S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Mortes Saisons par litsiu

[57 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ce recueil sera sans doute plein de bon goût à un degré variable, référez-vous aux notes de chapitres pour les avertissements. N'oubliez pas de vous exprimer dans le petit cadre en bas !
Note de chapitre:

Où on apprend qu'Evan Rosier aime la viande crue en toutes circonstances et qu'Antonin Dolohov est une figure paternelle comme une autre.
Ce texte est timidement gore. Il y a du sang et quelques morceaux.
- C'est une King Size...
- Tu plaisantes ? T'as vu comme comme elle est large ? C'est une Family Size, à ce compte-là...
- Pas pour des Weasley, par contre... C'est un cratère de volcan qu'il faudrait pour ceux-là. Il se reproduisent comme des rats.

Dolohov et Mulciber rirent à leur propre blague. Evan n'avait vraiment pas l'énergie de les suivre. Appuyé sur sa pioche, debout au fond d'une fosse rectangulaire qui lui arrivait à la taille, il transpirait tellement que dans le froid, son corps tout entier semblait produire de la buée. Ou alors c'était juste le brouillard. Le froid et l'humidité le dérangeaient à peine. Les ampoules crevées sur ses mains étaient une autre affaire. Creuser en forêt ne semblait pas difficile sur le papier, et sous la mince couche de terre gelée, l'humus était effectivement meuble et prometteur. Puis la pelle avait buté dans les racines des arbres et le cauchemar avait commencé.
Evan brûlait d'envie de buter ce type une seconde fois pour lui en avoir autant fait baver. Il se promit que le prochain creuserait sa tombe lui-même.

- Alors ? C'est assez profond ?
- Oui, évidemment, répliqua Dolohov. T'avais pas besoin de creuser autant. Nott, le max de points pour la fosse. Elle a même des angles droits. Tu t'es troué, gamin...
- Et nous on s'est bien caillé en attendant, marmonna Nott, depuis le tronc d'arbre sur lequel il se tenait assis. Tu pouvais pas lui dire que c'était bon ?

La lampe à pétrole éclairait Dolohov par en dessous, accentuant l'air démoniaque du large sourire qui lui fendait le visage. Il ne releva pas la remarque de Nott. Il contourna la fosse et fit signe à Mulciber. Ils soulevèrent le cadavre dénudé et le jetèrent sans cérémonie aux pieds d'Evan.

- Passons aux finitions. On a procédé sans magie à cause des traces, comme le veut le Patron, tu suis ? Mais pour le cas où ton client serait déterré avant d'être correctement putréfié, il faut lui arranger le portrait. Il existe deux écoles, tu peux faire comme Bella avec son petit couteau et lui éplucher la gueule ou...
- Sa manière de faire est proprement répugnante, coupa Mulciber.
- Propre ou répugnante, décide toi. Bref, tu as la méthode Bellatrix, ou alors la méthode virile avec la...

Un craquement interrompit sa tirade. Dolohov leva les yeux au ciel quand il vit le garçon peiner à retirer la pioche du crâne qu'il venait d'enfoncer. Evan posa un pied sur la gorge du cadavre pour le tenir en place, jurant entre ses dents.

- Avec la hache, bordel. La hache. Ca se coince moins facilement que la pioche. Laisse-moi finir mes phrases avant de te précipiter ! Deux points en moins.
- Pour ma part, je ne suis pas fâché qu'on accélère un peu la cadence, grogna Nott. Je lui laisse ses points.
- Mauviette.
- Pardon de ne pas apprécier ce mode opératoire autant que toi. Mais je ne sens plus mes doigts.

Ecoutant à peine la joute verbale qui se poursuivait, Evan demanda un peu plus de lumière, et Mulciber lui tendit aimablement la lampe. Le garçon contempla son œuvre et se demanda si Dolohov accepterait de passer la pioche par perte et profit. Tout ce qu'il avait fait n'avait abouti qu'à enfoncer l'outil un peu plus profondément et la pointe ressortait sous le menton du cadavre. Mulciber, pragmatique, lui suggéra de faire levier, ce qui s'avéra redoutablement efficace.
Evan se demanda s'il avait envie de rire ou de vomir. La langue du type se dressait comme un champignon tout juste sorti de terre au milieu de la seconde bouche qu'il venait de lui faire et il avait la mâchoire inférieure au niveau du nez. Il arracha la pioche d'un coup sec.

- Je crois que je ne peux pas faire mieux, dit-il platement. Est-ce qu'il faut que je m'occupe de son matériel, pour que sa femme ne puisse pas le reconnaître ?
- Non, ça ira, fit Mulciber. Y'a des limites à ce qu'on peut décemment faire à un mort.

Dolohov ricana et prit une des pelles avant de la jeter à la figure de Mulciber, puis fit signe à Evan de sortir de la fosse. Le garçon essuya la pioche sur la terre pour enlever les morceaux de visage qui s'y accrochaient encore, puis s'empressa d'obéir. Dolohov prit la seconde pelle et commença à combler le trou.
Nott tendit une tasse fumante au garçon.

- Vin chaud. Fais une pause. Tu l'as bien méritée.

Evan reprit sa cape et s'assit à côté de lui. Ils regardèrent les deux autres pelleter en silence pendant un moment.

- C'est le côté chiant du boulot, fit Mulciber d'un ton joyeusement essoufflé, mais on s'y fait.
- Ouais, c'est sûr que je préférais quand le Patron s'en occupait, grommela Dolohov.

Evan mit quelques secondes à intégrer le sens de cette remarque.

- Tu veux dire que le Seigneur des Ténèbres enterrait vos macchabées ?
- Il les faisait disparaître, oui, je sais pas s'il les enterrait ou pas mais on n'avait pas à s'en occuper. Puis un jour il a dit qu'il en avait assez.
- Non, lâcha Nott d'un ton catégorique. Il a dit qu'il en avait suffisamment.

Dolohov s'arrêta de remuer la terre pour le fixer, l'air perplexe. Nott aspira la fumée de sa pipe plusieurs fois avant de poursuivre son explication.

- Ca sous-entend qu'il avait l'utilité de ces cadavres mais qu'à un moment donné il n'en a plus eu besoin.
- Tu... réfléchis... trop, souffla Mulciber.

Evan tendait à être d'accord avec lui. Pas qu'il s'abstienne de réfléchir lui-même mais il s'arrangeait pour ne pas le faire savoir, contrairement à Nott que l'orgueil empêchait régulièrement de se taire. Par exemple il réfléchissait abondamment au fait que trois des plus anciens Mangemorts du groupe sachent si peu de choses sur ce que faisait leur maître. Leur faisait-il seulement confiance ? Ou sur le fait qu'on le testait après avoir lui avoir accordé la marque. Etait-ce pour voir s'il se relâchait ? Il n'en avait pas l'intention. Il avait grandi dans cette ambiance, après tout. Il savait qu'on n'avait droit qu'à un nombre très limité d'erreurs.

Ils couvrirent sommairement la tombe de branchages et repartirent à travers bois. Evan, épuisé par un meurtre et trois heures passées à creuser, marchait comme dans un rêve – un rêve qui incluait une douche et un lit. Les trois autres se chamaillaient sur ce qu'il convenait de faire du reste de la nuit, par chance il était déjà quatre heures du matin et une tournée des pubs de l'allée des Embrumes était exclue. Ils rejoignirent donc le manoir passablement délabré de Dolohov, où la seconde équipe les attendait déjà.

Evan fut soulagé de voir Wilkes vivant et indemne. Il garda une expression mesurée en le félicitant.
Seul Yaxley l'accompagnait. Rosier Sr. était déjà reparti. Cela aussi était un soulagement. Ils finirent la soirée dignement selon Dolohov, ce qui revenait à la finir indignement suivant la plupart des gens.



Wilkes s'était couché depuis au moins une heure quand Evan le rejoignit, mais il ne s'attendait pas à ce qu'il dorme. Evan se déshabilla et se glissa sous la couette.

- Evan... Pas ici.
- On s'en fout. Antonin est dans le coma et les autres sont partis.

Evan se doutait que son manque d'enthousiasme n'était pas vraiment lié au risque d'être découvert. Il resta à distance et fixa le plafond. Le jour n'allait pas tarder à se lever. Wilkes chialait dans son oreiller pour qu'Evan ne le remarque pas. Tout ce temps passé à jouer les durs à Poudlard pour s'effondrer face à la réalité. Pathétique. Si Wilkes ne se décidait pas, il retournerait dans l'autre chambre d'ami sans tarder.

- Mon sortilège n'a pas fonctionné. J'ai dû le planter. Dix trous dans le bide et il a quand même mit une éternité à crever.
- Un sortilège de mort ne marche que si tu détestes le type en face.

Du moins c'était l'opinion des anciens, puisqu'il n'avait pas encore eu le temps de se faire ses propres statistiques.

- Parce que tu peux détester un type sur commande ? Et s'il t'a rien fait ? Ou si tu le connais pas ?
- Tu peux détester ce qu'il représente.
- Parfois je déteste ce que tu représentes. Avec toutes les phrases que tu régurgites comme si rien de ce que tu dis ne transitait par ton putain de cerveau. Est-ce que Mangemort modèle peut partir ? Je veux parler à Evan s'il vous plaît.

Evan ne put retenir un sourire. Si Wilkes cherchait la bagarre, c'est qu'il n'allait pas si mal que ça. Il l'enlaça et planta son index au niveau de son cœur d'un geste sec. Wilkes sursauta.

- La prochaine fois, plante-le là.



Il n'avait pas eu l'intention de s'endormir, mais par chance il n'était pas tellement tard. Evan fit une boule de ses affaires et quitta la chambre de Wilkes. Il regretta immédiatement de ne pas avoir enfilé le minimum syndical. Dolohov se tenait dans le couloir, propre, alerte, bien coiffé, sa barbe habituellement hirsute parfaitement taillée, et vêtu d'un costume Moldu démodé d'un demi-siècle. L'homme lui adressa un grand sourire.

- Frais comme un gardon ! Tu ne t'y attendais pas, hein ? Potion anti-gueule de bois. On n'apprend vraiment rien à Poudlard. Je l'ai laissée sur la table de la cuisine, si vous en avez besoin.

Evan, sidéré, fit lentement descendre sa boule de vêtements pour couvrir le principal. Quand Dolohov allait-il passer en mode homicide ? Valait-il mieux dire quelque chose pour sa défense ou se taire ? Et pourquoi avait-il stupidement entortillé sa baguette dans ses fringues ?

- Je vais au Ministère par l'entrée visiteur. D'où ce superbe costume. Je te le prêterai quand tu auras fini ta puberté. Rangez le bordel dans le salon et dégagez avant midi. J'aime ma tranquillité.
- Pardon ?
- Tu es sous mes ordres maintenant. Ton petit chaton aussi. Tu transmettras.

Evan s'étrangla avec sa propre salive et Dolohov leva les yeux au ciel.

- Tu pensais cacher ça au Seigneur des Ténèbres ? Tu as de la chance, il s'en moque complètement. Toi et Wilkes formerez une bonne équipe, vous vous complétez. Il a un cerveau et toi tu n'en as pas.

Le garçon inspira profondément. Ne pas réagir à cette provocation.

- Bien, marmonna-t-il. Je ferai en sorte qu'il se montre un peu plus à la hauteur que la nuit dernière.

Evan consacra toute son énergie à garder un visage neutre quand Dolohov s'approcha de lui, avec un sourire qui lui promettait l'enfer.

- Tu veux dire au lit, j'espère ? Petit con. Qui a impressionné le Seigneur des Ténèbres, à ton avis ? Pas toi. Tu as tué ta cible sans ciller et personne n'en attendait moins de la petite salope au sang chaud que tu es. Wilkes, lui, s'est vraiment dépassé.

Evan ferma les yeux. Cette fois, cette enflure allait vraiment trop loin.
Il serra le poing et l'envoya s'écraser sur la pommette de son mentor.



Wilkes avait l'habitude de soigner ses blessures et s'occupa de lui avec flegme.

- Vois le bon côté des choses, il n'a pas abîmé tes meilleurs morceaux.
- Je vais te casser des dents si tu ne la fermes pas.
- Venant d'un steak haché, la menace me terrifie.

Evan se laissa aller contre le carrelage de la salle de bain et regarda son compagnon officier. Chaque coupure fut prestement refermée à l'aide d'un sortilège et disparut sans laisser de trace, mais pas avant qu'il ait perdu suffisamment de sang pour se sentir vraiment mal. Sur le bleu nuit de la faïence, on aurait dit de l'encre. Wilkes ajouta quelques draps de bain pour éponger la flaque.

- Terminé. Je te ramène chez toi dès que j'aurai fait le ménage.
- Pas la peine, les elfes de maison s'en occuperont.
- Y'a des elfes ici ?
- Bien planqués. Mais ils ne peuvent pas résister à un peu de crasse, et comme il faut que j'en débusque un...

Wilkes fronça les sourcils. Evan sourit tout en inspectant ses bras et ses jambes à nouveau intacts. Il se souviendrait longtemps de la sensation de brûlure qu'il avait éprouvée quand toutes les plaies s'étaient ouvertes simultanément, vaporisant le couloir d'une brume écarlate, y compris le costume et la barbe bien taillée de Dolohov.
C'était magnifique.

- Je reste. Je vais harceler Antonin jusqu'à ce qu'il m'apprenne ce maléfice.
Note de fin de chapitre :

Sinon parfois je fais dans la romance het.
Rodolphus : donc je lui ai acheté ça en guise de cadeau de mariage et j'ai écrit une jolie lettre que je conclue par « ce couteau est petit mais dans tes mains il pourra accomplir de grandes choses ».
Dolohov : tu devrais pas dénigrer ton engin à ce point.
Rodolphus : pardon ?
Dolohov : patate, tu vois pas le gros sous-entendu scabreux, là ?
Rodolphus : euh, non... je ne vois pas...
Dolohov : ouais. Bon, je crois que c'est justement parce que tu ne vois pas ce genre de choses que le patron t'a arrangé ce coup avec Bella.
Rodolphus : je crois que ça a plus à voir avec mon sens de l'honneur et le fait de laisser une jeune fille non mariée en compagnie d'individus glauques dans ton genre !
Dolohov : mais regardez-le se draper dans sa dignité ! Non, ce que je voulais dire c'est que si tu faisais vraiment frémir Bella, elle te ferait des gosses, et elle a mieux à faire, du point de vue du patron, tu vois ce que je veux dire, cette fois ?
Rodolphus : dépecer des Moldus ? Découper des Aurors en fines lamelles ?
Dolohov : bien, la cuisine au moins tu maîtrises. Tu feras peut-être un mari pas trop pourri finalement !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.