S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Dirty Blood Dynasties par FearlessUntamed

[115 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

https://www.zupimages.net/up/20/37/3m6g.png

Crédits image: fernandasuarezMorgana0anagrom & sharandula, montage par mes soins. Image en taille réelle ici.

Note de chapitre:

 

 

Note : Je crois que ça fait presque deux ans que j'ai cette idée en tête et je suis contente d'avoir pu me pencher, ces derniers mois, sur cet UA qui me tient particulièrement à coeur ! J'ai toujours voulu imaginer à quoi ressemblerait un monde magique contrôlé par les valeurs prônées par Voldemort - donc en voilà ma version ! J'espère que cette histoire vous plaira et n'hésitez pas à me donner votre avis !

Warnings : Violence physique et psychologique, discrimination/ségrégation, trafic et exploitation d'êtres humains, thèmes sombres et matures

Infos diverses :

- Il y aura une diversité de points de vue, pour vous faire découvrir tous les aspects de cet univers - politique, historique et sociétal. Cette histoire ne se focalise pas seulement sur de la romance.

- Le rating est actuellement sur -16 ans mais je me réserve le droit de le changer à -18 si besoin, plus tard.

- Si vous m'avez déjà lue, vous savez que je n'écris quasiment que des UA, et les informations sur ce monde seront données à travers le récit directemment

------

Les commentaires sont le seul salaire d'un auteur sur ce site, donc n'hésitez pas à en laisser !

Merci infiniment à ma bêta préférée, la seule et l'unique, Polka60 pour sa relecture/correction sur cette histoire.

Bonne Lecture !

Fearless


https://64.media.tumblr.com/2403379a4d015e76ab8b5223e09199e8/fc48ee670a89436e-c2/s1280x1920/a780f76e8fa33879b989e21173daf410a5999f23.png

Crédits: Bridget Saterlee, images libres de droits


 

 

 


I. Valeur et Vigueur

Le craquement sonore de verre brisé résonna dans la pièce, rompant le silence qui régnait dans Les Bons Breuvages de Burke, une apothicairerie située sur le Cours Écarlate. Immédiatement, une substance verdâtre à l'aspect répugnant fut projetée sur le sol, éclaboussant au passage le comptoir et les étagères à proximité.

Un carouge à épaulettes, installé ostensiblement sur un perchoir près du comptoir, darda un regard hautain en direction de Ginny Weasley tandis qu'elle s'empressait d'agiter sa baguette sur les fioles pour les réparer. Le contenu des potions resta toutefois au sol, coulant sur le vieux parquet en bois sombre, s'infiltrant entre les fissures. Une odeur désagréable émana dans l'air et Ginny fronça le nez.

Il existait probablement un sort pour remettre le contenu des potions dans les fioles mais Ginny ne le connaissait pas. D'autre part, elle prenait également le risque de remettre une potion potentiellement contaminée en vente, ce qui ne serait pas au goût du propriétaire de la boutique. La Potion était une science exacte et parfois, seule une particule étrangère ajoutée à la composition originelle pouvait suffire à en altérer les effets désirés.

« Où est Hermione lorsqu'on a besoin d'elle ? » pesta Ginny à voix basse, jetant un regard désespéré sur le sol maculé d'une essence terreuse en ébullition.

Bien que ses connaissances en potion ne soient pas fameuses - elle savait que toucher une préparation en ébullition était une mauvaise idée. Après une longue minute d'hésitation, Ginny décida finalement de nettoyer le contenu des potions versées au sol, appliquant un sort de récurage profond sur le parquet vieilli de la boutique. Cette fois, elle n'aurait pas d'autre choix que d'admettre son erreur à son employeur. Encore une fois, il retirerait probablement la valeur des potions sur son prochain salaire. S'il ne me renvoie pas directement, pensa-t-elle, l'air désabusé.

Ginny jeta un regard en biais vers le couloir qui menait à l'arrière-boutique. Elle s'était attendue à ce que le responsable fasse soudainement irruption dans la pièce et découvre l'état dans lequel elle avait laissé sa boutique. Heureusement pour elle, l'apothicaire ne semblait pas avoir entendu le grabuge et elle s'empressa de récurer le comptoir et les étagères qui s'étaient retrouvées sur la trajectoire de la potion volante.

« Merci Merlin. » murmura-t-elle, une fois qu'elle eut terminé.

Immédiatement, Ginny releva la tête, l'air alarmé, réalisant son erreur. Par chance, la boutique était vide, ce qui était curieux à cette heure-ci, et personne n'avait entendu le langage utilisé. Mentionner Merlin était considéré comme un blasphème.

« Décidément, j'ai beaucoup trop de chance aujourd'hui, ce n'est pas normal. » dit-elle en croisant les bras.

Il fallait absolument qu'elle délaisse cette mauvaise habitude de parler à voix haute. Bill le lui rappelait constamment : ''Tu vas dire la mauvaise chose devant la mauvaise personne, un jour. Ça va t'apporter des problèmes, Ginevra.''

Bill, son frère aîné, utilisait toujours son nom complet lorsqu'il voulait paraître plus sévère. Bien qu'ils soient frère et sœur, Ginny avait toujours considéré Bill comme une figure paternelle. C'était principalement dû à leur différence d'âge élevée. De plus, il était le seul membre de la famille qui lui restait et les circonstances avaient forcé Bill à se montrer mature dès son jeune âge.

Ginny termina de ranger la dernière paire de fioles désormais vides dans le placard attitré lorsque l'oiseau rouge piailla bruyamment, pour prévenir de l'arrivée d'un nouveau client dans la boutique.

S'efforçant d'oublier sa contrariété récente, Ginny se força à plaquer un sourire avenant sur son visage, celui qu'elle affichait devant les clients. Un homme était entré dans la boutique et il s'approcha directement du comptoir. Il arborait un air agacé.

« Valeur et vigueur. » salua-t-il d'un ton empressé, probablement plus par politesse qu'autre chose.

« Valeur et vertu. » répondit poliment Ginny.

« J'ai une commande à récupérer. » enchaîna-t-il, sans même prendre la peine de la regarder, le regard rivé sur un miroir orné, légèrement plus grand que sa main.

Ginny avait déjà vu ce genre d'instrument. Il s'agissait d'un miroir à double sens - un moyen de communication qu'utilisait les sorciers fortunés pour communiquer à distance. Leurs prix exorbitants les rendaient rares et la majorité de la population s'en tenait généralement aux services postaux volatiles ou au réseau des cheminées.

« Quel est votre nom ? » demanda Ginny en levant un sourcil.

Cette fois, l'homme leva les yeux dans sa direction, dardant un regard froid et perçant sur elle. Elle eut alors le loisir de l'observer en détail. Des cheveux blonds parfaitement coiffés, un visage anguleux d'une teinte pâle, un nez droit, des pommettes ciselées et la posture droite et fière. Ses yeux étaient d'un gris perçant - une teinte qu'elle n'avait jamais vu ailleurs, semblable à la couleur de l'acier.

Il s'agissait probablement de quelqu'un d'important, pensa-t-elle immédiatement. Un Sang-Pur de premier rang, sans aucun doute. Il dégageait cette attitude hautaine et cet air de ''je suis tout permis'' qu'ils affichaient généralement.

L'homme l'observait comme si elle avait posé une question particulièrement stupide. Instantanément, Ginny sentit sa contrariété refaire surface comme un cognard enragé. Elle était d'humeur exécrable et n'avait pas la patience de se faire maltraiter à cet instant précis.

« Où est Burke ? » demanda l'homme, sans même prendre la peine de répondre à sa question.

« M. Burke est occupé. C'est moi qui gère la boutique en son absence. » répondit Ginny d'un ton impertinent, qu'elle tenta de faire passer pour professionnel. « Je répète, donc. Quel est votre nom ? A moins que vous ne vouliez pas votre commande ? »

Le client sembla interpellé par sa répartie insolente - et une lueur confuse passa dans ses yeux. Elle disparut toutefois, remplacée par un masque de froideur qui l'aurait probablement intimidée si elle n'était pas aussi irritée.

« Malfoy. » répondit-il, finalement.

Ginny hocha la tête et s'agenouilla vers la partie inférieure du comptoir, où ils rangeaient les commandes préparées à l'avance. Elle tâta parmi les nombreux paquets qui s'entassaient sur l'étagère. Elle dénicha finalement une petite boîte où le nom 'Malfoy' avait été griffonné d'une écriture illisible - celle de Burke. Elle avait encore du mal à la déchiffrer - même après un mois à la boutique. La note sous le nom du client indiquait que la commande avait déjà été réglée. Elle posa le paquet sur le comptoir et sortit le registre des commandes afin d'y apposer la date du jour. L'homme ne l'avait pas lâchée des yeux et il observait ses gestes avec une insistance qu'elle trouva gênante. Elle poussa le registre dans sa direction.

« Une signature, ici. » quémanda-t-elle en l'ignorant délibérément.

Malfoy signa le parchemin, d'une écriture fine et délicate. Ginny remarqua qu'il portait une chevalière imposante à l'auriculaire gauche. Le dénommé Malfoy saisit alors son colis.

« Que Voldemort vous accompagne. » lança Ginny d'un ton exagéré, esquissant un sourire bien trop excessif pour paraître sincère.

Il lui jeta un dernier regard impérieux avant de faire volte-face et se diriger vers la sortie, sans lui adresser une seule parole. Ginny observa sa cape aux plis souples et harmonieux d'un gris sombre virevolter à son passage tandis qu'il s'éloignait.

Elle attendit qu'il quitte la boutique pour faire le tour du comptoir et se rapprocher de la fenêtre. Par la vitre, elle aperçut deux hommes à la carrure intimidante, vêtus de longues robes de sorciers noires à capuches. Leurs visages étaient dissimulés par des masques argentés et ornés. Les hommes semblaient attendre Malfoy et lorsque ce dernier quitta la boutique, ils s'engagèrent à sa suite. Ginny fut parcourue d'une soudaine nervosité. Qui était cet homme, escorté par des Mangemorts ?

Des bruits de pas provenant de l'arrière-boutique se firent entendre, sortant la jeune femme de ses pensées. Caractacus Burke, le propriétaire de la boutique, fit irruption dans la pièce. La posture bancale et bossue, il marchait en faisant des petits pas irréguliers. Il fronça son nez busqué, comme s'il sentait une mauvaise odeur dans l'air et Ginny jura intérieurement. En faisant disparaître le liquide verdâtre, elle n'avait pas pensé à l'odeur pestilentielle qu'il avait laissé derrière lui. Burke possédait un odorat surdéveloppé, semblait-il. Une qualité essentielle, dans sa profession.

« Qu'avez-vous encore détruit, Weasley ? » demanda-t-il avec lassitude.

« C'était un accident, M. Burke. Votre oiseau s'est mis à voler dans tous les sens. J'ai pris peur et j'ai laissé tomber des philtres de Confusion par mégarde. » mentit Ginny, prenant un air innocent peu convaincant.

« Voilà ce qu'on récolte lorsqu'on accepte de faire travailler des gens comme vous. C'est ainsi que la bonté de notre âme est récompensée. » grinça Burke entre ses dents avant de se diriger vers le comptoir, intimant Ginny à quitter la place.

Les gens comme vous, faisait référence aux sorciers de rang inférieur. Dans le cas de Ginny, les personnes traîtresses à leur sang.

« Allez faire l'inventaire des bézoards que nous avons reçus, voulez-vous ? » insista-t-il, l'air irrité.

« Un client est venu pendant que vous étiez dans l'arrière-boutique. » informa Ginny tandis qu'elle attrapait un tablier sous le comptoir.

« Lequel ? »

« Un certain Malfoy. C'est quelqu'un d'important ? » demanda-t-elle avec curiosité.

Ginny voulait savoir si elle risquait d'être renvoyée. Burke n'apprécierait pas d'apprendre qu'elle n'avait pas fait preuve d'un service impeccable avec un client important. Burke se tourna vers elle, passant l'un de ses doigts squelettiques sur son crâne ravagé par la calvitie.

« Si c'est quelqu'un d'important ? » répéta-t-il en jetant un regard outré à la jeune femme. « Par Voldemort, vous ne connaissez vraiment rien à rien, vous autres. »

Burke rangea soigneusement le registre sur son pupitre dédié.

« Les Malfoy sont l'une des familles royales de notre pays. » dit-il d'un ton formel, un profond respect dans la voix.

« Vous voulez dire - les Treize sacrés ? » demanda Ginny d'une voix lente, même si elle connaissait déjà la réponse à sa question.

« Oui, pauvre sotte. Vous auriez dû m'appeler directement. J'espère que vous avez fait tout ce qu'on vous a réclamé. » dit-il, l'observant avec circonspection.

« Oui, absolument tout. » s'empressa de répondre nerveusement Ginny.

C'était officiel - elle allait se faire renvoyer, pensa-t-elle en déglutissant. Pendant le reste de la journée, Ginny se tint à carreau. Burke ne lui laissa pas gérer le comptoir, ce qui l'arrangeait. Elle voulait éviter de se retrouver dans une situation similaire à celle du matin même.

A la fin de sa journée, Ginny fut soulagée d'enfiler sa robe de sorcière, une cape en coton d'un bleu clair qui avait appartenu à Fleur, l'épouse de Bill. Après sa première grossesse, Fleur s'était plainte de ne pas pouvoir retrouver sa taille d'antan. Elle avait fait don de certains de ses vêtements à Ginny. La garde-robe de Fleur était bien plus sophistiquée que celle de Ginny, qui avait été habituée à porter des vêtements modestes et de seconde main presque toute sa vie.

Une meilleure apparence lui permettait généralement d'avoir accès à un meilleur traitement. L'habillement reflétait souvent le statut financier et social d'un individu et par extension, son statut de son sang. Du moins en apparence. C'était probablement cette raison qui avait poussé Burke à la laisser gérer le comptoir et les clients de temps à autres.

Ginny s'engagea sur le Cours Écarlate et s'empressa d'emprunter le premier croisement qu'elle trouva, quittant les pavés parfaitement lustrés de l'avenue londonienne. Le Cours Écarlate était principalement fréquenté par les sorciers de rang supérieur et abritait les boutiques onéreuses et sophistiquées du pays. Le Cours se dressait sur près de trois kilomètres et plus on s'enfonçait dans l'avenue, plus les établissements devenaient opulents et raffinés. Les Bons Breuvages de Burke se situaient au début de l'avenue, à l'intersection avec une rue marchande plus modeste, entre les boutiques les moins réputées du Cours Écarlate. Ginny n'était jamais allée plus loin que l'apothicairerie. Elle savait qu'elle n'y serait de toute façon pas à sa place.

Après dix minutes de marche, Ginny atteignit un poste de cheminées publiques. Elle entra dans le bâtiment qui hébergeait une dizaine de cheminées massives. Sur chacune d'entre elles, un serpent était représenté au milieu de la lettre V, orné en bois d'ébène. Ginny se dirigea vers la file destinée aux sorciers de rang inférieur qui avançait plus lentement que celle des Sang-Purs. Seuls deux cheminées sur dix leur étaient réservées.

Lorsque son tour arriva, Ginny tendit deux noises au portier qui s'effaça pour la laisser entrer dans une cheminée à l'aspect délabré. Dans le récipient posé sur le rebord, elle attrapa une poignée de poudre de cheminée et d'une voix claire, déclara :

« Chemin de Traverse ! »

De puissantes flammes verte apparurent devant ses yeux et elle se retrouva propulsée dans un tourbillon désagréable qui dura pendant de longues secondes. Arrivée à sa destination, Ginny quitta l'âtre puis s'engagea sur le Chemin de Traverse. Comme à l'accoutumée, la voie marchande était noire de monde. L'avenue était la plus fréquentée de la ville et réunissait la plus grande concentration de boutiques et d'établissements en tout genre du pays. Contrairement au Cours Écarlate, tous les rangs de la société se côtoyaient sur le Chemin de Traverse. Toutefois, comme partout, le statut social désignait la position de chacun. Les patrons étaient en général des Sang-Purs de premier ou second ordre tandis que les basses besognes étaient attribuées aux Sang-Mêlés et aux Traîtres à leur Sang.

Un vacarme assourdissant lui parvint soudainement aux oreilles, la faisant sursauter. La foule qui l'entourait sembla se mouvoir vers la direction opposée, et Ginny fut forcée de suivre le mouvement, par crainte de chuter et se faire renverser par la foule agitée. Elle comprit la raison de l'agitation lorsqu'elle leva les yeux au ciel. Dans les nuages, on pouvait désormais apercevoir une brume épaisse se contorsionner pour imiter la forme d'une tête de mort.

La Marque des Ténèbres.

Ce signe ne pouvait signifier qu'une seule chose.

« Oh non, pas ça. » murmura-t-elle, sentant un malaise profond lui parcourir l'échine.

Le mouvement de la foule avait cessé et Ginny observa la gigantesque statue dressée au centre de la rue marchande à l'effigie d'un homme dont seul le nom parvenait à la faire frissonner.

Lord Voldemort.

Les bras de la statue se déplacèrent, imitant la forme d'un T. Près de la statue, Ginny aperçut un homme encapuchonné. Au lieu du masque argenté que paradaient habituellement les Mangemorts, le sien était rouge sang. Il plaça sa baguette magique sur sa nuque, amplifiant la portée de sa voix. La foule, pourtant composée de plusieurs centaines de personnes, tomba dans un silence morbide.

« Encore une fois mes amis, nous triomphons de l'impureté qui menace nos rues. » annonça l'Exécuteur d'une voix solennelle. « Ce mal qui tente d'annihiler nos très nobles et anciennes familles sorcières. »

Il fit un geste de la main et Ginny vit deux autres Mangemorts s'approcher de la statue, traînant derrière eux deux individus à l'aide d'un sort. Ginny tendit le cou. Il s'agissait d'un homme et d'une femme - visiblement très jeunes. A peine vingt-ans, devina Ginny, à vue d'œil.

« Il est de notre devoir de garder nos lignées pures et intactes. Et pour se faire, nous devons neutraliser la racaille qui gangrène nos rues. » poursuivit l'Exécuteur. « Par quels moyens, mes amis ? »

« Par le feu ! » hurla quelqu'un dans la foule.

« Exactement. Le feu. » répéta l'Exécuteur, le regard fou, observant les deux prisonniers avec une haine viscérale.

Les deux Mangemorts placèrent les deux captifs sur chacun des bras de la statue. Leurs mains furent liées par des lianes magiques. La jeune femme sanglotait inlassablement. L'homme, en revanche, semblait au bord de l'inconscience et bougeait à peine. Ginny vit des contusions profondes sur son visage et du sang frais couler de ses plaies caverneuses. Il avait probablement été passé à tabac avant d'être paradé à la vue de la foule. Il était fréquent que les mis à mort soient violemment lynchés en public avant de recevoir la peine capitale.

« Pitié, pitié. » s'écriait la femme, le désespoir audible dans sa voix.

Son visage ruisselait de larmes rougeâtres, comme si ces dernières s'étaient mêlées au sang qui coulait de sa tempe.

« Pitié ? » répéta L'Exécuteur, éclatant d'un rire mauvais. « Nous n'aurons aucune pitié envers les Sang-de-Bourbe. »

Il lui cracha au visage, observant la captive avec un mépris manifeste. Des exclamations d'approbation parmi la foule suivirent ses paroles. L'Exécuteur leva sa baguette et traça une forme précise, murmurant des mots inaudibles. Immédiatement, une traînée de flammes émergea de sa baguette.

Ginny reconnut immédiatement la couleur du feu. Il ne s'agissait pas de flammes ordinaires. Le Feudeymon avait pris la forme de deux chimères. Lorsque l'Exécuteur brandit sa baguette en direction des prisonniers, les deux chimères enflammées bondirent vers eux, impitoyables.

Les captifs se tordaient de douleur, tandis que leurs peaux se détachaient en morceaux carbonisés, tombant en lambeaux sous la statue. Ginny ferma les yeux, incapable de regarder la scène plus longtemps. Elle ne réussit pourtant pas à y échapper - leurs hurlements déchirants lui parvenaient toujours aux oreilles. Finalement, les lamentations cessèrent et lorsque Ginny ouvrit de nouveau les yeux, seule une pile de cendres, mélangée à des membres humains, se trouvait dans le cercle sous la statue. Cette dernière retrouva alors sa forme originelle.

« Pur soit le sang. » déclara l'Exécuteur d'un ton solennel en levant les bras en direction de la foule.

« Voldemort vaincra ! Voldemort vaincra ! Voldemort vaincra ! » hurlèrent des voix dans la foule, en chœur.

Peu à peu, Ginny sentit à nouveau du mouvement parmi la foule et elle s'empressa de s'éloigner. A la première ouverture qu'elle trouva - elle se mit à courir, se dirigeant vers le chemin qui menait aux Quartiers des Embrumes. Son estomac était noué. Ginny leva les yeux au ciel et aperçut un serpent sortir de la bouche de la tête de mort.

Ce n'était pas la première fois qu'elle assistait à une scène de ce genre - mais contrairement à la plupart de ses pairs, elle n'était jamais parvenue à s'habituer à l'horreur. Probablement parce qu'elles réveillaient des souvenirs sombres - enfouis au plus profond de sa mémoire.

Ginny se retrouva finalement devant un bâtiment bancal à l'aspect modeste qui se dressait sur trois étages. Elle introduisit la clef et pénétra dans un vieux hall poussiéreux. Elle grimpa rapidement les escaliers, qui devenaient plus étroits à chaque mètre parcouru, jusqu'au troisième et dernier étage. Elle entra dans l'appartement - et lorsque la porte fut fermement close, elle s'autorisa à respirer correctement, relâchant toute la pression accumulée.

« Ginny ? » s'éleva une voix, la sortant de sa léthargie.

Ginny tourna la tête et croisa le regard d'Hermione Granger, assise confortablement dans le vieux sofa installé dans leur living-room étroit. Un énorme grimoire était posé sur ses genoux - ouvert à la moitié. Elle observait Ginny avec un mélange d'inquiétude et d'appréhension. Elle avait probablement remarqué sa soudaine pâleur.

« Une autre exécution. » répondit Ginny d'une voix blanche, se sentant frémir.

Une expression interpellée se dessina sur le visage d'Hermione.

« C'est la troisième, cette semaine. » murmura-t-elle. « Je ne sais pas ce qu'il se passe. »

Ginny hocha la tête et se dirigea vers la petite cuisine ouverte de l'appartement, posant au passage son sac sur un tabouret vide. Elle agita sa baguette sur la théière pour chauffer de l'eau et retira sa cape.

Ginny se décrivait comme une jeune femme relativement courageuse, intrépide, et parfois trop insouciante devant le danger, au grand dam de son entourage. Toutefois, assister aux exécutions publiques réveillait quelque chose d'inexplicable en elle. Une angoisse profonde qui s'insinuait en elle et lui faisait perdre tout l'usage de ses membres. C'est comme si elle perdait toute sa bravoure et qu'elle était renvoyée à ce jour, plus de seize ans auparavant.

Elle avait eu à peine six ans, lorsqu'un feu immense avait décimé Le Terrier, sa maison d'enfance. A l'époque, sa famille résidait encore dans une zone libre du Royaume-Uni, menacée régulièrement par les attaques de l'empire de Voldemort. Seuls Bill et Ginny s'étaient retrouvés dans les alentours à ce moment-là, près des étangs qui bordaient le Terrier. Des hommes masqués et effrayants, qu'elle reconnaîtrait plus tard comme étant des Mangemorts, avaient assailli le Terrier et les maisons environnantes.

C'était de cette manière que sa famille s'était retrouvée séparée, seize ans auparavant. Depuis, Ginny n'avait pas vu ses parents ni le reste de ses frères. Le seul souvenir qu'elle gardait d'eux était une vieille photo que Bill avait réussi à dénicher dans les flammes. Aucun corps n'avait été recouvré après l'incendie, ce qui signifiait qu'ils étaient encore en vie. Les souvenirs de Ginny après l'évènement étaient troubles et elle n'avait jamais réussi à obtenir beaucoup d'informations de la part de son frère à ce sujet. Bill détestait en parler.

Le sifflement strident de la théière résonna bruyamment et Ginny agita sa baguette pour invoquer des tasses de thé.

« Comment s'est passé ta journée ? » l'interrogea Hermione tandis qu'elle refermait son grimoire et qu'elle le plaçait soigneusement dans la bibliothèque près de la fenêtre.

Elle ramena ses longs cheveux broussailleux dans un chignon qui ne resta pas en place.

« Je suis surprise que Burke ne m'ait pas encore renvoyée. » admit Ginny en levant les yeux au ciel. « Il passe sa journée à me traiter d'incompétente et à critiquer tout ce que je fais. »

Elle se pencha en avant, imitant la position bancale de Burke et d'une voix criarde lança :

« Décidément, les gens de votre espèce n'ont vraiment rien dans le crâne. Je vous fais la charité en vous offrant un emploi et c'est comme ça que vous me remerciez ? »

Hermione éclata de rire face à l'imitation.

« Si ça peut te consoler, c'est ce qu'il me disait tous les jours. » révéla Hermione d'une voix amusée.

« Vraiment ? » s'étonna Ginny, en ouvrant la bouche, médusée. « Il passe son temps à me dire que, toi au moins, tu savais travailler correctement et que tu étais plus intelligente que la plupart de tes pairs. »

« Oh ne t'en fais pas, il me disait la même chose à propos de son employée précédente. C'est probablement une technique pour nous rabaisser. Crois-moi, si tu faisais du mauvais travail, il t'aurait déjà renvoyée. »

« Il m'insupporte. Mais le salaire est bon, alors. » ajouta Ginny, haussant les épaules, résignée.

Burke la payait davantage que tous les emplois précédents qu'elle avait obtenus. Il était difficile pour les personnes de sang inférieur de trouver des emplois corrects sur le marché du travail. Ils étaient toujours discriminés au profit des Sang-Purs.

C'était grâce à Hermione qu'elle avait trouvé son emploi chez le vieil apothicaire. Hermione avait réussi à obtenir un autre emploi et avait recommandé Ginny pour la remplacer aux Bons Breuvages de Burke. Contrairement à Hermione, Ginny avait une connaissance superficielle des potions. Toutefois, elle avait un excellent sens de la clientèle. Contrairement à Hermione, qui avait passé la majorité de son contrat dans l'arrière-boutique à concocter des potions, Burke avait placé Ginny au comptoir pour interagir directement avec ses clients.

« D'ailleurs, nous avons eu un client royal, ce matin. » lui apprit Ginny, un sarcasme évident dans la voix, tandis qu'elle portait sa tasse de thé à sa bouche.

« Vraiment ? » demanda Hermione d'une voix distraite.

« Un certain Malfaisant ou quelque chose du genre. » ajouta Ginny. « Il ferait partie d'une famille royale. »

« Malfoy. » rectifia Hermione, ses yeux s'écarquillant légèrement.

« Oh, oui, c'est ça. Vraiment désagréable, ce type. » ajouta Ginny.

« C'est curieux. Qu'est-il venu faire chez Burke ? »

« Récupérer une commande. » répondit Ginny en sirotant sa tasse de thé. « Et pourrir ma matinée déjà mal commencée. »

« Vraiment curieux. » répéta Hermione, visiblement en pleine réflexion, ses sourcils froncés. « Je vois mal quelqu'un d'une famille royale aller chercher lui-même une commande chez Burke. C'est plutôt une tâche que quelqu'un ferait à leur place. »

« Aucune idée. » répondit Ginny en haussant les épaules. « D'ailleurs, il n'a pas eu l'air d'apprécier mon service. »

Elle avait dit cela d'un air moqueur, comme si elle se remémorait une scène amusante.

« Ginny. » la gronda immédiatement Hermione. « Cette personne n'est pas n'importe qui. Tu dois faire très attention avec ce genre de choses. Tu ne sais jamais sur qui tu peux tomber. Tu ne réalises pas le pouvoir de ces gens et ce qu'ils pourraient te faire. »

« Je sais, Hermione. Si je l'avais su avant, j'aurais fermé mon clapet, crois-moi. » assura Ginny en grimaçant.

Son esprit divagua vers le souvenir de l'exécution intervenue quelques instants plus tôt, et une boule lui noua l'estomac.

« C'est la première fois que je rencontre un Sang-Pur royal. » fit-elle soudainement remarquer.

« Ce n'est pas le genre de personne que tu verras sur le Chemin de Traverse faire leurs courses. Enfin habituellement. Ces gens-là vivent dans un autre monde. » poursuivit Hermione d'un ton grave. « Ce ne sont pas juste des Sang-Pur normaux. Ils sont au-dessus de tout – même des lois. Ils contrôlent tout. »

Le régime de Voldemort, instauré depuis près de deux centenaires, divisait la population en six castes distinctes. Au plus bas de l'échelle, on trouvait les Nés-Moldus, communément appelés Sang-de-Bourbe et considérés comme des indésirables. Ils étaient pourchassés vicieusement par les Mangemorts, une unité d'élite formée pour purifier la population.

Venaient ensuite les Sang-Mêlés, traités avec mépris et relégués aux basses besognes de la société. Ils recevaient une éducation magique basique et dès leur plus jeune âge, on leur faisait comprendre que le but ultime de leur existence était de purifier leur lignée souillée. Hermione était une Sang-Mêlé, mais elle avait vécu la majorité de son adolescence dans un territoire libre, avant une énième attaque de Mangemorts pour envahir et contrôler la zone. Cela expliquait pourquoi elle était si éduquée contrairement aux Sang-Mêlés nés dans le régime.

Le statut des Traîtres à leur Sang était légèrement meilleur que ceux des Sang-Mêlés. Ils étaient toutefois considérés comme une couche inférieure de la population. Malgré leur sang pur, les Traîtres à leur Sang étaient traités avec méfiance et dédain du fait de leur proximité avec un ennemi de l'empire de Voldemort. Les Dissidents étaient emprisonnés ou exécutés et leurs familles proches étaient observées avec suspicion. Ces trois groupes formaient les couches sociales inférieures du royaume.

La couche suivante était représentée par les Sang-Purs de second rang, composée de sorciers qui n'avait plus d'ancêtres Moldus depuis au moins sept générations. Selon le régime, c'était le nombre de générations nécessaires pour diluer entièrement le sang moldu de l'arbre générationnel. Quant aux Sang-Purs de Premier Rang, leur lignage était doté d'une pureté parfaite et exemplaire et leurs arbres généalogiques n'étaient composés que d'ancêtres sorciers.

Au-dessus de la pyramide, on trouvait Treize familles royales, en place depuis la mort de Lord Voldemort. Elles contrôlaient les plus hautes sphères du pouvoir et possédaient un contrôle total sur la société.

Les connaissances de Ginny concernant ces treize dynasties étaient limitées. Elle ne s'était jamais intéressée à la politique et au fil des années, la mention des Treize sacrés lui avait presque paru comme une menace que les parents invoquaient pour faire peur aux enfants. Ces personnes lui paraissaient invisibles et insaisissables. Il s'agissait presque d'un mythe.

Elle connaissait – de nom – uniquement deux de ces familles. Les Shacklebolt dont l'un des membres, Kingsley, était l'actuel Ministre de la Magie. Elle connaissait aussi les Macmillan, qui employaient désormais Hermione. Ginny n'avait toutefois jamais entendu parler des Malfoy avant ce jour.

« Je me demande vraiment de quel Malfoy il s'agissait. » continua Hermione d'une voix pensive.

Elle se dirigea vers sa bibliothèque et en extirpa un livre. Elle ouvrit l'exemplaire et farfouilla à l'intérieur avec vigueur. Une lueur anima soudainement son regard et elle se dirigea vers Ginny. L'Abécédaire de la Pureté, put lire Ginny sur la couverture.

« Était-ce lui ? » lui demande Hermione en pointant son doigt sur une photo.

Ginny jeta un regard bref à l'homme sur le cliché. Il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années, avec de longs cheveux blonds lisses, qui lui arrivaient aux épaules. Il observait l'objectif avec un dédain profond. Lucius Septimus Malfoy, lut-elle sur la légende. A ses côtés, une seconde photo montrait une femme blonde dont les cheveux étaient coiffés d'un large chignon sophistiqué. Son visage affichait la même expression suffisante que l'homme. Leurs photos étaient reliées par une ligne d'union. Ginny observa attentivement la légende : Narcissa Malfoy (née Black)

« Non, ce n'était pas lui. Mais il lui ressemblait beaucoup. Des cheveux plus courts et il était bien plus jeune. » indiqua Ginny en reposant son regard sur le visage de Lucius Malfoy. « Il avait plus cet air de tête à claques si tu vois ce que je veux dire. »

Hermione émit un léger rire.

« Probablement son fils. Mais il n'y a pas de photo. » indiqua-t-elle. « Cette version de l'Abécédaire date un peu. Ils ont probablement publié une version plus récente, depuis. Les Zabini ne sont même pas encore représentés dedans alors qu'ils ont rejoint les Treize sacrés il y a sept ans. »

« Comment sais-tu toutes ces choses ? » demanda Ginny en lui jetant un regard interloqué.

C'était une question stupide de sa part. Hermione était une férue de livres en tout genre. Elle adorait s'instruire sur tous les sujets possibles. Ce n'était pourtant pas bien vu pour quelqu'un de son statut. Elle gardait donc l'étendue de ses connaissances secrètes et s'éduquait en toute clandestinité.

« Je m'informe, Ginny. Tu devrais essayer de faire de même, de temps en temps. » ironisa Hermione.

En guise de réponse, Ginny lui tira la langue.

« Pour quoi faire, étant donné que tu es là, Hermignonne ? » demanda-t-elle d'une voix innocente.

Hermione rougit légèrement - comme à chaque fois qu'elle entendait ce surnom.

« Merci pour la leçon, en tout cas. Que ferais-je sans-toi ? » s'enquit Ginny.

« Aucune idée. Mais j'aimerais que ces connaissances m'aident à te faire entendre raison. » dit Hermione d'un ton désespéré.

« On dirait Bill. » commenta Ginny avec un rire espiègle.

Hermione lui adressa un regard sévère et Ginny eut le bon goût d'effacer le rictus malicieux qui habillait ses lèvres.

« Promis, Hermione, tu ne me verras plus jamais traîner dans les pattes de ces gens. » assura Ginny.

Seul Merlin - ou plutôt Voldemort - savait à quel point elle était loin du compte.

Note de fin de chapitre :

J'espère que cette entrée en matière vous a plu. N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !

A bientôt pour la suite,

Fearless

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.