S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Flocons d'espoir par Seonne

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Lectrices et lecteurs, bonsoir !

Bon, je crois que le concours que la famille Dumbledore m'inspire beaucoup en ce moment... Pour cette troisième épreuve des 12 Travaux d'HPF 2019, notre thème était la liberté, et nous devions inclure une des chansons proposées ici dans notre fic.

Après m'être jettée sur Non, je ne regrette rien parce que Piaf ♥♥♥ sans que cela ne donne rien de concluant, je m'étais d'abord dit que L'air du vent (Pocahontas) pourrait m'inspirer quelque chose... Mais n'était toujours pas satisfaite de ce que j'écrivais, j'ai cliqué plus par hasard qu'autre chose sur Libérée, Délivrée... Et puis bien sûr, l'inspiration vient toujours de là où on ne l'attend pas !

J'espère que ce texte pas si plein d'espoir que la chanson pourrait le laisser croire vous plaira !

*Crédit : Les paroles en italiques sont donc tirées de la chanson Libérée, délivrée, tous droits à Disney

L'hiver s'installe doucement dans la nuit.

La neige est reine à son tour

 

Ses bras croisés sur le rebord de la fenêtre, Ariana regardait les flocons s'écraser contre les carreaux. Les petites perles cotonneuses, un instant belles et gracieuses, fondaient tristement au contact du verre. Ses doigts pâles caressaient la surface froide. Ce spectacle l'hypnotisait. Tant de beauté, si vite évanouie. Son souffle créait de petites tâches de buée sur lesquelles elle s'amusait à dessiner.

 

Elle s'ennuyait terriblement. Enfermée, avec pour seuls compagnons ses ours en peluche, elle se sentait si seule... Sa mère était sortie prendre le thé chez une de ses amies, la laissant à la maison. Du haut de ses quatorze ans, la petite comprenait bien que son existence même constituait un secret, une sorte de tare difficile à cacher. Elle se souvenait à peine de l'époque où elle pouvait sortir librement de la maison. Chacune de ses sorties était désormais soigneusement orchestrée, planifiée à la minute près. Et cette minuscule chambre aux murs colorés était devenue sa prison dorée, emmurée telle une criminelle.

 

Un royaume de solitude

Ma place est là pour toujours

 

Parfois, elle se rebellait, un peu. Elle ne supportait plus d'être dissimulée aux yeux du monde, elle ne supportait plus que l'on réduise sa vie à trois tours dans le jardin par semaine. Elle voulait respirer l'air de la forêt, sentir la pluie tremper ses cheveux, et les flocons de neige s'écraser sur ses joues roses. Alors sa mère la reprenait, lui réexpliquait, d'abord avec douceur et gentillesse. Et puis, souvent, elle perdait patience. Kendra Dumbledore ne supportait plus non plus de devoir porter la lourde tâche de prendre soin de sa fille, seule. Alors les cris fusaient, les pleurs coulaient. Elle lui répétaient toujours les mêmes phrases, agacée d'être remise en question. Les mots tournaient en boucle dans la tête d'Ariana, comme un vieux refrain.

 

Cache tes pouvoirs, n'en parle pas

Fais attention, le secret survivra

 

Toujours la même rengaine. Ses frères la subissent eux aussi, avant chaque retour à l'école. Leur mère ne pensait qu'à protéger sa fille, à préserver le peu qu'il restait de leur famille. Mais cela, Ariana ne parvenait pas à le comprendre. La jeune adolescente ne rêvait que de pouvoir être comme tous les autres enfants qu'elle voyait passer dans la rue, chaque jour, dissimulée par le verre ensorcelé de sa fenêtre. Elle voulait simplement pouvoir circuler librement, ne serait-ce que dans la maison. Dès que sa mère sortait, elle fermait à clé la porte de sa chambre – pour s'assurer que rien ne lui arrive, disait-elle. Mais Ariana n'était plus une enfant. Elle avait quatorze ans, tout de même ! Et cela faisait des années que ses frères sortaient se promener dans le voisinage sans être accompagnés.

 

Alors pourquoi fallait-il toujours que ce soit elle que l'on garde à l'œil ? Ils lui répétaient qu'elle était malgré tout comme eux, qu'elle ne devait pas avoir honte de quoi que ce soit. Alors pourquoi la traitaient-ils différemment ? Pourquoi l'empêchaient-ils de grandir ?

 

Elle sentait sa tête chauffer, et son ventre gronder alors qu'un sentiment d'injustice montait en elle. Son regard effrayé se posa ses doigts, toujours accrochés au rebord. Ses mains commençaient à trembler. Elle entendait la douce voix d'Abelforth qui lui murmurait de se calmer. Elle revoyait la lueur de panique dans les yeux de sa mère. Ils avaient tous si peur, lorsque sa colère s'emparaient d'elle. D'un coup, tout lui semblait plus froid, et elle sentait comme une ombre se dresser au-dessus d'elle.

 

L'ombre. Elle appelait ça comme ça. Ce côté sombre d'elle, qu'elle voulait à tout prix garder enfermé. Une sorte d'alter-ego qu'elle ne parvenait à contrôler, et qu'elle craignait par dessus tout. Si elle ne s'en souvenait pas vraiment, elle savait que c'était à cause de l'ombre que les hommes du Ministère avaient emmené son père. Elle savait que c'était à cause de l'ombre qu'elle ne pourrait jamais utiliser la magie comme ses frères.

 

Alors que le mot « magie » résonnait entre ses pensées, un frisson parcourut son échine. Quelques picotements désagréables fourmillèrent dans ses doigts. La magie, si belle mais si effrayante. Elle sentait son cœur accélérer. Alors elle se concentra sur l'image d'Abelforth dans son esprit. Respire. Il ne fallait pas. Elle ne devait pas se laisser emporter par ces pouvoirs qu'elle ne pouvait contrôler.

 

Et pourquoi, au juste ? Pourquoi devait-elle continuer de se cacher, d'enfouir au plus profond d'elle sa magie ? Peut-être était-ce l'ombre qui murmurait à son oreille, mais une voix dans son esprit lui disait qu'elle devait cesser d'avoir peur. Et si la solution avait toujours été là, sous ses yeux ? Et si, au lieu de rejeter cette magie et d'en avoir peur, elle devait simplement l'embrasser, ne faire qu'un avec elle ?

 

Les tremblements remontaient dans ses bras. Ariana se sentait sur le point de lâcher prise. Et le conflit continuait entre elle. C'était trop risqué. Elle était seule, et chaque fois qu'elle avait tenté d'utiliser la magie, l'ombre avait pris le contrôle. Les conséquences avaient toujours été désastreuses, et ni ses frères ni sa mère n'étaient là pour lui sauver la mise si les choses tournaient mal.

 

— Arrête d'avoir peur, se dit-elle à elle-même.

 

Le vent qui hurle en moi ne pense plus à demain

Il est bien trop fort

J'ai lutté, en vain

 

Elle était certaine d'avoir percé le secret. Elle n'était pas un monstre, elle n'était pas folle, elle n'était pas l'abomination qu'elle voyait dans leurs yeux chaque fois que l'ombre s'emparait d'elle. Elle pouvait contrôler ce flux, elle en était persuadée. Il suffisait qu'elle cesse d'être effrayée.

 

Alors Ariana se redressa. Que désirait-elle plus que tout au monde ? Elle se tourna vers la porte verrouillée, et tituba jusqu'à poser sa main sur la poignée. Tout ses sens étaient en émoi, même sa vue lui semblait différente. Sa respiration était devenue rauque et rapide. Le métal froid sous ses doigts semblait l'appeler. La jeune fille fit taire la voix en elle qui lui criait que tout cela n'était que pure folie, qu'un besoin puéril de se prouver quelque chose à elle-même.

 

Pas d'états d'âme, pas de tourments

De sentiments

 

Elle ferma les yeux. Elle sentait des vagues de chaleur la parcourir, flammes ardentes qui courraient sur sa peau. Elle se concentra, et cessa de retenir ce flux qui l'embrasait. Une détonation résonna et la paume de ses mains la brûla. Elle fit un bond en arrière et rouvrit ses paupières. Une fumée grisâtre s'échappait du trou de la serrure aux bords noircis. N'en croyant pas ses yeux, elle s'empressa d'appuyer sur la poignée. Et la porte s'ouvrit.

 

Ariana laissa échapper un petit cri de joie. Elle était libre.

 

Elle descendit les escaliers en courant. Elle se précipita dans le salon, enfila hâtivement son manteau et se jeta sur la porte d'entrée. Elle ne se perdit cette fois pas en hésitations et réitéra son exploit, explosant un nouveau loquet. La petite fille terrifiée par les remontrances de sa mère avait disparue. Il n'y avait plus que cette insouciance, cette joie de vivre enfantine.

 

Une bourrasque s'engouffra par l'encadrement et la fit frissonner. Devant elle, la neige s'étalait telle un tapis immaculé. Un large sourire accroché à ses lèvres, elle se précipita dans le jardin, riant à gorge déployée.

 

Elle tomba à genoux à terre, ne se souciant pas le moins du monde de tremper sa robe. Alors qu'elle commençait à former de petits tas pour y sculpter quelques animaux de glace, une idée lui traversa l'esprit. Enivrée par sa délivrance, elle se demandait jusqu'où elle pourrait pousser les limites de sa magie.

 

Je veux voir ce que je peux faire

De cette magie pleine de mystères

 

Si inconsciente, si innocente. Qui donc aurait bien pu la blâmer ? Enfermée de si longues années, dépassée par tous ces pouvoirs qu'elle s'était refusée à utiliser, elle n'avait été que l'ombre d'elle-même. Et elle se découvrait sous un tout nouveau jour. Elle s'imaginait les formes que pourraient prendre les flocons qui tourbillonnaient autour d'elle. Alors qu'elle tournait lentement sur elle-même pour observer le spectacle que lui offrait les neiges tombant du ciel, celles-ci la suivirent dans sa danse. Les douces perles cotonneuses tournoyaient gracieusement, s'assemblaient pour former la silhouette d'un lapin, les ailes gracieuses d'un papillon, ou encore la crinière d'un cheval.

 

Mon pouvoir vient du ciel et envahit l'espace

Mon âme s'exprime en dessinant et sculptant dans la glace

 

Ariana dansait, Ariana sculptait la neige de sa magie, et Ariana riait. Elle avait la sensation de n'avoir jamais été si heureuse. Plus rien n'avait d'importance, et seul le moment présent comptait. Cet instant merveilleux ne lui sembla pourtant durer que quelques secondes. Elle se sentit d'un coup épuisée, et s'effondra au sol. Le froid la mordait à travers ses vêtements trempés, mais c'était à peine si elle le ressentait. Elle ne pensait même plus. La neige ensorcelée continuait sa parade sous ses yeux, se détachant avec grâce du ciel brodé d'étoiles.

 

Le portail s'ouvrit en grinçant, mais elle ne l'entendit pas. Ses yeux restaient rivés sur le gala féerique qui se jouait sous ses yeux. La voix de sa mère la tira néanmoins de sa torpeur.

 

— Ariana ! Ariana, mais qu'est-ce que... Lève-toi tout de suite ! Qu'est-ce que tu... Arrête ça !

— Mais regarde, maman, murmura la petite. C'est si beau...

— Ça suffit !

 

Effrayée par la pâleur fantomatique de sa fille, Kendra Dumbledore se précipita vers elle. Grisée par ses enchantements, Ariana ne se rendait pas compte que toute son énergie se dissipait. Elle perdait ses forces, sans plus en avoir le contrôle. Hypnotisée, elle avait lâché toute emprise sur ses sortilèges. Et ceux-ci avaient pris le dessus et l'épuisaient.

 

— Lève-toi ! Debout !

 

Kendra attrapa fermement le bras de la petite et la tira brusquement vers elle pour la remettre sur ses pieds. À la violence de ce contact, l'adolescente se braqua. Elle se releva et se dégagea, reculant de plusieurs pas. Les papillons de neige qui dansaient un instant auparavant dans les cieux s'étaient évanouis. Seuls quelques tourbillons s'élevaient autour d'elle.

 

— Non ! s'écria-t-elle. Laisse-moi !

— Tu sais que c'est dangereux, tu sais que tu ne dois pas ! Ne sois pas stupide, Ariana ! Arrête ça, tu vas te faire du mal !

 

À nouveau, Ariana sentit sa colère gronder en elle. Ses poings serrés tremblaient, et le rouge lui était monté aux joues. Hors de question d'être à nouveau retenue prisonnière. Elle avait goûté l'air de la liberté. Elle ne serait plus reclue.

 

— Ne me dis pas quoi faire ! Je ne veux plus que tu m'enfermes là-haut ! Je ne suis pas un monstre !

— Cesse de faire l'enfant. Je n'ai jamais dit une chose pareille. Mais tu ne sais pas... Je ne veux pas que tu te blesses. C'est dangereux. Ma chérie, je t'en prie...

— Non ! Tais-toi !

 

Les monceaux qui s'accumulaient au sol se soulevaient un à un pour rejoindre la tempête qui grondait dans le dos de la jeune fille. Effrayée, Kendra attrapa sa baguette dans sa poche, et la brandit en direction de sa fille. Il fallait que cela cesse. Elle allait perdre le contrôle, et les conséquences seraient désastreuses. Elle voulait simplement la protéger...

 

Mais Ariana vit dans son geste le pire des affronts. Non, elle n'était pas une criminelle qu'il fallait enfermer. Elle n'était pas un danger ambulant sans cervelle que l'on pouvait assommer à coups de sortilèges.

 

Désormais plus rien ne m'arrête

Libérée, Délivrée

Plus de princesse parfaite

 

— NOOOOOOON !

 

Son hurlement déchira le silence de la nuit tombante. Elle ferma les yeux alors que tout son corps était parcouru de tremblements. Sa rage céda immédiatement face à une terreur qu'elle n'avait jamais ressentie. Tout devint froid autour d'elle, et elle sentit le vent qui se déchaînait, le gel qui la transperçait de toutes parts. Quand elle rouvrit les yeux, elle se trouvait à une quinzaine de mètre du sol, incapable du moindre mouvement, ni de contrôler le cyclone de neige qui se déchaînait à ses pieds. Le cyclone de neige qu'elle avait provoqué.

 

Impuissante, elle vit sa mère emportée à son tour vers les nuages par l'ouragan de glace. Elle l'entendit crier en vain une incantation qu'elle ne comprit pas. Mais elles savaient toutes deux qu'il était trop tard. Kendra resta un instant suspendue dans les airs face à sa fille. Juste assez longtemps pour qu'Ariana lise toute la terreur qui faisait luire ses yeux.

 

Puis la rage des vents cessa. Et Kendra s'écrasa dans un craquement terrible dans le jardin des Dumbledore. Ariana hurla de plus belle, ses yeux exorbités fixés sur le corps brisé de sa mère. Elle se débattait comme une forcenée, prisonnière d'un sortilège dont elle avait perdu le contrôle.

 

Quand de trop longues minutes plus tard, Bathilda Tourdesac, leur pauvre voisine affolée par les cris, parvint à la ramener au sol, elle était pétrifiée. Malgré ses injonctions, elle s'effondra aux côtés de sa mère. Elle avait si froid que tous ses sens se trouvaient presque anesthésiés. Elle ne ressentait qu'un immense, qu'un terrible vide en elle.

 

Perdue dans l'hiver

Le froid est pour moi le prix de la liberté.

 

S'il s'agissait du prix à payer pour quelques instants de liberté, elle aurait mieux fait de rester à jamais enfermée, telle le monstre qu'elle venait de devenir.

 

Note de fin de chapitre :

Écrire un texte bien tragique en s'inspirant d'une des chansons de dessin-animé les plus positives : fait !

Bon, plus sérieusement, je crois que ma passion pour les histoires déprimantes et les personnages desespérés a encore frappé... Oups ! En même temps, c'est comme ça qu'on aime les Dumbledore, pas vrai ?

J'espère que ce texte vous aura plu, Ariana est un personnage que j'aime énormément et que j'ai toujours un peu peur d'abîmer... J'ai eu quelques doutes en écrivant ce texte, n'hésitez surtout pas à me dire ce que vous en avez pensé, si elle correspond à l'idée que vous vous en faites, si vous avez apprécié mon interprétation de cette pauvre jeune fille...

Parce qu'une review c'est quelques secondes à écrire pour vous et un grand sourire derrière l'écran pour moi ♥

Merci de m'avoir lue, et à très bientôt pour de nouveaux textes !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.