S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 03/07/2022 00:26


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Tu n'es pas comme les autres ! par CacheCoeur

[59 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

 

Janvier 1998

Abyssus abyssum invocat.

L’abîme appelle l’abîme.

– Ta famille a servi le Seigneur des Ténèbres lors de la première guerre, siffla la voix d’Alecto Carrow.

Elle avait demandé à voir Sally-Anne après la fin du cours. Elle avait sagement obéi, sa baguette au poing, sentant le regard consterné de Milicent qui l’avait trop souvent prévenu.

Mais Sally-Anne avait continué à refuser de torturer des enfants. Elle n’écoutait pas en classe, faisait des grimaces pour se moquer d’Alecto Carrow et aidait encore ce petit Serpentard qui venait leurer dans ses jupes.

Et maintenant... elle y était.

Sally-Anne allait subir la punition qu’Alecto Carrow, la meurtrière de sa tante adorée, avait prévu pour elle. Après des mois à la confronter devant tout le monde, à tourner en dérision son autorité … Sally-Anne allait obtenir ce qu’elle avait cherché durant tout ce temps.

– Ton cousin Barty a fait honneur à son rang et à son sang. Grâce à lui, le Seigneur des Ténèbres est de nouveau….

– Mon cousin Barty s’est fait rouler une pelle par un Détraqueur et est mort comme un con, la coupa la blonde.

Alecto Carrow se mit à pâlir sous l’effet de la colère.

– Le nom des Croupton a disparu avec lui, termina Sally-Anne. En quoi fait-il honneur à son sang, maintenant que plus personne ne portera son nom ? Mon oncle est mort lui aussi. Ma tante est morte elle aussi. Ma mère est une Perks. Et parce qu’elle est une femme, elle ne ressuscitera pas ce nom et ne me l’a pas transmis. C’est un nom qui me fait honte.

La gifle que lui assena Carrow lui fit dévier la tête si fort qu’elle sentit les os de son cou craquer sous la violence de l’assaut. Sally-Anne tourna lentement son visage vers celui d’Alecto, sentant la brûlure de sa main sur sa joue, et affronta son regard. La femme, toute de noir vêtue, porta ses doigts à la gorge diaphane de Sally-Anne qui se retint de respirer quelques secondes. Les pulpes de l’index et du majeur d’Alecta, trop proches de son pouls, lui donnèrent la nausée. Alecto les fit cavaler longtemps, doigt après doigt, jusqu’au collier que la Serpentard portait. Elle l’arracha d’un coup sec.

– Selina avait le même collier le jour où je l’ai fait se vider de son sang.

La gifle que lui assena Sally-Anne les surprit toutes deux. Le bruit résonna dans la salle de classe vide. Alecto n’avait pas bougé et un sourire pervers et sadique se dessina sur ses lèvres pleines. Sally-Anne eut à peine le temps d’écarquiller les yeux et de sursauter qu’Alecto avait déjà sa baguette enfoncer sous son menton.

Elle entendit, cette fois-ci, non seulement les os de son cou craquer, mais aussi ceux de tout son corps. De ceux qui articulaient ses doigts de pieds, jusqu’à ses clavicules en passant par son bassin et en longeant ceux de sa colonne vertébrale.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle était recroquevillée sur le sol et trempée de sueur. Alecto s’était penchée au-dessus d’elle, le collier au bout duquel pendait la dernière fleur que Selina Croupton avait offert à sa nièce, entre ses griffes acérées et cruelles.

Sally-Anne ne chercha pas à se relever. Elle resta inerte, sur le sol froid de la salle de classe, le dos appuyé contre les bureaux de la première rangée.

– Ta tante et moi étions amies lorsque nous avions ton âge, lui confia Alecto d’une voix doucereuse.

Sally-Anne doutait qu’une femme comme elle ait un jour eu des amis.

Et que ceux-ci aient pu compter sa tante parmi eux.

– Selina était un sacrée phénomène, s’amusa Alecto. Et c’est parce que tu me faisais penser à elle, que je t’ai si longtemps épargnée… La même fougue, la même soif de liberté, les mêmes yeux…

Elle soupira longuement et Sally-Anne comprit seulement à cet instant la raison pour laquelle elle ne bougeait pas.

Elle avait peur.

Elle était paralysée par la trouille et la terreur qui rongeait ses nerfs et l’empêchait de réfléchir. Elle se sentait happée pour l’abîme. Toujours plus.

– Non…, chuchota-t-elle. Ma tante était quelqu’un de bien.

– Autrefois, il est certain, affirma Alecto. Il est étrange de se rendre compte comme deux personnes si semblables peuvent suivre des chemins si différents. Nous étions pareilles, elle et moi. Ta tante, après Poudlard, est partie voyager aux quatre coins du monde et a préféré s’amuser plutôt que de servir sa communauté. Mais fût une époque, où elle rêvait d’offrir à sa famille l’honneur de l’affilier à une autre, de même rang et de même sang. Elle aurait magnifiquement bien portée le nom des Carrow…

– Ma tante a toujours refusé de se marier, bredouilla la jeune femme. Elle était bienveillante et jamais elle ne serait devenue une Carrow.

– Et là fût son erreur. Je crois que ses voyages lui ont embrouillé les idées. Commettras-tu la même bêtise ? Refuseras-tu de te soumettre ?

– Nous sommes au vingtième siècle. Si vous pensez qu’une femme gagne sa place en se mariant ou en engendrant des héritiers, c’est que vous êtes encore plus stupide que je ne le pensais, affirma Sally-Anne, les yeux brûlants et le corps encore endoloris.

– Je ne suis pas mariée non plus, petite, se mit à sourire Alecto en penchant la tête sur le côté et en mordillant ses lèvres. Mais j’ai gagné ma place. J’ai fait honneur. Et toi ? Que comptes-tu gagner ? A qui comptes-tu faire honneur ?

– La paix. La justice.

Le rire qui éclata de la gorge d’Alecto Carrow donna à Sally-Anne Perks des sueurs froides. Des gouttes se mirent à perler de son front, et à s’écraser sur ses lèvres tout en dévalant son nez.

– Je te conseille d’arrêter ce petit manège. D’arrêter de me défier. D’arrêter tes petits sauvetages ridicules de ces vermines de nés-moldus. Ils ne sont que des animaux. Tu te compromets. Tu souilles ton sang en les fréquentant. Tu es un Croupton. Il serait fâcheux que l’une des plus grandes familles, de celles qui appartient aux vingt-huit sacrés, vienne à définitivement disparaître. Mais tu es aussi une Perks…

– Les Perks ne font pas partie des vingt-huit sacrés, siffla Sally-Anne.

Alecto pencha la tête de l’autre côté.

– Les Perks viennent des États-Unis. Leur sang est pur.

– Mon sang est de piètre qualité. Je fais de l’anémie, cracha Sally-Anne.

Alecto prit un malin plaisir à la faire hurler de douleur et la blonde ne put se retenir seulement que quelques micro-secondes, avant de laisser échapper un cri strident et aiguë. Le genre de son qui transperçait les cordes vocales et qui brisait les âmes.

Alecto ne s’arrêta pas avant d’entendre Sally-Anne gémir, trop fatiguée pour s’exprimer autrement. Elle laissa tomber à ses pieds le collier de sa tante.

– Je garderai constamment un œil sur toi à partir de maintenant. je t’ai laissé faire, je t’ai laissé croire que tu pouvais me duper, que tu pouvais te moquer de moi et de l’autorité que je représente. Je t’ai laissé rêver et croire, Sally-Anne Perks. Je t’ai laissé… Et maintenant, je répéterai cette leçon chaque fois que tu jugeras bon de te liguer contre ceux à qui tu devrais te montrer loyale.

Sally-Anne bavait.

Elle bavait de douleur, la bouche en sang et le corps brisé.

Elle se laissait glisser dans l’abîme.

– Je me demande pourquoi tu fais tout ça… Toi, une petite fille chérie, riche et noble. Tu veux soulager ta conscience ? Tu te crois supérieure à nous autres ? Mais les moldus, les nés-moldus… Ils te voleront ce que tu as. Ils te manipulent. Tu es stupide de croire que tu peux les sauver, ou même qu’ils le méritent. Tu es faible, Perks. Tu es si faible…

Elle ouvrit un œil lorsque la porte de la salle de classe claqua derrière Alecto Carrow, qu’elle verrouilla d’un geste sec derrière elle.

Sally-Anne trouva la force de tendre la main jusqu’à son collier et le serra contre son coeur, qui battait bien trop fort dans ses oreilles.

Elle enferma le bijou dans son poing. Ce geste la rassurait d’ordinaire. Ce geste quotidien, qu’elle répétait, qu’elle avait reprit de sa tante… Ce geste qui l’apaisait et qui, elle l’avait longtemps pensé, éloignait le mal… Ce geste ne lui apporta rien. Aucun réconfort.

Rien n’allait pouvoir la préserver du mal qu’était Alecto Carrow.

Ce n’était pas ses petits sauvetages de nés-moldus qui allaient faire la différence. Surtout maintenant qu’Alecto lui avait fait la promesse de ne plus rien lui céder, de ne plus fermer les yeux et de lui faire payer au centuple chaque doloris qui ne serait pas jeté.

Pour qui s’était-elle cru ?

Elle n’était qu’une jeune-femme ordinaire.

Elle n’était ni une héroïne ni une combattante.

Elle n’était qu’une adolescente rebelle, qui n’avait jamais vraiment eu de plan pour faire dégager Alecto Carrow de ce château.

Sally-Anne s’était voulue différente.

Elle ne l’était pas assez.

Il fallait que ça change.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.