S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le naufrage par Roxane-James

[11 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

J'ai retrouvé une vieillerie dans mon disque dur, un vieux Rabastan x Regulus qui est un peu embrouillé. J'ai essayé de le remettre d'applomb mais j'arrive moyennement à écrire ces derniers temps. J'espère qu'il vous plaira quand même. Je pense écrire un deuxième OS avec le POV de Rabastan qui se déroulerait pendant leur scolarité à Poudlard. Si j'y arrive, je le rajouterais ici. Voilà voilà. 

C'est une petite mort qui t'emporte, Regulus, une mort de papier noir, une mort au goût fané. Entre ses bras, tu n'es rien de plus qu'une poupée, et sur ses lèvres déjà tu te sens t'envoler. Tu as dit adieu à tes vêtements, ils prennent la poussière sur le sol. Tu as dit adieu à tes amants. Ne reste que Rabastan. Rabastan au sourire carnassier. Rabastan qui s'apprête à t'achever. Entre ses bras, tu te déploies, et sur ses lèvres tu virevoltes une dernière fois. Tu goûtes la mort à pleine bouche, tu lui arraches les cheveux et fermes les yeux. C'est si bon, la mort, Regulus. C'est si bon quand c'est Rabastan qui te l'octroie.

Vous vous aimez au bord du gouffre, dans la douleur et la frayeur. Rabastan ne sait pas faire autrement. Parfois, tu aimerais bien qu'il te caresse, qu'il te dise des mots d'ailleurs, des mots emportés par le vent. Mais Rabastan parle la langue des vipères, et sous ses doigts de fer tu ploies. C'est si doux, la mort, Regulus. Si doux quand ce n'est pas Rabastan qui le l'octroie.

Il y a des nuits de sang. Des nuits où les draps blancs rougissent. Des nuits où les perles qui s'échappent de tes yeux sont cramoisies. Il y a des nuits où il te mord comme un chien enragé, des nuits où tu n'es plus qu'un entrelacs de membres désarticulés. Tu pends entre ses mains, toi, Regulus, le petit roi, le roi des imbéciles, le jouet cassé de tes ancêtres, le dernier Black d'une longue lignée prête à s'éteindre.

Tu meurs.

Tu meurs lentement, doucement, comme une voix qui s'éraille, et tes ongles crissent sur le parquet noir de cette chambre aux volets clos. Il t'arrache à la vie, Rabastan. Il te dévore de ses envies. Il ne t'aime jamais que pour tuer, il te rend fou. Tu voudrais toi aussi le voir défait, les lèvres gonflées, les yeux voilés. Tu aimerais lui dire combien c'est fort, lui contre toi, toi contre lui, vous deux unis. Tu aimerais qu'il cesse de lutter un instant. Tu aimerais que la rage qui gronde entre vous, les coups d'ongles et les coups de dents se métamorphosent en gestes lents, languissants, en aveux d'une haine dorée. Une petite haine. Une haine éprise de sentiments légers.

C'est la fin.

Cette nuit, les draps sont bleus comme l'océan du ciel qui t'émerveille. Rabastan se rhabille sans te voir. Tu restes étendu dans le noir. Tu le regardes. Son dos constellé de grains de beauté. Son corps d'homme puissant que rien ne terrasse. Ses yeux dépourvus de compassion. Il n'en a pas, Rabastan. Ni de ça, ni de rien. Il a un vide qui le détruit au fond de lui, un vide qu'il refuse de te laisser combler. Toi et lui. Lui et toi. Pas de nous, pas de vous. Deux âmes seules, brisées, deux corps en mal de plénitude. La poésie discordante de vos soupirs.

Vous vous perdez dans la pénombre. Tu voudrais l'entendre crier, mais tu supplies et cela suffit à le faire fuir, Rabastan. Il a peur des pleurs, Rabastan. Peur de toi. Peur de ce que ce qu'il lit parfois dans tes yeux noirs. Peur d'un petit Roi incapable de siéger sur un trône glacé. 

Il se lève. Sa main est déjà posée sur la poignée de porte. Ton cœur chavire, ton âme vomit. Il a un goût de cendres, Rabastan. Une odeur d'incendie meurtrier. Un parfum qui te donne la nausée. Et tu souris. Tu souris pour tous ces mots que tu ne diras plus. Pour tout ce sang qu'il n'aura plus. Pour cette lutte acharnée que tu t'apprêtes à remporter. Tu souris parce que ce soir, tu vas mourir, Regulus. Parce que tu es mort entre ses bras, une dernière fois. Parce qu'il n'y aura plus de « prochaine fois », plus de « Black, haïs-moi », plus de « Lestrange, aime-moi ». Il ne le sait pas, bien sûr. Il ne sait rien, Rabastan. Rien de toi ou des sentiments qui t'animent. Rien des éclats de miroir fichés dans tes veines. Il ne sait pas que tu es mort ce soir, que tu t'éteindras dans d'autres bras cette nuit. Il ne sait rien.

Tu le retiens. Une main sur sa hanche. Un frisson. Tes lèvres sur sa nuque. Sa voix rauque qui ricoche contre les murs de cette chambre lugubre. Tu ne l'as jamais embrassé. Jusqu'alors, il faisait tout pour t'en empêcher. Un son étranglé jaillit d'entre ses lèvres. Tu le plaques contre cette porte qui te foudroie, il te repousse et te défie. Tu n'auras pas son cœur. Il aura pris ta vie. C'est un naufrage sans âme, sans vagues. Une tempête dans le lointain. La fin d'une illusion.

« Lâche-moi. »

Il s'en va.

Il est parti.

Il n'est plus là.

Tu es seul.

Tu transplanes.

Le reste n'a plus d'importance.

Le reste, c'est un garçon qui se noie au clair de Lune. Un garçon au teint pâle que rien n'aura retenu. Pas même l'autre, cet homme du monde des ombres. Pas même un soupçon de démence. Pas même le sang qu'ils ont fait couler enlacés. Pas même les baisers abdiqués. Et encore moins la lourde couronne d'un roi trop jeune pour régner.

Tu

Es

Mort

Regulus.

 

Tu es mort et tu craches sur la vie en empoignant ce médaillon maudit, en le confiant à Kreattur, en t'abandonnant aux doigts cadavériques qui te dévêtissent pour la nuit éternelle qui s'ouvre sous tes pieds. Tu es mort et tu ris. Tu te demandes, demain, Rabastan, tu te demandes... pensera-t-il à toi comme toi tu penses à lui en sombrant ? Tu te demandes, demain, Rabastan, tu te demandes si tu l'as tué en changeant de camp. Tu te demandes, demain, Rabastan, s'il échappera au sort inévitable qui l'attend, aux bras grands ouverts de la Mort face à lui. Tu te demandes, demain, Rabastan, s'il cherchera ton corps dans la nuit, ou si la boue lui suffira. Tu te demandes, demain, Rabastan, et le jour d'après, et le suivant, et encore après, plus tard, bien trop tard...

Et tu pleures en comprenant qu'il ne viendra pas.

Et tu espères qu'il crèvera à cause de toi. 

Note de fin de chapitre :

Merci de votre lecture. 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.