S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Arcs temporels entremêlés et détails techniques par Miss Delavergne

[12 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

//TRADUCTION DEPUIS L'OEUVRE DE TABBYCAT//

Note de chapitre:

Bonjour,

Ça fait longtemps que je n'ai pas mis les pieds sur HPF. Je suis de retour avec un nouveau compte et une première traduction. Cette fic appartient à la très talentueuse Tabbycat et je suis très fière de vous la faire parvenir en français. L'originelle se trouve sur la plateforme Archive Of Our Own. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à la lecture. Les reviews seront traduites à l'auteur. C'est à elle que revient tous les honneurs. 

Sirius - juin 1996, à travers le voile.

Sirius Black se décolla du sol. C'était donc ça la mort.

Il était mort.

Intéressant.

Ses parents le tueraient. Eh bien, ils l'auraient fait, sauf si on part du principe qu'il est « déjà mort ». Un peu difficile de tuer quelqu'un qui a déjà un pied dans la tombe. Le dernier des Black, ou le dernier du nom, au moins, il était mort avant d'avoir réussi à produire un héritier. Sirius pouvait juste voir leurs visages laids et jugeants, tous tordus de colère face à ses échecs. Sa mère aurait crié à en perdre la voix, son père serait en colère mais resterait silencieux. Regulus quant à lui serait probablement juste déçu.

Oh, il savait qu'il était un héritier de merde au nom de la Noble et très Ancienne Maison des Black, mais cet échec serait un exemple exceptionnel d'audace. Il espérait que l'audace pourrait s'apparenter à un triton au gingembre.

Il espérait que la mort n'impliquerait pas d'avoir à revoir ses parents.

Sirius se leva et jeta un long et coulant regard autour de lui. La mort était vraiment un endroit étrange. Cela ressemblait beaucoup à la Grande Salle de Poudlard, si elle était plus propre et plus vide. Pas d'élèves. Ce qui la rendait beaucoup moins bruyante. Il reconnaissait définitivement la pièce, depuis les piliers autour des bords, les grandes fenêtres et les tables des différentes maisons jusqu'à l'estrade surélevée à l'avant avec la table des professeurs. C'était la Grande Salle, il en était certain.

Pas d'enseignants non plus. Maintenant, voici quelque chose qui était pour le mieux. La mort n'était pas si mal, après tout.

Son estomac grogna, Sirius pensa qu'il allait essayer de se procurer de la nourriture. Il avait été occupé, pour une fois, la veille de sa mort, à soigner un blessé, sinon illégalement puis définitivement illicite, l'hippogriffe qu'il gardait dans l'ancienne chambre de sa mère tout en discutant par alternance avec Remus de leur relation. Disons plutôt de l'absence de relation qu'ils entretenaient. Merde. J'espère que quelqu'un s'occupera de Remus. Et de Buck. Et surtout d'Harry.

Il se dirigea vers la table qui aurait pu être la table des Gryffondor, si cela avait été la Grande Salle de Poudlard, et il s'assit sur un banc. Il retrouva l'endroit où il s'était assis lors de sa première nuit à Poudlard, où James s'était assis à côté de lui. Cela semblait bien, d'une manière ou d'une autre. Confortable. Amical.

À la grande surprise de Sirius, quelques assiettes de nourriture apparurent devant lui. Pas un festin, mais un repas décent néanmoins. Côtelettes de porc, une assiette de riz cuit à la vapeur et ce qui ressemblait à des beignets à la banane. Il en mordit expérimentalement un. Certainement des beignets à la banane.

Les elfes de maison de la mort (ce que Sirius choisissait d'appeler ainsi - ceux qui lui avaient fourni cette nourriture -) n'étaient pas aussi bons cuisiniers que ceux de Poudlard, mais la nourriture était meilleure que tout ce que Kreattur lui avait jamais donné. Sirius était un cuisinier de merde. Il avait emménagé dans une petite maison à l'âge adulte, et dès sa première nuit, c'était la première fois de sa vie qu'il essayait de se préparer un repas. Cela avait été un désastre total, et James était venu l'aider.

Quand il eut fini son repas, Sirius tourna son attention vers l'étrange bruit qui lui parvint. Où diable était-ce ? Peut-être aurait-il dû privilégier cela avant de manger ? Remus l'aurait fait.

C'est à ce moment là que Sirius a réalisé qu'il était nu. Drôle. Il était mort habillé. Et les assiettes étaient disponibles dans la mort, alors pourquoi les vêtements ne devraient-ils pas l'être ? Peut-être qu'ils n'ont pas transcendé. Ce n'était pas le bon mot. L'était-ce ? Ils ne sont pas venus avec lui. À travers le voile. Apparemment, les vêtements ne pouvaient pas mourir.

Pourtant, il n'en avait pas réellement besoin. Il n'y avait pas exactement quelqu'un d'autre autour de lui. Et il était à l'aise dans son corps.

Il était en fait un peu moins à l'aise quand il réalisa qu'il y avait en fait quelqu'un d'autre autour de lui.

James putain de Potter.

"Bonjour," dit James.

« Salut ! Quinze ans, presque, et tu dis « bonjour » comme si c'était hier ? »

"Plutôt."

Sirius fit un câlin à James, et ne pouvait pas comprendre pourquoi son vieil ami se retirait.

"Mon pote, tu ne portes pas de vêtements."

"Ouais. Pardon. J'ai oublié que nous avions interdit les câlins nus. »

"Cela fait longtemps que nous avons eu cette discussion, n'est-ce pas ? Troisième année ?"

"Je le pense. Comment puis-je obtenir des vêtements ici ?"

Dès qu'il a pensé qu'il en avait voulu, un ensemble est apparu sur le banc où il avait mangé son repas. Sirius les retira, ne remarquant pas vraiment de quoi ils avaient l'air et serra James dans ses bras. Cette fois, l'autre homme a fait la même chose.

"Alors, comment vas-tu ? » demanda Sirius. « Comment est-ce la mort ? À quoi ça ressemble ? Puis-je regarder ce qui se passe là-bas ? Je veux m'assurer que Harry va bien. »

"Ce n'est pas aussi simple que cela", a déclaré James.

Sirius soupira. Ça ne l'a jamais été. Pas dans sa vie. Chaque fois qu'un événement s'est produit, il a généralement été retiré assez rapidement.

"Et maintenant ?" Il a demandé.

« Tu vois, tu n'es pas techniquement mort. »

"Je suis quoi ?"

"Pas techniquement mort."

"Je l'ai entendu, je ne le comprends toujours pas."

« La malédiction de Bellatrix ne t'a pas tuée. Cela t'a immobilisé et tu es tombé à travers le voile dans le département des Mystères. Tu n'es jamais mort. Tu es tombé dans la mort nuance. »

« Est-ce vraiment important ? »

« C'est ce que je te dis. C'est un fait. Sirius, tu n'as jamais écouté dans ta putain de vie et c'est clair que tu ne le fais pas là non plus. TU. N'ES. PAS. MORT. Tu es là par accident. Une technicité si tu préfères. »


« Qui t'a dit ça ? »

"Si je suis honnête, je n'en suis pas sûr", a déclaré James, se coiffant les cheveux dans un mouvement que Sirius avait vu tant de fois auparavant. L'action était la seule chose familière ici. "Je suis le messager."

"Le Messager ?"

« Quand tu meures, tu fais sortir quelqu'un pour te saluer. Quelqu'un de déjà mort, une personnalité que tu connaissais et respectais ou que tu admirais de ton vivant. J'ai vu mes parents. »

« Et je t'ai eu. Je ne t'ai jamais admiré. »

« Bien sûr que tu l'as fait. Moi, star de Quidditch, leader du groupe le plus célèbre de l'école, aimé des filles, excellent élève. »

"Non."

James sourit. « Je pense qu'ils se sont un peu foutu de ta gueule, si je suis honnête. Ils ne pouvaient pas utiliser tes parents, n'est-ce pas ? Si tu respectais quelqu'un, c'était McGonagall et Dumbledore et ils sont tous les deux fichtrement vivants. Remus aurait été mieux, mais aussi vivant, alors tu es coincé avec moi. »

« C'est un bon travail que Remus soit toujours en vie. Harry va avoir besoin de lui. »

"Il le fera." James enleva ses lunettes et les frotta, avant de regarder Sirius. Sirius pensa qu'il pouvait voir une petite larme dans l'œil de son vieil ami.

"J'ai essayé," dit Sirius.

"Tu as fait de ton mieux."

"J'ai été stupide. Je n'aurais pas dû courir après Peter et me faire prendre. J'aurais pu être là pour Harry."

« J'aurais cherché ce rat gluant si j'avais été à ta place. »

Ils se sont assis en silence pendant un moment. Sirius inspecta ses vêtements. C'étaient des vêtements moldus, le style exact qu'il portait à l'adolescence quand il essayait d'ennuyer ses parents. Le t-shirt représentait un cognard flamboyant, qu'il avait acheté presque en double exemplaire l'été après la quatrième année où le groupe s'était retrouvé parmi les jeunes sorciers et ils étaient allés à un concert avec James et Remus. Et Peter.

"Alors," dit-il. "Si je ne suis pas mort, que suis-je ?"

"Vivant", a déclaré James, comme s'il expliquait les bases à un jeune enfant.

"D'accord," dit Sirius. « Vas-tu me renvoyer alors ? »

"Ce n'est pas aussi simple que cela", a encore expliqué James. Sirius grogna. « Je ne peux pas. Quelque chose à voir avec l'atteinte à la réputation du Voile. Tu ne peux pas revenir à ta chronologie actuelle, car sinon tout le monde saurait que tomber à travers le voile ne te tue pas, et la mort serait submergée de gens qui essaient d'entrer ici pour le plaisir ou pour voir des êtres chers. »

La première pensée de Sirius fut que c'était une suggestion absurde. Quand il y réfléchit un peu plus, il réalisa que pour commencer, au moins la moitié des Gryffondor qu'il avait jamais connus l'auraient fait pour un défi, juste parce qu'ils le pouvaient. Certains types plus intelligents voudraient rechercher la mort. Il l'était déjà, supposa Sirius, étant donné qu'il avait traversé le voile.

Et aurait-il honnêtement voulu parler à James, s'il avait su qu'il le pouvait ? Bien sûr.

Il réalisa que James avait raison.

"Alors quoi ?" Il a demandé.

"C'est ton choix", a déclaré James. « Si tu le souhaites, tu es autorisé à mourir à ce stade et à continuer. Ou à devenir un fantôme, si tu préfères. Pourquoi quelqu'un voudrait ça, je ne sais pas ? Je ne suis pas censé te dire quelle direction choisir ou te la faire paraître meilleure ou pire. Ou tu peux choisir de vivre, mais tu ne peux pas revenir au point où tu es mort et je ne peux pas t'abandonner dans l'avenir. »

"Je peux aller dans le passé ?"

"Si tu veux."

"Et serai-je moi à mon âge, ou moi comme je l'étais alors ?"

"Toi, comme tu es maintenant. Merde. Quel âge as-tu ? Quel âge aurais-je maintenant ?"

"Trente-six."

"Sensationnel."

"Et je pourrais retourner n'importe où ?"

"Je n'ai reçu aucune restriction."

"Je ne comprends pas."

« Je t'ai tout expliqué par étapes. Deux fois, au moins. Je ne suis pas sûr de ce qui reste à ne pas comprendre. »

"Tout," dit Sirius. Le texte sur son t-shirt clignotait de différentes couleurs, tout comme l'original.

"Écoute," dit James. « Peut-être que tu devrais laisser du temps à ton minuscule cerveau et arrêter d'essayer de tout comprendre. Fais le choix. Je n'ai pas le droit de te dire quoi faire... mais je sais ce que je ferai. »

"Quoi ?" demanda Sirius. Il pensait qu'il savait déjà.

« Remonte le temps un peu et arrête Voldemort et ses mangemorts avant qu'ils ne puissent retrouver ma femme et mon fils. Me sauver serait un bonus évident. »

"Je peux changer le passé ?"

« Si tu retournes dans le passé, tu le changes. Tu ne te souviens pas du discours que nous avons eue de Dumbledore cette fois où nous avons essayé de faire un retourneur de temps pour que Remus n'ait pas à se faire mordre ? »

« Je le fais. J'ai été sauvé avec un retourneur de temps par ton fils et son amie Hermione, sur les ordres de Dumbledore. »

« Bon gars. Je savais qu'il avait assez de son père en lui. »

« Ta tête ne s'est pas dégonflée en étant mort, n'est-ce pas ? D'accord. Je choisis de rentrer. »

« Où iras-tu ? Quand tu choisiras, il faudra y aller. »

"Je ne veux plus te quitter, James."

« Je ne veux pas être coincé ici. Malheureusement, je suis mort correctement. Comme un homme, ou plutôt comme un putain de Moldu, puisque je n'avais même pas pris ma baguette jusqu'à la porte avec moi. Tu regrettes d'avoir poursuivi Queudever. Je le regrette. »

"Cela n'aurait pas fait de différence."

« C'est ce que j'essaie de me dire. Et je choisis de prendre cela comme de l'empathie, pas comme si j'étais un sorcier de merde. »

« Comment va Lily ? »

« Ce n'est pas vraiment comme ça ici. Je ne suis ici et maintenant que parce que tu as besoin de moi. Voilà comment ça fonctionne. Jusqu'à ce que nous soyons nécessaires, c'est comme si nous dormions. »

"Oh."

« Mieux vaut choisir son heure. On m'a dit que ce n'était pas une réunion d'école. Désolé, je ne peux pas avoir plus de temps avec toi, mec. Tu m'as manqué. Vous m'avez tous manqué, sauf ce putain de rat. »

"Tu m'as manqué aussi."

Pendant quelques instants, ils se sont assis à nouveau en silence. James, vêtu de robes grises, essuya à nouveau les verres de ses lunettes. Sirius regarda ses pieds. Il n'avait pas pris la peine de demander des chaussures. En aurait-il besoin ? Il ne voulait pas se réveiller dans son nouveau temps sans chaussures.

Alors qu'il pensait cela, une paire de bottes en cuir noir et des chaussettes à rayures légèrement jaune pâles apparurent. Il les tira, en silence.

"Jolies chaussettes", a déclaré James.

"Qu'est-ce qui se passe avec la Grande Salle ?" demanda Sirius.

"Je ne sais pas", a déclaré James en regardant autour de lui. « Tu choisis ton propre environnement, ici. Mes parents m'ont rencontré dans notre ancien salon tu sais celui dans lequel j'ai grandi.

Sirius y réfléchit.

"D'accord," dit-il finalement. "1978."

"Bonne chance", dit James, alors que la Grande Salle commençait à s'effondrer autour d'eux, les bords de la pièce devenant noirs. Les deux hommes s'étreignirent, se séparant avant que James ne commence lui aussi à disparaître. Sirius était de nouveau seul.

Note de fin de chapitre :

Qu'en pensez-vous ? :)

C'est intrigant, n'est-ce pas ?

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.