S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


L'euphorie des mirages par Selket

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les contraintes du concours sont :

- Pour commencer, vo-tre-s personnage-s doi-ven-t subir une perte majeure. Matérielle, relationnelle, financière... Cette perte doit avoir lieu dans le texte.

~ À travers sa réaction à cette situation, votre personnage devra en tirer quelque chose : un changement dans sa façon de penser, un désir de revanche... Ce changement psychologique n'est pas obligatoirement moral/positif !

~ Vous devrez dans votre texte mentionner la mort d'un personnage et la naissance d'un-e autre.

~ Votre texte fera un minimum de 1000 mots.

~ Vo-tre-s personnage-s princip-al-aux doivent avoir un âge auquel JRK n'a pas écrit sur elleux
Note de chapitre:

Cette fic n'est pas celle que j'avais initialement écrite pour le concours, mais au fil du temps ce que j'avais écrit pour la fin des illusions , ne correspondait plus aux contraintes. J'ai donc écrit cette fiction qui montre seulement le point de vue de Victoire sur les événements qui se déroulent dans la fin des illusions. Les deux fictions peuvent totalement se lire de façon indépendante.


Aujourd’hui elle se mariait. Elle était heureuse. Enfin elle aurait dû l’être.

Alors qu’elle dégustait son bonheur elle sentait une amertume en fin de bouche. Comme si la pomme qu’elle croquait était pourrie sous la belle cire qui la gardait bien rouge.

Aujourd’hui elle se mariait, pourtant elle savait que son couple battait déjà de l’aile.

Tandis qu’elle remontait l’allée elle aperçut enfin Teddy, il était magnifique dans sa robe de sorcier.
Alors elle laissa couler ses larmes, des larmes où le bonheur se mêlait aux doutes.
Quand il déposa ses lèvres sur les siennes ses craintes se dispersèrent et l’amour, encore là, adoucit l’amertume. C’était le bon.

Mais cela n’empêchait pas qu’aujourd’hui elle se mariait, et ce n’était pas pour les bonnes raisons.


***


Elle aurait dû être en voyage de noces. Mais de voyage elle n’en avait point eu.
Apparemment le crime ne prenait pas de vacances et les aurors non plus. Alors elle était restée seule dans leur appartement à attendre que son mari tout neuf rentre.


***



Cela faisait tout juste deux semaines qu’ils étaient mariés. Deux petites semaines qui n’avaient rien changé aux habitudes de Teddy.
Le jeune marié rentrait toujours aussi tard du travail.

Déçue Victoire avait espéré pouvoir profiter de la présence de ce dernier, au moins les premiers jours. Mais emporté par l’euphorie du mariage elle avait oublié que Teddy était souvent absent.


***



On était vendredi matin, comme à son habitude Victoire travaillait chez elle, c’était un luxe que lui permettait son travail de traductrice freelance. Peu étaient les gens à exercer son métier et son bilinguisme, plus ses aptitudes en déchiffrage de runes, lui permettaient d’être reconnue dans le domaine.
Les absences de Teddy l’avaient même poussée à apprendre l’espagnol. Ses récents progrès étaient au moins une des choses positives à attribuer aux absences de son mari.


***



Aujourd’hui elle avait rendu visite à son amie Juliette. Sur la table du salon de celle-ci trônait un magnifique bouquet de roses qu’elle regardait avec envie.


***



Aujourd’hui Teddy avait pensé à elle. Après son travail il lui avait ramené des plats de son traiteur favori pour un repas en amoureux à la maison.
Ils avaient passé le repas à parler de Poudlard, de leurs souvenirs, du passé. Heureuse, elle souriait de toutes ces dents alors qu’elle retrouvait enfin le Teddy d’autrefois.
À aucun moment Victoire ne réalisa que jamais ils ne parlèrent de leur avenir ce soir-là.


***



Aujourd’hui elle était allée manger seule chez sa mère. Teddy ne se sentait pas bien. Elle était restée dans la maison de son enfance jusqu’à ce que la nuit se lève. Elle n’avait pas envie de rentrer. Sa mère n’avait rien dit et s’était contentée de lui resservir du thé à chaque fois que son mug était vide.


***



Ce soir-là ils devaient aller au restaurant. Mais Teddy n’était pas rentré, il avait oublié, encore.


***



On était samedi, aujourd’hui Teddy n’était pas d’astreintes. Victoire avait espéré profiter de la journée pour aller pique-niquer en forêt. Elle avait tout préparé secrètement la veille. Mais en se levant le matin elle ne trouva qu’un mot sur la table du salon.
Teddy était allé pêcher à la moldu avec papi Arthur.
Elle restait seule dans son salon, avec son joli panier en osier, et son repas dans la poubelle.


***



Teddy avait encore disparu. On était dimanche. Le repas au Terrier s’était terminé depuis quelques heures déjà, mais elle était restée pour papoter avec sa grand-mère.
Lorsqu’elle avait voulu rentrer elle n’avait pas trouvé Teddy. Il était parti.
Alors elle était rentrée dans leur appartement, en sachant très bien qu’elle allait le retrouver vide.


***



Il était tard quand Teddy était enfin rentré. Elle l’attendait sur le canapé, assise, droite comme un i pour ne pas s’endormir. La nuque raide, le dos droit, les traits fermés, la respiration lente elle l’attendait dans la pénombre. A peine rentrée elle avait soufflé ce qu’elle avait sur le coeur.

- Je veux divorcer.

Cela ne faisait que trois mois qu’ils étaient mariés. Six ans qu’ils étaient ensemble.


***



Il lui avait fallu qu’une semaine pour trouver un nouvel appartement. Dire qu’ils avaient passé des mois et des mois à trouver leur petit nid douillet.
Elle avait fait ses valises, pris ses affaires et avait fermé la porte sur sa vie, sans regarder derrière de peur de ne plus vouloir partir.
Elle venait d’avoir vingt ans.

Derrière elle, elle laissait, un appartement, une partie de ses affaires, ses souvenirs, Teddy, le silence, le fantôme de ses absences, et les heures passées à l’attendre.
Ce jour-là alors qu’elle avait franchi la porte de son appartement avec une valise contenant tous ses effets elle eut l’impression de tout avoir perdu.

Elle ferma la porte sur les rêves qu’elle s’était construits depuis ses quatorze ans. Elle clôturait un chapitre, elle laissait à Teddy un pan de sa vie, elle n’en avait plus besoin dorénavant.


***


Le notaire lui avait envoyé les papiers du divorce. Après un temps d’hésitation elle signa le parchemin qui allait la rendre libre. Libre de suivre sa voie et non plus celle que depuis toute petite elle avait façonnée à l’image de ce qu’avait espéré pour elle sa famille.

Oui, elle laissait derrière elle une vie faite de rêves avortés, d’illusions et de mirages.


***



Elle avait annoncé son divorce il y a quelques jours.
Pour l’instant les gens ne réalisaient pas trop, ils pensaient que c’était une erreur de jeunesse, qu’elle se rendrait compte de sa bêtise. Après tout ils étaient Teddy et Victoire.

Et c’est justement parce qu’ils étaient Teddy et Victoire que tout le monde se mêlait de leur histoire.
Depuis petit on parlait de leur futur couple tout ça parce qu’ils s’entendaient bien. Lorsqu’ils avaient officialisé leur couple tout le monde avait sauté de joie, et s’était empressé de parler mariage. Après tout ça serait tellement bien que Teddy fasse enfin partie de la famille.
Ils avaient joué le jeu mais aujourd’hui c’était fini et les Weasley avaient bien du mal à le réaliser.


***



Aujourd’hui elle avait décidé qu’elle irait manger au Terrier dimanche prochain. ça sera la première fois depuis qu’elle et Teddy avaient divorcé. Si jusque-là elle avait tenté de l’éviter au maximum, le Terrier était bien le seul endroit où elle avait arrêté de le fuir.
Cela faisait deux mois qu’elle ratait ses repas, qu’elle aimait tant, pour éviter les récriminations. Et puis elle sentait bien qu’elle n’était plus la bienvenue. Les gens ne voulaient pas faire de mal à Teddy, alors on ne l’invitait plus, sa propre famille la tenait à l’écart. ça la rendait malade.

Lorsqu’elle en avait parlé à sa mère ,et lui avait annoncé que le dimanche prochain elle serait là, celle-ci s’était contentée de hausser les épaules en lui disant qu’elle faisait ce qu’elle voulait mais que Teddy risquait de mal réagir. 
Effarée elle avait cillé avant de se reprendre et de lui rétorquer qu’ils étaient deux à avoir divorcé et qu’elle ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait pas venir, après tout c’était sa famille.
Fleur lui avait répondu alors, et ces mots restaient gravés dans sa mémoire :
« Mais Victoire, Teddy aussi est de la famille et avec votre divorce il a besoin d’être rassuré sur le fait qu’il en fait encore partie. On pensait que tu avais compris ça et que c’est pour ça que tu ne venais plus, après tout c’est toi qui a demandé le divorce, Teddy il souffre juste de la situation »
Tout ça c’était des sornettes. Teddy était mieux intégré dans la famille que la majorité de ses cousins, que son frère et même qu’elle. Il n’y avait pas besoin d’un mariage pour ça. Elle n’avait pas à se sacrifier pour que Teddy soit rattaché à leur arbre généalogique.

Elle n’en pouvait plus qu’on lui dise qu’elle n'avait pas assez réfléchi avant de se marier, ni lorsqu’elle avait divorcé. Elle était frivole, et n’aimait pas Teddy à sa juste valeur. Elle savait qu’on consolait Teddy, qu’on lui disait qu’il allait s’en remettre qu’il allait trouver une chouette fille. Et elle alors ? Elle avait tout brisé. Parce que c’était elle qui avait divorcé elle n’avait pas le droit de pleurer ? Elle n’avait pas le droit d’avoir le soutien des siens ?
Que savaient-ils eux des absences de Teddy qu’elle avait cachées, de la souffrance qu’elle avait vécue à l’attendre sans savoir quand il rentrerait ? Elle n’avait rien dit, et Teddy aussi, ça l’arrangeait bien de passer pour la victime.
On ne faisait que la blâmer, alors que Teddy était tout autant responsable qu’elle. Il n’avait pas cherché à sauver leur mariage, il s’était juste enfui, peut-être même qu’il s’était marié avec elle que pour répondre aux attentes des autres. Pour faire enfin partie de cette foutue famille. Teddy n’avait jamais été quelqu’un de courageux, il préférait éviter les confrontations et fuir quand c’était possible. Il ne voulait jamais parler des problèmes et préférer cacher tout ça sous le tapis volant.

Ce jour-là elle avait craqué, elle avait tout dit à sa mère. Elle avait enfin mis les mots sur son mal-être, sur ce qu’elle avait vécu lorsqu’elle n’avait que le silence pour unique compagnon. Elle ne voulait plus se taire, ne plus excuser le comportement de Teddy et arrêter de le surprotéger car il était orphelin. Ce n’était pas son rôle.
Elle avait mis sa mère face à leurs contradictions. Cette envie tellement forte qu’ils avaient tous de vouloir que Teddy fasse partie de la famille au détriment même de leur propre fille, nièce, ou petite-fille.
Sa mère n’avait rien dit, elle s’était contentée de porter ses mains à sa bouche sous le choc alors qu’elle déballait tout.

- Mais pourquoi tu ne m’as rien dit ?
- Pour faire quoi ?
- J’aurais pu t’aider.
- Tu m’aurais cru au moins ?
- Je pense oui.
- Tu penses ? Je pense surtout que tu m’aurais dit de me remettre en question.
Devant les accusations de sa fille, Fleur ne dit rien. Son silence parla pour elle.
- Toi et Harry avez toujours encensé Teddy, continua Victoire, le si parfait Teddy, vous auriez tous voulus l’avoir comme fils sans réaliser que vous faisiez peser son ombre sur James, Albus et Louis. Quant à moi, j’entendais si souvent que j’avais de la chance d’avoir Teddy, que je devais tout faire pour le garder, pour le rendre heureux. Tu ne m’as jamais demandé si j’étais au moins heureuse avec lui, maman. Même quand je venais chez toi le soir et que je ne voulais pas rentrer chez moi tu n’as rien dit. Tu préférais rester aveugle.

Une fois son monologue achevé, elle n’avait même pas laissé à sa mère le temps de répondre. Elle avait fui la maison de son enfance. Les larmes aux yeux elle s’était enfoncée dans la nuit alors qu’au loin les vagues se fracassaient sur les rochers, et dans un crac sec transplana, ne laissant plus que le vent hurler de douleur à sa place.


***



On était dimanche, et comme d’habitude, enfin si on exceptait ses deux mois d’absence, Victoire se préparait pour aller manger au Terrier.
Suite à la conversation qu’elle avait eu avec sa mère dans la semaine elle avait bien pensé ne pas venir mais elle savait que ses grands-parents auraient été déçus. Mamie Molly et papi Arthur avaient été si contents de savoir qu’ils allaient la revoir qu’elle ne voulait pas les priver de sa présence. Elle aimait trop ses grands-parents pour les peiner.

Alors qu’elle venait de transplaner non loin du jardin elle prit trois grandes inspirations avant de se décider à pousser le portillon. Lorsqu’il l’aperçut Arthur se porta à sa rencontre et c’est avec soulagement qu’elle se coula dans ses bras. Rassérénée, elle se dit que c’était un bon présage que la première personne qu’elle croise en arrivant soit son grand-père.

Un nouveau son de transplanage lui fit tourner la tête. Apercevant une mèche de cheveux bleus, elle se décida à quitter les bras rassurant de son ainé pour fuir devant Teddy. Son grand-père ayant compris son émoi lui sourit gentiment et lui prit doucement le bras.

- Viens, je vais te montrer mon nouveau four moldu en attendant que ça soit l’heure de manger. Ta grand-mère a déjà assez de monde pour l’aider.


***



Après le repas, alors qu’elle faisait la vaisselle avec mamie Molly, sa mère était venue s’excuser. S’excuser de ne pas avoir été là, d’avoir fermé les yeux. En pleurant elle avait avoué avoir porté sur sa fille le même regard que les gens avaient porté sur elle. Elle avait projeté cette image de fille superficielle et insensible qui lui avait longtemps collé à la peau, et elle se détestait pour ça.
Victoire lui avait pardonné, comme elle le faisait si souvent. Elle l’avait prise dans ses bras pour l’absoudre de ses péchés et lui avait chuchoté à l’oreille qu’elle s’était juste faite avoir, comme elle. Teddy avait un besoin démesuré d’amour, au point qu’il trompait ses proches autant que lui-même. Avec Victoire il s’était enfermé dans une relation qui ne lui convenait plus. Et par peur de perdre cette famille qu’il avait construite il était allé jusqu’à l’autel. Pour ça, au final ils étaient tous un peu coupables.
Elle aussi avait ses torts, elle avait trop longtemps projeté ses rêves de vie parfaite, qu’elle avait fantasmés adolescente, sur son couple.


***



Cela faisait quatre mois qu’elle avait divorcé. Les jours s’enchainaient et les semaines s’alternaient entre travail au calme chez soi et traditionnel repas de famille où elle se sentait toujours aussi peu a l’aise.

Alors qu’elle mangeait tranquillement et que la soudaine démission de Teddy était le centre de la conversation elle eut la surprise d’être interpellée par Audrey.

- Oh Vic ! J’ai oublié de te le dire, j’ai vu Juliette MacDonald au travail elle te passe le bonjour.
- C’est gentil ça, ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue, elle va bien j’espère ?
- Oui rassure-toi si elle était à Saint Mangouste c’était juste pour mettre au monde un beau bébé répondit en souriant la sage-femme.

Elle avait beau sourire de toutes ses dents elle sentait un trou dans son coeur.
Combien de fois s’étaient-elles imaginée enceintes ensembles ? Des tas de fois. Elles se voyaient enceintes au même moment, demoiselle d’honneur au mariage de l’autre et toujours amies, heureuses avec leurs petits amis de l’époque. Mais là où Juliette et Henri formait un couple heureux son mariage sombrait dans les écueils des illusions.
Depuis combien de temps n’avait-elle pas parlé à sa meilleure amie ?
Lors de son divorce la peinture idyllique qu’elle avait imaginée avec Juliette lorsqu’elle était jeune s’était déchirée alors elle s’était éloignée. Elle ne voulait pas voir danser continuellement devant ses yeux les mirages de son ancienne vie. Et pourtant ils étaient toujours là. Dansant devant elle il y avait les mèches bleues de Teddy.


***



Depuis qu’elle avait divorcé elle avait l’impression de revivre. Elle qui n’avait jamais vécu seule appréciait ses moments de solitude. Elle n’avait plus à supporter les absences de Teddy et le silence de son appartement lui était devenu agréable.


***



Aujourd’hui elle était allée voir Juliette. Celle-ci avait été heureuse de la revoir et avait accueilli avec soulagement son divorce, tant elle était heureuse de retrouver enfin la Victoire heureuse et joviale d’avant Teddy et ses mirages.


***



Alors qu’elle sortait de l’agence de voyage sorcière Victoire se sentait euphorique. Au creux de son aine, dans son sac à main, il y avait des billets.
Dans deux semaines elle partait en Espagne, ça sera son premier voyage seule.


***



Doucement elle réapprenait à vivre, à espérer par elle-même, à imaginer une vie pour elle, sans Teddy, et sans besoin de se comparer aux autres, et à Juliette.


***



Aujourd’hui c’était le jour de son anniversaire, le jour des morts. Pour la première fois depuis six ans elle ne se sentait plus obligée d’aller au cimetière ce jour-là.
C’est pour ça qu’elle y alla. Elle avait enfin le choix. Elle n’y allait pas pour soutenir Teddy, elle y allait pour elle. Lorsqu’elle aperçut Teddy au loin, courbé sur la pierre tombale de ses parents. Elle se porta à sa rencontre parce qu’elle le voulait. De sentir qu’elle faisait ça par choix était salvateur, rédempteur, et effaçait toutes les fois où elle avait été là pour Teddy car c’est ce qu’on lui avait inculqué depuis son enfance.
« il faut être gentil avec Teddy, son père et sa mère sont morts pour le sauver, pour vous sauver » cette phrase combien de fois lui avait-on répété ?

Alors que Teddy pleurait, Victoire s’approcha de lui et posa sa main sur son épaule, doucement, délicatement. Sans se retourner, la reconnaissant sans la voir il enfouit son visage dans ses bras pour pleurer contre elle.

- Je suis désolé Victoire pour tout ce que je t’ai fait
Elle les avait tant espérés ces mots, ces excuses, mais ils ne lui laissèrent que du vide.
- Moi aussi.
Cette phrase avait été chuchotée, emportée par le vent et avec elle les derniers mirages qui emplissaient Victoire.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.