S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le jour de l'enterrement de ma femme par Celiag

[101 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour tout le monde ! Ce n'est que ma deuxième fanfiction donc soyez indulgents ;) Le prologue est assez court mais les autres chapitres seront bien plus longs! Bonne lecture :)
Aujourd’hui, ma femme est morte. Pour être exact, elle est morte dans la nuit, vers trois heures du matin, alors que je dormais sur le canapé du salon, comme chaque soir depuis plusieurs mois. La cérémonie d’adieu a lieu cette après-midi, au manoir de mes parents et je me prépare lentement, fatigué et passablement étourdi. Tout semble étrange autour de moi, flou et vaporeux comme irréel. Le parfum que je sens me perturbe parce que c’est un mélange d’elle, de bougies et de mort, et c’est insupportable.

J’enfile ma chemise noire et me regarde dans le miroir, par habitude. Je m’appelle Drago Malefoy, j’ai vingt-cinq ans et je suis veuf. Veuf, quel drôle de mot amer ! Il semble réservé aux vieilles personnes et pourtant me voilà, jeune et seul. Ce n’est pas une surprise cependant, je savais qu’Astoria allait mourir, je l’ai toujours su. Je le savais quand je l’ai rencontrée, quand je suis tom-bé amoureux d’elle et quand je lui ai demandé de m’épouser, malgré cela. Peut-être que je ne l’aurais pas autant aimée si elle n’avait pas été mourante mais quelle importance ? Le mal qui la ronge depuis toutes ces années a fini par gagner la bataille et je suis là, face à mon miroir à enfiler ma chemise noire. Quand on y pense, cela ne change pas grand-chose parce que j’ai toujours porté du noir, deuil ou pas.

Le salon est trop grand, trop vide, et les minutes passent avec une lenteur intolérable. Je n’ai rien à faire, simplement attendre qu’il soit l’heure de transplaner au manoir de mes parents et l’heure de dire adieu à Astoria. Tout cela est hypocrite d’ailleurs, parce qu’elle ne sera plus là pour entendre mes derniers mots. En réalité, je ne pourrai jamais dire adieu à ma femme. Elle était l’une des personnes qui me connaissaient et me comprenaient le mieux et je l’ai perdue. La vague idée que ma vie entière est une succession de malchances me traverse l’esprit mais je la rejette. Je n’ai aucune envie d’être faible aujourd’hui, je dois être fort, digne, je suis un Malefoy après tout !

Mes pensées s’envolent, se décousent, errent pendant de longues minutes durant lesquelles plus rien n’existe à part Astoria et les moments que nous avons partagés, trop rares et si intenses. Je la re-vois, plus jeune, dans les couloirs de Poudlard, à l’époque où je ne m’intéressais pas à elle. Je me souviens d’elle dans le parc du manoir de mes parents quand sa famille rendait visite à la mienne, observant les statues avec un visage à la fois admiratif et effrayé. Je me rappelle son expression de dégoût quand nous parlions du Seigneur des Ténèbres, sa façon de se crisper et de quitter la pièce. J’aurais dû la suivre mais j’étais trop faible et aveuglé pour le comprendre.

L’horloge me fait sursauter. Dans une heure et demie, ce sera le moment d’y aller et j’aimerais m’enfuir. Je déteste le manoir, ses buis trop parfaits, ses paons d’un blanc immaculé, ses pots de fleurs, ses statues. Tout est encore comme autrefois et il m’arrive de me demander si mon père a véritablement retenu la leçon. Comment peut-il continuer à se complaire dans cet endroit sinistre, entouré de ses objets de magie noire qu’il collectionne avec nostalgie alors qu’il a failli mourir durant la guerre ? Trop de mauvais souvenirs hantent ce lieu et cela me navre que le dernier hommage à Astoria ce fasse ici mais qu’y puis-je ? Nos parents ont insisté…

Cette fois-ci, c’est la sonnerie de la porte qui me fait sursauter. Sans doute mes amis sont-ils venus me chercher un peu plus tôt pour me réconforter et me tenir compagnie… Je me lève lentement et avance jusqu’à l’entrée dans un état second et vaporeux. Je marche sans m’en rendre compte, sans même y penser. Astoria est morte et je vais l’enterrer. J’ouvre la porte et cligne des yeux, aveuglé par la lumière trop vive du dehors qui agresse mon chagrin. Là, devant moi, sur le seuil de ma maison, Harry Potter me regarde avec un sourire crispé.
C’est drôle, parce que Potter est véritablement la dernière personne que je pensais voir au-jourd’hui et pour être honnête, la dernière que j’ai envie de voir également. Il incline la tête et tente d’avoir une expression cordiale sur le visage, en vain.

- Bonjour Malefoy, dit-il un peu trop cérémonieusement. J’espère que je ne te dérange pas mais j’aurais voulu t’entretenir de sujets disons… familiaux et ce serait bien si tu avais quelques minutes à m’accorder.

Je n’ai pas compris un mot de ce que Potter m’a dit mais visiblement, il n’est pas au courant pour Astoria. Comment le serait-il ? Je dois avoir l’air d’un imbécile attardé car il répète son dis-cours, plus lentement cette fois-ci.

- Comment cela familiaux ? dis-je d’un ton brusque.

- Peut-être pourrais-tu me laisser entrer pour que nous en discutions ?

Je n’ai aucune envie que Potter rentre chez moi mais je n’ai pas la force de lui dire non. Après tout, il pourrait me changer les idées jusqu’à l’heure du départ. Je n’aurai qu’à m’asseoir, l’écouter et ne penser à rien. Je m’écarte donc pour le laisser entrer et l’invite à s’installer sur le canapé, ce qu’il fait avec un geste précipité qui trahit son malaise. Bien sûr, pensé-je amèrement, Harry Potter est gêné de se retrouver dans la maison d’un ancien Mangemort qui a été son ennemi durant une bonne partie de son enfance… Mon elfe de maison apporte du thé et je vois le regard de Potter s’attarder sur lui. Je peine à retenir un sourire en me rappelant Granger et son combat pour la libération des elfes. Comme tout ceci me parait loin !

- Ne t’inquiète pas, je le paie et je le traite bien.

- Oh, je ne m’inquiète pas, répond Potter en rougissant.

- Qu’est-ce que tu veux ?

Il boit une gorgée de thé, pour se donner du courage sans doute, bien que l’idée soit saugrenue. Potter, parfait Gryffondor, n’a jamais manqué de courage et je suis bien placé pour le savoir, moi qui m’en suis moqué pendant sept ans.

- Je suis rentré à Londres depuis peu, annonce Potter. J’ai l’intention d’emménager chez Sirius puisqu’il m’a légué cette maison mais je voudrais me débarrasser d’un bon nombre de choses…

- Je vois, tu as en ta possession des objets de magie noire et tu t’es dit que cela m’intéresserait sûrement ? demandé-je d’un ton plus agressif que je l’aurais voulu.

- Non, à vrai dire ce n’est pas ce que j’ai pensé… Après la guerre j’aurais certainement brûlé tout cela mais ces quelques années d’absence m’ont permis de prendre du recul…

Je pourrais lui demander où il a disparu pendant ces six dernières années mais je m’en moque, sa vie ne m’intéresse pas. Du moins est-ce ce que j’essaie de me faire croire car je sens que ma curiosité s’est éveillée. C’est ainsi et ça a toujours été ainsi, Potter ne me laisse jamais indifférent. Quoi qu’il fasse, j’ai toujours besoin de savoir où il est, pourquoi il le fait et avec qui il le fait. Et ce depuis notre premier jour à Poudlard. Je l’écoute parler du fait que beaucoup de choses ont changé pour lui depuis la guerre et je le regarde, stupéfait soudain que Harry Potter soit assis dans mon salon. Par Merlin, quels malheurs va-t-il encore faire pleuvoir sur moi ?

- … et j’ai retrouvé de nombreuses affaires ayant appartenu à ta mère dans le grenier. Je me demandais donc si elle voulait en récupérer certaines avant que je ne jette tout. Enfin bref, c’était la maison de sa tante et j’imagine qu’elle y a passé pas mal de temps donc si des choses l’intéressent, qu’elle n’hésite pas.

- Pourquoi ne pas lui avoir directement posé la question ?

- Parce que je n’ai aucune envie de retourner dans leur manoir. Trop de mauvais souvenirs, tu comprends… Et puis j’ai appris que tu vivais ici, ce n’est pas si loin de chez moi donc…

Potter ne termine pas sa phrase, sans doute parce qu’il n’a rien d’autre à me dire. L’idée qu’il habite près de chez moi me déplait et m’excite à la fois, comme une vieille habitude. Pourtant, tout a changé et jamais plus je ne chercherai à lui nuire. Nous avons tous les deux grandi… Il est venu chez moi, le jour de l’enterrement de ma femme pour me demander si ma mère voulait récu-pérer des affaires de son enfance et je peine à le croire. Pourquoi faut-il que Potter soit toujours si gentil et bienveillant, si parfait et désintéressé ? Je n’ai pas de réponse à cette question mais, d’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours trouvé cela insupportable.

- J’en parlerai à ma mère, dis-je d’un ton détaché. Je la vois aujourd’hui justement donc je lui transmettrai l’information.

- Parfait ! Merci de m’avoir fait rentrer.

- De rien.

- C’est bien que nous puissions avoir des relations cordiales après tout cela, ajoute-t-il en rougissant légèrement.

J’avais oublié qu’il avait cette façon de remettre en place ses lunettes quand il était mal à l’aise et je trouve presque cela apaisant de le revoir faire ce geste. J’écoute à peine ce qu’il dit et il doit s’en rendre compte car il fronce les sourcils et m’observe avec attention.

- Est-ce que tout va bien Malefoy ?

Il y a de la bienveillance dans sa voix, comme s’il s’inquiétait vraiment pour moi et je le regarde dans les yeux pour la première fois. Il n’a pas beaucoup changé, il a toujours ses cheveux noirs décoiffés et ses grands yeux verts aux éclats intolérables qui me mettent perpétuellement en colère. Je dois avouer qu’il y a une différence tout de même. Ce pli d’inquiétude qui barrait continuellement son front durant notre scolarité a disparu, faisant de lui un homme plus détendu, plus serein et moins irritant. Est-ce que tout va bien ? Astoria est morte et Harry Potter est dans mon salon…

- Oui, pourquoi ?

- Pour rien, tu as l’air un peu distrait… Je ne veux pas te déranger plus longtemps, je vais y aller.

Il se lève et je ne fais rien pour l’en empêcher, pas plus que je ne mens en prétendant qu’il ne me dérange pas. Je ne sais pas si j’ai envie qu’il s’en aille ou si je veux qu’il reste et je ne dis rien. Nous marchons vers la porte et il a l’air surpris d’entendre la sonnerie retentir. Sans attendre que j’ouvre, Théodore, Pansy et Blaise pénètrent dans le hall et se figent en apercevant Potter. Lui-même s’est passablement raidi et fait un effort pour plaquer un air cordial sur son visage. Dans une autre circonstance, j’aurais trouvé cela amusant que Potter soit mal à l’aise au milieu de quatre Serpentard mais actuellement, je regarde la scène sans rien ressentir.

- Tu viens à l’enterrement ? demande Théodore en se tournant vers Potter.

- L’enterrement ?

- Oui l’enterrement d’Astoria ! précise Pansy. Nous devons y aller Drago, il ne faut pas être en retard…

J’aurais aimé que ce dialogue n’ait pas lieu mais c’est trop tard. Voyant le visage perplexe et passablement stupide de Potter, mon amie a un rictus d’agacement et hausse les épaules.

- Astoria, la femme de Drago !

Je ferme les yeux quelques secondes puis les ouvre pour affronter le regard de Potter qui a l’air stupéfait, gêné et attristé. Exactement ce que je voulais éviter ! Je ne veux pas que Saint Potter ait pitié de moi et qu’il cherche à me consoler. Je ne veux pas qu’il pose une main compatissante sur mon épaule, je ne veux pas qu’il me voie pleurer.

- Potter ne vient pas à l’enterrement, dis-je d’une voix dure en attrapant ma veste. Il passait pour tout autre chose.

Nous sortons tous de la maison et Blaise me prend le bras avec une douceur qui ne lui est pas habituelle. Avant de transplaner, je jette un dernier coup d’œil à Potter qui s’éloigne sur le trottoir d’en face et me tourne le dos. C’est étrange à dire, mais je suis presque heureux de l’avoir revu.
Note de fin de chapitre :

Le chapitre 1 suivra bientôt et sera plus long. N'hésitez pas à laisser une petite review ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.