S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


En venir à tes mains par CacheCoeur

[32 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Titre : En venir à tes mains

Autrice : CacheCoeur

Rating : -12 pour vulgarités et sous-entendus

Disclaimer : Je ne possède pas l'univers de "Harry Potter" : les personnages ne m'appartiennent pas.

Résumé : Pour Padma, il est évident que si la mort avait un visage, elle aurait celui de Lavande Brown : deux yeux bleus, une chevelure blonde et épaisse, un sourire parfait et un rire de grosse dinde qui s'échapperaient d'entre ses lèvres maquillées de la couleur "rouge jungle". 

C’est d’ailleurs peu dire que d’affirmer qu’elles en viennent souvent aux mains, toutes les deux…

Notes : Cette fanfiction est ma participation au concours de Violety « Portraits de jeunes sorcières en feu » du forum HPF. Les règles étant d’écrire sur les femmes qui aiment les femmes ! A cette simple règle s’ajoutait celle d’écrire sur un trope. J’ai choisi le trope enemies to lovers parce que… bah c’est mon petit favori en tant que lectrice, bien que je ne m'y sois jamais aventurée en tant qu'autrice ! J’ai une certaine appétence pour les gens qui se détestent et apprennent à s’aimer… J'ai divisé ma fanfiction en 5 chapitres.

Je voulais sincèrement écrire sur Lavande, sans en avoir réellement l’occasion. Puis, il faut dire que beaucoup d’autreur.ice.s ont déjà écrit sur elle, si bien qu’il est très difficile pour moi de dissocier leurs Lavande de la mienne. En plus, il est certain que le couple Lavande x Parvati est vraiment, vraiment plus courant et populaire, mais …. Je me suis décidée pour du Lavande x Padma pour changer ! Je me suis vraiment éclatée à écrire cette fanfiction, j’ai y pris énormément de plaisir, plus que je ne le pensais. Je la considère comme étant terminée, sans toutefois me fermer à la possibilité d’écrire de petits épisodes de temps à autres… Je pense que j’ai encore des choses à raconter sur ces deux-là ! Sinon j’ai saigné le dernier album de Selena Gomez – aka la queen des songs to make love to – et je pense que ça se ressent légèrement…

L’illustration a été dessinée par Nesache (pour ne pas changer) et elle est fabuleuse ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur son devianart, où elle poste toutes ses créations !

Merci à Laure pour sa correction expresse et ses remarques. Merci aussi à Hermy, que j'ai entraîné avec moi, pour toutes nos petites discussions de motivation pour le concours ! 

Je vous souhaite une bonne lecture,

CacheCoeur:)

 

 

 

Juin 1997

 

On avait toujours dit à Padma qu’elle et sa sœur seraient toujours inséparables, que rien ne les sépareraient, parce qu’elles étaient nées pour être toujours ensemble. Padma avait compris lors de sa rentrée à Poudlard que tout ça, c’était des conneries. Parvati avait été répartie à Gryffondor, elle à Serdaigle et le soir de la répartition, elle avait remis toute sa vie en question. Padma avait toujours été du genre à tout prévoir : les études, son métier, sa future maison, son futur conjoint, les prénoms de ses trois enfants – deux filles et un garçon, de préférence – et même celui de sa chouette. Bien sûr, les scénarios évoluaient d’une année à l’autre : parfois la façade de la maison était blanche, d’autres fois toute bleue, souvent les prénoms de ses enfants changeaient, perdaient leur origine indienne pour devenir davantage britannique, jusqu’à en devenir un mixte assez intéressant, et la chouette été rejointe par un chat. Mais la constante, celle qui était là qu’importe le reste, c’était Parvati. Certes, elles n’avaient pas été réparties dans les mêmes maisons. Après tout, c’était normal. Parvati était téméraire, audacieuse, plus casse-cou que Padma ne l’avait jamais été. Elles étaient pareilles, et pourtant si différentes. Pour autant, la Serdaigle était convaincue d’une chose : rien, ne la séparerait de sa sœur, et surtout pas sept années à Poudlard. Comme ses parents le leur disaient « seule la mort peut défaire un tel lien ».

Sauf que… Si la mort avait un visage, elle aurait celui de Lavande Brown : deux yeux bleus, une chevelure blonde et épaisse, un sourire parfait et un rire de dinde. Peut-être Padma n’était pas très objective sur le dernier point… La meilleure amie de sa sœur était comme une sangsue pompant le sang de toutes les personnes qui s’approchaient d’elle. Bruyante, agaçante, toujours en mouvement, toujours souriante, elle distribuait sa bonne humeur comme on distribuait la bonne parole : avec une prétention à peine masquée et feinte. Elle était solaire, Lavande Brown. Tout le monde lui pardonnait son attitude de pie jacasseuse insupportable et finissait pas succomber à ses charmes. Même Ron Weasley s’y était perdu avant de rompre avec elle il y a deux semaines. Padma ne comprenait pas.

Bien sûr, Padma avait analysé ses sentiments en les disséquant méthodiquement : irritation, agacement, incompréhension, colère… Elle était tout simplement, énormément, et irrémédiablement jalouse de cette fille. C’était là, qu’une seconde personnification faisait sens aux yeux de la Serdaigle : si Parvati était un personnage de fiction, elle serait Hélène, Padma serait Sparte et Lavande serait Troie, se vouant une guerre sans queue ni tête, absolument horrible et meurtrière, pour une femme qui n’avait absolument rien demandé. Elles s’étaient toujours fait de sacrées crasses entre elles. Lavande ne transmettait pas à Parvati les mots que Padma lui envoyait en cours, Padma en faisait de même avec les lettres que sa sœur recevait l’été. Lavande donnait une fausse horaire à Padma pour qu’elles partent toutes les trois ensemble à Pré-au-lard, et Padma faisait se déchirer les vêtements de Lavande au beau milieu du couloir. C’était plus qu’une guerre froide… Elles ne se cachaient même plus. La vérité, c’était que Lavande refusait de quitter Parvati plus de deux secondes, et qu’elle la monopolisait entièrement. Ça rendait Padma folle. Elle pensait tout le temps à Lavande Brown et aux prochaines crasses qu'elle pourrait lui faire pour l'éloigner de sa soeur. 

La blonde avait envoûté Parvati dès leur rencontre. Elle avait gloussé à l’une des blagues de Parvati, dans le Poudlard express et quand elle avait regardé attentivement les deux sœurs elle avait dit « Oh chouette des jumelles ! J’ai toujours rêvé d’être amie avec des jumelles ! ». Remplacez le mot « jumelle » par n’importe quel autre mot, et cette phrase sera toujours autant amère à prononcer. Padma avait eu la sensation d’être rabaissée à un accessoire de mode que Lavande pourrait porter à sa guise autour du cou ou dans ses cheveux, selon son humeur. Si Parvati avait tout de suite accepté de servir d’ornement, Padma, elle, s’était refermée comme une huître. Lavande, ne s’entourait que de belles fleurs qui constituaient sa cour, et Padma elle, n’avait jamais eu que la sensation désagréable d’être la mauvaise herbe dans son jardin.

Quand Padma voulait parler à sa sœur, Lavande était là avec son sourire éclatant et sa beauté lumineuse qui avait presque quelque chose de magique selon Padma. Elle était partout. Lavande et Parvati formaient une paire inséparable. Même quand les Serdaigle et les Gryffondor avaient cours ensemble, Padma n’arrivait pas à approcher Parvati.

– Je ne dis pas que je n’aime pas Padma, déclara presque solennellement la voix de Lavande.

Padma se redressa, en entendant son prénom et observa la jeune fille en train de se repoudrer le nez, en compagnie de Parvati.

– Ne commence pas, soupira celle-ci. J’aimerais que vous soyez amies toutes les deux.

Padma renifla silencieusement : sa sœur n’était pas dupe et avait bien remarqué l’animosité plus ou moins discrète qu’elle vouait à sa meilleure amie.

– Ce n’est pas faute d’avoir essayé ! s’exclama Lavande. Elle me repousse tout le temps, lève les yeux au ciel quand je parle et … Tu ne trouves pas qu’elle a un air franchement dédaigneux et prétentieux parfois ?

Le cœur de Padma rata un battement face au silence glaçant de sa sœur, qui ne prit même pas sa défense.

– Elle est gentille, bredouilla-t-elle tout de même. Elle est juste un peu réservée et méfiante.

– Elle me déteste !

Lavande haussa un sourcil et Padma observa son reflet, à travers la porte des toilettes. Ses deux prunelles bleues avaient un éclat particulièrement intéressant, selon Padma : le fard à paupières rose rehaussait leur couleur, les rendait hypnotisant.

– Elle ne te connaît pas, voilà tout ! la rassura Parvati.

– J’en ai marre de faire des efforts avec elle. Vous êtes jumelles et pourtant.

Lavande appliqua une couche généreuse de rouge-a-lèvre.

– Elle te va bien cette couleur ! s’exclama Parvati.

– Rouge jungle. T’en veux ?

Parvati accepta le tube et continua :

– Tu sais que nous ne sommes pas obligées d’être pareilles, ma sœur et moi, juste parce qu’on a partagé le même utérus pendant sept mois et demi ? grogna presque sa sœur.

Padma se retient d’intervenir, pour dire qu’elles avaient partagé bien plus qu’un « utérus ». Elles avaient tout partagé, plus au moins équitablement, à commencer par l’oxygène que Parvati consommait à outrance quand elles étaient, justement, dans l’utérus de leur mère. Padma avait l’habitude de se contenter des restes, sans pour autant se laisser bouffer. Parvati n’en abusait jamais, cependant. Elle choisissait leurs jeux, quand elles étaient enfants, mais Padma en fixait les règles. Parvati faisait les bêtises et Padma inventait les excuses. Elles partageaient les secrets, les responsabilités, les punitions, les fous rires, les vêtements, les bijoux, les jouets… Mais elles étaient différentes.

– Bien sûr que je le sais ! Toi, tu es sympa et elle… passive-agressive ? Elle tire la tronche tout le temps en plus.

– Ce n’est pas vrai ! s’offusqua Parvati.

– Tu es juste « plus » qu’elle.

– « Plus » ?

– Plus gentille, plus géniale, plus cool, plus belle… Tu as un charme qu’elle n’aura jamais !

Évidemment… Parvati et Padma se ressemblaient beaucoup. Comme deux gouttes d’eau en fait. Les personnes qui arrivaient à les distinguer l’une de l’autre, y parvenaient seulement parce qu’elles avaient remarqué cette petite subtilité : Parvati était belle et bien la plus belle des deux. Ses yeux étaient légèrement moins arrondis que les siens, ses lèvres plus pleines, charnues, et ses cheveux beaucoup moins secs et indomptables que les siens. Pour autant, Padma se sentait belle, parce qu’elle l’était. Elle ne souffrait d’aucun complexe d’infériorité, sans pour autant nier la vérité : Parvati était plus jolie qu’elle, plus agréable qu’elle. Mais Padma, de son côté, était plus réfléchie, plus érudite, plus calme.

– C’est pas étonnant, qu’elle n’ait jamais eu de petit-ami ! termina Lavande d’un ton hautain.

«  Avoir un petit-ami » : le but ultime de toute jeune fille de seize ans qui se respecte. Padma avait envie de vomir.

– Elle ne fait aucun effort, ajouta Lavande.

Et Lavande continua d’énumérer tout ce qui n’allait pas chez Padma pendant un bon quart d’heure, le temps de parfaire son maquillage déjà impeccable. Plus les mots sortaient de sa bouche toute rouge et toute parfaite, plus Padma sentait la colère monter dans le creux de son ventre, et déchirer, déchiqueter en un million de morceaux la retenue qu’elle s’était évertuée à garder vis-à-vis des petites piques de Lavande. Au moins, on devait lui reconnaître une certaine honnêteté : Lavande n’avait jamais caché qu’elle trouvait Padma assez détestable, et Padma n’avait jamais raté une occasion de lui faire savoir que le sentiment était réciproque. Mais jamais, Lavande n’avait été aussi vipère, aussi critique à son égard. Elle se demanda ce que la blonde devait raconter sur son compte, quand elle n’était pas là.

Finalement, Padma sortit des toilettes calmement, un petit sourire mesquin sur le visage. Quand Parvati et Lavande l’aperçurent dans le reflet du miroir, leurs deux visages se mirent à pâlir. Padma se lava les mains, en se les frottant dans presque tous les sens du terme. Elle les secoua pour les sécher dans un silence en tous points semblable à la bouche de Lavande : parfait. Si seulement elle s’en servait pour prononcer des pensées intelligentes… Padma se planta devant la blonde, et la gifla. Elle sentit sa peau, mordre celle de Lavande, et la brûler, réveiller chaque cellule de son corps. C’était comme toucher de l’eau fraîche, en traverser la pellicule et sentir son corps s’immerger lentement. Parvati hoqueta de surprise, alors que la tête de sa meilleure amie avait suivi le mouvement, emportée par le coup. Padma leva la main, innocente :

– T’avais un moustique sur la joue, s’excusa-t-elle en désignant l’insecte écrasé sur sa paume.

Elle s’en alla, en se délectant du petit effet qu’elle venait de provoquer chez sa sœur et son amie. Padma avait un certain goût du spectacle et de la mise en scène. Elle entendit Lavande en remontant le couloir :

– Mais elle est complètement folle !

– Tu l’as pas volée ceci-dit …, répondit la voix de Parvati.

Le reste de la journée se passa calmement. Elle regarda sa main toute la journée, en regrettant un peu son geste. Il était à la mesure de tout ce qu'elle ressentait pour Lavande : une tornade de sentiments ultra violents, qu'elle ne comprenait pas toujours et qu'elle subissait. Elle se réveillait en pensant à quel point elle détestait Lavande, et le soir en s'endormant, elle songeait à quel point sa vie serait bien plus agréable sans elle. Puis paradoxalement, elle s'imaginait passer du temps avec elle. Elles auraient pu devenir amies, vraiment. Peu importe qu'elle soit bruyante, irritante et commère au possible. Elle était aussi loyale, bonne amie, généreuse et marrante, Padma le reconnaissait. Mais elle lui volait sa sœur. Ou alors était-ce l'inverse ? Padma n'en savait rien. Elle en venait à se demander de laquelle des deux elle était vraiment jalouse.

Puis, elle analysa la situation. Sa petite vie toute tracée s'était effondrée lentement, s’effritant sans qu’elle ne s’en soit rendue compte. Le visage parfait de son futur conjoint était désormais flou dans sa tête. Elle admettait dans le secret de son cœur la vérité : le problème c’était que Padma détestait Lavande presque autant qu’elle l’attirait.

Lavande l’attirait et elle en avait peur. Elle ricanait presque, en y pensant. Lavande avait les deux sœurs Patil sous sa coupe. Elle était autant agaçante que fascinante à regarder. Même son rire de grosse dinde, avait un petit quelque chose qui renversait et faisait chavirer le cerveau de Padma. Elle y passait des heures, à la contempler, comme pour percer un mystère, comme pour comprendre pourquoi elle avait envie de poser ses lèvres sur celles toutes maquillées de Lavande. Pour la faire taire, assurément. Pour voir si elles étaient aussi douces qu’elles en avaient l’air, certainement.

Lors du dîner, elle s’adonna à son activité du moment : observer Lavande. Lavande, qui ne la remarquait pas, qui ne la voyait pas, qui ne l’aimait pas. Lavande, qui elle, regardait Parvati, avec une expression qu’elle connaissait, parce que c’était celle qu’elle avait elle-même, quand elle pensait à la blonde et qu’elle était face à un miroir. Elle fronça les sourcils, en comprenant. Cette fois-ci, elle ricana vraiment et fit sursauter Mandy à sa droite.

Lavande craquait pour sa sœur jumelle… L’ironie de la situation était aussi hilarante que triste. Padma soupira, en se demandant si elle ne devrait pas mettre tout ça de côté. Elle remarqua les yeux de Susan Bones sur elle, à la table des Poufsouffle, et son petit sourire aguicheur. Padma le lui retourna. Elle savait qu’aux yeux de Lavande, elle serait toujours une mauvaise herbe, indigne de la fleur qu’elle était. Padma méritait mieux que ça.

Il fallait qu’elle trouve un moyen de mettre fin à ses sentiments.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.