S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Catabase par Celiag

[72 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à tous ! Je le redis, au cas où vous l'auriez loupé, cette fanfic est la suite de "Promiscuité". Si vous considérez l'adultère comme un crime impardonnable ou que vous êtes des fans inconditionnels de Ginny Weasley et Theodore Nott, ne lisez pas cette histoire... Sinon, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas ;)
Note de chapitre:

Un premier chapitre calme pour se remettre dedans... Bonne lecture !
Dans la Grande Salle, les bougies faisaient danser des ombres sur les murs. Elles auraient pu être effrayantes pour quelqu’un qui ne serait pas habitué à Poudlard mais Harry les trouvait rassurantes. Malgré ce qu’il avait craint, il ressentait un plaisir important à être de retour ici pour une dernière année. Il savait que cette fois-ci, personne n’essaierait de le tuer ou de lui faire de mal, il n’aurait pas à se soucier des activités de Voldemort et de toute sorte de choses horribles qui se produisaient en dehors de l’enceinte de l’école. Non, cette fois-ci, il pourrait se concentrer uniquement sur ses cours, ses devoirs à rendre, ses potions à préparer, ses manuels à lire, ses matchs de Quidditch et ses notes. Il pourrait passer du temps avec Ron et Hermione sans avoir de sombres discussions au sujet des dangers qui les guettaient, il pourrait profiter de la présence de Ginny sans avoir peur de lui dire adieu ou de la perdre, il pourrait…

Pendant que les élèves de Première année passaient un par un sur le tabouret, apeurés par le Choixpeau et sa sentence, Harry se tourna légèrement vers la table des Serpentard. Malefoy était assis à côté de Theodore Nott et regardait la répartition avec indifférence, appuyé sur sa main. Harry trouvait cela déplaisant qu’il soit aussi près de Theodore mais il allait falloir qu’il s’y fasse ou il deviendrait fou avant la fin de l’année scolaire. Il reporta son attention sur les Première année et sourit distraitement à Ginny. Le Choixpeau cria « Poufsouffle ! » et il y eut un tonnerre d’applaudissements joyeux. Harry aurait dû être pleinement heureux d’être là mais pourtant, encore une fois, il s’était lui-même embarqué dans une situation hasardeuse, complexe et vaguement dangereuse. Comptait-il réellement retrouver régulièrement Drago pour coucher avec lui ? Assurément. Il avait beau retourner la question cent fois dans son esprit, il ne voyait pas comment il pourrait résister à cela. Après tout, sortir la nuit dans le château, longer les couloirs sombres, se cacher sous sa cape d’invisibilité, se faufiler dans la Salle sur Demande pour y faire des choses interdites, voilà qui était bien son style. Il allait trahir tout le monde, il allait…

Le professeur McGonagall se leva brusquement et tira Harry de ses rêveries. Elle n’avait pas autant de prestance que Dumbledore, assurément, mais quand son regard calme et sévère balaya la Grande Salle, tout le monde se tut. Elle entama l’éternel discours de rentrée, souhaitant la bienvenue aux élèves, rappelant les règles concernant la Forêt Interdite et toutes les autres règles que Harry, Ron et Hermione avaient dû bafouer une bonne dizaine de fois. Puis elle présenta les nouveaux professeurs. Le professeur Alma Scott s’occuperait des cours de métamorphose des cinq premières années, pour soulager McGonagall qui devait maintenant se charger des responsabilités de directrice. Ensuite, une deuxième sorcière se leva. Elle était grande, avait de longs cheveux argentés qui scintillaient bien qu’elle n’ait pas plus de quarante ans. Elle était à la fois belle, effrayante et impressionnante.

- Je vous présente Isabella Keats, votre nouvelle professeure des Défenses contre les Forces du Mal. Le professeur Keats a travaillé pour le Ministère comme Auror pendant plus de quinze ans et c’est un honneur de l’avoir parmi nous.

Isabella Keats sourit lorsque les élèves applaudirent et inclina légèrement la tête. Elle ne put s’empêcher, comme tous les autres avant elle, de se tourner vers Harry et de le regarder quelques secondes. Instinctivement, il l’aima bien et il put sentir le même enthousiasme chez Hermione, qui applaudissait avec un air satisfait. Pour leur dernière année à Poudlard, auraient-ils enfin droit à un professeur de Défense digne de ce nom ? Harry songea que les deux seuls professeurs qui s’étaient révélés légitimes dans cette discipline, Rogue et Lupin, étaient maintenant morts depuis plusieurs mois. Cette idée fut particulièrement déprimante.

Le discours de la directrice prit fin et de succulents mets apparurent sur la table, comme d’habitude. Tandis que Harry dévorait son poulet avec avidité – sa petite réunion avec Malefoy dans les toilettes du train lui avait donné faim – il se rendit compte qu’il n’avait jamais réellement cru qu’il pourrait revenir à Poudlard. Il s’était toujours dit, au fond de lui, qu’il ne survivrait pas à son combat contre Voldemort. Et voilà qu’il pouvait à nouveau s’asseoir sur les bancs de bois de Poudlard, dîner dans la Grande Salle et rire avec ses amis. C’était comme si la vie, d’une certaine façon, lui donnait une seconde chance. Et qu’allait-il en faire ? Il pouvait presque entendre la voix de Minerva McGonagall résonner dans sa tête : « Essayez de ne rien faire de stupide. » Trop tard…

Quand tout le monde eut terminé de dîner, les assiettes disparurent et la directrice se leva pour dire quelques derniers mots. Elle insista sur l’importance de construire un monde nouveau, de tenir compte des leçons du passé et de réparer les erreurs commises. Elle attendait d’eux davantage de solidarité et de collaboration, davantage de bienveillance et de respect. La répartition dans les différentes maisons ne signifiait pas qu’ils doivent être ennemis. De plus, les fautes des parents ne devaient pas retomber sur les enfants et elle veillerait personnellement à ce qu’aucune injustice ne soit commise en ce sens. Il y eut un mouvement dans la Grande Salle et tous les élèves se tournèrent vers la table des Serpentard. Les bras croisés, l’air passablement méprisant, Malefoy, Nott et Parkinson affrontèrent le regard des autres. Harry frissonna d’agacement, parce que c’était pénible de voir Drago et Theodore faire front ensemble et parce qu’il détestait lorsque Drago se comportait de cette manière. Cela lui donnait l’envie de le frapper.

- Grâce au courage et au sacrifice de nombreuses personnes que nous avons connues et aimées, nous vivons en paix. C’est un privilège et je compte sur vous pour faire honneur à ceux à qui vous devez votre liberté.

Cette fois-ci, les regards se tournèrent vers Harry qui hésita à la façon dont il devait réagir. S’il détournait la tête en rougissant, jouerait-il au faux modeste comme le lui avait reproché Drago ? Et s’il soutenait les regards, n’aurait-il pas l’air vaniteux, comme le lui avait reproché Malefoy pendant sept ans ? Harry trouva cela singulièrement agaçant que l’avis de l’autre lui importe à ce point. Il balaya la Grande Salle du regard, sans rougir et les élèves finirent par se tourner à nouveau vers la directrice.

- Je vous souhaite maintenant une bonne nuit et vous laisse regagner vos dortoirs en suivant les préfets de vos maisons, conclut le professeur McGonagall.

Dans un terrible brouhaha, tous les élèves se levèrent et marchèrent en direction des portes. Harry ne put s’empêcher de chercher Drago dans la foule et le trouva sans difficulté. Ses cheveux blonds étaient repérables de loin. Au moment où les élèves de Serpentard tournèrent pour se diriger vers les cachots et où les élèves de Gryffondor empruntèrent les escalier, Drago se retourna et regarda Harry quelques secondes. Il sourit légèrement et Harry lui répondit sans vraiment s’en rendre compte. Ensuite, ils se perdirent de vue dans la foule et Harry suivit machinalement ses amis. Cette année risquait d’être longue.



***



Habituellement, Harry dormait souvent bien lors de sa première nuit à Poudlard. Cette fois-ci, pourtant, il eut du mal à trouver le sommeil. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas dormi seul et les bras de Ginny lui manquèrent. Les bras de Ginny ou les bras de Drago ? Difficile de savoir… La vérité, c’était que Harry n’avait pas revu Malefoy depuis plus d’un an et qu’il avait terriblement envie d’aller le rejoindre. Dans le train, ils n’avaient pas vraiment pu parler, ils s’étaient cachés dans les toilettes comme des voleurs et tout avait été trop rapide. S’il pensait tellement à Drago, ce n’était pas parce qu’il l’aimait plus que Ginny, c’était tout simplement parce qu’ils avaient été séparés longtemps et qu’ils avaient du temps à rattraper. Tout en essayant de s’endormir, Harry repensait à son entrevue avec Drago dans les toilettes du train. Cela n’avait duré que vingt ou trente minutes mais toute sa vie était à nouveau bouleversée. « Dis-moi que tu m’aimes » avait ordonné Malefoy, une fois de plus. Et Harry avait répondu. Comment, au nom du Ciel, pourrait-il résister à Drago s’ils continuaient à dire et faire des choses comme ça ? « Je veux juste te sentir en moi » avait murmuré Harry. C’était affligeant. Harry posa une main sur son front et fixa le plafond avec douleur. Il allait faire n’importe quoi, il allait tout détruire, tout salir, tout perdre et pour quoi ? Pour Drago Malefoy.

Le lendemain matin, Harry se sentait déjà fatigué et déprimé alors qu’il n’avait encore rien fait. Il prit sa douche et laissa l’eau couler sur son visage pour se réveiller et se motiver un peu. Il se masturba en pensant à Malefoy, se sentit terriblement coupable et évita le regard de Ron quand il revint dans le dortoir. Ils gagnèrent la salle commune où ils retrouvèrent Hermione et Ginny. Hermione se moqua de Ron qui avait encore du dentifrice au coin de la bouche et le lui enleva d’un geste tendre. Ginny, quant à elle, vint embrasser Harry et lui demanda gravement s’il allait bien. Il se força à sourire, répondit que oui, l’attira vers lui, l’embrassa à nouveau avec plus d’enthousiasme et se sentit prêt à aller prendre son petit déjeuner.

L’abattement de Harry prit fin lorsqu’un groupe important de Serpentard entra dans la Grande Salle. Voir Drago le réveilla immédiatement et il fut envahi par une excitation puérile proche de l’hystérie à l’idée que maintenant, il allait pouvoir le croiser souvent. A côté de lui, Ron renifla avec mépris.

- Est-ce qu’on va vraiment devoir supporter ça toute l’année ? demanda-t-il d’un ton presque plaintif.

- Quoi donc ? répondit Hermione en lisant le journal.

- Nott et Malefoy ! Regarde-les, ils se pavanent, entourés de leur cour, comme s’ils étaient les princes de Serpentard. C’est quoi leur surnom déjà ?

- Les amants des Ténèbres, répliqua immédiatement Harry, sans pouvoir s’en empêcher.

- C’est n’importe quoi… Non mais vraiment, ils devraient faire profil bas maintenant que la guerre est finie et éviter de trop la ramener !

Ron n’avait pas tort, leur attitude était pénible. Harry les observa quelques instants, tout comme Hermione, Ginny et Neville. Malefoy et Nott marchaient vers leur table, entourés d’élèves de Serpentard qui riaient bêtement à tout ce qu’ils disaient. Nott était le plus grand et il semblait avoir une conscience aigüe de son élégance et de l’effet qu’il produisait à chaque fois qu’il passait sa main dans ses cheveux noirs. Quand il était plus jeune, il ressemblait globalement à un lapin mais maintenant qu’il était plus vieux, il était beau avec son corps mince, sa peau pâle, ses yeux délavés et ses cheveux sombres. A eux seuls, Theodore et Malefoy devaient posséder plus d’argent que la moitié de l’école réunie, ce qui était la principale raison de la servilité de leurs camarades. L’autre étant tout de même que Malefoy avait la Marque des Ténèbres tatouée sur le bras, ce qui le rendait dangereux et impressionnant et qu’il avait rejoint le bon côté de l’histoire, ce qui le rendait fréquentable. Personne ne savait ce qui était arrivé à Drago et où il avait passé la dernière année mais tout le monde savait qu’après la mort de Dumbledore, il avait disparu. Harry était certain que Theodore Nott savait que Drago était venu passer un mois avec lui chez les Dursley. Était-il jaloux de ce fait ? Harry espérait bien.

Ce qui était toutefois le plus insupportable pour Harry, c’était la façon dont Nott et Malefoy se souriaient, se chuchotaient des choses pour que les autres n’entendent pas, se frôlaient et paraissaient beaucoup trop proches. Theodore s’appuyait souvent sur l’épaule de Drago quand ils étaient debout et le regardait avec une expression que Harry connaissait bien. C’était évident que Nott aimait Drago et c’était évident que c’était réciproque. Il n’y avait qu’à voir la manière dont Malefoy avait de sourire à Theodore. Harry se dit que cette année allait être une torture et sursauta quand Ginny se pencha vers lui. Elle lui fit un rapide mais tendre baiser sur la joue et le regarda attentivement.

- Harry, arrête de les regarder, tu as promis que cette année se passerait bien. Je sais que tu les détestes mais il va falloir faire un effort, nous valons mieux que cela.

- Tu as raison, c’est simplement l’habitude. Tu as eu ton emploi du temps ?

Le professeur Keats remplaçait le professeur McGonagall à la gestion de la maison Gryffondor. Dorénavant, ce serait à elle de s’occuper d’eux et elle passait entre les tables pour leur distribuer leurs emplois du temps. Harry, Ron et Hermione avaient les mêmes matières qu’en sixième année puisqu’ils continuaient la préparation de leurs A.S.P.I.C. Il avait été décidé que l’année passée à Poudlard sous la direction de Rogue ne compterait pas dans la progression des élèves et Ginny refaisait donc une sixième année. Elle avait choisi les mêmes disciplines que Harry : sortilèges, Défense contre les forces du Mal, botanique, métamorphose et potions. Harry savait d’avance que Drago avait les mêmes cours que lui, à l’exception de la botanique. Ce serait le moment le plus reposant de la semaine.

Le professeur Keats tendit son emploi du temps à Harry et lui donna une deuxième feuille.

- Voici la liste des élèves qui se sont inscrits pour faire partie de l’équipe de Quidditch. Il y en a trente, à vous de choisir les meilleurs.

- Trente ! s’exclama Harry avec effarement.

- Oui… Je suppose qu’ils ont tous très envie de jouer avec Harry Potter.

Elle l’avait dit d’un ton à la fois amusé et méprisant. Harry ne sut pas quoi répondre et regarda vaguement la liste. Il avait hâte de remonter sur un balai et de poursuivre le vif d’or, comme avant. A vrai dire, cette perspective l’enchanta et chassa un peu sa mauvaise humeur. Il y avait de nombreux noms qu’il ne connaissait pas sur la liste et il comptait sur Ginny pour l’aider à choisir une équipe capable de gagner le tournoi. Même s’il n’avait pas le droit de faire du favoritisme, il savait bien qu’il prendrait Ginny parce qu’elle était de loin la plus forte.

Ginny avait un cours de métamorphose dès la première heure et elle s’éloigna après avoir embrassé Harry. Hermione avait un cours de runes et Harry et Ron avaient une heure de libre. Puisqu’il faisait beau, ils allèrent s’asseoir dans le parc, au soleil et discutèrent tranquillement. C’était agréable de passer un moment comme celui-ci, avec un ami qui avait la capacité de vous faire rire. Ron se moquait des élèves qui postulaient pour faire partie de l’équipe de Quidditch.

- Tu vas voir, ce sera comme il y a deux ans, la plupart seront nuls et ne seront là que pour te voir !

- Sans doute, admit Harry en souriant.

- J’espère être à nouveau gardien mais sois honnête ! S’il y en a un meilleur que moi, c’est normal que tu le choisisses, je ne t’en voudrai pas.

- On verra bien.

- Cette année, c’est notre dernière chance de gagner le tournoi, on ne doit pas se planter. Hors de question de laisser gagner Serpentard ! Tu sais qui est leur capitaine ?

- Malefoy… répondit Harry.

- Oh la vache, il faut vraiment gagner alors ! Je ne supporterai pas de me faire battre par cette fouine.

- Je suis d’accord, il faut absolument qu’on les batte.

Et Harry le pensait sincèrement. Amour ou pas, on ne plaisantait pas avec le Quidditch.

Harry et Ron se rendirent à leur premier cours de l’année : potions. Maintenant qu’il n’avait plus le livre de Rogue, Harry pressentait que son niveau allait indiscutablement chuter. Slughorn allait être terriblement déçu mais que pouvait-il y faire ? Harry avait toujours été mauvais en potions. Il y avait peu d’élèves à ce cours, comme deux ans auparavant. Il y avait toujours les quatre Serdaigle, Ernie Macmillan et les quatre Serpentard, Malefoy, Nott, Zabini et Daphné Greengrass. C’était presque une réunion de famille.
Comme à son habitude, Slughorn se montra affable avec Harry mais contrairement à autrefois, aucun Serpentard ne réagit. Ils restèrent tous impassibles, soucieux de respecter l’accord que Nott et Harry avaient passé dans le train. Toutefois, quand Slughorn vanta les compétences hors du commun de Harry et déclara qu’il espérait d’autres exploits de sa part, Malefoy se permit un petit rire. Theodore lui donna un coup de coude et Malefoy haussa les épaules. Harry se tourna vers lui et le foudroya du regard. Il fut surpris de constater que Drago ne semblait pas méprisant mais plutôt amusé. A voix basse, en articulant suffisamment pour que Harry puisse lire sur ses lèvres, il murmura « Bonne chance pour ton exploit ! » et fit un sourire moqueur. Harry eut l’envie insupportable de traverser la salle et de l’embrasser violemment.

Il fallut s’asseoir autour des tables, devant les chaudrons. Les Serdaigle s’assirent ensemble, tout comme les Serpentard. Ernie s’assit avec Harry, Ron et Hermione. Le professeur Slughorn leur donna une consigne un peu longue qui endormit Harry puis signala que celui qui ferait la meilleure potion remporterait vingt-cinq points. Le concours débuta, relativement peu équilibré. Ron demanda s’ils pouvaient se mettre à deux et Slughorn accepta après une petite hésitation. Ron se tourna immédiatement vers Hermione qui leva les yeux au ciel. Harry se mit avec Ernie et regarda Drago se rapprocher de Theodore. Comme prévu, Harry rata lamentablement sa potion. Ernie l’aida comme il put mais cette discipline n’était pas sa spécialité non plus et cela ne suffit pas à sauver leur travail. Hermione obtint un résultat presque parfait mais les grands gagnants furent évidemment Nott et Malefoy. Slughorn les félicita du bout des lèvres, un peu réticent à l’idée de nouer une quelconque relation avec les fils de deux des plus fidèles Mangemorts de Voldemort. On les applaudit quand même et quand Drago croisa le regard de Harry, il baissa la tête avec un malaise évident.

A la fin du cours, ils se rendirent tous au premier étage pour leur première heure de Défense contre les forces du Mal. Tous ceux qui avaient pris potions pour leurs A.S.P.I.C. suivaient également ce cours ainsi que plusieurs autres élèves dont Dean et Seamus. Le professeur Keats les laissa s’asseoir comme ils le voulaient dans la classe puis leur souhaita la bienvenue. Elle semblait sévère comme McGonagall mais tout aussi bienveillante.

- J’ai été Auror pendant quinze ans, annonça-t-elle inutilement. Et j’ai affronté des choses terribles. J’aurais aimé vous dire que ce sont des choses si terribles que vous ne pouvez les imaginer mais je sais que certains d’entre vous le peuvent…

Le professeur Keats laissa son regard s’attarder sur Harry pendant quelques secondes et il ne broncha pas. A la grande surprise de tous, le regard du professeur glissa ensuite vers Malefoy et il baissa la tête en rougissant. Maintenant qu’on avait admis que Harry et Drago avaient été témoins de choses terribles, l’attention des élèves se reporta sur le professeur. Par de nombreux aspects, elle ressemblait à Maugrey. Elle leur demanda si certains parmi eux avaient l’intention de devenir Auror et Harry leva la main, tout comme deux autres élèves de Serdaigle. Le professeur Keats hocha la tête d’un air appréciateur et fit un sourire à Harry.

- Je suis davantage pour la pratique que pour la théorie, annonça-t-elle. La théorie doit être au service de la pratique et non l’inverse. Ce n’est pas en lisant des livres que vous saurez pratiquer des sortilèges mais bien en vous entrainant. Je sais que vous pensez que vous êtes maintenant hors de danger mais sachez bien qu’il y aura toujours des gens désespérés et cruels qui se tourneront vers les forces du Mal. C’est votre devoir d’être capables de les arrêter.

Nott eut un rictus agacé. Visiblement, il n’appréciait pas qu’on dise de son père qu’il était « désespéré » ou « cruel ». Drago, lui, ne réagit pas. Harry ne put s’empêcher de se dire que leur position devait tout de même être assez délicate. Il savait bien ce qu’on éprouvait lorsque tout le monde vous regardait comme si vous étiez du mauvais côté, quoi que vous fassiez. Il l’avait vécu en deuxième, quatrième et cinquième année.

- Pour pouvoir pratiquer la magie, je vais vous demander de vous lever et de rester contre ses deux murs pendant que je repousse les tables.

Les élèves obéirent docilement. Le professeur Keats agita sa baguette et les tables s’envolèrent au fond de la classe. Elles s’empilèrent parfaitement et offrirent ainsi un important espace vide où ils pourraient venir lancer des sortilèges de défense. Cela ressemblait beaucoup aux cours de Rogue. Le professeur Keats eut un sourire satisfait et se tourna à nouveau vers ses élèves.

- Quand on est Auror et qu’on doit combattre les forces du Mal, savez-vous ce qui est le plus important ? demanda-t-elle doucement.

Il y eut un moment d’hésitation chez les élèves. Même Hermione ne semblait pas vraiment voir ce qu’elle voulait entendre. Une fille de Serdaigle se risqua et leva la main.

- Le courage ? proposa-t-elle sans trop y croire.

- C’est important, en effet mais ce n’est pas le plus important. Une autre idée ?

Harry avait beaucoup d’idées. Il avait souvent combattu les forces du Mal et le plus important, ce qui l’avait vraiment aidé, c’était surtout la chance, comme l’avait signalé Malefoy chez les Dursley. Mais bien sûr, ce n’était pas cela que le professeur attendait.

- Le plus important, c’est de savoir que l’on peut compter sur les autres, dit le professeur Keats. Nous, les Aurors, nous travaillons toujours par deux et notre partenaire est une moitié de nous-mêmes. Nous savons que nous pouvons lui confier notre vie. Sans les autres, nous ne sommes rien.

Harry ne put s’empêcher de regarder Ron et Hermione. Le professeur avait raison, sans ses amis, il n’aurait jamais survécu à tout ceci. Ils s’étaient sauvés à tour de rôle, ils avaient pu compter les uns sur les autres et se soutenir. Personne ne voulait jamais l’écouter mais Harry le disait depuis déjà de nombreuses années : on l’avait toujours aidé à vaincre. Certains élèves semblaient perplexes mais Dean, Seamus et Ernie hochèrent la tête. Ils avaient fait partie de l’armée de Dumbledore, ils savaient comme il était important de faire front ensemble.

- Vous êtes des sorciers et vous avez été éduqués dans la même école. Vous défendez les mêmes valeurs et les mêmes droits, vous êtes du même côté. Vous devriez pouvoir vous faire confiance. Vous devriez pouvoir compter les uns sur les autres et savoir qu’en cas de danger, votre voisin vous aidera.

Le professeur Keats posa sur eux un regard perçant et sévère.

- Toutefois, je sais que ce n’est pas le cas, dit-elle d’un ton sans réplique. Il n’y a qu’à regarder comment vous vous êtes répartis dans la salle…

Ils se regardèrent et Harry vit tout de suite le problème. Instinctivement, tous les élèves s’étaient rangés contre le mur de gauche, à l’exception des quatre Serpentard qui s’étaient appuyés au mur de droite. Il y eut un silence gêné et Daphné Greengrass croisa les bras dans un geste méprisant qui ne cherchait finalement qu’à la protéger du sentiment de malaise qu’elle éprouvait.

- Que remarquez-vous ? demanda le professeur.

- Bon d’accord, s’écria Ernie d’un ton péremptoire. C’est vrai qu’ils se sont mis dans leur coin mais en même temps, on ne peut pas dire qu’on est vraiment du même côté non plus.

- Ah non ? rétorqua le professeur d’un ton léger. Vous pensez qu’ils ne sont pas de votre côté et que vous ne pouvez pas leur faire confiance ?

Ernie eut un rire incrédule et la fixa comme si elle ne comprenait rien au monde qui l’entourait.

- Qui ferait confiance à des Mangemorts ? demanda-t-il froidement.

Harry se crispa et fixa le sol. Theodore réagit immédiatement et se décolla du mur pour affronter Ernie avec un regard haineux.

- On n’est pas des Mangemorts ! s’écria-t-il.

- Toi peut-être pas mais on sait tous que Malefoy a eu droit à…

- Ça suffit ! ordonna le professeur Keats.

Un silence pesant s’abattit sur la salle de classe. Theodore lançait à Ernie des regards hargneux tandis que Drago gardait obstinément la tête baissée. Sa main droite s’était refermée sur son bras gauche comme s’il essayait de se protéger d’une attaque invisible. Harry eut pitié de lui.

- Très bien, notre objectif de cette année sera donc de travailler la collaboration entre élèves afin que ceci ne se reproduise plus jamais, annonça fermement le professeur Keats. Les maisons de Poudlard sont légendaires et sont à la base de cette école. Toutefois, elles peuvent parfois être un obstacle important. Pendant toute la première période de cours, c’est-à-dire jusqu’aux vacances de Noël, vous travaillerez en binômes. Vous apprendrez à avoir confiance en quelqu’un d’autre, à coopérer, à travailler avec quelqu’un, à échanger et ainsi, vous progresserez beaucoup plus. Je vous laisse quelques minutes pour décider avec qui vous travaillerez pendant ces trois prochains mois. Je ne donne qu’une consigne : vous devez vous mettre avec un élève qui n’est pas dans la même maison que vous.

Il était évident que cette consigne ne plaisait à personne. Dean et Seamus avaient l’air agacés, Nott leva les yeux au ciel et Ron poussa un profond soupir. Pendant quelques secondes, personne ne bougea puis Ernie se tourna vers Harry dans le but manifeste de lui proposer de travailler avec lui. Malheureusement pour lui, Harry venait de croiser le regard de Drago, de l’autre côté de la pièce. Harry savait que Malefoy n’aurait jamais le courage de traverser la salle pour venir lui demander s’il voulait bien se mettre avec lui et il prit donc la décision de le faire. Il marcha vers Malefoy d’un pas déterminé et l’autre le regarda venir, immobile.

- On se met ensemble Malefoy ? demanda Harry.

Cela ressemblait vaguement à une proposition amoureuse et Harry en avait bien conscience. Les autres élèves attendirent la réponse méprisante de Malefoy mais il se contenta de dire :

- D’accord.

A partir de là, les duos s’organisèrent. Hermione se mit avec Daphné, Nott avec un élève de Serdaigle, Zabini avec Dean, Ernie avec Ron, Seamus avec une élève Poufsouffle et ainsi de suite. Lorsque tous les groupes furent constitués, le professeur Keats ébaucha un sourire appréciateur. Harry l’adorait déjà. Elle semblait très compétente et pour couronner le tout, elle lui permettait d’être avec Malefoy. Personne ne pouvait se rendre compte de la joie que Harry éprouvait à cet instant précis, personne à part Drago qui se rapprocha imperceptiblement de lui pour que leurs bras se frôlent.

Il fallut se répartir en binôme dans la salle de classe et s’entrainer à lancer quelques sortilèges informulés pour montrer au nouveau professeur ce qu’ils étaient capables de faire et ce qu’ils connaissaient déjà. Elle passait au milieu d’eux et les observaient avec attention. Elle expliqua que les duos seraient amenés à s’affronter, parfois et à collaborer d’autres fois.

- Le but c’est qu’ensemble, vous soyez invincibles.

Le reste du cours passa trop vite. Harry et Drago se faisaient face, s’attaquaient, paraient, avaient envie de gagner et en même temps, prenaient un plaisir intense à ces combats. Bien sûr, ils ne pouvaient pas le montrer mais Harry le savait. Il pouvait sentir l’excitation de Drago, sa frustration quand il perdait, sa jubilation quand il gagnait et son désir brûlant quand ils se trouvaient un peu trop près. C’était exaltant et insupportable. Harry pouvait sentir son propre cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Jamais un cours n’avait été aussi intense.

Quand l’heure arriva à son terme, ils remirent les tables et reprirent leurs sacs. Le professeur Keats les félicita et assura qu’elle était surprise de constater qu’ils avaient déjà de nombreuses compétences.

- Toutefois, je ne saurai que trop vous recommander de vous entrainer sur vos temps libres…

Harry eut envie de rire nerveusement mais se retint. Elle venait de lui donner une excuse parfaite pour aller s’enfermer seul dans une salle vide avec Drago. Il n’avait pas été aussi heureux depuis plus d’un an.




***



Après le cours, c’était l’heure de déjeuner et les élèves se dirigèrent naturellement vers la Grande Salle. Harry s’assit à la table des Gryffondor, à côté de Neville et Ginny qui étaient arrivés avant eux. Maintenant qu’ils étaient entre eux et pouvaient dire ce qu’ils pensaient, Ron se tourna vers Harry et le fixa avec perplexité.

- Pourquoi est-ce que tu t’es mis avec Malefoy ? demanda-t-il sincèrement.

Harry haussa les épaules et Ginny se pencha vers eux. De quoi parlaient-ils ? Ron lui raconta le cours du professeur Keats et sa volonté de mélanger davantage les maisons.

- Je pense qu’elle a raison, dit Harry. Je voulais marquer le coup après les accusations de Macmillan.

- Je suis d’accord avec toi, ajouta Hermione. Je trouve que c’est une très bonne chose de travailler la coopération entre élèves. Je n’avais jamais parlé à Daphné avant ce cours et figurez-vous qu’elle est plutôt sympathique.

- Soit, admit Ron. J’espère simplement que Harry et Malefoy ne vont pas s’entretuer avant la fin du trimestre.

Il rit en disant cela mais Harry savait qu’il le pensait sincèrement. Ginny aussi puisqu’elle lança à Harry un regard un peu inquiet.

- Ils ont passé un mois enfermés ensemble dans une pièce et ils ne se sont pas entretués, dit Hermione avec conviction.

- Oui enfin on n’est pas passé très loin de la catastrophe, répliqua Ron.

Hermione et Ginny le regardèrent avec surprise. Elles ne savaient pas que Harry, dès le quatrième jour des vacances, s’était jeté sur Malefoy et l’avait frappé de toutes ses forces. Il se sentit honteux, comme à chaque fois qu’il repensait à ce moment.

- C’est vrai que j’ai un peu dérapé et qu’on s’est battus mais après, ça allait mieux. Honnêtement, à partir du moment où on a décidé de faire des efforts pour se supporter, il est devenu plutôt agréable.

- Tant mieux alors, répondit doucement Hermione.

Ils arrêtèrent de parler de Malefoy et Harry essaya de ne plus y penser. Son audace d’avoir traversé la classe pour lui proposer de travailler avec lui était déjà plus que critiquable et il prit la décision d’éviter tout contact avec lui pendant plusieurs jours. Il n’avait aucune envie que ses amis apprennent la vérité, aucune envie de blesser Ginny et il se sentait déjà assez coupable comme cela.

A la fin de la journée, ils se rendirent chez Hagrid qu’ils n’avaient pas encore eu le temps de saluer. Sa cabane avait été reconstruite à l’identique et Hermione ne put s’empêcher de l’observer avec un sentiment d’agacement.

- Ils auraient pu en profiter pour lui donner quelque chose d’un peu mieux tout de même…

- Je crois qu’il aime ça, vivre dans une petite cahute sale pleine de créatures immondes, répondit Ron en souriant.

- Je crois aussi, renchérit Harry en se moquant du regard courroucé de Hermione.

Pendant l’heure qu’ils passèrent avec Hagrid, Harry oublia complètement Drago. Le thé brûlant, les biscuits trop secs, les odeurs douteuses, les démonstrations d’affection de Crockdur, tout cela rappelait à Harry les innombrables moments qu’ils avaient vécus ici. Il ne put s’empêcher de penser que finalement, à chaque fois ou presque qu’ils s’étaient retrouvés là, ils l’avaient fait en enfreignant le règlement. Ils n’avaient jamais vraiment eu le droit d’aller voir Hagrid en fin de journée ou pendant la nuit et pourtant, ils ne s’étaient pas empêchés de le faire pendant six ans. Quand Harry y songeait, il se disait que c’étaient les meilleurs souvenirs de sa vie.



Plusieurs jours passèrent sans que Harry n’essaie de rentrer en contact avec Malefoy. Il évitait de le regarder, évitait de le croiser, évitait de penser à lui, évitait de se masturber en pensant à lui, bref, il l’évitait de manière générale. Cela lui permettait d’être plus présent pour Ginny bien qu’elle ne demande rien. Ginny n’était pas le genre de personne à demander, se plaindre ou pleurer. Elle pouvait survivre plusieurs heures sans voir Harry, elle n’avait pas besoin de le toucher en permanence pour s’assurer qu’il l’aimait et elle n’avait pas besoin qu’il lui fasse des déclarations d’amour tous les jours. Elle voulait simplement qu’il soit là et c’était ce qu’il essayait de faire, en refoulant une culpabilité qui ne ferait que croître avec le temps. Lors des cours de Défense contre les forces du Mal, Harry essayait de se comporter normalement avec Drago, c’est-à-dire avec une certaine distance et une certaine froideur assumées. Il fallait admettre que cela ne faisait rien naitre de bon et que les deux derniers cours avaient été pénibles mais au moins, Harry ne se sentait pas trop coupable. Il continuait de penser qu’il valait mieux blesser Malefoy que Ginny.

Harry s’occupa du premier entrainement de Quidditch où se déroulèrent les sélections de l’équipe de Gryffondor. Comme on pouvait s’y attendre, la plupart des élèves n’avaient aucun talent pour ce sport et aucune réelle motivation en dehors du fait de se retrouver avec Harry Potter. Il lui fallut hurler de nombreuses fois pour renvoyer tous ceux qui lui faisaient perdre son temps. Ron l’aida en criant sur les plus jeunes et en les menaçant des pires sortilèges s’ils ne se montraient pas plus sérieux. Quand il ne resta plus que les vrais candidats aux différents postes, les sélections purent commencer. Bien évidemment, Ginny était la plus douée en vol et elle marqua huit buts sur les dix tirs qu’elle effectua. Harry garda également Demelza Robins qui s’était montrée aussi habile à éviter les cognards que deux ans auparavant. Il fallait toutefois trouver un troisième poursuiveur puisque Katie Bell avait quitté l’école. Le choix de Harry se porta sur un garçon de cinquième année, Jacob Sucksby qui ne prononçait que des mots lapidaires lorsque c’était nécessaire mais qui volait très bien. Pour les batteurs, Jimmy Peakes réintégra les rangs de l’équipe mais il fallait remplacer Ritchie Coote qui était mort pendant la bataille de Poudlard. Tout le monde le savait mais personne n’en parla, de peur de rendre l’atmosphère de ces essais lugubre. L’entrainement se fit tout de même dans une ambiance moins féroce et conviviale que celui des poursuiveurs. Harry y mit rapidement un terme en choisissant Cepheus Rivers.

Tout comme lors de sa sixième année, Harry avait gardé pour la fin les essais des gardiens. La présence de Ron l’angoissait toujours autant et il craignait de devoir le refuser si quelqu’un était meilleur. En même temps, il craignait aussi de devoir le choisir et d’avoir à supporter ses manques de confiance en lui et ses baisses de niveau. Heureusement, Cormac McLaggen avait terminé ses études, tout comme Katie Bell, ce qui délivrait tout le monde de sa présence. De toute façon, Harry ne l’aurait jamais désigné comme gardien, il était trop insupportable. Les premiers candidats n’étaient pas très compétents jusqu’à ce que s’élance Lucia Crater. Elle arrêta les cinq tirs de Ginny avec ce qui ressemblait à de la facilité. Lucia avait le même âge que Ginny et avait déjà participé aux essais deux ans plus tôt. A ce moment-là, elle n’avait pas été assez forte mais il apparaissait qu’elle s’était améliorée. Arriva alors ce qui devait arriver : Ron, déstabilisé par les compétences de Lucia, laissa passer un tir. Il redescendit sur le terrain, l’air dépité et marcha vers Harry en fixant le sol.

- Lucia était bien meilleure, dit-il.

- Euh… oui, c’est vrai… Si jamais Lucia se blesse ou est malade, c’est toi qui la remplaceras !

- D’accord.

Ron avait l’air déçu et Harry se sentit coupable. Lucia était ravie d’avoir obtenu le poste mais elle eut la délicatesse de ne pas trop le montrer. L’équipe retenue se rassembla autour de Harry qui déclara que le premier entrainement aurait lieu le mercredi suivant après les cours. Les joueurs commencèrent à s’éparpiller dans une humeur joyeuse et Ginny s’approcha de Harry avec un sourire malicieux.

- On va se changer dans les vestiaires ? proposa-t-elle.

Les autres regagnaient le château sans passer par les vestiaires. Il n’avait pas plu, les essais n’avaient pas été épuisants, ils pouvaient donc retourner dans leurs dortoirs et se changer là-bas. Les vestiaires étaient libres.

- Oui, répondit Harry avec enthousiasme.

Il planta sur place Ron qui les regarda s’éloigner avec un sentiment mélangé. Harry suivit Ginny jusqu’aux vestiaires, l’esprit excité et heureux. Il adorait la voir voler sur un balai, elle était douée, forte, impressionnante, magnifique. Cela faisait toujours naitre en lui un désir qui le brûlait et l’empêchait parfois de se concentrer sur son jeu. Ils fermèrent la porte et gagnèrent les douches. D’un même geste, ils se déshabillèrent en souriant. Ginny se retrouva nue la première et alluma l’eau chaude. Harry posa ses lunettes sur le banc et la rejoignit d’un pas vif. Maintenant qu’ils étaient seuls, elle l’attrapa par la nuque et l’attira vers elle pour l’embrasser. Harry ouvrit la bouche, laissa la langue de Ginny venir caresser la sienne et se serra davantage contre elle. Il avait de la chance de sortir avec une fille qui avait du cran et qui lui proposait de venir faire l’amour dans les vestiaires. Mais cela, c’était Ginny tout craché. Après tout, que pouvait-on attendre de la petite sœur de Fred et George ?

Harry caressa les épaules de Ginny puis sa main s’attarda sur ses seins. Elle poussa un soupir de plaisir et Harry continua ses caresses. Ginny sentait les fleurs, cela avait toujours été ainsi. Pendant qu’il l’embrassait et touchait la peau douce de ses seins, il pouvait sentir le parfum de ses cheveux et de son cou. C’était excitant, c’était la seule et unique chose qu’il aurait dû vouloir. Cela aurait dû lui suffire. Ginny tendit la main, enserra le sexe de Harry entre ses doigts et le caressa doucement. Le parfum de Ginny, ses doigts, sa peau, sa langue, ses lèvres. Harry se dit que cela lui suffisait. Sa main glissa sur les seins de Ginny puis sur son ventre et Harry entra délicatement un doigt en elle. Elle gémit et accéléra ses mouvements sur le sexe de Harry. Il gémit aussi. Pris par le même désir, ils arrêtèrent leurs mouvements et se sourirent une seconde. Il attrapa la jambe de Ginny, la maintint contre sa hanche et la pénétra doucement. C’était bon et délicieux. Ginny s’accrocha à son cou. Plus les mouvements de Harry s’accéléraient, plus elle lui griffait le dos et il trouvait cela particulièrement excitant.

Après cela, Harry se sentait bien, calme et heureux. Ils prirent une douche et retournèrent vers les bancs. Ginny les sécha d’un coup de baguette et regarda Harry en souriant.

- Il faudra faire cela plus souvent, dit-elle. C’est vraiment trop stupide que les garçons ne puissent pas venir dans nos dortoirs mais je ne me vois pas venir dans le tien alors que Ron y dort aussi…

- C’est sûr…

- En tout cas, hors de question qu’on soit privé de ça pendant toute l’année scolaire !

Harry éclata de rire et la serra dans ses bras pour l’embrasser à nouveau. Le corps de Ginny était brûlant, autant que le sien et le désir de Harry le submergea une deuxième fois. S’ils avaient eu le temps et s’ils n’avaient pas été dans ces vestiaires inconfortables, ils auraient certainement refait l’amour.

Ils furent interrompus dans leur baiser par des voix provenant de l’extérieur. Visiblement, des gens marchaient vers les vestiaires et d’après ce qu’ils pouvaient entendre, ils devaient être assez nombreux.

- Mince ! s’écria Ginny. Tu savais qu’il y avait des sélections de Quidditch après les nôtres ?

- Bien sûr que non !

Harry enfila son caleçon et son pantalon le plus vite qu’il put tandis que Ginny se précipitait également sur ses vêtements. Quand la porte s’ouvrit brusquement, Harry était toujours torse nu et Ginny était en sous-vêtements. Ils se tournèrent vers l’entrée des vestiaires et se heurtèrent au regard des Serpentard qui les fixaient avec effarement. Au premier rang, Malefoy croisa les bras et eut un mouvement de recul. Harry put nettement voir sa mâchoire se crisper et ses yeux s’assombrir.

- Sérieusement, Potter ? cracha-t-il avec tout le mépris qu’il était capable de mobiliser.

Harry rougit mais Ginny affronta le regard de Malefoy sans la moindre honte.

- Oh la ferme Malefoy ! s’écria-t-elle avec agacement. Sortez d’ici et laissez-nous une minute pour nous rhabiller !

Choqués et un peu honteux, les Serpentard sortirent du vestiaire et refermèrent la porte. Dès qu’ils furent à nouveau seuls, Ginny éclata de rire et s’empressa d’enfiler ses vêtements. Harry fit la même chose mais son envie de rire s’était envolée. Il ne voulait pas sortir de cette pièce et affronter le regard de Drago. Pourtant, songea Harry en mettant rageusement son sweat, il n’avait rien à se reprocher. Ginny était sa copine, ils sortaient ensemble, il avait le droit de faire l’amour avec elle. Il n’avait aucun compte à rendre à Drago sur ce qu’il faisait, d’autant que l’autre devait assurément coucher régulièrement avec Theodore Nott. Oui, vraiment, il n’avait pas à se sentir aussi mal.

Il ouvrit la porte d’un geste assuré et resta calme face à tous les sourires narquois des Serpentard qui appréciaient la situation sans même chercher à le cacher. Le seul sourire qu’il ne vit pas, ce fut celui de Malefoy. Ce dernier avait toujours les bras croisés et fixait le sol avec intensité. L’indifférence de Drago fut presque aussi pénible que son mépris. Harry eut envie de lui dire quelque chose de désagréable mais se retint. Il était cruel et égoïste… Malefoy était certainement jaloux et blessé, il n’avait pas besoin de se faire rabaisser en public en plus de cela. Harry et Ginny s’éloignèrent sans rien dire. A chaque pas qu’il faisait, Harry mourait d’envie de faire marche arrière, de rejoindre Drago et de le serrer dans ses bras. Pourquoi fallait-il que les choses soient si difficiles ? Pourquoi ne pouvait-il pas se contenter de Ginny et n’aimer qu’elle ? Pourquoi, au nom du ciel, fallait-il que ce soit Malefoy ? Harry le détesta de tout son cœur.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.