeuvre, auteur, etc.) en note de fin ou dans votre note d'auteur.
- Votre texte comprendra au moins une référence à un oiseau.
-Votre texte devra contenir CINQ mots par sens, soit 5 mots pour l'odorat, 5 mots pour l' ouïe etc. Cinq sens, cinq mots donc 25 mots.

 

- Contrainte de mots :800 mots minimum

 

Dans un coin perdu de France

Ryan ne détestait pas voler, à condition que ce soit sur un bon balai. Mais être agripper à un griffon fou furieux, au péril de sa vie ; ce n'était pas vraiment une façon de se déplacer dans les airs, des plus confortables.

La bête, devenue sénile, s'était échappée de son enclos deux jours plus tôt, en blessant au passage son dresseur d'un coup de colère. Il s'était depuis nourri en tuant des vaches ou des chevaux. Jusque là ce n'était pas réellement problématique. Mais finalement, le ministère français avait fait appel à la Phalène, quand le griffon avait manqué de déguster une fillette. Sans doute par curiosité, vis à vis du goût de la chaire humaine La petite sorcière était néanmoins miraculeusement indemne grâce aux actions de son père.

En attendant, Ryan devait admettre que la situation était plutôt catastrophique. Le griffon fonçait droit vers un village moldu. Il avait auparavant traverser un bois, où Ryan manqua plusieurs fois de finir écrabouiller contre un arbre. Ils survolaient à présent un marais au vu de l’odeur, tandis que sa monture imprévue tentait de le désarçonner par tous les moyens.

Ils étaient toutefois à une altitude suffisamment basse pour que le chasseur novice puisse tenter quelque chose. À défaut de sa baguette, restée dans sa poche et hors d'atteinte dans sa position actuelle, il porta rapidement la main au manche de son kukri , accroché au dos de son armure de cuir. Puis, il planta du mieux qu'il put la lame courbée dans le flanc de la bête.

Le griffon perdit rapidement de l'altitude et Ryan se laissa tomber au bon moment dans l'eau marécageuse, ce qui était préférable au fait de s'écraser avec lui. Il fit une roulade, qui lui évita de retomber sur les jambes. Il eut un peu mal au dos, suite au choc, mais une cheville cassée aurait été bien plus handicapante pour la suite.

Trempé jusqu'aux os et la vue un peu troublé, il sortit cette fois sa baguette, prêt à en finir. Mais il n’y voyait vraiment rien dans ce noir complet.

- Lux Aerium

Une boule de lumière jaillit de la baguette, pour s'élever dans la nuit. Elle projeta son éclat bleuâtre sur le griffon, qui semblait en difficulté. Le kukri toujours accroché au flanc, il saignait abondamment et son atterrissage forcé dans les marais ne lui avait pas fait du bien. Mais au moins, les moldus ne courraient aucun risque. La suite ne plaisait pas à Ryan mais c'était toujours mieux que de le laisser agoniser. Il vit de la peur dans les pupilles de la créature.

- Désolé, j'aurais préféré que tu finisse ta vie paisiblement. Avada Kedavra …

Les moldus du village n'aperçurent même pas l'éclat de lumière verte. À vrai dire, ils n'entendirent même pas parler du combat qui fit rage ce soir. Les membres du ministère français avait rapidement fait le ménage. Ryan Campbell, quant à lui, avait disparu sitôt sa mission accomplie.

Un jour plus tard, au QG de la Phalène.


Le quartier général de la Phalène était situé dans une forêt proche de Berlin. L'endroit était évidemment inaccessible aux moldus, mais plus surprenant encore, les sorciers normaux n'y avait pas accès sauf autorisation. Malgré la réputation de tueurs de monstres sans scrupules qu'ils subissaient comme une vraie insulte, une réserve de créatures magiques y avait été installé. C'était pour la plupart des créatures en voie de disparition ou qui ne se montrait plus adaptées à la vie sauvage pour une quelconque raison. Et même si certaines étaient réellement dangereuses, l'accès restreint servait surtout à éloigner les possibles braconniers qui seraient tenté par l'enlèvement d'une bestiole rare et chère.

La guilde – le légendaire premier commandant Gustav Wernicht n'avait guère trouvé une dénomination plus appropriée – fut fondée en 1735, pendant la guerre contre les vampires qui avait presque décimé la société magique des Balkans et une partie de l'Europe. Crée autour d'un groupe de combattants anonymes, notamment de criminels repentis pour certains, la Phalène était parvenue à apaiser les tensions entre humains et suceurs de sangs en seulement trois mois. Elle avait depuis prospéré et quelque peu changé sa méthode de travail. En restant cependant toujours indépendante des gouvernements magiques.

 


Ryan poussa un grand soupir de soulagement, en sortant du bureau de son chef. Il n'était pas persuadé d'avoir réussi sa dernière tâche de la meilleure des façons, mais il était finalement accepté en tant que membre permanent. Et il avait reçu les félicitations du jury en charge de l'évaluer. La formation se déroulait en quatre ans. Elle était réputée chargée et dangereuse. Et Ryan ne pouvait que confirmer qu'elle l'était. L'un des élèves s'était fait mordre à l'aine par un loup garou, en début d'apprentissage. Découragés, les autres avaient plié bagage au fur et à mesure. Si bien qu'il ne resta plus que Ryan et Maria Di Leone, au bout de deux ans.


D'ailleurs, il ne savait pas ce qu'il en était de cette garce, mais il espérait qu'elle s'était bien fait remonter les bretelles. Elle avait terminé sa mission non sans créer une brouille avec les Einherjars, les aurors scandinaves. Ce qui devait au moins lui valoir un zéro pointé, et Ryan avait hâte de la voir en pétard, pour la titiller davantage. L'histoire avait le tour de la guilde, dès le retour de l'italienne démoniaque et il était peut-être temps d’en ajouter une couche.

Le jeune homme n'aimait pas Maria, et celle ci le lui rendait bien. Ils étaient en compétition constante depuis le premier jour, et aucun d'entre eux n'avaient jamais lâché l'affaire pour quelque raison que ce soit. Pour autant, ils ne se détestaient pas suffisamment pour que cela nuise à leur travail. Ils avaient d'ailleurs prouvé à maintes reprises que leur capacités étaient complémentaires, même si aucun des deux n'avaient l’honnêteté de se l'avouer.

En attendant qu'on lui donne une quelconque directive, le jeune homme avait quartier libre. Hésitant entre rendre visite aux nymphes des bois de la réserve, histoire de se faire dorloter un peu et écouter leurs chants mélodieux ( bien que celles-ci avaient souvent autre chose en tête et Ryan aussi, de temps en temps.) et retrouver Maria pour la faire rager. Peut-être que manger un bout ne lui ferait pas de mal non plus. Les cuisiniers de la Phalène avait un véritable don pour réveiller les papilles des plus compliqués des gourmets.

Il prit finalement le deuxième choix. Mais à peine, sortit-il à l'extérieur, qu'il vit la jeune femme passer devant lui comme un éclair. Elle fit toutefois demi tour, quand elle le remarqua.

- Un problème, Di Leone ?

- Le boss m'a envoyé un patronus. Pas toi ?

- Bah non, pourquoi ?

- Une affaire à traiter, ça semble assez sérieux apparemment, l'informa-t-elle. Et t'es dessus, aussi pour info.

- Un cas en binôme, sérieux ? Je veux bien mais on est des débutants. J'espère qu'on sera plus que ça.

- Justement, on est quatre. Il n'a pas lâché grand chose mais Ava et Leï sont déjà rendus sur les lieux, en tout cas. Allez grouille, le chef va nous briefer davantage. Et ensuite, on doit les retrouver à Prague.

Ryan soupira. Ça devait vraiment être sérieux, vu les effectifs mis en place.

***


Les deux jeunes chasseurs avaient délaissé leurs armures de cuir,et leurs tricornes pour des vêtements moldus passes-partout. S'habiller en moldu de façon correcte et sensée était une base de leur entraînement. Si bien qu'ils étaient complètement anonymes parmi la foule, tandis qu'ils traversait le pont Charles en direction du boulevard sorcier de la ville, qui se trouvait bien caché dans le quartier de Malá Strana.

- C'est moi ou on est paumés ? s'agaça l'écossais un peu plus tard, alors que Maria cherchait avec attention la ruelle qu'ils devaient emprunter . Je savais bien que je n'aurais pas dû te laisser chercher notre chemin. Et on ne peut pas demander à des moldus. Surtout que je sais pas pour toi, mais je pige pas un mot de tchèque.

- Alors déjà, on n’est pas perdu, et commence pas à faire chier, répliqua froidement Maria, ne prêtant aucune attention aux passants, qui tournait la tête, vers ces deux jeunes qui s'enguirlandait en anglais. On a dépassé l'église Saint-Trucmuche, alors ce n'est pas loin. Et Ava m'y a déjà emmené une fois ou deux. C'est mon mentor, je te rappelle. Tiens, c'est là.

Ils prirent une petite ruelle, peu fréquentée. Maria remarqua un magasin qui ressemblait à une petite épicerie. Elle était dans un état pour le moins lamentable, si bien que les moldus ne la remarquaient même pas.

- Peu importe le pays, la méthode de dissimulation diffère peu, au final, commenta Ryan, amusé.

- Oui hein, fit sa camarade en ricanant légèrement.

Maria eut une soudaine quinte de toux et adressa à Ryan un air dédaigneux comme si ce petit écart était de sa faute.

Ils entrèrent dans la petite échoppe alors qu'il commençaient à peine à pleuvoir. L'endroit était presque vide de toute présence, hormis une dame, en train de lire au fond de la pièce. Elle s'adressa à eux sans quitter son grimoire des yeux. L’endroit sentait le vieux, et il y avait aussi un relent assez peu agréable que Ryan recconnut comme étant celle du sang. Gare au malheureux qui essayait de passer de force, supposa-il.

- Vous devez être les jeunes de la Phalène, j'imagine, lança-t-elle d'une voix lugubre, teintée d'un fort accent. Vos compagnons m'ont demandé de vous dire, qu'ils vous attendent dans un bar, un peu plus loin. Alors je fais passer le message.

- Et bien, merci alors, répondit Ryan.

- Passez la porte du sous-sol et vous serez dans le quartier. Méfiez-vous, il y a beaucoup de coupeurs de bourse, en ce moment. Et bien d’autres choses, sinon la Phalène ne viendrait mettre son nez dans nos histoires, n’est-ce pas ?

La femme n’attendait manifestement aucune réponse. Ils passèrent la porte et débouchèrent sur un grand escalier. À peine posèrent-ils un pied dessus que les marches commencèrent à bouger d'elles même, entamant une descente si brusque que Maria faillit perdre l'équilibre, et dû s'accrocher d’une poigne ferme à Ryan, qui ne fit aucun commentaire pour une fois. Ils arrivèrent soudainement dans une grande allée souterraine. Ryan ne put s'empêcher de faire la comparaison avec le chemin de Traverse. Là où la rue londonienne avaient un aspect relativement engageant malgré la coté vieillot des bâtiments ; le quartier tchèque était tout aussi morbide que la dame du magasin.

- Et voilà bienvenue à la Cour des Miracles, Campbell !

Ryan aurait explosé de rire si le coin ne s’appelait pas réellement ainsi. L’endroit avait la même fonction que le chemin de Traverse, ce qui poussait le jeune homme à se demander quels parents étaient assez sains d’esprit pour emmener leurs marmots y faire leurs courses pour la rentrée.

- Sympa, commenta-t-il. Absolument tout donne envie de se suicider, ici.

- J'ai eu la même impression la première fois. Mais l'endroit est plutôt sympathique quand on le connaît. Malgré les suceurs de sang que l'on croise parfois, ajouta-t-elle d'une voix blanche.

- La nana du magasin entre autres.

- Exact ...

Ryan l'avait ressenti sitôt leur entrée dans la bâtisse. Notamment parce que l'italienne était devenue livide, juste avant d'y entrer au point que Ryan avait presque hésité à lui tenir la main. Cela faisait un moment qu'il la connaissait mais il ne comprenait pas la réaction de la jeune fille à chaque fois, qu'elle en voyait un. Aussi inébranlable qu'elle était en temps normal, elle perdait tous ces moyens en présence d'un vampire. Cela avait donné par le passé, des scènes tantôt drôles, tantôt plus inquiétantes. Comme la fois, où elle avait fait un malaise en plein combat contre un de ces morts vivants, qu'elle affectionnait si peu. Elle était heureusement en plein entraînement et les chasseurs plus expérimentés étaient intervenus, à temps.

Ava et Leï les attendaient un peu plus loin. Ryan reconnut en premier les cheveux courts et blonds de la polonaise. Ava Bliskovic était une femme assez ronde et au visage jovial qui avait dans les quarante ans. Même si elle ne les paraissait pas. Les membres de la Phalène la surnommaient «Maman », du fait, de son coté maternelle très poussé. Notamment avec Maria, qu'elle considérait presque comme la fille qu'elle n'avait jamais eu.

Quant à Leï, Ryan devait avouer qu'il ne savait presque rien de l'asiatique. Si ce n'est qu'il était un redoutable combattant, qui ne disait jamais rien. Bien que le dernier point était normal, vu qu'un succube lui avait arraché la langue dans un accès de rage.

- Vous en avez mis du temps, sermonna Ava, en serrant l'italienne dans ses bras. Venez à l'intérieur, on a énormément de boulot. Surtout que la bestiole qui a tué ces jeunes filles ne semble pas répertoriée dans nos index.

Le bar disposait d'une pièce à l'étage. Un endroit vétuste mais parfait pour faire un briefing sans être déranger. De là, Ryan percevait une légère musique Ava fait apparaître deux autres lits, en expliquant qu'ils n'avaient pu négocier que l'occupation de cette petite pièce qui servait visiblement de réserve, en temps normal

- Donc, si j'ai bien compris, intervint Ryan. Les aurors du pays ont retrouvé les corps des filles complètement dépecés.

- En petit tas d’os plutôt confirma Ava. La bestiole a même sucé la moelle. Comme vous pouvez le voir sur ces photos, c’est. J'espère que vous avez l'estomac solide, au passage.

Effectivement, ce n'était pas joli et Ryan comme Maria détournèrent très vite le regard.

- Charmant, maugréa Ryan. Et ça peut pas être l’œuvre d'un simple psychopathe ?

- Mon contact sur place a retrouvé une espèce de liquide organique, d'origine totalement inconnue. C'est ce qu'il l'a poussé à m'appeler. Nileh est une experte en biologie magique et rien de connu n'est ressorti de ses analyses. Enfin je n'ai pas eu de nouvelles d'elle depuis deux jours, mais elle a dû avancer.

- Comment on procède ? demanda Maria

- On va faire des rondes, les attaques sont de plus en plus fréquentes. Manifestement les créatures se déplacent en groupe. Et elles visent les proies fragiles comme les enfants ou les femmes. Le mieux serait que Maria et moi servions d’appât. Mais en attendant qu’on mette au point un vrai plan, on va faire des rondes, pour cette nuit.

Même si en observant ses deux partenaires, Ryan les trouva tout sauf fragiles.

- Je veux bien prendre une douche, dit Maria.

- Suis-moi, alors, ordonna sa mentor. Faut voir ça avec le type de l'accueil et comme tu ne parles pas tchèque...

Les deux femmes quittèrent la pièce, laissant Ryan avec Leï, qui n'était évidemment pas la personne qui avait le plus de conversation au monde. Le chinois lui montra cependant la bouteille sur la table et Ryan acquiesça. Le chasseur lui servit alors un verre, en souriant. Le liquide dégageait une puissante senteur, et son nez paraissait déjà anesthésié. Il avait le pressentiment qu'il allait devoir se détendre avant de passer à l'action.

-----------

Maria coupa l’arrivée d’eau, satisfaite. La salle de bain où on l’avait guidé était du genre vétuste mais cela ne la gênait pas. Elle n’aurait pas toujours la possibilité de se laver en mission, alors autant se satisfaire de peu.

Elle s’observa dans le miroir, toujours nue, ses yeux s’arrêtant principalement sur quelques cicatrices qu’elle avait reçu durant sa formation. Les blessures allaient de paire avec la vie de chasseresse, elle le savait. Puis elle se trouvait encore plus belle ainsi. Une wyverne l’avait piqué à l’épaule avec son dard empoisonné durant un cours. Elle avait également reçu un nombre important d’entailles, de brûlures et de morsures. Certaines s’étaient résorbé avec le temps, d’autres trop chargée de magie noire, ne disparaîtraient jamais vraiment.

Il y en avait deux un peu plus anciennes que les autres. Deux fines traces de morsures qui remontaient à ses treize ans. Elles étaient dû aux deux femmes qui l’avait attaqué, alors qu’elle se rendait chez sa tante. Des vampires bien évidemment. En somme, elle avait vécu une version plus sombre du conte moldu le petit Chaperon Rouge. Sa mésaventure s’était plus moins déroulé de la même façon, hormis que le chasseur qui l’avait sauvé n’était nul autre que Ava.

Maria sortit de la salle de bain, apaisée et prête à passer une début de soirée tranquille en compagnie d’Ava, elle chérissait ces moments. Depuis qu’elle avait rejoint la Phalène, sa vie s’était grandement améliorée. En grande partie grâce à Ava. Elle avait du mal à se l’avouer aussi mais Campbell y était aussi pour beaucoup. Ils étaient rivaux mais c’était le genre de rivalité qui leur faisaient beaucoup de bien. Ryan avait perdu une grande partie de sa famille durant le règne écourté mais terriblement sanglant de Voldemort. Et quelque part, Maria l’avait aidé à se relever de ça, elle le sentait. Parce que son camarade était alors à deux doigts de tout plaqué et de rentrer se battre chez lui.

Elle repassa par le bar pour commander un chocolat chaud. Mais l’endroit était plongé dans la pénombre. Elle en conclut que l’aubergiste avait fermé pour la nuit. Il y avait toutefois une drôle d’odeur.

La jeune femme trébucha contre quelque chose de dur. Elle mit ses mains en protection par réflexe, et celles-ci furent enduites d’un liquide poisseux. C’est alors qu’elle perçut les grognements.

Après une bonne minute, ses pupilles s’adaptèrent un peu mieux à l’obscurité. Une minute pendant laquelle elle n’osa pas bouger, pas même sortir sa baguette de la poche de son jean.

Il y avait plusieurs ombres de créatures qui se tenaient à quatre pattes et une autre, résolument humaine dans le bar. Le reste des occupants de la pièce n’étaient que les cadavres des clients.

- Qui êtes-vous ?

- Et toi qui es-tu ? demanda l’inconnu toujours dans l’ombre. Une membre de la Phalène ou une simple petite fille qui essaye de cacher qu’elle meure de peur.

C’était une voix de femme, sifflante et très désagréable à l’oreille. Maria avait du mal à ne pas trembler. Non pas à cause des créatures qui l’entouraient, mais plutôt à cause de la femme. Cette dernière dégageait une aura absolument terrible.

- Pour tenter un tel massacre, il est maintenant clair que vous en avez après nous. Mais je ne me rendrais pas sans combattre.

- Comme c’est mignon. Mais tu n’as plus personne, l’autre femme de ta petite bande est sans doute morte maintenant. Et tes autres compagnons vont découvrir ce que qu’était vraiment la Cour des Miracles à l’origine.

- Un gigantesque cimetière ? Je connais son histoire.

- Tout juste. Et il est temps qu’elle retourne à sa fonction d’origine. Et tout ce que vous connaîtrez à partir de maintenant. La mort, le noir péché, la pénitence blanche, l'occasion à fuir et la grâce à guetter.

- Vous en faîtes vraiment des caisses pour pas grand-chose, fit remarquer la jeune fille amusée.

Maria avait sorti discrètement sa baguette. L’affrontement se conclurait sans aucun doute par sa mort. Mais elle comptait bien emporter ses adversaires avec elle. Parce qu’elle faisait partie de la Phalène.

Note de fin de chapitre :

 

"  La mort, le noir péché, la pénitence blanche,
   L'occasion à fuir et la grâce à guetter " Verlaine, Prière du Matin

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.