S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Sélections du mois


Félicitations à Calixto et AnthusPratensis qui remportent la Sélection sur notre Traîtresse-à-son-Sang préférée alias Andromeda Black-Tonks !

Pour juillet 2021, place aux parties d'échecs endiablées ou aux confidences dans les dortoirs avec le thème Amitié. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juin, découvrez toutes les facettes de la troublante Pansy Parkinson. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/06/2021 19:51


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Amitié, Scorose (Scorpius/Rose) ou Moldu.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mai 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 18/05/2021 00:06


112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


L'Héritage des Ténèbres par Chrisjedusor

[7 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette fanfiction est la suite directe d'une autre Fanfiction, la Naissance du Mal. Elle est  postée  sur ce site. L'Héritage des Ténèbres est également une fanfiction écrite à quatre mains. Ma co auteure utilise le pseudo Euphellys sur ce site.  L'histoire est une sorte de crossover entre deux Fanfictions. L'une s'intégrant dans l'univers de l'autre. Cette Fanfiction s'intégre parfaitement dans mon UA, tandis qu'elle est totalement indépendante dans l'univers crée part ma co auteure. De base, c'est partie sur un petit délire il y a de cela déja quelques années... mais nous avons fini par sérieusement développer tout ça :)

En espérant que cela vous donnera aussi l'envie d'aller voir ce qu'elle écrit, n'hésitez pas à laisser une petite trace de votre passage par ici. Je pense parler en nos deux noms en disant que cela nous fera plaisir.

Chris

Note de chapitre:

L'histoire est composée d'un premier petit tome de 4 chapitres.

La deuxième partie est en cours avec 3 chapitres ;)

Bonne lecture,

Chris

 1er septembre 1938, manoir des Martins, Yorkshire

 

Dans l'un des trop nombreux petits salons du rez-de-chaussée du manoir Martins, Edwin se tenait face à la fenêtre, immobile. Au-dehors, la fin de l'été commençait déjà à se faire sentir et un vent frais malmenait les arbres du parc et jouait avec la pluie qui venait contre les vitres du manoir. Derrière lui, il entendait les doigts fins d'Ariane qui s'agitaient sur le piano, diffusant les douces notes de la Marche Turque de Mozart dans toute la pièce, le tout sous le regard admiratif d'Anthony dont les talents musicaux étaient désespérants.

 

Edwin se retourna pour fixer l'aisance avec laquelle les petites mains d'Ariane couraient sur le clavier, enchaînant les octaves avec aisance, et poussa un soupir. Il avait beau être terriblement excité par la journée qu'il allait vivre, il ne pouvait s'empêcher d'avoir envie de rester à jamais dans le calme rassurant du manoir, bercé par les mélodies enchanteresses d'Ariane, les mugissements du vent et les crépitements du feu qui ronflait dans la cheminée. Ces derniers furent soudainement couverts par le bruit significatif d'un transplanage et Edwin baissa les yeux pour voir la fine silhouette de Nelly, la plus jeune de leurs elfes de maison, à ses côtés.

 

- Le maître veut vous voir, annonça-t-elle au jeune garçon. Il a dit à Nelly qu'il avait des recommandations à vous faire avant votre départ et qu'il fallait que vous veniez tout de suite dans son bureau.

 

Edwin fronça les sourcils et remercia Nelly d'un air absent. Il se demandait ce que son père pouvait bien lui vouloir si peu de temps avant leur départ pour Kings Cross, prévu incessamment sous peu. Il quitta donc le salon, laissant Ariane se jeter sur Nelly qui était comme sa confidente alors qu'Anthony s'asseyait au piano pour entamer grossièrement le Cavalier Sauvage de Schumann qui était le seul morceau qu'il arrivait encore à jouer du haut de ses treize ans.

 

Toujours aussi intrigué, Edwin traversa l'enfilade de salons qui menaient au grand escalier puis gravit les marches de celui-ci jusqu'au premier étage. Il emprunta alors un dédale de couloirs où n'importe quel étranger se serait perdu et finit par arriver devant une haute porte de bois verni. Il inspira un bon coup, puis brandit le poing et toqua poliment contre le battant de la porte. La voix dure et sévère de son père lui répondit et Edwin actionna la poignée.

 

Les étagères peuplées d'objets curieux du bureau de son père se dévoilèrent à ses yeux et il progressa doucement vers la table revêtue de cuir derrière lequel le chef de famille était installé, son corps se découpant à contre-jour dans la clarté des deux fenêtres donnant sur le parc. Sur sa droite, une petite porte donnait accès à l'immense bibliothèque du manoir qui faisait leur renommée aux quatre coins du globe, fruit du travail des générations qui les avaient précédés.

 

Négligemment coulé dans un fauteuil aux bras sculptés, Hypérion Martins jaugeait d'un regard froid le plus jeune de ses enfants et Edwin sentit le malaise le gagner. Depuis son plus jeune âge, il ne s'était jamais sentie en sécurité lorsqu'il était en présence de ses parents. Leur prestance, la sévérité qui se dégageaient de leurs traits et l'aura malsaine qui les entourait l'étouffaient, et il en était arrivé à entretenir des liens plus étroits avec les nombreux elfes de maison qui servaient les Martins depuis son plus jeune âge. Pour ne rien arranger, Hypérion prenait toujours un malin plaisir à voir la peur qu'il suscitait chez son fils : il adorait voir de l'emprise sur ceux qui l'entouraient et le fait que cela soit sur sa propre progéniture ne lui posait aucun problème. Il s'autorisa donc un sourire mesquin en se redressant dans son fauteuil, sans lâcher Edwin des yeux.

 

- Vous savez que, si ça ne tenait qu'à nous, aucun de vous trois n'irait étudier à Poudlard, commença-t-il enfin après lui avoir indiqué de s'asseoir.

 

Automatiquement, Edwin opina du chef.

 

- Plus les années passent, et plus cet endroit se dégrade, reprit Hypérion avec une grimace de dégoût. Depuis que ce Dippet est à la direction, le nombre de Sang-de-Bourbe augmente effroyablement.

 

À nouveau, Edwin hocha la tête. Il connaissait parfaitement les opinions de ses parents au sujet des Nés-Moldus et des sangs impurs et, par obligation, y adhérait bêtement, se contentant d'avaler leurs propos sans chercher à évaluer leur pertinence.

 

- Vous savez aussi que votre mère et moi avons commencé de nouvelles recherches, ces dernières années, ce qui rend tout bonnement inenvisageable l'enseignement à domicile.

 

Hypérion semblait plutôt se rappeler à lui-même les raisons qui l'avaient poussé à accepter que sa si précieuse descendance aille étudier à Poudlard au lieu de les expliquer à son fils, mais Edwin acquiesça tout de même.

 

- Vous et votre sœur allez donc entrer à Poudlard avec Anthony. Pour autant, si jamais j'ai vent du moindre écart de comportement de votre part, vous reviendrez tous les trois ici immédiatement.  

 

Laissant son fils méditer ses mots, Hypérion s'interrompit un moment.

 

- Il n'y a pas de mal ou de bien dans ce monde, Edwin. Il y a juste l'honneur, reprit-il. L'honneur est ce qui doit vous faire respirer, ce qui doit motiver n'importe laquelle de vos actions. Quelle est la devise de notre famille ?

 

Déstabilisé par la question, Edwin mit quelques instants à répondre.

 

- Tout... tout se paye, finit-il par déclarer d'une voix tremblante.

 

- Exactement. Tout se paye, répéta Hypérion. Le moindre affront, la moindre injustice, le moindre manque de respect... Tout. Votre sang vous confère une position de choix que vous vous devez de garantir face aux affronts de tous ces sorciers que vous rencontrerez à Poudlard, poursuivit-il, crachant le nom de l'école comme il aurait craché un fruit trop acide. Retenez le, Edwin. Honneur, supériorité, vengeance. C'est ce qui doit constituer l'essence de votre être. 

 

~*~

 

Lorsqu'Edwin redescendit au rez-de-chaussée pour rejoindre Anthony et Ariane, son enthousiasme du début de journée était bien retombé. S'il avait été excité à l'idée d'enfin pouvoir rentrer dans ce qu'il considérait être un temple du savoir et qui lui permettrait d'assouvir la moindre de ses curiosités, le rappel à l'ordre de son père avait fait monter sa nervosité en flèche et il commençait à réaliser le réel enjeu de cette rentrée. Contrairement aux autres enfants de son âge, son objectif n'allait pas être de se faire des amis, mais bien d'asseoir la supériorité de sa famille sur les autres dès le départ.

 

De plus, la cérémonie de la Répartition l'angoissait. Il était implicitement évident que ses parents ne voyaient que Serpentard comme maison susceptible d'accueillir leurs enfants, mais il n'était pas sûr d'avoir les qualités requises pour y entrer. D'après ce que lui avait dit Anthony, qui lui avait rejoint les rangs des verts et argent sans peine, les élèves y étaient pour la plupart dotés d'un certain mépris pour les règles, chose qu'il était certain de ne pas posséder. La seule maison qu'il pensait susceptible de l'accueillir était Serdaigle, et il savait bien que cela ne conviendrait jamais à ses parents.

 

Remarquant sa tension, Anthony s'approcha de lui et posa une main sur son épaule.

 

- Il t'a fait son sermon, hein ? devina-t-il sans peine.

 

Edwin hocha la tête, le regard baissé.

 

- Honnêtement, ce n'est pas la peine de t'inquiéter pour ça, Ed. Il n'aura pas d'espions à Poudlard pour vérifier le moindre de tes faits et gestes, et si tu t'inquiètes pour ta Répartition, je t'assure qu'il prendra en compte ton désir de rejoindre Serpentard.

 

Anthony s'interrompit un moment et vérifia que seule Ariane se trouvait avec dans le Hall pour lui murmurer :

 

- C'est ce qu'il a fait, pour moi. À un moment, il m'a dit que j'aurais tout à fait ma place à Gryffondor, mais je lui ai demandé si mes qualités ne me permettaient pas aussi de rejoindre Serpentard.

 

Face à l'ahurissement évident de son petit frère, Anthony éclata de rire. À peine quelques minutes plus tard, alors qu'Edwin tentait toujours de se remettre de la révélation de son frère, les trois elfes de maison qui avaient été chargés de les emmener à la gare s'emparèrent de leurs trois valises et les firent transplaner. Ni Hypétion ni Euphellys Martins ne daignèrent quitter leurs cabinets de travail pour souhaiter un bon trimestre à leurs enfants. 

 

 

~*~

 
 
1er septembre 1938, orphelinat Wool, Londres

 

Tom et Lianna s'étaient tous deux assis sur leur malle respective afin d'y faire rentrer leurs affaires de dernières minutes qui menaçaient dangereusement d'y déborder tant le contenu de ces dernières était remplies de nombreuses choses toutes aussi impressionnantes les unes que les autres. Avec un soupir de soulagement qu'ils laissèrent échapper au même moment, Tom et Lianna se lancèrent un sourire de connivence car ils allaient partir de cet Enfer qu'était l'orphelinat Wool, ce lieu où ils vivaient si malheureusement depuis leur plus tendre enfance.

 

Ils étaient tellement excités, mais parallèlement, ils éprouvaient une certaine crainte à l'idée de partir dans un endroit qui leur était inconnu. Tout avait finalement pris sens deux mois auparavant. Tout ce qui leur était étrangement arrivé ces dernières années avait enfin eut une logique et une réponse à toutes ces questions qu'ils s'étaient posées. Ils étaient vraiment spéciaux et dotés de capacités exceptionnelles. Oui, ils n'étaient certainement pas habités par un de ces quelconques démons que certains frères et sœurs ne cessaient d'apercevoir si injustement en eux. Non, ils étaient bien plus que ça. Ils étaient uniques. Ils étaient des sorciers. Ils étaient bien  plus puissants que toutes les personnes avec lesquels ils avaient grandi. Ils appartenaient à un monde si différent duquel ils avaient vécu jusqu'à ce jour. Oui, aujourd'hui était un grand jour, ils se rendaient dans une école de sorcellerie dans laquelle ils s'étaient tous deux promis, et ce quoi qu'ils leur en coûtaient, d'être les meilleurs. Ils allaient se surpasser, montrer qu'ils valaient quelque chose sur cette Terre ! Qu'ils n'étaient pas que des moins que rien, que de la saleté !

 

- J'espère que vous ne comptiez pas partir tous les deux sans me dire au revoir ? lança une voix douce à leur égard.

 

Tom et Lianna qui étaient toujours assis sur leur malle qu'ils avaient tous deux préparé dans la chambre du petit garçon à l'abri des regards indiscrets, relevèrent hâtivement leurs regards vers le son de la voix. Les enfants étaient un peu surpris, car ils s'attendaient à une toute autre personne qui, en ce moment même, leur laissait d'ailleurs le temps de s'apprêter quelques étages plus bas. En effet, ce professeur Dumbledore, qui était venu leur annoncer deux mois auparavant leur véritable nature, s'assurait à l'instant même d'occuper et de converser avec certains frères et sœurs qui s'acharnaient particulièrement sur eux alors qu'ils préparaient leurs affaires en toute discrétion. Sans qu'ils ne le sachent, cet adulte sorcier avait gentiment demandé aux divers précepteurs des orphelins et à la directrice madame Cole,  de ne pas, ou plutôt de ne plus s'occuper de leurs affaires, car l'école les prenait désormais à charge jusqu'aux prochaines grandes vacances. Jusqu'à ce jour, ce fut cet homme, qui leur avait d'ailleurs paru bien excentrique, qui avait gardé toutes leurs affaires acquises dans cet endroit débordant de magie qui les avait émerveillés afin de n'éveiller aucun soupçon sur ces biens qui pourraient s'avérer étranges auprès d'humains qui ne possédaient pas de magie.

 

Liliane ? lancèrent-ils d'une  même voix enfantine, qu'est-ce que tu fais là ?

 

- Je vous dérange ? demanda Liliane d'un ton faussement outré, ou maintenant vous allez décider de m'oublier pour vous épanouir dans cette «  fabuleuse » école ? lança-t-elle avec insinuation.

 

- Non ! s'outra Tom, en abordant un petit sourire, heureux de la voir avant leur départ, tu ne nous déranges jamais ! On est juste surpris, on croyait que c'était le... professeur Dumbledore, on terminait nos valises. Tu sais, il nous a laissé le temps de ranger nos affaires, il va venir nous les prendre après, et... il va sûrement utiliser la magie ! lança-t-il émerveillé, heureusement que tous sont retournés à l'école aujourd'hui. Il ne reste que les bébés dans la grande nurserie, on est tranquille et on va partir sans qu'on ne nous ennuie !

 

- Je sais, c'est lui qui m'a dit que vous étiez ici d'ailleurs... votre... futur professeur ne passe pas forcément inaperçu des regards si vous voulez mon avis, lança-t-elle avec un petit clin d'œil. Et bien, continua-t-elle avec entrain, ai-je le droit à un bonjour ?

 

Après ces paroles énoncées qui furent approuvées par Lianna, ils se levèrent de leur malle respective d'un même mouvement assuré afin de se diriger vers elle. Cela fit étrangement sourire la femme assise sur son fauteuil roulant qui restait positionnée devant la porte d'entrée de la chambre de Tom car, dans un sens, ces deux enfants étaient tellement semblables. Le petit garçon fut le premier à aller se blottir contre la poitrine de la femme qui, quelques semaines auparavant, avait apprit ce qu'ils étaient réellement de la bouche de ce professeur qui, mine de rien, avait engendré une certaine crainte auprès des deux enfants en faisait semblant de brûler l'armoire se situant dans la chambre du garçonnet. Tout cela avait été réalisé dans le but qu'ils puissent remettre tous deux les objets qu'ils avaient volés à leurs propriétaires respectifs au cours de ces dernières années. Le sorcier, après que Lianna eut timidement parlé de l'adulte aux cheveux roux lors de leur deuxième rencontre, et alors qu'il était revenu les voir afin de s'assurer qu'ils se portaient bien, avait finalement tranché qu'il les accompagnerait sur le chemin de Traverse et ce, que les enfants ne le veuillent ou non. Le mage blanc avait également jugé bon de mettre cette moldue si spéciale aux yeux de ces jeunes sorciers dans la confidence la plus secrète et totale et à l'insu du ministère de la Magie. Le professeur Dumbledore comprenait étrangement et suite à cette impression qu'il éprouvait en leur présence, que ces enfants avaient plus que besoin d'une attache et d'une attention toute particulière. Leur aura magique semblait d'ailleurs déjà bien conséquente et imposante.

 

Liliane, bien qu'elle eut été choquée par ces multiples révélations, avait finalement accepté l'annonce de ce secret qui lui avait été confié, digérant difficilement la nouvelle. Cette divulgation qui lui démontrait qu'un autre monde existait en parallèle de celui qu'elle connaissait. Un monde magique. Un monde que tout humain sans capacité magique ne pourrait croire réel si elle n'avait pas connu ces deux petits orphelins et surtout si elle n'avait pas vu des tours de magie exécutés par cet homme excentrique sous ses yeux innocents. Cela expliquait désormais bon nombre de choses et elle n'avait pas l'intention de s'éloigner d'eux parce que ces enfants étaient des sorciers. Bien au contraire, elle les trouvait exceptionnels. Ils étaient foncièrement bons. Liliane les connaissait plus que quiconque désormais et elle savait parfaitement qu'ils se sentaient effroyablement seuls. Ils n'avaient rien de mauvaises personnes, elle le croyait profondément dans son cœur.

 

- Tu vas nous manquer, lâcha Lianna de sa voix fluette alors que Tom lui laissait sa place afin de se blottir à son tour contre elle en guise de bonjour, tu es la seule  avec Will qui va nous manquer.

 

- J'espère bien, remarqua Liliane en passant une main dans les boucles noires de la fillette, je veux que vous me promettiez quelque chose  tous les deux, pouvez-vous faire ça ?

 

Lianna jeta un œil en coin à Tom et se demanda pourquoi Liliane semblait tout d'un coup très sérieuse dans sa façon de leur parler. Ses yeux vert émeraude s'attardèrent autant sur la fillette que sur le garçonnet, comme si elle essayait de chercher les mots adéquats sans pour autant les offenser. Elle se souvenait parfaitement du jour où elle les avait rencontrés alors qu'ils se faisaient agresser par d'autres enfants au sein de leur petite école tandis qu'elle venait d'être nommée professeure. Liliane avait ressenti une peur incongrue, voire inexplicable, après avoir pris leur défense. Mais ce temps-là était révolu et elle s'était prise d'affection pour ces derniers. Désormais, elle pensait avoir le droit de leur dire ce genre de choses pour leur bien, car ils l'écoutaient, elle. De plus, ces enfants semblaient s'être pris d'affection pour elle comme elle-même s'était éprise d'eux. Un lien incroyable s'était tissé entre eux.

 

- Tout ce que tu veux, fit Tom après s'être appuyé contre l'accoudoir du fauteuil roulant avec une certaine prestance, on t'écoute.

 

- Je voudrais, commença-t-elle lentement, que vous alliez vers les enfants de votre âge, et que vous vous fassiez des amis dans cette école, termina-t-elle en redoutant leur réaction, vous verrez, ce sera probablement différent avec des enfants comme vous, qui... qui vous comprendrons. Et vous vous sentirez peut-être mieux dans votre peau. Avoir des amis est quelque chose de merveilleux. Je veux que vous profitiez de ce bonheur. Soyez agréable comme vous l'êtes avec moi.

 

- Non, fit durement Lianna à la place de Tom qui allait ouvrir la bouche, je ne te promets pas ça.

 

Liliane fronça les sourcils devant ce ton plus froid et catégorique, mais cela ne l'étonnait pas. À force de persécutions, elle avait aisément remarqué leurs changements de comportements s'accroître radicalement ces dernières années, ce qui parfois, pouvait même être qualifié d'angoissant. Même à ses yeux. Elle l'avait remarqué, ils pouvaient faire étrangement peur. De nombreuses rumeurs avaient été perçues autour d'eux et Liliane commençaient sincèrement à croire désormais que certains de ces événements  s'étaient vraiment produits. Comme la fois où le lapin de Billy Stubbs avait été  découvert pendu à une poutre, ou encore cette fois ou ces deux enfants avaient été retrouvés complètement tétanisé à l'entrée d'une grotte lors d'un voyage à la mer près de Tom et de Lianna qui faisaient mine de jouer sur le sable. Oui, cela n'étaient pas forcément le fruit du hasard. Mais elle ne voulait pas penser à ça car ces enfants avaient besoin de quelqu'un pour les soutenir, et elle ne pouvait tout simplement pas les imaginer réaliser ce genre d'horribles choses dont on les désignait pourtant responsables.

 

- Lianna à raison, c'est non, siffla Tom en fronçant les sourcils. Pourquoi nous demandes-tu ça ? continua-t-il d'un ton colérique, tu sais qu'on est toujours pauvres, et qu'on n'a pas de parents !

 

- Et ? fit Liliane en fronçant son nez arlequin, vous croyez qu'on va vous juger à cause de...

 

- Parce qu'on est orphelin et qu'on à pas grandit là, dans ce monde, donc oui ! Regarde nos uniformes de l'orphelinat, nos vêtements sont tout abîmés, on va rigoler de nous ! fit de nouveau froidement Lianna, alors que malgré elle, les larmes lui montaient aux yeux, non, on n'a pas le temps pour les amis, ça ne sert à rien ! Tom et moi on a décidé qu'on voulait être les meilleurs de toute façon ! C'est pour ça qu'on a essayé d'en savoir le plus possible dans ces livres qu'on a achetés pour les cours avant de rentrer à l'école !

 

- Vous devriez essayer, vous pourriez être surpris, fit Liliane d'un ton maternel en attrapant contre leur gré une de leur main respective, il y a de bonnes personnes qui justement ne vous jugerons pas pour cela, qui vous aimerons pour ce que vous êtes. Tom, Lianna, lâcha-t-elle avec sérieux, j'ai bien remarqué votre renfermement et cette froideur qui semblent vous habiter depuis quelques temps et même si je ne vous ai rien dit, je m'inquiète de cette impassibilité que vous affichez même à mon égard par moment. Je peux comprendre car vous en avez vu des vertes et des pas mûres. Personne ne devrait grandir comme vous le faites, fit-elle tristement, je sais qu'on vous à beaucoup déçu, qu'on vous a fait subir beaucoup de mauvais traitements mais je voulais vous ann...

 

- TU NE SAIS PAS ! cria brusquement Tom en explosant, il déboutonna alors sa petite chemise grisâtre d'uniforme après avoir lâché la main de Liliane, piqué au vif, TU VOIS ÇA, C'EST LAID ! ON A EU ÇA PARCE QU'ON NE NOUS COMPRENAIT PAS ! ET SI A POUDLARD, ON NOUS REJETAIT PARCE QUE CES MARQUES SONT LAIDES ? TU SAIS BIEN QUE C'EST CE QUI VA SE PASSER SI LES GENS L'APPRENNENT, ON VA PAS NOUS AIMER COMME TOUJOURS ! NON, ON SERA TOUJOURS QUE TOUS LES DEUX ! LIANNA ET MOI ON A BESOIN DE PERSONNE D'AUTRE ET ON SERA LES MEILLEURS SORCIERS DE L'ECOLE !

 

Tom voulut s'éloigner rageusement d'elle, mais avec une vitesse déconcertante et grâce à sa chaise roulante, Liliane l'attrapa par sa ceinture toute détériorée, et elle le prit de force sur l'un de ses genoux. Au même moment, elle agrippa à son tour  Lianna qui avait tenté de s'écarter de la rouquine qui ne comprenait pas, et qui insistait sur le fait qu'ils devaient vraiment essayer de se faire des amis. Sans que la  fillette  ne comprenne ce qui lui arrivait, elle se retrouva alors posée docilement sur son genou libre. Tom la fixa glacialement et Lianna tenta d'afficher une expression semblable mais cela ne sembla faire ni chaud ni froid aux yeux de l'adulte.

 

- Bien, fit Liliane en les empoignant doucement tout les deux d'un bras, je veux que vous sachiez que vous n'êtes pas laids, vous êtes même très mignons et je ne doute pas que vous ferez des ravages plus tards vu vos jolis visages... Lianna, Tom, fit-elle sérieusement, tout ça, fit-elle en passant doucement une main sur la torse dénudé de Tom, ce n'est pas laid et vous ne méritez certainement pas ça, elle reboutonna alors délicatement la chemise du petit sorcier, vous n'êtes pas responsable de ça. Je voulais vous dire que j'avais une nouvelle à vous annoncer. Elle s'arrêta jaugeant les deux orphelins qui la regardait maintenant les sourcils froncés, j'ai introduis une demande d'adoption auprès de... et bien de l'Etat non magique, fit-elle en analysant avec un doux plaisir l'ébahissement apparaître sur les traits juvéniles des enfants, cependant, comme vous faites officiellement partie des deux mondes, votre professeur Dumbed... Dumbledore va introduire une demande du coté sorcier, et faire en sorte ainsi que les autorités adéquates puissent entrer discrètement en contacts si j'ai bien compris. Par ailleurs, des sorciers vont venir investiguer sur vos conditions de vies ici qui plus est... et j'en suis bien ravie... Alors est-ce que vous voudriez de moi comme tutrice d'ici quelques mois ?

 

- Que... quoi ?, s'excita Tom la voix devenue brusquement rauque de bonheur, tu veux nous prendre avec toi, tout les deux ? continua-t-il en gigotant nerveusement, vraiment, pour de vrai ?

 

- Je vois que ça a eu le don de vous calmer ! Oui, cela fait un petit temps que j'y songeais mais ma situation financière était... et bien, pas forcément très joyeuse. Mais oui, je veux vous prendre avec moi, sourit franchement Liliane, tout en essuyant les iris de Lianna qui avaient commencé à s'embuer de larmes de bonheur, enfin, si vous voulez vivre avec une personne en chaise roulante et dans une petite maison qui n'est pas forcément  très...

 

- OUI ! s'exclama à grand cris  Lianna, on voudrait venir avec toi, si le tu veux ! Et... elle s'arrêta brusquement, pensive, je veux bien te promettre d'essayer... pour ce que tu nous  as demandé, lança-t-elle d'une voix plus timide,  mais... Nagini , elle pourra rester  définitivement avec  toi et  toute l'année quand on sera à l'école ?

 

- Nagini pourra rester tout le temps avec moi, évidemment , approuva-t-elle. Elle comprit que c'était la meilleure des réponses en apercevant le sourire de Tom s'élargir si amplement sur son visage, qu'il aurait pu se tordre  un muscle, alors...

 

- Je vais essayer aussi pour toi, lâcha Tom  avec un sérieux qui la déstabilisa, puis il se blottit contre sa poitrine, merci Liliane, termina-t-il en se promettant de faire discrètement des recherches avec Lianna pour tenter de  soigner la maladie de cette adulte qu'ils pensaient véritablement aimer, on t'écrira souvent, c'est promis.

 

- Je suis très heureuse de vous entendre prononcer ces mots, lâcha-t-elle, en les positionnant correctement contre sa poitrine, et bien évidemment que vous aller m'écrire jeunes gens, je compte sur vous pour tout me raconter sur vos petites aventures de sorciers en herbe. Quant à moi, je ferais en sorte de vous informer de... l'évolution de la situation, termina-t-elle avec un clin d'œil.

 

C'est ainsi que tous deux pelotonnés contre la poitrine de cette moldue et plus heureux qu'ils ne l'eussent  jamais été quant à la possibilité d'un futur meilleur, qu'ils passèrent leurs dernières minutes à l'orphelinat. Liliane en profita pour leur poser des questions sur leurs divers livres de cours de sorcelleries afin de montrer à ces enfants qu'elle portait sincèrement un vif intérêt à leur avenir.

 

- Et si vous me parliez un peu de ces quatre maisons qui sont censées vous accueillir ? C'est ce que vous avez lu dans ce gros livre sur Pod... pud... Poudlard, non ?

 

~*~

 

1er septembre 1938, voie 9 ¾, Kings Cross, Londres

 

- Il exagère vraiment !

 

Edwin sursauta et se retourna vers sa jumelle qui regardait d'un air désapprobateur Anthony monter dans le Poudlard Express en compagnie de Fleamont Potter, avec qui il discutait avec entrain.

 

- Pourquoi ? s'étonna-t-il.

 

- C'est un Gryffondor ! Un Potter, en plus ! Tu sais, ce sont ceux qui habitent à Tinworth, à côté de notre manoir de vacances.

 

Edwin réfléchit un instant et une lueur s'alluma dans ses yeux. Oui, il savait. Les Potter n'étaient pas une famille telle que ses parents les appréciaient. Ils étaient trop lâches sur l'éducation selon eux, en plus de tolérer les Nés-Moldus dans leur arbre généalogique, ce qui était impensable pour les Martins. Mais il était si nerveux qu'il ne fit pas grand cas des fréquentations de son frère. Malgré les paroles réconfortantes de celui-ci, il avait toujours aussi peur de ne pas être à la hauteur des attentes de son père.

 

Tandis qu'Ariane continuait à vociférer contre le comportement inacceptable de son frère, il tourna la tête et observa les autres familles présentes sur le quai et pour qui les adieux étaient difficiles. À quelques mètres d'eux, Mr et Mrs Selwyn, qu'il connaissait de vue pour les avoir aperçus plusieurs fois au manoir lors des soirées que donnaient ses parents, s'apprêtaient à transplaner après avoir longuement rassuré et entouré d'amour leur petite Haley qui rentrait elle aussi en première année. Témoin de cette scène, Edwin ne put s'empêcher d'être envieux. Aucun de ses deux parents n'avait pris la peine de les accompagner à la gare, et encore moins de les serrer dans leurs bras comme venait de le faire Mrs Selwyn avec sa fille unique.

 

Pour atténuer la brûlure qui commençait à incendier son estomac à la vision de toutes ces familles unies et chaleureuses, il tenta de trouver d'autres enfants abandonnés par leurs parents sur le quai. Et ce fut la première fois qu'il les vit. Non loin du pilier de brique qui donnait accès à la voie 9 ¾, deux enfants se tenaient à côté d'un homme à la longue barbe et aux cheveux roux qu'il prit tout d'abord pour leur père avant que plusieurs élèves ne passent devant lui en lançant un : « Bonjour, professeur Dumbledore ! » qui mit la puce à l'oreille d'Edwin. Si ces deux enfants étaient accompagnés d'un professeur, c'était sans nul doute qu'ils n'avaient pas de parents ou que ceux-ci étaient des Moldus.

 

Pourtant, même en sachant qu'ils appartenaient certainement à ce que ses parents appelaient la vermine la société, il ne put détacher ses yeux de leurs deux silhouettes. Quelque chose d'étrange se dégageait d'eux. Que ce soit le garçon, dont le minois encore potelé affichait une mine confiante, ou la fille qui tentait de l'imiter sans pour autant parvenir à refréner les regards fascinés qu'elle jetait aux malles qui lévitaient sur le quai, tous deux étaient empreints d'une assurance innocente qu'Edwin était loin de ressentir.

 

En les voyant là, si sûrs d'eux et pourtant si seuls et chétifs face au monde inconnu qui était incontestablement en train de s'ouvrir à eux, Edwin sentit une autre forme de jalousie s'emparer de lui et, toujours indifférent aux babillages d'Ariane, il se redressa fièrement du plus haut que sa petite taille pouvait lui permettre. Il était tout simplement hors de question que de simples Nés-Moldus se sentent supérieurs à lui, le second fils des Martins, la famille de Sang-Pur la plus crainte d'Angleterre. Honneur, supériorité, vengeance. Ça devait devenir son credo, coûte que coûte. Il devait montrer à ses parents qu'il était digne d'intérêt. Qu'il était digne d'être leur fils, digne de recevoir leur attention.

 

~*~

 

« Tu as vu nos malles  que ces sorciers  font envoler avec les autres, Tom ? »

 

Lianna parlait mentalement à Tom depuis quelques minutes. Ils s'étaient découvert cette capacité des années auparavant. Et depuis, ils s'en servaient régulièrement pour ne pas être entendus. Ils ne savaient pas encore que ce don particulier était quelque chose de rare que peu de sorciers bien plus âgés qu'eux ne savaient pas forcément maîtriser aussi aisément qu'ils ne le faisaient eux-mêmes. Dans ce cas précis, ils ne voulaient pas être écoutés par l'homme à la fine barbe rousse - le professeur Dumbledore - qui venait de les faire traverser ce mur de brique, les menant sur ce fameux quai 9 ¾ dissimulé aux yeux des non magiques.

 

« Je vois », lâcha-t-il, dissimulant son émerveillement, « comme je vois toute ces personnes entourées de leur parents », marmonna-t-il écœuré, « rappelle toi, Lianna, on doit paraître durs, on ne se laisse faire par personne. »

 

« Je sais »,  lâcha-t-elle en fixant avec envie les multiples familles heureuses pour qui les adieux semblaient difficiles, « on a promis à Liliane d'essayer quand même, même si je n'y crois pas non plus », continua-t-elle, en ne détachant pas ses iris de la vision qui s'offrait merveilleusement à elle, « elle va nous prendre avec elle bientôt... on peut essayer pour elle. »

 

« On va essayer », affirma-t-il, une fois. « Parce que je ne vais pas briser cette promesse sans preuve pour elle. Mais continue d'afficher cet air confiant sur ton visage, c'est bien... ça peut faire oublier nos habits de pauvres... moi je sais qu'on va se faire mal voir à cause de ça, tu vas voir. Liliane pense comme ça parce qu'elle aussi à sa différence. On doit donc se montrer confiant et sur de nous. Je suis certain que nous savons faire des choses que d'autres ne savent pas faire. »

 

Ils tentaient effectivement d'afficher une confiance inébranlable aux yeux des autres, de ne pas paraître aussi chétifs qu'ils devaient probablement le laisser paraître avec leur allure maigrichonne, et leurs vêtements de miséreux. Ainsi positionnés au coté de ce professeur affublé d'yeux bleus pétillants qui donnaient l'impression de vous analyser au rayon X et qui ne cessait d'ailleurs de se faire saluer par de multiples élèves , Tom et Lianna avaient aisément remarqué les divers regards qui se posaient sur eux, les analysant de haut en bas, avec pitié, du dégoût ou encore une indifférence totale. Et c'était gênant. Le professeur Dumbledore hormis cela, semblait vraiment être apprécié par bon nombre d'étudiants.    

 

- Tom, Lianna c'est ici que je vous laisse, commença aimablement Dumbledore, n'ayez donc pas peur de tout ce monde, et profitez de votre voyage nous nous retrouv...

 

Mais Lianna n'écoutait plus vraiment les recommandations de leur futur professeur de métamorphose. Son regard bleu-vert s'était attardé sur un petit garçon aux yeux sensiblement semblables aux siens et qui les fixait tout les deux depuis quelques secondes. Positionné au coté d'une fillette auprès du Poudlard Express, le garçon semblait aussi perdu qu'eux, bien que leur allure vestimentaire ne laissait émaner aucun doute quant à leur richesse que ni Tom ni elle-même ne possédait. Un petit sourire s'afficha alors discrètement sur ses lèvres car  peut-être que Liliane avait raison, ils devraient vraiment  essayer de faire connaissance avec des enfants de leur âge.  Avec comme futur objectif d'aller trouver ces deux enfants une fois que leur professeur serait parti, elle ne savait pas encore à quel point, en s'approchant de ces derniers dans le Poudlard Express, qu'ils seraient tout les deux encore une fois déçus dans leur misérable vie...

 

La promesse qu'ils avaient faite à Liliane s'évaporerait bien vite de leur esprit une heure plus tard et notamment à cause d'Eloïse Carrow qu'ils rencontreraient tout deux dans le train. Cela leur prouva encore une fois qu'ils avaient eu raison. Car après s'être fait rabaisser de haut par cette petite fille qui se moquerait de leurs vêtements d'orphelins et de leurs soi-disant infériorité de sang, Tom et Lianna changeraient définitivement de comportement envers tout individu. Oui, ils deviendraient aussi méprisant et froid que de la glace qu'ils ne commençaient déjà à l'être à ce jour envers l'ensemble des étudiants de Poudlard pour lesquels ils essaieraient désormais de se faire respecter voire même de monter insidieusement au sein de la hiérarchie des sorciers les plus nobles tels... des petits serpents aux crocs venimeux.

 

Tom et Lianna allaient mentir à Liliane jusqu'à sa mort qui aurait lieux deux ans et demi plus tard car Ils seraient les plus puissants sorciers de tout les temps.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.