S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Parle d'abord par bellatrix92

[9 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Histoire écrite dans le cadre du concours "Jeunes sorcières en feu" de Violety.

 

Le trope est Roomate AU

 

Petit spin-off de ma première production (HC): Incendie à Poudlard.

On lui avait dit que le Secret Magique était bien moins contraignant dans certaines régions d’Allemagne, plus précisément dans la Forêt Noire et ses alentours. Mais ce que Charity y a trouvé a dépassé toutes ses espérances les plus folles.
Non seulement évoluer dans cette société complètement floue l’a ravie. Entre sorciers vivant incognito dans le monde moldu, parfois sous la couverture très astucieuse d’être un sorcier justement (herboriste, wiccan, hippie…), moldus plus ou moins au courant que les sorciers existent mais ne prenant pas la chose au sérieux, ou faisant comme si… Et même moldus intégrés au monde magique, elle s’est immédiatement sentie dans son élément.

Depuis les quelques années qu’elle vit ici, elle est dans ce jeu de dupes où personne ne l’est au fond comme un poisson dans l’eau. Elle y a même initié quelques très vieilles connaissances du monde moldu à qui elle avait fini par livrer son secret alors qu’elle était adolescente.

Durant les trois années qu’elle a passé au Blocksberg en temps qu’étudiante, elle s’est liée avec une foule de personnes plus ouvertes d’esprit les unes que les autres. Que ces filles soient un peu plus jeunes qu’elle et sachent qu’elle était veuve n’y a rien changé, même si elle s’est bien gardée de leur parler de son fils… Pourquoi d’ailleurs ? Elle ne le sait pas vraiment pourtant elle ne le regrette pas, car la pression qui existe sur les mères de famille dans cette région est étouffante.
Mais double-vie ou non, Charity s’est intégrée, et liée plus intimement à certaines étudiantes, une d’elles en particulier : Athénaïs Bellona. Pourquoi donc ? Peut-être parce qu’elles partagent énormément de choses : une magie faible voire aléatoire, une famille peu compréhensive (au moins il y a fort à parier qu’elles n’auront jamais de repas interminables à endurer pour les fêtes) et l’envie de sortir de ce cercle qui les a toujours étouffées. Elles sont différentes du moule, chacune à sa manière et au fond c’est sans doute ce qui les a réunie.
Charity est posée, courageuse lorsqu’il s’agit d’exprimer son opinion, profondément intellectuelle et curieuse de tout, en particulier de ce qui est différent. Athénaïs est logique, un véritable animal de sang-froid et c’est une combattante hors-pair : la meilleure en lutte, en tir et en escrime de sa génération et elle en est arrivée au point où ses instructrices considèrent qu’elle les a dépassées. Elle est aussi terriblement ingénieuse et stratégique. Si Charity n’était pas si proche d’elle, peut-être qu’elle en aurait peur, car elle sait très bien que son amie est capable de montrer un visage tout sauf sympathique, pas pour rien qu’elle est devenue auror.

Son perfectionnement d’herboriste terminé à l’école de la Forêt Noire, Charity a suivi Athénaïs qui s’installait dans la ville de Stuttgart, où elle était affectée comme auror. C’est là-bas qu’elles ont construit leur vie avec Saphira, la viverne d’Athénaïs, une des rares capables de cracher du feu.


En cette matinée de printemps, elles se sont isolées toutes les deux au milieu de ce champs, précisément pour des raisons de sécurité. Il faut dire que l’arbalète d’Athénaïs peut tirer à plusieurs centaines de mètres. Et même si sa portée utile n’excède pas cent à cent-cinquante mètres, le danger de tuer quelqu’un reste bien réel.

Elles ont commencé la journée par le tir à l’arc. Charity adore les leçons d’Athénaïs même si elle reste désespérante en visée. La jeune femme a beau être d’une patience proverbiale avec elle, le découragement les a gagnées toutes les deux dès la première heure et Charity a été soulagée de se rasseoir pour contempler son amie qui s’entraîne et enchaîne les performances extraordinaires. Sur dix flèches, dix finissent au centre de la cible mais elle maugrée encore qu’elle est trop lente… Ensuite elle passe à l’arbalète.

Athénaïs est ainsi, déterminée et impitoyable. Et avec l’hiver rude sur tous les plans qu’elles viennent de subir, la première sortie printanière qu’elles s’accordent ce jour-là a un goût particulier, doux-amer peut-être, mais un goût tout de même.

C’est toujours mieux que ces longs mois d’hiver qu’Athénaïs a passés à se morfondre dans leur appartement.

Charity se souvient encore de la terreur qui l’a saisie en plein mois de décembre lorsque sa compagne a brusquement disparu en Europe du Nord, plusieurs semaines d’angoisse avant qu’elle ne reparaisse mystérieusement grâce à l’entremise de cette ordure de Karkaoff, blessée et certainement davantage dans son esprit que dans sa chair.
Saphira, sa viverne, a également souffert, elle est même restée plusieurs semaines au Blocksberg pour se remettre de ses meurtrissures.
Pourtant c’est bien Athénaïs qui est revenue totalement ravagée, sans que l’on ne puisse bien comprendre pourquoi. Elle n’a rien dit, aucun détail sur ce qui s’est passé, à part qu’il s’agissait « d’un bête accident ».

Charity a tout d’abord remarqué son air profondément fermé lorsqu’elle est enfin rentrée, son épuisement et sa peur, puis les bleus sur son corps même si cela n’aurait rien du avoir d’étonnant et, enfin, les cauchemars incessants qui l’agitaient la nuit. Combien de fois a t-elle passé des heures à la rassurer, à la veiller pour qu’elle se rendorme ?
Pourtant elle n’a pas pu en savoir davantage. Des semaines d’angoisses mal maîtrisées qui semblent heureusement en grande partie derrière elle à présent. Le retour du soleil semble avoir fait son œuvre, allié à un peu de magie d’herboriste.
Armée de son arbalète, Athénaïs fait mouche pour la troisième fois et son carreau brise la cible magique que Charity a fabriquée. Celle-ci se lève donc avec satisfaction et, de deux coups de baguette, retire le projectile et la répare.

- Tu tires de mieux en mieux, murmure Charity.
- Mais ce n’est pas encore suffisant, répond Athénaïs toujours aussi dépitée par ses résultats. Je dois faire mouche cent fois sur cent, pas quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent. Et j’ai perdu presque toute ma rapidité.
- Tu y arriveras à force de travailler, et c’est déjà mieux qu’hier.

Athénaïs soupire, pas vraiment convaincue, et pose son arbalète.
- Pense à tout ce que tu as déjà récupéré, murmure Charity. Tu ne dois pas te décourager.

La jeune femme serre les dents pour ravaler une phrase probablement colérique. Elle s’assoit à côté de sa compagne, épuisée par l’effort de concentration qu’elle a fourni et découragée par ce qu’elle estime être de trop piètres performances.
Pourtant, elle est très loin d’être mauvaise et récupère ses capacités un peu plus chaque jour. Mais c’est ainsi depuis les événements de l’hiver, elle a perdu toute confiance en elle. Charity l’entoure de ses bras et elle se laisse aller contre sa poitrine.

Athénaïs a beau être plus grande qu’elle d’une bonne demi-tête, elle semble à ce moment terriblement fragile, comme souvent lorsqu’elle se laisse aller au découragement et c’est particulièrement fréquent depuis cet hiver. Elle est si fatiguée et frustrée qu’elle en tremble.
- Tu es la meilleure tireuse d’élite de tout le monde sorcier, murmure Charity pour la rassurer. Personne parmi les nôtres n’est capable de faire mouche à une telle distance. Nos baguettes ont même une portée trop faible pour atteindre ce genre de cibles.

Athénaïs la regarde, des larmes qu’elle essaie de retenir perlant à ses yeux bleus. Charity sait très bien qu’elle pleure franchement lorsqu’elle-même n’est pas là. Elle l’a entendue plus d’une fois alors qu’elle remontait dans leur appartement après son travail. D’ailleurs elle a passé des semaines entières à angoisser lorsqu’elle se trouvait aux archives magiques de Freudenstadt, à avoir peur de ce qu’elle allait retrouver le soir venu.

Et dire que juste avant que « l’accident » n’arrive, elle s’apprêtait à enfin lui parler de son fils, lui demander si elle accepterait qu’il vienne vivre avec elles car elle ne peut plus mener cette double-vie entre sa famille et l’Allemagne.
C’est ici et avec ses proches qu’elle veut refaire sa vie, loin de toutes ces pressions qu’elle a subies dans sa jeunesse, des qu’en dira t-on et des années à faire semblant.
Mais à présent, dans l’état où se trouve Athénaïs, comment pourrait-elle encaisser la nouvelle ? Alors que reprendre le rythme de son propre quotidien lui est déjà difficile ?
- Qu’est-ce que tu as ressenti ? Murmure t-elle soudain, comme si elle avait deviné ses pensées.

Charity lance à Athénaïs un regard interrogateur. Elle n’arrive pas à comprendre, et peut-être ne le veut-elle pas.
- Quand ton mari est mort ? Précise la jeune femme. Qu’est-ce que tu as ressenti ?
- De l’urgence, répond Charity d’une voix rauque.

La réponse est sortie comme ça. Et en même temps c’est parfaitement vrai. Son fils n’avait pas deux ans, sa famille et sa belle-famille se lamentaient, elle pourtant elle-même se sentait si loin de tout, comme anesthésiée…
Elle n’a pratiquement aucun souvenir d’ailleurs, peut-être celui d’une fuite éperdue mais mal assumée pour quitter tout cela. Et ce sentiment de malaise insupportable qu’elle éprouve depuis toujours, autant avec sa famille que sa belle-famille, cette envie de fuir presque instinctive.

Elle s’est étourdie dans les sorties, les voyages, tout cela pour oublier qu’au fond elle n’avait jamais rien choisi, de la magie jusqu’à à sa vie de famille. Non, sérieusement il y a toujours eu un énorme décalage entre ses convictions et sa vie réelle, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre Athénaïs et voit enfin son avenir se tracer, un avenir choisi et assumé.

Vivre ici ? Abandonner l’Angleterre ? Chiche ! Mais pas en laissant son fils là-bas. Elle sait à présent qu’elle n’en a pas le droit et devait en parler à Athénaïs, celle-ci doit savoir et elle ne peut plus continuer à lui mentir.
Mais avant toute chose, il faut que la jeune femme se remette, arrive à envisager la suite. Elles savent toutes les deux qu’il n’est plus question pour elle de redevenir auror après ce qui s’est passé : le traumatisme est trop grand, et de toute manière avec les suspicions dont elle fait l’objet…
Mais que faire alors ?

- Que veux-tu dire, par « de l’urgence » ? Murmure Athénaïs en se blottissant un peu plus contre elle, et Charity se rend compte qu’elle a eu une absence.
- Et bien, murmure t-elle soudain gênée. Depuis des années, je voyais défiler ma vie comme une histoire que l’on m’aurait imposée… Et là, je suis partie, comme ça sans rendre de comptes à personne. Je voulais vivre, vraiment.
- Tu n’aimais pas ton mari, pas vrai ?

Charity soupire douloureusement, elle sait que l’occasion se présente, ici et maintenant. Mais elle a terriblement peur :
- Il était mon meilleur ami, murmure t-elle. Et si, sa mort m’en rendue triste, perdue même. De tous les hommes que j’avais croisés, il était le seul à qui je fasse suffisamment confiance pour vivre avec lui. C’était un homme profondément bon, tolérant et courageux qui m’a encouragée à défendre mes idées contre les sorciers anti-moldus. Il me comprenait, acceptait que je pense différemment de la majorité et, lorsque tout le monde me mettait la pression pour que je me taise…
- Il t’encourageait, pas vrai ?
- Oui.
- J’aurais bien aimé avoir un ami comme cela, murmure Athénaïs avec tristesse. Peut-être l’histoire aurait-elle été différente…

Charity la regarde dans les yeux :
- Que s’est-il passé cet hiver ? Demande t-elle soudain, comme pour dissiper le sentiment de malaise qui entoure ses propres mensonges.

Ce n’est pas la première fois qu’elle tente, mais il faut absolument qu’elle sache, qu’elle comprenne.

Athénaïs lui a très vite avoué à demi-mots que cela n’était pas un accident, contrairement à ce qu’elle prétendait sans que personne ne la croie vraiment. Cependant, en savoir plus demeure toujours impossible.
La jeune femme prétend que c’est une question de confidentialité, mais Charity n’y croit pas : les collègues d’Athénaïs sont aussi perplexes qu’elle-même et le ministère allemand l’a désavouée.
Non, elle ne bosse pas pour eux en dissimulant les événements :
- Tu n’es pas une traîtresse, dit-elle doucement à Athénaïs qui se referme encore plus. Quoi qu’il te soit arrivé là-bas, tu n’as pas à avoir honte.
- Arrête, réplique sèchement Athénaïs.

Charity se recroqueville légèrement mais répond néanmoins :
- Je ne peux pas arrêter, tu les sais très bien. Tout simplement parce que je t’aimes et que rien ne me fait plus peur que l’idée que tu ailles mal.

Athénaïs secoue tristement la tête :
- Tu ne peux rien de plus, murmure t-elle. Il faut juste que ça passe, c’est à l’intérieur de moi que le combat se joue. Je sais que c’est dur à comprendre, mais c’est ainsi.

Elles se défient un instant du regard, comme souvent, jusqu’à ce qu’Athénaïs ajoute :
- Toi, tu as également des secrets. Parce que tu sais que certaines choses ne peuvent être partagées, non ?

Charity devient toute pâle. Oui, elle le sait et même très bien. À cet instant, mais peut-être n’est-ce que le fruit de son imagination, c’est comme si une ombre étrange venait de passer dans les yeux de son ami. Un autre regard, une autre personne ?
- Athénaïs, que se passe t-il ? La supplie t-elle.

Leurs regards se sont déjà trop affronté, et cette même sensation de corps étranger reprend Charity au moment où sa compagne réplique fermement :
- Toi d’abord. Parle en premier.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.