S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Les envolées par Lyssa7

[18 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Après avoir écrit Last Minute pour Noël, j'ai eu envie d'écrire sur ce qui allait se passer entre Alicia et Adrian. Voici donc la suite de mon OS qui se passe huit mois après leurs premières retrouvailles sur le Chemin de Traverse.

 

 

Le soleil était à son apogée en cette belle journée d’été. Les passants se pressaient sur les allées du Chemin de Traverse, déambulant de-ci de-là entre les nombreuses boutiques qui parsemaient la grande rue. La boutique de Florian Fortarôme, en évidence, accueillaient une foule de clients qui demandaient une table, certains à l’ombre pour ne pas trop souffrir de la chaleur tandis que d’autres s’installaient et savouraient leur glace sous les rayons du soleil pour profiter de la saison estivale. En plein mois d’août, les températures avoisinaient les trente degrés, et quelques personnes supportaient moins bien la chaleur.

Alicia Spinnet, qui avait choisi une petite table de deux personnes dans le coin le plus reculé de la terrasse, était de ceux-là. On aurait pourtant pu croire le contraire puisque sa mère était d’origine martiniquaise et ne craignait en aucun cas les envolées du thermomètre, mais sa fille avait, pour ainsi dire, toujours vécu à Londres, et était plutôt habituée à la pluie fine et aux nuages gris de l’Angleterre qu’aux étouffantes canicules de la Martinique.

S’éventant machinalement avec un éventail qu’elle avait créé elle-même à l’aide de sa serviette en papier, la jeune femme consultait régulièrement la montre qu’elle portait à son poignet gauche. Elle attendait vraisemblablement quelqu’un, et cette personne était en retard au vu des petits soupirs d’agacement qu’elle laissait échapper de temps à autres. Sa main, mollassonne, allait de sa coupe à glace menthe-chocolat à sa bouche sans véritable passion. La dernière fois qu’elle était venue ici, trois ans auparavant, Angelina et Katie l’accompagnaient.

Seulement, depuis deux ans, les trois filles s’étaient éloignées, prenant des directions différentes dans leur existence. Angelina, au grand étonnement de ses amies, n’avait pas poursuivi une carrière dans le Quidditch, lui préférant un poste plus tranquille au Département des jeux et sports magiques. Quant à Katie, elle avait eu du mal à faire face après la grande guerre et, la dernière fois qu’elle en avait eu des nouvelles, celle-ci avait trouvé un emploi à temps partiel chez Mrs Guipure. Tournant et retournant sa cuillère dans le fond de sa coupe, Alicia songea que la saveur sucrée qui l’envahissait à cet instant comportait une note amère de nostalgie. Perdue dans ses pensées reliées au passé, la jeune femme ne perçut pas la haute silhouette d’Adrian Pucey monter les escaliers qui menaient à la terrasse de Florian Fortarôme et ne remarqua sa présence qu’au moment où il prit place sur la chaise en face d’elle.

— Quelle triste mine, Spinnet. Cette glace mériterait un accueil plus chaleureux, fit-il en guise de salutation.
— Tu es en retard, rétorqua-t-elle en haussant un sourcil.

Le sourire insolent, qu’elle avait détesté pendant des années lors des confrontations de leurs maisons pour la coupe des quatre maisons, prit de nouveau place sur le visage du grand brun. Il n’était pas du tout désolé qu’elle ait dû l’attendre, de prendre sans remords une partie en plus de son temps. Assis nonchalamment sur sa chaise, le dos bien calé dans le fond du siège, il héla aimablement un serveur sans répondre à la jeune femme qui fronça automatiquement les sourcils.

— Je vais vous prendre un Banana Split étoilé, je vous prie, commanda Adrian au serveur. Ah, et un diabolo fraise.

Ce dernier nota la commande sur son calepin et se détourna aussi vite qu’il était arrivé. Adrian se cala un peu plus sur sa chaise et dirigea son attention vers Alicia qui se mordillait nerveusement la lèvre inférieure. La frustration que la nonchalance de ce garçon réveillait dans son for intérieur ne lui plaisait guère.

Alicia Spinnet était le genre de femmes qui vivaient à cent à l’heure et ne s’embarrassait jamais de préambule. Le voir lambiner sur ce qu’il avait à lui dire la mettait dans un état de lente exaspération, d’autant que c’était lui qui l’avait contactée, lui qui lui avait donné rendez-vous chez Florian Fortarôme.

Lee Jordan, dont elle était encore plus ou moins proche, lui avait avoué avoir accédé à la requête de Pucey lorsqu’il lui avait demandé son adresse. Ce qui expliquait, sans l’excuser, le hibou qu’elle avait reçu la semaine précédente à son domicile. Adrian et Lee, bien que de maisons dites « ennemies » à Poudlard, s’entendaient plutôt bien à présent. La jeune femme avait entendu dire que les deux hommes s’étaient revus dans un club de bavboules clandestin deux ans après la guerre, où de grosses sommes étaient pariées, et qu’ils avaient fini par sympathiser en mettant de côté les anciennes rancœurs.

— Tu voulais me voir ?
— Oui, c’est l’idée, répliqua Adrian, taquin.
— Pourquoi ? s’enquit-elle en reposant sa cuillère.
— Détends-toi, Spinnet. Prenons cinq minutes pour échanger des banalités civilisées. Comment vas-tu ?
— Je vais bien, Pucey. Viens-en au fait.

Elle se doutait parfaitement que sa présence à cette table tenait à une seule raison : son club de Quidditch local, les Billywig Invisibles, recherchait un poursuiveur depuis quelques semaines. Le dernier en date était parti sans préavis retrouver de la famille en Andalousie. L’annonce émise par le capitaine de l’équipe, Arnold O’Brien, était encore parue dans la Gazette pas plus tard que la veille, prétendant qu’il acceptait toutes les candidatures même celles de personnes n’ayant encore jamais travaillé dans le milieu du sport sorcier. Les candidats au poste seraient donc évalués selon leur talent, et les compétences qu’ils montreraient sur un balai.

— Lee m’a filé ton adresse, éluda le jeune homme en jetant un œil vers la porte où avait disparu le serveur.
— Je sais. Lee n’a jamais su garder un secret, ironisa-t-elle avec une légère grimace.
— T’en fais pas, je ne compte pas utiliser tes informations personnelles à mauvais escient, fit-il avec un sourire en coin.
— J’espère bien ! s’exclama-t-elle, piquée au vif malgré elle.

Adrian se contenta de sourire, amusé par sa réaction. Son sourire insolent était toujours bien présent sur ses lèvres, peut-être encore plus lumineux que la première fois où elle l’avait revu lors du réveillon de Noël. Elle cherchait un cadeau de dernière minute pour Jake, son petit-ami, et elle était entrée dans une boutique pour sorciers qui était loin de l’enchanter aux premiers abords. Pucey travaillait ce soir-là et, si les premières minutes avaient été tendues, Alicia avait fini par comprendre que le jeune homme n’était pas le prétentieux et hautain adolescent de bonne famille qu’elle avait estimé connaître à Poudlard.

Pour se racheter, et calmer sa conscience qui la culpabilisait sur ses jugements d’antan faits à l’emporte-noise, elle lui avait proposé un défi. Celui de se retrouver sur un terrain de Quidditch et de déterminer lequel d’entre eux était le meilleur poursuiveur. Un relans de leurs années à Poudlard, une vieille rivalité, sans doute plus saine que l’ancienne. Toutefois, Adrian n’avait jamais semblé prendre sa proposition au sérieux, et elle n’avait plus eu de nouvelles. Huit mois s’étaient ainsi écoulés sans qu’elle ne repense à lui et à leur entrevue sur le Chemin de Traverse. Et voilà qu’il se présentait devant elle, après avoir usurpé son adresse des mains de l’un de ses amis. Elle n’appréciait pas énormément la manœuvre, et elle comptait bien le lui faire sentir.

— Pourquoi est-ce que tu m’as fait venir ? insista-t-elle en triant de sa cuillère le chocolat de la menthe.
— Tu ne devrais pas faire cela, tu vas perdre toute la saveur, dit-il en désignant sa glace.
— Est-ce que tu comptes répondre à ma question un jour ? s’impatienta la jeune femme, irritée.
— J’y viens, j’y viens, acquiesça-t-il sans pour autant lui donner ce qu’elle voulait.

Le regard d’Adrian s’illumina tandis que le serveur réapparaissait, une énorme coupe de glace dans une main et un verre d’un rouge pétillant dans l’autre. Alicia leva les yeux au ciel en observant son ancien camarade de classe. A le voir réagir ainsi, il n’avait soudainement plus rien du rival insolent qui ne manquait jamais de lui adresser son fameux clin d’oeil moqueur les jours de match Gryffondor-Serpentard. A cet instant, on aurait plutôt dit un enfant qui venait de découvrir ses cadeaux de Noël au pied du gigantesque sapin.

Le jeune homme, visiblement émerveillé, s’empressa de s’emparer de sa cuillère pour couper adroitement un bout de banane enrobée de chocolat noir et sur laquelle crépitait de petites étoiles dorées. Après en avoir dévoré trois cuillères successivement, sous les yeux médusés d’Alicia, Pucey reprit lentement la parole :

— Elles sont à la banane, ça pétille dans la bouche, lui apprit-il, montrant de son index les étoiles.
— Génial ! railla Alicia sur un ton désabusé.
— Tu devrais goûter un de ces quatre. Enfin bon, si je suis là aujourd’hui, ce n’est pas pour parler de cette fabuleuse glace. Encore que… les glaces de Florian Fortarôme font certainement partie des meilleurs du monde sorcier. Bref, toujours est-il que je voulais te voir, Spinnet.
— Je crois avoir compris.

Adrian sourit de nouveau mais, cette fois, ses prunelles sombres paraissaient refléter sa gêne. Manifestement, Adrian Pucey n’était pas de ceux qui avaient pour habitude de demander un service, encore moins à une ancienne adversaire. Paradoxalement, ce fut ce détail qui détendit Alicia. La jeune femme lui adressa un léger sourire d’encouragement, curieuse de savoir ce qui le mettait mal à l’aise.

— Hum. D’accord. Disons que tu m’as proposé de venir voir ton club la dernière fois qu’on s’est vus si mes souvenirs sont bons et il se trouve qu’il est actuellement à la recherche d’un poursuiveur. Donc je me disais que tu pourrais peut-être… hum… m’arranger un entretien, finit-il par dire en détournant les yeux.

Si le jeune homme semblait totalement insouciant et nonchalant quelques minutes plus tôt, ce n’était à présent plus le cas. Ne sachant plus que faire de ses grandes mains, il les rangea sous la table et parut tout à coup trouver un intérêt particulier à l’orchidée empotée sur sa droite.

— Écoute, je sais que cet article de journal dans la Gazette mentionne qu’ils acceptent n’importe quelle candidature, mais je sais aussi que le milieu du Quidditch est hyper compétitif et je n’ai aucune référence hormis mes six années à Poudlard. Si le capitaine du club doit choisir entre un gars qui était déjà dans le domaine ces dernières années et quelqu’un comme moi, c’est certain que je serais jeté aux oubliettes.
— Je ne te savais pas si défaitiste, commenta Alicia.
— Je ne le suis pas, c’est simplement que…

Alicia éprouva une brusque envie d’éclater de rire en remarquant qu’il avait pris la mouche, touché dans son orgueil. Comme elle souriait, il se tut, et se concentra sur sa glace qui commençait à fondre. Il prit encore quelques bouchées, attendant visiblement qu’elle lui donne un semblant de réponse à sa demande, mais la jeune femme prenait un malin plaisir à lui rendre la monnaie de son gallion. N’y tenant plus, il se redressa sur sa chaise et se pencha vers elle. Alicia ne put s’empêcher de se dire que, même courbé, il était plus grand qu’elle de plusieurs centimètres.

— Tu acceptes, Spinnet ?
— A une seule condition, Pucey.

Alicia Spinnet, à cet instant, n’était pas peu fière d’avoir la main sur la partie. Adrian, étonné, en retrouva pourtant son sourire insolent et fixa ses prunelles dans les siennes.

— Laquelle ?
— Je t’avais proposé de t’affronter sur un terrain de Quidditch, non ? J’y tiens toujours. Si tu gagnes la partie, je t’obtiendrais un entretien avec Arnold O’Brien, et je lui chanterais même tes louanges. Il m’a en grande estime, et cela ne m’étonnerait pas que tu sois engagé de suite, se vanta-t-elle. Si tu perds, par contre, tu devras te débrouiller seul pour obtenir le poste.

Tel un miroir, Alicia lui renvoyait son sourire provocateur au visage. Cependant, Adrian n’en prit pas ombrage puisque le sien s’agrandit sensiblement.

— Adjugé, Spinnet. Je vais enfin te prouver que je suis bien meilleur que toi dans ce domaine.

Et, léchant le dos de sa cuillère pleine de chocolat, il s’affala sur sa chaise sans la lâcher des yeux. Alicia aurait bien voulu rétorquer, trouver quelque chose qui l’aurait étouffé net avec son Banana Split et son attitude trop ambiguë à son goût, mais rien ne lui vint sur le moment. Légèrement déconfite, elle prit à son tour une cuillère dans sa coupe de glace pour se donner une contenance. La menthe et le chocolat s’étaient mélangées avec la chaleur, et une moue boudeuse se forma sur les lèvres de la jeune femme.

— Il fait vraiment beau, déclara Adrian en plaçant ses mains derrière sa nuque, contemplant avec envie les clients installés au soleil. Un vrai parfum d’été.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.