S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Première mission par popobo

[11 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Le soleil ne se trouvait pas très haut dans le ciel mais déjà, les températures étaient élevées. La chaleur était intense et lourde. Neville, en avançant péniblement dans le sable, tentait de se convaincre qu’il s’habituerait à ce climat et oublierait l’aridité du désert. Il pensa au vent frais et humide d’Angleterre qui semblait tout à coup avoir beaucoup de qualités. Un simple sortilège lui permit rapidement de se protéger des rayons du soleil et de se créer un petit espace frais autour de lui. Ainsi, il pouvait rester concentré sur sa mission car pour rien au monde, il ne ferait marche arrière et retournerait sous la pluie britannique.

Depuis trois jours, Neville se trouvait au coeur du Tchad, dans le nord du Sahel, le regard et la baguette rivés sur les étendues d’Eymiflore qui poussaient au creux du sol sableux. Décidé à s’appliquer dans son nouveau et premier vrai travail, Neville ne voulait pas se laisser distraire ni par la chaleur étouffante, ni par le magnifique paysage désertique qui s’étendait à perte de vue.

Après avoir passé, ces derniers mois, de pénibles et longues journées dans l’arrière boutique du vieil apothicaire du Chemin de Traverse, il lui tenait désormais à coeur de montrer ses compétences en botanique au professeur Ditwell qui dirigeait la mission.

Entre agiter sa baguette pour nettoyer des fioles et des flacons au fond d’une minuscule pièce sombre ou partir à l’autre bout du monde pour explorer et observer la flore magique, Neville n’avait pas hésité. Cela faisait plus de huit mois qu’il attendait l’opportunité pour travailler auprès des espèces végétales magiques, il n’allait pas gâcher sa chance en se plaignant de la température excessive des lieux.

Aussi quand le professeur Ditwell lui demanda, ce jour-ci, de prélever un maximum d’indices et d’échantillons d’Eymiflore , non seulement il ne discuta pas, mais surtout il était ravi de profiter de cette expérience unique.

Trois semaines plus tôt, en lisant son magazine scientifique, Neville avait découvert une petite annonce qui indiquait que le célèbre botaniste recrutait de jeunes apprentis pour une mission de protection de la flore magique en milieu hostile. Le jeune garçon avait alors quitté son emploi précaire pour se lancer aveuglément dans l’aventure. Il était convaincu que cette mission lui apprendrait beaucoup et lui permettrait de commencer la carrière de botaniste dont il rêvait.

Autour du professeur Ditwell une douzaine de jeunes sorciers et sorcières avait ainsi été recrutée avant d’être répartie en quatre groupes. Sans apporter davantage d’explication, le célèbre botaniste avait été alerté par la disparition rapide et massive d’Eymiflore, une espèce de plante aux propriétés magiques particulières.

Elle ressemblait beaucoup à de la lavande mais avec des tiges plus courtes. Ses particularités magiques étaient très connues par les apothicaires et les maîtres en potions. Les feuilles étaient appréciées pour leurs vertus toniques alors que les racines possédaient des propriétés inverses et étaient recherchées pour certains antidotes grâce à leur pouvoir apaisant. L’Eymiflore avait également la particularité de consommer très peu d’eau. Dans le Sahel, elle se reproduisait ainsi facilement grâce à l’alternance des saisons sèches et humides qui lui convenait parfaitement. Neville savait aussi que la couleur des fleurs changeait à chaque floraison et reflétait la qualité et les propriétés du sol dans lequel elle poussait.

Les plants d’Eymiflore restaient des plantes très répandues et courantes dans le monde entier mais dont l’origine et la plus grande étendue naturelle se trouvait dans le nord du Sahel. Aussi quand les sorciers des villages voisins avaient commencé à s’apercevoir de la disparition massive et soudaine de leur plante médicinale quotidienne, le monde magique international – dont le professeur Ditwell - fut alerté.

Les jeunes stagiaires motivés qui avaient répondu à l’annonce urgente du magazine scientifique avaient été répartis dans les différentes zones du Sahel où la disparition d’Eymiflore avait été signalée. Neville se retrouvait ainsi à étudier la zone tchadienne du Sahel avec deux autres jeunes sorciers. Rudd, son premier camarade venait du nord de l’Amérique et parlait parfaitement anglais mais Neville n’avait pas encore eu l’occasion d’en connaître davantage sur lui. Leurs conversations avaient pour l’instant seulement tourné autour de leur mission, du professeur, du Sahel ou des plants d’Eymiflore.

Son autre collègue, Adama était une sorcière expérimentée arrivant du Sénégal. Elle parlait principalement français et légèrement anglais. Neville avait compris que la mission était pour elle un projet de fin d’études qui lui permettrait d’intégrer l’un des services africains sur le respect de la flore magique dans son continent. A côté d’elle et de son expérience notable, Neville se sentait complètement ignorant. Ses sortilèges étaient lents et simples. Il se sentait perdu sans trop savoir ce qu’il cherchait. En observant Adama, il s’aperçut qu’elle avait déjà acquis une certaine méthode en notant tous les moindres indices sur ses parchemins. Des techniques qu’il ne maîtrisait pas.

Neville connaissait les plants d’Eymiflore. Il en avait déjà vu, sa grand-mère en avait même un plan dans son jardin et se servait régulièrement de ses feuilles pour ses tisanes. Il l’avait déjà observée, analysée et même soignée. Au milieu du désert, sous la chaleur accablante, il ne constatait aucune différence par rapport à ce qu’il connaissait de la plante magique et à son tour, il imita Adama et prit note de tout ce qu’il pouvait observer.

Dans son carnet, il y inscrivait les moindres détails même ceux qui paraissaient insignifiants persuadés qu’un jour, ils seraient utiles. Du bout de sa baguette, il ensorcelait parfois ses croquis pour apporter davantage de réalisme mais ses talents de dessinateurs n’étaient pas fameux.

Chaque stagiaire relevait ainsi un maximum d’éléments dans sa zone d’observation pendant plusieurs heures avant de transplaner vers le centre de base où le professeur recueillait les informations, les compilait et les analysait.

Quand Neville arriva au campement, Rudd et Adama n’étaient pas encore arrivés mais d’autres stagiaires étaient déjà attablés. Le jeune britannique transmis son carnet d’observation à son professeur qui, d’un sortilège informulé copia les dessins et les annotations sur ses propres parchemins.

Le soleil était désormais haut dans le ciel. La chaleur était intense et Neville était ravi de retrouver le campement magiquement frais pour la pause méridienne. Après plus de trois heures passées dans le désert, il se sentait affamé et assoiffé.

- Monsieur Londubat, interpella alors le sorcier en lisant le badge de son stagiaire. Cette forme… l’avez-vous observé à plusieurs endroits ?

Le professeur semblait fortement intéressé par la minuscule marque dentelée que Neville avait reproduit avec précision sur son carnet.

- Je l’ai remarqué sur plusieurs feuilles oui, mais toujours au même endroit, au sommet du pétiole.

- Intéressant…, ajouta le professeur, pensif. Je vais attendre vos partenaires pour comparer leurs observations… mais peut-être que … enfin j’espère … et si c’est ce que je pense, alors ce serait épatant…

Neville laissa son patron dans ses pensées, mais ne s’éloigna pas trop pour autant, attendant lui aussi le retour de ses deux partenaires.

Quelques minutes plus tard, Adama et Rudd arrivèrent par transplanage à quelques secondes d’intervalle. Il patienta encore avant de retrouver ses autres camarades à table et resta près du professeur guettant une nouvelle réaction de sa part.

- Jeunes hommes et jeunes femmes, nous tenons une piste, s’exclama alors celui-ci en se dirigeant, plein de joie, vers ses jeunes recrues idéalement regroupées.

Les bruits des conversations et de fourchettes cessèrent aussitôt.

- A partir de maintenant je vous demande de me chercher la trace de l’Hélantropus, ajouta-t-il avec le sourire. Soyez bien attentifs, ce ne sera pas évident...

Neville n’avait aucune idée de ce qu’était un Hélantropus mais, aux regards éberlués des autres stagiaires, il comprit rapidement qu’il n’était pas le seul ignorant.

- … Les Hélantropus sont de minuscules et invisibles insectes très gourmands originaires du Sahara, ajouta le professeur. C’est épatant ! Je m’en vais toute de suite avertir mes amis de la protection des créatures magiques. C’est extraordinaire !

L’enthousiasme fut un temps contagieux. Tout le monde comprit qu’il fallait désormais chercher un prédateur herbivore aux feuilles d’Eymiflore. Cela réduisait indéniablement les recherches. Neville se sentait lui même un peu euphorique. Il était fier d’avoir su observer et relever un indice aussi important. Les marques dentelées n’étaient autre finalement que la morsure d’un insecte. Maintenant, il savait plus précisément ce qu’il devait chercher.

Mais sa joie retomba également rapidement. Il n’avait jamais entendu parler de l’Hélantropus ni en cours de botanique, ni en cours de soins aux créatures magiques. Pendant les cours avec Hagrid, il n’avait jamais été très performant, malgré ses efforts et la bienveillance du professeur. Si l’animal était minuscule et invisible, cela serait forcément difficile de le capturer ou même de l’observer et Neville ne savait absolument pas comment en reconnaître un.

- L’Hélantropus avait disparu soit disant par manque d’eau et de nourriture, entendit-il au bout de la table.

Oliver, un jeune sorcier anglais semblait s’y connaître en créatures magiques. Neville n’était pas le seul à être attentif à ses commentaires. En face de lui, Rudd écoutait également les informations.

- Il me semble qu’il s’agit d’un insecte qui n’est visible que lorsqu’il vole. Quand il marche, quand il mange ou quand il dort, il reste invisible. C’est uniquement quand il utilise ses ailes qu’il devient observable et donc aussi vulnérable.

- Si on veut l’attraper, les sortilèges d’attraction ou de révélation doivent bien fonctionner, s’interrogea Emy, une australienne qui faisait partie du même groupe qu’Oliver.

- Sûrement, il faudra tester. Je me rappelle juste avoir lu ça dans le manuel sur les anciennes créatures magiques, pour le reste, il faudrait davantage étudier.

- Tu disais que c’était une espèce disparue. Comment est-ce possible alors d’en retrouver au milieu du Sahel ? interpella un autre stagiaire dont Neville ne connaissait pas encore le nom.

- Il faut croire qu’elle n’était pas complètement disparue. On peut peut-être imaginer qu’avec leur pouvoir, ils sont restés invisibles assez longtemps pour ne plus être retrouvés par les sorciers. Ils ont du traverser le désert jusqu’à trouver de la nourriture. C’est épatant si cela s’avère exact. Je comprends pourquoi le professeur est si content.

Pendant les jours suivants, Neville, Rudd, Adama et les autres botanistes étaient tous réquisitionnés pour repérer le moindre indice mettant en évidence la présence certaine d’Hélantropus autour des Eymiflores.

Le professeur Ditwell était convaincu que la disparition de la plante magique était due à la réapparition de l’insecte volant. S’il se lamentait de l’éventuelle extinction de l’espèce végétale, il ne pouvait non plus cacher son enthousiasme en réalisant la découverte animale qui s’apprêtait à se confirmer.

Alors qu’Adama et Rudd se retrouvaient ensemble pour étudier une vaste étendue d’Eymiflores, Neville passait ses journées seul toujours dans le même coin du Sahel, à quelques kilomètres d’eux. Après deux semaines, il pouvait presque affirmer connaître chaque dune et chaque buisson de sa zone d’observation. Au fil des jours, il avait lui-même constaté la disparition des pieds d’Eymiflores. Chaque matin, quand il transplanait sur les lieux, ses marqueurs magiques qu’il avait pu installés la veille, lui indiquaient que le végétal diminuait en taille et en circonférence. En dix jours, le buisson avait malheureusement réduit d’un quart de surface sans que le jeune botaniste n’ait perçu un quelconque mauvais sortilège ou vu le moindre prédateur.

L’Hélantropus se cachait indéniablement. Neville restait attentif et alerte à chaque indice. Il s’accommodait de plus en plus aux températures élevées mais rester immobile et silencieux à attendre un mouvement d’ailes devenait de plus en plus insupportable. Après sa découverte et l’annonce du professeur, il était retourné très déterminé sur le terrain à continuer ses recherches avec assiduité. Mais après deux semaines, sa motivation avait légèrement diminué avec l’absence d’indices qui s’installait. Les autres équipes, aux divers endroits du Sahel connaissaient le même régime. Chaque midi et chaque soir, tout le monde attendait une nouvelle annonce, un nouvel indice, une nouvelle piste.

Neville comme Adama et Rudd avaient retrouvé de nouvelles morsures dans les pétioles des feuilles d’Eymiflores. La présence d’insectes invisibles était indubitable mais personne encore n’avait trouvé le moyen de la démontrer. Les sortilèges des botanistes semblaient inefficaces.

Le professeur Ditwell avait rapidement décidé de faire appel à des personnes plus compétentes. Une équipe britannique de zoomages devait ainsi arriver en fin de semaine pour compléter et aider chaque groupe de chercheurs.


- - -



- Bonjour, je suis Rolf.

Le jeune sorcier roux qui salua Neville paraissait légèrement plus vieux que lui. Le zoomage avait l’air aussi assuré que décontracté. La simplicité du garçon plut aussitôt au botaniste qui se sentit aussitôt à l’aise. Toutefois, Rolf dégageait également un charisme saisissant qui, malgré son jeune âge, le faisait passer pour quelqu’un de chevronné. Neville trouvait qu’il lui faisait pensé à quelqu’un de sa connaissance mais ne savait pas qui.

Rudd, Adama, Neville et Rolf devaient faire équipe afin de capturer le prédateur de l’Eymiflore. L’objectif de toute l’opération était de trouver une solution afin évidemment de préserver l’espèce végétale. Pour multiplier les chances d’attraper l’Helantropus, cinq autres sorciers spécialisés en soins aux créatures magiques s’étaient répartis dans les équipes et dans le Sahel.


Devant le buisson d’Eymiflores, Rolf était accroupi dans le sable. Neville l’observait. Ses sortilèges de délimitation montraient que la plante avait à nouveau perdu de l’amplitude. Mais Rolf ne semblait absolument pas concerné ni intéressé par le travail du botaniste.

La chaleur était habituellement étouffante mais Neville ne s’en accommodait à peine. Ses enchantements ne suffisaient plus à le rafraîchir. Le stagiaire luttait presque pour ne pas s’évanouir. Il commença par arrêter ses allers retours le long des buissons qu’il connaissait déjà par coeur et s’installa à quelques pas du zoomage. Cela faisait plus de deux semaines qu’il s’acharnait à faire son travail sans résultat. Aussi, il profita de l’arrivée de son compatriote pour souffler et se poser.

Avec son insolente désinvolture, Rolf paraissait tout à fait maîtriser ce qu’il faisait. Neville n’osait pas le déranger dans sa concentration. Il préféra se faire patient et discret. Pendant plus d’une heure, il ne se passa rien. Aucun bruit, aucun mouvement, aucun signe ne se fit percevoir. Neville se sentait à la fois hypnotisé et captivé.

Rolf restait immobile, assis, les jambes et les bras croisés, seul son regard était aux aguets. A aucun moment, il n’utilisa sa baguette. Le comportement du zoomage pouvait paraître étrange mais Neville lui faisait curieusement totalement confiance.

- Allons dormir, annonça soudainement Rolf en se levant.

- Hein quoi ? Mais… Et les … Mais, il n’est même pas midi !

- On reviendra cette nuit. Pour l’instant, il ne se passe rien. Tu fais comme tu veux mais moi je vais aller manger un peu et après je ferai une longue sieste. Une nuit d’observation me demande toujours beaucoup d’énergie. Il faut que je m’y prépare et rien mieux qu’un bon lit pour ça !

Rolf était déroutant et en même temps, impressionnant. Neville était fasciné par la décontraction et l’expérience de son nouveau collègue et l’imita en transplanant vers le campement.

Rolf et Neville quittèrent le campement à l’heure où les autres équipes arrivaient pour le dîner. Le soleil était bas dans le ciel, devenu plus foncé. Neville se réjouit en constatant qu’une relative fraîcheur se faisait sentir. Après s’être reposé pendant quelques heures dans sa tente, il se sentait tout à fait disposer à aider Rolf dans son observation et ses recherches. Contrairement au zoomage, il n’avait pas véritablement dormi, mais il ne se sentait pas fatigué pour autant.

Cette fois-ci, il s’installa plus près de Rolf afin de mieux observer ce qu’il faisait. Son Collègue avait quant à lui repris son poste au même endroit que le matin. Assis dans le sable, il attendait à nouveau patiemment. Les bras autour de ses genoux repliés, il était concentré.

La nuit était désormais installée. Neville se doutait que les Hélantropus se feraient discrets. L’obscurité était désormais complète. Même la lumière de la lune, probablement cachée par un nuage, ne parvenait pas jusqu’à eux. Neville esquissa un mouvement à la recherche de sa baguette magique.

- Non surtout pas, interrompit Rolf dans un chuchotement et un signe de la main autoritaires.

Neville obéit. Cela faisait presque deux heures qu’ils attendaient patiemment, sans bouger ni parler. Le jeune garçon ne s’en plaignait pas. La tranquillité et le calme lui convenaient parfaitement toutefois il s’inquiétait de passer des heures à ne rien faire là, assis dans le sable encore chaud du Sahel. Le professeur Ditwell lui demanderait forcément des explications.

Puis soudain, en une fraction de secondes, des étincelles bleues jaillirent du sombre buisson. La lumière vive surprit à la fois Rolf et Neville.

- Ouah, c’est extraordinaire, s’exclama et répéta le zoomage, quittant son observation et devenant étrangement plus agité.

Le silence et la quiétude étaient rompus. Rolf s’affairait dans tous les sens.

- Lumos, commença-t-il en appliquant lui-même le sortilège qu’il avait interdit à Neville quelques secondes auparavant.

Il vida ensuite tout l’intérieur de sa besace directement sur le sable.

- Ah le voilà ! sourit-il en montrant un carnet en cuir à Neville.

Puis après trois minutes d’agitation, de sourire et d’excitation, Rolf se rassit et retourna dans son état pensif et concentré. Neville n’eut même pas le temps de réagir ou d’échanger le moindre commentaire avec son collègue sur ce qui venait de se passer. Le botaniste se doutait que les étincelles bleues avaient un lien avec les Hélantropus sans en comprendre davantage.

Pour montrer son intérêt et son investissement, il nota lui même ses observations sur son carnet. Il précisa l’horaire auquel le phénomène lumineux avait eu lieu et décrit le plus objectivement ce qu’il avait subrepticement vu. Mais ses notes furent brèves tant le vol illuminé des Hélantropus avait été rapide. Il avait cru apercevoir une dizaine de points bleus seulement. Probablement autant d’insectes magiques se nichaient dans le buisson d’Emyflore. Il se fit alors la remarque que les insectes étaient sacrément voraces pour anéantir autant le végétal en étant si peu nombreux.

- Qu’est ce qu’on attend ? chuchota-t-il préférant rester discret.

- On attend que ça recommence, répondit simplement Rolf.

Restant silencieux et attentif, Neville attendit. Il ne s’était jamais imaginé que le métier de zoomage était aussi peu actif. En tant que botaniste, le rythme de travail pouvait paraître tranquille en étant au contact des plantes qui demandaient du soin, du temps et de la précaution. Il s’était naïvement imaginé qu’avec les créatures magiques, il fallait surtout faire preuve de courage, de vivacité ou de réactivité. Jusqu’à maintenant, Rolf montrait surtout des qualités inverses. Sa patience, son calme et sa détermination étaient impressionnants et efficaces. A nouveau cette attitude désinvolte et lunaire lui rappela quelqu’un.

Une trentaine de minutes plus tard, de nouveaux éclairs bleu vif jaillirent. Neville eut juste le temps d’apercevoir de longues ailes s’agiter brièvement devant lui. Au bout de ces ailes, un gros corps lourd et noir se déplaçait difficilement. Le vol des Hélantropus ne dura que deux brèves minutes, le temps nécessaire à chaque insecte pour changer de feuille.

- Ils se déplacent très rapidement mais sur une distance tellement courte ! C’est épatant ! réagit enfin Rolf qui s’agita à nouveau autour de ses affaires.

- Ils veulent vraiment rester discrets mais ils semblent magnifiques, commenta Neville.

- Ils se débrouillent bien effectivement mais ils paraissent assez vulnérables. On va essayer d’en savoir plus sur eux…, ajouta le zoomage en sortant un bocal en verre.

Dans les minutes qui suivirent, Neville observa son collègue organiser une sorte de piège auprès du buisson. Il l’aida ainsi à délimiter une zone d’Emyflores ensorcelée qui servirait d’appât où les deux jeunes sorciers espéraient idéalement capturer un individu de la petite colonie d’Hélantropus de la région.

Le piège installé, Rolf et Neville retrouvèrent ensuite leur position assise et leur concentration pour ne pas manquer le prochain envol bleuté des insectes redevenus invisibles.

De plus en plus attentif, Neville aidé de la lumière de sa baguette remarqua et nota également que les feuilles d’Eymiflores disparaissaient devant lui.

- Ils sont en train de manger, s’exclama-t-il.

- Et ils deviennent de plus en plus lourds… Je me demande s’ils vont réussir à voler une autre fois…

La nuit était bien avancée. La fraîcheur s’installait et ravissait Neville qui appréciait cet épisode nocturne dans sa mission en plein Sahel.

Un mouvement de Rolf alerta Neville. Le zoomage avait perçu quelque chose. Sa baguette tendue, celui-ci était vigilant. Quelques secondes plus tard, un nouveau petit nuage bleu scintilla. Grâce à l’attention de Rolf, le piège fonctionna. D’un simple sortilège d’emprisonnement, il attrapa l’insecte attiré par la juteuse feuille d’Eymiflore placée judicieusement dans le bocal en verre rendu invisible.

- Ca y est on l’a ! s’exclama Rolf avec enthousiasme et fierté en refermant le récipient pourtant apparemment vide.

Neville était abasourdi et souriant. Son collègue l’amusait.

- Tu me fais penser à une amie à moi d’Angleterre. Elle est aussi passionnée et originale que toi. Il faudrait que je te la présente…

- - -


Chanceux, les deux sorciers revinrent rapidement au campement de base. Tout était calme. La nuit était désormais bien avancée. Tous les scientifiques dormaient. Le professeur Ditwell s’accordait également un temps de repos bien mérité. Rolf ne prêta aucune attention au silence du laboratoire et s’installa naturellement derrière l’une des paillasses où différents instruments magiques en verre ou en métal s’alignaient. Neville était peu habitué à ces appareils. A Poudlard, le professeur Chourave se contentait de faire travailler ses élèves avec leurs baguettes ou de rudimentaires outils. Une nouvelle fois, il se fit la remarque qu’il avait tant encore à apprendre avant de pouvoir, un jour, se nommer botaniste.

Après la bataille de Poudlard, Neville n’avait pas souhaité retourner à l’école de magie. Même s’il n’avait pas pu passer ses Aspics et qu’il ne possédait que quelques Buses comme diplôme, il n’avait pas voulu continuer ses études, prétextant qu’il avait besoin de vivre d’autres aventures. Maintenant, alors qu’il se trouvait en pleine nuit au milieu du Sahel, sa vision des choses avait changé. Il ressentait l’envie d’apprendre et d’étudier pour mieux accomplir son rêve de devenir botaniste. Aussi, quand la mission du professeur Ditwell serait terminée, il envisageait déjà, de retourner sous la fraîcheur et l’humidité britannique pour s’inscrire dans une formation. Ensuite, plus tard, il pourrait à nouveau parcourir le monde et s’occuper de la flore magique. Pour l’instant, il engrangeait le maximum d’informations, heureux, malgré ses incompétences, de profiter de cette expérience.


Ainsi, une nouvelle fois, il se contenta d’observer son collègue qui s’était immédiatement emparé de la soucoupe concave en verre argenté. Avec précaution, Rolf ouvrit le bocal où dormait l’Hélantropus juste au-dessus de la soucoupe. Neville croyait halluciner. Rien était visible. Il était en train de regarder du vide. Seul un reste de feuille d’Eymiflore tomba du bocal, mais le zoomage était appliqué et concentré sur l’insecte invisible. Depuis que le jeune garçon avait retrouvé à qui lui faisait penser son partenaire, il était de plus en plus amusé par les ressemblances entre Rolf et Luna.

Le regard donc fixé sur la soucoupe vide qui contenait magiquement le prédateur invisible, Neville à nouveau, attendit. Peut-être aurait-il dû prévenir le professeur Ditwell ? Mais pour lui dire quoi ? Ils n’avaient rien à montrer encore ? Pourtant Rolf était toujours aussi captivé et captivant.

- As-tu d’autres feuilles d’Eymiflore ? Il va bientôt avoir faim, demanda-t-il tout à coup.

Neville se précipita dans la réserve des échantillons que les différentes équipes avaient amassé et se saisit d’un panier de feuilles non étiqueté.

Comme le zoomage l’avait prédit, une nouvelle et unique étincelle bleue scintilla dans le laboratoire. Neville vit à nouveau le gros corps noir de l’insecte s’envoler. L’Hélantropus semblait être constitué d’un énorme estomac, aussi gros qu’une noix alors que ses ailes mesuraient moins d’un décimètre. Neville pensa un instant voir un petit vif d’or au corps noir et aux ailes bleutées qui ne posséderait qu’une minuscule tête noire pour se repérer.

- C’est extraordinaire, s’exclama le jeune botaniste.

- N’est ce pas, acquiesça Rolf rêveur et fasciné. C’est magnifique !

- Mais comment un si petit animal peut manger autant ? C’est impressionnant !

- Cette créature revenue de nulle part est pleine de surprises et pleine de questions. On aura besoin de plus d’une nuit pour y répondre…

Des centaines de questions se posaient. La disparition d’un spécimen avait par hasard engendré l’apparition d’un autre.

Alors que le zoomage s’extasiait sur la créature magique réapparue après des dizaines d’années passées sans signe de vie, le jeune botaniste, quant à lui, s’inquiétait de comment protéger les réserves africaines d’Eymiflore du prédateur ultra-gourmand. Le professeur Ditwell et ses collègues zoomages, Rolf en tête de liste, avaient de quoi occuper leurs recherches.

Désormais, la préservation des deux espèces magiques étaient en jeu.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.